Ouvrir le menu principal

Ferenczi & fils

maison d'édition française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferenczi.
Ferenczi & fils
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège social
Pays

Ferenczi puis J. Ferenczi & fils est une maison d'édition française fondée en 1879 par Joseph Ferenczi (1855-1934)[1], un éditeur français d'origine hongroise.

Cette maison est l'un des acteurs majeurs du genre « roman populaire » et du roman illustré durant la première moitié du XXe siècle. Elle disparaît en 1966.

HistoireModifier

DébutsModifier

 
Annonce parue dans Le Matin en décembre 1916.

Le Hongrois Joseph Ferenczi, né à Baja le dans une communauté juive, ouvre une maison d'édition en 1879 au 48 rue de Lancry à Paris. Son gérant est mentionné comme s'appelant « G. Niquet ». En 1903, il reprend le magazine illustré Sans-Gêne à l'éditeur Samuel-Sigismond Schwarz, et le suspend en 1906.

Après quelques publications grivoises qui lui valurent des procès, Ferenczi réoriente sa politique éditoriale à partir de 1908. À l'instar d'éditeurs comme les Éditions Rouff, les frères Offenstadt, Arthème Fayard ou les Éditions Tallandier, la maison se lance alors dans la production de fascicules de 32 pages marqués au prix de 10 centimes et portant une couverture en couleurs assez clinquante. Le public visé est large ; c'est le marché du « livre à 2 sous » qui, inventé au milieu du XIXe siècle, connaît une nouvelle croissance dans les années 1900.

En 1912, il lance la collection « Le Petit Livre » : plus de 2 000 titres sortirent des presses, jusqu'en 1958. Publiés tous les samedis, ce format de livre tient plus du périodique : on y trouve de courts romans, des « novella » dans différents genres (sentimental, aventure, passion, crime, etc.) ; les couvertures sont illustrées par Georges Vallée ou Georges Sogny. Vingt-et-un titres sont écrits par Georges Simenon sous les pseudonymes de Jean Du Perry, Georges Sim, Georges-Martin Georges, Jacques Dersonne ou Jean Dorsage[2].

Les affaires semblent aller bien pour l'éditeur qui possède sa propre imprimerie à Montrouge, et la Première Guerre mondiale ne met pas un frein à sa production, tournée vers le très grand public.

J. Ferenczi & filsModifier

Durant l'entre-deux-guerres, la maison se spécialise dans de nouveaux formats de collections populaires, quelques-unes illustrées par des artistes, ce qui lui vaut aujourd'hui une belle réputation et l'attention des bibliophiles.

En 1920, est lancée la collection « Les Œuvres inédites » avec un premier titre signé Marcel Prévost. Chaque mois sort un nouveau livre, en général des nouvelles.

En décembre 1921, Ferenczi lance la collection « Idéal-Cinéma » qui rassemble des romans ayant fait l'objet d'une adaptation à l'écran ; ils sont illustrés avec des photographies tirées des films.

Le 1er juillet 1922, Ferenczi se constitue en société en nom collectif entre le fondateur Joseph Ferenczi et ses deux fils, Henri (1894-1964) et Alexandre (1900-1943), sous le nom de J. Ferenczi & fils[3]. Ils s'installent au 9 rue Antoine-Chantin à Paris 14e.

En septembre 1923 est créée la collection « Le Livre moderne illustré » proposant de grands succès littéraires illustrés de gravures originales, ainsi que la revue Demain.

En 1931, Hachette devient le distributeur.

Nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1926, Joseph meurt le à Paris[4]. Alexandre et Henri, les deux fils de Joseph, reprennent les éditions.

Spoliation (1940-1944)Modifier

Après avoir laissé leur maison à un fondé de pouvoir, Raymond Durand-Auzias (1889-1970)[5] est nommé administrateur provisoire par le tribunal de commerce de la Seine. Alexandre et Henri quittent Paris en juin 1940 et se réfugient en zone libre. Du fait des lois d'exclusion de Vichy, Ferenczi & fils est « aryanisée » en janvier 1941 et la gérance est donnée au collaborateur Jean de La Hire, auteur de la maison, qui démissionne en décembre, les Allemands rachetant alors le fonds, le transformant en outil de propagande sous le nom des « Éditions du livre moderne ». À la fin de 1944, la maison est rendue à son propriétaire légitime, Henri Ferenczi.

Dernières annéesModifier

En 1950, Henri Ferenczi reprend seul la gérance des éditions (jusqu'en 1954), publiant des ouvrages en format poche très bon marché, continuant certaines des collections inaugurées avant et pendant la guerre.

La plupart des collections se maintiennent en l'état après 1945 : « Le Petit Livre » produit régulièrement de nouveaux titres mais aussi des rééditions jusqu'au début des années 1960.

Henri meurt en 1964 et la maison disparaît en 1966.

Liste des collections paruesModifier

Ferenczi, qui comptait à la fin des années 1950 plus de 5 000 titres à son catalogue, publia nombre d'ouvrages appartenant aux différents genres du roman populaire :

Simenon, Colette qui y dirigea une collection, Marcel Allain, Maurice Limat figurèrent, entre autres célébrités littéraires, aux catalogues.

Le centre international Stanislas-André Steeman de la Communauté française de Belgique à Chaudfontaine a réalisé un important travail de recensement des très nombreuses collections de cette prolifique maison d'édition.

Liste des illustrateurs de la maisonModifier

Notes et référencesModifier

  1. Revue des lectures, vol. 3, septembre 1934, p. 1041.
  2. Notice sur La librairie Le Chat bleu, en ligne.
  3. Moteur de recherche de Chronologie de l'édition française par Pascal Fouché, en ligne.
  4. Base Léonore, Archives nationales de France, Cote 19800035/146/18639.
  5. La Seconde Guerre et l’Occupation, Andries Van den Abeele.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Ferenczi » par Marie-Gabrielle Slama, in P. Fouché (dir.), Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la librairie, 2005, tome II, p. 207 (ISBN 2-7654-0910-2)
  • Myriam Quere, « La maison d'édition J. Ferenczi & Fils, 1879-1940 », s/dir. de Dominique Kalifa, université de Paris 1, 2005

Article connexeModifier

Liens externesModifier