Métamorphisme

modification structurale des roches

Le métamorphisme désigne l'ensemble des transformations subies par une roche (sédimentaire, magmatique ou métamorphique) sous l'effet de modifications des conditions de température, de pression, de la nature des fluides minéralisés et, parfois, de la composition chimique de la roche. Ces transformations, qui peuvent être minéralogiques, texturales, chimiques ou encore structurales, amènent à une réorganisation des éléments dans la roche et à une recristallisation des minéraux à l'état solide[1].

Diagramme pression-température (P-T) dans le métamorphisme. Domaines de stabilité de minéraux repères (chlorite, plagioclase, biotite, grenat, andalousite, disthène et sillimanite).

La limite supérieure du métamorphisme, située dans des conditions de température et de pression encore relativement basses, sépare l'anchimétamorphisme (du grec ankhi, « presque », métamorphisme général de très faible degré) de la diagenèse. Cette limite étant mal définie, les champs du métamorphisme et de la diagenèse sont différenciés selon des critères cristallographiques, notamment la cristallisation de la chlorite ou la forte cristallinité de l'illite[2]. La limite inférieure du métamorphisme la sépare du magmatisme et se situe dans des conditions de haute température. Le métamorphisme se distingue en principe du magmatisme par le fait qu'il est caractérisé par des processus de recristallisation à l'état solide, tandis que le magmatisme implique la participation d'un liquide silicaté, nécessitant des températures plus élevées. Cependant, certains domaines du métamorphisme dans des conditions de hautes températures engendrent la fusion partielle de certains minéraux et la création de liquides silicatés de composition souvent granitique, on parle alors d'anatexie. Dans le cas où ces liquides cristallisent au sein même de la roche qui leur a donné naissance, il en résulte l'apparition de migmatites qui appartiennent au domaine du métamorphisme[3].

L'une des caractérisations les plus directes du métamorphisme est la transformation minéralogique de la roche (avec en cas de métasomatisme, changement de la composition chimique, par apport ou départ de fluides notamment, processus de métamorphisme allochimique qui s'oppose au métamorphisme topochimique ou isochimique se produisant à composition chimique constante, à l'exception de perte d'H2O ou de CO2)[4]. De plus, des déformations accompagnement couramment le métamorphisme, notamment le métamorphisme régional, dans la mesure où les conditions portant des roches à des pressions et/ou des températures élevées sont couramment associées à des contraintes importantes, comme dans les cas des chaînes de collision. C'est la raison pour laquelle on inclut couramment l'étude des déformations (schistosité, foliation, linéation) dans l'étude du métamorphisme.

Genèse des roches métamorphiquesModifier

On détermine les conditions de la genèse d'une roche métamorphique en étudiant l'ensemble des minéraux qui y sont à l'équilibre thermodynamique. Cet ensemble constitue la paragenèse. Les roches métamorphiques sont à la recherche d'un nouvel état d'équilibre. Ce rééquilibrage est très long, de sorte qu'il atteint rarement son terme et la cristallisation de nouveaux minéraux indique rarement une réaction complète.

On étudie la relation entre les différents minéraux et leur succession relative dans une lame mince (échantillon de roche observable au microscope polarisant). Par exemple les minéraux reliques sont les minéraux qui sont restés stables et qui ne se sont pas transformés. On peut donc avoir plusieurs paragenèses emboitées au sein d'une même roche métamorphique.

  • Lorsque les roches enregistrent une augmentation de la pression et de la température, on définit une évolution métamorphique prograde. Celle-ci documente l'enfouissement de la roche.
  • Lorsque les roches enregistrent une diminution de la pression et de la température, on définit une évolution métamorphique rétrograde (rétrométamorphisme). Celle-ci documente l'exhumation de la roche.
 
Grille pression température des faciès métamorphiques (Prh-Pmp : Prehnite-Pumpellyite).

Les différents types de métamorphismeModifier

Métamorphisme général (régional)Modifier

Le métamorphisme régional forme de grandes régions métamorphiques, caractéristiques de nombreuses chaînes de montagnes (métamorphisme général dynamométamorphique lors du charriage des nappes) et de boucliers anciens (métamorphisme statique ou d'enfouissement)[5]. Typiquement, le métamorphisme régional suppose une élévation de température et de pression, c'est-à-dire un enfouissement produisant des températures élevées, contrôlées par la profondeur atteinte dans la croûte ou le manteau, et une déformation pour enregistrer les structures tectoniques…

Métamorphisme cataclastiqueModifier

Le métamorphisme cataclastique (appelé aussi dynamométamorphisme) est très localisé et « surtout lié aux contraintes qui se développent dans les grands accidents cassants où les roches acquièrent une schistosité et sont broyées plus ou moins fortement », conduisant, par transformation à haute pression et basse température, à des tectonites (en) (débris dans les kakirites (en), mylonites)[5].

Métamorphisme de contactModifier

 
Diagramme illustrant le métamorphisme de contact.

Le métamorphisme de contact se produit dans la roche encaissante au contact de formations intrusives (pluton magmatique chaud). Il s'agit en quelque sorte d'une cuisson des terrains situés au contact direct ou à proximité de cette intrusion qui engendre, dès que son volume est important, une auréole de métamorphisme de largeur variable (de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres)[6],[7]. Ce métamorphisme est surtout lié à l'élévation de température, c'est pourquoi il est aussi appelé thermométamorphisme. Des enclaves de l'encaissant peuvent être arrachées à l'auréole qui est matérialisée par des roches métamorphiques : la séquence pélitique donne ainsi, en se rapprochant progressivement de l'intrusion, des schistes tachetés (nodules de gros cristaux de cordiérite), des schistes noduleux et micacés (apparition de micas et d'andalousite), des cornéennes (roches massives, sombres, à grains fins, à cordiérite et andalousite)[8].

Métamorphisme de chocModifier

Le métamorphisme de choc, ou d'impact, n'a pas de relation génétique avec les autres types de métamorphisme. Il est provoqué sur Terre par de grosses météorites, percutant à grande vitesse la surface terrestre. Il est dû à un effet de choc extrême et peut produire des minéraux denses, formés normalement dans le manteau.

On retrouve les effets d'un métamorphisme de choc dans des météorites, dont on peut montrer qu'il est bien antérieur à leur chute sur Terre. Il est sans doute dû à des impacts cosmiques à la surface du corps parent dont provient la météorite.

HydrothermalismeModifier

Le métamorphisme hydrothermal résulte de l'interaction d'une roche avec un fluide à haute température. La différence de composition entre la roche et le fluide engendre une série de réactions métamorphiques et métasomatiques. Le fluide hydrothermal peut être d'origine magmatique, métamorphique, de l'eau souterraine ou de l'eau océanique.

La circulation convective des fluides hydrothermaux dans les basaltes du fond marin produit un métamorphisme hydrothermal étendu à proximité des centres d'expansion océanique et d'autres zones volcaniques sous-marines. Les fluides finissent par s'échapper par des évents au fond de l'océan, les fumeurs noirs. Les signes de cette altération hydrothermale sont utilisés comme guide dans la recherche de gisements de minerais métalliques[9].

Séquences métamorphiquesModifier

Une séquence métamorphique est la succession de roches métamorphiques de divers degrés de métamorphisme, issues du même ensemble de roches d'origine, nommé protolithe. Ainsi, les principaux critères de détermination d'une séquence métamorphique sont la nature et la chimie du protolithe. Ces séquences sont au nombre de 6, mais une septième séquence, regroupant l'ensemble des roches n'entrant pas dans les 6 autres classes, est parfois prise en compte[10].

Séquences métamorphiques[11],[12]
Séquence Protolithes Roches métamorphiques
Arénacée grès, arkoses paragneiss, quartzites
Pélitique ou argileuse argilites, pélites schistes, micaschistes, paragneiss
Calcaropélitique marnes calcschistes
Carbonatée calcaires, dolomies marbres, cipolins, skarns
Granitique granitoïdes orthogneiss
Basique basaltes, gabbros, diorites schistes vertsschistes bleus, amphiboliteséclogites

Séquence arénacéeModifier

Séquence pélitiqueModifier

C'est un ensemble de roches, appelées métapélites (pélites métamorphisées) issues de la métamorphose d'une roche sédimentaire initiale appelée pélite, et composée presque exclusivement d'argile. Au fur et à mesure que le métamorphisme progresse, c'est-à-dire que la roche est portée à plus hautes température et pression, apparaissent des schistes, puis le plus souvent des micaschistes, des gneiss, et, au stade le plus avancé du métamorphisme, des leptynites. Au-delà, on entre progressivement dans le domaine magmatique, par apparition de liquides silicatés résultant de la fusion partielle de ces matériaux, ce qu'on appelle l'anatexie. Selon la nature minéralo-chimique des argiles, il se peut qu'elle aboutisse à d'autres roches.

Séquence calcaropélitiqueModifier

Séquence carbonatéeModifier

La transformation métamorphique de certains calcaires pourra donner du marbre, du cipolin, de la tactite (cornéenne calcique) ou du skarn (marbre à minéraux silicatés)[13].

Séquence granitiqueModifier

Le métamorphisme du granite donne entre autres de l'orthogneiss et du protogine.

Séquence basiqueModifier

 
Méta-gabbro formé entre autres de glaucophane en couronne autour des clinopyroxènes magmatiques, de jadéite…

Transformation des basaltes et gabbros en amphibolites et pyroxénites. Elle est formée de roches riches en minéraux ferro-magnésiens.

Notes et référencesModifier

  1. Nicollet 2010, p. 3
  2. Alain Foucault et Jean-François Raoult, Dictionnaire de géologie, Masson, , p. 91
  3. Nicollet 2010, p. 6 – 7
  4. Maurice Renard, Yves Lagabrielle, Erwan Martin, Marc de Rafélis, Éléments de géologie, Dunod, , p. 589
  5. a et b Alain Foucault, Jean-François Raoult, Dictionnaire de Géologie, Dunod, (lire en ligne), p. 216.
  6. François Michel, Roches et paysages, Éditions Belin, (lire en ligne), p. 71.
  7. (en) Catherine Annen, « Factors Affecting the Thickness of Thermal Aureoles », Frontiers in Earth Science (en), vol. 5, no 82,‎ (DOI 10.3389/feart.2017.00082).
  8. Nathalie Pajon-Perrault, « Métamorphisme : l'essentiel de ce qu'il faut savoir », sur eduterre.ens-lyon.fr, .
  9. (en) Stephen Marshak, Essentials of Geology, W. W. Norton & Company, , 3e éd., 776 p. (ISBN 978-0-393-19656-6).
  10. (en) Kurt Bucher et Rodney Grapes, Petrogenesis of Metamorphic Rocks, Springer, , 8e éd., 428 p. (ISBN 978-3-540-74168-8 et 978-3-540-74169-5, LCCN 2011930841, DOI 10.1007/978-3-540-74169-5, lire en ligne), partie I, chap. 2 (« Metamorphic Rocks »), p. 25-26.
  11. Alain Foucault et Jean-François Raoult, Dictionnaire de géologie, Paris, Dunod, (réimpr. 1984, 1988, 1995, 2000, 2005), 7e éd. (1re éd. 1980), 388 p. (ISBN 978-2-10-054778-4), p. 219.
  12. « Les roches métamorphiques », sur http://cours-geosciences.univ-lille1.fr, (consulté le 12 avril 2020).
  13. Aurèle Parriaux, Géologie, PPUR presses polytechniques, , p. 413-414.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [Nicollet 2010] Christian Nicollet (préf. Jacques Kornprobst), Métamorphisme et géodynamique, Paris, Dunod, coll. « Sciences Sup », , 1re éd., 304 p., 17 cm × 24 cm (ISBN 978-2-10-052268-2, présentation en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier