Ouvrir le menu principal

Benoît Peeters

écrivain, auteur de bande dessinée
Ne doit pas être confondu avec Frederik Peeters.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peters.
Benoît Peeters
Benoit Peeters 20100329 Salon du livre de Paris 3.jpg
Benoît Peeters en 2010.
Biographie
Naissance
(63 ans)
Paris, France
Nationalité
française
Activité
Autres informations
Distinction

Benoît Peeters né le à Paris, est un écrivain, un scénariste et un critique français. C'est également un spécialiste de l'univers de Tintin.

BiographieModifier

 
Benoît Peeters à la Marche des auteurs, Festival d'Angoulême 2015.

Jeunesse et débutsModifier

Né à Paris, il passe cependant son enfance à Bruxelles, où son père est l'un des premiers fonctionnaires européens[1]. A 12 ans, il rencontre au collège Don Bosco le futur dessinateur François Schuiten, avec lequel il imagine un journal[2]. Il ne revient en France qu'en 1973. Après une hypokhâgne et une khâgne au lycée Louis-le-Grand et une licence de philosophie à la Sorbonne (Université Paris I), il prépare le diplôme de l’École pratique des hautes études sous la direction de Roland Barthes. Sa thèse de sémiologie porte sur « l'analyse, case par case, des Bijoux de la Castafiore »[3].

Son premier roman, Omnibus, biographie imaginaire de Claude Simon, paraît en 1976 aux éditions de Minuit[4]. En 1980, il en publie un deuxième, La Bibliothèque de Villers, hommage à Jorge Luis Borges au moins autant qu'à Agatha Christie, chez Robert Laffont[5].

En 1977, il découvre la gastronomie lors d'un repas au restaurant des frères Troisgros, à Roanne. Alors qu'il est encore étudiant et est retourné vivre à Bruxelles, il s'essaie pendant un an comme cuisinier à domicile[1]. Il racontera cette expérience bien plus tard, dans la BD Comme un chef, dessinée par Aurélia Aurita.

Depuis le début de sa carrière, Benoît Peeters diversifie ses activités : romancier, biographe, scénariste, critique et théoricien de la bande dessinée, scénographe et éditeur. En 2009 paraît son ouvrage Ecrire l'image, un essai autobiographique. C'est à l'origine dans le cadre d'une Habilitation à diriger les recherches (soutenue à la Sorbonne en 2007) qu'il a écrit ce travail de synthèse[6],[7].

Il a deux fils, Archibald et Vladimir.

Spécialiste d'HergéModifier

Benoît Peeters rencontre pour la première fois Hergé en 1977, à Bruxelles, dans le cadre d'un entretien qu'il réalise avec Patrice Hamel pour la revue Minuit. Outre son mémoire consacré aux Bijoux de la Castafiore (qui paraît, remanié, sous forme de livre en 1984), il publie plusieurs petites études sur Tintin. Lorsque Carlsen et Casterman envisagent de réaliser une monographie sur Hergé, c'est le créateur de Tintin lui-même qui suggère aux éditeurs de confier la rédaction de l'ouvrage à Peeters[8]. Pour les besoins de ce livre (Le Monde d'Hergé), il s'entretient longuement avec le dessinateur, trois mois avant la mort de celui-ci.

Par la suite, Benoît Peeters travaille sur divers projets liés à Hergé, parfois en collaboration avec Pierre Sterckx : la collection L'Oeuvre intégrale d'Hergé pour les éditions Rombaldi (1984-1989), l'édition en album de la dernière aventure inachevée de Tintin, Tintin et l'Alph-Art (1986), le film documentaire Monsieur Hergé (1988), les expositions Hergé dessinateur (1988-1989) et Au Tibet avec Tintin (1994), ou encore la soirée thématique Tintin reporter pour la chaîne franco-allemande Arte (1995)[9].

En 2002, il fait paraître chez Flammarion la biographie Hergé, fils de Tintin, fruit de ses recherches et rencontres avec des témoins. L'ouvrage est considéré comme une référence[10].

Depuis 2015, il est l'un des trois auteurs des postfaces de la collection Hergé, le feuilleton intégral, éditée conjointement par Moulinsart et Casterman[11].

Scénariste de bande dessinéeModifier

De son style comme scénariste de bande dessinée, les critiques signalent le goût de l'expérimentation et la capacité à renouveler son art d’un album à l’autre[12],[13]. C’est précisément ce qui fait le succès de la série Les Cités obscures, qu'il a créée en 1982 avec son ami le dessinateur François Schuiten[14]. Elle n'obéit à aucune des règles classiques d'une série : les héros ne sont pas nécessairement les mêmes d'un récit à l'autre ; chaque histoire se déroule dans une ville différente, à une époque différente ; certains volumes sont en noir et blanc, d'autres en couleurs, etc.[15]

Au-delà de la bande dessinée, l'univers des Cités obscures s'inscrit dans d'autres supports et formes de narration. Ainsi, Mary la penchée se présente sous la forme d'un ouvrage illustré pour enfants, tandis que Le Guide des Cités ressemble à un véritable guide touristique. Au total, seize albums sont parus chez Casterman. La série est traduite dans une dizaine de langues[16] et ses auteurs ont reçu plusieurs prix, notamment le Grand Prix Manga, qui leur a été remis en février 2013 au Japan Media Arts Festival. C'est la première fois qu'un tel prix honore un auteur français et un auteur belge[17].

Toujours avec François Schuiten, Benoît Peeters a prolongé l'imaginaire des Cités obscures à travers plusieurs expositions, un spectacle musical (L'Affaire Desombres, 1999-2000), un faux documentaire (Le Dossier B, 1995)[18], et la scénographie d'un édifice conçu par Victor Horta à Bruxelles, la maison Autrique.

Benoît Peeters a également travaillé avec d’autres dessinateurs[19], notamment Aurélia Aurita, Frédéric Boilet, Anne Baltus et Alain Goffin. L'un de ses albums, Dolorès (scénario en collaboration avec François Schuiten, dessins d'Anne Baltus), a été porté à l'écran par le cinéaste allemand Michael Rösel[20].

Dans un autre genre, il a publié avec son ancienne compagne, la photographe Marie-Françoise Plissart, une série de récits photographiques d’un genre nouveau[21], publiés notamment aux Éditions de Minuit.

Essayiste et biographeModifier

Benoît Peeters s'intéresse à tous les arts (visuels et littéraires en particulier) sans hiérarchie des genres, ce qui était encore mal perçu dans la société à l'époque de son adolescence[22]. Théoricien et critique, il est l’auteur de plusieurs essais sur la bande dessinée. Outre celle d'Hergé, il a étudié les œuvres de Töpffer, Winsor McCay, Jirô Taniguchi et Chris Ware.

Il a également publié des travaux sur Paul ValéryAlfred Hitchcock, Agatha Christie, Nadar, Victor Horta, ainsi que sur le scénario, le storyboard et l'écriture en collaboration (Nous est un autre, avec Michel Lafon).

En 2010, Benoît Peeters publie la première biographie du philosophe Jacques Derrida[23], l'accompagnant d'un journal de bord doublé d'une réflexion sur le genre biographique, Trois ans avec Derrida, les carnets d'un biographe. Saluée par la critique[24],[25], cette biographie a notamment été traduite en anglais, allemand, espagnol, portugais, chinois et japonais.

Son goût pour les biographies remonte à son adolescence, période pendant laquelle il fut un grand lecteur d'ouvrages évoquant la vie des peintres comme Gauguin, Van Gogh ou Cézanne[2].

Autres activitésModifier

Benoît Peeters a fait plusieurs incursions dans l'audiovisuel. Il a réalisé des documentaires sur la bande dessinée (entre autres certains épisodes de la série Comix, en 2004, pour Arte[26]), le film Derrida, le courage de la pensée (en collaboration avec Virginie Linhart)[27], ou encore des entretiens filmés avec Alain Robbe-Grillet.

Pour le cinéma, il collabore en 1987 avec le cinéaste Raoul Ruiz sur le scénario du film La Chouette aveugle[28]. Il réalise lui-même quelques courts métrages, ainsi qu'un long-métrage, Le Dernier Plan, en 1999, dans lequel apparaissent notamment Pierre Arditi, Erik Orsenna et Bernard Pivot.

Directeur de la collection « Bibliothèque de Moulinsart » (consacrée à Hergé) pour Casterman de 1988 à 1996, il est conseiller éditorial chez le même éditeur depuis 2001. Il anime aussi une maison d'édition indépendante, Les Impressions Nouvelles, qu'il a cofondée en 1985.

Soucieux de la situation des auteurs, il lance en 2015 les Etats généraux de la Bande dessinée, avec Valérie Mangin et Denis Bajram[29].

Professeur associé au Conservatoire national des arts et métiers de 2016 à 2019, Benoît Peeters y témoigne en 2018 de sa passion pour la cuisine, à travers un cycle de conférences[30]. Il est aussi Visiting Professor à l'Université de Lancaster (Grande-Bretagne)[31].

ŒuvresModifier

LittératureModifier

  • Omnibus, Minuit, 1976 (épuisé). Edition augmentée, Les Impressions nouvelles, 2001.
  • La Bibliothèque de Villers, Robert Laffont, 1980 (épuisé). Réédition, Labor, collection « Espace Nord », 2012.
  • Le Transpatagonien, en collaboration avec Raoul Ruiz, Les Impressions nouvelles, 2002.
  • Villes enfuies, récits et fragments, Les Impressions nouvelles, 2007.

Scénarios de bande dessinée et récits illustrésModifier

  • Les Cités obscures, avec François Schuiten, Casterman :
    • Les Murailles de Samaris, 1983.
    • La Fièvre d'Urbicande, 1985.
    • L'Archiviste, 1987.
    • La Tour, 1987.
    • La Route d'Armilia, 1988.
    • Le Musée A. Desombres (CD et album illustré), 1990.
    • Brüsel, 1992.
    • Souvenirs de l'éternel présent, 1993.
    • L'Écho des Cités, 1993.
    • Mary la penchée, 1995.
    • L'Enfant penchée, 1996.
    • Le Guide des Cités, 1996.
    • L'Ombre d'un homme, 1999.
    • Voyages en Utopie, 2000 (épuisé)
    • L'Affaire Desombres (musique de Bruno Letort, livret et DVD), 2002.
    • La Frontière invisible, deux tomes, 2002 et 2004. Réédition en un volume, 2006.
    • Les Portes du Possible, 2005.
    • Le Dossier B, film, 1996 (DVD : Les Impressions nouvelles, 2007).
    • La Théorie du grain de sable, deux tomes, 2007 et 2008.
  • Plagiat !, coscénario avec François Schuiten, dessins d'Alain Goffin, Les Humanoïdes associés, coll. « Pied jaloux », 1989.
  • Le Signe de Lucifer, dessins d'Alain Goffin, Nathan, 1990.
  • Dolorès, coscénario avec François Schuiten, dessins d'Anne Baltus, Casterman, coll. « Studio (À suivre) », 1991.
  • Le Théorème de Morcom, dessins d'Alain Goffin, Les Humanoïdes associés, 1992.
  • Calypso, dessins d'Anne Baltus, Casterman, coll. « Studio (À suivre) », 1995.
  • Love Hotel, avec Frédéric Boilet, Casterman, 1993. Réédition, Ego comme X, 2005.
  • Tokyo est mon jardin, avec Frédéric Boilet, Casterman, 1997. Edition revue, 2002. Réédition, Ego comme X, 2011. Edition augmentée comprenant Love Hotel, Casterman, 2018.
  • Demi-tour, avec Frédéric Boilet, Dupuis, coll. « Aire libre », 1997. Edition revue et augmentée, 2010.
  • Revoir Paris, avec François Schuiten, Casterman, 2014 et 2016.
  • Comme un chef, dessins d'Aurélia Aurita[3], Casterman, 2018.

EssaisModifier

  • Le Monde d’Hergé, Casterman, 1983. Editions revues, 1991 et 2004.
  • Les Bijoux ravis. Une lecture moderne de Tintin, Magic Strip, 1984. Réédition sous le titre Lire Tintin. Les Bijoux ravis, Les Impressions nouvelles, 2007.
  • Case, planche, récit. Comment lire une bande dessinée, Casterman, 1991. Edition révisée, 1998. Réédition en poche sous le titre Lire la bande dessinée, Flammarion, coll. « Champs », 2003.
  • Hitchcock, le travail du film, Les Impressions nouvelles, 1993.
  • La bande dessinée, Flammarion, coll. « Dominos », 1993.
  • Töpffer, l’invention de la bande dessinée, avec Thierry Groensteen, Hermann, 1994.
  • Tu parles !? Le français dans tous ses états (dir. avec Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Corbeil et Jean-Marie Klinkenberg), Flammarion, 2000. Réédition, coll. « Champs », 2002.
  • Hergé, fils de Tintin, Flammarion, 2002. Nouvelle édition, 2016. Edition en poche, coll. « Champs », 2006.
  • Nous est un autre. Enquête sur les duos d’écrivains[32]‚ avec Michel Lafon‚ Flammarion‚ 2006.
  • Écrire l'image. Un itinéraire, Les Impressions nouvelles, 2009.
  • Chris Ware. La bande dessinée réinventée, avec Jacques Samson, Les Impressions nouvelles, 2010.
  • Derrida, Flammarion, 2010.
  • Trois ans avec Derrida. Les carnets d'un biographe, Flammarion, 2010.
  • Jirô Taniguchi, l'homme qui dessine, Casterman, 2012.
  • Valéry. Tenter de vivre, Flammarion, 2014.
  • Revoir Paris, l'exposition, avec François Schuiten, Casterman/Cité de l'Architecture et du Patrimoine, 2014.
  • Raoul Ruiz le magicien, avec Guy Scarpetta, Les Impressions nouvelles, 2015.
  • Machines à dessiner, avec François Schuiten, Casterman/Musée des Arts et Métiers, 2016.

Récits photographiquesModifier

  • Fugues, en collaboration avec Marie-Françoise Plissart, Minuit, 1983.
  • Droit de regards, en collaboration avec Marie-Françoise Plissart (suivi d’une lecture de Jacques Derrida), Minuit, 1985. Réédition, Les Impressions nouvelles, 2010.
  • Prague, en collaboration avec Marie-Françoise Plissart, Autrement, 1985.
  • Le Mauvais Œil, en collaboration avec Marie-Françoise Plissart, Minuit, 1986.

FilmographieModifier

Comme acteurModifier

PrixModifier

RécompensesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Camille Labro, « Benoît Peeters, de la cuisine à la BD », M, le magazine du Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2019)
  2. a et b Raymond Larpin, « Les mondes de Peeters », Tonnerre de bulles !,‎ , p. 5
  3. a et b Jérôme Dupuis, « La bande cuisinée de Benoît Peeters », L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. Jean-Christophe Cambier, « Lectures pour tous », Critique,‎ n° 361-362, juin-juillet 1977, p. 620-629 (ISSN 0011-1600)
  5. Jan Baetens, “La bibliothèque de Villers: un livre-tremplin”, in Benoit Peeters, La Bibliothèque de Villers, Bruxelles, Labor, 2004., Bruxelles, Labor, , 128 p. (ISBN 978-2804018979), p. 103-119
  6. Équipe de recherche Fabula, « B. Peeters, Ecrire l'image. Un itinéraire », sur https://www.fabula.org (consulté le 5 juillet 2019)
  7. « Le roman photo des années 70 », sur Libération.fr, (consulté le 5 juillet 2019)
  8. Benoît Grimonpont, « Rencontre avec Benoît Peeters », Doryphores,‎ , p. 28 (ISSN 1778-8587)
  9. Benoît Grimonpont, « Rencontre avec Benoît Peeters », Doryphores,‎
  10. « Hergé, fils de Tintin - Benoît Peeters - Flammarion », sur actuabd.com, (consulté le 5 juillet 2019)
  11. « L'intégrale d'Hergé: des planches inédites de Tintin dévoilées », sur LExpress.fr, (consulté le 5 juillet 2019)
  12. Jan Baetens, « Benoît Peeters, auteur borgésien », Le Carnet et les instants,‎ , N° 121, pp. 6-8 (ISSN 0772-7933)
  13. « La Légende des Cités », sur NeuvièmeArt.fr, (consulté le 2 décembre 2018)
  14. « Que sont les Cités obscures ? », sur galerie.CH, (consulté le 28 novembre 2018)
  15. Raymond Larpin, « Les mondes de Peeters », Tonnerre de bulles !,‎
  16. « Les Cités obscures, la BD | VISITFLANDERS », sur www.visitflanders.com (consulté le 6 juillet 2019)
  17. « Les Cités obscures, Grand prix manga 2012 », sur www.actualitte.com (consulté le 6 juillet 2019)
  18. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le 6 juillet 2019)
  19. Jan Baetens, Le Réseau Peeters, Amsterdam, Rodopi, , 156 p. (ISBN 978-90-5183-780-3), p. 1-156
  20. « "Dolores" de Benoît Peeters, François Schuiten et Anne Baltus (...) - ActuaBD », sur www.actuabd.com (consulté le 6 juillet 2019)
  21. Jan Baetens, Pour le roman-photo, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, , 240 p. (ISBN 978-2-87449-573-1, lire en ligne)
  22. Benoît Grimonpont, « Rencontre avec Benoît Peeters », Doryphores !,‎ , p. 25-26 (ISSN 1778-8587)
  23. Pascal Ceaux, « Benoît Peeters, de Hergé à Derrida », L'Express,‎ (lire en ligne)
  24. « Derrida parmi les siens », sur next.liberation.fr, Libération, (consulté le 7 juillet 2019)
  25. « Derrida, à l'affût de l'imprévisible », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 7 juillet 2019)
  26. « Comix, une série de documentaires BD », sur bdzoom.com, (consulté le 7 juillet 2019)
  27. « Derrida, le courage de la pensée », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 7 juillet 2019)
  28. (en) « La Chouette aveugle », sur imdb.com
  29. « FIBD 2015 : Les Etats généraux de la Bande dessinée », sur 9emeart.fr, (consulté le 7 juillet 2019)
  30. « « Métamorphoses de la cuisine », dix conférences de Benoît Peeters à savourer au musée des Arts et Métiers » (consulté le 7 juillet 2019)
  31. (en) « Lancaster University Appoints Tintin Scholar Benoit Peeters As UK’s First Professor Of Graphic Fiction And Comic Art », sur Malta Comic Con, (consulté le 28 novembre 2018)
  32. Jean-Louis Cabanès, «  Michel Lafon et Benoît Peeters, Nous est un autre. Enquête sur les duos d'écrivains, Flammarion, 2006 », sur Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, (consulté le 25 août 2019)
  33. « Les Grands Prix 84 des lecteurs de Bédésup », Bédésup, no 28,‎ , p. 21 (ISSN 0224-9588).
  34. Daniel Couvreur, « À Urbicande, l’homme était peu de choses », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  35. Arrêté du 9 juillet 2014 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Sur Benoît Peeters
Analyses de l'oeuvre de Benoît Peeters

Liens externesModifier