Margot Robbie

actrice australienne

Margot Robbie (/ˈmɑːɡoʊ ˈɹɒbi/[1]), née le à Dalby (Queensland, Australie), est une actrice et productrice de cinéma australienne.

Margot Robbie
Description de cette image, également commentée ci-après
Margot Robbie en 2023.
Nom de naissance Margot Elise Robbie
Naissance (34 ans)
Dalby, (Queensland, Australie)
Nationalité Australienne
Profession Actrice
Productrice
Films notables Le Loup de Wall Street
Suicide Squad
Moi, Tonya
Once Upon a Time… in Hollywood
Babylon
Barbie

Robbie se fait d’abord connaître à la télévision australienne en 2008, avec un rôle régulier dans le soap opera à succès Les Voisins, qui lui vaut deux nominations aux Logie Awards. Elle rejoint ensuite la distribution principale de la mini-série historique américaine Pan Am. En 2013, elle accède à la notoriété à Hollywood avec le grand succès commercial du Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese, aux côtés de Leonardo DiCaprio. À partir de 2016, elle rejoint l'univers cinématographique DC en devenant, sur trois films, l'interprète du docteur Harley Quinn : dans Suicide Squad, puis Birds of Prey en 2020 et The Suicide Squad en 2021.

Au milieu des années 2010, sa carrière s'oriente aussi vers des films plus susceptibles de plaire aux critiques. Elle est Tonya Harding, une ex-patineuse artistique, dans la comédie biopic Moi, Tonya de Craig Gillespie. Son interprétation est saluée par l'ensemble des critiques et de ses pairs, lui permettant de décrocher ses premières nominations aux Golden Globes, aux BAFTA et à l'Oscar de la meilleure actrice[2]. D'autres rôles, dans Marie Stuart, reine d'Écosse ou le drame Scandale, lui permettent d'être nommée une nouvelle fois respectivement aux BAFTAs ainsi qu'aux Oscars.

Alternant drames et comédies, Margot Robbie s'affirme dans les années 2020 comme l'une des actrices les plus demandées à Hollywood, obtenant notamment le rôle de Sharon Tate dans Once Upon a Time... in Hollywood (2019) de Quentin Tarantino, et celui de la poupée Barbie dans le film du même nom (2023) de Greta Gerwig. Pour ce film, elle remporte en tant que co-productrice le Golden Globe de la meilleure réussite cinématographique au box office.

Biographie

modifier

Jeunesse et formation

modifier

Margot Robbie naît en Australie, à Dalby dans le Queensland[3] puis elle déménage à Gold Coast toujours dans le Queensland, où elle vit avec sa mère célibataire, Sarie Kessler, physiothérapeute[4], ses deux frères, Lachlan et Cameron et sa sœur Anya[5]. Elle a peu de contact avec son père[6] et passe l'essentiel de son temps dans la ferme de ses grands-parents[4]. À partir de 16 ans, en parallèle de ses études, elle occupe de nombreux petits emplois. Dans une interview au magazine Vogue, elle déclare : « Très jeune, je voulais devenir riche. À l’école, tous mes amis avaient de l'argent. J'allais souvent chez eux et je sais maintenant à quoi cela ressemble d'être riche. Alors, je me suis dit : Ok, je sais ce que je veux[5]. »

À quinze ans, elle décide alors de devenir actrice après avoir vu une fille de son âge jouer une scène à la télévision. Elle explique : « Je regardais la télé. Il y avait une fille de mon âge qui faisait une scène et ce n'était pas très bon. Je me souviens avoir pensé que j'aurais fait mieux[5]. » Elle est fan de culture pop américaine, notamment de séries télé et de films[7].

En 2007, après avoir obtenu son diplôme de fin d'études secondaires au Somerset College de Gold Coast[4], elle entame des études de droit qu’elle abandonne rapidement. Elle enchaîne alors les petits emplois[8], vendeuse dans une boutique de surf (pendant deux ans), dans une épicerie, une pharmacie. Elle prépare des sandwichs dans un Subway, elle fait du babysitting, des ménages[8]. À 17 ans, elle décide de s'installer à Melbourne pour réellement s'orienter vers une carrière d'actrice[9].

Débuts d'actrice en Australie (2008-2010)

modifier
 
L'actrice aux 2011 TV Week Logie Awards, en Australie.

Margot Robbie commence sa carrière en 2008 en tournant dans deux longs métrages, Vigilante et I.C.U[10] et joue dans deux séries télévisées[11].

En 2008, elle se fait vraiment connaître du public australien grâce au soap opera Les Voisins[12], au casting duquel elle est intégrée à sa plus grande surprise, explique-t-elle au site Digital Spy[13]. Ce rôle lui vaut deux nominations aux Logie Awards, prix décernés aux professionnels de la télé australienne.

Par ailleurs, elle tourne des spots publicitaires, notamment pour Network Ten, l'une des trois principales chaînes de télévision australienne[14]. Elle est nommée dans la catégorie « personnalité féminine la plus sexy (Female Hottie) » aux Nickelodeon Australian Kids Choice Awards[15].

En 2010, elle annonce qu'elle quitte Les Voisins après trois saisons pour poursuivre sa carrière d'actrice à Hollywood. Elle est sélectionnée (mais toujours pas primée) pour le titre de Most Popular Actress aux Logie Awards. Six ans plus tard, elle déclara au site News.au.com : « Si quelqu’un mentionne la série [Les Voisins], je ressens tout de suite un sentiment de nostalgie. Cela me manque de ne plus y jouer et de ne plus être en Australie[6]. »

Débuts à Hollywood (2010-2014)

modifier

Elle part alors à Los Angeles pour tenter sa chance. Peu de temps après, elle est engagée, avec Christina Ricci, par la société de production Sony Pictures Television, dans la série télévisée Pan Am, destinée à la chaîne ABC[16]. Elle y incarne une hôtesse de l'air novice de la Pan American World Airways dans les années 1960. La série est annulée après seulement une saison faute d'audience, néanmoins certains critiques louent le jeu des acteurs[16].

En 2012, l'actrice s'envole vers l'Angleterre pour tourner dans la comédie romantique Il était temps du scénariste-réalisateur, Richard Curtis, aux côtés de Rachel McAdams et Domhnall Gleeson. Cependant, le film n'atteint pas les résultats escomptés[17] et (hormis au Royaume-Uni) c'est un semi-échec[18].

 
L'actrice en , l'année de sortie de Le Loup de Wall Street, qui la révèle au grand public.

En 2013, elle est à l'affiche (dans un second rôle) du film Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese. Elle y donne la réplique à Leonardo DiCaprio et y incarne Naomi Lapaglia, la seconde épouse très sexy du financier Jordan Belfort (joué par DiCaprio) avec qui elle a une relation orageuse et violente. Elle raconte à Harper’s Bazaar (le magazine de mode américain) comment s'est passée son audition pour le rôle avec DiCaprio (beaucoup plus célèbre qu'elle bien sûr), audition qui se révèlera cruciale pour elle : « dans ma tête, je me suis dit “tu as trente secondes pour les impressionner. C’est la chance d’une vie, tu dois la saisir”. Alors que Leonardo DiCaprio lui crie dessus au cours d’une scène de dispute, la jeune femme, dans un sursaut d’impulsivité, décide de le gifler [ce qui n'était pas prévu au scénario]. “J’étais persuadée que je n’allais plus retravailler dans cette ville ou qu’on allait me poursuivre en justice”, a-t-elle ajouté. Au contraire, ce geste lui a sans doute permis de décrocher le rôle le plus déterminant de sa carrière ! »[6].

En effet, le film devient un très gros succès commercial et le plus grand de la carrière de Martin Scorsese : plus de trois millions d'entrées en France et près de 400 millions de dollars de recette dans le monde[19],[20],[21]. Le film est nommé plusieurs fois aux Oscars et aux Golden Globes[21] et Margot Robbie est nommée aux MTV Movie Awards en tant que meilleure révélation[22],[23]. Si sa plastique est mise en valeur dans le film, certains critiques louent son excellente imitation de l'accent de Brooklyn[7]. Le site Awards Daily va plus loin : « Robbie est drôle, dure et joue parfaitement bien dans chaque scène où elle se trouve[24],[6]. »

Percée en tant que tête d'affiche (2014-2017)

modifier

Malgré ce succès, durant l'année 2014, Margot Robbie n'apparaît dans aucun film, lorsqu'elle accepte le rôle qu'Emma Stone et Kristen Stewart ont refusé[25] dans le glamour « gangster movie » Diversion de Glenn Ficarra et John Requa[26]. La présence des deux acteurs (Will Smith) n'est pas suffisante et la critique est négative. Allociné indique une note moyenne de 2,7 sur 5 pour 26 critiques[27]. Métro qualifie le film de « bouse policière ». Le Parisien : « le film louvoie entre médiocre thriller et comédie romantique à 2 $[25]. » Et, si Will Smith est épargné par certains comme l'hebdomadaire Elle qui le déclare « sexy et élégant en diable[28] », ce n'est pas le cas de Margot Robbie : Le Monde évoque une « poule de luxe[29]. » Chronic'art la qualifie de « bonnasse de service » et affirme que « C’est l’idée de (...) Diversion : s’en remettre à la toute puissance d’une paire de seins... »[30] Face à toutes ces critiques, le chroniqueur américain du magazine Rolling Stone est bien seul quand il déclare : « Margot Robbie est « waouh » et plus encore. L'actrice australienne que l'on avait découverte (...) dans Le Loup de Wall Street démontre maintenant un talent comique soutenu par une beauté d'acier[31]. » En France, le film attire néanmoins 0,8 million de spectateurs dans les salles, score moyen[32].

La même année, elle est à l'affiche des Survivants, un petit film qui passe inaperçu, sorti en VOD, aucune critique presse en France[33]. Elle enchaîne avec le film historique Suite française[34] emmenée par Michelle Williams, mais le film ne rencontre pas le succès[35],[36].

Début 2016, elle tourne en Afghanistan sous la direction, à nouveau, du tandem Ficarra-Requa (Diversion) dans Whiskey Tango Foxtrot[37], un film qui sort en France directement en VOD et en DVD[38].

 
L'actrice au San Diego Comic-Con 2015, pour la promotion de Suicide Squad.

En 2016, Margot Robbie interprète Jane Porter dans le Tarzan de David Yates[39]. Elle est la seizième Jane Porter au cinéma. Dans ce film d'action, de cascades et d'effets spéciaux, elle est souvent reléguée au second plan. La critique fait la moue[40], à l'instar des Inrocks : « Une jungle hygiénisée, une faune numérisée, (...) l’homme-singe parfaitement épilé [qui] sent moins le désir sauvage que l’eau de Cologne[41]. » Mais cette fois, le film n’est pas un échec commercial : avec 1,4 million d’entrées en France[42], il se classe 41e au box-office en France en 2016. À la suite du film, elle fait même la couverture du magazine Vogue US du mois de juin, photographiée en Jane Porter par le duo Mert and Marcus[43],[44].

La même année, elle tient son deuxième grand rôle, celui d'Harley Quinn dans le film Suicide Squad[45] réalisé par David Ayer. Aux côtés de Jared Leto et de Will Smith à nouveau, Margot fait partie d'une escouade de « super-vilains », ce film a pour but de présenter l'équipe d'anti-héros et super-vilains la Suicide Squad, inclus dans l'Univers cinématographique DC, un éditeur spécialisé dans les super-héros (Superman, Batman, Flashetc.). DC espère rattraper son retard sur son concurrent Marvel (Spider-Man, Iron Man, Hulk, les Avengersetc.) grâce à ce blockbuster qui affiche l’ambition de casser le politiquement correct inhérent à ce type de produit. Peu convaincante, la critique ironise : « On attendait des super-méchants, on a des super-mièvres. » écrit TF1 News. « Un navet radioactif. » renchérit Écran Large[46]. Allociné fait la synthèse avec une note moyenne de 2 sur 5[47]. Néanmoins deux critiques remarquent la bonne prestation de Margot comme Le Parisien qui déclare : « ce Suicide Squad se voit sauvé du naufrage par (...) Harley Quinn, campé avec fougue et humour par Margot Robbie... » Par ailleurs, le film rencontre un certain succès public aux États-Unis et en France avec 2,3 millions d'entrées en salles et se classe 20e du box-office français en 2016.

Reconnaissance critique et activités de production (depuis 2018)

modifier
 
L'actrice principale et productrice de Moi, Tonya, à la première au festival de Toronto 2017.

L'année suivante, la comédienne porte deux films indépendants, deux biopics : la romance anglaise en costumes Goodbye Christopher Robin, réalisée par Simon Curtis, qui lui permet de retrouver son partenaire de Il était temps, Domhnall Gleeson. Les critiques sont satisfaisantes[48]. Mais surtout, l'actrice produit et joue dans Moi, Tonya, une comédie noire signée Craig Gillespie où l'actrice incarne la patineuse Tonya Harding. Présente sur tous les plans, le film repose intégralement sur sa performance d'actrice et la relation de son personnage avec sa mère, jouée par Allison Janney. Les critiques saluent les performances des comédiennes, et Robbie décroche sa première nomination à l'Oscar de la meilleure actrice.

 
Margot Robbie arrive, pour la première à Los Angeles du film Once Upon a Time… in Hollywood, le 22 juillet 2019 à Hollywood.

L'année suivante, elle tente de confirmer avec le thriller néo-noir indépendant Terminal, écrit et réalisé par Vaughn Stein, qu'elle produit également. Cette co-production européenne est cependant éreintée par la critique lors de sa présentation dans des festivals[49], et se voit privée de sortie sur le sol américain[50]. Quant au biopic historique Marie Stuart, reine d'Écosse, où l'actrice incarne la reine Élisabeth Ire, face à Saoirse Ronan dans le rôle de sa cousine Marie Stuart, il reçoit de bonnes critiques mais passe inaperçu[51]. La comédienne se replie donc sur des projets plus commerciaux: elle tourne le film dérivé de Suicide Squad, intitulé Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn), réalisé par Cathy Yan, où elle officie aussi comme productrice[52] via sa société LuckyChap Entertainment (en).

Puis Quentin Tarantino la choisit pour jouer le rôle de Sharon Tate dans son film Once Upon a Time... in Hollywood. Sur son compte Instagram, durant l'été 2018, en plein tournage, l'actrice s'affiche en femme des sixties, bottes et minijupe blanche façon Nancy Sinatra[53]. Ce long-métrage, qui permet à l'actrice de retrouver Leonardo DiCaprio, est présenté au Festival de Cannes 2019 et sort dans les salles américaines le . Il sort en revanche en France le , soit au moment du cinquantième anniversaire de la mort de Sharon Tate[54]. Le film est extrêmement bien reçu par la critique et le public, enregistrant un score de 377 millions de dollars au box-office. Il est également récompensé par de nombreux Oscars. Toutefois le film est fustigé par le réalisateur Roman Polanski et son épouse Emmanuelle Seigner qui estime que Tarantino a réservé un traitement honteux à Roman et Sharon dans le film, et qu'il utilise la célébrité de Polanski pour créer son film[55]. Elle est l'une des têtes d'affiche du thriller Scandale aux côtés de Charlize Theron et Nicole Kidman. Le film est centré sur les expériences de divers membres du personnel féminin de Fox News et leurs altercations avec le fondateur de la chaîne, Roger Ailes[56],[57]. Ce film lui permet d'obtenir une nouvelle nomination à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

 
L'actrice durant la promotion de Babylon en 2023.

Elle débute la nouvelle décennie en coproduisant le premier long-métrage de la réalisatrice Emerald Fennell : Promising Young Woman. Le film totalise 18,9 millions de dollars à travers le monde, devenant l'un des plus gros succès cinématographiques de la pandémie de coronavirus[58]. Nommé pour quatre Oscars, le long-métrage décroche une nomination pour le prix du meilleur film et la récompense du meilleur scénario original. En 2021, l'actrice est à l'affiche de deux réalisations, le premier est Pierre Lapin 2 : Panique en ville, et le deuxième est The Suicide Squad de James Gunn où elle reprend son rôle d'Harley Quinn aux côtés d'Idris Elba et de John Cena.

En , elle signe son retour au cinéma et devient la « nouvelle reine de Hollywood »[59]. Elle incarne d'abord une étoile montante du cinéma muet dans la fresque Babylon, signée du réalisateur Damien Chazelle. Le rôle, à l’origine écrit pour Emma Stone[60], s’inspire librement de la figure historique Clara Bow, star des années 1920[61]. Sa participation sur ce film lui vaut une nomination pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie. Le public la retrouve par la suite dans la comédie de science-fiction Asteroid City de Wes Anderson[62]. Elle y joue un double rôle aux côtés de Tom Hanks, Jason Schwartzman, Scarlett Johansson ou encore Adrien Brody. Le film est présenté « Hors compétition » lors du Festival de Cannes présidé par le réalisateur Ruben Östlund.

Margot Robbie est ensuite « l'actrice de l'été 2023 » en jouant le rôle de Barbie dans l'adaptation en prise de vues réelles que consacre la réalisatrice Greta Gerwig à la poupée commercialisée par Mattel. Sur ce film, elle tient une double casquette puisqu'elle officie également comme productrice aux côtés de son époux Tom Ackerley. Le film sort dans les salles françaises le et atteint le milliard de dollars fin août, devenant le premier long-métrage réalisé par une femme à atteindre ce cap devant le premier volet de Wonder Woman[63]. Sur le tournage, elle se montre investie, organisant des soirées pyjamas, des soirées au cinéma ou des « journées roses »[64] pour renforcer la cohésion de toute l'équipe. Grâce à ce film, Margot Robbie devient l'actrice la mieux payée de Hollywood en [65]. Le film termine sa promotion avec respectivement 9 nominations aux Goldens Globes et 8 nominations aux Oscars derrière le film biographique Oppenheimer et devant le film de procès Anatomie d'une chute. Elle est nommée comme meilleure actrice dans un film musical ou une comédie et remporte le Golden Globe du meilleur box-office, nouvelle récompense reconnaissant les films qui ont fait le plus d'entrées au cinéma cette année-là. L'absence de son nom parmi les nommées à l'Oscar de la meilleure actrice pour le film crée une polémique qu'elle s'empressera d'éteindre en rapellant sa fierté d'être nommée à l'Oscar du meilleur film[66]. Dans le même temps, elle produit le second film de la réalisatrice Emmeral Fennell intitulé Saltburn, romance érotique gay avec Jacob Elordi et Barry Keoghan dans les rôles principaux. Elle apporte son soutien à la grève des acteurs organisée par la SAG-AFTRA[67]. En fin d'année, elle confirme qu'elle ne reprendra pas son rôle d'Harley Quinn dans les prochaines adaptations DC mise en place par James Gunn et apporte son soutien à la chanteuse Lady Gaga qui lui succède dans la comédie musicale Joker : Folie à deux prévue l'année suivante[68].

En 2024, il est prévu qu'elle tourne Ocean's, second spin-off dérivé de la franchise Ocean's[69]. Elle doit y retrouver l'acteur canadien Ryan Gosling, déjà son partenaire sur Barbie ; tous deux doivent incarner les parents des personnages joués par George Clooney et Sandra Bullock dans les différents films de la franchise. L'action du long-métrage se déroule dans la France des années 60, en plein mouvement de la Nouvelle vague[70].

Elle est également annoncée dans le premier film en langue anglaise du réalisateur sud-coréen Kogonada, intitulé A Big Bold Beautiful Journey ; elle devrait y jouer le rôle principal face à l'acteur irlandais Colin Farrell[71].

Vie privée

modifier

Margot Robbie a vécu à New York durant plusieurs années[72]. Puis l'actrice a vécu à Londres en colocation avec six de ses amis (dont son futur mari Tom Ackerley[6]), ne se disant alors pas prête à emménager seule, la solitude lui faisant peur[8].

À partir de 2014, Margot Robbie fréquente l'assistant-réalisateur britannique Tom Ackerley (en), rencontré sur le tournage de Suite française[73],[74]. Des rumeurs annoncent leurs fiançailles après l'avant-première du film Tarzan[75] ; ils se marient le à Byron Bay, en Australie[76]. Début juillet 2024, des clichés montrent que l’actrice et son époux attendent leur premier enfant[77].

L'actrice se dit amatrice de hockey sur glace, notamment de l'équipe des Rangers de New York[78], ainsi que de l'équipe anglaise de football Fulham FC[79]. Elle s'exerce au yoga[80], et a notamment beaucoup pratiqué la méthode Pilates pour les besoins du film Suicide Squad[81]. Elle est membre de Greenpeace[82],[80].

Image publique

modifier

Popularité commerciale

modifier
 
L'actrice dans un spot d'Oxfam en décembre 2016.

Dans les années 2010, certains médias voient en Robbie une « nouvelle Marilyn Monroe »[83]. Le magazine Vanity Fair la surnomme « nouvelle reine d'Hollywood » en 2022[84]

En 2021, l'actrice est suivie par plus de 23 millions d'abonnés sur son compte certifié Instagram[85]. Elle a cependant effacé son compte pendant l'été 2021[86]. Elle y partage notamment des photos privées, comme lors de ses sorties en mer pour faire du surf, pratique sportive qu'elle affectionne particulièrement[80].

Au sujet de ses apparitions publiques et de ses tenues, le site Vogue déclare : « L'actrice australienne cultive un style casual (« décontracté ») au quotidien et aime, souvent, se la jouer tomboy (« garçon manqué »). »[80] Souvent remarquée pour sa beauté et sa plastique, Robbie dit ne pas se soucier de son physique et ne faire aucun régime[8].

Dans Madame Figaro, pour sa part, on trouve cette description des goûts et du style de l'artiste : « Margot Robbie connaît son potentiel et son physique, et évite tous les écueils avec style. À la ville comme sur tapis rouge, l’actrice australienne est adepte d’une sobriété élégante, jouant de nuances de noir et de blanc. Dans une robe bustier Giambattista Valli haute couture presque classique pour la première de Diversion à Los Angeles, ou avec une sage combi-pantalon Blumarine (en) sous un manteau Alexander McQueen pour celle de Londres, elle bazarde l’image de bimbo qui pourrait lui coller à la peau. Toutefois la rigueur n’est pas toujours de mise dans le dressing de l’actrice et lorsqu’elle s’essaye à des tenues plus audacieuses, tout Hollywood s’en souvient. Sa robe reptilienne au lamé doré et décolleté vertigineux signée Tom Ford a envoûté le parterre de stars des Oscars 2016. Sa sensualité affolante s’affiche aussi en couverture des magazines de mode, du plus pointu comme Oyster (en) en robe bijoutée Prada, à l’emblématique Vogue US en maillot de bain léopard Michael Kors Collection. Sa notoriété mode n’est plus à faire, Margot Robbie a définitivement rejoint le clan des reines du style. Une nouvelle fois, sa plastique irréprochable est un atout, et son talent, sa vraie force. »[75]

Pour Puretrend, l'actrice fait partie des femmes les plus inspirantes à Hollywood dans l'univers de la mode[87].

Filmographie

modifier

Cinéma

modifier

Années 2000

modifier
  • 2008 : Vigilante d'Aash Aaron : Cassandra
  • 2009 : I.C.U. d'Aash Aaron : Tristan Waters

Années 2010

modifier

Années 2020

modifier

Télévision

modifier

Production

modifier

Cinéma

modifier

Télévision

modifier

Distinctions

modifier
 
Margot Robbie ici au Comic-Con de San Diego de 2016.

Récompenses

modifier

Nominations

modifier

Voix francophones

modifier

En France, Dorothée Pousséo est la voix française régulière de Margot Robbie depuis Le Loup de Wall Street en 2013, et la double notamment dans Whiskey Tango Foxtrot, Tarzan, les films de l'univers cinématographique DC, Moi, Tonya et Scandale[89].

Elle a également été doublée à deux reprises par Audrey Sourdive dans Marie Stuart, reine d'Écosse et Asteroid City et à titre exceptionnel par Caroline Klaus dans Pan Am[89], Barbara Probst dans Il était temps, Alexandra Ansidei dans Suite Française[89], Élisabeth Ventura dans Diversion, Caroline Mozzone dans Goodbye Christopher Robin, et par Diane Dassigny dans Once Upon a Time… in Hollywood.

Au Québec, Catherine Brunet[90] est la voix québécoise la plus régulière de l'actrice, et la double notamment dans Le Loup de Wall Street, Focus, La Légende de Tarzan, les films de l'univers cinématographique DC, Moi, Tonya, Terminal, Marie Stuart, Reine d'Écosse et Il était une fois... à Hollywood. Catherine Proulx-Lemay l'a doublé dans À travers le temps[90].

Notes et références

modifier
  1. Prononciation en anglais australien retranscrite selon la norme API.
  2. « Margot Robbie (prix et nominations) », sur Allociné.fr.
  3. « Margot Robbie » [archive du ], AllMovie.com (consulté le ).
  4. a b et c « Margot Robbie », sur IMDb.com (consulté le ).
  5. a b et c Audrey Kucinskas, « Qui est Margot Robbie, l'ambitieuse et extravagante Jane du nouveau Tarzan ? », sur lexpress.fr, .
  6. a b c d et e « Suicide Squad : cinq choses à savoir sur Margot Robbie » (consulté le ).
  7. a et b « Margot Robbie revient sur ses scènes de sexe dans Le Loup de Wall Street », sur Eonline.com (consulté le ).
  8. a b c et d Prisma Média, « Margot Robbie : “J’ai peur de rester seule !” - Gala » (consulté le ).
  9. « Laura Cameron Bio - Pan Am - ABC.com », sur web.archive.org, (consulté le )
  10. « Happy Birthday Margot Robbie - Neighbours », (version du sur Internet Archive).
  11. Booska-p, « Grâce au Loup de Wall Street, Margot Robbie est convoitée », sur booska-p (consulté le ).
  12. J. M., « Margot Robbie : la belle gosse du film Tarzan fait tourner toutes les têtes (29 PHOTOS) », (consulté le ).
  13. « Neighbours star reveals audition shock », Elle dit qu'elle a appris avoir obtenu le rôle alors qu'elle venait de partir en vacances avec son petit ami au Canada (elle avait passé les auditions juste avant son départ)., sur Digitalspy.com, (consulté le ).
  14. « Smith, Ritchie score Gold Logie nominations », (consulté le ).
  15. « Neighbours », sur TenPlay - Neighbours (consulté le ).
  16. a et b Lily Smith, « Margot Robbie explique l'échec de la série Pan Am », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  17. « Il était temps : critique presse (note 3,2 sur 5) », sur Allociné.
  18. (en) « Il était temps (217 386 entrées seulement en France) », sur JP's Box-Office.
  19. « The Wolf of Wall Street » (consulté le ).
  20. « The Wolf of Wall Street (2013) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le ).
  21. a et b « Le Loup de Wall Street devient le plus gros succès de Martin Scorsese » (consulté le ).
  22. « MTV movie awards 2014: toutes les nominations » (consulté le ).
  23. Prisma Média, « Margot Robbie - La biographie de Margot Robbie avec Voici.fr », sur Voici.fr (consulté le ).
  24. Sasha Stone, « The Big Bad Wolf of Wall Street – Review – Awards Daily » (consulté le ).
  25. a et b « « Diversion » : Will Smith, quelle arnaque ! », sur leparisien.fr.
  26. « Diversion », sur Allociné, (consulté le ).
  27. « Diversion : Critique presse », sur Allociné.
  28. « Diversion », sur elle.fr.
  29. Isabelle Regnier, « « Diversion » : une escroquerie qui ne cherche même pas à se cacher », Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  30. « Diversion », Chronicart donne la note de 0 (zéro) à ce film, Allociné, comme à l'accoutumée, "gonfle" cette note en indiquant que Chronicart lui a donné 1 (un) point : www.allocine.fr/film/fichefilm-206559/critiques/presse/, sur chronicart.com
  31. (en) Peter Travers, « 'Focus' Movie Review », Rolling Stone, (consulté le ).
  32. (en) « Diversion », sur JP's Box-Office.
  33. « Les Survivants », sur Allociné, (consulté le ).
  34. « Suite Française », sur Allociné
  35. (en) « Suite française », sur JP's Box-Office.
  36. « Suite Française : Critique presse », sur Allociné.fr.
  37. « Whiskey Tango Foxtrot », sur Allociné.fr.
  38. (en) « Whiskey Tango Foxtrot », sur JP's Box-Office.
  39. « Tarzan Bande-annonce », sur Allociné.fr.
  40. « Tarzan : Critique presse », sur Allociné.fr.
  41. « Tarzan », sur lesinrocks.com.
  42. (en) « Tarzan (2016). The Legend of Tarzan », sur JP's Box-Office.
  43. (en) « Margot Robbie Does Bronzed Goddess Perfectly on Vogue’s June Cover (Forum Buzz) », sur thefashionspot.com.
  44. (en) « Photopack 62 - Alexander Skarsgard y Margot Robbie », sur Deviant Art.com.
  45. « Suicide Squad, Bande-annonce », sur Allociné.fr.
  46. « Suicide Squad : critique radioactive », sur écranlarge.com.
  47. « Suicide Squad : critique presse », sur Allociné.
  48. (en) « Goodbye Christopher Robin (2017) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  49. (en) « Terminal (2018) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  50. https://www.boxofficemojo.com/movies/intl/?page=&country=UA&id=_fTERMINAL201.
  51. (en) « Mary Queen of Scots (2018) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  52. « Birds of Prey : Margot Robbie dévoile le nouveau look d’Harley Quinn », sur IGN France, (consulté le ).
  53. « Première photo de Margot Robbie en Sharon Tate dans le prochain Tarantino », Premiere.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. Chloé Friedmann, « Margot Robbie dévoile sa transformation en Sharon Tate », Madame Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. AlloCine, « Once Upon a Time in Hollywood : le coup de gueule d’Emmanuelle Seigner », sur AlloCiné (consulté le ).
  56. Clément Cuyer, « Teaser Bombshell : Nicole Kidman, Margot Robbie et une Charlize Theron méconnaissable au cœur du scandale », sur fr.news.yahoo.com, .
  57. « Charlize Theron méconnaissable en célèbre journaliste dans "Bombshell" », sur huffingtonpost.fr, .
  58. « Promising Young Woman », sur Box Office Mojo (consulté le )
  59. « Du Loup de Wall Street à Barbie, comment Margot Robbie est devenue une reine à Hollywood », sur www.telerama.fr, (consulté le )
  60. « Emma Stone remplacée par Margot Robbie dans Babylon de Damien Chazelle ? », sur Premiere.fr, (consulté le )
  61. « Clara Bow, Irving Thalberg… Qui sont ces stars qui ont inspiré « Babylon » de Damien Chazelle ? », sur www.troiscouleurs.fr (consulté le )
  62. « Scarlett Johansson, Margot Robbie, Tom Hanks : le casting XXL d'Asteroid City réuni à New York », sur elle.fr, (consulté le )
  63. « Cinéma : Barbie et Oppenheimer explosent le box-office et dépassent le milliard de dollars de bénéfices », sur ladepeche.fr (consulté le )
  64. « Margot Robbie a organisé une soirée pyjama avec toutes les Barbies avant le tournage », sur Premiere.fr, (consulté le )
  65. « Margot Robbie : Grâce à Barbie, elle est l'actrice la mieux payée à Hollywood », sur parismatch.com, (consulté le )
  66. « La réponse très classe de Margot Robbie sur son absence de nomination aux Oscars pour Barbie », sur Le Figaro, (consulté le )
  67. « Grève des acteurs: Margot Robbie manifeste devant les locaux de Netflix », sur BFMTV (consulté le )
  68. « Margot Robbie « heureuse » que Lady Gaga lui succède dans le rôle d'Harley Quinn », sur CNEWS, (consulté le )
  69. « Ocean's Eleven : l'histoire du nouveau film avec Margot Robbie et Ryan Gosling se dévoile », sur EcranLarge.com, (consulté le )
  70. Ocean's Eleven Prequel with Margot Robbie, AlloCine Consulté le .
  71. Condé Nast, « Margot Robbie et Colin Farrell bientôt réunis au cinéma », sur Vanity Fair, (consulté le )
  72. (en) « 5 things to know about Margot Robbie », Swide Magazine, (consulté le ).
  73. (en) Bruna Nessif, « Margot Robbie Plants a Fat Kiss on New Boyfriend Tom Ackerley—See the Sweet Pics! » [archive du ], E!, (consulté le ).
  74. (en) Shannon Molloy, « Margot Robbie confirms relationship with Tom Ackerly still going strong », The Courier-Mail, Brisbane, Australie,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  75. a et b Anthony Vincent, « Margot Robbie : pourquoi on adore la nouvelle égérie Calvin Klein », madame Figaro,‎ , mise à jour le 29 janvier 2020 (lire en ligne, consulté le ).
  76. Margot Robbie s'est mariée ce week-end, Vogue, 19 décembre 2016.
  77. « Margot Robbie enceinte de son premier enfant : elle laisse voir son ventre arrondi », sur parismatch.com, (consulté le )
  78. https://www.blueshirtbanter.com/2016/8/5/12385118/suicide-squads-margot-robbie-is-a-new-york-rangers-fan
  79. https://www.foxsports.com.au/football/extra-time-margot-robbie-reveals-shes-a-fulham-fan-alexis-sanchez-celebrates-with-a-fan/news-story/1f4fe726454619d6154a30518ff7085d.
  80. a b c et d (en) Manon Garrigues, « Ce qu'il faut savoir sur Margot Robbie », Vogue, (consulté le ).
  81. « Margot Robbie entraînée en seulement deux semaines pour "Suicide Squad" » (consulté le ).
  82. « Dans le nouveau «Tarzan», c’est Margot Robbie qui met le feu » (consulté le ).
  83. (en) Marlow Stern, « Is Margot Robbie the Next Marilyn Monroe? Not A Chance », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  84. Condé Nast, « Margot Robbie, reine d'Hollywood », sur Vanity Fair, (consulté le )
  85. (en) Dubai One Channel, « Margot Robbie Steps Back From Social Media », sur Dubai One (consulté le )
  86. (en-US) Paul Tamburro, « Is Margot Robbie on Social Media? Instagram, X (Twitter), Facebook & TikTok », sur ComingSoon.net - Movie Trailers, TV & Streaming News, and More, (consulté le )
  87. « Margot Robbie : l'ascension mode d'une sexy girl » (consulté le ).
  88. « Margot Robbie, femme de pouvoir à Hollywood et Barbie post-metoo à l’écran », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  89. a b et c « Comédiennes ayant doublé Margot Robbie en France », sur RS Doublage (consulté le ).
  90. a et b « Comédiennes ayant doublé Margot Robbie au Québec », sur doublage.qc.ca (consulté le ).

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :