Merveilleux-scientifique

Le merveilleux-scientifique est un genre littéraire de la fin XIXe siècle et du début XXe siècle apparenté à la science-fiction. Prenant place dans un cadre rationnel, ce genre repose sur l'altération d'une loi scientifique autour de laquelle l'intrigue est construite, afin de donner matière à réflexion au lecteur.

Couverture du roman On a volé la tour Eiffel de Léon Groc, illustrée par Henri Armengol.

Apparu en France à la fin du XIXe siècle avec Rosny aîné, le merveilleux-scientifique n'est théorisé qu'en 1909 par le romancier Maurice Renard qui cherche à le structurer en mouvement littéraire. En rupture avec les aventures scientifiques de Jules Verne, Maurice Renard revendique au contraire comme modèle les œuvres des romanciers Edgar Poe et H.G. Wells plus imaginatifs. Il s'approprie ce néologisme créé au XIXe siècle en rajoutant un trait d'union, afin de mettre l'accent sur l'articulation entre la modernisation du conte de fée et la rationalisation du surnaturel.

Principalement employé par les romanciers populaires, ce genre s'alimente des sciences et pseudo-sciences qui trouvent un écho dans l'opinion publique, jusqu’à sa disparition progressive à partir des années 1930. Depuis la fin des années 1990, le merveilleux-scientifique fait l'objet d'une nouvelle attention du public avec le travail critique de quelques chercheurs et d'auteurs qui réactualisent ce genre littéraire oublié.

BibliographieModifier

Sources primairesModifier

  • Maurice Renard, « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l'intelligence du progrès », Le Spectateur, no 6,‎ , p. 245-261 (lire en ligne, consulté le 20 juin 2020).
    Manifeste dans lequel Maurice Renard théorise le concept du merveilleux-scientifique.
  • Serge Lehman, « Les mondes perdus de l'anticipation française », Le Monde diplomatique,‎ , p. 28-29 (lire en ligne, consulté le 20 juin 2020).
    Article précurseur dans la redécouverte du genre merveilleux-scientifique.

Ouvrages généralistesModifier

ArticlesModifier

Le merveilleux-scientifiqueModifier

  • Jean-Luc Boutel, « La littérature d'imagination scientifique : genèse et continuité d'un genre », dans Jean-Guillaume Lanuque (dir.), Dimension Merveilleux scientifique, Encino (Calif.), Black Coat Press, coll. « Rivière Blanche », (ISBN 978-1-61227-438-6), p. 295-356.
  • Danielle Chaperon, « Du roman expérimental au merveilleux-scientifique : Science et fiction en France autour de 1900 », Europe : Revue littéraire mensuelle, vol. 870,‎ , p. 51-63.
  • Françoise Deherly, « De la physiognomonie à la phrénologie », sur Le blog Gallica, (consulté le 22 juin 2020).
  • (en) Arthur B. Evans (trad. Patrick Dusoulier), « Science-fiction et fiction scientifique en France : de Jules Verne à J.-H. Rosny aîné », ReS Futurae, vol. 11,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/resf.1406, lire en ligne).
  • (en) Rae Beth Gordon, « "Le Merveilleux scientifique" and the Fantastic », L'Esprit Créateur, vol. 28,‎ , p. 9-22 (lire en ligne).
  • Fleur Hopkins, « Généalogie et postérité du genre merveilleux-scientifique (1875-2017) : apparitions, déformations et complexités d'une expression », dans Jean-Guillaume Lanuque (dir.), Dimension Merveilleux scientifique 4, Encino (Calif.), Black Coat Press, coll. « Rivière Blanche », (ISBN 978-1-61227-749-3), p. 241-259.
  • Fleur Hopkins, « Approche épistémocritique du merveilleux-scientifique », Romantisme, Armand Colin, vol. 183,‎ , p. 66-78 (ISBN 978-2-20093-228-2, lire en ligne).
  • Fleur Hopkins, « Le merveilleux-scientifique : une Atlantide littéraire », sur Le blog Gallica, (consulté le 21 juin 2020).
  • Fleur Hopkins, « Le merveilleux-scientifique dans le paysage littéraire français », sur Le blog Gallica, (consulté le 22 juin 2020).
  • Fleur Hopkins, « Un miroir déformé du temps présent : optogrammes et rétrovision dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français », Revue d'histoire culturelle, XVIIIe – XXIe siècles, no 1,‎ (lire en ligne).
  • Jean-Guillaume Lanuque, « Le retour du refoulé ? Sur le renouveau du merveilleux scientifique », dans Jean-Guillaume Lanuque (dir.), Dimension Merveilleux scientifique, Encino (Calif.), Black Coat Press, coll. « Rivière Blanche », (ISBN 978-1-61227-438-6), p. 359-377.
  • Jean-Guillaume Lanuque, « La bande-dessinée, avenir du merveilleux-scientifique ? », dans Jean-Guillaume Lanuque (dir.), Dimension Merveilleux scientifique 4, Encino (Calif.), Black Coat Press, coll. « Rivière Blanche », (ISBN 978-1-61227-749-3), p. 287-302.
  • Roger Musnik, « De Jules Verne à Maurice Renard : les précurseurs », sur Le blog Gallica, (consulté le 22 juin 2020).

Maurice RenardModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier