Ouvrir le menu principal

Une figurine est une statue de petite taille ou une représentation à l'échelle d'un sujet animalier, d'un être humain, d'une divinité ou même d'un personnage de fiction (héros de bande dessinée, personnage de film...).

Colima - Group of Figurines and Architectural Model - Walters 20092033 - Group.jpg
MDM Figurine historique : Infanterie de Ligne, Période napoléonienne - 54 mm, métal.

Sommaire

Figurines archéologiquesModifier

 
Type de santon provençal traditionnel

Des figurines zoomorphes (notamment des mammouths, rhinocéros, ours, félins, chevaux) ou anthropomorphes furent façonnées dès la Préhistoire (elles sont contemporaines de l’art pariétal avec lequel elles partagent les mêmes thèmes) à des fins encore inconnues (l'hypothèse de fonction religieuse ou magique est la plus souvent mentionnée). Les matériaux d'origine animale (os, corne), le bois, la pierre puis plus tard la terre cuite furent ainsi utilisés pour la réalisation de statuettes de divinités, d'ex-voto ou de gris-gris voire, à partir du Néolithique, de jouets pour les enfants ou de bibelots de décoration dans des sociétés où désormais, la sédentarisation, l'agriculture, l'élevage et le début de l'urbanisation assurent la subsistance et créent un certain confort de vie et même une certaine aisance. Certaines sont perforées à leur extrémité, évoquant une éventuelle suspension.

En Europe, les premières figurines apparaissent au Paléolithique supérieur - ce sont les « Vénus ». C'est au Néolithique que la production sera la plus importante, en particulier dans les Balkans pour la période comprise entre -6500 et -3500 av. J.-C. parmi les communautés d'agriculteurs pratiquant l'art de la céramique[1].

Figurines traditionnellesModifier

Parmi l'un des plus anciens sujets traités par la figurine, on peut citer les personnages et figures folkloriques, comme avec les figurines du Jiangsu en Chine ou les santons, en France. Naples est également réputée pour ses productions artisanales de figurines au style assez proche de celui des santons provençaux.

Figurines de porcelaineModifier

Figurines jouetsModifier

 
Soldats jouets

Modélisme : figurines historiques, soldats miniatures, wargamesModifier

Articles détaillés : Jeu de guerre et Modélisme militaire.

La figurine historique est le domaine de collection des figurinistes. Ce hobby ou fandom consiste en une représentation de faits ou de personnages historiques - le plus souvent à caractère militaire - et demande une bonne connaissance des uniformes (uniformologie à l'usage des figurinistes), car le but est de se rapprocher le plus possible de la réalité. Certains amateurs consacrent beaucoup de temps à lire des ouvrages d'histoire et même à effectuer des recherches (musées, archives, reconstitutions grandeur nature des plus célèbres batailles, ...) avant d'entreprendre l'assemblage et la peinture de leurs sujets. Il faut distinguer ces figurines historiques de collection des figurines militaires - jouets, descendantes et héritières de la tradition des « petits soldats de plomb » - même si celles-ci font également à leur tour elles-mêmes l'objet de collections (collectors) thématiques. Dans le domaine de la figurine historique, les uniformes de l'époque du Premier Empire et de la Seconde Guerre mondiale constituent des sujets très populaires. Ces collectionneurs se rassemblent en général au sein de sociétés ou clubs comme la Société belge de la figurine (SBF)[note 1] ou la British Model Soldier Society (BMSS)[note 2], la plus connue d'entre elles étant l'IPMS.

Les figurines sont également utilisées dans les wargames ou les jeux de rôle[2] pour représenter les personnages du jeu, et leur situation dans son scénario. Ces figurines « jouables » sont souvent réalisées dans des matériaux qui permettent leur manipulation répétée au fil du développement de la partie (en métal (alliage à base de plomb et d'étain) parfois en plastique ou en résine), les nombreux passionnés consacrant beaucoup de temps à les peindre à la main pour ensuite couvrir cette peinture d'un vernis résistant aux manipulations dictées par les péripéties du scénario. Certains figurinistes sculptent eux-mêmes (création) leurs sujets ou modifient des figurines déjà existantes (transformation). Une fois le maître-modèle (pièce unique : master en anglais) d'une pièce originale créé, il est possible de réaliser des moules de façon artisanale ou industrielle au moyen de latex ou de caoutchouc silicone, puis de dupliquer le sujet en effectuant des tirages en métal ou en résine. Vient ensuite la phase d'assemblage des éléments si la figurine n'est pas monobloc (coulée d'une seule pièce) et de peinture (peinture à l'huile, peinture acrylique ou énamels) et enfin la séance photo, ou plus exactement la macrophotographie, avec ses particularités techniques.

Classiquement, on distingue les figurines par leur taille (ou échelle) et par leur « morphologie ».

Taille (ou échelle) des figurinesModifier

 
Échelle des figurines, de 6 à 28 mm
 
Figurines de Guards britanniques en 54 mm (1/32).
Création et moulage d'un plat d'étain

L'échelle d'une figurine est donnée en mm, c'est pourquoi on parle de taille, qui correspond à la hauteur du pied aux yeux (exemple : pour le 54 mm, la figurine mesure 54 mm du pied aux yeux, et correspond à un personnage de 1,75 m à l'échelle 1/32).

  • Les tailles les plus courantes sont :
    • 15 mm
    • 25/28 mm
    • 30 mm pour les plats d'étain
    • 54 mm
    • 75 mm
    • 80 mm
    • 90 mm
  • Les tailles plus anciennes sont :
    • 40 mm
  • Les tailles plus importantes (principalement employées pour les bustes) sont :
    • 120 mm
    • 180 mm
  • Le classement par échelle fait lui référence au modélisme en général (aviation, véhicules militaires, modélisme ferroviaire...) :
    • 1/144
    • 1/87 - le «H0» du modélisme ferroviaire
    • 1/76 (OO) - 1/72
    • 1/48
    • 1/43 (O) - échelle des voitures de collection
    • 1/35 échelle la plus populaire dans le domaine militaire - 1/32
    • 1/6

Il ne faut pas considérer ces tailles de façon restrictive, car la figurine est avant tout l'expression d'un art où chaque artiste utilise la taille qui lui convient. Mais pour une collection ou la réalisation de diorama, le choix d'une échelle « type » ou « standard » s'impose pour la cohérence et le réalisme du projet modéliste ou l'homogénéité de la collection. De même, une échelle « standard » favorise la production en série pour l'artisan, en rendant par exemple les pièces interchangeables, et permet pour le figuriniste la transformation de figurines selon le même principe.

Plus la taille est importante, plus les détails sont fins. Alors qu'une petite taille ou échelle permet de réaliser de « vastes » dioramas (un champ de bataille par exemple) dans des volumes raisonnables, rien n'empêche de réaliser ceux-ci avec des figurines de 90 mm. Le 54 mm (1/32 - 1/35) constitue un bon compromis entre détails et volume et est devenue de ce fait l'échelle la plus populaire dans le domaine du modélisme militaire, qu'il se limite à la réalisation de figurines seules ou en groupes ou englobe véhicules et autres matériels militaires.

Morphologie des figurinesModifier

 
Types de plats d'étain médiévaux peints
 
Figurines en semi ronde-bosse sur une châsse gothique

Suivant la façon dont la figurine est sculptée, on va pouvoir distinguer différentes formes :

Ces figurines sont en « quasi » 2D (épaisseur de 1 à 2 mm), et sont coulées en étain (en raison de ses propriétés physiques : l'étain peut se tordre sans casser). Le plat d'étain est très populaire en Allemagne.
Le rendu du relief va être donné par diverses techniques de peinture : ombrage, dégradés de couleurs, glacis et lavis.
  • La figurine « Demi ronde-bosse » (ou Demi-relief) :
C'est une figurine intermédiaire entre le Plat d'Étain et la figurine 3D. Le sujet présente un profil assez plat. Ce type de figurine devient rare. Comme bon exemple caractéristique de demi ronde-bosse, on pourrait citer les figurines bibliques figurant aux tympans des portails d'églises gothiques ou sur les côtés des châsses.
C'est la figurine en 3D, la plus répandue actuellement, où on recherche un rendu réaliste.
Autrefois creuse - pour des questions de prix de revient, à une époque où la main d'œuvre coûtait peu par rapport au prix du métal, on les désignait sous le terme « plomb creux ». Nécessitant de nombreuses manipulations, ce type de figurine n'est plus fabriquée que par quelques artisans.
Actuellement, la production de figurine est de type « pleine », plus facile à produire industriellement.

Les plats d'étain sont apparus au XVIIIe siècle à Nuremberg et furent longtemps une spécialité des fondeurs allemands (les « Zinnfiguren »). Les premières figurines en ronde-bosse firent leur apparition à Paris à la fin de la Révolution.

Les matériaux et techniques de fabricationModifier

Les figurines peuvent être réalisées en divers matériaux.

Au cours des dernières années, les collectionneurs de figurines fabriquées en thermoplastiques polyéthylène (PE) et polypropylène (PP) aussi bien que des mélanges de plastique PC/ABS ont signalé la fragilisation et désintégration des miniatures de collection ou de composantes de celles-ci[3].
  • Pâtes de sculpture : milliput, green stuff..., les tenants de cette technique utilisant généralement un « squelette » en fils métalliques comme support[4].
  • La marque française Segom fabriqua des figurines historiques à assembler et peindre en acétate de cellulose.

Peinture sur figurinesModifier

 
Finition artistique d'une figurine

La peinture sur figurines est une activité artistique à part entière dont la popularité et la variété des techniques utilisées sont croissantes au fil des ans, Internet et les revues spécialisées ayant permis aux passionnés de communiquer et de se réunir. Partagent ainsi leurs savoirs sur la toile des peintres de figurines historiques ou fantastiques, mais aussi des sculpteurs, des illustrateurs... La peinture s'enrichit en effet de dessins à main levée (freehands) pouvant être très complexes, et de conversions par sculpture d'une figurine de base. Les artistes de la figurine sont désormais fréquemment appelés figurinistes. Les plus talentueux d'entre eux peuvent acquérir un véritable statut professionnel, réalisant des commandes (pour des musées d'histoire par exemple) ou dispensant des stages...

Diverses compétitions ou expositions sur le thème de la figurine (assemblage, peinture sur figurine) sont régulièrement organisées dans le monde, une des plus célèbres étant le trophée Golden Demon, organisé par Games Workshop, qui a lieu chaque année dans plusieurs pays (en France depuis 1997). Un autre évènement mondial incontournable dans le domaine est l'exposition britannique Euromilitaire qui se tient annuellement début septembre à Folkestone[note 3]. La qualité des pièces présentées lors de ces évènements est en général très élevée.

Le dioramaModifier

 
Reconstitution d'une hutte préhistorique

Le diorama est une technique de représentation d'un fait historique, d'un environnement naturel, d'une scène de vie sous forme d'une saynète statique. C'est une technique didactique très utilisée par les musées d'histoire militaire ou de sciences naturelles ou ceux consacrés au folklore et à la vie régionale traditionnelle. Pour le figuriniste s'inspirant des mêmes principes, le « dio » offre, dans le même esprit, l'opportunité de mise en situation ou de mise en scène des personnages représentés dans leur environnement contemporain : champ de bataille, intérieur de demeure historique, cadre de vie, etc.

Ce sont donc de véritables scènes de vie miniatures qui sont ainsi réalisées, qui nécessitent elles aussi des recherches très poussées pour qui a le souci de l'authenticité et du réalisme[note 4].

Figurines de collectionModifier

Aujourd'hui l'art des figurines est redevenu très populaire en France, grâce à la représentation en figurines articulées de personnages de bande dessinée, de dessin animé de films (particulièrement dans le domaine de la science-fiction, comme la saga Star Wars), collectionnables ou jouables[5].

Les figurines dans les rites religieux, magiques et occultesModifier

Œuvres audiovisuelles mettant en scène des figurinesModifier

Lieux consacrés à la figurineModifier

Musées de la figurineModifier

Plusieurs Musées de par le monde sont consacrés à la figurine, traditionnelle ou historique :

AllemagneModifier

  • Historisches Zinnfiguren Museum Goslar[note 5] ;
  • Deutsches Zinnfigurenmuseum Plassenburg (Kulmbach)[note 6] ;
  • Museum Industriekultur Nürnberg : ce musée de Nuremberg compte dans ses collections une représentation à l'échelle du chantier de fouille du mausolée de l'empereur Qin et de sa célèbre armée en terre cuite.

BelgiqueModifier

ÉgypteModifier

  • Musée du Caire : le musée du Caire présente de très riches collections de figurines anciennes égyptiennes, notamment les figurines de soldats trouvées dans la tombe de Mesehti.

EspagneModifier

FranceModifier

ItalieModifier

  • Musée des figurines historiques à Calenzano (Florence)[7]

SuisseModifier

 
Diorama de « L'umiliation du Canossa » XIe siècle, dans le musée des Figurines historiques à Calenzano (Florence, Italie)

Presse, salons et rencontresModifier

  • Salon du modélisme (Paris, Porte de Versailles)
  • Expositions et concours : Villes de Sèvres (www.ville-sevres.fr) et de Montrouge (www.afm-montrouge.com)
  • Magazine Figurines (6 n° par an)
  • Magazine Figure International (4 n° par an, 6 langues différentes) http://www.figureinternational.com/
  • Association « Les amis de la figurine et de l'histoire », (185, rue du Château des rentiers, Paris 13°)

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Massimo Alberini Figurines historiques et Soldats de collection, Éditions Grange Batelière - collection Documentaires Alpha, 1972.
  • Christian Blondieau Soldats de plomb - Figurines civiles : Collection C.B.G. Mignot, Le Képi rouge, 1993.
  • Peter Blum, Les Figurines militaires, éditions des Deux coqs d'or - collection Librairie de l'amateur, 1965.
  • Dominique Breffort et Jean-Louis Viau, L'art de la Figurine, Histoire et Collections, 1995.
  • Jean Bernard Doublet et Jean-Michel Tisné Les Figurines en plomb creux, Collectis, 2009 (tome 1) et 2010 (tome 2) (Bilingue FR/EN).
  • Henry Harris, Soldats de plomb et figurines, Hachette - collection Plaisir des images, 1963.
  • Curt F. Kollbrunner Figurines d'étain, Soldats de collection, L'Office du Livre, Éditions Vilo, 1979.
  • Jean Nicollier, Soldats de collection, figurines de rêve, Bibliothèque des arts 1967.
  • Alain Thomas, Jerry Meimoun et Philippe Guillot Starlux, historique du géant français de la figurine, 2009.
  • Jean-Michel Tisné, Les Figurines Quiralu. Plats et Ronde-bosses.
  • Juan Martin Garcia Spanish Plastic Toy Soldiers Reamsa, édition 2017 (ISBN 978-8461777716)
  • (en) Douglass W. Bailey, Prehistoric Figurines: Representation and Corporeality in the Neolithic, Routledge 2005 (ISBN 0415331528) (version téléchargeable PDF)
  • Jérémie Bonamant Teboul et al., Le Grand Livre de la Peinture sur Figurine, éditions Tutti Frutti, 2007 (ISBN 978-2-915667-26-4)
  • (en) Julio Cabos, How to paint figures with Acrylics, édition Andrea Press, 2011
  • Figurines historiques – XIIIe exposition de la Société des collectionneurs, mars-avril-mai 1961 au Musée de la Marine, Paris : Musée national de la Marine, 1961, catalogue d'exposition
  • Figurines historiques – XVIe exposition de la Société des collectionneurs - 8 avril-19 septembre 1965 au Musée de la Marine, Paris : Musée national de la Marine, 1965, catalogue d'exposition

Liens externesModifier