Ouvrir le menu principal

Chuck Connors

joueur de basket-ball américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Connors.
Chuck Connors
General Secretary Brezhnev meets actor Chuck Connors, at San Clemente - NARA - 194526 - edited.jpg
Chuck Connors (à droite)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de San Fernando Mission (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Kamala Devi (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Arme
Conflit
Taille
1,96 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Masse
86 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Spécialités
Équipes
Genre artistique
Western (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Chuck Connors, de son vrai nom Kevin Joseph Aloysius Connors, est un acteur, joueur de basket-ball et de baseball professionnel américain, né le à Brooklyn, New York, et mort d'un cancer du poumon et d'une pneumonie le (à 71 ans) à Los Angeles, en Californie (États-Unis)[1],[2].

BiographieModifier

Connors nait le 10 avril 1921 à Brooklyn, dans l'état de New York, fils de Marcella (née Londrigan) et d'Alban Francis "Allan" Connors, immigrants irlandais originaires de Terre-Neuve-et-Labrador. Il avait une sœur, Gloria, qui était sa cadette de deux ans.

Son père est devenu citoyen des États-Unis en 1914 et travaillait à Brooklyn comme débardeur, sa mère a également obtenu sa citoyenneté américaine en 1917.

Connors était un admirateur passionné des Dodgers de Brooklyn et espérait rejoindre l'équipe un jour. Athlète doué, il décroche une bourse de l'Université Adelphi, dont il obtiendra le diplôme en 1939.

Il a choisi ensuite l'Université Seton Hall, dans le New Jersey[3]. Là, il a joué au basketball et au baseball, et c’est là aussi qu’il a changé de nom. Depuis son enfance, Connors n'aimait pas son prénom, Kevin, et il avait cherché un autre nom. Il a essayé d'utiliser Lefty et Stretch avant de finalement opter pour Chuck.

Connors, cependant, quitte Seton Hall deux ans plus tard pour devenir jouer de baseball professionnel. Il a joué dans deux équipes de ligues mineures en 1940 et 1942, puis a rejoint l'armée des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la majeure partie de la guerre, il a exercé les fonctions d'instructeur des chars au Fort Campbell, situé à la frontière entre le Kentucky et le Tennessee, et plus tard au West Point, à New York.   Connors délaisse le sport professionnel afin de poursuivre une carrière d'acteur. Il a été repéré par un directeur de casting de MGM et se fait remarquer dans Mademoiselle Gagne-Tout en 1952, où il incarne le rôle de capitaine de police. En 1953, il joue au côté de Burt Lancaster, incarnant un soldat rebelle de la Marine dans Le Bagarreur du Pacifique, puis incarnant un entraîneur de football aux côtés de John Wayne dans Un homme pas comme les autres l'année suivante[4].

Sa carrière au cinéma et à la télévision dura quarante ans et son plus grand succès fut le rôle de Lucas McCain dans la série télévisée diffusée sur le réseau ABC L'Homme à la carabine (1958-1963)[5].

Connors est décédé en 1992 à l'âge de 71 ans d'une pneumonie provoquée par un cancer du poumon.

FilmographieModifier

Comme acteurModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Myrna Oliver, « From the Archives: Chuck Connors, ‘The Rifleman,’ Dies at Age 71 », Los Angeles Times, no 11,‎ (lire en ligne)
  2. (en) John Grasso, Historical Dictionary of Basketball, Scarecrow Press, , 532 p. (lire en ligne), p. 318
  3. (en) Floyd Conner, Basketball's Most Wanted : The Top 10 Book of Hoops' Outrageous Dunkers, Incredible Buzzer-beaters, and Other Oddities, Potomac Books, , 304 p. (ISBN 9781597973991, lire en ligne)
  4. (en)Chuck Connors biography, "Welcome to the McCain Ranch" website dedicated to the history and content of the television series The Rifleman; retrieved July 24, 2017.
  5. (en) Bruce Lambert, « Chuck Connors, Actor, 71, Dies; Starred as Television's 'Rifleman' », The New York Times,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier