Ouvrir le menu principal

Locmaria-Plouzané

commune française du département du Finistère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Locmaria (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Plouzané.

Locmaria-Plouzané
Locmaria-Plouzané
La plage de Porsmilin à Locmaria-Plouzané.
Blason de Locmaria-Plouzané
Blason
Locmaria-Plouzané
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Canton de Saint-Renan
Intercommunalité Pays d'Iroise Communauté
Maire
Mandat
Viviane Godebert
2014-2020
Code postal 29280
Code commune 29130
Démographie
Gentilé Lanvénécois
Population
municipale
5 052 hab. (2016 en augmentation de 4,9 % par rapport à 2011)
Densité 218 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 22′ nord, 4° 38′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 107 m
Superficie 23,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané
Liens
Site web http://www.locmaria-plouzane.fr

Locmaria-Plouzané [lɔkmaʁja pluzane], parfois écrit Loc-Maria-Plouzané[1] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Ses habitants sont les Lanvénécois.

GéographieModifier

SituationModifier

Locmaria-Plouzané se trouve à l'ouest de Brest, en direction du Conquet et de la Pointe Saint-Mathieu ; c'est une commune littorale du Goulet de Brest et de l'anse de Bertheaume qui le fait déboucher sur l'Océan Atlantique et la mer d'Iroise. La commune fait partie de la Communauté de communes du Pays d'Iroise.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophesModifier

Description et reliefModifier

Le territoire de la commune se présente sous la forme d'un trapèze, sa surface est de 2 315 hectares. Le finage communal est constitué pour l'essentiel par un morceau du plateau du Léon : le point culminant situé au nord-ouest du territoire communal atteint 107 mètres près de Moguérou. Le nord-est de la commune, y compris le bourg, est à une altitude plus basse (vers 50 mètres pour le bourg) et constitue une zone plane parcourue par plusieurs petits affluents de rive gauche de la partie amont de l'Aber Ildut. La partie sud du territoire communal est formée par une ligne de hauteurs atteignant aux environs de 80 mètres d'altitude vers Pen ar Menez (et même 87 mètres au Diry) selon un axe qui correspond approximativement au tracé de la route départementale 789 ; son versant sud est en pente jusqu'au littoral, long de 6 kilomètres, formé pour l'essentiel pour sa partie est de falaises d'une cinquantaine de mètres d'altitude (60 mètres pour la colline de Ru Vraz) ; de tracé relativement rectiligne, ce littoral est constitué d'est en ouest par la Pointe du Grand Minou et des falaises entrecoupées de quelques grèves où aboutissent de minuscules fleuves côtiers aux vallons très encaissés (Grève de Dalbosq, Grève de Déolen) ; la partie ouest du littoral communal est par contre constituée surtout de plages (Trégana, Portez et Porsmilin (Porzh Milin) et de falaises basses ne dépassant guère la vingtaine de mètres d'altitude.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cadre géologiqueModifier

 
Carte géologique du Massif armoricain.

Géologiquement, la commune est située à l'extrémité nord-ouest du Massif armoricain, dans le pays de Léon qui est une presqu'île massive, pénéplanée à l'altitude moyenne de 100 m[2]. Le domaine structural armoricain de la zone de Léon constitue un vaste antiforme métamorphique de 70 km sur 30 km orienté NE-SW, plongeant légèrement vers l'est[3] de 70 km sur 30 km orienté NE-SW, plongeant légèrement vers l'Est[4]. Il forme une vaste série d'un métamorphisme croissant depuis les zones externes (fossé de l'Élorn, bassin de Morlaix) où l'on observe essentiellement des schistes et quartzites, jusque vers le centre (région de Lesvenen) où l'on trouve des gneiss d'origine variable partiellement anatectiques, et au nord avec les migmatites de Plouguerneau (datées de 330 à 340 Ma), séparées de l'antiforme par la zone de cisaillement de Porspoder-Guissény, caractérisée par des mylonites et ultramylonites[5]. L'orogenèse hercynienne se termine par la formation de deux accidents crustaux majeurs qui décalent les granites carbonifères : le décrochement dextre nord-armoricain (faille de Molène – Moncontour) et le cisaillement senestre de Porspoder-Guissény (CPG)[6]. Postérieurement au métamorphisme hercynien, se développe un important plutonisme qui s'étend d’un pôle gabbroïque à un pôle leucogranitique, la majorité des venues étant à associer au fonctionnement des grands cisaillements marqués dans la morphologie : le cisaillement nord-armoricain et celui de Porspoder–Guissény (couloir de déformation de 25 km de long sur 500 m de large[7],[8]. Le chapelet nord de granites rouges tardifs (ceinture batholitique de granites individualisée pour la première fois par le géologue Charles Barrois en 1909[9], formant de Flamanville à Ouessant un alignement de direction cadomienne, contrôlé par les grands accidents directionnels WSW-ENE), datés de 300 Ma, correspond à ce magmatisme permien[10]. Dans le Léon, ce chapelet est formé par le massif granitique allongé de Saint-Renan-Kersaint et les massifs de l'Aber-Ildut-Ploudalmézeau-Kernilis-Plouescat au centre et le massif de Brignogan au nord. Le petit massif de Trégana au sud-ouest de Locmana est une intrusion hercynienne (340 Ma)[11].

Pétrologiquement, le plutonisme sur le territoire de Locmaria-Plouzané se traduit par la mise en place de la granodiorite de Trégana, un petit massif granitique (longueur de 13 km et largeur maximale de 2 km) qui recoupe obliquement la partie occidentale des gneiss de Brest et injecte les micaschistes du Conquet de puissantes apophyses. Cette venue granitique qui affleure dans l'anse de Bertheaume (notamment à la plage de Porsmilin) est associée au fonctionnement du décrochement nord-armoricain[7]. Le contact entre les roches est très complexe avec de nombreuses enclaves de gneiss plus ou moins assimilées au sein de la granodiorite. Dans cette dernière, la biotite (minéral plus réfractaire à la fusion) « est souvent répartie de manière hétérogène, en taches ou schlieren[12] qui révèlent vraisemblablement une homogénéisation incomplète du matériel gneissique absorbé ». Sa paragenèse comprend : oligoclase entre 60 et 70 %, quartz entre 20 et 30 %, microcline (3-5%), biotite (~ 2 %), muscovite (1-2 %)[13]. Au fond de l'anse, de petites dunes fossiles ourlent les plages de Trégana et du Trez-Hir. Dans cette dernière, se sont formés des dépôts tourbeux d'arrière-dune d'âge : ces tourbières littorales, contemporaines de la transgression flandrienne, sont visibles derrière les sables dunaires Holocène[14]. Les falaises de Porsmilin interceptent le passage d'un puissant (25 m) dyke doléritique, subvertical[15]. Cette intrusion triasico-liasique affleure depuis l'anse de Brenterc'h jusqu'en Cornouaille, entre Douarnenez et Quimper, dans la direction de la faille de Kerforne[16], accident tectonique parallèle à l'actuelle bordure de la marge continentale européenne (golfe de Gascogne). Ce dyke qui matérialise la faille est comparable à d'autres qui sont visibles en Espagne, au Maroc et dans les Appalaches de l'Amérique du Nord[17]. Âgé d'environ 200 Ma[18], il est le témoin du début de la dislocation de la Pangée et de l'ouverture de l'océan Atlantique central lors de la mise en place de la province magmatique centre atlantique[19].

Économiquement, la granodiorite de Trégana d'affinité trondhjémite a été exploitée surtout[20] dans les falaises et sur l’estran[21] (l'avancement de l'extraction a entraîné la formation d'un platier rocheux artificiel et d'une falaise anthropique[22]. Cette roche est reconnaissable à ses cristaux de plagioclases blancs, à section sub-carrée[23]. « Sa texture, caractérisée par la simple juxtaposition — et non l’imbrication — des nombreux cristaux bien formés d’oligoclase, est à l’origine d’une aptitude particulière à la taille… mais, inversement, elle entraîne une cohésion relativement faible, se traduisant avec le temps par un léger effritement superficiel[24] », ce qui explique que cette pierre de taille n'a été utilise que localement (stèles locales[25] de l’époque gauloise, croix et calvaires depuis le haut Moyen Âge, encadrements dans les chapelles et églises depuis le XIIIe siècle[26], manoirs à partir du XVe siècle, pierre de taille de moyen appareil du donjon du château de Brest… )[27],[28].

Touristiquement, les principaux aspects de la géologie de la région peuvent être abordés au cours de promenades géologiques qui permettent d'observer sur un espace réduit des roches d'âge et de nature différents, témoins de phénomènes géologiques d'ampleur (magmatisme, tectogenèse, métamorphisme, érosion…)[29].

HabitatModifier

Comme dans beaucoup de communes littorales, la tradition respecte deux secteurs distincts : l’arvor et l’argoat par rapport à un bourg, centre administratif et social.Pendant longtemps, cette localisation se retrouve à l'église où les gens de l'Arvor se place à droite et ceux de l'argoat à gauche. Leur délimitation peut être définie assez nettement par un axe routier partant à l'ouest de Pont-Rohel sur la route (D789) de Brest - Le Conquet, passant par le bourg et aboutissant à l'est au pont de Feunteun-Sané, limite avec Plouzané.

Le bourg est situé à une certaine distance de la côte : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes (par exemple à Plouguerneau, Ploudalmézeau, Plouarzel, Ploumoguer, Plouzané), etc.), les premiers immigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[30].

Le paysage rural traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en de nombreux écarts formés de hameaux et de fermes isolées, le littoral étant resté presque inhabité. Mais la répartition de l'habitat a beaucoup évolué ces dernières décennies : d'une part la proximité de l'agglomération brestoise a provoqué la création de nombreux lotissements périurbains autour du bourg, notamment en direction du sud-ouest jusqu'à Keriscoualc'h et Kerfily, ainsi que vers le sud (en direction de Pen ar Menez) et le nord-ouest ( vers Mescam et Keréven) ; d'autre part l'attractivité balnéaire a provoqué une rurbanisation importante en arrière des plages de Trégana, Portez et Porsmilin (Porzh Milin). Seules la moitié nord de la commune et la zone proche des falaises de la partie est du littoral ont conservé leur aspect rural.

TransportsModifier

Bien que littorale, la commune ne possède aucun port. Son territoire est traversé par la D 789 (ancienne RN 789) allant de Brest au Conquet, mais le bourg, à l'écart de cet axe routier, n'est desservi que par des routes secondaires.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Locmaria de Lanmeanec en 1477, Locmaria Lanvenec en 1610 et Loc-Maria Plouzané en 1790[31],[32],[33].

Locmaria-Plouzané vient du breton Loc Maria (« lieu consacré à Marie »), Plou (« paroisse ») de saint Sané.

En 2011, des réflexions ont été envisagés afin de modifier le nom officiel de la commune pour le transformer en Locmaria-Lanvénec, afin d'une part d'éviter le quiproquo fréquent qui consiste à croire que Locmaria n'est qu'un quartier ou un hameau de la commune voisine de Plouzané, et de rendre le nom de la commune cohérent avec le gentilé. Un référendum à ce sujet devait se tenir fin 2012[34]. Mais finalement le nom n'a pas changé et est resté Locmaria-Plouzané.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Paul du Chatellier a exploré en 1892 près du village de Brendégué un tumulus de l'âge du bronze à Locmaria-Plouzané, d'un diamètre de 22 mètres et d'une hauteur d'1,50 mètre ; « la chambre était construite en pierres, disposées en encorbellement, et contenait des restes incinérés sur une épaisseur de 4 à 6 centimètres. Au centre était une grosse pierre sur laquelle avait été placée une tête de grand cerf (...) » [35]. Tout auprès on a trouvé deux petits poignards de bronze et un long poinçon en os[36],[37].

Moyen ÂgeModifier

Locmaria faisait partie de l'ancien comté de la Maison de Poulpiquet du Halgouët

Saint Sané aurait abordé le continent à la pointe de Perzell, actuelle pointe de Bertheaume, puis, avançant dans les terres, s’arrêta au cœur de la forêt de Lucos, « lieu consacré », au centre de laquelle se trouvait des temples païens. Avec ses compagnons, ils firent de ces temples des sanctuaires chrétiens, dont la première église de Locmaria-Plouzané[38]. Albert Le Grand, qui a écrit sa biographie dans la "Vie de saint Sané", écrit : « Par la commune tradition, que la Tour de l'Eglise Trevialle de Nostre Dame de Lou-Maria [Locmaria-Plouzané], distant de Guic-Sané Plouzané d'un quart de lieue, estoit, jadis un Oratoire dedié à leurs fausses & prophanes Deïtez , situé lors au milieu d'une épaisse forest qu'ils nommoient Lucos ; & void-t-on, devant ladite Eglise, de part & d'autre du grand chemin, deux grandes Croix de pierre, lesquelles on tient que S. Sané y avoit fait planter, dés qu'il eust converty ce peuple à la Foy ; en reconnaissance de quoy, ces Croix ont esté depuis tenuës en grande révérence, & servoient d'Azile & franchise pour les malfaicteurs ; que, s'ils pouvoient une fois se rendre au grand chemin entre ces deux Croix, ils n'estoient point appréhendez de la Justice & l'appelloient Menehy Sant Sané » [ minihy ]. Le bois prit alors le nom de Coat-ar-C'hras ("le Bois de la Grâce")[39].

Ces faits sont repris par Jean-Baptiste Ogée qui écrit : « L'église de Plouzané était autrefois un temple consacré aux idoles. Saint Sané est considéré comme le Patron du lieu. On remarque dans cette église plusieurs monuments qui prouvent son antiquité. Auprès du porche est une Croix de pierre fort haute, sur laquelle sont des inscriptions qu'on ne saurait lire. À peu de distance de l'église de Lomaria [Locmaria-Plouzané], on remarque deux grandes Croix de pierre que l'on prétend avoir été plantées par saint Sané après qu'il eut converti le peuple de ce pays à la foi catholique. Ces Croix ont toujours été fort révérées du peuple et ont été longtemps reconnues comme des asiles inviolables. Les malfaiteurs qui s'y réfugiaient ne pouvaient être saisis, ni punis. On voit aussi dans le cimetière une pierre d'autel où saint Sané célébra pour la première fois la messe, en présence des nouveaux convertis, dans le sixième siècle. Plouzané et la chapelle de Lomaria [Locmaria-Plouzané] étaient alors environnées d'une grande forêt, au milieu de laquelle elles étaient situées »[40].

Du XVIe siècle au XVIIIe siècleModifier

Au XVIe siècle, Locmaria-Plouzané faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan[41].

La chapelle Saint-Sébastien fut d'abord un simple oratoire dédié à saint Sébastien[Note 1] construit dans le cimetière ouvert lors de l'épidémie de peste qui désola le Léon entre 1639 et 1652 et fit 53 morts à Locmaria en 1640 ; dès 1645 un pardon y fut organisé chaque année[42]. L'oratoire fut transformé en une véritable chapelle en 1785, laquelle fut reconstruite en 1863[43].

La Révolution françaiseModifier

Sous la Révolution, février 1790 voit la séparation entre Plouzané et Locmaria qui devient alors une commune.

La paroisse de Plouzané et sa trève de Locmaria résistèrent à la Constitution civile du clergé. En 1792, la messe était toujours célébrée par des prêtres insermentés, sous la protection de 40 ou 50 hommes armés. « Tous s'accordaient à dire que les paysans se rassemblaient en armes dans ces deux communes ; que des vedettes [guetteurs] étaient placées dans les clochers, afin de sonner, à la première alerte, le tocsin auquel on savait que les communes voisines étaient prêtes à répondre ; que les voyageurs, surtout ceux qui venaient de Brest, étaient arrêtés et retenus sous les prétextes les plus frivoles ; que les patriotes, en minorité, n'étaient pas plus en sécurité que le curé constitutionnel de Plouzané contre lequel on excitait les femmes et les enfants qui, non contents de l'insulter quand il exerçait son ministère, le poursuivaient à coup de pierres, à la sortie de l'église et jusque chez lui »[44]. Le 14 avril, le district de Brest dut envoyer un détachement de 600 soldats pour venir à bout de la population récalcitrante.

En juin 1792, quatre officiers municipaux de Locmaria (Cosléou, Inisan, Ollivier, Lessar) adressent une supplique au Roi : « Rendez, Sire, à vos fidèles sujets la liberté du culte, rendez-leur les anciens ecclésiastiques que des ennemis acharnés de l'autel et du trône s'efforcent d'éloigner de nous, malgré l'amnistie que votre paternelle bonté a prononcée pour tout le royaume »[45].

En 1802, Locmaria obtient de devenir une paroisse totalement indépendante de Plouzané.

Le XIXe siècleModifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée décrivent ainsi Locmaria en 1843 :

« Locmaria (sous l'invocation de la Vierge) ; commune formée de l'ancienne trève de Plouzanné [Plouzané]. L'église de Kermaria, située dans un fond, est un édifice du XVIe siècle ; elle est en mauvais état. On voit dans le cimetière une fort belle croix en kersanton, et portant la date de 1527 ; aux pieds du Christ est l'écusson des seigneurs de Kermavan. Il y a, outre l'église, deux chapelles qui n'ont pas de pardon. On parle le breton[46]. »

Pourtant, la croix actuelle ne porte ni écusson ni date. Elle est en granite de Trégana et a été érigée là en 1801 en remplacement d'une croix ancienne détruite pendant la Révolution[47]. Cette croix provenait de Pont-Rohel et était surnommée Croix de Anglais sans doute en souvenir de l'expédition anglaise de 1558 qui ravagea Le Conquet, l'abbaye de Saint-Mathieu et Plougonvelin[Note 2].

Locmaria-Plouzané possédait trois moulins à vent dont un seul subsiste, en ruines, sur la colline de Ru Vraz, laquelle abritait aussi une "maison des douaniers" qui fut précédemment un poste de garde-côtes.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Benjamin Girard décrit ainsi Locmaria-Plouzané en 1889 :

« La commune (...), ancienne trève de Plouzané, est située sur le littoral, entre Plouzané et Plougonvelin. Le bourg compte 180 habitants. L'église paroissiale est de 1755. Dans le cimetière s'élève une fort belle croix en kersanton, portant la date de 1527. Sur le littoral de la commune, de la pointe de Grand Minou à l'anse de Bertheaume, sont disséminés plusieurs forts et batteries, qui font partie des défenses de la rade de Brest[48] »

La commune obtint à plusieurs reprises dans les décennies 1860 et 1870 l'autorisation de percevoir une surtaxe sur l'alcool et l'absinthe à l'octroi de la commune de Locmaria-Plouzané[49].

Le fort de Toulbroc'h situé à l'entrée du Goulet de Brest, est construit à la fin du XIXe siècle pour assurer la défense du port de Brest.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article détaillé : Fort de Toulbroc'h.

En 1879, un câble télégraphique sous-marin transatlantique part de la grève de Déolen à destination de Cap Cod (USA) via Saint-Pierre-et-Miquelon[50].

En 1898 un câble télégraphique sous-marin, dénommé "Le Direct" relie Brest, via Déolen, à Orleans (Massachusetts)[Note 3], assurant sans relais intermédiaire une communication directe entre l'Europe et l'Amérique du Nord, est mis en service par la Compagnie française des Câbles télégraphiques. Long de 5 878 km (3 174 milles nautiques), ce fut le câble télégraphique le plus long et le plus lourd jamais réalisé. La crique de Déolen fut choisie pour la tranquillité des lieux « éloignés de toutes influences de parasites industriels nuisibles aux récepteurs »[50]. De nouveaux câbles aboutirent à Déolen et la station continua de fonctionner jusqu'en 1962, elle est remplacée par la station de Penmarc'h opérationnelle depuis 1959 avec des câbles coaxiaux[50].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le XXe siècleModifier

 
L'arrêt de Pen-ar-Ménez (ligne de tramway de Brest au Conquet) en 1911.

L'enterrement de Jean-René Arzel en 1905Modifier

L'enterrement de Jean-René Arzel[Note 4], marin à bord du sous-marin Farfadet, coulé accidentellement dans la lagune de Bizerte le est décrit longuement par l'abbé Gayraud, qui en profite pour décrire le bourg de Locmaria-Plouzané dans le journal L'Univers :

« Au milieu des tombes où tant de générations dorment leur dernier sommeil sous les dalles de granite, au pied des croix de pierre, l'humble église du bourg de Locmaria dresse son clocher ajouré dont la pointe ne s'élève pas au-dessus de l'horizon des collines qui enserrent l'étroit paysage. À gauche, le long de la route qui descend vers le ruisseau marécageux, une allée d'arbres feuillus forme de ce côté-ci du cimetière une barrière de verdure ; à droite, par dessus la muraille de l'enclos, apparaissent le toit d'ardoises et le haut de la façade blanche du presbytère (...) ; par derrière, autour de la placette et en bordure des deux chemins qui relient ce bourg bas-breton à la grand'route de Brest au Conquet, les maisons rustiques sont posées à la file : chaumières de paysans, boutiques d'artisans campagnards, épiceries, auberges et « débits à emporter », mairie et maison d'école ; enfin, devant nous, sur le flanc opposé du vallon qui s'ouvre largement vers la droite et va se resserrant jusqu'à l'Aber-Ildut, dominé à gauche par les châteaux de Kerros et de Kervasdoué, l'on voit (...) l'église à la tour massive et le bourg de Plouzané (...)[51]. »

La querelle des inventaires en 1906Modifier

 
La première tentative d'inventaire des biens d'église à Locmaria-Plouzané (journal L'Ouest-Éclair du 20 mars 1906).

Le journal L'Ouest-Éclair décrit ainsi la querelle des inventaires à Locmaria en 1906 :

« Vingt minutes après, nous sommes à Locmaria où, après la lecture de deux protestations de l'abbé Mengant, recteur, et les sommations légales, la porte est démolie en dix minutes par les soldats du génie. Ceux-ci reçoivent de la foule, plus surexcitée qu'à Plouzané, des pierres et des morceaux de bois qui n'atteignent pas leur but. La porte de la sacristie est également forcée. Pendant l'opération de l'inventaire, des bagarres ont lieu au dehors et les soldats reçoivent des pierres, des fagots, etc. Des charges ont lieu dans le cimetière et plusieurs cavaliers sont atteints par des pierres. Le brigadier de Saint-Renan a sa pèlerine déchirée. À la sortie du percepteur, la bagarre atteint son comble. Les pierres pleuvent sur tous, soldats, commissaires, journalistes, cochers. M. Jérome est contusionné à l'oreille droite par une forte pierre. Enfin, les voitures s'éloignent au trot, sous les injures et les cris de la foule[52]. »

Le journal L'Humanité raconte les mêmes faits en ces termes :

« [À] Locmaria le tocsin sonne à toute volée. La foule surexcitée remplit le cimetière attenant à l'église. La cavalerie doit charger pour entrer et dégager la porte principale de l'église devant laquelle s'était formée une haie épaisse de manifestants. Refoulés au dehors du cimetière, ceux-ci lancent des fagots par-dessus le mur sur la tête des gendarmes. La porte de l'église ayant cédé sous les coups de sapeurs, les fidèles, qui font alterner, à l'intérieur, les cantiques et les vociférations, passent par l'ouverture des panneaux défoncés des poutres qui heureusement ne blessent personne. L'inventaire terminé, la troupe subit en se retirant une attaque à l'improviste par des manifestants qui s'étaient cachés derrière le mur du cimetière et criblent de pierres les gens de l'escorte. Le commissaire central est blessé, couvert de boue ; blessés aussi un hussard, un gendarme et plusieurs sapeurs, mais sans gravité[53]. »

Un bureau téléphonique fut mis en service à Locmaria le [54].

La Première Guerre mondialeModifier

 
Le monument aux morts de Locmaria-Plouzané.

Le monument aux morts de Locmaria-Plouzané porte les noms de 46 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale; parmi eux, par exemple, François Gélébart, matelot mécanicien à bord de l' Édouard-Corbière[Note 5], tué à l'ennemi en mer le et décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre ; Jean Jegou, mort le alors qu'il était prisonnier en Allemagne ; Yves Jézéquel, chasseur au 47e bataillon de chasseurs alpins, tué à l'ennemi le à Ypres (Belgique) ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[55].

Né en 1895, Georges De Kerros, est mort de la grippe espagnole le 11 février 1919 à Beaumont-du-Gâtinais (Seine-et-Marne) avant sa démobilisation. Maréchal des logis au 278e régiment d'artillerie de campagne il est blessé en 1915 et en 1916. Il est cité à l'ordre de son régiment en janvier 1919 et de ce fait titulaire de la croix de guerre avec une étoile en bronze.

L'Entre-deux-guerresModifier

Le 15 aout 1919 est inauguré le monument aux morts[56]. Ce monument a été érigé par la paroisse de Locmaria à l'initiative du Père Quinquis, missionnaire des Oblats de Marie-Immaculée et originaire de la commune. Après avoir servi comme infirmier et aumônier militaire, avant de regagner sa mission africaine du Natal, il sollicite les paroissiens mais aussi le conseil municipal pour lever les fonds en l'honneur des Lanvénécois mort à la guerre[57]. En 1951, lors de sa dernière visite à l'occasion de son jubilé d'or (50 ans de vie religieuse),l'abbé Quinquis prononce le sermon suivant (en langue bretonne) :

Texte original : « Hirio, deiz an armistice, pebhini ac'hanomp en deuz eun dle da baea e kenver bugale Loc-Maria kouezet war tachen ar vrezel. Pebhini ac'hanomp a dle hirio pedi evito pegwir dre ho maro ho deuz soveteat ac'hanomp. 33 vloaz zo tremenet abaoe oa echu ar vrezel genta hag araok dizrein da vro ar Vorianet em oa great tro ar barrez evit sevel eur monument da vugale Loc-maria. Deuet oun da benn da zastum 4 000 lur ha gand ar 4 000 lur-ze eo bet savet ar monument kaer a zo aze dirag an iliz, kenta monument savet e breiz izel. Hirio en devize kousket ne ket 4 000 lur met tost da 400 000 lur. Bennozh doué d'an dud o doa sikouret ac'hanon hag hirio e c'houlenan diganeoc'h pedi evit or c'henvraez o deuz skuillet o goad evidomp, eur beden evito a gresko o levenez er baradoz hag o unan ankounac'hount ket ac'hanomp »

Traduction : « Aujourd'hui, jour de l'anniversaire de l'Armistice, chacun de nous a une dette envers les enfants de Locmaria tombés pendant la guerre. Nous devons donc aujourd'hui prier pour eux puisque par leur mort ils nous ont sauvés. Cela fait 32 ans que la première guerre est finie, et avant de retourner au pays de mission parmi les Noirs, j'avais fait le tour de la paroisse pour élever un monument aux enfants de Locmaria : j'ai pu recueillir 4 000 francs et avec cette somme, ce beau monument a été érigé devant l'église ; premier monument de Basse Bretagne. Aujourd'hui cela coûterait non pas 4 000 francs mais près de 400 000 francs. Merci à ceux qui m'avaient aidés et aujourd'hui je vous demande de prier pour nos compatriotes qui ont versé leur sang pour nous, une prière à leur intention augmentera leur plénitude au ciel et, de même, ils ne nous oublieront jamais. »

La famille de Guillaume Coatanéa (treize enfants vivants) reçoit en 1924 le prix Cognacq-Jay[58].

La Deuxième Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Locmaria-Plouzané porte les noms de dix personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale ; parmi elles Jean Goarzin, soldat du 241e régiment d'infanterie, mort le à Pervyse (Belgique)[55].

L'après Deuxième Guerre mondialeModifier

François Herry, maréchal-des-logis-chef au 69e régiment d'artillerie d'Afrique, est disparu le à Thudaumot (Cochinchine) pendant la Guerre d'Indochine[55].

Le deux aviateurs de la base aéronavale de Lann-Bihoué, qui effectuaient des acrobaties à bord d'un avion "Fiesler-Torch", se tuèrent, une aile de leur avion s'étant détachée, près du bourg[59].

Un patronage catholique, "L'Étoile de Locmaria", existait dans la décennie 1950 et les décennies suivantes.

La troménie commune aux paroisses de Plouzané et Locmaria-Plouzané, qui existait depuis un temps immémorial en l'honneur de saint Sané, et qui se rendait notamment à la fontaine Saint-Sané (dite aussi fontaine du Cloître) a été organisée pour la dernière fois en 1959 ; les paroissiens de Plouzané ont toutefois continué à l'organiser seuls jusqu'en 1970[60].

Le XXIe siècleModifier

Yoann Rouat, maréchal des logis au 13e régiment de dragons parachutistes, est mort le au large des côtes gabonaises[55].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Le premier maire de Locmaria fut Jean Gestin originaire de Languiforc'h sur la route de Dalbosc en 1790.

 
La mairie.
 
Monument aux morts de 1914-1918.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jean Gestin   Maire
1791 1791 Guillaume Le Coat   Maire
1791 1791 Sébastien Nedelec   Maire
1791 1793 Guillaume Le Coat   Maire
1793 1799 Laurent Labbé   Maire
1799 1801 Sébastien Inizan   Maire
1801 1803 Jean Lenard   Maire
1804 1806 Guillaume Le Coat   Maire
1806 1835 Hervé Rioual[Note 6]    
1836 1840 Jean-Marie L'Hopital[Note 7]    
1840 1843 Jacques Lars[Note 8]   Cultivateur.
1843 1846 Honoré de Kerguiziau de Kervasdoué[Note 9]   Comte.
1846 1862 Jacques Lars   Déjà maire entre 1840 et 1843.
1862 1892 Charles de Kerguiziau de Kervasdoué[Note 10] Légitimiste Propriétaire. Habitait le manoir de Kervasdoué. Fils d'Honoré de Kerguiziau, maire entre 1843 et 1846. Conseiller général en 1876[61].
1892 1896 Gabriel Causeur[Note 11]   Fils d'un agent des douanes.
1896 1909 Jean-Marie Le Guen[Note 12]   Cultivateur propriétaire à Kervezeon.
1909 1925 Nicolas Marzin[Note 13]   Cultivateur.
1925 1939 Hervé Leizour[Note 14]   Cultivateur et commerçant.
1939 1964 Henri Gestin[Note 15]   Directeur de coopérative agricole.
1964 1971 Michel Lareur[Note 16]   Cultivateur.
1971 1983 Jean-Marie Herry[Note 17]   Agriculteur.
1983 1995 Yves Riou   Maire
1995 2001 Roger Abalain Gauche Maire
2001 2008 Viviane Godebert DVD Retraitée - Maire
2008 2014 Viviane Godebert DVD Retraitée - Maire
2014 En cours Viviane Godebert DVD Retraitée - Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durableModifier

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[62].

DémographieModifier

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1911 2101 1961 1211 1541 2811 2261 3211 439
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3041 3241 2581 2221 2491 2241 2791 2941 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3201 3611 3541 2051 2871 2131 2451 3661 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1911 2021 8242 6863 5894 2464 8074 8165 052
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[63] puis Insee à partir de 2006[64].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ArmoiriesModifier

Blason de Locmaria-Plouzané :
L’identité de la commune est fait de son histoire, de sa géographie, de son économie, de sa vie sociale et culturelle.
Passé, présent et quelque chose de son avenir s’y trouvent reliés. C’est tout cela que notre blason communal réalisé avec l’aide de la commission départementale d’héraldique du Finistère, et adopté lors de la séance du Conseil municipal du 23 octobre 1987 s’est voulu signifier.
Son symbolisme se lit ainsi comme suit :
Le champs de l’écu représenté en vert (« sinople" en langage héraldique).
Le bras de l’écu (ou « champagne ») ondé d’argent reflète la côte et la mer qui bordent le sud de Loc-Maria-Plouzané.
Les trois épis d’or symbolisent la richesse de la commune.
L’ensemble est surmonté d’une couronne d’or signe d’une certaine alliance celtique suite à l’arrivée vers l’an 440 de saint Sané au lieu-dit Lou-Maria devenu Loc-maria.
Cette couronne se décompose en trois parties :
Le cercle d’or ou "collier magique » de Saint-Sané placé au centre de la couronnerai, selon la légende, étranglait les parjures lors des serments de justice (Re; « Les vies des Saints de la Bretagne Armorique ». Albert Le Grand)
Les trèfles d’Irlande (Patrie d’origine de saint Sané)
L’hermine de Bretagne
Deux lions mornés (sans langue ni griffes dans le langage héraldique) de couleur noire (sable dans le langage héraldique) supportent l’écu et la couronne.
Ils symbolisent le Léon auquel appartient Loc-Maria-Plouzané
Enfin une banderole d’or reçoit, en lettre rouge (gueules dans le langage héraldique), le nom de la commune

Modifier

Logo de Locmaria Plouzané :
Ce logo présenté le 5 janvier 2018 lors des voeux de Madame La Maire. Créé et offert à la commune par Alain Crivelli, un Lanvénécois.
Le graphisme du logo se devait d’être en harmonie avec les valeurs portées par la commune et faire ressortir une identité forte autour de différents pôles d’attractivité identifiés :

  • La terre qui souligne la richesse et la diversité de la commune dans le domaine agricole.
  • La mer avec ses 6 km de côtes et ses plages qui reflètent aussi le tourisme…
  • Le soleil pour finir avec les fameux couchers de soleil légendaires de la commune

On distingue donc 3 couleurs fondamentales : BLEU, VERT et JAUNE.
Un logo pour une ville, c’est aussi et surtout un NOM qui doit avoir une lisibilité rapide, nous avons pour cela choisi une typographie simple ronde pour apporter de la modernité.
La problématique connue était de donner une priorité à LOCMARIA puis en plus petit Plouzané afin d'éviter le quiproquo fréquent qui consiste à croire que Locmaria n'est qu'un quartier ou un hameau de la commune voisine de Plouzané
Une typographie simple et une couleur contrastée bleu foncé pour valoriser le nom.
Bien entendu, la traduction en breton fait partie de l’engagement de la commune envers la "charte pour le Breton" « Ya d'ar Brezhoneg ».

Langue bretonneModifier

L'adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 20 juin 2008. La commune a reçu le label de niveau 1 de la charte le 18 décembre 2009.

Loc-Maria Plouzané en breton s'écrit « Lokmaria Plouzane » et se prononce « Loumaria » .

Une classe bilingue a été ouverte en 2012 à l'école Saint-Joseph.

À la rentrée 2017, 57 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 9,7 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[65].

Sites et monumentsModifier

 
Anciens menhirs christianisés présents au bourg.
 
La Maison des Citoyens et la boucherie.
  • L'église Notre-Dame (rebâtie entre 1768 et 1779) ; selon Albert Le Grand, elle aurait été édifiée à l’emplacement d'un sanctuaire dédié par saint Sané à Notre-Dame-de-Lanvénec (dont on trouve, à gauche du maître-autel, la statue écrasant des pieds un serpent). La cuve octogonale en plomb des fonts baptismaux (qui date de 1530) et la Piétà en kersanton (située à l'extérieur de l'église) sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. L'église possède de nombreuses statues polychromes. elle a été rénovée entre 1994 et 1996 (sa toiture, endommagée lors d'un orage, a notamment été refaite)[66].
  • Le monument aux morts près de l'église.
  • La chapelle Saint-Sébastien, (1640), érigée sur un terrain où sont enterrées les victimes d'une épidémie de peste qui fit 53 victimes. On peut y voir un groupe taillé en pierre de Kersanton représentant une scène très rare dans la statuaire religieuse : le martyre de sainte Apolline, patronne des dentistes. Il provient de l'ancienne chapelle proche du manoir de Kervasdoué.
  • La chapelle Saint-Laurent. C'est la chapelle privée du manoir de Kervasdoué.
  • 13 croix et calvaires[67] dont :
    • La croix de Keriel (XIIIe siècle).
    • La croix des Anglais (XVIe siècle).
    • La stèle de Kerhallet.
    • La croix de Keriscoualc'h.
  • Les deux stèles du bourg.
  • Le Manoir de Goulven, bâti au XVe siècle, possède un vomitoire, dont on se servait au Moyen Âge, à l’issue des grands festins.
  • Le Manoir de Troharé est vraisemblablement une demeure de tisserands datant du XVe siècle.
  • Le manoir de Neiz Vran ( (le "nid du corbeau") date aussi du XVe siècle[68].
  • Le manoir de Brendégué : seuls quelques vestiges en subsistent.
  • Le manoir de Kerscao (XVIe siècle), propriété de la famille de Kerguiziau, possède un colombier et une chapelle Saint-Claude.
  • Le manoir de Kervasdoué date du XVIIIe siècle, propriété de la famille de Kerguiziau de Kervasdoué.
  • La fontaine Notre-Dame-de-Lanvénec (XVe siècle) : bâtie avec les restes d’un ancien calvaire (une pierre porte la date de 1617), elle est surmontée d'une statue du Christ en kersantite
  • Les stèles de la Croix normand.
  • L'abri douanier de Déolen.
  • Les ruines de Poulpiquet, bastion de la Maison de Poulpiquet du Halgouët.
  • Le château de Moguérou date du XIXe siècle ; il a été bâti au point culminant de la commune.
  • Le Fort de Toulbroc’h (le "trou du blaireau") conserve 4 blockhaus allemands datant de la Seconde Guerre mondiale. On peut trouver de nombreuses constructions en béton bâties par les français entre 1884 et 1910.

Personnalités liées à la communeModifier

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Saint Sébastien fut choisi par les autorités ecclésiastiques comme saint protecteur de la peste
  2. L'expédition est relatée dans les pages du Le Conquet, de l'abbaye Saint-Mathieu et de Plougonvelin dans leur section Histoire.
  3. À Orleans, un musée rappelant cette époque, le French Cable Museum, a été créé juste au-dessus de la grève où arrivaient les câbles en provenance de Déolen.
  4. Jean-René Arzel, né le à Locmaria-Plouzané.
  5. L' Édouard-Corbière était un navire à passagers lancé en 1907 au Havre, qui appartenait à la "Compagnie des Paquebots à Vapeur du Finistère" et qui fut torpillé par un sous-marin allemand le , voir https://www.marine-marchande.net/Perchoc/Perchoc-12/12-Perchoc.htm
  6. Hervé Rioual, baptisé le à Kervaer en Locmaria-Plouzané, décédé le à Kervaer en Locmaria-Plouzané.
  7. Jean-Marie L'Hopital, né le à Kervoquin en Lamber, décédé le à Kergelen en Locmaria-Plouzané.
  8. Jacques Lars, né le à Kerhoalar Bras en Locmaria-Plouzané, décédé le à Kervalen en Locmaria-Plouzané.
  9. Honoré de Kerguiziau de Kervasdoué, né le au château de Kervasdoué, décédé le au château de Kervasdoué en Locmaria-Plouzané.
  10. Charles de Kerguiziau de Kervasdoué, né le à Locmaria-Plouzané, décédé le à Landerneau.
  11. Gabriel Causeur, né le au Mingant en Plouzané.
  12. Jean-Marie Le Guen, né le à Locmaria-Plouzané, décédé le à Saint-Renan.
  13. Nicolas Marzin, né le à Locmaria-Plouzané, décédé le à Lesconvel en Locmaria-Plouzané.
  14. Hervé Leizour, né le à Trégané Bras en Locmaria-Plouzané, décédé le au bourg de Locmaria-Plouzané.
  15. Henri Gestin, né le à Toulon (Var), décédé le au bourg de Locmaria-Plouzané.
  16. Michel Lareur, né le à Plouzané, décédé le à Pen ar Ménez en Locmaria-Plouzané.
  17. Jean-Marie Herry, né le à Plougonvelin, décédé le à Plouzané.

RéférencesModifier

  1. http://www.locmaria-plouzane.fr/
  2. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 58.
  3. Coupe du domaine du Léon. D'après (en) Ballève et al., « Palaeozoic history of the Armorican Massif : Model for tectonic evolution of the suture zones », Compte Rendus Geoscience, vol. 341, nos 2-3,‎ , p. 174-201.
  4. Bruno Cabanis, Découverte géologique de la Bretagne, Cid éditions, , p. 84
  5. P. Rétif, « Sortie géologique dans le Léon animée par Michel Ballèvre », sur Société géologique et minéralogique de Bretagne, .
  6. Eric Marcoux, Alain Cocherie, Gilles Ruffet, Jean-René Darboux, Catherine Guerrot, « Géochronologie revisitée du dôme du Léon (Massif armoricain, France) », Géologie de la France, no 1,‎ , p. 19-20 (lire en ligne).
  7. a et b Marcoux, op. cit., p. 27
  8. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 63.
  9. C. Barrois, Carte géologique à 1/80000, feuille Lannion (1re édit.), 1909.
  10. Louis Chauris, « Le granite porphyroïde de Porzpaul dans l'île d'Ouessant: un nouvel élément dans la ceinture des « granites rouges » du Massif armoricain (France) », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, série II, t. 313,‎ , p. 245-250.
  11. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 69.
  12. Masse irrégulière avec des bords diffus, généralement riches en minéraux mafiques, qui baigne dans un leucosome.
  13. Chauris et al., Notice explicative de la feuille Brest, éditions du BRGM, 1980, p. 10
  14. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 59.
  15. Chauris et al., op. cit., p. 29
  16. Du nom du géologue Fernand Kerforne ayant étudié cette faille au début du XXe siècle. Cf F. Kerforne, Étude de la région silurique occidentale de la presqu’île de Crozon (Finistère), Imprimerie Simon, Rennes, 1901, 234 p.
  17. « La falaise de Brenterc'h », sur patrimoine-iroise.fr (consulté le 4 mars 2019)
  18. (en) Fred Jourdan, Andrea Marzoli, Herve Bertrand, Michael Cosca, Denis Fontignie, « The northernmost CAMP : 40Ar//39Ar age, petrology and Sr-Nd-Pb isotope geochemistry of the Kerforne dike, Brittany, France », American Geophysical Union, vol. 136,‎ , p. 209-226 (DOI 10.1029/136GM011).
  19. (en) Martial Caroff, Hervé Bellon, Louis Chauris, Jean-Paul Carron, « Magmatisme fissural triasico-liasique dans l'ouest du Massif armoricain (France): pétrologie, géochimie, âge, et modalités de la mise en place », Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 32, no 11,‎ , p. 1921-1936 (DOI 10.1139/e95-147).
  20. Les carrières de l'intérieur, envahies par la végétation, n'offrent aucun caractère particulier digne d'être signalé.
  21. Chauris L., 1994b – Une roche blanche oubliée : le granite de Trégana dans le Finistère (France), Documents du musée de la Pierre de Maffle (Belgique), 5, p. 52-76
  22. Jean-Yves Eveillard, La pierre en Basse-Bretagne : usages et représentations, Centre de recherche bretonne et celtique, , p. 29.
  23. Max Jonin, Louis Chauris, Promenade géologique à Brest, Biotope, , p. 32.
  24. Louis Chauris, « Pour une géoarchéologie du patrimoine : pierres, carrières et constructions en Bretagne », Revue archéologique de l'Ouest, no 29,‎ , p. 287-316 (DOI 10.4000/rao.1739).
  25. Le granite d'Aber-Ildut le concurrence rapidement.
  26. Une vingtaine recensée par Louis Chauris dans un rayon d'une quinzaine de km
  27. Chauris L., 2000b – L’impact du granite de Trégana en presqu’île de Crozon, Avel Gornog (Crozon), 8, p. 15-17
  28. Chauris L., 2001 – Naguère… l’emploi du granite de Trégana dans la région brestoise. La pierre en Basse-Bretagne, Cahiers de Bretagne occidentale (Brest, CRBC), 18, p. 27-40
  29. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 127.
  30. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne)
  31. « Étymologie et histoire de Locmaria-Plouzané ».
  32. Joseph QUINQUIS, Eur zell war Lou-Maria***Regard sur Loc-Maria-Plouzané, Brest, , Naissance de la commune, 18 février 1790, p.66
  33. bulletin municipal trimestriel, « Loc-Maria d'hier et aujourd'hui, 1990: bicentenaire de notre commune », Loc-Maria Infos N°2,‎ , Dernière page
  34. Le Télégramme du 28 décembre 2011
  35. "Revue archéologique", janvier 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203640f/f264.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=4871268;4
  36. Chatellier, Paul Du., Les epoques prehistoriques et gauloises dans le finistere : inventaire des monuments de ce ..., Nabu Press, (ISBN 1278431764 et 9781278431765, OCLC 936245134, lire en ligne)
  37. Paul Chatellier, Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère : inventaire des monuments de ce département des temps préhistoriques à la fin de l'occupation romaine., Rennes, J.Plihon et Hommay, , p. 161
  38. Le Finistère monumental - Brest et sa région, par Louis Le Guennec, Édition 1981
  39. Albert Le Grand, "La Vie de Saint Sané, Evesque Hybernois", consultable http://atelier-st-andre.net/fr/pages/oeuvres/sane.html
  40. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778, tome 3, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og/page/432
  41. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  42. Annick Rousseau, La peste à Locmaria-Plouzané et la chapelle Saint-Sébastien, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie de Quimper", 1930.
  43. http://locmaria-patrimoine.fr/sites/la-chapelle-saint-sebastien/
  44. Prosper Levot, "Histoire de la ville et du port de Brest pendant la Terreur", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96132324/f44.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=1502153;2
  45. https://bergotgenevieve.wordpress.com/genealogie-jaouen/jaouen-pierre-cultivateur-maire-de-milizac-1792-1793-assesseur-du-juge-de-paix/ et Adrien Milin, "Commune de Milizac, Le Léon dans la tourmente révolutionnaire 1789-1801", CRBC M 8961.
  46. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwic0t2V-O_jAhUGmxQKHW3TASIQ6AEIMzAC#v=onepage&q=Locmaria&f=false
  47. Délibération du conseil municipal du 6 avril 1801.
  48. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f266.image.r=Plouzané
  49. " Impressions : projets de lois, propositions, rapports, etc. / Assemblée nationale", 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9663343n/f788.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=2939928;4
  50. a b et c Cloître impr.), La grande aventure des câbles télégraphiques transatlantiques à la pointe de Bretagne., Locmaria patrimoine, dl 2016 (ISBN 9782955621806 et 2955621803, OCLC 959963171, lire en ligne)
  51. Journal L'Univers, n° du 12 août 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k712493p/f1.image.r=Plouzané
  52. Journal L'Ouest-Éclair n° 2873 du 22 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6412604/f5.image.r=Roche-Maurice.langFR
  53. Journal L'Humanité, n° du 23 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k251131k/f2.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=1652368;4
  54. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 29 décembre 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643854q/f5.image.r=Plouarzel?rk=2618038;4
  55. a b c et d « Locmaria-Plouzané – Monument aux Morts ».
  56. Association Locmaria-patrimoine, « Le monument aux morts », sur locmaria-patrimoine.fr (consulté le 19 novembre 2019)
  57. « Courrier du Finistère », Courrier du Finistère,‎ , p. 3
  58. Journal L'Ouest-Éclair du 3 décembre 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6478433/f3.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=2167392;4
  59. Journal Combat, n° du 7 février 1947, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4749332c/f3.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=3347656;0
  60. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/cub/plouzane/saint-sane-sur-le-parcours-de-la-tromenie-21-09-2011-1437399.php
  61. Journal Le Figaro, n° du 24 octobre 1876, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k276132t/f2.image.r=Plouzan%C3%A9?rk=85837;2
  62. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Locmaria-Plouzané, consultée le 31 octobre 2017
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  65. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  66. http://www.locmaria-plouzane.fr/joomla/index.php/decouvrir-bouger/histoire-et-patrimoine/historique
  67. http://croix.du-finistere.org/commune/locmaria_plouzane.html
  68. http://www.locmaria-plouzane.fr/spip.php?rubrique83

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier