Digimon

franchise médiatique japonaise
Digimon
Image illustrative de l'article Digimon
Logo Digimon utilisé en Amérique du Nord, en Amérique latine, et en Europe.
デジモン
(Dejimon)
Type Franchise
Genres Gadget éléctronique (Produit principal)
Jeu de cartes
Série d'animation
Jeu vidéo
Thèmes Monstres, langage informatique, réseau informatique, applications mobiles

Autre

Digimon [di.ʒi.mɔn], également présentée sous la marque Digimon: Digital Monsters[2],[3],[4], est une franchise médiatique japonaise créée par Akiyoshi Hongō et distribuée par la société Bandai. Elle met en avant ses créatures numériques homonymes, habitantes du digimonde, un monde intégralement composé de données informatiques, parallèle au monde réel, et relié à distance à ce dernier par le biais de réseaux ou portails immatériels et de connexions Internet.

La franchise est initialement lancée en dans les marchés japonais avec la parution d'un virtual pet, un petit gadget électronique et vidéoludique destiné à être le pendant masculin du Tamagotchi et conçu pour l'élevage et les combats entre animaux de compagnie virtuels[5],[6]. Les créatures sont conçues pour avoir l'air mignon et emblématique, même sur les petits écrans de ces appareils ; les développements ultérieurs leur ont donné un style plus dur, influencé par les comics américains. Le premier modèle du virtual pet Digimon, sorti en 1997, se vend à 14 millions d'unités dans le monde, dont 13 millions au Japon et 1 million à l'étranger, en date de mars 2004[7]. En 2005, plus de 24 millions d'unités avaient été vendues à travers le monde[8].

Ces derniers se présentent l'année suivante, en 1998, sous la forme d'un premier jeu vidéo intitulé Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers sur console Sega Saturn[9],[10]. La franchise prend de l'ampleur avec Digimon World, sorti en sur console Sony Playstation avec 250,000 d'unités vendues sur le territoire japonais[11],[12]. Plusieurs séries d'animation et films produits par Toei Animation avec Bandai, basés à la fois sur le jeu vidéo et sur le virtual pet, sont lancés, dont sa première incarnation animée, Digimon Adventure ; le succès de son exportation et de sa diffusion en Amérique du Nord, lancée et distribuée la même année par la société américaine Saban Entertainment, amène Bandai à repenser sa stratégie pour étendre ses activités à un marché mondial[13], ce qui a permis à la série d'être diffusée dans plus de soixante pays[14]. Cette série d'animation en France rassemble 70 % à 75 % des audiences sur la chaîne télévisée hertzienne TF1 et du câble et satellite Fox Kids[15],[16]. Après deux saisons, Digimon en animation se caractérise en près d'une dizaine d'itérations indépendantes avec de nouveaux personnages et environnements, sans tenir compte de la cohérence entre les œuvres et ayant chacune leurs propres adeptes[17].

Digimon est généralement bien accueillie à l'échelle internationale, en particulier dans les points de vente, chez les jeunes enfants, adolescents et adultes, et dans une grande partie de la presse spécialisée. Cependant, elle est critiquée pour son incitation à la consommation[18], et est régulièrement perçue par le public comme une simple imitation de sa franchise rivale Pokémon[11]. Avec la parution du virtual pet, la diffusion d'une première saison et la commercialisation de divers produits dérivés — jeux vidéo, mangas, films d'animation, compilations musicales, magazines, jouets et cartes à jouer, entre autres — la franchise se répand aux quatre coins du monde, devenant ainsi un phénomène culturel et sociétal durant les années 2000[19]. Sa popularité lui permet de mieux s'établir en grande surface, avec un chiffre total de ventes dépassant les 25 milliards de yens (soit environ 219 millions d'euros) en mars 2002[20].

En 2001, la franchise médiatique Digimon tombe progressivement en désuétude auprès de ses premiers inconditionnels, qui grandissent[21],[22], et chute totalement au Japon — en ventes, audiences et au box-office — en 2002[23],[24],[22]. À cette période, 54 % des recettes de la franchise Digimon proviennent alors de l'exploitation hors des frontières japonaises, elle reste populaire à l'étranger jusqu'au milieu des années 2000[22].

Après plusieurs années d'accalmie, le lancement d'un reboot de la 1re génération animée Digimon devient un succès commercial synonyme d'essor général de la marque avec une hausse significative des ventes des produits dérivés, ce notamment en dehors du Japon et en Amérique du Nord en [25],[26],[27]. Dont le Digimon Card Game, la relance des cartes à jouer dérivées qui enregistre en décembre 2021 des ventes quatre fois plus importantes en Amérique du Nord et en Europe qu'au Japon[25]. C'est une génération plus âgée qui se manifeste dans les ventes de ces produits[28],[25],[29]. En août 2022, Digimon devient la troisième marque du studio Toei Animation à l'étranger, pour plus de 330 millions de yens de recettes[30]. Début 2023, la branche française de Bandai relance la marque avec une gamme de virtual pet et de jouets articulés en grande distribution[31],[32].

Nom modifier

Digimon est la contraction de Digital Monsters, un wasei-eigo voulant dire « monstres digitaux[33] » par utilisation de l'anglicisme informatique. En français, Digimon est un nom propre avec majuscule, et invariable (un Digimon, le Digimon, des Digimon)[33],[34], comme chaque nom d'une espèce fictionnelle (un Agumon, des Agumon)[35],[36].

L'exportation de la franchise par Bandai et Saban Entertainement fait le choix de ne pas localiser les noms des créatures, sauf cas spécifiques, ce qui est une caractéristique originale par rapport à de nombreuses autres franchises similaires[37]. En français, ces noms propres, qui entremêlent l'anglais et le japonais, sont principalement prononcés de manière francisée conformément à la norme linguistique de France[38].

Conception modifier

Création et développement modifier

 
Modèle de virtual pet, distribué dans les marchés japonais par Bandai[5], qui a permis la popularisation de Digimon au Japon, et vendu à 13 millions d'unités dans le monde entier en mars 2004[39].

Les tout premiers éléments historiques au développement de la franchise remontent à 1996, avec l'apparition des premiers gadgets Tamagotchi créés par Akihiro Yokoi, Aki Maita et Takeichi Hongo, employés des sociétés Wiz co. Ltd et Bandai, respectivement[9],[40]. Dès lors, un petit gadget similaire est développé puis commercialisé en [5],[6] sous le nom de DigiMon (デジタルモンスター, Digital Monster?)[1],[41],[42]. Ciblant un jeune public masculin, et créé par Akiyoshi Hongō (un possible pseudonyme utilisé par les créateurs et concepteurs du Tamagotchi[9]), ce petit gadget présente aux joueurs des animaux de compagnie virtuels exclusivement composés de données informatiques, conçus pour l'élevage et les combats[5],[1],[43],[44]. Initialement en virtual pet, ces créatures n'ont pas de noms, leur dénomination se base alors sur leur aspect comme Dinosaure (Greymon), Dragon (Airdramon), Limace (Numemon) ou Masque Noir (Devimon)[45],[5].

 
Logo des DigiMon de Bandai.

Une seconde génération de virtual pets est commercialisée six mois après la parution de la première, suivie d'une troisième en 1998[46]. Chaque joueur démarre en bas de l'échelle avec une créature Digimon de niveau bébé possédant un nombre limité d'attaques et de transformations[47], qu'il doit nourrir et entraîner pour l'aider à grandir et devenir plus fort[5],[1] ; lorsque la créature réussit sa séance d'entrainement elle devient plus fort, mais devient plus faible lorsqu'elle échoue[5],[1]. Le gadget permet aux joueurs de se connecter les uns aux autres afin de combattre, un concept innovateur pour l'époque[5]. Cependant, une créature ne peut combattre que lorsqu'elle atteint le niveau disciple[5]. Les tout premiers Digimon sont créés par le designer japonais Kenji Watanabe, influencé par l'effet de mode des comics américains au milieu des années 1990 ; les autres créatures, qui atteindront le nombre total de 279 pendant l'année 2000[48],[49], proviennent de longues discussions et de collaborations entre membres de la société Bandai[50]. Le premier Digimon dessiné par Watanabe est Tyranomon[50].

Personnages modifier

La franchise met en avant des créatures, pour la majeure partie d'entre elles anthropomorphes[51], appelées Digimon[52], et inspirées par des éléments historiques comme la mythologie[53] ; ces créatures se composent exclusivement de données informatiques et vivent dans le digimonde[52].

Les Digimon ont été dépeints dans de nombreuses continuités différentes, mais le contexte de chacune d'entre elles diffère légèrement. Cela est dû au fait que les interprétations des Digimon diffèrent d'un créateur à l'autre. Dans le premier animé, les Digimon sont décrits comme des créatures qui existent depuis des temps très anciens et qui ont des liens avec les humains[53]. En revanche, dans les virutal pet et la série animée Digimon Tamers, les Digimon sont des entités distinctes qui évoluent par elles-mêmes et sont considérées comme des programmes d'intelligence artificielle dans un digimonde créé par les humains[54],[5]. Dans le jeu vidéo Digimon Survive, les Digimon sont appelés Kemonogami (« bêtes divines ») par les humains, sans avoir initialement de dénomination distincte, jusqu'à ce que leur identité de monstres de données digitales s'impose peu à peu[55]. Les Digimon naissent originellement à partir de digi-œufs[56], puis grandissent en créatures plus puissantes et plus imposantes, de niveaux supérieurs, grâce à un procédé initialement nommé « digivolution »[57] ; ce procédé s'effectue habituellement lors d'affrontements entre créatures[58]. Dans la franchise en général, les Digimon ne sont pas différenciés en mâle ou en femelle[59]. Ce bien que plusieurs espèces de Digimon aient une féminité ou une masculinité évidente dans leur nom d'espèce ou leurs caractéristiques annexes, ils restent agenrés[59].

Comme le processus de croissance des Tamagotchi[60], la digivolution est divisée en plusieurs niveaux après l'éclosion du digi-œuf : d'abord en cinq étapes principales de développement naturel[45],[5], puis en six à partir du Digimon Pendulum de 1998[61]. Sauf indication complémentaire[N 1], leurs dénominations proviennent de la localisation officielle française des cartes de jeu, distribuées depuis 1999 par la branche commerciale Bandai France. Les définitions sont tirées des instructions du virtual pet Digimon[58],[62], le produit initial commercialisé depuis par Bandai France.

Un Digimon possède six niveaux. Le premier est le niveau « bébé »[N 2], un nouveau-né qui n'est pas prêt à combattre. Le deuxième est le niveau « entraînement »[N 3] où le Digimon est prêt au combat, mais est encore jeune. Puis vient le niveau « disciple »[N 4], où le Digimon mûrit, développe son individualité et devient un peu plus fort. Le quatrième niveau est celui de « champion »[N 5], la puissance d'attaque du Digimon devient plus forte. Le cinquième est le niveau « ultime »[N 6], le niveau de croissance maximale du Digimon, uniquement sous certaines conditions. Et enfin, le sixième et dernier, est le niveau « méga »[N 7], le niveau excède le niveau de croissance maximale, avec une « puissance débridée »[59], dans des conditions encore plus difficiles que pour la forme ultime.

Le concept des créatures Appmon est analogue à celui de Digimon et de ses niveaux de digivolution : standard, super, ultime et divin[63]. Les Digimon se digivolvent[N 8] dans des conditions variables : généralement par vieillissement, par récolte de données, par les combats gagnés ou par une aide externe d'un humain[59]. Alors que l'anime présente ces digivolutions comme conceptuellement cohérente, dans d'autres productions de la franchise, les Digimon se transforment également en fonction de la façon dont ils sont élevés : y compris leur réveil, leur combat, leur entraînement, leur repas et d'autres facteurs[64]. Un Agumon qui a été élevé correctement se digivolvera en un puissant Greymon, tandis qu'un Agumon qui aurait été affamé à mort se transformera en un Numemon faible et répugnant[64]. La digivolution peut être temporaire ou permanente selon les circonstances[59]. Il existe également d'autres types de digivolution, atteints grâce à une aide artificielle : la « surdigivolution » durant laquelle un Digimon de niveau disciple passe directement en sa forme la plus puissante, le niveau méga[56]. L'« hyper-digivolution » durant laquelle un Digimon affilié à un humain peut se transformer en une forme de niveau cuirassé à l'aide d'un artéfact spécial. La digivolution ADN, quant à elle, permet la digivolution de deux Digimon distincts en un Digimon hybride plus puissant[65]. La « bio-émergence » consiste en la fusion entre un Digimon et son partenaire humain. Et la « digi-fusion », est une fusion des parties corporelles et de puissance de deux ou plusieurs Digimon lors des combats[66].

Chaque Digimon possède un type : virus, donnée et anti-virus[67]. Ces éléments ont un but similaire au jeu du pierre-papier-ciseaux[68] ; dans les jeux de cartes, le type donnée prend l'avantage sur le type anti-virus, qui lui, prend l'avantage sur le type virus, qui à son tour, prend l'avantage du type donnée[69]. Néanmoins, ces types ne jouent aucun rôle important dans l'anime ; un Digimon se fait généralement vaincre seulement s'il est moins fort ou s'il possède moins d'expérience que son adversaire.

Cartes à jouer modifier

 
Logo des cartes à jouer Digimon.

La franchise Digimon intronise sa première série de cartes à jouer et à collectionner au Japon en 1999. Cette première série de cartes est publiée sous le nom de Digital Monster Card Game, puis importée à l'international sous le nom de Digi-Battle Card Game ou Cartes à jouer Digimon en français.

Digimon doit une part de sa popularité à ces cartes à jouer qui s'avèrent être les mieux vendues dans les marchés japonais et américains au début des années 2000[13],[70], principalement ciblées par les enfants âgés entre 7 et 12 ans[71]. À cette période, des jeux vidéo tels que Digimon World 2 et son successeur[72],[73], font d'ailleurs la promotion de ces cartes. Aux États-Unis, les figurines et cartes Digimon se vendent significativement en 1999[71]. En Occident, la première saison Digimon Adventure fait la promotion de multiples produits dérivés dont les cartes de la franchise[74]. Les cartes Digimon sont également présentes dans une bonne partie des jeux vidéo et des séries d'animation de la franchise.

La franchise s'essouffle au Japon vers 2002 et échoue sa relance commerciale vers 2005[22],[75],[76], ce qui entraîne la stagnation de ce volet de la marque pendant plusieurs années.

Après plusieurs années d'accalmie, le jeu de cartes à jouer Digimon est relancé dans une nouvelle itération, Digimon Card Game, le au Japon et le en Occident. Profitant du lancement d'un reboot de la 1re génération animée Digimon, Bandai lance sur le marché six premiers starters et deux extensions de cette nouvelle itération, aux effigies du reboot[77]. Le jeu Digimon Card Game est en rupture de stock dès sa sortie internationale en [78] et enregistre en , quatre fois plus de ventes en Amérique du Nord et en Europe qu'au Japon[25]. Le groupe cible commercial principalement visé reste les enfants, ce sont plutôt des adultes nostalgiques qui se manifestent dans la vente de ces produits[28],[25],[29]. En France, ces cartes sont introduites en anglais par Abysse Corp dans une poignée de détaillants spécialisés[79] et connaissent une distribution dans le magazine Maniak! comme cadeaux promotionnels vers 2022[80].

Histoire modifier

Origines et débuts (1996–1997) modifier

 
Divers modèles d'animaux de compagnie virtuels (des Tamagotchis au DigiMon).

L’arrivée du Tamagotchi de Bandai sur le marché japonais en 1996[81] est suivie d’un succès phénoménal ; l'objet qui consiste en un appareil électronique en forme d'œuf, équipé d'un écran LCD basse résolution et de trois boutons est en rupture de stock dès sa sortie[82]. Le même phénomène a lieu dans le reste du monde lors de sa sortie mondiale l’année suivante. En France, la majorité du stock des 900 000 Tamagotchis est épuisé dans les trois mois suivant son arrivée[82]. Le Tamagotchi est inventé dans le but d’avoir un animal de compagnie avec moins de contraintes et que l’on peut emmener partout avec soi. Avec cette idée, la société Bandai vise au départ uniquement le marché des jeunes filles japonaises[83]. Selon une étude de la clientèle des Tamagotchis en France réalisée en [83], l’achat de l’objet est plus important parmi les classes sociales populaires : employés et ouvriers ; environ un tiers des propriétaires font partie de la classe sociale ouvrière[84]. Les femmes ont plus tendance à passer plus de temps à s’occuper du Tamagotchi avec une durée de vie plus longue, celles-ci seraient plus aptes à acheter des jouets de ce type d’où la plus grande responsabilité auprès du jouet[84].

Le Tamagotchi est un précurseur du succès instantané, dont la durée a été très courte. En effet, des études montrent que seulement quatre mois après sa sortie en France, les ventes sont considérablement retombées et l’utilisation de l’objet se fait plus rare[82]. Cette retombée du succès très rapide s’explique tout d’abord par ce qui a conduit au succès, le phénomène de mode[85]. Les acheteurs de l’objet sont plus séduits par l’innovation et la nouveauté que par l’objet en lui-même ce qui cause une rapide perte d’intérêt pour ce dernier. Le phénomène Tamagotchi engendre, dans le monde entier, une certaine panique morale, avec des enfants qui fondent en larmes et montrent des signes de dépression à la mort de leur animal de compagnie virtuel, ce qui représente la première manifestation d’un effet portant désormais son nom, le Tamagotchi Effect[86],[87].

La franchise Digimon naît de ce phénomène des animaux de compagnie virtuels engendré par le Tamagotchi. À l'origine, la franchise était uniquement constituée du Digital Monster (デジタルモンスター?), le 1er virtual pet Digimon, développé durant l'année 1996[88]. Il est directement dérivé du Tamagotchi par le même département de Bandai et est appelé DigiMon en dehors d'Asie, ce gadget est introduit sur le marché le au Japon[11] et le en Amérique du Nord une première fois dans les magasins Toys "R" Us[89]. L'objet, qui a l'apparence d'un « animal en cage »[90], est officiellement déployé en dans les grandes enseignes du monde entier, y compris en France[89],[91]. Il est dans un premier temps décliné en quatre couleurs : marron, gris, bleu et vert fluo[89]. Le jouet LCD fait l'objet de publicités à la télévision en France[91], et est le lot offert aux candidats du jeu Mission Pirattak diffusé sur France 3 dans l'émission des Minikeums. Le marketing est revu pour présenter un univers plus marqué, à commencer par le packaging, mais aussi par une localisation plus distinctive, afin de se démarquer du vocable du Tamagotchi et des copies qui apparaissaient alors en masse avec près de quarante copies déjà compatibilisés en 1997[92],[5].

 
Virtual pet Digimon.

Le jouet DigiMon[1] est similaire aux modèles de Tamagotchis qui l'ont précédé, à ceci près qu'il s'agit du 1er animal de compagnie virtuel capable de se battre contre d'autres créatures. C'est pendant le développement de la deuxième génération de Tamagotchi que des discussions ont été entamées sur la création d'un Tamagotchi « qui peut se battre »[93],[94] à destination des jeunes garçons japonais[95],[90]. Le nom de ce nouveau jouet dans son développement est successivement Otokotchi (おとこっち?), puis Capsule Zaurus ; lorsque l'équipe réalise que ce nom risque de faire penser à une contrefaçon par la concurrence, le gadget est finalement baptisé Digital Monster au Japon[95],[90]. Les principaux acteurs du développement de ce gadget sont Makoto Kitagawara et Kenji Watanabe de la société WiZ et Ayumu Horimura de Bandai[95],[90]. Ces créatures de départ n'ont pour la plupart aucun lien thématique entre elles ; l'équipe derrière conçoit simplement des créatures et choisit quel monstre se transformerait en quoi à la volée[90],[50]. Le premier modèle du DigiMon a d'abord été conçu comme un accessoire de courte carrière, comme de nombreux autres objets électroniques produits dans le sillage du Tamagotchi, ce n'est qu'après les bonnes ventes du premier modèle qu'il devient question de développer la marque comme une entité distincte avec la production successive de cinq variantes du 1er DigiMon, chacune avec des monstres et des digivolutions différents, mais avec les mêmes fonctionnalités[96]. L'objet introduit la fonction d'interconnexion aux Tamagotchis[89],[90], qui leur permet de communiquer des données les unes avec les autres, avec la connexion « Clic' n Claque »[91],[97] ou Dock 'n Rock (plus tard Battle Connect) en anglais[97] permettant aux monstres de se battre entre eux. Bandai introduit cette nouvelle marque peu après la sortie de Pocket Monsters, qui avait pour innovation marketing de sortir un jeu en deux variantes au lieu d'un seul titre en février 1996, qui incita certains consommateurs à acheter les deux et, dont au cœur du principe se trouvait le câble link connectant deux Game Boy[98].

De nombreux lieux comme les métros et cours de récréation abritaient ces combats virtuels entre joueurs ; le virtual pet est cependant banni de certaines écoles asiatiques car considéré par les professeurs et parents d'élève comme trop bruyant et violent[99]. Le premier modèle de DigiMon s'est vendu à un million d'unités en un mois au Japon et a atteint 13 millions d'unités vendus par la suite[98],[39]. À la fin des années 1990, le produit est exporté et introduit pour la première fois en Occident; le produit enregistre plus d'un million de ventes hors de l'Archipel en mars 2004[39]. En 2005, plus de 24 millions d'unités de virtual pet Digimon avaient été vendues dans le monde[100].

Ensuite, le concept se développe plus fortement[101] dans le contexte du succès planétaire du jeu vidéo Pokémon Rouge et Bleu de Nintendo, qui se vend à plus de six millions d'exemplaires au Japon[102] et qui déclenche le phénomène de société Pokémania, lequel prend de multiples formes — série télévisée, mangas, cartes, produits — dès le printemps 1997[103],[104],[11] ; Tecmo développe peu après, en juillet 1997, la série de jeux vidéo Monster Rancher pour la PlayStation, dont les mécanismes reposent également sur les animaux de compagnie virtuels[105]. La franchise de Nintendo s'impose toutefois en termes de popularité[12],[105].

Dans ce sillage, le représentant de Bandai, Ayumu Horimura, souhaite que le DigiMon soit plus qu'un jouet et fait jouer de ses contacts avec la maison d'édition Shūeisha pour promouvoir son produit dans les pages du Weekly Shōnen Jump, une démarche « inhabituelle » au magazine par rapport à son lectorat de l'époque[106]. Ces pages proposent des articles promotionnels sur la manière d'élever les Digimon et sur les caractéristiques uniques du jouet et des créatures qui sont notamment présentés par deux écoliers, Digi-kun et Mon-chan, personnages manga également de deux livrets de stratégie édités par Shūeisha dès le , ceux-ci emploient à cette occasion le diminutif « Digimon »[106],[107]. Quatre jours plus tard, l'éditeur Aspect propose un même type d'ouvrage avec des personnages conçus par Rika Saito : le petit Taruki est le premier personnage actif dans l'univers Digimon[107].

L'idée du représentant est de développer cette franchise en un projet multimédia événement, sous forme d'anime ou de manga pour le Jump, et celui-ci obtient le développement d'une publication en manga[96],[106] : tout d'abord avec le one shot intitulé C'mon Digimon: The Capering Monster Bun, d'Izawa Hiroshi et de Tenya Yabuno, qui est publié le dans le Akamaru Jump pour faire la publicité du gadget DigiMon[108]. Le dessinateur revisite ses deux petits héros des livrets de Shūeisha ; la franchise sous cette forme n'en était qu'à ses débuts et manquait de détails qui auraient pu servir de base à une telle création ; les auteurs de ces différentes petites BD donnent leur propre interprétation dans ce qui s'apparente finalement à des prototypes, notamment dans le design des monstres du 1er virtual pet, en s'appuyant pour cela sur leur pixel art et les croquis de Kenji Watanabe[109],[107].

Expansion (1998–1999) modifier

Entre 1996 et 1997, la société Bandai est déficitaire[110], en raison de la baisse de popularité des Power Rangers aux États-Unis et des poupées Sailor Moon au Japon, et du véritable échec de la Pippin, un appareil permettant de naviguer sur Internet développé par Bandai en collaboration avec Apple[111]. Une fusion avec la compagnie Sega est alors annoncée, cependant le soudain succès du Tamagotchi fait renoncer Bandai à conclure cet accord[111]. Bien la fusion annulée, les deux entreprises étaient prêtes à maintenir leurs relations, notamment en ce qui concerne le développement multimédia de jeux 32 bits et des « spin-off » de Tamagotchi[112],[113]. Bandai fait ainsi paraître, le , le soft Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers[9] pour la Sega Saturn[9],[10], introduisant Digimon et le concept d'animal de compagnie virtuel sur console de salon[12]. À cette même période, un CD-ROM au système de jeu similaire, intitulé DigiMon et compatible avec Windows 95, est développé par Rapture Technologies[114].

Dans les pages de l'hebdomadaire V Jump, le premier manga dérivé de la franchise, Digimon Adventure V-Tamer 01 de Hiroshi Izawa et de Tenya Yabuno, paraît en , avec cinquante-huit chapitres publiés jusqu'au 21 août 2003 au Japon[115]. Il intronise le personnage de Tai Kamiya - un personnage différent que celui de la future série télévisée, dans un tout autre univers[116], les deux possèdent néanmoins une personnalité similaire et une apparence quasi identique[115].

Le développement d'une deuxième gamme de jouets LCD est lancé dans le sillage des résultats des 3e et 4e variantes du DigiMon[93],[90]. Cette nouvelle gamme du gadget se nomme Digimon Pendulum ; celui-ci prend un aspect un incubateur, se voulant plus high-tech[90] et divers gimmicks sont étudiés pour permettre aux utilisateurs de prendre une part plus active dans les combats[90]. Contrairement à la gamme précédente, les digivolutions sont plus systématiques ; dans sa production, le Pendulum répartit ses Digimon en différents thèmes ou familles (nature, aquatique...), ce qui permet la création de designs plus faciles à différencier les uns des autres[90]. Il introduit une sixième étape de la digivolution, le méga, qui excède le niveau de croissance maximale d'un Tamagotchi[61],[59]. Le produit est commercialisé dès l'automne 1998 uniquement au Japon, avec des publicités décalées mettant en scène des hommes en maillot de bain dansant au son d'un refrain entêtant, « Mon, mon Digi-mon », chorégraphié par Lucky Ikeda[117], marquant de nombreux téléspectateurs[90],[118] et acquérant plus tardivement une popularité de mème Internet auprès des fans étrangers[119]. Au fil des années, la franchise développe un certain nombre de publicités excentriques validées par Bandai, notamment avec le représentant Volcano Ota[119],[120].

 
Digimon s'installe sur Playstation avec la série Digimon World, offrant aux joueurs une expérience plus complexe qu'avec les virtual pet Digimon, qui est connu pour sa difficulté dans la manière de dompter le Digimon[12].

Sur console PlayStation, Bandai riposte le avec le jeu vidéo intitulé Digimon World, un jeu de rôle en exploration semi-ouverte développé pour promouvoir la simulation d'élevage du virtual pet Digimon[11]. Il écoule au total 246 862 exemplaires sur le marché nippon en 2000[11],[121] — Les partenaires commerciaux nippons évoquent une commercialisation à perte[122], c'est un flop comparé aux 6 millions de Pokémon[11],[122] ou aux 600 000 exemplaires vendus au Japon de Monster Rancher. Au travers du livret de la bande-son du jeu, paru six mois plus tard, les membres de l'équipe de cette production — décrite comme laborieuse — se montrent conscients de la mauvaise réception du jeu[123]. World est par la suite commercialisé en en Amérique du Nord et, après plusieurs mois de reports[124],[125], le sur le continent européen et en France, par Infogrames[126]. Bandai attendait un positionnement plus convaincant lors de son lancement aux États-Unis[11] et mène une vaste campagne promotionnelle pour faire face à la concurrence de Pokémon[11],[127] ; il se vend à un nombre suffisant sur le marché nord-américain pour être certifié Greatest Hits[128] et Platinium pour sa version anglaise européenne et française[129],[130] en totalisant plus de 1,3 million d'exemplaires écoulés dans le monde[131]. Le jeu est développé parallèlement à la production du Digimon Pendulum, et apporte plusieurs éléments à l'univers encore peu établi de Digimon, comme l'île des Fichiers Binaires en toile de fond[93]. Digimon World est accueilli d'une manière mitigée par l'ensemble de la presse spécialisée, qui la compare bien souvent aux premiers jeux vidéo de la franchise Pokémon, notamment pour son système d'élevage de monstres, et qui estime qu'il est surtout destiné aux amateurs de la franchise Digimon[132],[133],[134]. En , Bandai sort au Japon puis en Amérique du Nord un deuxième opus de cette marque[12] sur PlayStation intitulé Digimon World 2, un jeu qui ne reprend pas le système de jeu de son prédécesseur et s'apparente davantage à un jeu vidéo de rôle plus traditionnel[135].

Entre-temps, les produits dérivés autour du DigiMon, comme des jouets et des peluches, se multiplient dans les grandes surfaces locales, mais ne rencontrent alors pas le succès prévu au Japon[136],[137],[93]. Ils s'exportent rapidement hors des frontières dès le printemps 1998, où leur lancement se révèle être un échec[137],[48],[138]. Néanmoins, en contraste à sa popularisation progressive, de nombreux articles de presse soulignent une certaine similitude avec Pokémon, qui mène à une grande rivalité entre partisans des deux franchises, à une importante concurrence commerciale, et à des divergences dans l'opinion publique générale[11],[139],[140],[141].

Au début de l'année 1998, le projet de présenter une production animée Digimon à la Toei Anime Fair est évoqué, en effet, Toei Animation organise des salons consacrés à l'animation chaque printemps et chaque été, avec des films illustrant leurs productions animées du moment[142],[143]. Néanmoins, les Digimon ne sont alors que des jouets sans véritable contenu narratif, la production ignore comment créer une histoire avec les éléments produits pour les virtual pet DigiMon et Digimon Pendulum[144]. Tout cela est si précoce que le projet résulte progressivement en deux projets : un court métrage d'abord autonome, et presque finalisé en tant que tel, et dans un second temps, une série animée[145],[146],[144].

Pour le court-métrage, le character designer Katsuyoshi Nakatsuru griffonne des premiers visuels, dits « cool et atypiques » et pouvant rappeler le style des comics rétro des années 1960 et 1970[144]. Cependant une stratégie de projet multimédia est entre-temps adoptée, obligeant un style inspiré du manga Digimon Adventure V-Tamer 01 du V Jump (de Tenya Yabuno) pour des raisons de cohérence publicitaire, et dans le cadre de ce projet entre Toei Animation et le V Jump, le court métrage doit également inclure le personnage du manga : Tai Kamiya[147].

Le jeune réalisateur Mamoru Hosoda est l'un des premiers à s'amuser sympathiquement de la proximité conceptuelle entre Digimon et Pokémon face à la productrice du studio venue le débaucher[148],[149]. En septembre 1998[149], il propose une comédie où le père du protagoniste et son Digimon font les quatre cents coups dans le Tokyo des Jeux Olympiques d'été de 1964, pour appliquer les mêmes visuels que la future série télévisée tout en évitant de faire doublon[150],[144] ; l'idée ne séduit pas Toei Animation, qui fixe déjà la sortie du projet entre deux films de monstres (Gamera 3 et Ultraman Tiga) pour le printemps 1999[144],[149].

 
À partir de 1997, Toei Animation est en difficulté avec une baisse brutale de ses recettes en une année. Son modèle économique évolue, combinant production massive de dessins animés, exploitation des droits d'auteur et réduction drastique des coûts avec la période Digimon[151].

Il est demandé à la place une production pleine d'action avec des affrontements de monstres, de « kaijū », d'une durée imposée de vingt minutes ; contraint par cette durée, l'équipe de production propose de mettre en scène une histoire légère d'enfants qui découvrent les fameux Digimon, jalonnée de moments explosifs pour marquer la rencontre[147]. Il est réalisé avant les décisions finales concernant la série télévisée — par exemple, il n'était pas décidé de s'ils parleraient ou non dans la future série télévisée, ou si les Digimon étaient amis ou ennemis — et est soumise à diverses exigences des exécutifs du projet multimédia Digimon[147]. Hosoda demande à Bandai que les designs d'Agumon et de Greymon soient altérés, ce qui est accepté par Bandai[149]. Le script n'a été approuvé qu'au début du mois de novembre et les storyboards devaient être bouclés pour le jour de l'an 1999, imposant à l'équipe une véritable pression sur les délais[149]. Ce film fait l'objet de nombreuses retouches de dernières minutes une fois que l'anime eut enfin décidé de ce qu'il allait être[144] Il utilise le Boléro de Ravel comme unique partition, une bande sonore entrée dans le domaine public au Japon dix ans plus tôt. L'équipe parvient à terminer le court métrage promotionnel produit en celluloïds dans les délais, mais excède d'une cinquantaine de fois le nombre de dessins alloués ; ces erreurs ont déplu au département de production[149] ; ce court-métrage n'avait pas un « budget convenable pour travailler » selon le réalisateur[149].

 
Évolution du nombre d'hébergeurs internet de 1992 à 2006.

Le projet d'une série animée, elle, émane avec la sortie de la 3e variante du gadget à succès DigiMon en février-, lorsque Bandai envoie son dossier au studio Toei Animation[152], en partant d'une proposition très similaire à Digimon World, un jeu vidéo encore en pré-développement et à ses balbutiements par rapport au développement plus avancé du gadget Digimon Pendulum[153],[154]. Ce n'est que plus tard, en août 1998, que le réalisateur Hiroyuki Kakudō est amené à travailler sur cette série animée, ce qui change complètement sa direction[154].

Le développement doit suivre les normes de Bandai et de WiZ et représenter les créatures et les produits dérivés qui étaient en cours de développement à ce moment-là[154]. Makoto Kitagawara et Kenji Watanabe de Bandai participent aux premières étapes de la production de la série d'animation, Kitagawara décide des créatures à faire apparaître dans ce dessin-animé et il conçoit le design du « Digivice » ainsi que la conception de ce dernier en jouet[90].

Pour des raisons commerciales, il est décidé qu'il y aura au moins cinq personnages principaux, chacun avec un Digimon différent, afin de se démarquer des œuvres existantes, cependant la difficulté était de bien le justifier[155]. Pour ce faire, un monde dans un futur proche est imaginé, surfant sur l'émergence d'Internet à cible du grand public — un gimmick que beaucoup de producteurs ont alors comme marotte pour se relancer[156]. Le public cible sont les enfants japonais sans connaissances des ordinateurs[157], des mots-clés tels que file, folder, server, digital — suffisamment « futuristes » pour les enfants selon l'équipe, sont intégrés[157] et qui sont alors un « jargon inintelligible » pour les superviseurs japonais, Toei Animation demande de relier ce jargon à des éléments concrets tels que les continents et les îles, notamment en intégrant « l'île des Fichiers Binaires » du jeu vidéo encore en cours de développement : Digimon World[154] ; le concept de terres adjacentes à celles du « monde réel » s'impose alors[157].

La production est limitée par le budget alloué par Toei Animation et[152], en dehors du réalisateur qui est là pour apporter son concours, personne dans l'équipe derrière cette série d'animation ne s'y connaît en ordinateurs et souffre d'un manque d'effectifs capables de composer avec ces concepts[158]. Le réalisateur doit donc souvent reformuler ce qu'il tente d'intégrer pour que cela soit compréhensible par le plus grand nombre, et y compris les équipes de production[158].

Dans les grandes lignes de cet univers, qui ne pourront pas être respectées à long terme, aucun anniversaire ou groupe sanguin n'est attribué aux personnages humains dans la version originale[155], dans les publications et sur le site officiel, les enfants se présentent ou sont présentés uniquement par leur année scolaire, à savoir des écoliers de la 2e à la 6e année de cycle primaire japonais[159]. Le succès de la franchise Pokémon n'est pas ignoré dans la production, une différenciation essentielle devait être apportée pour subsister face à eux, l'une des priorités était de donner aux Digimon une identité qui les distingue des monstres de cette concurrence[17]; alors que le concepteur des monstres Kenji Watanabe propose des dessins ronds et aisément lisibles pour le petit écran du jouet LCD[50],[11], il suggère pour ce projet des croquis avec de grands contours et de grands yeux, ce qui est qualifié de « terrifiant » par le superviseur de Toei Animation, mais qui est suffisamment séduisant pour que les studios Toei soient prêts à miser sur cet aspect effrayant influencé par les comics américains[17], conscients que ce « style grossier mais cool à la fois[154] » serait à la fois un atout et une faiblesse au moment de les montrer à la télévision[17]. Si l'exigence est de s'écarter de la tendance du tout-mignon[154], il n'y a pas de règles définies pour la conception d'une créature Digimon, et si nécessaire, de nouveaux monstres sont commandés par l'équipe de production et produits par l'équipe responsable de la planification des jouets[17],[50]. Il est ensuite décidé de leur donner la faculté de parler[17]. Le dessin-animé devait comporter une variété d'épisodes allant du sérieux au comique[154].

En raison des limitations technologiques, la proposition de représenter le Digimonde en images de synthèse est rejetée par la Toei Animation, ne permettant pas l'utilisation son nouveau département d'images de synthèse ou de le déléguer complètement[152]. La sonorisation est également soumise au budget très serré du studio, avec une quantité très limitée de musique de fond[152], et la production doit également laisser de la place pour des titres musicaux[152]; le titre Brave Heart est initialement proposé comme chanson thème avant Butter-Fly, il est ensuite recyclé pour les séquences de digivolutions[152].

Les voix d'Agumon et de Tai, les personnages principaux, sont présélectionnées avant les auditions afin de donner un point de départ aux producteurs et de faciliter le casting du reste de la distribution[154] ; en raison de la base peu développée de la franchise et du grand nombre de personnages, il est impossible pour le réalisateur d'expliquer à chaque comédien son rôle, seule une personnalité de base est indiquée lors de l'audition puisqu'il était probable que ces personnalités changent radicalement en fonction de l'évolution de l'intrigue[160], et demande à entendre toutes sortes d'interprétations[154],[161] ; dans cette série, la « bizarrerie » est embrassée et les interprétations sont laissées libres aux comédiens, qui jouent en fonction de l'image qu'ils découvrent et de l'apparence des Digimon et des nombreuses digivolutions parfois étonnantes de ce dessin-animé (cactus, robots, formes plus masculines pour un Digimon alors perçu comme féminin par les acteurs)[161] ; des accents sont improvisés et encouragés par le réalisateur, et certains comédiens de doublage doublent plusieurs personnages et parfois même leurs partenaires[161].

La production de cette série animée est confirmée à l'automne 1998[90]. Cependant, l'équipe de Bandai se révèle incapable de créer le merchandising de la série en moins de six mois[90], provoquant le mécontentement du studio d'animation dont les propos remettent les choses à plat sur le concept de projet multimédia et de merchandising, indiquant que « Toei Animation ne fait pas un dessin-animé uniquement pour les poches de Bandai et de WiZ »[90] ; le but étant de mettre sur le marché les créatures de cette série et d'en tirer un profit[90]. Un détaillant coréen décrit ainsi cette stratégie conçue pour cibler les enfants de maternelle et d'école primaire : « Avec huit types de peluches, de jouets électroniques et d'autres jouets associés aux huit monstres de chacun des huit personnages principaux, on obtient une cinquantaine de types de produits Digimon qui peuvent être placés en rayon » dès le lancement[162]. À cette période, on dénombre deux cent soixante-dix-neuf digi-monstres[163]. Les concepteurs visent à ce que leurs ventes soient doubles par rapport à celles de leurs concurrents en proposant des protagonistes féminins, et veulent séduire les deux sexes en mettant moins l'accent sur les combats et plus sur le travail d'équipe[164]. La préoccupation était de savoir si l'audience suivrait, et cette première série est produite au cas où elle serait annulée à la fin de chaque arc narratif[152].

Dessins-animés et succès international (1998–2001) modifier

 
Aux États-Unis, les magasins Toys “R” Us vendaient de nombreux produits Digimon, dont les stocks s'épuisaient très rapidement au début des années 2000[39].

Le court-métrage d'animation sort le samedi à l'occasion de l'évènement '99 Spring Toei Anime Fair pour promouvoir la diffusion le de la série d'animation télévisée Digimon[165], sur la chaîne japonaise Fuji Television le lendemain matin, avec sa première saison homonyme, Digimon Adventure[166] et qui contribue principalement à la popularité de la franchise Digimon[167],[168].

Le film et la série d'animation sont tous deux conçus pour promouvoir différents produits dérivés[169],[170], et relancer les ventes du jouet LCD, ici décliné et commercialisé dans une nouvelle gamme de produits appelée « Digivice »[157],[61] lancée entre fin juin et au Japon[61]. Ces premiers digivices présentent les Digimon vedette de la première saison animée[61]. Sept mois après le début de la série animée, l'objet dérivé est considéré comme un succès commercial[171]. La caractéristique du Digivice est qu'il n'a pas besoin d'être nourri ou nettoyé, il est équipé d'un podomètre qui fait progresser le jeu — dans le même principe novateur que le Pokémon Pikachu (1998)[172],[173],[86], il comprend des niveaux avec des ennemis et des boss basés sur les personnages des animes correspondants et ces gadgets peuvent être laissés à la maison toute la journée sans inquiétude et ne nécessitent pas l'attention constante exigée par les Tamagotchis ou les virtual pets Digimon de cette époque[61] ; les gadgets DigiMon originaux étaient compatibles avec les modèles les plus récents du Digivice et pouvaient engager des combats, même si les graphismes différaient entre les deux systèmes[61].

Au nouveau millénaire, les responsables de Toei Animation se plaisaient à annoncer que le boom des ventes de Digimon dépasserait localement les ventes de son « rival » Pokémon pendant la période du Nouvel An au Japon[174], sans toutefois parvenir à un tel résultat.

Un deuxième métrage promotionnel est également annoncé[174], Bokura no Uō Gēmu!, produit pour le Toei Animation Spring 2000, une « histoire simple, accessible aux enfants, où il suffit de se laisser porter »[147]. Selon le réalisateur, il s'agit du deuxième film produit en technique numérique après Mes voisins les Yamada de 1999, le budget alloué autorise également une plus grande utilisation de l'imagerie de synthèse[149]. Toujours limité par une durée prédéfinie, la première ébauche est centrée sur une intrigue autour du bug de l'an 2000, une idée rapidement écartée par la production qui estime que le sujet serait dépassé après l'an 2000[148]. Mamoru Hosoda quitte ensuite définitivement la Toei Animation pour devenir free-lance et de réaliser des films sans l’influence d'un studio et des investisseurs[175],[176], ce court-métrage est rétrospectivement considéré comme le « prototype »[177],[178],[148] des futurs longs métrages plus sophistiqués du réalisateur : Summer Wars (2009) et Belle (2021)[179].

Au cours de l'été 1999, la popularisation de la franchise et l'audience croissante de la série[180] mènent à un premier brainstorming sur la reconduction du programme pour une année supplémentaire et bien une production de jouets légèrement en baisse, un projet de deuxième saison est sérieusement examiné vers septembre 1999[152], tout en hésitant entre la production d'une série totalement originale, au risque de perdre le public et les décideurs, ou bien l'introduction d'une nouvelle génération digisauveurs dans l'univers Adventure[152]. C'est finalement ce dernier choix qui est retenu, avec toujours l'utilisation des mêmes éléments que dans la saison précédente et avec la présence de Tai, Matt et d'autres héros qui font office de tuteurs pour les jeunes Davis, Yolei et Cody. Le réalisateur souhaite alors se libérer des contraintes de la première saison et écrire une histoire plus légère, qui parle de la vie quotidienne, avec les enfants qui vont et viennent sans retenue dans le Digimonde[152].

La production de la série animée sur cette deuxième année évolue au gré des conflits entre les équipes créatives et des scénaristes en chef Genki Yoshimura et Atsushi Maekawa sur la direction générale à adopter autour de la deuxième saison, aboutissant notamment à sa polytonalité marquée[181]. Le développement massif de différentes créations pour la marque (anime, films, manga, jeux, jouets) s'intensifie et chaque département derrière Digimon finit par développer son produit en général indépendamment de l'autre[182],[183]. La communication entre les membres de l'équipe est très réduite, voire inexistante, ce qui rend les éléments présentés dans les différents projets encore plus incompatibles que ce qui avait déjà été constaté sur la première saison[159],. Les studios demandent que ces incohérences soient traitées dans l'anime, la productrice confie cette tâche au réalisateur Hiroyuki Kakudo et à ses équipes ; ceci, ainsi que d'autres éléments, font que l'équipe de Digimon Adventure 02 décide de mettre un terme aux activités du projet, plusieurs membres de l'équipe manifestent leur souhait de quitter la production à Bandai[181] et il est donc décidé l'année suivante de ne pas prolonger l'univers Adventure avec une troisième saison[159]. Digimon 02 est produit au plus fort de la popularité de Digimon, et atteint des chiffres élevés en termes de ventes de jouets et de produits dérivés et d'exploitation vidéo avec une audience moyenne de 11,0%[184] sur Fuji TV, et des recettes totales en jouets Bandai de 14,4 milliards de yens[réf. souhaitée].

La production s'est intensifiée à tel point que quatre mois seulement séparent la sortie de Bokura no Uō Gēmu! en mars 2000, d'un troisième film centré sur les héros de cette nouvelle saison en juillet et qui est commandé au réalisateur Shigeyasu Yamauchi ; Toei Animation refuse un scénario initialement validé, considéré comme sinistre et sans action pour le Toei Animation Summer 2000, une dizaine de scripts sont élaborés et proposés en urgence[185] ; le métrage ne rencontre pas l'accueil escompté des fans et des critiques[186],[187] et la productrice évoquera lors d'une convention pour Bandai le « récit d'un moment difficile » autour de la production de ce métrage[185]. À cette période, les différentes équipes de production ne parviennent pas à se concerter sur tous ces films produits à la chaîne, et arrivent tout juste à atteindre un certain degré de cohérence avec le quatrième métrage publicitaire, Diablomon no Gyakushû[152].

Durant l'année 1999, les cartes à jouer Digimon sont censées être lancées en Amérique du Nord, cependant l'éditeur Bandai privilégie une approche « tout à l'anglais » qui ne répond pas aux exigences de l'article 54 de la charte de la langue française, interdisant au Québec les jeux qui nécessitent l'utilisation d'une langue autre que le français dans son fonctionnement, ce qui entraîne le bannissement commercial du jeu dans la province[188],[189]. À ce moment-là, il n'était pas encore certain que Digimon, ou même Pokémon, s'exporterait et s'établirait en France[104]. Une version française des cartes Digimon est néanmoins produite dans le courant de l'année 1999[190] et le jeu est finalement mis sur le marché en février 2000[191]. Lorsque le jeu de cartes Digimon est arrivé en France au moment de la diffusion du dessin animé, il s'est avéré qu'il prenait de plus en plus d'importance dans les cours de récréation françaises[192]. La production française d'Upper Deck prend rapidement une longueur d'avance à la fin de l'année 2000 et met en circulation les « cartes Booster 3 » en France dans une continuité graphique, faisant d'elles une exclusivité française. Au même moment le contrat de Upper Deck avec Bandai expire après la publication en anglais des « Booster 2 » ; Bandai reprend par la suite la production, dès le « Booster 3 » outre Atlantique, dans un style graphique totalement différent, que la France découvrira avec les cartes de l'extension 4 et du Mega Pack[191].

À son arrivée aux États-Unis, la série d'animation Digimon remporte un très fort succès chez les téléspectateurs âgés entre 6 et 11 ans, Fox Kids dépassant ainsi ses chaînes concurrentes ABC[193], Kids' WB, et Nickelodeon[194]. Les ventes des jouets Digimon atteignent 75 millions de dollars de recettes en six semaines[195]. Six mois après son lancement, Digimon est le programme qui réalise la meilleure audience du réseau Fox Kids aux États-Unis[195]. Le succès de cette exportation et de sa diffusion en Amérique du Nord, lancée et distribuée la même année par la société américaine Saban Entertainment, amène Bandai à revoir à la hausse son objectif de vente sur les produits dérivés et de repenser sa stratégie pour étendre ses activités à un marché mondial[13],[196], « Plutôt que d'être un simple engouement de courte durée, nous avons la conviction que le boom Digimon à l'international fera de ces personnages des incontournables destinés à rester en place pendant longtemps »[13]. Elle s'exporte dans plus de soixante pays[14]. En Europe, la société Bandai lance la série d'abord sur les chaînes télévisées britanniques, espagnoles et portugaises, avant de les programmer pour les chaînes télévisées françaises, italiennes, allemandes, et pour les pays scandinaves, respectivement[13]. Le , Fox Kids Europe acquiert les droits exclusifs de Digimon auprès de Toei Animation pour notamment le Royaume-Uni et la France[197]. Cette série d'animation en France rassemble 70 % à 75 % des audiences sur la chaîne télévisée hertzienne TF1 et du câble et satellite Fox Kids dès septembre 2000[15]. Les cassettes vidéo et DVD sont éditées par TF1 Vidéo dès 2001[198].

En France, la série d'animation Digimon a su s'imposer dans un paysage audiovisuel où l'animation nippone avait totalement disparu depuis 1999[199]. La chaîne télévisée hertzienne TF1 ne veut initialement plus d'anime et de dessins animés violents sur son antenne et souhaite, avec TF! Jeunesse (1997), se démarquer des années Dorothée — dont les programmes étaient souvent accusés, par plusieurs instances, d'être ultra-violents ; cette nouvelle émission fait alors place aux productions feel-good, portées par des programmes majoritairement européens[200] et rencontre un succès immédiat[200]. Le succès médiatique de la « Pokémania » émerge en période de Noël 1999 en France[201] et TF1 révise son jugement en diffusant la série japonaise animée Pokémon en janvier 2000[104], où le bloc atteint alors son apogée en audience[200].

En septembre 2000, Digimon est la 2de série japonaise qui intègre TF! Jeunesse grâce à ce phénomène[200] et rassemble les trois quarts de l'audience télévisuelle[15],[202] le samedi matin avec un volume horaire de plus de dix heures en 2000[203], le dessin-animé Digimon connaît le plus fort taux de croissance en 2001 sur la première chaîne d'Europe, avec un volume horaire de plus de quarante-deux heures pour 115 diffusions en une année[199] ; un niveau horaire atteint comparable à celui observé en 1996 avant la disparition du Club Dorothée pour de l'animation japonaise[199]. Digimon est le troisième dessin animé le plus suivi sur TF1 en 2001, avec une audience moyenne fédérée de 74,1% (17 millions de téléspectateurs en une année)[204]. Sur Fox Kids France, Digimon passe jusqu'à trois fois par jour[205] et ponctuellement, plusieurs épisodes sont diffusés successivement avec une rediffusion de ces blocs le lendemain matin[206]. Pour la période 2000-2001, le magazine Animeland nomme Donald Reignoux septième meilleur comédien de doublage de l'année lors du 8e Anime Grand Prix français, organisé sur la base de 1 700 bulletins de vote mentionnant notamment sa prestation en tant que Tai Kamiya dans Digimon[207]. Le Monde parle rétrospectivement d'un « dessin animé cher au cœur des enfants des années 1990 » avec un générique français de Claude Vallois aux paroles naïves mais identifiables par la plupart des enfants qui succèdent à la « génération Club Dorothée »[208].

Au Brésil, le réseau TV Globo s'offre Digimon pour 800 000 BRL (équivalent à 615 000 $ en 2022), soit la vente la plus chère de la télévision brésilienne pour un dessin-animé afin de casser les clauses contractuelles imposant une diffusion à partir de septembre, pour contrer le boom Pokémon et sauver ses matinées dès les vacances scolaires de juillet 2000 ; la chaîne double ainsi l'audience moyenne de l'émission Bambuluá et fait également un carton avec une reprise du générique américain interprétée par l'animatrice Angélica[209],[210],[211]. En Italie, Rai Italia tente également de rivaliser avec le succès écrasant de Pokémon, diffusé par le groupe concurrent Mediaset depuis janvier 2000 et qui fédère jusqu'à 30% de part de marché, Digimon proposé par la Rai ne dépasse néanmoins pas les 13 % d'audience moyenne[212]. Tout comme au Japon, la série est généralement commandée par le diffuseur en concurrence avec celui du programme Pokémon, à la fois en Asie et dans le reste du monde[213],[162].

Le Digivice est mis en vente en France en octobre 2000, avant d'être rapidement épuisé jusqu'à ce qu'il soit réapprovisionné au début de l'année 2001[214]. Plus tard, les « D-3 »[61] de la deuxième saison sont commercialisés en cinq versions par Bandai, dès la rentrée 2001 en France avec d'autres jouets dérivés de cette 2de série animée[214].

Plus de 7 000 sociétés spécialisées dans les jouets ou l'alimentaire telles que Toys “R” Us, Walmart et Taco Bell, profitent de la popularité de la série en achetant sa licence afin de l'attribuer à leurs produits[13],[215]. En France, des compagnies comme Kellogg's[216], Bonux[217], Candia[218], Chupa Chups[219], Lutti[220], Oasis[221], la Vache qui Rit[222] ou les goûters LU[223] s'associent à la série animée. En , la société McDonald's France[224] propose également des jouets Digimon dans le cadre des menus Happy Meal[225].

La série se démarque sur le continent nord-américain lorsque l'éditeur Dark Horse Comics s'assure des droits de Digimon pour une publication mensuelle d'un comic-book entre mai et septembre 2000, il est adapté de la saga Devimon de la série d'animation[226],[227]. À cette période, les deux premiers tomes du manga japonais V-Tamer paraissent en Allemagne[115], en Italie[228] et en Espagne[229] avant leur annulation. La maison d'édition européenne Panini Comics aborde ensuite Digimon de différentes manières selon les pays et l'actualité du petit écran : En Allemagne, Marc Hillefeld et Comicon reprennent la continuité du comic-book avec une adaptation de la deuxième saison[230], les équipes britanniques, elles, réimpriment les numéros de Dark Horse avant de localiser la production allemande, tout en apportant leurs chapitres dès la rentrée 2001. Cette série de bande-dessinée des 3e saisons est publiée en France en quarante-six numéros dans les pages du magazine mensuel Digimon, édité par Dino Entertainment, puis par Panini Comics France, entre octobre 2000 et juillet 2004[231],[232], à laquelle se succèdent plusieurs éditions reliées[233],[234]. Les bandes dessinées Digimon s'écoulent à plus de 130 000 exemplaires en Europe[235]. La France connaît également l'importation par Dino Panini des cinq tomes de l'anime comic Digimon Anime Manga de Soft Bank[236], dès le mois de mai 2001[237] et dont les derniers tomes poursuivent l'arc Etemon en bande-dessinée[238].

 
Digimon, le film est le projet cinématographique le plus rentable de la franchise[239].

En 2000, la Fox veut proposer un long métrage pour Digimon[240]. Toei Animation n'avait produit que des courts métrages pour une présentation pendant deux semaines au Toei Anime Fair[180] — un épisode pilote, Bokura no Uō Gēmu! et Chōzetsu Shinka!! Ōgon no Digimental[241],[242],[243] — respectivement de 20, 40 et 60 minutes. Le , Digimon, le film est distribué dans 1 700 salles de cinéma aux États-Unis par 20th Century Fox[244],[245], ce long métrage américano-japonais[246],[247] sort en France le d'une distribution UFD[248]. Le film a été un succès au box-office, en rapportant plus de 16 millions de dollars dans le monde pour un budget de production de 5 millions de dollars[249]. En France, il devient le 8e film d'animation japonais à licence dans le box office français[250]. Digimon, le film est accueilli plus positivement des fans et du public que des critiques, et a depuis acquis un petit statut de film culte[251],[252],[253],[254].

Rupture de continuité (2001–2003) modifier

 
Dès 2001 au Japon, il devient difficile de cerner les titres de la franchise Digimon et de définir ce qu'elle représente, tant dans le domaine de l'anime que dans celui du jeu vidéo, ce qui entraîne un statut peu propice au succès à long terme[255],[17].

Après la fin de la deuxième saison de Digimon, la franchise est conduit à assumer des visions, et des univers multiples[256],[257],[182]. De nombreux projets antérieurs, tels que les jeux WonderSwan ou le premier Digimon World, ne laissent aucun document ou matériel derrière eux[93],[258].

La série animée Digimon Tamers est annoncée en 2001, avec un nouveau concept dans lequel les personnages perçoivent Digimon comme une franchise commerciale[169]. En raison de ses différences avec les deux premières séries, cette itération avec un univers distinct connaît un accueil mitigé des premiers spectateurs et la franchise Digimon fait face une érosion de popularité à partir de cette période[21],[22], la production doit être accélérée et le développement d'une nouvelle série est commandé en parallèle[23],[259]. Le Digivice « D-Power » est lancé à la rentrée 2002 en France[260]. Cette saison signe un 1er arrêt de l'adaptation francophone, du fait qu'elle ne fidélise vraisemblablement pas le public des premières saisons en France après un premier mois de diffusion sur Fox Kids[21],[261]. À cette période, alors que les ventes commencent à se tasser, les figurines transformables continuent à obtenir de très bons résultats en France[262], plusieurs produits dérivés suivront. Digimon Tamers et les deux premières séries Adventure ont été rediffusées sur les antennes de Fox Kids, Jetix et de Tfou TV jusqu'à leur arrêt en 2008-2009[263],[264],[265].

L'engouement des médias pour la franchise Digimon tout comme pour la Pokémania commence à décliner en 2001, et aucun jeu Pokémon majeur ne paraît avant juillet 2003[104]. Pokémon connaît également le revers de son succès et des ventes massives de ses produits, avec une concurrence accrue qui cherche à surfer sur ce phénomène auprès des distributeurs et des commerçants de plus en plus désintéressés par le genre[266]. Pokémon conserve néanmoins une figure statutaire en termes de ventes, du fait du renouvellement de son jeune public et de son concept, mais ne représente plus un phénomène de société[104],[262].

Ces séries Digimon deviennent de plus en plus difficiles à vendre à travers le monde[267]. Elles s'exportent dans un nombre de pays de plus en plus réduit par rapport aux premières saisons, principalement dans les pays anglophones, germanophones et hispanophones à travers les réseaux de télévision de Disney[268],[269]. La série suivante, Digimon Frontier, est vendue en package avec la troisième saison lorsque Disney en a acquis les droits auprès de Saban Entertainment, sécurisant ainsi une distribution en Amérique du Nord et dans certains pays[270],[271].

La popularité de Digimon en Europe reste toutefois forte, d'après le site Yahoo! en , la police italienne aurait mis la main sur un grand nombre de jouets Pokémon, Digimon et Dragon Ball de contrefaçon, ils auraient été illégalement importés de Chine[272], ce problème des contrefaçons est également soulevé au Royaume-Uni où une production locale autour de Digimon est découverte et représente une préoccupation pour le détenteur des droits lors de la rentrée scolaire de 2002[266]. La première gamme du jeu de cartes est discontinuée en 2001 et une nouvelle itération appelée Digimon D-Tector est lancée, principalement dans des magasins comme Walgreens[191].

En 2002, la série animée Digimon Frontier est produite en pressentant que cette 4e saison pourrait être la dernière[273] et revient à des bases scénaristiques d'enfants embarquant pour le Digimonde, elle enregistre des taux d'audiences et des ventes des merchandising très faibles[22],[274]. Le court-métrage de l'itération réalise un fiasco au box-office japonais[24]. La franchise chute totalement au Japon à cette période[22]. Après quatre ans de diffusion ininterrompue, Digimon est contrainte de quitter Fuji Television et de stopper momentanément la production d'animé[274]. Il faut attendre près de vingt ans pour que la fin d'une série Digimon soit suivie du début d'une autre[29]. À cette période, 54 % des recettes de la franchise Digimon proviennent alors de l'exploitation hors des frontières japonaises et tandis que la franchise s'essouffle totalement au Japon, elle reste populaire aux États-Unis jusqu'au milieu des années 2000[22] et continue à être diffusée à la télévision 21 fois par semaine sur ABC Family et Toon Disney en 2005[75].

En Europe, le troisième et dernier opus de la série de jeux World pour la PlayStation d'origine sort en 2002, en fin de vie de la console. Digimon World 2003 est le titre de la version européenne, World 2 n'étant pas paru sur ce territoire[275]. Ce soft de Bandai se distingue de ses prédécesseurs, en étant davantage proche du genre JRPG, une nouvelle orientation qui, aux yeux de certains critiques, présente des similitudes avec la franchise Pokémon[12].

Ces jeux ne suffisent pas à faire entrer la licence Digimon sur le devant de la scène vidéoludique ; ce dernier jeu Digimon World pour Playstation obtient des critiques majoritairement négatives de la presse spécialisée de l'époque, avec une moyenne de 47/100 sur Metacritic — ces titres ont du mal à se forger une popularité auprès des joueurs, mais sont restés dans les faveurs d'un public de niche[276].

Le jeu vidéo de combat Digimon Rumble Arena est également distribué à cette période, qui reprend le concept de Super Smash Bros. édité sur Nintendo 64 en et se veut être plus accessible et moins rebutant qu'un jeu comme Digimon World[277],[278]. Il entre en Amérique du Nord, dans la gamme Greatest Hits, en [279]. Selon les estimations du site web VG Chartz, le , Digimon Rumble Arena compte approximativement 200 000 exemplaires vendus dans le monde, l'Amérique du Nord représentant une part plus importante avec 55,6 % des ventes, suivie de l'Europe avec 37,8 %[280]. Il est suivi d'un deuxième volet, intitulé Digimon Rumble Arena 2, publié deux ou trois années plus tard sur consoles PlayStation 2, GameCube et Xbox.

Au cours de cette période, l'arrêt de production de la Wonderswan, une console exclusivement asiatique à l'origine de plusieurs jeux vidéo Digimon, est annoncé[281]. Cette réponse de Bandai à la Game Boy de Nintendo au Japon se solde par un déficit de 1,7 milliard de yens (13,3 millions d'euros) au lieu des 200 millions de bénéfices attendus[281]. En , Bandai a vendu environ 1 million de jeux vidéo Digimon dans le monde, dont 400 000 au Japon et pour l'année 2002, l'entreprise prévoit de renforcer son offre de jeux vidéo sur les Digimon[282].

Accalmie (2004–2007) modifier

En 2004, Bandai annonce un nouveau projet de long-métrage d'animation en 3D, diffusé le sous le titre de Digital Monster X-Evolution[39],[283]. Initialement annoncé comme étant destiné à une sortie cinéma, ce projet se concrétise comme un téléfilm pour la chaîne Fuji Television[284].

En 2005, Bandai espère relancer les virtual pet Digimon après des années de vaches maigres pour cette branche de la marque[61] et d'élargir l'éventail des joueurs potentiels ciblés par sa relance — des lycéens aux étudiants qui auraient pu jouer au gadget original lorsqu'ils étaient au collège ou au lycée — avec le modèle Digimon Mini en 2005, et il était prévu que celui-ci se vende à 1 million d'unités d'ici mars 2006[100]. Cette relance commerciale au Japon est un échec[22],[75],[76], entraînant la stagnation des gadgets et des cartes de jeu de la marque pendant plusieurs années.

 
Digimon connaît une longévité en France et dans les pays francophones, entre 2001 et 2011, avec de multiples rééditions en VHS et DVD par TF1 Video et LCJ Éditions.

L'année 2006 marque un nouveau lancement commercial de Digimon au Japon après trois années d'accalmie[76]. La société Toei Animation décide de lancer une nouvelle saison, Digimon Data Squad, qui se devait d'être nettement différente avec l'idée d'attirer un public relativement plus âgé et plus large, ainsi que de tenter de plaire à une audience féminine[271],[285],[76] ; les producteurs décident de prendre une orientation scénaristique et graphique qui diffère très radicalement de ses prédécesseurs, après les ratés des deux séries précédentes, et d'y inclure Agumon, le Digimon emblématique connu des premiers adeptes de la série[285]. Elle est néanmoins considérée comme un échec[271]. Par rapport aux séries précédentes, elle est moins présente dans les magazines et le développement des jouets et des produits dérivés a été moins important ; il n'existe pas d'intégrale DVD, la série n'est disponible que sur dix-sept DVD unitaires au Japon[286]. Pour le scénariste, cette rupture stylistique était prématurée, la franchise parvenant difficilement à devenir intergénérationnelle[287]. Comme la précédente série, le manque de succès signifie qu'un nouvel anime ne serait pas réalisé à la suite[274]. La diffusion d'une nouvelle série Digimon sur l'antenne de Fuji Television ne se réalise qu'en 2020, avec un reboot de la première génération de Digimon. À cette période, le développement d'un jeu vidéo Digimon pour la console Nintendo Wii est avorté[288].

En France, à cette période, les trois premières saisons sont toujours retransmises sur le câble jusqu'au tournant des années 2000[263],[265] et commencent à être rééditées en de nombreux DVD, unitaires et en coffrets, par LCJ Éditions jusqu'en 2011[289]. Dès 2006, la franchise évolue sur la console portable Nintendo DS avec les jeux Digimon Story, commercialisés en Amérique du Nord comme des entrées de la série World[12]. Le premier Digimon World DS totalise 200,000 unités vendues au Japon au bout de 6 mois[290], il comptabilise 847,823 unités vendues en dix semaines en Amérique du Nord et 6,818 ventes dans les autres pays anglophones[291].

Relance internationale, nouvelles stratégies (2010–2014) modifier

Après plusieurs années d'accalmie, Digimon Fusion est annoncée en 2010 par Bandai[292],[293],[294]. À cette période, avec l'avènement des smartphones et objets portatifs chez les plus jeunes, les gadgets de poche caractérisant la franchise Digimon apparaissent comme désuet[157]. Contrairement aux Digivice dérivés précédents, le « Chargeur Fusion » dispose d'un écran couleur et fait également office de lecteur MP3. Cette itération lance également les « Couronnes-Code », une série de cartes mémoire SD qui permettent de transférer de nouvelles zones et de nouveaux Digimon dans l'objet[61].

Après les échecs des années antérieures, la production revient au concept initial d'une série d'action-comédie pour les garçons âgés de six à onze ans, avec des protagonistes enfants et préadolescents et un aspect virtuel revu pour la nouvelle génération[295],[271]. Digimon passe pour la première fois de Fuji TV, à un nouveau diffuseur, TV Asahi notamment en raison de la faillite de Lehman Brothers et des répercussions sur les ventes de produits dérivés et les sponsors des animes à cette période, Toei Animation avec Fuji Television préfère renforcer son activité promotionnelle autour de Dragon Ball Z Kai[296].

Après un bon démarrage en taux d'audience au Japon[297],[298], la première saison connaît ensuite de maigres résultats, si bien que la série frôle l'annulation[298]. Elle passe d'une visibilité à 19 h 30 en semaine, à un horaire à h 30 le dimanche[298]. Les reports d'épisodes deviennent fréquents, et cela empire avec le nouvel horaire, faisant passer un mois entier sans qu'un nouvel épisode soit diffusé[298]. La vente de jouets paraît alors la sauver[298]. La production d'une troisième partie est subitement mise en place pour maintenir la popularité de la série, avec le protagoniste Mikey accompagnant une nouvelle équipe de Combattants Fusion[299]. Considérée comme une série distincte[300],[301], Bandai ne lance aucun produit autour de cette ultime saison[298]. Crunchyroll propose une version sous-titrée en anglais de cette série le [302]. Au Japon, l'échec de ce qui était intitulé Digimon Xros Wars plonge la franchise dans une phase difficile dont le budget n'était plus suffisant pour continuer à développer de nouveaux projets[303].

Toei Animation Europe annonce Digimon Fusion Battles[304] en Italie, pour une diffusion à partir du sur Rai 2, la série est déprogrammée en catastrophe en [305],[306]. Ensuite, le projet d'exportation de la série devient international et est dirigée par Saban Brands pour la première fois en treize ans[307],[308] avec Marvista Entertainment, après avoir acquis les droits le [309],[310] avec une présentation du projet en octobre à Cannes pour vendre ce produit à de futurs distributeurs et/ou diffuseurs[310],[311]. La série est diffusée sur les chaînes CW et Nickelodeon en dans les dernières années des dessins animés du samedi matin aux États-Unis, le public enfants représentant une part de plus en plus faible de l'audience de la télévision américaine[312],[313],[314]. L'ayant droit international mise également sur le service de vidéo à la demande Netflix[315],[316]. En France, Digimon Fusion est acquise par le groupe Lagardère en décembre 2014 pour une diffusion sur la chaîne jeunesse du câble Canal J à partir de [317],[318] et devient, avec plus de 1 700 diffusions[319], une marque phare et multi diffusée du diffuseur (contre 150 pour Sailor Moon Crystal et 990 pour Saint Seiya Omega, les deux autres événements animés de la chaîne)[320],[319]. Il s'agit de la première saison Digimon diffusée en français en l'espace de dix ans depuis la troisième saison Digimon Tamers en 2002, elle retrouve une adaptation qui adopte le ton des trois premières saisons et qui est composée de certains doubleurs historiques de la franchise[321].

En 2011, Bandai relance sur console portable PlayStation Portable Digimon World, avec Digimon World Re:Digitize, commercialisé en 2012[322] et qui reprend les principes du jeu original initialement commercialisé en 1999 sur console PlayStation et rend, en quelque sorte, hommage au premier opus de cette série ; le portage pour Nintendo 3DS, Digimon World Re:Digitize Decode, est commercialisée le 27 juin 2013. En 2012, l'application de cartes à jouer pour iPhone, Digimon Crusaders est lancé[323],[324]. Un second jeu sur PSP, Digimon Adventure, est commercialisé le et retrace les épisodes de la première saison homonyme[323],[325]. En 2013, Digimon recense plus d'une centaine de distributeurs à travers le monde[326].

De Digimon Story à Appmon (2015–2017) modifier

 
Dès Digimon Fusion, Saban Brands mise sur une distribution en vidéo à la demande et sur des applications mobiles[295]. La production japonaise s'adapte elle aussi à son temps avec le projet Appmon en 2016[157].

En 2015, Digimon Story: Cyber Sleuth sort sur PlayStation Vita et PlayStation 4 et est le cinquième volet de la série Digimon Story, un reboot pour consoles de salon. C'est le premier jeu de la série à sortir en Europe. Lors de son développement, les distributeurs étrangers ne sont initialement pas ouverts à l'idée de localiser ce jeu Digimon, pour des raisons de popularité, des pétitions permettent néanmoins une distribution avec une traduction anglaise[327]. En juillet 2019, un portage du jeu et avec sa suite, Digimon Story: Cyber Sleuth - Hacker's Memory, sur Nintendo Switch et PC sort le 18 octobre 2019, sous le nom de Digimon Story Cyber Sleuth: Complete Edition. En octobre de cette période, Bandai Namco annonce que la série Cyber Sleuth dépasse les 1,5 million de ventes, en tirage physique et en achat digital[328].

Pour célébrer le 15e anniversaire de la série Adventure, six OAV Digimon Adventure tri.[329] sortent au Japon dès jusqu'à [330]. Il s'agit d'une suite relatant les principaux protagonistes désormais âgés de dix-sept ans et élèves au lycée[330]. Après les mauvais résultats de l'ère Fusion au Japon[303], le projet cherche à cibler une niche de fans désormais dans la vingtaine, encouragé par la demande suscitée par le succès du jeu Re:Digitize[303]. Ces productions sont distribuées à la fois en sortie limitée pendant trois semaines dans une dizaine de salles de cinéma à travers le territoire, en tirage limité Blu-ray et en achat digital[331] et diffusées en dehors du Japon — à l'exception de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et du Royaume-Uni — par Crunchyroll[332]. Adventure tri. est violemment accueillie par la critique pour son manque d'ambition, « la résonance a été moindre et la concurrence rude sur cet univers »[333], néanmoins, son premier opus est un succès commercial à son échelle (230 millions de yens)[334], avant un fort affaissement des recettes, jusqu'à 130 millions de yens en moins par la suite[335],[208]. Il en est de même pour les ventes vidéo. Tri est également été mal accueilli par les fans de longue date, qui se détournent alors de la franchise[17]. Ces OAV sont localisés avec un doublage anglais et allemand à des fins événementielles ou d'exploitation direct-to-video ; la Toei présente le projet aux professionnels du secteur plusieurs années de suite, sans toutefois parvenir à le vendre à d'autres marchés[336],[337],[338],[339].

En mars 2016, Digimon World: Next Order sort au Japon sur PlayStation Vita avec un gameplay similaire à celui de Digimon World, Re:Digitize, et Decode, à ceci près que le joueur possède un second partenaire Digimon à nourrir et à élever[340]. Un portage pour console de salon sur PlayStation 4 sort à l'international dont en France le après des années d’absence de la marque en Europe, en édition physique et en achat digital avec un doublage anglais intégrale et notamment, une traduction française[341].

La question de la cyber révolution et des gadgets de poche — qui a marqué les débuts de la marque — tombe en désuétude[157], Toei Animation comme Bandai et Bandai Namco veulent un projet en adéquation avec leurs jouets et en phase avec l'époque[157], avec comme mot d'ordre de dé-digimonifier (脱・デジモン?) les dessins-animés dérivés de la franchise[157], qui prendrait en compte les projets passés et avec pour objectif de trouver ce qui pourrait être fait pour plaire aux enfants et à leurs parents qui étaient autrefois fans de Digimon[342]. En 2016, ce projet multimédia est lancé, Digimon Universe: Appli Monsters, avec une gamme de jouets, des cartes à collectionner et une série animée Digimon Appmon pour TV Tokyo, diffusée en octobre[343]. Celui-ci repose sur un concept de monstres d'applications mobiles. Le développement d'objets accessoires exploré avec la précédente itération est repris[157]. Des « cartes Appmon » avec codes QR sont développées pour être insérées ou scannées dans le nouveau gadget de la série[157], dans une gamme d'objets annexes[344],[345], ainsi que dans la console de jeu Nintendo 3DS[346],[347] avec le jeu vidéo associé.

En 2016, le succès que Digimon a connu à l'étranger au début des années 2000 est envié par Bandai au Japon, et des plans sont officiellement formulés pour permettre un jour à la série de se redévelopper en dehors des frontières japonaises[348],[349].

 
Logo de Boing.

En , Toei Animation présente la série animée à Cannes pour vendre son produit à de futurs distributeurs et/ou diffuseurs[350]. En 2017, le groupe Turner en acquiert les droits pour une exploitation sur les territoires francophones[351] et présente également cette production qui ne connaît pas de version retravaillée pour le marché international dans plus de quarante pays, dont le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Allemagne ; le client français est, avec le Portugal, l'unique vente en Occident[352],[353]. En France, elle est la 1re série Digimon directement produite de la version japonaise par Toei Animation Europe[351],[354]. Cette série est diffusée sur Boing, lequel a initié le succès en France de Yo-kai Watch chez les 4-12 ans[355],[356], la série est alors visible comme produit d'appel dans diverses campagnes promotionnelles et publicités télévisées sur différentes chaînes autour de Boing et d'une case horaire commune avec Yo-kai Watch et Yu-Gi-Oh! Arc-V en fin d'année[357],[358],[359]. Appmon est retirée de sa diffusion quotidienne en France après trente-neuf épisodes et disparaît de l'antenne de la chaîne jeunesse privée un mois après sa conclusion, elle est déstockée deux ans plus tard dans une diffusion nocturne à raison de quatre épisodes du au , à h 35 chaque nuit[360]. Aucune gamme de jouets n'est développée en dehors de l'Asie.

En Europe, la franchise s'installe sur mobiles avec les jeux de loterie gacha Digimon Linkz (2017)[361] et Digimon ReArise (2019)[362].

Nouvel essor commercial (2020–2022) modifier

 
De 2020 à 2023, la franchise peine à trouver son public au Japon[363],[333] ; son succès sur le marché américain et notamment du jeu de cartes fait de Digimon la 3e marque la plus rentable parmi les licences Toei à l'exportation[30],[364],[365].

Avec le succès de Digimon Adventure tri., deux projets d'animation se développent autour de la marque Adventure[366],[367]. D'abord en 2017, celui du long métrage Last Evolution Kizuna, une conclusion à la première saison télévisée pour son vingtième anniversaire[366]. La nouvelle équipe de production vise le même cœur de cible de Tri, tout en cherchant à prendre ses distances avec ce dernier et à élargir son audience[17]. Indépendamment de ce projet, Toei Animation désire le retour de Digimon sur Fuji Television le dimanche matin, un créneau prisé alors occupé par la série Dragon Ball Super[366]. Ces deux projets se concrétisent en 2020.

Le long métrage Last Evolution Kizuna sort en au Japon[368] et réalise le plus gros week-end d'ouverture pour un film Digimon moderne avec 78 437 entrées en quatre jours d'exploitation[369]. Il s'agit du dix-septième film d'animation le plus rentable au Japon en 2020, période de pandémie de Covid-19, en rapportant 300 millions de yens de son exploitation nationale totale[370]. Ce long métrage tire profit de la vague que suscite la réouverture des salles de cinéma liée à la pandémie dans différentes régions d'Asie[371],[372],[373] en se classant 46e place du box-office international la même année grâce à son exploitation en Chine[374] pour 24,2 millions de dollars de recettes mondiales en 2020[375],[376], il est le film étranger (non américain) de le plus lucratif du box-office général chinois[377]. Il connaît un succès fortement plus modéré hors des frontières asiatiques[375] avec moins de 40 000 entrées en Europe[378] ; initialement prévue en Amérique du Nord, la sortie est annulée en raison de la pandémie et de son impact sur les cinémas. Ce long métrage passe inaperçu auprès des critiques de cinéma[379], il reçoit des retours majoritairement positives de la part d'une presse spécialisée dans la pop culture, notamment nord-américaine ; la presse européenne cinéphile et plus générale est cependant plus rude. En France, des dizaines d'influenceurs sont conviés à voir le film dans un cadre promotionnel, y compris quelques blogueurs et sites d'actualité manga, qui publient des avis dithyrambiques à son sujet en 2020, lesquels ne correspondent toutefois pas aux retours du public[380].

Bandai Namco aspire à une nouvelle ère de la marque, axée sur l'expansion à l'étranger[381], qui non seulement satisferait les fans de la première heure, mais tenterait également de s'adresser aux enfants du primaire et aux fans d'anime en général n'ayant jamais vu Digimon auparavant[382]. La transmédialité de la marque Digimon ne fut jamais maîtrisé, un reboot a été entrepris, réunissant la franchise sous une seule idée avec un nouvel anime, un nouveau jeu de cartes et des jouets[383]. Pour rendre un tel projet possible, une nouvelle personne est choisie pour être responsable de la marque Digimon dans son ensemble : Masashi Harada, déjà connu chez Bandai pour avoir géré des projets transmédia comme la franchise Aikatsu! avec les exigences de l'entreprise visant à renforcer ses capacités de développement sur ses propriétés intellectuelles et leurs différents axes[384].

Digimon fait son retour à cette période sur Fuji Television deux mois plus tard, avec un reboot homonyme de la première saison. Si la série ne connaît pas un accueil favorable de la critique et du public occidental de Crunchyroll, géant mondial du streaming, sur son approche stylistique et de sa violence[29],[385], la série Digimon Adventure: devient un succès commercial synonyme d'essor général de la marque avec une hausse significative des ventes des produits dérivés — dont de Digimon Card Game, la relance à succès des cartes à jouer dérivées[29],[25] — ce notamment en dehors du Japon et en Amérique du Nord en [25],[26],[27]. Cette itération est diffusée en simulcast dans une multitude de pays.

En France, une dynamique se lance — en plus du simulcast sur Anime Digital Network, Crunchyroll et la chaine de télévision J-One — avec la réexploitation en vidéo à la demande sur ADN des trois premières saisons et d'un inédit, Adventure tri. à partir de [386]. ADN fédère près de 400 000 spectateurs uniques le lors d'une diffusion marathon de l'intégrale de la première saison en français[389].

 
À l'avant-première de Last Evolution Kizuna au Grand Rex, Toei Europe fait part de sa volonté de pousser les nouvelles propositions de la franchise en France si l'accueil y est favorable[390] ; de nombreux projets commerciaux sont ensuite avortés ou freinés dans leur élan[391],[392],[393].

Une dynamique française de la marque à l'occasion de la sortie nationale du film Last Evolution Kizuna en septembre de cette période. La France est le premier pays à diffuser le film sur l'ensemble de son territoire après l'Asie, avec une à deux séances par cinéma[394] sur trois grandes journées d'exploitation « événementielle » dans 160 salles, par le distributeur CGR Events[395],[394]. Bien la pandémie de Covid-19 et des régions non-couvertes par cette exploitation[396],[394], le film enregistre des chiffres de fréquentation supérieurs à ceux de l'Italie et du Portugal (près de 4 000 entrées)[378],[397],[398], un bilan positif pour le distributeur entre deux confinements[399],[400] avec un contexte où le déficit des entrées était de moins 70%[400]. Le film fait l'objet de quelques projections supplémentaires dans l'Hexagone[399],[401]. En revanche, la sortie divise le public français et ne rencontre pas les faveurs de son cœur de cible[380]. Il est proposé en version originale et avec un doublage sans continuité avec les séries d'origine, ni cohérence vocale pour le public visé[402]. La stratégie d'un visa exceptionnel est aussi d'évaluer, sur une courte période, la relation de confiance qui peut s'établir avec une communauté de fans identifiée, et permet au film d'être distribué rapidement aux autres médiums[390],[403]. L'ayant droit français Toei Animation prend la décision radicale de ne pas exploiter Last Evolution Kizuna ni cette première adaptation sur d'autres supports — en DVD ou en vidéo à la demande[391],[404]. Le film a également souffert du téléchargement illégal le mois précédant sa sortie française[405]. Ballon d'essai pour le territoire, ce lancement échoue à convaincre les investisseurs, jusqu'à une timide relance commerciale autour des premières séries plus de trois ans plus tard[391],[31]. Si un trou de communication subsiste autour du projet, diverses productions continuent de sortir activement chez les éditeurs de la franchise, et des produits dérivés officiels du film sont déployés en grandes surfaces françaises dès le début de l'année 2023, bien que l'élément principal soit purement et simplement absent de ce marché[406].

En , le reboot télévisuel Digimon Adventure: prend fin et est suivi, pour la première fois depuis 2002 au Japon, d'une nouvelle série, Digimon Ghost Game[29]. Une itération parenthèse dans laquelle ses héros sont impliqués dans différentes affaires horrifiques[407]. L'équipe d'auteurs de cette production tente de s'adapter aux effets des nouveaux médias sur le temps d'attention des enfants, en la concevant pour un format épisodique[408]. Le simulcast mondial continue également sur Crunchyroll, comme la diffusion française en télévision et sur la plateforme ADN[391]. Cette production de la Toei est mise en avant par plusieurs partenaires d'ADN[409],[410]. La chaîne spécialisée J-One diffuse ces deux séries, non adaptées aux normes de la télévision française pour enfants, avec une signalétique d'avertissement[411],[412]. Il en sera de même sur la plateforme ADN en avril 2022 pour Digimon Ghost Game, après quelques mois de diffusion[413],[414]. Toujours en 2021, le lancement de plusieurs jouets et gadgets Digimon censés apparaître sur le marché en France est annulé[392], puis de nouveau reconsidéré en 2023.

 
Exemples de montres intelligentes, nouvelle source d'inspiration pour les gadgets Digimon dans les années 2020.

En mars 2021, Bandai lance au Japon le Vital Bracelet Digital Monster, une nouvelle gamme du jouet LCD Digimon, la smartwatch se connecte à son porteur par le biais d'un capteur de fréquence cardiaque qui, avec le nombre de pas, actionne la trentaine de créatures qui peuvent être associées au bracelet via des cartes DIM (pour Digimon Identified Memory) et dont la digivolution peut varier selon l'entraînement de l'utilisateur et des défis quotidiens à relever comme des abdominaux ou des sprints[415]. Contrairement aux gadgets électroniques DigiMon et aux Tamagotchis, il n'implique pas la responsabilité de nourrir et de nettoyer son monstre domestique ; avec une capacité NFC, l'objet a la caractéristique de partager ses données et la progression de l'utilisateur sur une application téléphone, ce qui permet de basculer d'une créature à l'autre[416]. En juillet 2022, le gadget est lancé en Amérique du Nord sous la marque Vital Hero[415] et figure sur la liste des meilleurs jouets de 2022 établie par Time Magazine[417]. L'objet n'est pas commercialisé sur le marché de la grande distribution en France.

En , le jeu vidéo Digimon Survive est commercialisé après quatre années d'attente due à des difficultés budgétaires dans son développement, prévu en 2018, ce roman vidéoludique frôle l'annulation[418]. Alors que cette sortie passe largement inaperçue[419],[420], Survive connaît un fort démarrage aux États-Unis[421] après un flop au Japon (43 237 ventes)[422],[423]. Le jeu s'écoule à plus de 500 000 exemplaires dans le monde[424] sur consoles de huitième génération et sur PC, soit un résultat positif pour l'éditeur[425],[426],[427]. La forte popularité de Digimon aux États-Unis contribue à cette bonne performance[428]. Une réédition du jeu Digimon World: Next Order suit le sur PC et sur Nintendo Switch[429].

Échec de la période Toei France modifier

 
Après les échecs de Toei Europe en 2020, c'est Bandai France qui mène — trois ans plus tard — une nouvelle tentative pour relancer commercialement la marque, autour d'objets rétro et issus des premiers dessins animés en grandes enseignes[31], ainsi qu'avec des jeux vidéo.

En France, Toei Animation Europe compte en 2020 sur le soutien d'une audience sur une dizaine d'importations dans sa relance — avec du simulcast, une sortie en salles mettant l'accent sur la version originale, des anciennes productions en VO et des inédits sur les plateformes leaders de l'animation japonaise[391] — pour continuer à développer Digimon et ses nouveautés en France, pourtant trois années confidentielles se succèdent sur le territoire[430]. Le soutien fortement attendu d'une base de fans, cible direct de ce type d'offre[390], pour appuyer cette relance en rupture avec ce qui était proposée jusqu'alors dans le pays n'est manifestement pas au rendez-vous. Dans un cas comme dans l'autre, ces diffusions ne semblent pas avoir un grand effet sur le public des plateformes et des chaînes spécialisées[431]. La diffusion s'achève en mars 2023 dans l'indifférence générale en télévision et sur les plateformes, Digimon Ghost Game termine en queue des audiences simulcast sur ADN[432]. La division française de Toei Europe perd la main sur les nouveautés de la franchise après le faible écho de Digimon Appmon (2017) et de Last Evolution Kizuna (2020) en VO/VF, et lancés successivement en France après l'Asie[354],[433],[391].

Cette période Toei France est marquée par la réticence de partenaires aussi peu convaincus par les propositions de l'ayant droit que le public au sens large[431], et par une inadaptation des nouveaux dessins animés Digimon aux normes pour la jeunesse des diffuseurs[412],[414]. Entre 2020 et 2022, cela se solde consécutivement par une baisse du rythme de parution, une série d'annulations (de produits dérivés, de DVD, de jeux vidéo)[392],[391],[393] et une omerta sur certains projets[391]. Sept ans après l'attribution des droits à Toei France[431], la franchise est commercialement morte après de nombreux efforts, et son avenir dans le pays était alors incertain.

Relance par Bandai

Après quatre années d'attente, la branche commerciale Bandai Namco France choisit arbitrairement de ne pas commercialiser le jeu vidéo Digimon Survive (2022) en édition physique, un projet initialement présenté avec la promotion du film Last Evolution Kizuna (2020) en France[393] — celui-ci, jamais édité après sa sortie. En l'absence de confiance sur l'indicateur cible, le jeu n'est sortie que très discrètement à la surprise des fans[419],[434]. Le soft entièrement traduit, localisé et teinté d'un style « anime » parvient à se hisser 11e des ventes françaises du Nintendo eShop[435] et 14e sur la plateforme Steam en première semaine[436]. Il se classe 11e en Belgique[437]. Il déçoit cependant ce public français spontané et la critique à sa sortie[431],[438], principalement en raison de sa composante à dominante narrative jugée creuse et trop littéraire dans ses textes[439],[440].

En 2023, c'est un public français de la génération ayant connu Digimon à ses débuts qui se manifeste dans les ventes de la franchise[441],[438],[442].

En été 2022, le catalogue des 3e séries animées en version française, initialement distribué pour la promotion de Last Evolution Kizuna[443], est reconduit sur ADN et est acquis par Pluto TV (Paramount)[444]. En automne 2022, Bandai France mise sur un nouveau produit d'appel déployé en grande distribution, un virtual pet « rétro »[31] (le « Digimon X ») comparable aux modèles lancés en France vingt-cinq ans plus tôt. En , le journal Ouest-France fait état de six années de nouvelles sorties Digimon en France, « aussi irrégulières que discrètes[431] ».

En , la version française de Digimon est le programme tout public le plus populaire du catalogue d'ADN et l'un des programmes jeunesse les plus regardés[442],[445] ; après trois ans d'indécision et une mise sur le marché avortée[392], la branche française de Bandai relance la marque Digimon: Digital Monsters avec une gamme de jouets articulés en grande distribution, dérivée de ces premières séries : les Anime Heroes[32]. Plusieurs produits dérivés officiels font également leur apparition dans les rayons des supermarchés et des boutiques spécialisées[406]. Digimon intègre également le catalogue de Prime Video (via ADN) le [446],[447].

Une réédition du jeu Digimon World: Next Order paraît le sur PC et sur Nintendo Switch sous forme dématérialisée et une commercialisation physique est également retentée en France, à contrario de Digimon Survive qui l'a précédé quelques mois plus tôt, avec notamment des précommandes dans certaines enseignes[448],[429],[449]. Le fabricant Funko lance sa collection Digimon à la rentrée 2023 pour la première fois dans les grandes surfaces françaises[450], la première salve de ces mini-figurines Funko Pop[451] (2018) n'a pas été commercialisée en France, ce sont donc celles de Patamon et Gomamon du dessin-animé qui inaugurent cette distribution[450]. Ces offres sont en rupture totale avec ce qui est proposé comme nouveautés dans certains pays[452] ou avec les séries encore en diffusion à la télévision et sur les plates-formes

Fin du parcours télévisuel au Japon (depuis 2023) modifier

Au Japon, la série d'animation Digimon Ghost Game s'achève le [453] et la franchise Digimon n'est pas reconduite avec une nouvelle production télévisée après trois ans de diffusion[454]. Avec un marché de l'animation japonaise plus développé qu'auparavant et fortement plus concurrentiel[333], les audiences de ce retour sont restreintes avec un parcours qui ne fédère pas suffisamment en moyenne sur Fuji Television[363]. Cette relance est un échec auprès des enfants, le groupe cible commercial visé[28],[25].

Également, les ventes du Vital Bracelet se révèlent plus élevées chez les fans établis, les premiers communiqués indiquent que les nouveaux venus, ceux qui n'étaient pas fans de Digimon plusieurs années auparavant, n'ont que peu d'intérêt pour le produit[25] — le merchandising général de Digimon ne parvient pas non plus à séduire les jeunes générations en ce début de décennie[28],[25],[29]. Ghost Game est remplacé par l'anime Run For Money: The Great Mission, de la Toei Animation, qui fait également la promotion du Vital Bracelet.

La franchise se tourne vers des projets de moindre envergure comme le webnovel d'investigation Digimon Seekers publié sur le site internet de la franchise en japonais, chinois et en anglais dès le , pour assurer la promotion de divers produits dérivés et du gadget Vital Bracelet[455],[456]. Le manga Digimon Dreamers, publié à l'origine dans le bimensuel Saikyō Jump de Shueisha, passe à une publication exclusivement en ligne sur le site officiel de Digimon, avec une localisation en anglais réalisée directement par Bandai avec Medibang[457]. Il est suivi d'un autre manga l'année suivante, Digimon Liberator, centré sur le jeu de cartes de la franchise et est exclusivement publié sur Internet[458]. En lançant le nouveau modèle de la montre connectée alors exclusive à Digimon, le Vital Bracelet BE, les développeurs décident de s'ouvrir à d'autres franchises populaires[416],[459].

Aux États-Unis, Digimon Card Game reste l'un des jeux de cartes les plus actifs de ces dernières années avec plusieurs éditions[460],[461],[462]. La diffusion du doublage anglais de Digimon Adventure 2020 se concrétise sur Microsoft Store le , plus d'un an après son annonce[463],[464] et sur la plateforme Hulu dans le courant de l'été[465]. L'éditeur Shout! Studios et Toei Animation se félicitent du franc succès du catalogue Digimon depuis pratiquement 10 ans auprès des fans et des familles aux États-Unis[466],[467] ; Last Evolution Kizuna a connu un succès notable en vendant plus de trente mille copies Blu-ray au cours de sa première semaine de commercialisation, ce qui en fait la troisième meilleure vente du pays[468],[466]. Ce marché continue d'être très fructueux, permettant la sortie de plusieurs éditions Blu-ray des premières séries avec l'éditeur Discotek Media[469] ; Digimon, le film (2000) reste le projet cinématographique le plus rentable de la franchise en [239] et la bonne relation tissée avec les fans, ainsi que la popularité du film auprès du grand public permettent à Discotek d'annoncer l'acquisition des droits pour une toute première édition en Blu-ray ainsi qu'une parution des trois premiers films japonais de la franchise en version originale et doublée, avec le ton et le casting historique de Digimon, le film en produit d'appel[470],[471],[472].

Le long-métrage Digimon Adventure 02: The Beginning sort dans les salles de cinéma au Japon le [473]. Alors que le dernier film était sorti sept mois après sa sortie japonaise en primeur en France[433], Toei Animation joue cette fois la carte de l'immédiateté avec des sorties quasi-simultanées de l'Asie[474] aux États-Unis, en Amérique latine, mais aussi dans des pays comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Espagne ou l'Allemagne[475],[476],[477]. Le succès est néanmoins bien moindre que celui de son prédécesseur ; au Japon, le film quitte le top 10 du box office général en deuxième semaine d'exploitation[478],[479].

Thèmes modifier

Chaque média de la franchise a sa propre continuité, mais tous partagent un cadre et des prémisses similaires, aux thématiques de monstres, de science-fiction et de langage informatique fictionnel se voulant futuriste pour la principale cible, les jeunes enfants de 4 à 10 ans encore peu exposés à cette sphère[480],[157],[481].

La plupart des histoires de Digimon commencent par un enfant ou adolescent humain qui entre en contact avec une créature Digimon, généralement à la suite d'une entrée inopinée dans un monde parallèle, appelé le digimonde, ou d'une rencontre avec l'une de ces créatures venue dans le monde des humains[244]. Les protagonistes sont souvent amenés à rejoindre la Terre, et ces scènes se déroulent en majeure partie au Japon[53]. Ce ou ces enfants sont alors souvent équipés d'un digivice, un appareil inspiré du gadget Virtual pet Digimon de Bandai, qui donne à ces héros (dénommés généralement « digisauveurs ») des capacités à leur « partenaire » Digimon afin de sauver le digimonde et le monde réel de diverses forces obscures[482].

Anime modifier

Les épisodes, toutes saisons confondues, sont produits et réalisés aux studios de Toei Animation, et se catégorisent dans les genres animation, action, aventure, comédie dramatique, fantastique, fantasy, et science-fiction[483],[484],[485], avec une petite pointe de violence[486] et des éléments visuels explicites tels que la nudité[487],[488]. Toutefois, ces éléments sont censurés ou supprimés dans la version américaine et de certains pays européens, dont la France, afin que la série puisse s'adapter aux normes et pratiques de la télévision jeunesse[489],[490]. Les épisodes sont produits pour la promotion des produits dérivés tels que le digivice[491], les figurines et les cartes à jouer[169],[170]. En 2012, la société américaine Saban Brands acquiert les droits internationaux de Digimon, à l'exception du Japon[492],[493] ; une entreprise fermée le [494]. À la suite de la redistribution de leurs propriétés, c'est Toei Animation qui distribue Digimon notamment en France[495].

Jusqu'à la cinquième saison, une série Digimon est lancée annuellement à la télévision japonaise sur la chaîne Fuji Television pour une diffusion le dimanche à h du matin, débutant au début du mois d'avril et se terminant à la fin du mois de mars. En 2010, la sixième saison passe sur le réseau TV Asahi pour une diffusion à partir de juillet et est initialement la première série à être diffusée régulièrement le mardi en prime time (19 h 30), neuf mois plus tard, elle est reléguée le dimanche à h 30 du matin. En 2016, la septième série se lance sur le réseau TV Tokyo à partir d'octobre le samedi matin à h, six mois plus tard, elle intègre la tranche horaire de h 30 jusqu'à fin septembre. Avec la neuvième saison, la série revient sur le réseau Fuji Television pour la première fois en treize ans depuis Data Squad.

En , la série recense un total de dix saisons qui regroupent chronologiquement Digimon Adventure, Digimon Adventure 02, Digimon Tamers, Digimon Frontier, Digimon Data Squad, Digimon Fusion, Digimon Adventure tri., Digimon Appmon, Digimon Adventure: et Digimon Ghost Game.

Tableau d'ensemble modifier

No. Titres des séries Épisodes Diffusion initiale Chaînes
Début Conclusion
1 Digimon Adventure (1999) 54 Fuji TV
2 Digimon Adventure 02 50
3 Digimon Tamers 51
4 Digimon Frontier 50
5 Digimon Data Squad 48
6 Digimon Fusion 79 TV Asahi
7 Digimon Adventure tri. 26 (Int.) Crunchyroll [496]
8 Digimon Appmon 52 TV Tokyo [351]
9 Digimon Adventure: (2020) 67 Fuji TV
10 Digimon Ghost Game 67 (+ 1 SP) [497]
Total 544 épisodes

Digimon Adventure modifier

 
Costumes de Tai Kamiya (bas), et de Matt Ishida (haut), deux des principaux protagonistes de la première saison.

La toute première saison de la franchise, intitulée Digimon Adventure, est initialement diffusée à la télévision japonaise du au sur la chaîne Fuji Television[166],[326], au lendemain de la sortie d'un court-métrage homonyme dans le cadre du Toei Anime Fair[150]. La saison, composée d'un total de cinquante-quatre épisodes[292], est produite produite par Toei Animation, en coopération avec WiZ, Bandai et Fuji Television et réalisée par Hiroyuki Kakudo. Pendant sa diffusion, la série remporte un franc succès dans le monde entier[13].

Digimon Adventure relate les aventures d'un groupe de jeunes enfants aux côtés de leurs partenaires Digimon respectifs — Taichi « Tai » Kamiya et Agumon, Matt Ishida et Gabumon, Sora Takenouchi et Biyomon, Izumi « Izzy » Koushiro et Tentomon, Mimi Tachikawa et Palmon, Joe Kido et Gomamon, et T.K. Takaishi et Patamon — aspirés par un champ de force informatique depuis leur camp de vacances dans le monde réel, les menant directement vers un monde parallèle habité par une large variété de créatures numériques, le digimonde[244],[489]. Les protagonistes font connaissance et s'allient ensemble afin de combattre les diverses forces maléfiques — allant du Digimon maléfique Devimon jusqu'à un groupe de puissants antagonistes appelés Maîtres de l'ombre — prenant peu à peu possession du digimonde[244]. La série intronise par la suite un huitième enfant digisauveur, Kari Kamiya, la petite sœur de Tai, accompagnée de sa partenaire Gatomon[244],[498],[499].

Digimon Adventure 02 modifier

À la suite du succès télévisuel de la première saison, une continuité directe intitulée Digimon Adventure 02 est initialement diffusée au Japon du au sur la chaîne Fuji Television[500]. Cette seconde saison, de nouveau produite par Bandai et la même équipe, est composée d'un total de cinquante épisodes[292].

Digimon Adventure 02 prend place trois ans après les événements de la première saison[482]. Une nouvelle génération de digisauveurs — composée de Davis Motomiya et Veemon, Yolei Inoue et Hawkmon, Cody Hida et Armadillomon, T.K. Takaishi et Patamon et Kari Kamiya et Gatomon — sont destinés à sauver une nouvelle fois le digimonde de divers antagonistes dont l'Empereur des Digimon (de son vrai nom Ken Ichijouji, qui rejoindra par la suite les digisauveurs accompagné de son partenaire Wormmon), et MaloMyotismon[41],[501],[482]. Se déroulant dans le même univers, Digimon Adventure 02 emploie des éléments similaires à la précédente saison tels que les aller-retours entre digimonde et monde réel et les altercations humoristiques entre personnages, notamment[502].

Digimon Tamers modifier

 
Guilmon, l'un des principaux protagonistes de Digimon Tamers[503].

Une troisième saison, intitulée Digimon Tamers, est initialement diffusée au Japon en un total de cinquante et un épisodes[292], du au sur la chaîne Fuji Television[244]. La saison marque une grande différence de concepts stylistiques et scénaristiques par rapport aux deux précédentes saisons[244],[169]. Ce changement dans la réalisation est accueilli d'une manière mitigée parmi les téléspectateurs, certains appréciant le changement, et d'autres considérant qu'il ne s'agirait plus de la série qu'ils appréciaient avant[503].

Dans Digimon Tamers, « Digimon » est perçu par les personnages comme une franchise commerciale représentée par de nombreux produits dérivés dont les cartes à jouer et les D-arc, principalement[169],[502],[503]. La saison intronise de nombreux nouveaux protagonistes humains et Digimon, les principaux étant Takato Matsuki et Guilmon, Rika Nonaka et Renamon, et Henry Wong et Terriermon[169],[504]. Digimon Tamers n'est en aucun cas liée aux événements des deux précédentes saisons, et l'action se déroule principalement dans le monde réel[502]. Les protagonistes se confrontent d'abord à une organisation gouvernementale secrète de lutte anti-Digimon, appelée Hypnos, puis parviennent plus tard à atteindre le digimonde dans lequel ils y rencontrent les Digimon souverains et y apprennent l'existence d'un virus informatique dévastateur appelé D-Reaper[502].

Digimon Frontier modifier

Une quatrième saison, intitulée Digimon Frontier, est initialement diffusée du 7 avril 2002 au 30 mars 2003 sur la chaîne Fuji Television en un total cinquante épisodes[505],[506]. Elle est produite par Fuji TV et Yomiko Advertising[506]. En été de la même année, son court-métrage, aux côtés de ceux de Kinniku-Man et Crash Gear Turbo, ne remportent approximativement que ¥ 800 millions ($ 6,8 millions) au box-office japonais[507],[508].

Le scénario inclut six nouveaux protagonistes humains d'âges différents — Takuya Kanbara, Koji Minamoto, J.P. Shibayama, Zoe Orimoto, Tommy Himi et, plus tard, Koichi Kimura —, accompagnés de leurs deux guides Bokomon et Neemon, et possédant la capacité de se transformer en Digimon à l'aide de petits gadgets nommés D-tectors afin de combattre diverses menaces dont l'antagoniste Cherubimon et ses sbires[482].

Digimon Data Squad modifier

Une cinquième saison, intitulée Digimon Data Squad, est initialement diffusée du au sur la chaîne Fuji Television[509] en un total de quarante-huit épisodes, près de trois ans et demi après la diffusion de la quatrième saison. Cette saison, contrairement aux quatre précédentes, subit un changement scénaristique et graphique radical, en essayant à la fois de satisfaire les adeptes de la série et d'attirer un public plus large[285].

Digimon Data Squad se concentre principalement sur un protagoniste et adolescent bagarreur de rue nommé Masaru Daimon, et de son partenaire Digimon, Agumon, tous deux par la suite employés de la D.A.T.S. (Digital Accident Tactical Squad), une organisation spécialement conçue dans le but d'arrêter toute menace en provenance du digimonde sur Terre, accompagnés de deux autres membres nommés Thoma H. Norshtein et Yoshino Fujieda, et de leurs partenaires Lalamon et Gaomon[285]. Un quatrième et plus jeune membre du groupe, Ikuto Nogushi, accompagné de son partenaire Falcomon, les rejoint par la suite.

Digimon Fusion modifier

Une sixième saison, intitulée Digimon Fusion, est initialement diffusée du au [510],[292] en un total de cinquante-quatre épisodes, sur la chaîne TV Asahi près de cinq ans après la diffusion de la cinquième saison[511].

Une série distincte[300],[301], intitulée Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi[512] et troisième arc de la saison, est diffusée du 2 octobre 2011 au [513],[514],[515]. En 2013, l'arc est nommé dans la catégorie « Meilleure animation » aux Emmy Kids Awards[516],[517].

Revenant dans un style « rétro » similaire aux quatre premières saisons, le premier arc de cette saison suit les aventures de Mikey Kudo, un jeune garçon sportif et insouciant, et des « Combattants Fusion », accompagnés d'un groupuscule de Digimon ayant la capacité de fusionner ensemble avec lesquels ils s'associent pour tenter de restaurer l'ordre dans un Digimonde fragmenté par le Lord Bagra et son armée[518].

Digimon Adventure tri. modifier

Une suite directe de la saga Digimon Adventure, intitulée Digimon Adventure tri., est produite en six OAV[329]. Le premier, Retrouvailles (再会, Saikai?) est sorti le et le dernier, Notre avenir (ぼくらの未来, Bokura no mirai?), le en salles au Japon. Initialement, ces six films ont été diffusés en dehors du Japon en version originale sous-titrée le jour même de leur sortie japonaise nationale, sous un format épisodique en quatre ou cinq épisodes chacun, permettant une distribution simultanée pour le public anglophone par Crunchyroll[519]. Ce découpage inscrit Adventure tri. comme étant la septième itération de la franchise[496].

La série tri., réalisée par Keitaro Motonaga, écrit par Yuuko Kakihara, avec un chara-design de Atsuya Uki[520], suit les années lycée des huit protagonistes de la série originale[521].

Digimon Appmon modifier

Une huitième saison[351], intitulée Digimon Appmon, est initialement diffusée en cinquante-deux épisodes sur les chaînes du réseau TV Tokyo du au . Elle est produite par les sociétés Bandai, Bandai Namco Entertainment et Toei Animation[343].

Digimon Appmon suit les aventures de trois écoliers, Haru Shinkai, Eri Karan et Torajirô « Astra » Asuka : les Appli Drivers, qui sont confrontés à divers phénomènes insolites, avec des créatures infectées par un virus — le virus L — propagé par l'antagoniste, Léviathan. Le thème et les origines des créatures fictionnelles Appmon tournent autour de la singularité technologique et de l'intelligence artificielle, et des dangers de la technologie lorsqu'elle est mal utilisée[522],[523].

Digimon Adventure: modifier

Une neuvième saison, intitulée Digimon Adventure: (2020), est initialement diffusée en soixante-sept épisodes du au sur Fuji Television. Ce reboot de la première génération de Digimon avec Tai, Agumon et les premiers digisauveurs[524] initie la franchise pour la première fois à une diffusion mondiale en simulcast et notamment en France, sur Crunchyroll, ADN et J-One[525],[526],[527] et relance l'exploitation des productions de la marque en France.

Digimon Adventure: (2020) suit Matt, Tai, T.K., Kari, Mimi, Izzy, Joe et Sora, dans de nouvelles aventures dans le Digimonde, des péripéties avec un impact considérable sur le monde réel. Des Digimon maléfiques ont commencé à infecter tous les réseaux de communication des humains, ce qui entraîne la perte de contrôle des navires, de la mise à feu des missiles et des satellites devenus ingérables. Le seul espoir pour le monde est un groupe d'enfants et leurs alliés Digimon qui vont tenter de vaincre le maléfique Milleniummon.

Digimon Ghost Game modifier

Une dixième saison, intitulée Digimon Ghost Game[497], du au sur Fuji Television et en simulcast et a succédé à Digimon Adventure: sur le même créneau horaire[528]. La franchise n'est pas reconduite avec une nouvelle production télévisée par la suite.

L'histoire met en scène Hiro Amanokawa, Kiyoshiro « Kiyo » Higashimitarai, Ruli Tsukiyono et leurs partenaires Digimon impliqués dans divers phénomènes étranges.

Diffusions internationales modifier

 
En France, TF1 est l'une des premières chaînes télévisées à avoir diffusé Digimon Adventure[9],[529].

Hors des frontières japonaises, la série est diffusée à l'international, à commencer par le continent asiatique et des pays tels que Hong Kong, Taïwan, les Philippines, Singapour, l'Indonésie et la Corée du Sud[13]. En Inde, ce sont des chaînes de télévision telles que Cartoon Network[530], et Spacetoon Kids TV qui diffusent la série[531]. Aux Philippines, la série est diffusée sur Cartoon Network et ABS-CBN Amazing Morning[504]. En Océanie, la série est diffusée en Australie sur les chaînes Network 10[532] et Go[533].

Sur le continent nord-américain, plus précisément aux États-Unis, la première saison est initialement diffusée le sur le réseau Fox[215]. Adaptée et éditée par Saban Entertainment pour l'audience américaine[482],[489],[534], la série, toutes saisons confondues, est diffusée sur de nombreuses chaînes télévisées dont Fox Kids[244],[534], UPN[535], ABC Family[536], Jetix[537],[538], Toon Disney/Disney XD[537], Cartoon Network[539], Nicktoons[540],[541], et CW Television Network[518],[542]. Au Canada, la version américaine éditée par Saban est diffusée sur YTV[13],[543] et Family Channel[544] ; dans la province du Québec, seules les deux premières saisons ont été diffusées sur Télétoon[545].

Sur le continent sud-américain, la série est diffusée en globalité par la chaîne télévisée Cartoon Network, qui acquiert les droits de diffusion pour Digimon Fusion en 2014[546],[547]. Au Brésil, la série est diffusée sur RedeTV![548],[549], TV Globo[550],[551],[552], Disney XD[550], TV Kids[550], et Fox Kids[553]. Dans les pays hispanophones du continent, la série est diffusée sur des chaînes télévisées telles que Fox Kids au Mexique[554], Televen au Venezuela[555], Televicentro au Honduras[556], Ecuavisa en Équateur[557], et Caracol Televisión en Colombie[558].

En Europe, la société Bandai lance la série d'abord sur les chaînes télévisées britanniques, espagnoles et portugaises, avant de les programmer pour les chaînes télévisées françaises, italiennes, allemandes, et pour les pays scandinaves, respectivement[13]. Au Royaume-Uni, la série est diffusée sur quelques chaînes dont Fox Kids[559], KIX[560], et ITV[561],[562]. En Espagne, ce sont les chaînes TVE[563], Fox Kids[564], FDF[565], Boing[566], et Disney XD[567] qui diffusent la série. Au Portugal, les saisons sont diffusées sur TVI[504], SIC[504], et Canal Panda[568] ou Panda Biggs[569]. En Italie, elle est diffusée sur la chaîne télévisée Rai 2[570]. En Allemagne, la série est diffusée depuis sa première parution en 2000 sur la chaîne télévisée RTL2[571],[572]. Aux Pays-Bas, elle est diffusée sur Fox Kids[166]. En Norvège et en Suède, ce sont les versions norvégienne et suédoise de TV3 qui diffusent pour la première fois la série dans ces pays[573]. En Pologne, elle est diffusée sur TV4[574], Fox Kids, Jetix, et TV6[166]. Au Moyen-Orient, la série est doublée en arabe, éditée au studio syrien Venus Production, renommée Digital Heroes, puis diffusée dans le continent sur la chaîne télévisée Spacetoon[575].

En France, Digimon réunit 70 à 75 % en audience[15] dès sur la chaîne télévisée du câble et satellite Fox Kids[576] et sur la chaîne hertzienne TF1 dans le bloc de programmes TF! Jeunesse[529],[577] ; les séries Digimon et Digimon 02 sont diffusées sur TF1 avec un taux de croissance comparable au taux atteint en 1996 pour l'animation japonaise[578], trois saisons sont diffusées Fox Kids[579], Jetix, ainsi que sur Tfou TV. Dès 2015, Digimon Fusion est diffusée sur la chaîne privée Canal J[317],[318] et en devient une marque multi diffusée jusqu'en [320],[319]. D' à , Digimon Appmon[351] est diffusée sur la chaîne privée Boing[580] et en disparaît peu après cette diffusion initiale ; cette première exploitation de la branche européenne de Toei Animation se limite ainsi à la France et au Portugal[353].

Dès 2020, Digimon est pour la première fois diffusée en simulcast à échelle mondiale[29] avec Digimon Adventure: et Digimon Ghost Game à travers la plateforme Crunchyroll en France et en Europe, ainsi qu'en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, aux Caraïbes, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en zones MENA et CEI et en Afrique du Sud[581] avec des sous-titres anglais, espagnol, français, portugais, arabe, italien, allemand et russe. En France, ces deux séries sont également dans une dynamique française[582],[333] sur la plateforme Anime Digital Network[526] et diffusées à la télévision sur J-One[527] ; le reboot en version originale est diffusée sur ADN TV+, un canal linéaire proposé sur les télévisions connectées et différents services, dès [583],[584]. Les trois premières saisons sont diffusées en français sur Pluto TV, dans un canal dédié, dès [585].

Jeux vidéo modifier

 
Présentation du jeu Digimon RPG et promotion de l'anime en Corée du Sud.

Il existe de nombreux jeux vidéo Digimon — notamment les sous-séries de jeux de rôle Digimon World et Digimon Story —, leur gameplay et leur conception ont souvent été comparés par la presse spécialisée à d'autres jeux vidéo tels que Super Smash Bros.[586],[587], Final Fantasy Crystal Chronicles[588], Persona[589] et Pokémon[590],[591]. Ces jeux, originaux ou dérivés des séries d'animation, se popularise grâce à une variante de genres proposés incluant action[592], aventure[593], combat[594], course[595], cartes[596], jeux interactifs sur PC[597], plateformes[598], RPG[599], simulation[593], simulation de vie[593], de roman[600] ou encore de la stratégie[593].

À la suite du succès phénoménal du gadget conçu et distribué en [39], des jeux vidéo voient le jour sur consoles de cinquième génération à commencer le , par Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers distribué sur console de salon Sega Saturn, dérivé de l'objet et développé par la société japonaise TOSE[601]. Une transposition de l'objet sur un écran de télévision présentant des visuels retravaillés, par rapport au virtual pet et aux capacités de ce nouveau médium, les modifications apportées à la jouabilité étaient minimes[12].

En , Bandai compte environ 1 million de jeux vidéo vendus dans le monde, dont 400 000 au Japon[282].

Wonderswan modifier

Début 2000, sur la console portable éphémère de Bandai, WonderSwan, des jeux se démarquent tels que Digimon Adventure 02: Tag Tamers, avec 34 142 exemplaires vendus trois semaines après parution[602], et sur WonderSwan Color avec des jeux tels que Digimon Adventure 02: D1 Tamers, vendu à 14 459 exemplaires une journée après parution en 2000[603].

Série Digimon World modifier

En 1999, la série de jeu de rôle Digimon World, développée par Bandai, est lancée sur la première console PlayStation. Sa première itération offre un mélange de simulation d'élevage dérivé de la première génération du gadget virtual pet de la franchise (avant la création de différents monstres, ou du niveau méga notamment) et d'une exploration semi-ouverte autour de l'île des Fichiers Binaires, afin de recruter de la main d'œuvre et de reconstruire la Capitale[12]. Il faut élever son Digimon pour surpasser tous les défis qui apparaîtront au cours de l'aventure[12]. Les ventes sont estimées, en février 2000, à plus de 250 000 exemplaires dans les marchés japonais[11],[593],[604]. Connu pour sa difficulté et son aspect unique, ce premier opus de World continue de bénéficier d'une forte considération par les amateurs du genre[605],[12].

Dès lors, deux autres volets suivront sur PlayStation, en 2000 et 2002, avec Digimon World 2[606],[607] et Digimon World 3[608].

Le quatrième volet de la série Digimon World, intitulé Digimon World 4, est commercialisé le sur consoles PlayStation 2, Xbox, et GameCube[588],[609]. En 2011, Bandai annonce la sortie d'un premier nouveau jeu vidéo intégré au projet de célébration des quinze années de la franchise[323], sur PlayStation Portable (PSP), intitulé Digimon World Re:Digitize, en collaboration avec la société de développement Tri-Crescendo, inspiré du premier opus sur PlayStation, Digimon World[322]. Son portage, Digimon World Re:Digitize Decode est annoncé en février 2013 au magazine japonais V Jump, puis commercialisée le sur console portable Nintendo 3DS[610],[611].

Il s'agit d'une première marque forte de la franchise, que la distribution des jeux Digimon Story (2006) en Amérique du Nord, notamment, reprend pour les commercialiser en tant qu'entrées de la série World[12].

Série Digimon Story modifier

L'année 2006 marque l'arrivée de Digimon World DS, le premier jeu Digimon paru sur console de septième génération Nintendo DS[139],[612], suivi de Digimon World Dawn et Dusk en 2007[613], Digimon World Championship en 2008[614], Digimon Story: Lost Evolution en 2010[615], et Digimon Story: Super Xros Wars Red et Blue en 2011[616],[617]. En décembre 2013, Digimon Story : Cyber Sleuth, un jeu vidéo ciblant les adeptes adultes de la série[618], est annoncé sur PlayStation Vita courant 2015, comme une suite directe du jeu Digimon Story[619],[620] ; ce jeu sort en Occident le sur PSVita et PS4 et le sur Nintendo Switch et PC[621].

Série Rumble et Battle Spirit modifier

Digimon Rumble Arena, commercialisé en 2001 sur Playstation classique, est le premier jeu Digimon à tenter une approche en graphismes 2,5D[590]. La série fait sa transition sur consoles de sixième génération avec la sortie de Digimon Battle Spirit sur Game Boy Advance, développé par Dimps, et vendu à 25 296 exemplaires deux semaines après parution[622],[623], suivie d'un deuxième volet[624]. Entretemps, Digimon All-Star Rumble est annoncé le 31 juillet 2014 sur consoles PlayStation 3 et Xbox 360 pour une sortie initiale européenne en automne la même année[625],[626],[627].

Autres modifier

En 2002, un MMORPG gratuit, Digimon RPG, inspiré de la troisième saison Digimon Tamers, est mis en ligne pour les utilisateurs sud-coréens, puis pour les utilisateurs japonais[628],[629] ; le jeu est d'ailleurs classé à la première place des jeux les plus recherchés en 2008 sur le moteur de recherche chinois Baidu[630].

Sur Playstation Portable, le jeu intitulé Digimon Adventure, sort le , retraçant chaque épisode de la première saison homonyme[323],[325]. Il y a également plusieurs jeux mobiles comme Digimon Linkz, actif de mars 2016 à juillet 2019 et similaire aux jeux Story dans la mesure où le joueur élevait des Digimon dans une ferme et combattait les ennemis en utilisant des équipes de trois de leurs monstres ; un jeu mobile suivi par Digimon ReArise, lancé en juin 2018 au Japon et en octobre 2019 en Amérique.

Annoncé en 2018, le roman vidéoludique et RPG-tactique Digimon Survive se fait connaître pour son développement prolongé[631],[632],[600]. Le jeu vidéo sort que fin [427] sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch et PC[600]. Ce jeu annoncé pour une sortie en France dès 2018[633] et présenté en dynamique de la marque avec le film Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna en 2020[634],[582], ne sortira en français qu'en version numérique pour des raisons non précisées[393].

Médias modifier

Avec la parution du virtual pet, la popularité de Digimon lui permet de mieux s'établir en grande surface, avec un chiffre total de ventes excédant les ¥ 25 milliards en mars 2002[20]. La franchise s'établit avec succès dans les marchés japonais sous forme de nombreux produits dérivés ciblant principalement un public enfant, mais également adulte, incluant jeux vidéo[635], jouets[48],[636], mangas[46],[482], films d'animation[46],[19], cassettes vidéo[637], DVD[637], singles[638], compilations musicales[638], magazines[46], comics[227], vêtements[639], chaussures[640], peluches[518], figurines[635], cartes à jouer[635], ballons de sport[641] et applications mobiles[518],[635]. Avec la contribution de Bandai dans le marché ludique international, la vente des produits Digimon augmente de 150 %, soit ¥ 10 milliards jusqu'à mars 2001 aux États-Unis[196].

Films modifier

En 2022, la franchise compte un total de vingt films, qu'il s'agisse de courts ou longs métrages, sortis au cinéma et diffusés à la télévision locale japonaise[46].

Courts ou moyens métrages diffusés en salon de Toei Animation
Titre Sortie initiale
Digimon Adventure
Digimon Adventure: Bokura no Uō Gēmu!
Digimon Adventure 02 Kōhen: Chōzetsu Shinka!! Ōgon no Digimental
Digimon Adventure 3D: Digimon Grand Prix!
Digimon, le film Film
Digimon Adventure 02 : Diablomon no Gyakushû
Digimon Tamers: Bōkensha-tachi no Tatakai
Digimon Tamers: Bōsō no Dejimon Tokkyū
Digimon Frontier: Kodai Digimon Fukkatsu!
Digital Monster X-Evolution TV
Digimon Savers 3D: Dejitaru Wārudo Kiki Ippatsu!
Digimon Savers: Kyūkyoku Pawā! Bāsuto Mōdo Hatsudō!!
Digimon Adventure tri. Chapitre 1 : Retrouvailles OAV
Digimon Adventure tri. Chapitre 2 : Détermination OAV
Digimon Adventure tri. Chapitre 3 : Confession OAV
Digimon Adventure tri. Chapitre 4 : Perte OAV
Digimon Adventure tri. Chapitre 5 : Symbiose OAV
Digimon Adventure tri. Chapitre 6: Notre avenir OAV
Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna Film
Digimon Adventure 02: The Beginning 27 octobre 2023 Film

Le premier court-métrage de la liste s'intitule Digimon Adventure, sorti le pour l'événement '99 Spring Toei Anime Fair, une journée avant la diffusion de la première saison animée homonyme à la télévision[150]. Deux autres courts-métrages d'animation, originellement intitulés Bokura no Uō Gēmu! et Chōzetsu Shinka!! Ōgon no Digimental, suivent et sortent à l'occasion d'évènements promotionnels du studio Toei Animation en mars et juillet 2000[241],[242],[243]. Le film américano-japonais Digimon, le film sort le , une production qui rassemble ces trois courts métrages indépendants en un seul récit homogène dans le ton, les dialogues et l'intrigue ; projetée dans 1 700 salles de cinéma américaines[244],[245],[642],[643], il sort en avril 2001 dans les salles de cinéma françaises[644] ; le film est d'ailleurs brièvement présenté par les personnages de la série d'animation Angela Anaconda[645].

Les cinquième et sixième films s'intitulent originellement Bōkensha-tachi no Tatakai, sorti le 14 juillet 2001[646], et Bōsō Digimon Tokkyū sorti le 2 mars 2002[505],[647], et présentent les aventures des protagonistes de la troisième saison Digimon Tamers. Le 20 juillet 2002 sort le septième film d'une durée de 40 minutes, Digimon Frontier - Kodai Digimon Fukkatsu!, présentant les protagonistes de la quatrième saison Digimon Frontier[648]. En 2005, la société Bandai annonce un nouveau projet de long-métrage d'animation en 3D pour le [39]. Ce long métrage hors-série de 80 minutes, intitulé Digital Monster X-Evolution et réalisé aux studios Imagi Animation, est diffusé sur la chaîne Fuji Television le [649],[650]. Le neuvième court-métrage, intitulé Digimon Savers the Movie Kyuukyoku Power! Burst Mode Hatsudou!!, est sorti le 19 décembre 2006[651]. Deux autres courts-métrages en 3D stéréoscopique, Digimon Adventure 3D Digimon Grand Prix! et Digimon Savers 3D Digital World Kiki Ippatus!, sont diffusés le 3 octobre 2009, lors du Tobidasu 3D! Toei Animation Festival[652]. De juin à septembre 2012, chacun de ces films sont de nouveau édités puis commercialisés dans les marchés japonais[653].

À l'occasion du 20e anniversaire de la franchise, le film Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna, ultime volet de l'histoire originale, sort le 21 février 2020[368] au Japon. Last Evolution Kizuna sort le 24 septembre 2020 en France métropolitaine[395], en Belgique[654], au Luxembourg[655] et à La Réunion[656] par le distributeur CGR Events, en version originale sous-titrée et avec un doublage français produit en Belgique par Toei Animation Europe qui ne comportait pas les voix françaises originales. Le film n'a pas rencontré un accueil favorable de la part des spectateurs, si bien que le film n'a pas connu de commercialisation[391] ; pour le Journal du Japon le , cette sortie a « divisé les fans de la franchise »[380]. La production de sa suite directe, Digimon Adventure 02: The Beginning[657], dérivée de cette deuxième saison est annoncée le [658] ; réalisé par Tomohisa Taguchi, l'histoire tourne autour de la rencontre de Davis et de la bande des digisauveurs avec Rei Owada, qui prétend être la première personne à s'être associée à un Digimon[391].

Cassettes, DVD, VOD modifier

La parution de cassettes vidéo et de DVD débute dans les marchés japonais pendant la diffusion de Digimon Adventure à la télévision. La première cassette vidéo composée de quatre épisodes est mise en location le 10 septembre 1999, puis à la vente le 21 janvier 2001[637], puis suivie par de nombreux autres volumes, et saisons sous format DVD[637]. Dans le continent voisin, du côté australien, c'est la société Madman Entertainment qui se charge de la vente des DVD[501],[659]. En France, les premières séries de cassettes vidéo et DVD éditées par TF1 Vidéo paraissent dès 2001[198], puis en 2007, avec de nombreux coffrets DVD des trois premières saisons édités par LCJ Éditions[660],[289].

Les marchés américains recensent les cinq premières saisons commercialisées en date de 2013[285],[503],[661],[662], éditées par les sociétés New Video Group[663],[664],[665], FUNimation[170], 20th Century Fox[666], et Buena Vista Home Entertainment[666], à commencer par la première cassette vidéo, Digimon: Digital Monsters - The Birth of Greymon, commercialisée le 2 novembre 1999[667]. Les épisodes et films sont régulièrement mis en ligne par ces sociétés de distribution. FUNimation et Crunchyroll proposent brièvement les versions originales sous-titrées des deuxième et troisième saisons[666]. Les sites Internet Amazon et Direct2Drive proposaient brièvement la vente d'épisodes de la deuxième saison en version originale sous-titrée[666],[668]. En 2011, le site Hulu présente la saison intégrale de la troisième saison[669]. En août 2013, Netflix ajoute les deux premières saisons en version japonaise sous-titrées en anglais à son catalogue de vidéo à la demande[666],[670].

En France, Digimon intègre pour la première fois les catalogues à la demande avec sa sixième itération Digimon Fusion, sur la plateforme Netflix en [315],[316] et de GulliMax en [671]. En 2017, les épisodes de Digimon Appmon étaient à retrouver sur le service de vidéo à la demande Boing Replay. Les trois premières saisons intègrent le catalogue de la plateforme Anime Digital Network, dès en version française[386] et les deux premières, de Crunchyroll en VOSTFr dès [672]. La première saison française fait l'objet d'une diffusion de vingt-trois heures ininterrompues sur la plateforme Twitch, du jusqu'au [673] par l'agence de communication EveryOne avec ADN[674],[387]. En plus des simulcasts, dont le contenu reste en AVOD après leur diffusion, Digimon Adventure tri.[521] et Digimon Data Squad[675] sont proposées pour la première fois en France sur ADN en 2020 et en 2022.

Jouets modifier

 
Jouet dérivé du digivice de la série.

Tandis que la franchise se popularise à la fin des années 1990, nombre de jouets dérivés sont commercialisés dans les marchés japonais, ciblant principalement les enfants et adolescents[636]. La vente de jouets s'étend par la suite à l'international jusqu'aux sols australien et en néo-zélandais[676],[677],[678]. Ces types de jouets incluent notamment les figurines[13],[597],[679], peluches[48],[13], et gadgets électroniques comme le digivice emblématique dérivé de la série télévisée[13],[680].

En France, en plus des jouets de la gamme Bandai, plusieurs marques s'associent pour produire divers produits à l'effigie des deux premières séries et de ses héros. Notamment Pogs[681], Majorette[682]. Des autocollants, des jouets, des images à collectionner, des concours avec McDonald's France[224],[683], Kellogg's[216], Bonux[217], Candia[218], Chupa Chups[219], Lutti[220], Oasis[221], la Vache qui Rit[222] ou les goûters LU[223] s'associent à la série animée.

Des jouets électroniques, des jeux de sociétés, des puzzles sortent chez Lansay, Ravensburger ou encore Joustra; et Mad Hatter's au Québec. Différentes publications paraissent chez Gallimard[684], Dargaud, Dino, Piccolia[685] ; ou encore Panini, avec également des albums qui peuvent être complétés par des autocollants[686] ; des albums similaires publiés par Magic Box en Belgique[687]. Ainsi que Zavico[688] pour des peluches, des réveils, Jemini[689] pour des peluches de différentes sortes, des sacs à dos et autres accessoires de rangements, Kid Maniak pour des cartables, Zeon pour des montres, pendules et des réveils, Loisiland pour des accessoires de bains, Stamp pour des bicyclettes, trottinettes, skateboard et accessoires de protections ou encore Rubie's France pour des déguisements. Des parures de lit, des aimants, des chewing-gums[690], des timbres, des tirelires, des plumiers, des cahiers scolaires, des chaussures, des fèves[691],[692], des pendentifs, des pin's ou encore des porte-clés sont également les nombreux objets mis sur le marché, notamment en France.

Aux États-Unis, plus de 7 000 sociétés commerciales spécialisées dans les jouets et l'alimentaire telles que Toys “R” Us et Taco Bell profitent de la popularité de la série en rachetant la licence afin de l'attribuer à leurs produits[13],[215],[693] ; jusqu'au 15 novembre 2000, Taco Bell, en partenariat avec Saban Entertainment, la société chargée de l'adaptation américaine des deux premières saisons, fait la promotion du film[694]. En 2001, la vente totale des jouets dérivés atteignent plus de 100 millions $ dans les marchés américains[13].

Au fil du temps, le digivice passe du simple jouet de combats en 2D, au lecteur MP3 avec écran couleur LCD tactile à reconnaissance vocale depuis la parution de la sixième saison[695].

Musiques modifier

Kōji Wada était le premier chanteur des génériques originaux de l'anime[696],[697]. Il mettra, néanmoins, sa carrière en suspens pendant deux ans, de 2011 à 2013, à la suite de complications liées à un cancer[697],[698],[699]. Il fait paraître, le , le générique de début de la première saison, intitulé Butter-Fly, sous forme de single commercial[700]. Ayumi Miyazaki et la chanteuse Ai Maeda sont également à l'origine de nombreuses chansons issues de l'anime. Le , un album en édition limitée recensant les meilleurs hits musicaux de la série, intitulé Digimon Adventure: Best Hit Parade, est commercialisé au Japon et distribué par le label discographique King Records[701]. À partir de 2006, puis définitivement en 2016, différents groupes et artistes leur succèdent.

Paul Gordon et Jasan Radford sont les premiers interprètes de la version occidentale de Digimon[702]. Claude Vallois est l'interprète français[702]. La bande originale de Digimon, le film est commercialisée le 19 septembre 2000, et bien accueillie par AllMusic, avec une note de trois étoiles sur cinq, et présentant « un surprenant mélange de chansons rock modernes, dont The Impression That I Get de The Mighty Mighty Bosstones [...] The Rockafeller Skank de Fatboy Slim, et [...] Allstar de Smash Mouth. La version de Kids in America de Len, One Week des Barenaked Ladies, et All my Best Friends are Metalheads de Less Than Jake font également partie des points forts de cette collection ska-punk-pop buzz[703]. »

Le paraît le double-album Digimon History 1999-2006 All The Best, composé d'intros, d'outros, et des musiques originales des cinq premières saisons, pour célébrer la dixième année de la série d'animation[704]. En 2010, à l'occasion de la diffusion de Digimon Fusion, des CD maxi tels que We Are Xros Heart![696],[705] et Digimon Xros Wars Insert Song: Evolution and Digixros[706] sont commercialisés.

Mangas et ouvrages modifier

Les mangas par ordre d'apparition incluent : C'mon Digimon, Digimon Adventure V-Tamer 01, Digimon Chronicle, Digimon Next, Digimon Xros Wars, Digimon World Re:Digitize, Digimon World Re:Digitize Decode, Digimon Story: Cyber Sleuth, Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker's Memory, Digimon Chronicle X, Digimon Appmon, Appmon Gakuen, Digimon Dreamers, Digimon Seekers et Digimon Liberator.

En été 1997, un chapitre one shot intitulé C'mon Digimon d'Izawa Hiroshi et de Tenya Yabuno, est publié dans le magazine japonais V Jump de Shūeisha[108], celui-ci inspire par la suite le tout premier manga de la franchise, Digimon Adventure V-Tamer 01, qui parait dès 1998 dans le magazine puis en neuf tomes[707],[708]. Le manga met en scène Tai Kamiya[709], un personnage prototype du personnage homonyme qui est présenté dans la première saison Digimon Adventure. Ce personnage est aspiré dans le Digimonde, afin de rencontrer son partenaire Digimon Veedramon, qu'il surnomme Zeromaru[707]. Plus tard, le manga Digimon Next, illustré par Takeshi Okano et Tatsuya Hamazaki en quatre tomes, est publié dans le mensuel V Jump dès 2005. De 2010 à 2012, un manga illustré par Yuki Nakashima, inspiré de la sixième saison Digimon Fusion, paraît dans le magazine et en quatre volumes[710],[711]. En deux tomes dès 2016, une adaptation de Digimon Appmon paraît également dans le magazine. Dans le Saikyo Jump paraissent Appmon Gakuen et Digimon Dreamers, des chapitres humoristique pour la cible du magazine.

La franchise ne se développe pas davantage dans ce secteur, des courtes créations comme Digimon Chronicle en 2004 et sa suite en 2018 font leur apparition à l'achat d'un Digivice. Une adaptation manga en deux chapitres, illustrée par Fujino Kouhei, du jeu vidéo Digimon World Re:Digitize est publiée à sa sortie en 2012 dans le V Jump[712],[713]. Des one-shot pour les jeux Digimon Story: Cyber Sleuth suivent en 2015. Hormis les mangas, des nouvelles[714], livres commémoratifs[715], guides touristiques[716],[717], et albums illustrés[718], ont également été publiés au Japon.

Hors des frontières japonaises, un manga illustré par l'auteur chinois Yuen Wong Yu, et distribué par la maison d'édition Tokyopop en partenariat avec Disney Publishing Worldwide, est annoncé puis prévu pour être commercialisé fin 2002[719],[720]. Publié en 2003, le manga se base sur les scénarios originaux des quatre premières saisons, bien que légèrement abrégés[721]. Outre-mer, aux États-Unis, la maison d'édition Dark Horse Comics obtient les droits de licence pour lancer la publication mensuelle, initialement en treize exemplaires, d'un comic-book homonyme indépendant entre mai et septembre 2000[227]. L'histoire est écrite par Daniel Horn et Ryan Hill, et illustré par Daniel Horn et Cara L. Niece[722]. En Europe, un comic-book similaire est créé en Allemagne, puis au Royaume-Uni via la maison d'édition Panini Comics, pour s'achever vers 2004. En France, cette adaptation est traduite depuis Issy-les-Moulineaux et parait mensuellement de 2000 à 2004[723].

Accueil modifier

Audience générale modifier

Digimon est généralement bien accueillie à l'échelle nationale et internationale[693]. Elle devient ainsi un phénomène sociétal et culturel chez un public majoritairement jeune[9],[19],[724], et se popularise en grande partie grâce à la diffusion de la première saison adaptée dans plus d'une soixantaine de pays[292]. Digimon se classe d'ailleurs à la 35e place des recherches effectuées sur Lycos en 2000[725]. La vice-présidente senior Trudi Hayward, des studios britanniques ITV Studios Global Entertainment, affirme que « Digimon est un franc succès télévisé international depuis déjà une décennie[726]. » Examiner partage cet avis en qualifiant Digimon de « géant du marketing » populaire et spécialisé dans les lignes de jouets, dans les films et les séries télévisées[727]. Durant l'achat de la sixième saison Digimon Fusion pour la chaîne Cartoon Network, le vice-président senior Kirk Bloomgarden, chargé du marketing à la société américaine Saban Entertainment, ajoute que Digimon fait partie de l'une des célèbres séries qui conviennent à la programmation de Cartoon Network[728]. Concernant la série, Neil Lumbard, rédacteur au site DVD Talk, affirme qu'il s'agit de « l'une des meilleures séries d'animation pour enfants, ainsi que l'une des rares à avoir fait battre le cœur des enfants et à être restée fidèle à son public pendant de nombreuses années de diffusion[661]. » Néanmoins, le site Common Sense Media accueille la série avec deux étoiles sur cinq, dont les points négatifs concernent la violence et l'incitation à la consommation[18]. La violence autour du jeu de cartes provoque en effet l'intervention des forces de police et jette le doute sur la chronique et l'éducation nationale anglaise[729].

En parallèle, la franchise est négativement perçue à la suite de controverses et de nombreux débats marquant son histoire avec celle de Pokémon[661],[730]. Cette première est souvent considérée par les médias et le public comme similaire ou comme une tentative de copier la popularité de Pokémon, pour diverses raisons comme notamment sa sortie tardive[41],[139],[140],[141],[482],[731],[732]. Le public occidental la considère, dès sa première apparition à la télévision, comme une vaine imitation de Pokémon, les deux séries présentant des protagonistes enfants combattant aux côtés de monstres[9],[535],[661]. En comparaison, la sortie initiale des deux premières cartouches Pokémon Rouge et Bleu s'est effectuée le [733], tandis que celle du virtual pet s'est effectuée le [47] ; néanmoins, sa conception a exigé deux ans avant sa sortie en grande surface[487]. Décrit comme « l'autre « mon » » par Juan Castro, rédacteur au site IGN, celui-ci souligne le succès incomparable de Pokémon comparé à Digimon, malgré un public déjà bien large pour ce dernier[138],[140]. Son collègue, Lucas M. Thomas, explique que la « compétition et la comparaison constante » entre ces deux séries « reposent sur la complexité du mécanisme de l'évolution comparé à celle de la digivolution[734]. » Certaines similitudes conceptuelles et stylistiques entre les deux franchises seraient d'ailleurs notées par certains sites tels que GameSpot[735]. Malgré ces points aussi négatifs soient-ils, Digimon réussit à surpasser à plusieurs reprises Pokémon en matière d'audience télévisée et de ventes de jouets depuis les années 2000[215],[693].

Classements et nominations modifier

En 2005, l'anime est classé 54e dans le top 100 des animes diffusés sur TV Asahi[736]. La chanson Butter-Fly de Kōji Wada atteint la troisième place du « top 100 des meilleurs openings d'anime de tous les temps » sur 2channel en 2007[737].

La sixième saison, Digimon Fusion, est nommée 5e anime le plus attendu des japonais durant l'été 2010 d'après le centre de recherche japonais MMD[738]. En 2013, le second arc narratif de cette saison, intitulé Digimon Xros Wars: Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi, est nommé dans la catégorie « Meilleure animation » aux Emmy Kids Awards[516], mais perd face à la série d'animation britannique Le Monde incroyable de Gumball[517].

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Bébé I, II (幼年期 I, II, Yōnenki I, II?), Enfant (成長期, Seichōki?), Adulte (成熟期, Seijukuki?), Ultime (完全体, Kanzentai?) et Méga (究極体, Kyūkyokutai?) au Japon (Refonte/Traduction officielle de ces termes par JSICMF (Digimon Adventure: : L'Attaque du Digimon ultime, Le Digimon Méga, War-Greymon).).
  2. Bébé est tiré des cartes à jouer officielles de Digimon, traduites par Bandai France (1999-2000). Une révision finale de la localisation des V-Pet (Nouveau né), issue de la même compagnie. Le terme est notamment utilisé dans des séries animées et des jeux. Enfance I, Bébé I, En formation I... furent également utilisés dans les produits de Bandai.
  3. Entraînement est tiré des cartes à jouer officielles de Digimon, traduites par Bandai France (1999-2000). Une révision finale de la localisation des V-Pet (Débutant), issue des mêmes compagnies. Ce terme est notamment ensuite utilisé dans les séries animées et les jeux. Enfance II, Bébé II, En formation II... furent également utilisés dans les produits de Bandai.
  4. Disciple est tiré du vocabulaire du virtual pet Digimon, par Bandai France en 1997. Ce terme est repris dans les cartes à jouer officielles de Digimon et dans les séries animées et les jeux. Recrue est également utilisé dans les objets de Bandai.
  5. Champion est tiré du virtual pet Digimon de Bandai France, de 1997. Cette localisation reste inchangée dans le vocabulaire de ces objets, les cartes à jouer officielles de Digimon et les séries animées. Adulte est utilisé dans la traduction des séries simulcast (2020), Champion reste dans les produits localisés comme Digimon Survive ou Digimon Data Squad (2022)
  6. Ultime est tiré du vocabulaire du virtual pet Digimon de 1997, de Bandai France. Cette localisation reste inchangée dans les cartes à jouer officielles de Digimon et les séries animées. Ce terme est notamment ensuite utilisé dans les séries animées et jeux. Maximum fut aussi utilisé en V-Pet.
  7. Méga est tiré de la traduction des V-Pet de Bandai France, de 1998. Elle reste inchangée dans les différents produits V-Pet, les cartes à jouer officielles de Digimon, les jeux vidéo et les séries animées, aussi bien en VF qu'en version sous-titrée officiellement en français.
  8. Le terme Digivolution se conjugue par « se digivolve » (« il s'est digivolvé », « Agumon, digivolve-toi en ») en français. La francisation de ce terme par « Digivolue » a été tentée notamment à partir de la génération de Digimon Fusion (2015) par Bandai, Last Evolution Kizuna et Digimon Data Squad (2022) renouent néanmoins avec l'emprunt à l'anglais.

Références modifier

  1. a b c d e et f (en) Matt Richtel, « From Virtual Pet to Virtual Pit Bull: Fighting Cyber Toys », sur The New York Times (consulté le ).
  2. Dejimon (デジモン, parfois typographié DigiMon[1] (en virtual pet de Bandai) ou DIGIMON?)
  3. « Digimon Digital Monsters (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr.
  4. « DIGIMON (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr.
  5. a b c d e f g h i j k et l (en) Pixelmood, « Pixelmood - Digimon », sur Tamatalk (consulté le ).
  6. a et b (en) « Radica Games Limited Announces Manufacturing Agreement For New Innovative Digimon Product », sur PR Newswire (consulté le ).
  7. (en) « New Digimon for 2005 », Anime News Network,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Bandai Unveils New Digimon Virtual Pets », Anime News Service,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. a b c d e f g et h Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — première page (Introduction) », sur manga-news.com, (consulté le ).
  10. a et b (en) Melissa King, « The Difference Between Pokémon and Digimon », sur eHow (consulté le ).
  11. a b c d e f g h i j k et l (en) IGN Staff, « Digimon World. Can this be the PlayStation's answer to Pokémon ? Bandai sure hopes so. », sur IGN, (consulté le ).
  12. a b c d e f g h i j k et l (en) « The Digimon World Trilogy: Looking Back at an Experimental Era of Digimon Games », sur SUPERJUMP, (consulté le ).
  13. a b c d e f g h i j k l m n et o (ja) « Digimon and Gundam shoot to success overseas! » [PDF], sur Bandai.co.jp, (consulté le ).
  14. a et b « Digimon, the Worldwide Blockbuster Anime Series Returns! Digimon Xros Wars Premieres July 6, 2010 (Tue.) on the TV Asahi Network (TOEI ANIMATION PRESS RELEASE) », sur web.archive.org, (consulté le ).
  15. a b c et d « Digimon: The movie », sur Allociné (consulté le ).
  16. Cedric Littardi, Encyclopédie des animés. volume 4, 1994-1999, (ISBN 978-2-37697-317-1 et 2-37697-317-1, OCLC 1344492571, lire en ligne).
  17. a b c d e f g h et i (ko) Ikhwan Kim 갱신일 2022년 12월 1일 3:51 오전 게시일 2022년 11월 29일 8:48 오후, « 세키 히로미 인터뷰 - 디지몬의 어제와 오늘, 그리고 내일 », sur IGN Korea,‎ (consulté le ).
  18. a et b (en) « Digimon: Digital Monsters », sur Common Sense Media (consulté le ).
  19. a b et c (en) Estrid Sørensen, The Materiality of Learning: Technology and Knowledge in Educational Practice, (ISBN 0521882087), p. 114.
  20. a et b (en) « Bandai wants more power from heroes. Japan's No.1 toy maker gears up in new business areas. », sur Market Watch, (consulté le ).
  21. a b et c Clément Cusseau, Japanime, (ISBN 978-2-38184-009-3 et 2-38184-009-5, OCLC 1225876545, lire en ligne).
  22. a b c d e f g h et i (ja) « 東映アニメーション株式会社 東映アニメーション株式会社 2005年3月期 2005年3月期 第3四半期決算 第3四半期決算 », Toei Animation,‎ (lire en ligne [PDF]).
  23. a et b V Janpu Henshubu et Vジャンプ編集部, TV anime & gekijoban anime dejimon koshiki chozukan., Shueisha,‎ (ISBN 4-08-779240-4 et 978-4-08-779240-9, OCLC 675657186, lire en ligne).
  24. a et b (en) « Toei Summer Anime Fair a failure », sur Anime News Network, .
  25. a b c d e f g h i et j (ja) « 『デジモン』はワールドワイドなコンテンツへと“究極進化”できるか!? キーパーソンに聞く。ファンイベントや日米イラストレーションコンペが開催決定(ファミ通.com) », sur Yahoo!ニュース (consulté le ).
  26. a et b (ja) « Toei Fiscal Quarter 3 (Ending in December) 2021 Report ».
  27. a et b (ja) « Toei Fiscal Quarter 2 (Ending in September) 2021 ».
  28. a b c et d (en) « For FY Ended March 31, 2021 (April 1, 2020 to March 31, 2021) » [PDF], sur Toei Animation.
  29. a b c d e f g et h (en-US) Alex Cline, « 'Digimon Adventure:' (2020) retrospective: A series both propelled and hindered by its own nostalgic foundation • AIPT », (consulté le ).
  30. a et b (ja) « 東映アニメ、第1四半期の「ドラゴンボール」海外映像売上が364%増と急増 「デジモン」大幅増、「スラムダンク」版権売上は下げ止まり | gamebiz », sur gamebiz【ゲームビズ】 (consulté le ).
  31. a b c et d « Catalogue de Noël », Jouéclub,‎ , p. 228.
  32. a et b « Digimon figurine », sur King Jouet, .
  33. a et b John Whitman ; Simon Nouannipha (traduction), L'île des Digimon, Gallimard Jeunesse, , 96 p. (ISBN 2070546314), « On est des Digimon ! Des monstres digitaux ! lui répondent en chœur les six créatures ! ».
  34. « Les Digimon partenaires choisissent les ennemis à attaquer afin de remporter la victoire. » - Ligne de dialogue de Digimon World : Next Order, de 2017.
  35. Tristan Lapoussière (traduction), Digimon (magazine), Dino Entertainment, , « Lors de leur dernière aventure, ils étaient poursuivis par d'innombrables Numemon qui leur lançaient des crottes ! » - Page 2 (Résumé), numéro 7..
  36. Digimon Adventure: (2020), épisode 7 sur ADN ; JSICMF. « Vous jurez de ne pas être les alliés des Tuskmon ? ».
  37. Patricia Saperstein, « Kids warm to new crop of Japanese toons », Variety, vol. 377, no 9,‎ , N22
  38. Agumon, Tentomon, Greymon, Shoutmon, Gekomon : /'a.ɡy.mɔn/, /'tɑ̃.to.mɔn/, /'ɡʁe.mɔn/, /'ʃut.mɔn/; /'ʒe.kɔ.mɔn/
  39. a b c d e f et g (en) « New Digimon for 2005 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  40. Thierry Chèze, « Cinq choses à savoir sur Mamoru Hosoda », sur L'Express (consulté le ) : « [...] un film dérivé de la saga Digimon Adventure, sorte d'ancêtre des Tamagotchi. ».
  41. a b et c (en) Dedpool, « DVD Review: Digimon Adventure – Volume 2 », sur beyondhollywood.com, (consulté le ).
  42. (en) « Pokémon, G-Boy Lead Parade of Toys at Fair », Billboard, vol. 112, no 13,‎ , p. 60 (lire en ligne, consulté le ).
  43. (en) David Zdyrko, « Digimon World. We promise not to say the word Pokemon at all in this entire review. », sur IGN, (consulté le ).
  44. Tiphaine Clotault, « Le nouveau Tamagotchi sera sexué. Une gamme pour assurer la rente du fabricant. », sur Libération, (consulté le ).
  45. a et b Raikoryu, « Point nostalgie : à la redécouverte des Digimon de notre enfance ! | Chartouni Blog » (consulté le ).
  46. a b c d et e (en) Lesley Aeschliman, « Digimon », sur Bella Online (consulté le ).
  47. a et b (en) « DigiMon Virtual Pet Page », sur virtualpet.com (consulté le ).
  48. a b c et d (en) Sarah Ryle, « Digital pests invade Britain », sur The Guardian, (consulté le ).
  49. (en) Ruki Sayid (MGN LTD), « Digimon's coming ; New monster toys may KO Pokemon », sur The Free Library, (consulté le ).
  50. a b c d et e (ja) « 『デジモンワールド リ:デジタイズ デコード』 イラストレーターインタビュー! », sur Famitsu,‎ (consulté le ).
  51. (en) Ken Derrick, « 8. The Digimon Could Talk », sur whatculture.com, (consulté le ).
  52. a et b (en) GameAxis Unwired, (ISSN 0219-872X, lire en ligne), p. 36.
  53. a b et c (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 105.
  54. (en) Chiaki J. Konaka, « Early planning - Tamers », sur konaka.com, (consulté le ).
  55. (en) « Digimon Con: Digimon Games Ultimate Information and Q&A session », sur Bandai Namco Europe, (consulté le ).
  56. a et b (en) John Kaufeld et Jeremy Smith, Trading Card Games For Dummies (ISBN 0470044071, lire en ligne), p. 159-161.
  57. (en) Encyclopedia of Television Shows, 1925 through 2010, p. 261.
  58. a et b Bandai - Digimon Original Instructions (lire en ligne).
  59. a b c d e et f (ja) « デジモンとは », sur デジモンウェブ | デジモン公式総合サイト (consulté le ).
  60. « Tamagotchi Connection: Instruction Manual », sur mimitchi.com (consulté le ).
  61. a b c d e f g h i et j (ja) « 液晶玩具の歴史 », sur デジモンウェブ | デジモン公式総合サイト.
  62. Bandai - Digimon X (lire en ligne).
  63. (ja) « デジモンユニバース アプリモンスターズ », sur toei-anim.co.jp (consulté le ).
  64. a et b Elizabeth M. Hollinger, Digital Digimon monsters : Digimon world : Prima's official strategy guide, Prima Games, (ISBN 0-7615-3003-7 et 978-0-7615-3003-9, OCLC 44589010, lire en ligne).
  65. Romendil, « Digimon World 2003 - PlayStation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  66. (en) « Digimon Fusion Anime Joins CW's Saturday Morning Lineup », sur Anime News Network, (consulté le ).
  67. (de) Petra Grimm, Sandra Horstmeyer et Jutta Weiss, Kinderfernsehen und Wertekompetenz, , 257 p. (ISBN 3-515-08365-0, lire en ligne), p. 103-108.
  68. Voir règles packs Digimon Booster Pack, première série, Bandai, France.
  69. (en) John Kaufeld et Jeremy Smith, Trading Card Games For Dummies, , 384 p. (ISBN 0-470-04407-1, lire en ligne), p. 160-161.
  70. (en) Jon Ledford, « 10 Best Trading Card Games », sur arcadesushi.com (consulté le ) : « Yu-Gi-Oh!, Digimon, and Pokémon may have each declined in popularity over the past decade [...] ».
  71. a et b (en) Bandai News, « Digimon and Gundam shoot to success overseas! Bandai's characters are smash hits abroad: Character merchandise is selling out as fast as we can supply it » [PDF], (consulté le ).
  72. GTK, « Digimon World », sur Gameworld (consulté le ).
  73. Romendil, « Digimon World 2003 - Playstation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ) : « Il faut dire que le soft intègre également un jeu de combats de cartes [...] ».
  74. (en) « Digimon: Digital Monsters », sur Common Sense Media (consulté le ).
  75. a b et c (en) « From Mostly Mass to Hobby Only Bandai Games in 2005 », sur ICV2, (consulté le ).
  76. a b c et d (en) « Digimon CCG Placed on Hold. For Remainder of 2006. », sur ICV2, (consulté le ).
  77. (en-GB) Mathew Parkes, « Digimon TCG - A Closer Look At ‘Release Special Booster Ver.1.0’ », sur Ludkins Media, (consulté le ).
  78. (en) « Prices for Digimon Card Game Soar Before Release », sur TCGplayer Infinite (consulté le ).
  79. (en) « List of Stores that Carry Digimon Products − PRODUCTS|Digimon Card Game », sur Digimon Card Game (consulté le ).
  80. « magazine Maniak ! vendu au numéro », sur info-presse.fr (consulté le ).
  81. « Les Tamagotchi reviennent ! - Bandai.fr », sur bandai.fr (consulté le ).
  82. a b et c Qui a peur du Tamagotchi ? Etude des usages d'un jouet virtuel, p. 343-364.
  83. a et b Robson, E. & Carmagnat, F. (1999). Qui a peur du Tamagotchi ? Étude des usages d'un jouet virtuel. Réseaux, 92-93(1), 343-364.
  84. a et b Cheung Suet-Yin, A. & Lo Chui-Yuk, M. (1998). "Consumer behaviour of Tamagotchi keepers.” Chinese University of Hong Kong.
  85. « 1997 : Le phénomène Tamagotchi | Archive INA », sur Archive INA (consulté le ).
  86. a et b (en-US) Seb Santabarbara, « The History Of Tamagotchi », sur Retro Dodo, (consulté le ).
  87. (en-US) Patrice Apodaca, « Bandai Back as Major Player », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  88. « BATTLE SPIRIT », sur web.archive.org, (consulté le ).
  89. a b c et d « DigiMon for 1998! », sur web.archive.org, (consulté le ).
  90. a b c d e f g h i j k l m n o et p デジタルモンスター ART BOOK Ver.PENDULUM [« Digital Monster ART BOOK Ver.PENDULUM »], Bandai,‎ , « デジモンペンデュラム開発者インタビュー »
  91. a b et c « Digimon : | INA », sur ina.fr (consulté le ).
  92. « Tamagotchi, un succès mondial pour Bandaï », sur Les Echos, (consulté le )
  93. a b c d et e « フリーページ | デジモンゲーム公式コミュニティ「デジモンゲームコミュ」 », sur digimon-game.bn-ent.net (consulté le ).
  94. (en) « TICKER TAPE », sur Australian Financial Review, .
  95. a b et c デジタルモンスター ART BOOK Ver.1~5&20th [« Digital Monster ART BOOK Ver.1~5&20th »], Bandai,‎ , « 渡辺けんじスペシャルインタビュー »
  96. a et b « バンダイ公式 デジタルモンスター 25th Anniversary Book ―Digimon Device & Dot History―/Vジャンプ編集部 | 集英社 ― SHUEISHA ― », sur 集英社 ― SHUEISHA ― (ISBN 978-4-08-779807-4, consulté le ).
  97. a et b Emballage européen du premier DigiMon de Bandai
  98. a et b « Les Digimon viennent concurrencer les Pokémon sur leur propre terrain », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  99. (en) The Video Game Explosion: A History from PONG to Playstation and Beyond, p. 218.
  100. a et b (en-US) « Anime News Service - November 15-30 Anime News », sur Anime News Service, (consulté le ).
  101. (en) « Digimon World », Official UK PlayStation Magazine, no 227,‎ , p. 40.
  102. (en) Howard Chua-Eon et Tim Larimer, « Beware of the Pokemania », Time,‎ (lire en ligne).
  103. (en)(en) Howard Chua-Eon et Tim Larimer, « Beware of the Pokemania », Time,‎ (lire en ligne).
  104. a b c d et e Alvin Haddadène et Loup Lassinat-Foubert, Générations Pokémon: Vingt ans d’évolution. Création - univers - décryptage, Third Editions, (ISBN 978-2-37784-051-9)
  105. a et b (en) Spencer Whitworth, « Burned Out on 'Pokémon'? 'Monster Rancher' Offers Similar Gameplay With a Twist », sur Collider, (consulté le ).
  106. a b et c (en) « 広報やイベントについて », sur Imgur, バンダイ公式 デジタルモンスター 25th Anniversary Book ―Digimon Device & Dot History―/Vジャンプ編集部 | 集英社 ― SHUEISHA ―, 集英社 ― SHUEISHA ― (ISBN 978-4-08-779807-4, consulté le ).
  107. a b et c « デジモンコラム 史上初!攻略本限定キャラ図鑑 », sur nhoko.xxxxxxxx.jp (consulté le )
  108. a et b (ja) « Digimon Ghost Game - Guide », Site officiel Digimon,‎ (lire en ligne [PDF]).
  109. (ja) デジモンアドベンチャーVテイマー01 Disc-2, 集英社,‎ (ISBN 978-4088060194)
  110. (en-US) « Chickie Boom : Bandai Basks in Digital Pet Success, but in Toydom, What Matters Is What's Next », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  111. a et b (en-US) Andrew Pollack, « Acquisition of Bandai by Sega Called Off », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  112. (en) Sachiko Hirao, « Sega and Bandai cancel merger but plan tie-up », The Japan Times,‎ , p. 1
  113. « セガ・バンダイ合併解消、なお業務提携の道を探る », sur pc.watch.impress.co.jp (consulté le ).
  114. (en) Bandai Digital Entertainment Corp., « Bandai Digital Entertainment Ready To Rumble in June with DigiMon CD-ROM », sur The Free Library, web.archive.org, (consulté le ).
  115. a b et c « The Incomplete Manga-Guide - Manga: Digimon Adventure V-Tamer 01 », sur mangaguide.de (consulté le ).
  116. (en) « Digimon V-Tamer (manga) », sur Anime News Network (consulté le ).
  117. (ja) Aetas Inc, « 「バイタルブレス デジタルモンスター」の最新PVが公開。1998年に発売された「デジモンペンデュラム」のCMをオマージュした内容に », sur 4Gamer.net (consulté le ).
  118. (ja) Aetas Inc, « モンモンデジモン,育てるモンモン。「デジモンペンデュラムCOLOR」が2024年2月発売へ。当時の外観や機能を再現しつつ,USB充電に対応 », sur 4Gamer.net (consulté le ).
  119. a et b (en) Giuseppe Nelva, « The Digimon Pendulum Color Has Been Announced and Bandai Brought Back the Meme-Tastic Commercial », sur TechRaptor, (consulté le ).
  120. « 最强Jump杂志2021年11月号数码兽特别访谈 | 名人访谈 | 数码兽数据库 », sur digimons.net (consulté le ).
  121. « 1999年 ゲームソフト年間売上ランキング », sur gamesdata.info (consulté le ).
  122. a et b (de) « Jetzt geht's erst richtig los: Der Angriff der », Fun Generation, CyPress, vol. 56,‎ , p. 98
  123. (ja) デジモンワールド オリジナル・サウンドトラック Booklet, Bandai Music,‎ , « Game Creator’s Voices »
  124. (en) Lee Hall, « Digimon World », PlayStation Official Magazine - UK, vol. 063,‎ , p. 40
  125. « Digigame », Hors-série Kids'Mania « Été 2001 »,‎ , p. 116-117 (ISSN 1295-5469)
  126. (en) « Digimon World - Release Summary », sur gamespot.com (consulté le ).
  127. « Digimon World Promotional Flyer | Artwork », sur VGCollect.com (consulté le ).
  128. « Digimon World - Greatest Hits | PlayStation [NA] », sur VGCollect.com (consulté le ).
  129. « Digimon World - Platinum | PlayStation [EU] », sur VGCollect.com (consulté le ).
  130. JEUX VIDÉO DIGIMON WORLD PLATINUM PLAYSTATION 1 - ASIN : B000068D2Q (11 juin 2002)
  131. (en-US) « Digimon World for PlayStation », sur VGChartz (consulté le ).
  132. (en) IGN Staff, « Digimon World. Can this be the PlayStation's answer to Pokémon? Bandai sure hopes so. », sur IGN, (consulté le ).
  133. (en) David Zdyrko, « Digimon World. We promise not to say the word Pokemon at all in this entire review. », sur IGN, (consulté le ).
  134. (en) « Digimon World », sur GameRankings (consulté le ).
  135. (en) David Smith, « Digimon World 2 », sur ign.com, (consulté le ).
  136. « Digimon Figurines », sur raumhafen.de (consulté le ).
  137. a et b « The Digimon Figures Collectors Archive », sur raumhafen.de (consulté le ).
  138. a et b (en) Takako Aoyama et Tomoko Akashita, Anime Poster Art: Japan's Movie House Masterpieces, Cocoro Books (lire en ligne), p. 76, Digimon quickly established its own international fanbase.
  139. a b et c (en) Jack DeVries, « Digimon World DS Review. Waiting for Pokemon? This might tide you over. », sur uk.ign.com, (consulté le ).
  140. a b et c (en) Juan Castro, « E3 2005: Digimon World 4 », sur IGN, (consulté le ).
  141. a et b (en) Laurel Graeber, « Cover Story ; Masters of the Universe, Youth Division », sur The New York Times, (consulté le ).
  142. Beck, Jerry., The animated movie guide, Chicago Review, (ISBN 978-1-55652-683-1, 1-55652-683-0 et 1-55652-591-5, OCLC 191932886, lire en ligne)
  143. Patten, Fred, 1940-, Watching anime, reading manga : 25 years of essays and reviews, Stone Bridge Press, (ISBN 1-880656-92-2 et 978-1-880656-92-1, OCLC 55764479, lire en ligne)
  144. a b c d e et f (en) « Mamoru Hosoda Digimon Interview (Part 1) », sur Wave Motion Cannon, (consulté le ).
  145. (ja) デジタルモンスター ART BOOK Ver.1~5&20th, Bandai,‎ , « 渡辺けんじスペシャルインタビュー ».
  146. (ja) デジタルモンスター ART BOOK Ver.PENDULUM, Bandai,‎ , « デジモンペンデュラム開発者インタビュー ».
  147. a b c et d (ja) DIGIMON MOVIE BOOK, Shueisha, (ISBN 978-4087790955).
  148. a b et c (en-US) « Mamoru Hosoda Exclusive Interview », sur Otaku USA Magazine, (consulté le ).
  149. a b c d e f g et h Charles Solomon, Don Hahn et Mamoru Hosoda, The man who leapt through film: the art of Mamoru Hosoda, Abrams, (ISBN 978-1-4197-5372-5), p. 21-23
  150. a b et c (en) Allegra Frank, « Getting fired from a Miyazaki movie was ‘a good thing’ for this anime director », sur Polygon, (consulté le ).
  151. « Tôei Animation, l’usine à dessins animés », sur La Revue des Médias (consulté le ).
  152. a b c d e f g h i j et k (ja) デジモンシリーズ メモリアルブック デジモンアニメーションクロニクル, 新紀元社,‎ (ISBN 978-4775307496)
  153. (ja) « 【#デジ通信】「デジモンプロデューサーへの道」第1回〈企画書〉| », sur デジモンパートナーズ|デジモン公式ファンコミュニティ (consulté le ).
  154. a b c d e f g h et i « [interview] memories of our digimon adventure pt. 5 – Digital Scratch », sur digitalscratch.pmsinfirm.org (consulté le ).
  155. a et b « 錆びた館分館 », sur kakudou.en-grey.com (consulté le ).
  156. « Au Japon, les jeux vidéo misent sur les réseaux pour se relancer », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  157. a b c d e f g h i j k et l (ja) Animedia September 2016 Issue, .
  158. a et b « 数码兽大冒险企划展《The Real World场刊》制作人关弘美×导演角铜博之特别访谈 | 名人访谈 | 数码兽数据库 », sur digimons.net (consulté le ).
  159. a b et c « デジモンキャラクター紹介・タイトル », sur toei-anim.co.jp (consulté le ).
  160. (ja) 小説 デジモンアドベンチャー〈3〉冒険はまだ終わらない, 集英社,‎ (ISBN 978-4086300391)
  161. a b et c (en-US) « Digimon Adventure 15th Anniversary Blu-ray Box — Special Talk and Comment 2015 | The DigiLab », (consulté le ).
  162. a et b (ko) « [만화]"포케몬 비켜" 디지몬 캐릭터 어린이에 인기 », sur n.news.naver.com (consulté le ).
  163. « DIGIMON'S COMING; New monster toys may KO Pokemon. - Free Online Library », sur thefreelibrary.com (consulté le ).
  164. « Match de Paris - Cyber », Paris Match, no 2662,‎ , p. 50
  165. (en) « Digimon Adventure: Born of Koromon (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  166. a b c et d (en) « Digimon Adventure (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  167. (en) Jerry Beck, The Animated Movie Guide, Chicago, États-Unis, (ISBN 1-55652-591-5, lire en ligne), p. 63-64.
  168. « Digimon (Saison 1) », sur AnimeLand, web.archive.org (consulté le ).
  169. a b c d e et f (en) Chiaki J. Konaka, « Digimon Tamers. Concept Planning Notes », sur konaka.com, (consulté le ).
  170. a b et c (en) Carlos Ross, « Digimon S2: Digimon 02 », sur T.H.E.M. Anime Reviews (consulté le ).
  171. (en) Hiromi Seki & Kakudo, « Interview », sur Imgur (consulté le ).
  172. (en) « Prepare for the Pokemon Invasion!! », sur Game Informer, (consulté le ).
  173. « Pikachu Jumps Into Pockets », sur web.archive.org, (consulté le ).
  174. a et b (ja) ASCII, « NECと東映、デジモンの春映画でメディアミックスキャンペーンを展開 », sur ASCII.jp.
  175. « Cinéma - «Je voulais donner une vision positive des réseaux sociaux» », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )
  176. Paris Match, « Mamoru Hosoda («Belle») », sur parismatch.com (consulté le ).
  177. (en) Osmond, Andrew, « Our War Game! », Neo Magazine, vol. 82,‎ , p. 12
  178. Chris Stuckmann, Anime impact : the movies and shows that changed the world of Japanese animation, (ISBN 978-1-63353-732-3 et 1-63353-732-3, OCLC 1031852224, lire en ligne)
  179. (en-US) « Belle Is A Spiritual Sequel To Summer Wars And A Modern Beauty And The Beast », sur Kotaku (consulté le ).
  180. a et b (en) « Digimon on Top in Japan », sur Anime News Network, (consulté le ).
  181. a et b (en-US) Angelo Delos Trinos, « 10 Best Anime Series That Were Almost Never Made », sur CBR, .
  182. a et b (ja) « 『デジモン』液晶玩具が新時代に突入! ウェアラブル端末型液晶玩具“バイタルブレス デジタルモンスター”の魅力を開発者に直撃 | ゲーム・エンタメ最新情報のファミ通.com », sur ファミ通.com,‎ (consulté le ).
  183. (ja) « 『デジモン』はワールドワイドなコンテンツへと“究極進化”できるか!? キーパーソンに聞く。ファンイベントや日米イラストレーションコンペが開催決定 | ゲーム・エンタメ最新情報のファミ通.com », sur ファミ通.com,‎ (consulté le ).
  184. « 『デジモンアドベンチャー02』 », sur home-aki.la.coocan.jp
  185. a et b (en) Bandai, « DIGIMON CON Digimon Anime Discussion 《English ver.》 » (consulté le ).
  186. « WEBアニメスタイル_特別企画 », sur style.fm (consulté le ).
  187. (ja) « 2000年(平成12年)興収10億円以上番組 », sur Eiren.
  188. (en) Stephen McDougall, « Trivial: Cont’d from Page 1 », The record,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  189. « No French equals no Pokémon cards at Sherbrooke Toys 'R Us », The Record,‎ , p. 1
  190. Copyright cartes 1re Édition
  191. a b et c Miller, John Jackson; Greenholdt, Joyce, Scrye Collectible Card Game Checklist & Price Guide, Second Edition, (ISBN 978-0873496230), p. 115-119
  192. (en) Pikachu's global adventure: the rise and fall of Pokémon, Duke University Press, (ISBN 978-0-8223-3287-9 et 978-0-8223-3250-3), p. 191
  193. (en) « Digimon Moves to ABC », sur Anime News Network, (consulté le ).
  194. (en) « Fox Kids wins Broadcast Ratings », sur Anime News Network, (consulté le ).
  195. a et b « MONSTER RUSH FOR DIGIMON. - Free Online Library », sur thefreelibrary.com (consulté le ).
  196. a et b (en) IGN Staff, « Bandai, Takara and Tomy Step up Toy Sales. Bandai and Other look to sell more game-based toys universally. Watch out for the hype! », sur IGN, (consulté le ).
  197. (en) Rick DeMott, « Fox Kids Europe Acquires Digimon », sur awn.com, (consulté le ).
  198. a et b « Digimon », sur Devildead, (consulté le ).
  199. a b et c « Bilan de la société privée TF1 - Année 2001 », CSA,‎ (lire en ligne [PDF])
  200. a b c et d Pierre Faviez et Rui Pascal, « Télévision : un destin animé », Animeland, no 70,‎ , p. 60
  201. (en) Jay Tobin 2004, p. 190
  202. Cedric Littardi, Encyclopédie des animés. volume 4, 1994-1999, (ISBN 978-2-37697-317-1 et 2-37697-317-1, OCLC 1344492571, lire en ligne)
  203. « Respect des obligations et des engagements », CSA,‎ (lire en ligne [PDF])
  204. Quid 2003: tout sur tout et un peu plus que tout, Laffont, (ISBN 978-2-221-09758-8), p. 1404
  205. Digimon (magazine), numéro décembre 2000 (page 25), numéro 10 -juillet 2001 (page 29), numéro 14 - novembre 2001 (page 29), numéro 15 - décembre 2001 (page 27), numéro 16 - janvier 2002 (page 28)
  206. Digimon (magazine), numéro 15 - décembre 2001 (page 27)
  207. Olivier Fallaix, « 8e Anime Grand Prix Français », AnimeLand, no 75,‎ , p. 38
  208. a et b « « Digimon Adventure Tri » : quinze ans après, le retour des monstres numériques », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  209. (pt-BR) GABRIEL VAQUER colunista, « Salvação no Ibope em 2000, Digimon volta à Globo após 22 anos para streaming », sur Notícias da TV, (consulté le ).
  210. (pt-BR) « Globo adquire novamente os direitos de Digimon após 22 anos de sua estreia no Brasil », sur observatoriodatv.uol.com.br (consulté le ).
  211. (pt-BR) gameon, « Digimama: Quando Angélica foi madrinha de Digimon no Brasil », sur Terra (consulté le ).
  212. Cecilia Zecchinelli, « Italos say ciao to new kid outlets », Variety, vol. 380, no 6,‎ , p. M44 (lire en ligne, consulté le )
  213. (it) Riccardo Magliano, « La Storia di Digimon - Cap. Extra: Curiosità - SpaceNerd.it », sur spacenerd.it, (consulté le ).
  214. a et b Digimon (magazine), numéro 6 - mars 2001 (page 28)
  215. a b c et d (en) « Digimon Licensees Sign as Ratings, Retail Success Grows », sur PR Newswire, (consulté le ).
  216. a et b « Digimon - Mini-visionneuse - Kellogg's - 2001 Dessins animés », sur Bibelotmania (consulté le ).
  217. a et b « L'innovation à la rescousse des lessives », sur lsa-conso.fr (consulté le ).
  218. a et b « Goodies », sur Digiduo (consulté le ).
  219. a et b « Boîte Sucettes Digimon ) », sur Boîte Sucettes Digimon - inventaire.proscitec.asso.fr (consulté le ).
  220. a et b « La confiserie prend des airs de fête Salon », sur lsa-conso.fr (consulté le ).
  221. a et b « OASIS-Orange drink-330mL-France », sur canmuseum.com (consulté le ).
  222. a et b « Digimon - Vache qui rit Dessins animés TV / BD Télévision Tous », sur Paninimania (consulté le ).
  223. a et b « Digimon - Lu - 2001 Dessins animés TV / BD Télévision Tous les », sur Paninimania (consulté le ).
  224. a et b Par Claire Chantry et Laurence Le Fur Le 18 décembre 2000 à 00h00, « Pokémon contre Digimon : le match de Noël », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  225. « Mc Donald's Happy meal : Digimon | INA », sur ina.fr.
  226. (en) Daniel Horn et Ryan Hill, Digimon: Digital Monsters, Dark Horse Comics, (ISBN 1-56971-516-5).
  227. a b et c (en) « Digimon Comic-Book Coming », sur Anime News Network, (consulté le ).
  228. (it) Associazione NewType Media, « Digimon Adventure V-Tamer », sur AnimeClick.it (consulté le ).
  229. (es) « DIGIMON (2001, PLANETA-DEAGOSTINI) -AVENTURAS- 7 », sur tebeosfera.com (consulté le ).
  230. (en) « Digimon (Volume) », sur Comic Vine (consulté le ).
  231. Philippe MAGNERON, « Digimon (Comics) -1- La BD de la série télé ! », sur bedetheque.com (consulté le ).
  232. Digimon, vol. 46, Panini Comics,
  233. Philippe MAGNERON, « Digimon -1- La digivolution », sur bedetheque.com (consulté le ).
  234. Philippe MAGNERON, « Digimon -MBD34- Digimon - Le Monde de la BD - 34 », sur bedetheque.com (consulté le ).
  235. Gustavo Cardoso et Manuel Castells, The media in the network society: browsing, news, filters and citizenship, CIES, (ISBN 978-1-84753-792-8), p. 178
  236. (ja) デジモンアドベンチャー (ファイル島編1) (SBアニメコミックス), ソフトバンククリエイティブ,‎ , 204 p. (ISBN 978-4797312607)
  237. Akiyoshi Toei animation et Etsumi Satō-Gabrion, L'île des fichiers binaires, Dino entertainment France, coll. « Digimon », (ISBN 978-2-914593-00-7)
  238. Philippe MAGNERON, « Digimon (Manga) - BD, informations, cotes », sur bedetheque.com (consulté le ).
  239. a et b « Digimon: The Movie (2000) - JP Box-Office », sur jpbox-office.com
  240. (en) Yumpu.com, « Boxoffice-September.2000 », sur yumpu.com (consulté le ).
  241. a et b (en) The Animated Movie Guide, p. 64.
  242. a et b (en) « Digimon Adventure: Bokura no War Game (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  243. a et b (en) « Digimon: The Golden Digimentals (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  244. a b c d e f g h et i (en) Watching Anime, Reading Manga: 25 Years of Essays and Reviews, p. 339.
  245. a et b (en) « Digimon - The Movie (1999) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  246. Beck, Jerry., The animated movie guide, Chicago Review, (ISBN 978-1-55652-683-1, 1-55652-683-0 et 1-55652-591-5, OCLC 191932886, lire en ligne).
  247. Patten, Fred, 1940-, Watching anime, reading manga : 25 years of essays and reviews, Stone Bridge Press, (ISBN 1-880656-92-2 et 978-1-880656-92-1, OCLC 55764479, lire en ligne).
  248. « DIGIMON (DIGIMON: THE MOVIE) - Box Office », sur cbo-boxoffice.com.
  249. « Digimon: The Movie », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  250. a et b « Cinéma et statistiques: une observation chiffrée du cinéma japonais d’animation dans les salles françaises – Néant Vert » (consulté le ).
  251. (en) « Digimon: The Movie Was Truly a Remarkable Feat for English Anime Dubs », sur IGN Southeast Asia, (consulté le ).
  252. (en) « Digimon: The Movie is Still Untouchable After 20 Years », sur Anime (consulté le ).
  253. (en-US) Maria Rivera, « Digimon: Fans celebrate 20 years of the first film dedicated to digital monsters », sur Asap Land, (consulté le ).
  254. (en) « 10 Anime Movies That Critics Hate But Audiences Love », sur CBR, (consulté le ).
  255. (en) « Why Digimon Lost Steam While Pokemon Took Over the World », sur CBR, (consulté le ).
  256. (ja) デジモンアドベンチャーVテイマー01 4 (ISBN 978-4088060224, lire en ligne), p. 113
  257. (en) Imgur, « Chinese subs by Ulforce_Soul », sur Imgur (consulté le ).
  258. (ja) « 【#デジ通信】「Precious G.E.M.シリーズ デジモンワールド ムゲンドラモン」企画開発スタッフインタビュー!| », sur デジモンパートナーズ|デジモン公式ファンコミュニティ (consulté le ).
  259. (ja) yamaki_nyx, « 第39話回顧 3 », sur Digimon Tamers,‎ (consulté le ).
  260. « Digimon : D. power - Fiche INA », sur INAthèque, .
  261. Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — quatrième page (Introduction) », sur manga-news.com, (consulté le ).
  262. a et b Laurent Gallien, Gilles Brougère. La grande dérive post-moderne du jouet. Inès de la Ville (dir.). L’enfant consommateur. Variations interdisciplinaires sur l’enfant et le marché, Vuibert, pp.215-233, 2005, 978-2-7117-6960-7. ffhal-03649341f
  263. a et b « jetix-programme-quotidien », sur inatheque.ina.fr (consulté le ).
  264. (ja) フランスを中心とする欧州におけるコンテンツ市場の実態 2008-2009, Jetro,‎ (lire en ligne)
  265. a et b Descriptifs LCJ Editions
  266. a et b Ingrid Hering, « Why kids merchandising is work for grown-ups », Managing Intellectual Property, no 122,‎ , p. 19 (lire en ligne, consulté le )
  267. (en) Ryuji Kochi, directeur général de Toei Animation Europe, « Prise de parole à l'avant-première de Digimon Last Evolution Kizuna »,  : « I joined the compagny of Toei Animation 20 years ago, at that time I was trying to sell the Digimon titles all over the world, and then after [season] two, three or four, we had, you know, some sleep. ».
  268. « Digimon Frontier (TV) - Anime News Network », sur animenewsnetwork.com (consulté le ).
  269. « Digimon: Data Squad (TV) - Anime News Network », sur animenewsnetwork.com (consulté le ).
  270. Hal Erickson, Television Cartoon Shows: An Illustrated Encyclopedia, 1949 Through 2003, Volume 1, McFarland & Company, (ISBN 978-0786420995), p. 249.
  271. a b c et d (en) « MIPJunior 2010 Preview by MIPMarkets », sur Issuu, p. 26-27.
  272. (en) « talian Police Seize Bootlegged Anime Toys », sur Anime News Network, (consulté le ).
  273. (ja) « 20th Anniversary Memorial Pamphlet », Digifes 2019,‎ (lire en ligne)
  274. a b et c (ja) デジモンシリーズ メモリアルブック デジモンアニメーションクロニクル, 新紀元社,‎ (ISBN 978-4775307496), このように新たな『デジモン』 スタンダードに挑戦した本作では あったが、残念ながら後継作を生 み出すには至らず、シリーズは再 び中断を余儀なくされてしまう。
  275. (en) Mykas0, « Digimon World 3 Walkthrough (PAL) », sur GameFAQs (Royaume-Uni), (consulté le ) : « the PAL version of the game "Digimon World 3", which was called "Digimon World 2003" since one of the Digimon games never reached here (Digimon World 2) ».
  276. « Avec seulement 47/100 sur Metacritic, ce jeu Digimon s'est fait démolir par les critiques, mais tous les joueurs l'adorent ! », sur Millenium FR, (consulté le )
  277. (en) Akira « Mark » Fujita, « Digimon Rumble Arena. Digimodify your PlayStation! Bandai takes the Smash Brothers concept and brings it to PlayStation. », sur IGN, (consulté le ).
  278. « Test du jeu Digimon Rumble Arena sur PS1 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  279. (en) « Digimon Rumble Arena - Release Summary », sur gamespot.com (consulté le ).
  280. (en) « Digimon Rumble Arena Charts », sur VG Chartz, (consulté le ).
  281. a et b « Bandai arrête la WonderSwan », sur gamekult.com, .
  282. a et b (en) Annual Report, Bandai, , 7 p. (lire en ligne), During the year ended March 31, 2001, domestic unit sales of Digitmon video-game software amounted to some 400,000, while global unit sales totaled approximately 1 million..
  283. (ja) « バンダイ、「デジタルモンスター」新プロジェクト立ち上げ 長編フルCGアニメやゲームソフトなどを展開 », sur game.watch.impress.co.jp,‎ (consulté le ).
  284. (en) « Errata: Digital Monster X-Evolution », sur Anime News Network (consulté le ).
  285. a b c d et e (en) Neil Lumbard, « Digimon Data Squad Season 5 », sur DVD Talk, (consulté le ).
  286. (ja) « Digimon Savers Happinet ».
  287. « 存在しない掲示板を呼び出しました », sur web.archive.org,‎ .
  288. (en) Anoop Gantayat, « Gaming Life in Japan », sur IGN, (consulté le ).
  289. a et b Ikkakumon, « Digimon Saison 1 - Coffret 1 », sur dvdanime.net, (consulté le ).
  290. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le )
  291. (en-US) « Digimon World DS for Nintendo DS », sur VGChartz (consulté le )
  292. a b c d e et f (en) « Digimon, the Worldwide Blockbuster Anime Series Returns! Digimon Xros Wars Premieres July 6, 2010 (Tue.) on the TV Asahi Network », sur Toei Animation, web.archive.org, (consulté le ).
  293. (en) « Digimon's New Anime Titled & Dated: Digimon Cross Wars in July (Updated) », sur Anime News Network, (consulté le ).
  294. (ja) « TVA「デジモンクロスウォーズ~Digimon cross wars~」テレビ朝日にて2010年7月より放送スタート!(via 画像) TVA「デジモンクロスウォーズ~Digimon Cross Wars~」テレビ朝日にて2010年7月より放送スタート!(via 画像)を含むブックマーク Add Star », sur Moon Phase,‎ (consulté le ).
  295. a et b (en) « TV Kids MIPTV 2014 by World Screen », sur issuu.com (consulté le ), p. 58-59.
  296. « ドラゴンボールリバイバルの陰で », sur sakuhindb.com (consulté le ).
  297. (en) « Japan's Animation TV Ranking, March 7-13 », sur Anime News Network (consulté le ).
  298. a b c d e et f (en-US) Nichole Pellow, « 25 Crazy Things Only Super Fans Knew About Digimon Fusion », sur TheGamer, .
  299. Rainie G/rainmon, « 僕たちのデジタルワールド: [Otona Magazine] Interview with Sanjo-Riku(REVERSED) », sur 僕たちのデジタルワールド,‎ (consulté le ).
  300. a et b (en) « Digimon Xros Wars - The Young Hunters Who Leapt Through Time », sur Crunchyroll.
  301. a et b Dejimon Kurosu Wôzu Toki wo Kakeru Shounen Hantâ-tachi, Dentsu, TV Asahi, Toei Animation, (lire en ligne).
  302. (en) « Crunchyroll to Stream Digimon Xros Wars Anime », sur Anime News Network, .
  303. a b et c (ja) « アニメ雑誌 Febri 2016年1月号 vol.32 アニメ », Febri,‎
  304. « Digimon Fusion Battles in Italy | TOEI Animation Europe », sur web.archive.org, (consulté le ).
  305. (it) « Digimon Ritoneranno sul Mercato Italiano? », sur Xerat, (consulté le ).
  306. (it) « Digimon Fusion Battles – Animanga Italia » (consulté le ).
  307. (en) « Digimon Fusion Travels the World! » (consulté le ).
  308. (en) « Digimon Xros Wars (2010–2011) Trivia », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  309. (en) « Saban Brands Acquires Digimon Anime Franchise », sur Anime News Network (consulté le ).
  310. a et b (en) « Saban Brands Acquires Digimon Brand Will Debut New Digimon Fusion Season at MIPCOM. » [PDF], sur Saban Entertainment, (consulté le ).
  311. (en) « Nickelodeon dives into Digimon », sur Official Power Morphicon, web.archive.org (consulté le ).
  312. (en) « Digimon Fusion Slated for CW, Nickelodeon This Fall », sur Anime News Network, (consulté le ).
  313. (en) « Digimon Fusion Premieres on Nick this September 7th », sur Jefusion, (consulté le ).
  314. (en-US) « Saturday morning cartoons died on this day in 1992 », sur Yahoo Entertainment, (consulté le ).
  315. a et b (en) « MIPJunior 2015 Preview: Kids' Time », sur licenseglobal.com, (consulté le ).
  316. a et b MaFt.co.uk, « Digimon Fusion (2011) on Netflix UK :: New On Netflix UK » (consulté le ).
  317. a et b « L'anime Digimon Fusion arrive sur Canal J, 02 Janvier 2015 », sur manga-news.com (consulté le ).
  318. a et b « Digimon Fusion », sur Canal J, web.archive.org (consulté le ).
  319. a b et c Inathèque
  320. a et b « Avril 2016 - 14e Édition », SNPTV,‎ (lire en ligne).
  321. « Planète Jeunesse - Digimon Fusion », sur planete-jeunesse.com.
  322. a et b (en) « Digimon World 5 Announced For PSP As Re:Digitize », sur Video Games Blogger, (consulté le ).
  323. a b c et d (en) « Digimon 15th Anniversary Project's 4th Part to Be Revealed on Thursday », sur Anime News Network, (consulté le ).
  324. (en) « Digimon Crusaders Card RPG for iPhone Unveiled », sur Anime News Network, (consulté le ).
  325. a et b (en) Egan Loo, « Digimon Adventure PSP to Cover All Episodes, 2nd Film », sur Anime News Network, (consulté le ).
  326. a et b (en) « Get Set for the Digimon DVD Invasion with The Official Digimon Adventure Set: The Complete Second Season and Digimon Aventure: Volume 2 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  327. (en-US) « Digimon Story: Cyber Sleuth’s Habu Kazumasa Talks About Its Influences and the Series' Future », sur Siliconera, .
  328. (en-US) William D'Angelo, « Digimon Story: Cyber Sleuth Series Ships 1.5 Million Units », sur VGChartz, (consulté le ).
  329. a et b (en) « 東映アニメーション創立60周年記念 », sur 東映アニメーション創立60周年記念.
  330. a et b (en) « Digimon Adventure Anime Returns Next Spring in High School Sequel », sur Anime News Network, (consulté le ).
  331. (ja) « 「デジモン」新プロジェクト始動 「デジモンアドベンチャー tri.」第6章の初日舞台挨拶で明らかに », sur アニメハック.
  332. (en-US) dsagency, « DIGIMON ADVENTURE TRI ON CRUNCHYROLL », sur Toei Animation, .
  333. a b c et d kevin Lheritier, « R. Kochi (Toei Animation) : "L’animation japonaise permet d’ouvrir à un plus large public, plus adulte." », sur média+, (consulté le ).
  334. (en) « 3rd Digimon Adventure tri. Anime Film Tops 55 Million Yen in 4 Days », sur Anime News Network (consulté le ).
  335. (en) « Digimon Adventure tri. 6th Anime Film Reveals Visual, May 5 Debut », sur Anime News Network (consulté le ).
  336. « Toei Animation: aumenta ventas en Latinoamérica », sur anmtvla.com.
  337. (it) Team NerdPool, « Toei Animation annuncia nuovi episodi Dragon Ball Super », sur NerdPool, .
  338. (es) « Daniel Castaneda de Toei Animation: Estamos gozando de un regreso de la animación japonesa », sur PRODU.COM, (consulté le ).
  339. (en-US) dsagency, « Toei Animation Headlines New Series For MIPTV 2018 », sur Toei Animation, (consulté le ).
  340. « Digimon World -next 0rder- Storyline Detailed in September 2015 V Jump », sur Tamer Union (consulté le ).
  341. « Digimon World: Next Order : Une version PS4 physique et en Français ! », sur actugaming.net, (consulté le ).
  342. (ja) « 『デジモン』から『アプモン』へ――受け継いだモノと新たな試み | アニメイトタイムズ », sur 『デジモン』から『アプモン』へ――受け継いだモノと新たな試み | アニメイトタイムズ (consulté le ).
  343. a et b (en) « Digimon Universe: Appli Monsters cross-media project teased », sur Gematsu, (consulté le ).
  344. (en) « Appmon Seven Code Band (Character Toy) - HobbySearch Toy Store », sur Hobby Search Toy Store (consulté le ).
  345. (en-US) « Bandai Digimon Universe Appli Monsters Appli Drive SP Set », sur Digivicemon (consulté le ).
  346. (en-US) « Digimon Universe: Appli Monsters launches December 1 in Japan », sur Gematsu, (consulté le ).
  347. « Détails et images de Digimon Universe : Appli Monsters – Cyber Arena », sur Nintendo Différence, .
  348. (en) Bandai News, « imgur.com », sur Imgur (consulté le ).
  349. (ja) Bandai Namco News, (lire en ligne)
  350. (en) « TV Kids MIPCOM 2016 by World Screen - Issuu », sur issuu.com (consulté le ).
  351. a b c d et e « LAST PRODUCTION APPMON LANDS ON SCREENS ! | TOEI Animation Europe », sur web.archive.org, (consulté le ).
  352. « MYEBOOK - Total Licensing Winter 2018 », sur library.myebook.com (consulté le ).
  353. a et b « DIGIMON APPMON INVADE PORTUGUESE SCREENS - Toei Animation », sur web.archive.org, (consulté le ).
  354. a et b Maxime Bender, 100 séries d'animation japonaises, (ISBN 978-2-37697-136-8 et 2-37697-136-5, OCLC 1202601082, lire en ligne), p. 118
  355. « Boing diffuse les 49 épisodes inédits en France de la saison 2 de YO-KAI WATCH | Minuit Douze », (consulté le ).
  356. « YO-KAI WATCH bat des records d’audience et domine les ventes de jouets et jeux vidéo », sur web.archive.org, (consulté le ).
  357. « Chasse aux monstres sur Boing : choisis ton héros préféré ! », sur Boing, .
  358. « [Brève] Boing et TCM Cinéma en clair en janvier », sur Freebox News, (consulté le ).
  359. « Boing est en clair sur Freebox TV du 2 au 29 janvier ! - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le ).
  360. « Boing : programme TV Boing du samedi 19 septembre 2020 - Télé-Loisirs », sur web.archive.org, (consulté le ).
  361. « Digimon Linkz : Le jeu sort des frontières japonaises », sur Jeuxvideo.com (consulté le ).
  362. « Digimon ReArise est disponible sur Android et iOS », sur Jeuxvideo.com (consulté le ).
  363. a et b (es-MX) « El reboot de Digimon Adventure no alcanza niveles de rating satisfactorios », sur Kudasai, (consulté le ).
  364. « Dragon Ball – Résultats du 1er Trimestre de l’année fiscale 2023 pour Toei Animation », sur Dragon Ball Super - France, .
  365. (ja) Toei Animation, « 2 0 2 3 年 3 月 期 第 4 四 半 期 決 算 ( 2 0 2 2 / 4 ~ 2 0 2 3 / 3 », 決 算 説 明 会 資 料,‎ (lire en ligne).
  366. a b et c (en) « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna Producer Yosuke Kinoshita », sur Anime News Network (consulté le ).
  367. (ja) « 『デジモンアドベンチャー:』再び日曜朝に届ける意味、オメガモン登場、OP演出…制作陣が語る“20年の重み”と新作への志 », sur WHAT's IN? tokyo,‎ (consulté le ).
  368. a et b (en) « Digimon Adventure Last Evolution Kizuna Anime Film's Promo Video Reveals Debut on February 21, 2020 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  369. (ja) « 東映『デジモン』、前作興収比184%の出足 », sur 文化通信.com (consulté le ).
  370. (en) « AJA Industry Report: 6.5% Fewer TV Anime Produced in 2020 », sur Anime News Network (consulté le ).
  371. (en-CA) « China & Japan Continue To Keep Turnstiles Spinning; ‘Demon Slayer’ Tops $150M – International Box Office », sur ca.sports.yahoo.com (consulté le ).
  372. (en-US) Nancy Tartaglione et Nancy Tartaglione, « China & Japan Continue To Keep Turnstiles Spinning; ‘Demon Slayer’ Tops $150M – International Box Office », sur Deadline, (consulté le ).
  373. (en-US) « Hong Kong: A Beacon of Box Office Hope », sur Gower Street Analytics, (consulté le ).
  374. « Top 2020 Movies at the International Box Office - Financial Information », sur The Numbers.
  375. a et b « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  376. « Boxoffice, China Boxoffice, China film Boxoffice, Weekly Boxoffice, Yearly Boxoffice-EntGroup », sur english.entgroup.cn (consulté le ).
  377. (en) Liz Shackleton, « China box office topped North America in 2020 thanks to quicker post-lockdown recovery, strong local titles », sur Screen (consulté le ).
  378. a et b « Digimon Last Evolution - Fiche Lumiere », sur Lumiere (consulté le ).
  379. (en) « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna - Rotten Tomatoes », sur rottentomatoes.com (consulté le ).
  380. a b et c David Maingot, « Cinéma Japonais : le bilan des sorties 2020 en France », sur Journal du Japon, (consulté le ).
  381. (ja) « Bandai Namco News » [PDF], sur Bandai, .
  382. (ja) « 「デジモン」シリーズ プロジェクト始動 », Bandai,‎ (lire en ligne [PDF])
  383. (ja) « Bandai Namco news » [PDF], sur Bandai, .
  384. (ja) « なぜ2021年に『デジモン』のまったく新しい玩具が登場することになったのか?――「バイタルブレス デジタルモンスター」プロデューサー&プロジェクトリーダーに直撃! », sur 電撃ホビーウェブ (consulté le ).
  385. Daniel Dockery, « FEATURE: How Behind The Scenes Decisions Changed The Course of Digimon Adventure 2020 », sur Crunchyroll, web.archive.org (consulté le ).
  386. a et b « L’anime Digimon arrive en VF sur ADN le 21 février », sur AnimeLand, (consulté le ).
  387. a et b « ADN lance un marathon Dragon Quest, The Adventure of Daï, 15 Octobre 2021 », sur manga-news.com : « En effet, après le succès du marathon Digimon l’année dernière, la plateforme a voulu réitérer l’expérience ».
  388. « ADNanime - Saturday 19th September stream summary stats - SullyGnome », sur sullygnome.com, web.archive.org (consulté le ).
  389. Le « Marathonmon » est un succès[387] en rassemblant 379 308 spectateurs uniques[388], pour une moyenne de 3 937 spectateurs[250] sur Twitch pendant vingt heures ininterrompues, avec un pic à 7 900 spectateurs, du 19 au 20 septembre 2020. (ADN et EveryOne)
  390. a b et c (en) « Prise de parole de Ryuji Kochi, directeur général de Toei Animation Europe à l'avant-première de Digimon Last Evolution Kizuna : Enregistrement »,  : « There are a lot of Digimon fans [...] especially here in France [...] we'll continue to pushing the Digimon series in France, I promise here, today maybe you may cry or you may laugh, I will see all the effects, what's going on for the French people, then I'll use this way to promote the new series in France but also please help us, we need everybody's help to push or to launch new titles, even though this title is good or not. ».
  391. a b c d e f g h i et j « Nouvelles informations sur le prochain film Digimon, 05 Août 2022 », sur manga-news.com.
  392. a b c et d « Bandai consolide ses marques emblématiques et joue la carte des licences à succès issues des plateformes Internet. », La Revue du Jouet, no 555,‎ , p. 39 (lire en ligne [PDF]).
  393. a b c et d fire_akuma, « Le plein d’images pour Digimon Survive en Français sur Nintendo Switch », sur Nintendo-Town.fr, (consulté le ).
  394. a b et c « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna », sur CGR Events (consulté le ).
  395. a et b « Le film Digimon Adventure : Last Evolution Kizuna bientôt dans les cinémas français », sur manga-news (consulté le ).
  396. « Last Evolution Kizuna revient en Europe ! - Omegamon », sur web.archive.org, .
  397. (it) Thursday 9 December 2021 to Sunday 12 December 2021 - Italia, Cinecitta (lire en ligne)
  398. (pt) Ranking 8 A 11 SETEMBRO, ICA (lire en ligne)
  399. a et b « "Les #Digimon reviennent dans vos cinémas, grâce à VOUS, les fans de la saga, pour des séances supplémentaires !" », sur archive.fo, (consulté le ).
  400. a et b « Le Cinéma en France en 2020 », Comscore,‎ (lire en ligne)
  401. GoToon, « Quelques séances supplémentaires pour le film Digimon Adventure Last Evolution Kizuna », sur Crunchyroll (consulté le ).
  402. « Nouvelles informations sur le prochain film Digimon, 05 Août 2022 », sur manga-news.com (consulté le ).
  403. Farah El Amraoui, « Japanime », Boxoffice Pro, no 425,‎ , p. 13
  404. 29 septembre 2022, « Anime : les séries à ne pas louper cet automne 2022 », sur IGN France.
  405. Terry, « netdownloader: 初代最終章 : 數碼暴龍 Last Evolution 絆 », PCStation, CREATIVE GAMES LIMITED, vol. 1031,‎ , p. 51 (lire en ligne)
  406. a et b « Digimon Kizuna Produits Dérivés - Leclerc », sur AbyStyle, .
  407. Shueisha V-Jump - Novembre 2021
  408. Liar君, « 独家专访|「浪客剑心追忆篇」「BLEACH」脚本家十川诚志 », sur bilibili.com (consulté le ).
  409. « Programme PAM du 18 au 19 décembre PDF », sur popasiamatsuri.fr, .
  410. (en-US) Loïc Ralet, « Anime Digital Network (ADN) - Xbox Game Pass Ultimate », sur Xbox Wire en Francais, (consulté le ).
  411. « Programme TV J-One du mercredi 29 septembre 2021 - Télé-Loisirs », sur programme-tv.net (consulté le ).
  412. a et b « L'homme à la bouche cousue - Digimon Ghost Game - Télé-Loisirs », sur web.archive.org, (consulté le ).
  413. « ADN | Anime streaming en VOSTFR et VF », sur web.archive.org, (consulté le )
  414. a et b « ADN | Anime streaming en VOSTFR et VF », sur web.archive.org, (consulté le )
  415. a et b PR Newswire, « Move More, Battle More: Bandai Namco Toys & Collectibles America Launches Vital Hero!: BandaiVitalHeroLaunch », PR Newswire US,‎ (lire en ligne, consulté le )
  416. a et b (en-US) « Digimon Vital Bracelet Lab App Is No Longer Vital But The Fight Lives On In 2023 - The Illuminerdi », (consulté le ).
  417. (en) « The Best Toys of 2022 », sur Time, (consulté le ).
  418. (en-US) « Digimon Survive Producer Talks About Development Challenges, Storytelling, and What Fans can Expect - One More Game », (consulté le ).
  419. a et b « Digimon World: Next Order revient en 2023 sur Nintendo Switch et PC », sur Nintendo-Master (consulté le ).
  420. (es) Sergio Bustos, « Stray continúa imbatible en el top de ventas de Steam, aunque ya llega su principal amenaza », sur 3DJuegos, (consulté le ).
  421. « Charts USA : un bon mois de juillet pour MultiVersus, Xenoblade Chronicles 3 et la PS5 »  , sur gamekult.com, (consulté le ).
  422. « 2022年 ゲームソフト年間売上ランキング », sur gamesdata.info (consulté le ).
  423. « Charts Japon : nouveau lancement record pour Xenoblade Chronicles 3 »  , sur gamekult.com, (consulté le ).
  424. (en-US) « Digimon Survive Sales Figures Pass 500,000 », sur Siliconera, (consulté le ).
  425. « Nintendo, Take-Two, Activision Blizzard... Les actualités business de la semaine », sur Jeuxvideo.com (consulté le ).
  426. (en-US) « Bandai sales still soaring thanks to Digimon and Taiko no Tastujin », sur Pocket Tactics (consulté le ).
  427. a et b « Digimon Survive sera disponible partout dans le monde fin juillet », sur gamekult.com, (consulté le ).
  428. (ja) 森口 拓海(Takumi Moriguchi), « 『デジモンサヴァイブ』全世界累計出荷本数50万本突破 海外での「デジモン」人気上昇がヒットに寄与か », sur PickUPs!,‎ (consulté le ).
  429. a et b Aluqat, « Digimon World: Next Order débarque sur PC et Switch en 2023 », sur Gamosaurus, (consulté le ).
  430. « Anime Digital Network - Popularité des simulcast (janvier 2023) », sur Animation Digital Network (consulté le ).
  431. a b c d et e Loup LASSINAT-FOUBERT, « Ouest-France : Cinq jeux vidéo comme Pokémon pour s’occuper avant la sortie des versions Écarlate et Violet », sur Ouest-France.fr, .
  432. « Animation Digital Network - Popularité des simulcast (26 mars 2023) », sur Animation Digital Network, .
  433. a et b kevin Lheritier, « R. Kochi (Toei Animation) : "L’animation japonaise permet d’ouvrir à un plus large public, plus adulte." », sur média+, (consulté le ).
  434. « TEST de Digimon Survive : un retour en force pour le rival de Pokémon ? », sur gameblog (consulté le )
  435. Spoudy, « Top des ventes sur l’eshop Nintendo Switch de la semaine (France) », sur Nintendo-Town.fr, (consulté le ).
  436. « Classements Steam », sur store.steampowered.com (consulté le ).
  437. « Classements Steam », sur store.steampowered.com (consulté le )
  438. a et b « Digimon Survive, test et avis: accepter de laisser l’histoire prendre le dessus », sur sudinfo.be, (consulté le ).
  439. Lordo, « Digimon Survive (Nintendo Switch) – Le test », sur Nintendo-Town.fr, (consulté le ).
  440. Le Bêta-Testeur et Le Bêta-Testeur, « TEST - Digimon Survive, le jeu RPG tactique aux aspects Novel », sur Le Bêta-Testeur, (consulté le ).
  441. « Steam : à peine sorti, ce RPG Digimon se présente déjà comme un incontournable », sur hitek.fr, (consulté le ).
  442. a et b « Anime Digital Network », sur Animation Digital Network.
  443. Alex | Hasumin, « Digimon : Last Evolution Kizuna - Devenons des adultes », sur Team Manga | L'actu manga et anime, .
  444. « Encore de nouvelles chaînes sur Pluto TV », sur telesatellite.com.
  445. « Anime Digital Network », sur Animation Digital Network,
  446. Lucas Musset, « Abonnés Freebox et Prime : un nouveau service de SVOD populaire disponible sur Prime Video », sur Univers Freebox, (consulté le )
  447. « Prime Video: Digimon Adventure - Saison 1 », sur www.primevideo.com
  448. « Digimon World: Next Order s'offre un nouveau trailer sur Nintendo Switch », sur Nintendo-Master (consulté le ).
  449. « Une bande-annonce de gameplay et des images pour Digimon World : Next Order, disponible le 22 février 2023 sur Nintendo Switch et PC », sur Nintendo-Difference (consulté le ).
  450. a et b « Figurine Funko Pop! - Digimon - Patamon - MANGA », sur Archive.
  451. (en) « Digimon Funko Pops Make a Comeback », sur Anime (consulté le ).
  452. (en-US) « Vital Bracelet BE to Make Grand Release in the UK - The Illuminerdi », (consulté le )
  453. (ja) « 森久保祥太郎、置鮎龍太郎らが逃走!? アニメ「逃走中」23年4月2日放送開始 », sur アニメ!アニメ! (consulté le ).
  454. Mohamed Mir, « Digimon Seekers : Le projet du 25e anniversaire mélange les mondes réel et digital », sur Crunchyroll (consulté le ).
  455. (en-US) « Digimon Seekers Web Novel Announced At Digimon Con 2023 », sur GamerBraves, (consulté le ).
  456. (en) « Digimon Seekers Project Revealed With Novel, Trailers, Merchandise », sur Anime News Network (consulté le ).
  457. (en) « DIGIMON DREAMERS », sur デジモンウェブ | デジモン公式総合サイト (consulté le ).
  458. (en) « Digimon Liberator Manga Announced », sur Anime (consulté le )
  459. PR Newswire, « Be The Hero, Train The Hero: Bandai Namco Toys & Collectibles America Launches Vital Hero: Batman!: Bandai-Namco-Batman », PR Newswire US,‎ (lire en ligne, consulté le )
  460. (en) « New 'Digimon CG' Booster Set Incoming », sur icv2.com (consulté le )
  461. (en) « Bandai Offering 'Digimon Gift Box' », sur icv2.com (consulté le )
  462. (en) « Top Collectible Games – Fall 2022 », sur icv2.com (consulté le )
  463. (en) Josh Tolentino, « The Digimon Adventure: 2020 anime is now available via the Microsoft Store | RPG Site », sur rpgsite.net (consulté le ).
  464. (en) « Digimon Adventure: Anime's English Dub Premieres This Spring », sur Anime News Network (consulté le ).
  465. (en) « Digimon Adventure English Dub Confirms Hulu Release Date With New Trailer », sur Anime (consulté le ).
  466. a et b « ‘Digimon Adventure 02 The Beginning’ Gets NorAm Distribution Deal with Shout! », sur www.animationmagazine.net (consulté le )
  467. (en) « Shout! Studios and Toei Animation Announce Film Distribution Deal for the New Digimon Anime Movie Digimon Adevnture 02 The Beginning », sur Anime News Network, (consulté le )
  468. « The Numbers - Blu-ray Sales Chart for Week Ending October 11, 2020 », sur The Numbers (consulté le )
  469. (en) « Discotek Otakon 2023 - Digimon », sur Crunchyroll News (consulté le )
  470. « Crunchyroll - Anime News | Crunchyroll News », sur crunchyroll.com (consulté le ).
  471. (en) « Discotek Media Announces Uncut Release of The Digimon Movie », sur MovieWeb, (consulté le ).
  472. (en) Aedan Juvet, « Official Re-Release of Digimon the Movie Confirmed with Original Cast », sur bleedingcool.com, (consulté le ).
  473. (en) « Digimon Adventure 02 Movie Sets Release Date With First Trailer », sur Anime (consulté le ).
  474. (en) « MediaLink Licenses Digimon Adventure 02 The Beginning Anime Film », sur Anime News Network, (consulté le ).
  475. (en) « Dragon Ball, One Piece and Digimon Take Center Stage at New York Comic Con for Toei Animation's Fan Celebration », sur Anime News Network, (consulté le ).
  476. (es) Mariló Delgado, « 'Digimon Adventure 02: The Beginning' ya tiene fecha de estreno en España: los Niños Elegidos regresan con su nueva película, y mucho antes de lo que esperábamos », sur Espinof, (consulté le ).
  477. (de) Shiny, « Digimon Adventure 02: The Beginning: KSM Anime sichert sich Anime-Film », sur AnimeNachrichten - Aktuelle News rund um Anime, Manga und Games, (consulté le ).
  478. « Digimon Adventure 02: The Beginning », sur Box Office Mojo (consulté le )
  479. (en) « Godzilla Minus One Opens at #1, 3rd Sumikko Gurashi Film at #2 », sur Anime News Network, (consulté le )
  480. Charlène Veillon, L'Art contemporain japonais: une quête d'identité (ISBN 2296596711, lire en ligne).
  481. (en-US) dsagency, « INTRODUCING NEW SERIES DIGIMON UNIVERSE: APPMONSTERS », sur Toei Animation, .
  482. a b c d e f et g (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 103-104.
  483. (en) « Bandai Enters the Digital World With Digimon: Digital Monsters ; Company to Introduce Complete Toy Line as Master Toy Licensee for Fox Kids Digimon Animated Series. », sur digitalanimators.com, web.archive.org, (consulté le ) : « "Digimon" presents action, adventure and fun ».
  484. (en) « Digimon: Digital Monsters : Season 1 », sur Metacritic (consulté le ).
  485. (en) « Digimon: Digital Monsters (1999–2003) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  486. (en) Jim Rutenberg, « Violence Finds a Niche in Children's Cartoons », sur The New York Times, (consulté le ) : « In a recent episode of Digimon, Fox's most successful Japanese-style program, an evil character, Apocolymon, attacks the young heroes with razors. At one point, he uses a blast of energy to make their bodies disintegrate. ».
  487. a et b (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 108.
  488. (en) Jason Nimer, « Digimon: Digital Monsters - The Official Second Season (DVD) Review », sur The Gamer's Temple, (consulté le ).
  489. a b et c (en) darkdante14, « Digimon Season 1: Digital Monsters. Based on 54 of 54 EPS watched. », sur anime-planet.com (consulté le ).
  490. (en) « Digimon. A Parent's Guide to Anime. Rated: G. », sur abcb.com (consulté le ).
  491. (ja) « A new entry in the history of the 'Digimon' series is carved here! », Animedia,‎ , p. 4
  492. (en) « Saban Acquires Digimon », sur License Mag, web.archive.org, (consulté le ).
  493. (en) « Digimon Returns Via Saban », sur ICV2, (consulté le ).
  494. « Saban Brands Plans Layoffs Following Hasbro Acquisition | Los Angeles Business Journal », sur labusinessjournal.com (consulté le ).
  495. « Digimon Digital Monsters » (consulté le ).
  496. a et b « digimon_tv7 », sur animedigitalnetwork.fr (consulté le ).
  497. a et b « Digimon Ghost Game - ADN », sur animedigitalnetwork.fr (consulté le ) : « Dixième saison de la franchise Digimon et réalisée par le célèbre studio Toei Animation ».
  498. (en) Mike, « Digimon DVDs Reviews », sur webegeekspc.com, (consulté le ).
  499. (en) dalmatianlover, « Digimon Adventure. A fan's retrospective of the first and most memorable season of Digimon. », sur Retrojunk (consulté le ).
  500. (en) « Digimon Adventure 02 (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  501. a et b (en) Sam, « Madman Entertainment’s Release of Digimon: Digital Monsters 02 Collection 2 Incoming », sur otakustudy.com, (consulté le ).
  502. a b c et d (en) « Digimon, Old and New: A Review of Childhood », sur Mediaverum, (consulté le ).
  503. a b c et d (en) Neil Lumbard, « Digimon Tamers », sur DVD Talk, (consulté le ).
  504. a b c et d (en) « Digimon Tamers (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  505. a et b (en) « Toei Confirms New Digimon Series », sur Anime News Network, (consulté le ).
  506. a et b (en) « Digimon Frontier (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  507. (en) « Toei Summer Anime Fair a failure », sur Anime News Network, (consulté le ).
  508. (en) « Toei Fair was a Failure », sur Anime News Network, (consulté le ).
  509. (en) « The broadcast of the new series of Digimon starts at 9:00 a.m. on Apr. 2nd, 2006 on Fuji Television network. », sur Toei Animation, (consulté le ).
  510. (en) « Digimon Fusion (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  511. (en) « New Digital Monsters / Digimon TV Anime's Image Posted », sur Anime News Network, (consulté le ).
  512. (en) « Digimon Xros Wars: Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi Title Confirmed », sur Anime News Network, (consulté le ).
  513. (en) « Digimon Xros Wars Anime to Get 2nd Year This October », sur Anime News Network, (consulté le ).
  514. (en) « Digimon Xros Wars: Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  515. (en) GekiDan, « Xros Wars: Digimon Hunters to End Soon », sur jefusion.com, web.archive.org, (consulté le ).
  516. a et b (en) « Latest Digimon Anime Nominated for International Kids Emmy », sur Anime News Network, (consulté le ).
  517. a et b (en) « 2014 International Digital Emmy Awards Nominees », sur Emmy Kids Awards (consulté le ).
  518. a b c et d (en) « Get Digitized with More Digimon Fusion than Ever Before! », sur businesswire.com, (consulté le ).
  519. (en) « Crunchyroll to Stream Digimon Adventure tri. Anime on Friday », sur Anime News Network, (consulté le ).
  520. (en) « New Digimon Anime's Staff, Key Visual, Title Unveiled », sur Anime News Network (consulté le ).
  521. a et b « Digimon Tri et d’autres anime débarquent chez ADN en mai », sur AnimeLand, (consulté le ).
  522. (en) « Digimon Universe: Appli Monsters Announced As A New Cross-Media Project », sur Siliconera, (consulté le ).
  523. « Saison 1 - Épisode 1 Résultat de la recherche : Haru Shinkai ! Gatchmon fait son entrée », Télérama, .
  524. Crystalyn Hodgkins, « Un reboot confirmé pour l'anime Digimon », sur Anime News Network (consulté le ).
  525. « Digimon Adventure: (2020) - Regardez sur Crunchyroll », sur Crunchyroll (consulté le ).
  526. a et b (en-US) « Le nouvel anime Digimon en simulcast chez Crunchyroll et ADN », sur Anime News Network, (consulté le ).
  527. a et b leblogtvnews.com, « Plusieurs séries animées inédites dès la semaine prochaine sur J-One (à J+1 du Japon). », sur Leblogtvnews (consulté le ).
  528. (en) Rafael Antonio Pineda, « Digimon Ghost Game TV Anime Reveals Cast, Staff, October 3 Debut », sur Anime News Network, (consulté le ).
  529. a et b Mickaël Frison, « Dominique Poussier : « TF1 a préparé l’après-Dorothée dès 1994 » », sur uneidole.fr, (consulté le ).
  530. (en) Indiantelevision.com Team, « Cartoon Network to telecast Digimon Adventures », sur indiantelevision.org.in, (consulté le ).
  531. (en) BOC Editorial, « Spacetoon Kids TV launched in India », sur Business of Cinema, (consulté le ).
  532. (en) « Ten Network Holdings Limited Annual Review 2001 24 : 7 » [PDF], sur Network 10 (consulté le ) : « Cheez TV has become a must-watch for younger viewers who enjoy the team’s unique style and exciting content including Pokemon, Digimon and Dragonball Z ».
  533. (en) « Digimon Adventures return to TV », sur toyhobbyretailer.com.au, (consulté le ).
  534. a et b (en) « Fox Kids Prepares New Friday Lineup », sur Anime News Network, (consulté le ).
  535. a et b (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 106-107.
  536. (en) « Digimon on ABC Family on November », sur 1UP.com, (consulté le ).
  537. a et b (en) « Digimon Movie on Jetix and Toon Disney », sur Anime News Network, (consulté le ).
  538. (en) « Toei Animation's Digimon Data Squad to Debut This Fall on Toon Disney's Jetix Block », sur Anime News Network, (consulté le ).
  539. (en) J.D. Considine, « Big in Japan, but Made in the U.S.A. », sur The New York Times, (consulté le ).