Pierre Versins

écrivain français

Pierre Versins, né Jacques Jean Gaston Eugène Chamson à Strasbourg le et mort à Avignon le [1], est un écrivain, essayiste et spécialiste de science-fiction français.

Pierre Versins
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
AvignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Lieu de détention
Janowitz concentration camp (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Prix Pilgrim ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Cousin de l'écrivain André Chamson, Pierre Versins — qui ne s'appelle pas encore ainsi, mais il prendra, en devenant écrivain, un pseudonyme pour ne pas gêner son oncle académicien — est impliqué dans la résistance, arrêté et déporté dans un camp de concentration, à savoir Auschwitz dont il porte le matricule tatoué sur l'avant-bras gauche.

Accueilli en Suisse en 1952, il séjourne à Leysin pour se remettre des vicissitudes de la guerre. On lui apporte de France les quatre premiers volumes de la collection « Anticipation » que viennent de publier les éditions Fleuve noir. Ces quatre volumes sont aujourd'hui visibles dans la bibliothèque de la Maison d'Ailleurs[2]. Quelques mois avant, Hachette/Gallimard avaient créé « Le Rayon fantastique ». En sort le no 1 de la revue Fiction.

En 1957, Pierre Versins, établi alors à Lausanne, rencontre quelques passionnés du genre. Et pour mieux discuter de cet engouement commun, il fonde le Club Futopia, dont il est le président. En sort le no 1 de la revue Ailleurs, réservée aux « Futopiens » et ancêtre des fanzines français. Le nombre des membres croît très vite, partis de six Lausannois, ils se retrouvent près de 200, dont une majorité de français et quelques collectionneurs acharnés dont le virus va contaminer beaucoup d'autres.

Les livres et les objets s'accumulent. Il ratisse large, passant au peigne fin des boutiques entières et des dépôts à la recherche de merveilles, comme les œuvres de Raymond Roussel, aujourd'hui rééditées mais alors introuvables. L'appartement ne peut plus tout abriter. Il déménage, cherchant des murs pour y installer ses bibliothèques. Une grande exposition de ses collections est organisée en 1967, à la Kunsthalle de Berne, grâce à son conservateur éclairé Harald Szeemann. L'exposition est montrée la même année à Paris, au musée des Arts décoratifs (dans une aile du Louvre) et, en 1968, à Düsseldorf.

Puis Versins s'installe dans une ferme à Rovray où il met la dernière main à son encyclopédie. La collection s'accroît toujours. Il décide alors d'en offrir la totalité à la ville d'Yverdon-les-Bains, à charge pour elle de fournir les locaux qui en feront un musée. Il n'a pas oublié « Ailleurs » qui unissait les Futopiens dont beaucoup fournirent eux aussi quelques pièces rares pour compléter les collections versiniennes, en particulier Jacques Bergier et, plus tard, Forrest J. Ackerman, le plus grand collectionneur des États-Unis. Ainsi est inaugurée le la Maison d'Ailleurs, réunissant alors environ 20 000 documents et objets rattachés à la science-fiction et à son imagerie (affiches, œuvres d'art, jouets, disques, etc.), ainsi que 40 000 livres dont certains anciens ou très rares, rassemblés en 25 ans[2].

Pierre Versins meurt le à l'hôpital d'Avignon alors qu'il est soigné pour une bronchite chronique.

PostéritéModifier

Un prix Versins du « meilleur » plus mauvais calembour est décerné lors de chaque convention nationale de science-fiction.

Pierre Versins - sa vie, son œuvre.

CitationsModifier

« La science fiction est un univers plus grand que l'univers connu… Elle invente ce qui a peut-être été, ce qui est sans que nul ne le sache, et ce qui sera ou pourrait être… Elle est avertissement et prévision, sombre et éclairante… Elle est le rêve d'une réalité autre et la réalisation des rêves les plus fous… »

— Pierre Versins

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • 1954 : En avant, Mars paru en 1979 aux éditions Kesselring
  • 1954 : Les étoiles ne s'en foutent pas paru en 1980 aux éditions Kesselring
  • 1956 : Le Professeur
  • 1971 : Les Transhumains paru en 1980 aux éditions Kesselring

EssaisModifier

NouvellesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

RadioModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier