iPhone

gamme de smartphones commercialisée par Apple

iPhone
Image illustrative de l’article IPhone
Fabricant Foxconn, Pegatron, Wistron
Gamme iPhone
Année 2007 -
Présentation
Fin de production
Fonctions
Écran
Caractéristiques
Espace de stockage Go à 1 To
Système d'exploitation IOS
Batterie Accumulateur lithium-ion
Mesures
Dimensions
Masse

L'iPhone est une gamme de smartphone créée par Apple comprenant plusieurs générations, opérant sur le Système d'exploitation mobile iOS, développé également par Apple. Steve Jobs dévoile le premier iPhone, l'IPhone 2G, le . Chaque année, la firme américaine publie de nouveaux modèles ainsi que des mises à jour du système d'exploitation. Au , plus de 2,2 milliards d'iPhone ont été vendus.

Son interface utilisateur est constituée d'un écran multi-touch. Ce dernier se connecte aux Réseau de téléphonie mobile ou Wi-Fi et les utilisateurs peuvent passer des appels, naviguer sur le web, prendre des photos, écouter de la musique, envoyer et recevoir des e-mails ainsi que des SMS. Depuis son lancement, d'autres fonctionnalités sont ajoutées, notamment des écrans plus grands, la possibilité de filmer des vidéos, l'étanchéité, la possibilité d'installer des applications via l'App Store et de nombreuses fonctions d'accessibilité. Jusqu'en 2017, ils présentaient une conception avec un bouton home sur le panneau avant qui ramenait l'utilisateur à l'écran d'accueil. Depuis, les modèles sont plus coûteux et adoptent un écran frontal presque sans cadre, avec une fonction de changement d'application activée par la reconnaissance des gestes.

Le premier modèle est qualifié de révolutionnaire pour l'industrie de la téléphonie mobile et les modèles suivants suscitent également des appréciations positives. On lui attribue la popularisation du smartphone et du format ardoise, ainsi que la création d'un vaste marché pour les applications smartphone.

Modèles

34 modèles d'iPhone ont été ou sont produits par la firme américaine[1],[2].

Actuels

Anciens


 
Comparaison des tailles allant de l'iPhone 5s à l'iPhone 12 Pro Max

Histoire

Début

Le projet de développement de l'iPhone au sein d'Apple débute en 2004, lorsque Steve Jobs, fondateur de la firme, demande à Tony Fadell, Scott Forstall, ingénieurs, et à Jonathan Ive, ingénieur concepteur, de travailler sur le très confidentiel « Project Purple »[3],[4],[5]. Tout en réunissant deux équipes d'ingénieurs dirigées par Fadell et Forstall, Jobs étudie l'utilisation d'appareils à écran tactile et de tablettes informatiques (qui se sont ensuite concrétisées avec l'iPad)[6],[7]. Des emplois sont créés pour promouvoir un appareil à écran tactile qui, comme beaucoup l'ont remarqué, présente des similitudes avec l'Apple Newton[8],[9]. Comme son prédécesseur, l'iPhone est composé d'un écran et d'un bouton. Sa conception est attribuée à Jonathan Ive[10].

Jobs est convaincu que les tablettes et les ordinateurs ne sont pas des choix judicieux pour Apple, bien qu'il reçoive de nombreuses demandes pour que la firme crée un autre ordinateur. En 2002, après le lancement de l'iPod, Jobs se rend compte que le chevauchement des téléphones portables et des lecteurs de musique oblige la société à se lancer dans le secteur de la téléphonie mobile. Après avoir vu des millions d'Américains équipés de BlackBerrys, de téléphones et de Baladeur numérique, il estime que les consommateurs préféreront un seul appareil[11]. Constant que les téléphones portables et les appareils mobiles, qui ne cessent d'accumuler des fonctionnalités, remettent en question l'iPod en tant que lecteur de musique et afin de protéger la nouvelle gamme de produits, qui représente 48 % des revenus au début de 2007, il décide de s'aventurer dans le monde du numérique[12]. Ainsi, au lieu de se concentrer sur le Newton, Jobs fait en sorte qu'Apple se concentre sur l'iPod. Il demande le développement du logiciel iTunes, qui peut synchroniser le contenu avec les appareils et est commercialisé en [13],[14].

La version bêta de l'iPhone est créée en 2004 pour tester l'appareil et ses fonctions. Cette version permet à Apple de développer les capacités du téléphone avant de lancer un produit final. Bien qu'il s'agisse techniquement du premier iPhone qui ait été créé, il n'est pas mis à la disposition du public, de sorte qu'il ne peut être considéré comme tel[15].

Le , Apple et Motorola collaborent pour développer le Motorola ROKR E1, le premier téléphone à utiliser iTunes. Jobs est insatisfait du ROKR, qui présente beaucoup de failles. Le micrologiciel du ROKR limite le stockage à seulement 100 chansons pour éviter de concurrencer l'iPod nano[16],[17]. Les achats sur ITunes Store ne peuvent pas être téléchargés directement dans le ROKR et doivent être effectués par le biais d'une synchronisation PC[11]. Apple décide de développer son propre téléphone, qui intègre les fonctions musicales de l'iPod[18].

Le , le premier iPhone est commercialisé[19],[20].

Présentation

Le , Steve Jobs dévoile le premier iPhone à la convention Macworld, ce qui suscite une grande attention de la part des médias[21]. Le , la firme américaine annonce, lors de la WWDC, que l'iPhone prend en charge des applications tierces utilisant le moteur de recherche Safari. Les développeurs peuvent créer des applications Web 2.0 qui ressemblent aux applications intégrées dans le smartphone et qui se présentent de la même manière. Les utilisateurs peuvent y accéder via internet[22]. De nombreuses applications sont apparues avant même la sortie du téléphone ; la première d'entre elles, appelée OneTrip, est un programme destiné à conserver les listes d'achats des utilisateurs[23].

Les événements de présentation se déroulent au Steve Jobs Theater au sein même de l'Apple Park à Cupertino en Californie[24] sauf pour l'iPhone 5 dont la présentation s'est faite au Yerba Buena Center for the Arts à San Francisco[25],[26] tandis que pour l'iPhone 6S et l'iPhone 7 les présentations s'effectuent au Bill Graham Civic Auditorium à San Francisco[27].

Composition

Écran

L'écran des premières générations d'iPhone sont dotés d'un écran tactile LCD rétro-éclairé par LED, mesurant 3,5 pouces tandis que les dernières générations actuelles, évoluent vers un écran plutôt OLED, dont les mesures varient entre 4,7 pouces et 6,7 pouces[28],[29].

Les fonctions tactiles et gestuelles sont basées sur une technologie développée à l'origine par FingerWorks. La plupart des gants et des stylets empêchent la conductivité électrique nécessaire, bien que certains stylets puissent être utilisés. Les écrans depuis la sortie de l'iPhone 3GS sont dotés d'un revêtement oléophobe résistant aux traces de doigts[30],[31].

L'interface utilisateur matérielle est minimale, la plupart des modèles comportent cinq boutons. Le seul bouton de menu physique est situé directement sous l'écran et est appelé bouton d'accueil car sa fonction principale est de fermer l'application active et de naviguer vers l'écran d'accueil de l'interface. Les modèles antérieurs comprennent un carré arrondi, rappelant la forme des icônes de l'écran d'accueil, cependant, les nouveaux modèles incluent la fonction de reconnaissance d'empreintes digitales Touch ID d'Apple, utilisant le bouton d'accueil comme capteur d'empreintes digitales. L'iPhone X et les modèles ultérieurs, à l'exception de l'iPhone SE2, ne disposent pas d'un bouton d'accueil mais de Face ID, une méthode d'authentification par reconnaissance faciale[32].

Audio

Au bas d'un iPhone, on trouve un haut-parleur à gauche du connecteur et un microphone à droite. Il y a un haut-parleur supplémentaire au-dessus de l'écran qui sert d'écouteur pendant les appels téléphoniques. L'iPhone 4 comprend un microphone supplémentaire en haut de l'appareil pour la réduction du bruit, et change l'emplacement du microphone et du haut-parleur sur la base de l'appareil[33].

La prise jack pour les écouteurs est située dans le coin supérieur gauche de l'appareil pour les cinq premières générations, puis elle est déplacée dans le coin inférieur gauche[34]. La prise de la première génération est encastrée dans le boîtier, ce qui la rend incompatible avec la plupart des écouteurs sans l'utilisation d'un adaptateur ; les générations suivantes règlent ce problème en utilisant une prise encastrée[35]. Depuis l'iPhone 7, la prise est supprimée et les écouteurs à fils sont remplacés par des airpods utilisant uniquement la technologie du bluetooth[36],[37].

Les écouteurs possède un bouton multifonctionnel près du microphone qui permet de lire ou de mettre en pause la musique, de sauter des pistes et de répondre ou de mettre fin à des appels téléphoniques sans toucher l'iPhone[38].

Batterie

Les téléphones utilisent uniquement des batteries lithium installées de façon permanente et non remplaçables[39]. Les smartphones intègrent des batteries rechargeables entre 1 400 mAh et 1 500 mAh, mais depuis l'iPhone 6 (environ 1 810 mAh) et l'iPhone 6 Plus (2 915 mAh), les capacités ont fortement augmenté. Il est recommandé d'utiliser la batterie qu'à des températures comprises entre 0 °C et 35 °C et de ne la stocker qu'entre −20 °C et 45 °C ; toutefois, la température de fonctionnement optimale se situe entre 16 °C et 22 °C[40].

La firme américaine effectue des tests sur des unités de préproduction pour déterminer l'autonomie de la batterie. Le site web indique que « l'autonomie de la batterie est conçue pour conserver jusqu'à 80 % de sa capacité initiale après 500 cycles de charge complets »[41]. L'autonomie des premiers modèles est critiquée par plusieurs journalistes spécialisés dans la technologie, qui la juge insuffisante et inférieure aux affirmations de la firme[42]. C'est ce qui ressort également d'une enquête de satisfaction des clients réalisée par J. D. Power and Associates, qui attribue à l'aspect batterie de l'iPhone 3G la note la plus basse, soit deux étoiles sur cinq[43].

Si la batterie présente un dysfonctionnement, le téléphone peut être retourné et remplacé gratuitement à la firme, tout en restant sous garantie. La garantie dure un an à compter de l'achat et peut être étendue à deux ans grâce au service AppleCare. Le service de remplacement de la batterie et son prix ne sont connus des acheteurs que le jour du lancement du produit ; il est similaire à la manière dont Apple (et des tiers) remplace les batteries des iPods[44]. La Fondation pour les droits des contribuables et des consommateurs, un groupe de défense des consommateurs, a envoyé une plainte à la firme et AT&T concernant les frais que les consommateurs doivent payer pour faire remplacer la batterie[45].

Logiciels

Le système d'exploitation utilisé s'appelle iOS (anciennement « iPhone OS »)[46]. L'iPhone est livré avec un ensemble d'applications groupées et développées par Apple, et le téléchargement des applications tierces se fait via l'App Store[47],[48].

Les mises à jour du système d'exploitation sont gratuites et s'effectuent, soit avec le Réseau sans fil, soit via iTunes[49]. Les mises à jour majeures accompagnent les nouveaux modèles[50].

Carte Sim

Tous les smartphones utilisent une carte SIM pour s'identifier au réseau GSM. Elle est insérée sur un plateau, dans une fente située sur le dessus de l'appareil. La carte SIM peut être éjectée à l'aide d'un trombone ou de l'outil d'éjection fourni avec le téléphone[51].

Indicateurs de contact liquide

Les indicateurs de l'iPhone sont plus exposés que ceux de certains téléphones mobiles d'autres fabricants, qui les placent dans un endroit protégé, par exemple sous la batterie, derrière la coque. Ces indicateurs peuvent être déclenchés lors d'une utilisation courante, par la sueur de l'utilisateur, la vapeur d'eau dans une salle de bain et d'autres légères humidités environnementales[52]. Les critiques conduisent la firme à modifier sa politique en matière de contact avec les liquides pour ses produits[53].

Éléments inclus

Tous les modèles sont accompagnés d'une documentation écrite et d'un câble avec connecteurs Lightening et USB. Jusqu'à l'iPhone 3GS, les accessoires livrés sont un chiffon de nettoyage, des écouteurs avec microphone et un socle en plastique permettant de maintenir l'appareil en position verticale pendant la charge et la synchronisation. Un outil d'éjection de la carte SIM est également fourni[54].

En , lors de l'annonce de l'iPhone 12, Apple annonce retirer l'adaptateur secteur et les écouteurs de l'emballage de l'iPhone sauf en France[55]. Ce n'est qu'au que les écouteurs sont retirés de leur emballage en France[56],[57].

Apple Pay

En septembre 2014, lors du lancement de l'iPhone 6, la firme américaine annonce Apple Pay, un système de paiement mobile. Cette fonctionnalité, vise à révolutionner la façon dont les utilisateurs paient, en utilisant une puce NFC, la fonctionnalité Touch ID et/ou Face ID (sur les iPhone X et ultérieurs), l'application Wallet d'Apple et une puce Secure Element afin de crypter les informations de paiement[58].

Programme iPhone Upgrade

Le Programme iPhone Upgrade est un système étalé sur 24 mois, conçu pour permettre aux consommateurs d'obtenir le dernier iPhone chaque année, sans avoir à payer le prix total au départ. Le programme consiste en des paiements mensuels réduits, dans le cadre desquels les consommateurs paieront progressivement le smartphone qu'ils possèdent sur une période de 24 mois, avec la possibilité de passer au nouvel iPhone après 12 mois de paiement. Une fois ces mois écoulés, les consommateurs peuvent échanger leur smartphone de la firme actuel contre un nouveau, et les paiements sont transférés de l'ancien appareil vers le nouveau[59]. Parmi les autres caractéristiques du programme, citons les appareils débloqués, ce qui signifie que les consommateurs sont libres de choisir l'opérateur réseau qu'ils souhaitent, et la protection AppleCare+ pendant deux ans, qui comprend les réparations matérielles, l'assistance logicielle et la couverture de deux incidents maximum de dommages accidentels[60].

Production

Jusqu'à l'iPhone 4, tous les modèles sont fabriqués exclusivement par Foxconn, basée à Taïwan[61]. En 2011, lorsque Tim Cook prend le poste de PDG, la firme américaine modifie sa stratégie, augmentant pour la première fois le nombre de ses partenaires fournisseurs[62]. L'iPhone 4s est le premier modèle à être fabriqué simultanément par deux entreprises indépendantes : Foxconn et Pegatron, toutes deux basées à Taïwan[63],[64].

Bien que Foxconn soit toujours responsable de la plus grande part de la production, les commandes de Pegatron sont lentement augmentées, l'entreprise étant chargée de produire une partie de la gamme IPhone 5c en 2013, et 30 % des appareils iPhone 6 en 2014. Le modèle 6 Plus est produit uniquement par Foxconn[65].

En 2019, des rapports indiquent que certains des dirigeants de Foxconn utilisent des pièces non conformes pour construire les smartphones, et qu'Apple étudie le problème[66]. En Inde, la société Wistron, un fabricant taïwanais possède une usine près de Bangalore, pour assembler les smartphones qu'il vend dans la région[67].

Ventes

Apple affirme avoir vendu 1 million d'iPhone, 74 jours après la commercialisation de l'IPhone 2G en 2007[68],[69]. La société américaine atteint une part de marché mondiale de 1,1 % pour ses téléphones mobiles en 2008 ; sur le marché des smartphones, elle détient une part de 8,2 %[70],[71]. Les ventes du quatrième trimestre 2008 dépassent temporairement celles du BlackBerry de Research In Motion, avec 5,2 millions d'unités, ce qui fait brièvement d'Apple le troisième fabricant de téléphones mobiles en termes de revenus, après Nokia et Samsung (une partie de ces revenus est toutefois différée)[72]. Les chiffres baissent au cours des premiers trimestres de 2009 jusqu'à ce que le quatrième trimestre dépasse les ventes de l'année précédente[73]. Les ventes enregistrées augmentent régulièrement, et à la fin de l'année 2010, un total de 73,5 millions d'iPhones sont vendus[74]. En 2010, l'iPhone détient une part de marché d'à peine 4 % du total des téléphones portables, mais la firme engrange plus de 50 % du bénéfice total généré par les ventes mondiales de smartphones[75]. 14,1 millions d'iPhones sont vendus au troisième trimestre 2010, ce qui représente une croissance unitaire de 91 % par rapport au trimestre précédent, bien supérieure aux estimations qui prévoient une croissance de 64 % pour le marché mondial des smartphones au cours du dernier trimestre de l'année[74]. Les ventes d'Apple dépassent celles du Blackberry qui vend 12,1 millions d'unités au cours de son trimestre le plus récent, qui s'est terminé en [76].

Lors de la commercialisation de l'iPhone 5, la société réalise une vente de 5 millions de smartphones[77].

En 2016, la firme américaine vend plus d'1 milliard d'iPhone depuis 2007 tandis qu'en 2021, l'iPhone 12 est le smartphone qui s'est vendu à plus de 100 million d'exemplaires, sept mois après sa commercialisation[78],[79].

Critiques et controverses

Marque déposée

Au Mexique, la marque iFone est déposée en 2003 par une société de systèmes et de services de communication[80]. Apple tente de prendre le contrôle de sa marque, mais un tribunal mexicain rejette sa demande. L'affaire commence en 2009, lorsque l'entreprise mexicaine attaque la firme américaine en justice. La Cour suprême du Mexique confirme que iFone est le propriétaire légitime et estime que le nom iPhone constitue une violation de la marque mexicaine[81].

Au Brésil, la marque « IPHONE » est enregistrée en 2000 par la société Gradiente Eletrônica S.A. Selon le dépôt, Gradiente prévoit, à l'époque, la révolution de la convergence de la voix et des données sur Internet[82]. La bataille finale pour le nom de la marque s'est terminée en 2008. Le , la marque brésilienne lance sa propre gamme de smartphones Android sous le nom de marque dont elle a l'exclusivité sur le marché local[82]. En , l'Office brésilien des brevets et des marques rend une décision selon laquelle Gradiente Eletrônica est propriétaire de la marque au Brésil car le terme est enregistré en 2000, soit sept ans avant la sortie du premier iPhone d'Apple[83]. En , Apple obtient le droit d'utiliser la marque au Brésil. La décision du tribunal détermine que l'enregistrement ne possède pas de droits exclusifs sur la marque. Bien que la marque brésilienne ait eu l'intention de faire appel, avec la décision, Apple peut utiliser librement la marque sans payer de redevances à la société brésilienne[84].

Limitations

Apple contrôle strictement certains aspects de l'iPhone. L'émergence de ces appareils rend l'informatique plus restreinte que les premières versions de Microsoft Windows[85]. La communauté de pirates informatiques trouve de nombreuses solutions de contournement, dont la plupart ne sont pas autorisées par la firme américaine et rendent difficile, voire impossible, l'obtention d'un service de garantie[86]. Toutefois, aux États-Unis, Apple ne peut pas annuler les garanties à moins de pouvoir démontrer que le problème ou la défaillance d'un composant est lié à l'installation ou à la mise en place d'un article après-vente tel que des applications non autorisées, d'après la loi de garantie Magnuson-Moss de 1975 de la Federal Trade Commission[87].

Écologie, toxicité et danger

Selon Greenpeace en 2007[88],[89], l'iPhone serait un téléphone « toxique ». L'association écologiste a soumis l'iPhone à un laboratoire d'analyses indépendant. Il en ressort que le produit de la firme américaine intégrait un certain nombre de produits toxiques, notamment du PVC, contenu dans les câbles de l'appareil pour les modèles EDGE et 3G, ainsi que de l'arsenic, contenu dans les vitres d'écran. Le téléphone d'Apple recelait des substances et des matériaux nocifs pour l'environnement. Un résultat décevant étant donné que Steve Jobs avait annoncé vouloir faire de son entreprise « une pomme plus verte ». Depuis lors, la société a longuement étudié le phénomène, et propose désormais depuis l'iPhone 4 : combiné sans PVC, écouteurs sans PVC, câble USB sans PVC, plaquettes de circuits imprimés sans brome, écran LCD sans mercure, verre sans arsenic.

Depuis la sortie de l'iPhone, divers dysfonctionnements se sont produits suivant le modèle de l'iPhone : les iPhone 3G et 3GS sont la cible de prétendues explosions « inexpliquées » lors d'une utilisation normale de l'appareil[90] (problème fortement sujet à caution[91]). La cause principale était une chute préalable, couplée à un iPhone que l'on utilisait posé sur une couverture, empêchant une bonne répartition de la chaleur. Les microfissures causées par la chute préalable ont fait gonfler certains écrans, pour les faire éclater.

L'iPhone a été critiqué comme faisant l'objet d'une obsolescence programmée, une politique délibérée ayant pour objectif de réduire sa durée de vie[92],[93], notamment à travers l'imposition de mises à jour du système d'exploitation iOS, qui devient progressivement trop lourd pour les appareils anciens[94]. Toutefois, le nombre de mise à jour pour un iPhone peut monter jusqu’à 6 ans avec l’iPhone 5s et 5 ans pour les modèles iPhone 6.

Antenne

Peu après que l'iPhone 4 a été lancé, plusieurs consommateurs ont rapporté que la puissance de l'appareil était fortement diminuée si l'appareil était tenu par le coin gauche inférieur[95]. Apple a publié un communiqué qui affirme que les utilisateurs ne « doivent pas tenir [le téléphone] par le coin gauche inférieur »[trad 1] lorsqu'ils font ou reçoivent un appel téléphonique[96].

Le tout accrédite dans l'esprit du grand public l'idée que ce modèle a une réception de moins bonne qualité que ses prédécesseurs, poussant la marque à réagir, devant un marché de l'occasion en pleine expansion.

Le , plusieurs clients d'Apple et AT&T signifient leur intention de les poursuivre pour ce « défaut ». Un bureau d'avocats californiens met en ligne un site pour faciliter leur recrutement visant à entamer une telle poursuite[97],[98]. Plus tard la même journée, Apple émet un communiqué affirmant que ses ingénieurs ont découvert la cause de la « chute dramatique dans les barres[trad 2] »[99] : la formule utilisée pour calculer le nombre de barres à afficher était « fautive ». La société promet de corriger ce problème et publie une mise à jour logicielle quelques semaines plus tard. Cette « erreur » est présente depuis le lancement du premier iPhone[99],[100]. Cet « antennagate »[note 1] entraîne le départ de Mark Papermaster (senior vice president of Devices Hardware Engineering), débauché un an auparavant d'IBM[101].

Consumer Reports rejette les affirmations d'Apple après avoir conduit des expériences en milieu contrôlé et comparé les résultats avec ceux d'iPhone des générations précédentes. Le magazine recommande aux consommateurs qui « veulent un iPhone qui fonctionne bien sans appliquer un correctif temporaire[trad 3] » d'acheter plutôt un iPhone 3GS[102]. Le magazine rapporte également qu'un « Bumper » (coque plastique qui entoure le téléphone) vendu par Apple, lequel empêche un contact direct avec l'antenne, corrige le problème[103]. CNN a rapporté que le fait de coller un bout de ruban adhésif suffit à corriger ce problème[104]. Le , Apple annonce qu'elle remettrait gratuitement un étui à tous les propriétaires d'iPhone 4 et qu'elle rembourserait tout propriétaire ayant acquis un Bumper d'Apple. Consumer Reports affirme que la solution proposée est un pas dans la bonne direction, mais n'est pas permanente[105]. Cependant, Steve Jobs n'ayant publié aucune échéance pour mettre fin au problème et l'offre relative aux étuis et aux cadres métalliques étant temporaire (), PC World retire le produit de sa liste des dix meilleurs téléphones cellulaires[106].

Les problèmes relatifs à l'antenne sont surtout détectés aux États-Unis et au Royaume-Uni. À Hong Kong et à Singapour, pratiquement personne n'a signalé un tel problème[107]. Malgré une couverture médiatique souvent négative relativement à l'antenne, 72 % des utilisateurs de l'iPhone 4 seraient très satisfaits et 21 % assez satisfaits[108].

Propriété intellectuelle

En 2016, les autorités chinoises accusent Apple d'avoir violé la propriété intellectuelle de l'entreprise chinoise Shenzhen Baili dans la conception de l'iPhone 6 et 6s en copiant des éléments de design de leur modèle 100C. À la suite de ces accusations, l'autorité de régulation de la propriété intellectuelle de Pékin demande que la vente de ces modèles d'iPhone soit interdite en Chine[109].

Sécurité et vie privée

 
Fiche du produit « DROPOUTJEEP » permettant l'espionnage des iPhone, extraite du catalogue d'une unité de la National Security Agency (NSA) en 2008, révélé par le journal Allemand Der Spiegel le 29 décembre 2013.

Il s'est avéré, dans le cadre des divulgations de surveillance de masse de 2013, que les agences de renseignement américaines et britanniques, la National Security Agency (NSA) et le Government Communications Headquarters (GCHQ) ont accès aux données des utilisateurs d'iPhone, BlackBerry et téléphones Android, respectivement. Ils peuvent lire presque toutes les informations des smartphones, y compris les SMS, la localisation, les e-mails et les notes[110],[111]. Selon un article du The New York Times, Apple met au point une nouvelle méthode de cryptage pour iOS 8, décrite comme « si profonde qu'Apple ne pourrait plus se conformer aux mandats gouvernementaux demandant l'extraction d'informations sur les clients à partir des appareils »[112]. Tout au long de l'année 2015, les procureurs américains plaide en faveur de la possibilité pour le gouvernement américain de contraindre le décryptage du contenu des iPhone[113],[114]. Après la fusillade de San Bernardino en 2015, le FBI récupère un iPhone 5c qui est remis à l'un des tireurs par son employeur, ainsi que des sauvegardes iCloud de ce téléphone datant d'un mois et demi avant la fusillade[115]. (Les tireurs ont détruit leurs téléphones personnels.) Le gouvernement américain tente d'obtenir une ordonnance du tribunal en vertu de l'All Writs Act obligeant Apple à produire un fichier IPSW qui permet aux enquêteurs de forcer le code de l'appareil par force brute. Tim Cook répond sur le site web de la société en expliquant la nécessité du cryptage et en affirmant que si elle produit une porte dérobée pour un appareil, elle sera inévitablement utilisée pour compromettre la vie privée d'autres utilisateurs d'iPhone[116]. Le , Apple communique aux journalistes que le mot de passe de l'Apple ID du téléphone est modifié moins d'un jour après que le gouvernement l'ait obtenu, ce qui empêche la société de produire une solution de contournement qui ne viserait que les anciens appareils[117].

En 2015, l'Electronic Frontier Foundation décerne à la firme américaine la note de cinq étoiles sur cinq, « félicitant Apple pour sa position ferme concernant les droits des utilisateurs, la transparence et la protection de la vie privée »[118].

Fin 2015, la politique de confidentialité de la société aborde les demandes d'accès aux données des clients par les agences gouvernementales : « Apple n'a jamais travaillé avec une agence gouvernementale d'un quelconque pays pour créer une porte dérobée dans l'un de nos produits ou services. Nous n'avons jamais autorisé un gouvernement à accéder à nos serveurs. Et nous ne le ferons jamais »[119].

Jailbreak

Le système d'exploitation de l'iPhone est conçu pour n'exécuter que des logiciels possédant une signature cryptographique approuvée par Apple[120]. Cette restriction peut être contournée en débridant le téléphone, ce qui implique de remplacer le microprogramme du smartphone par une version légèrement modifiée qui n'applique pas la vérification de la signature. Cette opération peut constituer un contournement des mesures de protection techniques[121]. Dans une déclaration faite au United States Copyright Office en réponse aux pressions exercées par l'Electronic Frontier Foundation (EFF), la société américaine avoue que le débridage de l'iPhone constitue une violation du droit d'auteur en raison de la modification nécessaire du logiciel système[122]. Toutefois, en 2010, le jailbreak est officiellement légal aux États-Unis par le DMCA[123]. Ces smartphones peuvent être sensibles aux virus informatiques, mais peu d'incidents de ce type sont rapportés[124].

En 2007, 2010 et 2011, des développeurs publient une série d'outils appelés JailbreakMe qui utilisent des failles de sécurité dans le moteur de recherche Safari pour jailbreak l'appareil (ce qui permet aux utilisateurs d'installer tout logiciel compatible sur l'appareil sans passer par l'App Store)[125]. Chacun de ces exploits est rapidement corrigé par les mises à jour iOS. Théoriquement, ces failles peuvent être utilisées à des fins malveillantes[126].

En , Apple publie la version iOS 4.3.5 pour corriger une faille de sécurité dans la validation des certificats[127].

Après la sortie de l'iPhone 5s, un groupe de hackers allemands appelé Chaos Computer Club annonce le avoir contourné le nouveau capteur d'empreintes digitales Touch ID en utilisant des « moyens simples de tous les jours ». Le groupe explique que le système de sécurité est mis en échec en photographiant une empreinte digitale depuis une surface en verre et en utilisant cette image capturée comme vérification. Le porte-parole du groupe déclare : « Nous espérons que cela met enfin fin aux illusions que les gens se font sur la biométrie des empreintes digitales. Il est tout simplement stupide d'utiliser comme jeton de sécurité quelque chose que l'on ne peut pas changer et que l'on laisse partout tous les jours »[128],[129].

Notes et références

Citations originales

  1. (en) « avoid gripping [the phone] in the lower left corner »
  2. (en) « dramatic drop in bars »
  3. (en) « want an iPhone that works well without a masking-tape fix »

Notes

  1. Aux États-Unis, depuis le scandale du Watergate, plusieurs scandales d'importance sont désignés par un nom se terminant par « gate » : Monicagate ou Irangate.

Références

  1. (en) « Top 15 facts about the iPhone and Apple – see all 33 iPhone models ever made », (consulté le ).
  2. (en) « Ranked: Every iPhone in order of greatness », (consulté le ).
  3. (en-US) Malcolm Gladwell, « The Real Genius of Steve Jobs », sur The New Yorker (consulté le ).
  4. (en) Brian Merchant, « The secret origin story of the iPhone », sur The Verge, (consulté le ).
  5. « 4 Real Secrets We've Learned So Far About Apple », sur web.archive.org, (consulté le ).
  6. (en) « Live from Macworld 2007: Steve Jobs keynote », sur Engadget (consulté le ).
  7. (en-US) Lev Grossman, « The Apple Of Your Ear », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) « Newton launched August 2, 1993 setting the stage for what would become the iPad and iPhone », sur AppleInsider (consulté le ).
  9. (en-US) « Apple Newton Announced », sur This Day in Tech History, (consulté le ).
  10. « New York Daily News - Business - Private iCreator is genius behind Apple's polish », sur web.archive.org, (consulté le ).
  11. a et b (en) Fred Vogelstein, « The Untold Story: How the iPhone Blew Up the Wireless Industry », sur www.wired.com, (consulté le ).
  12. (en) Apple, « Apple Inc.Q2 2007 Unaudited Summary Data », Apple,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  13. (en-US) Walter S. MossbergStaff Reporter of The Wall Street Journal, « The Music Man », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le ).
  14. « Interview With Steve Jobs   », sur bgbg.blogspot.com (consulté le ).
  15. (en-US) « iPhone History: Every Generation in Timeline Order 2007-2021 », (consulté le )
  16. Muriel Drouineau, « Test Motorola ROKR E1 », sur cnet.fr, (consulté le ).
  17. (en) « It's official: ROKR E1 iTunes phone can only store max. 100 tracks », sur Engadget (consulté le ).
  18. (en) « The story of the original iPhone, that nobody thought was possible », sur AppleInsider (consulté le )
  19. « Apple réinvente le téléphone avec iPhone », sur Apple Newsroom (consulté le )
  20. (en-US) « iPhone Premieres This Friday Night at Apple Retail Stores », sur Apple Newsroom (consulté le )
  21. « Ryerson Review of Journalism », sur web.archive.org, (consulté le ).
  22. (en-US) « iPhone to Support Third-Party Web 2.0 Applications », sur Apple Newsroom (consulté le ).
  23. (en-US) « One Trip - 1st iPhone 3rd Party App is Online...and it's pretty darn cool... », sur Apple Gazette, (consulté le ).
  24. Condé Nast, « Ce qu'il faut savoir sur Apple Park, le nouveau siège futuriste d'Apple », sur Vogue France, (consulté le ).
  25. « Apple présente l'iPhone 4S, plus puissant et doté de commandes vocales », sur France 24, (consulté le )
  26. Par Jérôme Durel, « iPhone 5 : Apple plante le décor », sur CNET France, (consulté le ).
  27. « Revivez la keynote d'Apple 2016 et la présentation de l'iPhone 7 et 7 Plus »  , sur https://www.huffingtonpost.fr/, (consulté le ).
  28. « iPhone 6 - Caractéristiques techniques (FR) », sur support.apple.com (consulté le ).
  29. « iPhone 13 Pro et iPhone 13 Pro Max - Caractéristiques », sur Apple (France) (consulté le ).
  30. « iPhone 11 - Caractéristiques », sur Apple (France) (consulté le ).
  31. « iPhone 3GS - Caractéristiques techniques (FR) », sur support.apple.com (consulté le ).
  32. (en) « iPhone X: new Apple smartphone dumps home button for all-screen design », sur the Guardian, (consulté le ).
  33. (en-US) « Where Are Your iPhone's Microphones Located? All Models Explained », sur macReports, (consulté le ).
  34. (en) « Use Apple headphones with your iPhone, iPad, and iPod », sur Apple Support (consulté le )
  35. (en) Kent German, « Apple iPhone review: Apple iPhone », sur CNET (consulté le )
  36. (en) Antony Leather, « 4 Ways To Deal With The iPhone 7's Missing Headphone Jack », sur Forbes (consulté le ).
  37. (en) Jacob Kastrenakes, « The iPhone 7 has no headphone jack », sur The Verge, (consulté le ).
  38. (en-US) « Review: iPhone headsets », sur Macworld (consulté le )
  39. « Batteries », sur Apple (France) (consulté le ).
  40. « Comment éviter la surchauffe de votre iPhone ? », sur www.techadvisor.fr (consulté le ).
  41. (en-US) « Batteries - Service and Recycling », sur Apple (consulté le ).
  42. (en) Staci D. Kramer, « First iPhone 3G Reviews: Mossberg: Battery 'Significant Problem'; Pogue: Limited 3G, Good Audio », sur https://www.washingtonpost.com, (consulté le ).
  43. (en) « Press Room », sur J.D. Power (consulté le ).
  44. (en) MAY WONG, « Apple Issues Battery Program for IPhone », sur https://www.washingtonpost.com/, (consulté le ).
  45. (en-US) Ellen Lee, « Will a cheaper iPhone click before Christmas? », sur SFGATE, (consulté le )
  46. (en-US) « iPhone OS 4 renamed iOS 4, launching June 21 with 1500 new features », sur Engadget (consulté le ).
  47. (en) Dan Frommer, « Here's how to remove Apple's built-in system apps in iOS 10 », sur Vox, (consulté le ).
  48. (en-US) « Apple announces App Store for iPhone, iPod touch », sur Engadget (consulté le ).
  49. (en-US) « iOS 9 Available as a Free Update for iPhone, iPad & iPod touch Users September 16 », sur Apple Newsroom (consulté le ).
  50. (en-US) Benjamin Mayo, « Apple releases iOS 11 for iPhone and iPad, here’s everything new », sur 9to5Mac, (consulté le ).
  51. (en-US) « iPhone 3G's New SIM Ejector Tool Makes It Instant Must-Buy », sur Gizmodo (consulté le )
  52. « Moisture, cold irritate some smart phone users - CNN.com », sur edition.cnn.com (consulté le )
  53. (en-US) Zach Epstein, « Apple amends internal iPod water damage policy », sur BGR, (consulté le ).
  54. « iPhone 3GS - Caractéristiques techniques (FR) », sur support.apple.com (consulté le ).
  55. « Pourquoi Apple ne peut pas vendre un iPhone sans écouteurs en France », sur Numerama, (consulté le ).
  56. « Consommation. Pourquoi les écouteurs disparaissent des boîtes des nouveaux smartphones », sur www.leprogres.fr (consulté le ).
  57. « Les iPhone sont vendus sans écouteurs à partir de ce mardi 1er février », sur https://www.ouest-france.fr/, (consulté le ).
  58. (en) Adrianne Jeffries, « Apple Pay allows you to pay at the counter with your iPhone 6 », sur The Verge, (consulté le ).
  59. (en) Matt Elliott, « Apple iPhone upgrade program: Here's how it works », sur CNET (consulté le ).
  60. (en-US) Lauren Lyons Cole, Rebecca Aydin, « Apple's iPhone 11 starts at $699 — and there's a smarter way to buy it », sur Business Insider (consulté le ).
  61. (en-US) David Barboza, « How China Built ‘iPhone City’ With Billions in Perks for Apple’s Partner », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  62. « Why Tim Cook is a better Apple CEO than Steve Jobs »  , sur www.wired.co.uk, (consulté le ).
  63. « Pegatron : un contrepoids à Foxconn pour la production des terminaux iOS ? », sur iGeneration (consulté le ).
  64. 01net, « Foxconn et Pegatron, deux géants pour fabriquer les deux iPhone 6 », sur 01net (consulté le ).
  65. Dave Smith, « Apple’s Controversial Supplier Pegatron Will Reportedly Control Half Of The iPhone 6 Orders », sur Business Insider (consulté le ).
  66. (en-US) Ben Lovejoy, « iPhones made from rejected parts scam nets $43M », sur 9to5Mac, (consulté le ).
  67. « Arrests as Indian workers ransack iPhone plant over wages »  , sur https://www.bbc.com, (consulté le ).
  68. (en) Jon Skillings, « Apple: 1 million iPhones sold », sur CNET (consulté le ).
  69. (en-US) « Apple Sells One Millionth iPhone », sur Apple Newsroom (consulté le ).
  70. (en-US) Chris Foresman, « iPhone passes 1 percent goal for 2008, looking good for 2009 », sur Ars Technica, (consulté le ).
  71. (en) « Gartner: iPhone Sales Double in 2009 as Apple Claims Third Place in Smartphone Sales », sur MacRumors (consulté le ).
  72. (en) « Apple iPhone 3G sales surpass RIM's Blackberry », sur AppleInsider (consulté le ).
  73. (en-US) « Apple reports fiscal Q4 earnings: $1.67b profit, Mac sales way up, iPod sales down, 'great new products' for 2010 », sur Engadget (consulté le ).
  74. a et b (en-US) « Apple sold 14.1 million iPhones last quarter, over 70 million since launch », sur TechCrunch (consulté le ).
  75. (en) « Blazing platforms », sur https://www.economist.com/, (consulté le ).
  76. (en-US) « Apple Q4: $20B Revenue, $4B Profits, 3.89M Macs, 14.1M iPhones, 4.19M iPads — All New Records », sur TechCrunch (consulté le ).
  77. (en) « Apple sells over 5 million of its iPhone 5 on first weekend », sur NBC News (consulté le ).
  78. « Plus de 100 millions d’iPhone 12 ont été vendus dans le monde en sept mois », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  79. « Apple a vendu plus d'un milliard d'iPhone depuis 2007 », sur CNET France (consulté le ).
  80. (en) AppAdvice Staff Author, « Apple Losing The Battle Over The iPhone Brand Name In Mexico », sur AppAdvice, (consulté le ).
  81. (en) Newton Media, « Mexican Supreme Court upholds iFone ruling », sur World IP Review (consulté le ).
  82. a et b (en) « STXNEWS LATAM-Brazil's IGB says registered brand 'IPHONE' in Brazil-filing », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  83. (en) « Apple is Fighting Back in Brazilian Courts to Get its iPhone Trademark », sur The National Law Review (consulté le ).
  84. « Apple volta a vencer Gradiente em ação pela marca iPhone », sur web.archive.org, (consulté le ).
  85. (en) Brian Braiker, « Zittrain: Is Apple's iPhone Killing the Internet? », sur Newsweek, (consulté le ).
  86. (en-US) « iPhone hackers look to an uncertain future », sur Macworld (consulté le ).
  87. (en) « Companies Can’t Legally Void the Warranty for Jailbreaking or Rooting Your Phone », sur www.vice.com (consulté le ).
  88. Appel en absence ! : Analyse de substances dangereuses dans un iPhone - Note technique 08/2007, Greenpeace, octobre 2007 [PDF] (voir archive)
  89. (en) « Scientific tests reveal iPhone contains hazardous chemicals and materials, says Greenpeace », sur Greenpeace, (consulté le ).
  90. Un iPhone qui explose ? Plus d'infos - iPhon.fr, 12 août 2009
  91. 10 vérités sur les "explosions" d'iPhone - Blog Technotes Le Figaro, 14 août 2009
  92. « Apple : "Non, la durée de vie des iPhone n'est pas de 3 ans !" », sur Mac4Ever, (consulté le ).
  93. « Est-ce qu’un iPhone dure 3 ans ? Explication sur ce que dit Apple », sur L'Informatique.org, (consulté le )
  94. « L'impact d'iOS 9 sur la vitesse des iPhone 4s, 5 et 5s mesuré en vidéos », (consulté le ).
  95. (en) Jason Chen, « iPhone 4 Loses Reception When Holding it By Antenna Band? », Gizmodo, (consulté le )
  96. (en) Rory Cellan-Jones, « Apple issues advice to avoid iPhone flaw », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  97. (en) Tim Hewage, « iPhone 4: Apple Is Sued After Complaints Of Reception Problems With The New Smartphone »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sky News, (consulté le )
  98. (en) Grenon, Andre, « Consumers sue Apple over iPhone antenna problems », Yahoo! News, (consulté le )
  99. a et b (en) « Statement by Apple on iPhone 4 reception issues », Apple press info, Apple Inc.,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  100. (en) Miguel Helft, « Apple Acknowledges Flaw in iPhone Signal Meter », The New York Times,
  101. « Antennagate : Mark Papermaster a quitté Apple », MacGénération, (consulté le )
  102. (en) « Lab tests: Why Consumer Reports can't recommend the iPhone 4 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Consumer Reports, (consulté le )
  103. (en) « Apple’s Bumper case alleviates the iPhone 4 signal-loss problem »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Consumer Reports, (consulté le )
  104. (en) « iPhone duct tape fix », sur CNN, (consulté le )
  105. (en) John D. Sutter, « Bumper and all, Consumer Reports still doesn't recommend iPhone 4 », CNN, (consulté le )
  106. (en) Ginny Mies, « iPhone 4: Why We’ve Reconsidered Its Rating », PC World, (consulté le )
  107. (en) Melissa Singer, « iPhone 4 fault fails to surface for Sydney fans », The Age, (consulté le )
  108. (en) Sarah Jacobsson Purewal, « Survey: Most iPhone 4 Users 'Very Satisfied' », PC World,‎ (lire en ligne)
  109. « En Chine, la vente de certains iPhone pourrait être interdite », sur RTL.fr (consulté le ).
  110. Jose Pagliery, « How the NSA can 'turn on' your cell phone remotely », sur CNNMoney, (consulté le ).
  111. (en) Connor Simpson, « The NSA Can Spy on Your Phone », sur The Atlantic, (consulté le ).
  112. (en-US) David E. Sanger et Brian X. Chen, « Signaling Post-Snowden Era, New iPhone Locks Out N.S.A. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  113. (en-US) Cat Zakrzewski, « Encrypted Smartphones Challenge Investigators », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le ).
  114. (en) « Apple, Google Urged to Crack Encrypted Phones in Terror Probes », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  115. (en) « The FBI wanted to unlock the San Bernardino shooter’s iPhone. It turned to a little-known Australian firm. », sur https://www.washingtonpost.com/ (consulté le ).
  116. David Goldman, « Tim Cook says the FBI wants Apple to 'hack' your iPhone », sur CNNMoney, (consulté le ).
  117. (en-US) « Apple vs. FBI: A timeline of the iPhone encryption case », sur VentureBeat, (consulté le ).
  118. (en) « Who Has Your Back? Government Data Requests 2015 », sur Electronic Frontier Foundation (consulté le ).
  119. (en) « Apple Goes All-In on Privacy », sur threatpost.com (consulté le ).
  120. (en) Tom Krazit, « iPhone jailbreak for the masses released », sur CNET (consulté le ).
  121. (en) « Legal or Not, IPhone Hacks Might Spur Revolution », sur https://www.wired.com/, (consulté le ).
  122. (en) Tom Krazit, « Apple: iPhone jailbreaking violates our copyright », sur CNET (consulté le ).
  123. (en) « US government legalizes iPhone 'jailbreaking,' unlocking », sur AppleInsider (consulté le ).
  124. (en) « Australian admits creating first iPhone virus », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  125. (en) Ben Wilson, « One-step method for adding third-party apps to iPhone 1.1.1, iPod Touch debuts », sur CNET (consulté le ).
  126. (en-US) « Security Holes Discovered In iPhones, iPads », sur www.cbsnews.com (consulté le ).
  127. (en-US) « Apple releases iOS 4.3.5 to fix certificate validation », sur Macworld (consulté le ).
  128. (en) Steven Musil, « Hackers claim to have defeated Apple's Touch ID print sensor », sur CNET (consulté le ).
  129. « Chaos Computer Club breaks Apple TouchID », sur www.ccc.de (consulté le ).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Bob Weil, Nicki Fitz-Gerald, The Art of iPhone Photography. Creating Great Photos and Art on Your iPhone, Rocky Nook, 2013, (ISBN 978-1937538187).

Articles connexes

  • iPhone Dev Team, un groupe de hackers de la communauté iOS qui ont développé plusieurs outils permettant l'utilisation d'applications non autorisées par Apple inc. sur l'iPhone, l'iPod touch et l'iPad, ainsi que l'utilisation de l'iPhone sur des réseaux GSM non contractés par Apple
  • Jailbreak d'iOS
  • Gestionnaire d'iPod
  • iTunes
  • Sciphone
Produits utilisant la même architecture

Liens externes