Ouvrir le menu principal

Jeu de plates-formes

type de jeu vidéo
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plate-forme.
Vidéo de gameplay du jeu de plates-formes Dustforce.

Un jeu de plates-formes (ou platformer) est un genre de jeu vidéo, sous-genre du jeu d'action. Dans les jeux de plates-formes, le joueur contrôle un avatar qui doit sauter sur des plates-formes suspendues dans les air et éviter des obstacles. Les environnements requièrent de devoir sauter ou grimper pour pouvoir être traversés. Le joueur a un contrôle sur la hauteur et la distance des sauts. L'élément le plus commun à ce genre de jeux est de proposer un bouton ou une touche dédié au saut (ou un contrôle alternatif de type tactile par exemple). D'autres manœuvres acrobatiques peuvent venir modifier le gameplay comme l'utilisation d'un grappin ou de trampolines par exemple.

Les jeux de plates-formes sont apparus au début des années 1980, tout d'abord en 2D, intégrant souvent des systèmes d'échelles à grimper. Le genre a connu un nouvel essor dans les années 1990 avec l'apparition des premiers jeux de plates-formes en 3D. Souvent associé aux consoles, le genre se déploie sur la plupart des plates-formes de jeu.

HistoireModifier

Jeux 2DModifier

 
Capture animée du jeu Prince of Persia, typique du jeu de plate-forme en 2D avec des pièges à éviter et des ennemis à éliminer.

Les jeux de plates-formes sont apparus au début des années 1980 et se déroulaient sur un écran fixe. Space Panic d'Universal, sorti en 1980, est parfois considéré comme le premier jeu du genre[1]. Dans ce jeu, le joueur peut tomber mais ne peut pas sauter. Son gameplay basé sur des étages et des niveaux semble néanmoins avoir influencé le genre. Un autre précurseur est Crazy Climber de Nichibutsu en 1980.

Donkey Kong, jeu d'arcade créé par Nintendo et sorti en juillet 1981, est le premier jeu qui a permis au joueur de sauter par-dessus des obstacles et de franchir des précipices, ce qui en fait le premier jeu de plates-formes à proprement parler[2],[3]. Le jeu introduit le personnage de Mario qui devient une véritable icône du genre.

À partir de 1982, des jeux font s’enchaîner plusieurs écrans fixes comme Pitfall! sur Atari 2600 par exemple. D'autres jeux utilisent cette technique comme Manic Miner, Jet Set Willy, Impossible Mission ou Prince of Persia.

Parallèlement, les jeux vidéo à défilement horizontal deviennent un nouveau standard[4]. Les jeux de plates-formes s'emparent de ce système dès 1983 avec B.C.'s Quest for Tires de Sierra On-Line ou Pac-Land de Namco. En 1985 sort Super Mario Bros. de Nintendo sur NES qui devient l'archétype du jeu de plates-formes. Il se vend à plus de 40 millions d'exemplaires[5]. Sega se lance sur le segment avec les séries Alex Kidd et Wonder Boy en 1986.

Les consoles de quatrième génération apparaissent et voient la naissance d'une nouvelle génération de jeux de plates-formes. Super Mario World sur Super Nintendo se vend à plus de 20 millions d'exemplaires[6]. Sonic the Hedgehog sur Mega Drive s'écoule lui à plus de 15 millions d'exemplaires[7].

Jeux 3DModifier

Sous-genresModifier

Puzzle-platformersModifier

Vidéo de gameplay du puzzle-plaformer Fez.

Run and gunModifier

Article détaillé : Run and gun.

Jeux de plates-formes cinématiquesModifier

Jeux de plates-formes isométriquesModifier

MetroidvaniaModifier

Article détaillé : Metroidvania.

RunnersModifier

Les runners sont un sous-genre du jeu de plates-formes dans lequel le défilement de l'aire de jeu se fait automatiquement et le personnage contrôlé par le joueur court de manière continue. L'un des pionniers du genre est Canabalt sorti en 2009[8],[9]. Le genre s'adapte particulièrement aux supports disposant d'un contrôle tactile et connait un essor fulgurant sur iOS et Android notamment. On peut citer le jeu Temple Run sorti en 2011 téléchargé plus d'1 milliard de fois[10].

Notes et référencesModifier

  1. Chris Crawford, Chris Crawford on Game Design, New Riders, (ISBN 0-88134-117-7)
  2. (en) « Donkey Kong », Arcade History, (consulté le 21 novembre 2006)
  3. (en) « Gaming's most important evolutions », GamesRadar, (consulté le 11 avril 2011), p. 3
  4. (en) « IGN: The Leif Ericson Awards », Retro.ign.com, (consulté le 10 janvier 2013)
  5. Mergeles, « Les 50 jeux les plus vendus de l'histoire - Super Mario Bros. », Jeuxvideo.com,
  6. (en) « The Nintendo Years: 1990 », Next-Gen.biz, (consulté le 27 juin 2007)
  7. [vidéo] (en) « Sonic the Hedgehog GameTap Retrospective Pt. 3/4 », GameTap (user gametap), (consulté le 6 février 2014)
  8. Faraday, Owen, « Temple Run 2 review », Eurogamer,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Simon Parkin, « DON’T STOP: THE GAME THAT CONQUERED SMARTPHONES », The New Yorker, (consulté le 17 décembre 2016)
  10. (en) Joshua Topolsky, « 'Temple Run' has been downloaded over 1 billion times, and most players are women », The Verge, (consulté le 4 juin 2014)

Article connexeModifier