Digimon Adventure

série télévisée d'animation japonaise de 1999
Digimon Adventure
Image illustrative de l'article Digimon Adventure
Logotype Digimon utilisé en Amérique du Nord, en Amérique latine, et en Europe.
デジモン•アドベンチャー
(Dejimon Adobenchā)
Genres Action, aventure, comédie dramatique, isekai, science-fiction
Thèmes Monstres, informatique
Anime japonais
Réalisateur
Hiroyuki Kakudō, Yukio Kaizawa
Producteur
Hiromi Seki
Scénariste
Akiyoshi Hongo, Satoru Nishizono
Studio d’animation Toei Animation
Compositeur
Takanori Arisawa
(version japonaise)
Haim Saban, Shuki Levy, Deddy Tzur, Amotz Plessner, Udi Harpaz, Andrew R. Muson
(version américaine)
Licence (ja) Happinet Pictures
(fr) Saban International
SOFI[1], TF1 Vidéo (2000)
LCJ Éditions (DVD, 2007)
Toei Animation Europe[2] (2020), ADN, Crunchyroll EMEA, Pluto TV (VOD)
Chaîne Drapeau du Japon Fuji Television
Fox Kids, TF1
Club RTL
TSR 1
Télétoon
1re diffusion
Épisodes 54

Autre

Digimon Adventure (デジモンアドベンチャー, Dejimon Adobenchā?)[3], connue sous le titre Digimon Digital Monsters[4],[5] (dit Digimon[6],[7],[8]) en France, est une série d'animation créée par Akiyoshi Hongo et produite par Toei Animation, en coopération avec WiZ, Bandai et Fuji Television. C'est la première saison de l'anime appartenant à la franchise médiatique japonaise Digimon, basée sur les virtual pet du même nom. Elle est initialement diffusée du au pour cinquante-quatre épisodes sur la chaîne de télévision japonaise Fuji TV. Exportée dans plus de soixante pays[9], dont la France, elle réunit 70 à 75 % en audience[10] du au sur la chaîne télévisée hertzienne TF1 et du au sur la chaîne du câble et satellite Fox Kids[11]. Un court métrage homonyme a été projeté en salle la veille de la diffusion de la série télévisée au Japon et un moyen métrage, Bokura no Uō Gēmu!, sort le , ces deux productions ont été compilées et sont sorties sous le titre Digimon, le film le en France, en rapportant plus de seize millions de dollars dans le monde[12]. L'histoire raconte les péripéties d'enfants expédiés dans une dimension parallèle peuplée de diverses créatures, le Digimonde, pour trouver le chemin du retour[13].

La version occidentale de la série animée a été localisée, et modifiée par Saban Entertainment. Cette version distribuée par Saban International appartenait à Saban Brands, une entreprise fermée le [14]. À la suite de la redistribution de leurs propriétés, c'est Toei Animation qui distribue l'anime en France[4].

Elle devient ainsi un phénomène sociétal et culturel chez un public majoritairement jeune[15],[16],[17] et à la suite du succès, une deuxième saison intitulée Digimon Adventure 02 est diffusée le . De nombreux produits dérivés à l'effigie de Digimon Adventure ont été commercialisés, incluant jouets, peluches, cartes à collectionner, mangas, magazines, costumes, fournitures scolaires, gadgets, accessoires, albums, cassettes, DVD, et jeux vidéo principalement distribués par la branche commerciale japonaise Bandai. En France, des cassettes vidéo et DVD édités par TF1 Vidéo paraissent dès 2001, puis en 2007, avec de nombreux coffrets DVD édités par LCJ Éditions[18].

Pour célébrer les quinze ans de la franchise Digimon, une adaptation de la série sur console portable PlayStation Portable, également intitulée Digimon Adventure, est commercialisée le . Une suite de six films Digimon Adventure tri. sortent dans les salles d'Asie de 2015 à 2018, ainsi qu'en Amérique, Grande-Bretagne et en Allemagne.

Pour les vingt ans de la série, un ultime volet en film intitulé Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna sort dans les salles japonaises le et françaises, le . Un reboot intitulé Digimon Adventure: (2020) a été diffusé sur Fuji TV au Japon, de à [19]. La version française intègre le catalogue à la demande de ADN le [20] et l'intégrale fait l'objet d'une diffusion sur la plateforme Twitch, attirant près de 400 000 spectateurs uniques le [21]. La version japonaise intègre le catalogue de Crunchyroll, le [22]. Digimon est également diffusée en français depuis le sur Pluto TV. Dans un élan de relance[23], Toei Animation Europe distribue en 2020 un total de trois séries[24] et de sept films inédits Digimon Adventure[25] en SVOD, à la télévision ou au cinéma en France.

ScénarioModifier

 
Costumes de Tai (à droite) et Wargreymon (à gauche) à la convention annuelle AnimagiC, en Allemagne.

La série conte initialement l'histoire de sept protagonistes, plus précisément des digisauveurs, nommés Taichi « Tai » Kamiya, Sora Takenouchi, Yamato « Matt » Ishida, Takeru « T.K. » Takaishi, Koushiro « Izzy » Izumi, Mimi Tachikawa et Joe Kido[26],[27],[10],[28]. Tandis qu'ils passent le temps dans leur colonie de vacances d'été, de la neige accompagnée de mystérieux petits objets tombent du ciel[27],[29],[30]. Chaque enfant ayant respectivement acquis son objet, ils sont aspirés par surprise dans un portail dimensionnel et atterrissent par la suite dans un monde uniquement composé de données numériques, connu sous le nom de « digimonde », parallèle au « monde réel »[31]. À peine atterri, les enfants découvrent leurs Digimon respectifs dévoués à les protéger et voués à combattre de différents et puissants antagonistes menaçant le digimonde[27],[29]. De leur côté, les sept élus doivent apprendre par eux-mêmes la raison pour laquelle ils ont été choisis et apprendre à devenir plus forts en « écoutant leur cœur »[27],[29] ; pour ce faire, ils doivent trouver leur symbole respectif correspondant à leur personnalité, en même temps qu'ils apprennent à leur Digimon à changer d'apparence et devenir temporairement plus fort[29]. Au fil des épisodes, certains thèmes comme la mort, l'auto-sacrifice et les problèmes familiaux sont abordés[32],[33].

Ils affrontent plusieurs Digimon contrôlés par le premier antagoniste de l'anime, Devimon. Ce dernier contrôle une partie du digimonde appelée l'Île des Fichiers Binaires, à l'aide de « roues noires », en compagnie de ses deux sbires — Ogremon et Leomon[34],[35]. Devimon est par la suite vaincu par Patamon, sous la forme d'Angemon, qui se matérialise en œuf et reviendra sous la forme d'un bébé Digimon[34],[36]. À la suite d'événements, Leomon et Ogremon se rangeront du côté des protagonistes. Ces derniers affrontent un deuxième antagoniste, Etemon, un Digimon à l'apparence d'un primate, qu'ils enverront dans un réseau digital dans lequel il errera avant de revenir sous une forme plus puissante, celle de MetalEtemon[37],[38]. Plus tard, il est appris que de nombreux Digimon maléfiques ont traversé une porte dimensionnelle menant au monde réel, et les digisauveurs s'empressent d'y accéder en gagnant face au gardien de cette porte, Dokugumon[39]. Ils reviennent à leur ville d'origine qu'est Odaiba, au Japon. Tandis qu'ils sauvent leur monde face à la menace des Digimon maléfiques, un huitième membre, Kari Kamiya[27], la petite sœur de Tai, se joint à eux dans leur lutte, avec sa désormais partenaire Gatomon; qui deviendra officiellement la partenaire de Kari après que son ancien maître, Myotismon, ait été vaincu[40],[41].

Entretemps, un groupuscule de quatre Digimon, nommé les maîtres de l’ombre, composé de MetalSeadramon, Puppetmon, Machinedramon et de Piedmon, prend le contrôle du digimonde. Une fois tous les Digimon maléfiques vaincus dans le monde réel, les digisauveurs reviennent dans le digimonde pour combattre, étape par étape, ces quatre membres et finalement affronter l'antagoniste final et créateur de ce groupuscule, Apocalymon, vraisemblablement composé de Digimon maléfiques vaincus par les digisauveurs[42]. Apocalymon annihilé, les enfants retournent dans le monde réel laissant leur partenaire derrière eux après avoir pris une photo en souvenir[43]. Plus tard, quatre ans dans les faits, ils se retrouvent dans la deuxième saison Digimon Adventure 02 aux côtés de nouveaux protagonistes[44].

PersonnagesModifier

 
Costumes de Matt Ishida (en haut) et Tai Kamiya (en bas), deux des protagonistes de la série.

Digimon Adventure raconte les aventures d'un groupe de huit protagonistes enfants, âgés entre 8 et 11 ans (7 à 10 ans dans la version originale), engagés dans une lutte contre toutes les menaces impliquant le digimonde, et sont aidés de leurs Digimon respectifs. Chacun d'entre eux possède un digivice et un symbole propre caractérisant sa personnalité. Ils font par la suite la rencontre de nombreuses formes de vies digitales qui les aident dans leur quête, comme Gennai, un mystérieux et vieil homme composé de données numériques guidant le groupe des Digisauveurs dans ses aventures.

Les noms et terminologies dans la version française sont occidentalisés. Ces changements proviennent de Toei Animation et Bandai Toys avant même toute implication de l'adaptation américaine ; en de rares occasions, l'équipe de Saban Entertainement était consultée pour adapter certains noms et toutes les décisions finales ont été prises par les japonais[45],[46]. Ces noms sont internationalisés dans les doublages basés sur la version américaine, ou non. Toei Animation avait la conviction qu'ils finiraient par intégrer des digisauveurs venant du monde entier, alors les nationalités et l'action générale prend toujours place au Japon et pour les noms, il s'agit ici que de diminutifs[47].

  • Taichi « Tai » Kamiya (八神 太一, Yagami Taichi?) est le meneur du groupe des digisauveurs, aventureux, sportif, charismatique, dont le partenaire est Agumon (アグモン?)>. Il possède un digivice orange et le symbole du courage[48].
  • Yamato « Matt » Ishida (石田 ヤマト?), est un garçon posé, réservé, bien que très vigilant dans son aventure dans le digimonde, dont le partenaire est Gabumon (ガブモン?)[49].
  • Takeru « T.K. » Takaishi (高石 タケル?) est le plus jeune membre du groupe, généreux, et également le frère de Matt, dont le partenaire est Patamon (パタモン?)[50]. Il possède un digivice jaune et le symbole de l'espoir.
  • Mimi Tachikawa (太刀川 ミミ?) est une jeune fille fondamentalement bienveillante, innocente, charmante et appréciée de tous, bien qu'un peu égocentrique et excentrique, dont la partenaire est Palmon (パルモン?)[51]. Elle possède un digivice vert dont le symbole est la sincérité. Son symbole est la pureté (純真, junshin?) en version originale. Ce changement provient de Bandai.
  • Sora Takenouchi (武之内 空?), garçon-manqué, figure autoritaire du groupe, et meilleur ami de Tai, dont la partenaire est Biyomon (ピヨモン, Piyomon?)[52]. Son digivice est rouge et son symbole est l'amour.
  • Joe Kido (城戸 丈?), étudiant modèle toujours inquiet pour lui et ses amis, dont le partenaire est Gomamon (ゴマモン?) et possédant un digivice noir dont le symbole est la responsabilité. Son symbole est l'honnêteté (誠実, seijitsu?) en version originale. Ce changement provient de Bandai[53].
  • Koushiro « Izzy » Izumi (泉 光子郎?) est un passionné d'informatique qui ne sépare jamais de son ordinateur dont le partenaire est Tentomon (テントモン?) avec un digivice violet et ayant pour symbole la connaissance.
  • Kari Kamiya (八神 ヒカリ, Yagami Hikari?) la petite sœur de Tai qui les rejoindra plus tard dont le Digimon est Gatomon (テイルモン, Tailmon?) et possédant un digivice rose, dont le symbole est la lumière.

DéveloppementModifier

Concept et réalisationModifier

 
Un virtual pet ayant inspiré la série animée[54].

La franchise médiatique Digimon est conceptualisée par Akiyoshi Hongo (possiblement le pseudonyme des créateurs du Tamagotchi), à l'origine des virtual pets. Cette première saison télévisée dérivée de cette franchise incombe les réalisateurs Hiroyuki Kakudō et Yukio Kaizawa. Lors d'une entrevue avec l'un des scénaristes de la série, Satoru Nishizono, celui-ci explique que l'idée d'un projet de série télévisée date de l'été , plus précisément d'août[54], et que les producteurs avaient l'idée d'un script similaire à celui de l'ouvrage Deux Ans de vacances de l'écrivain français Jules Verne[55]. De son côté, Nishizono, du fait que la série cible principalement les enfants, se doit de créer des personnages qui les représentent aussi bien physiquement que psychologiquement[55]. Pour leurs noms, il a l'idée de créer des kanjis liés à la chance[55]. Le design des personnages est réalisé par Katsuyoshi Nakatsuru, travaillant à cette époque chez Toei Animation, et qui s'occupera par la suite de celui des personnages des trois saisons suivantes de l'anime[56]. Certaines villes japonaises telles que Tokyo et Odaiba ont été retranscrites dans la plupart des épisodes lorsque les enfants passent du digimonde au monde réel[54]. Hiroyuki Kakudō, l'un des réalisateurs de la série, explique qu'il tentait de montrer ces villes d'une manière aussi « réaliste que possible »[54] ; de ce fait, et avant la réalisation des épisodes, lui et son équipe ont visité ces villes pour y capturer quelques prises de vue[54].

 
Illustration par Léon Benett de Deux Ans de vacances par Jules Verne, l'inspiration de la série animée[55].

Selon Hiromi Seki, productrice de la série, ce qui font d'eux des monstres uniques sont le design de leurs yeux et le fait qu'aucun d'eux n'est réellement décrit comme « mignon »[54]. Les Digimon possèdent un cycle de vie permanent. Lorsqu'ils font usage de leur puissance au-dessus de leurs limites, sans que cette dernière ne soit naturellement épuisée, ou lorsqu'ils sont blessés d'une manière critique, ils se matérialisent en digi-œuf grâce à leurs données digitales et redémarrent une nouvelle vie. Habituellement, les Digimon renaissant à partir d'un digi-œuf et ne possèdent aucun souvenir de ce qu'ils ont vécu auparavant dans leur vie antérieure à la suite des dommages qui ont été infligés à leurs données. Lorsque des dommages consécutifs internes ou externes sont infligés aux données d'un Digimon, ce dernier meurt. Dans la série, si les données des Digimon sont elles aussi mortelles et périssables[57], dans les dialogues de la version américaine, une nuance est toujours ajoutée, bien que le thème de la mort et le deuil restent présents[32].

Popularisation et suiteModifier

La série animée éponyme est diffusée par la suite pendant plus d'un an à partir du [27] sur Fuji Television et contribue principalement à la popularité de la franchise Digimon[26],[58]. En , plus de quatre-vingt-dix compagnies ont conclu un partenariat avec la franchise pour en faire sa promotion[59]. Elle devient ainsi un phénomène sociétal et culturel chez un public majoritairement jeune[15],[16],[17], mais est néanmoins critiquée dans plusieurs pays pour sa violence[60],[61],[62] et son incitation à la consommation[63],[64],[65].

Elle marque une importante rivalité commerciale et sociale avec une autre série animée considérée comme son concurrent direct Pokémon[26],[66],[67], les deux séries présentant des protagonistes enfants combattant aux côtés de monstres[68],[69],[70], suspectant sa période de sortie ainsi que le thème identique des monstres, malgré les différences qui séparent ces deux séries[27]. Originellement, Digimon apparaît sous la forme d'un jouet le [71] , la même année durant laquelle Pokémon est apparu à la télévision, mais sa mise au point, cependant, date de deux ans avant sa sortie en grande surface[27]. Après la conception de ce jouet, Digimon devient une série de mangas, puis de jeux vidéo avant d'être diffusée à la télévision[27]. Décrit comme « l'autre « mon » » par Juan Castro, rédacteur au site IGN, celui-ci souligne le succès incomparable de Pokémon comparé à Digimon, malgré un public déjà bien large pour ce dernier[72],[73]. Son collègue, Lucas M. Thomas, explique que la « compétition et la comparaison constante » entre ces deux séries « reposent sur la complexité du mécanisme de l'évolution comparé à celle de la digivolution[74]. » et des similitudes conceptuelles et stylistiques entre les deux franchises sont d'ailleurs notées[75],[67]. Digimon parvient à concurrencer et supplanter Pokémon en termes d'audience télévisuelle et de ventes de jouets à quelques reprises au cours des années 2000[76],[77],[67],[78]. Pour Le Monde en 2000, « dans les cours de récréation, les enfants n’opposent pas vraiment les deux familles »[67].

C'est à la suite du succès rencontré en Amérique du Nord que la société japonaise Bandai a décidé de revoir sa stratégie marketing afin de réitérer ce succès et d'étendre ses activités à un marché mondial « Plutôt que d'être un simple engouement de courte durée, nous avons la conviction que le boom Digimon à l'international fera de ces personnages des incontournables destinés à rester en place pendant longtemps. »[78]. En Europe, la société Bandai lance la série d'abord sur les chaînes télévisées britanniques, espagnoles et portugaises, avant de les programmer pour les chaînes télévisées françaises, italiennes, allemandes, et pour les pays scandinaves, respectivement[78]. Le , Fox Kids Europe a acquis les droits exclusifs de Digimon auprès de Toei Animation pour notamment le Royaume-Uni et la France[79].

En septembre 2012, la société américaine Saban Entertainment acquiert entièrement les droits de la série animée hors des frontières japonaises[80],[81]. Le 1er août 2014, une suite de cette saison est annoncée pour 2015, lors de l'événement Digimon Adventure 15th Anniversary célébrant la quinzième année d'existence de la franchise[82],[83]. Il s'agirait, selon les premières annonces effectuées par Bandai Namco, d'une suite relatant les principaux protagonistes désormais âgés de 17 ans, et élèves au lycée[84]. Le , Toei Animation annonce la future diffusion de Digimon Adventure tri. en automne au Japon[85].

Contexte en FranceModifier

La chaîne télévisée hertzienne TF1 souhaite se démarquer des années Dorothée, dont les programmes étaient souvent accusés, par plusieurs instances, d'être ultra-violents. La chaine ne voulait plus d'anime et de dessins animés violents et le bloc TF! Jeunesse, le fruit du travail de la directrice de l'unité jeunesse de la chaîne, Dominique Poussier, fait alors place aux productions feel-good, portées par des programmes majoritairement européens[86]. Le bloc jeunesse rencontre un succès immédiat[86].

En France, le phénomène médiatique de « Pokémania » se lance grâce aux cartes à collectionner et aux jeux vidéo durant la période de Noël 1999[87]. C'est sur les conseils de Haim Saban, regrettant de ne pas avoir acheté la série dérivée[88], que TF1 révise son jugement en diffusant la série japonaise animée Pokémon en janvier 2000 dans TF! Jeunesse, où le bloc atteint alors son apogée en audience[86]. En septembre 2000, Digimon est la seconde série japonaise qui intègre TF! Jeunesse grâce à ce phénomène[86]. Fort de leur succès, des épisodes inédits de ces deux séries sont présentés à l'antenne en prime-time le soir de Noël 2000 ; Génération Albator sur France 3, contrairement à ce qui avait été annoncé, n'est diffusé que le lendemain soir[86]. Digimon connaît le plus fort taux de croissance en 2001, en passant d'un volume horaire de dix heures à plus de quarante-deux heures[89] ; un niveau horaire atteint pour de l'animation japonaise comparable à celui observé en 1996 avant la disparition du Club Dorothée[89]. Les épisodes passent devant des psychologues, comme les autres programmes du bloc[88], et les épisodes ont des coupures propres à la chaîne et certains sont ignorés dans la diffusion (dont les épisodes 38 à 40[90]). Les autres chaînes s'engouffrent également sur le créneau des animés mettant en scène une quête comme Sakura sur M6 ou s'appuyant sur des produits dérivés à collectionner, comme Beyblade sur France 3[86].

L'engouement des médias autour de la Pokémania et de Digimon, commence à décliner en 2001, TF1 arrête sa diffusion quotidienne de Pokémon et aucun jeu éponyme majeur ne paraît avant juillet 2003[88]. Néanmoins Pokémon se vend toujours bien, du fait du renouvellement de son jeune public et de son concept, mais ne représente plus un phénomène[88]. Digimon, lui, connaît plusieurs échecs au Japon à partir de 2001 et tombe peu à peu en désuétude autant auprès des premiers spectateurs, qui ont grandi, qu'auprès des médias internationaux et français[91],[92],[23]. Ce n'est qu'en 2021, pour la première fois depuis 2002 au Japon, que la fin d'une série de la franchise Digimon a été suivie par le début d'une autre[93].

Version françaiseModifier

La version française, comme pour la plupart des anime commerciaux des années 2000, est basée sur une localisation dite « américanisée ». Cette version américaine aura ses reproches de la part d'une presse spécialisée et japonophile, dont en France[94],[95]. L'un des reproches autour de cette version, licenciée et doublée par Saban Entertainment[96], est la particularité d'avoir modifié une partie des dialogues, en incluant des jeux de mots pour désamorcer la tension dramatique de certaines scènes, à des moments à l'origine sans parole, ainsi que les personnalités de certains personnages[95]. D'autres y voient un effet comique qui a contribué au succès de la série[97],[98]. Elle a également été éditée, dont sur les représentations d'armes à feu dans l'épisode 43[99] et une nouvelle partition musicale a été adoptée[100].

« La version française, un tout autre anime », d'après Manga News[101], qui avance comme argument le manque de comédiens pour autant de créatures douées de parole et incombe plutôt la SOFI, le studio de doublage responsable de la série. Chaque comédien module leur voix, dont pour ne pas répéter le jeu, en adoptant quelquefois un ton plus décalé et burlesque que la version américaine ; une approche perçue comme davantage proche du doublage de cartoon[101].

Cette version rencontre un succès immédiat auprès de la cible commerciale[89]. En , Donald Reignoux a été élu septième meilleur comédien de doublage de l'année 2000-2001, lors du 8e Anime Grand Prix français du magazine Animeland organisé sur la base de 1 700 bulletins de vote, mentionnant notamment sa prestation en tant que Tai dans Digimon[102]. DVDTalk note que « les voix sont bien choisies et les acteurs jouent avec conviction »[98]. Manga News souligne que « les prestations des comédiens ne sont pas vraiment à remettre en cause. C'est même de grands noms qui officient sur les personnages principaux : Donald Reignoux se montre très convainquant sur [Tai] tandis qu'Alexis Tomassian campe un [Matt] fidèle au caractère original du personnage. Le reste du casting n'est pas en reste, chacun se livrant globalement à une bonne prestation. »[103].

MédiaModifier

ÉpisodesModifier

 
Logo original de la série.

Digimon Adventure compte un total de cinquante-quatre épisodes d'une durée d'approximativement 20 minutes, produits par Toei Animation, et initialement diffusés du au sur la chaîne télévisée japonaise Fuji Television[1],[27],[58],[104],[31],[105]. Les épisodes sont réalisés par Hiroyuki Kakudō et produits par Keisuke Okuda, puis accompagnées de musiques composées par Takanori Arisawa et des personnages réalisés par Katsuyoshi Nakatsuru[106],[107].

Hors des frontières japonaises, la série est diffusée à l'international, à commencer par le continent asiatique et des localités telles que Hong Kong, Taïwan, les Philippines, Singapour, l'Indonésie et la Corée du Sud[78]. En Inde, ce sont des chaînes de télévision telles que Cartoon Network[108], et Spacetoon Kids TV qui diffusent la série[109]. Aux Philippines, la série est diffusée sur Cartoon Network et ABS-CBN Amazing Morning. En Océanie, la série est diffusée en Australie sur les chaînes Network Ten[110] et Go[111]. Au Moyen-Orient, la série est doublée en arabe, éditée au studio syrien Venus Production, renommée Digital Heroes, puis diffusée dans le continent sur la chaîne télévisée Spacetoon[112]. La série est également diffusée TV7, la Télévision tunisienne 1 (TV7) dès 2002[113]

Sur le continent nord-américain, plus précisément aux États-Unis, la première saison est initialement diffusée du au [114] sur Fox Kids dans des cases jeunesses telles que Made In Japan et Anime Invasion[115],[116] et sur le réseau de la Fox[117]. Au Canada, la série est diffusée sur la chaîne anglophone YTV[115]. Sur le continent sud-américain, la série est diffusée sur des chaînes télévisées telles que Fox Kids au Mexique[118], Televen au Venezuela, Televicentro au Honduras[119], et Caracol Televisión en Colombie[120]. Au Brésil, la série est diffusée sur TV Globo[121] et Fox Kids[122].

En Espagne, la série est diffusée sur Antena 3 du au , puis La 2 à partir du [123] et Fox Kids à partir de [124], FDF[125] et Boing[126]. Au Portugal, la série est diffusée sur TVI, SIC, et Canal Panda. En Italie, la série a été diffusée sur Rai 2 à partir de . Aux Pays-Bas, elle est diffusée sur Fox Kids[127]. En Flandre, elle était diffusée sur les chaines Fox Kids et VTM dès le 20 novembre 2000 et plus tard sur Kanaal Twee[128]. En Norvège et en Suède, ce sont les versions norvégienne et suédoise de TV3 qui diffusent pour la première fois la série dans ces pays[129]. En Pologne, elle est diffusée sur TV4[130], Fox Kids, Jetix, et TV6[127]. En Allemagne, la série est diffusée depuis sa première parution en 2000 sur la chaîne télévisée RTL II[131], au Royaume-Uni, la série est diffusée sur Fox Kids et le réseau ITV à partir du [132],[79],

En France, Digimon[133],[134] est diffusée pour la première fois du au [135] sur la chaîne télévisée hertzienne TF1, dans l'émission pour enfants TF! Jeunesse[114],[135], chaque samedi matin[136]. Durant la même période, la série est diffusée sur la chaîne du câble et satellite Fox Kids du au [114],[137],[138], la série animée est aussi rediffusée sur la chaîne du satellite Tfou TV, de à début .

En Belgique francophone, elle est diffusée sur la chaîne Club RTL à partir de , à 17 h 30 en semaine[139],[140]. En Suisse romande, la série est diffusée sur TSR 1[141] et TSR 2[142] dans l'émission pour enfants Les Zap. Au Québec, la série est diffusée à partir du sur la chaîne francophone Télétoon, du lundi au dimanche à h du matin et à 16 h 30[143]. La série est également diffusée sur Antilles Télévision dès 2001[144].

Audiences

En France, Digimon obtient 70 à 75 % des audiences durant sa première année de diffusion sur TF1 et Fox Kids[145]. Sur TF1, Digimon connaît le plus fort taux de croissance en 2001, passant d'un volume horaire initiale de plus de dix heures en 2000[136] à plus de quarante-deux heures[146]. Un niveau horaire atteint pour de l'animation japonaise comparable à celui observé en 1996, avant la disparition du Club Dorothée[146].

Au Japon, elle réalise sur Fuji TV une audience maximale de 13,7 % et minimale de 7,9 %, avec une moyenne de 11,2 %[147]. Aux États-Unis, la chaîne remporte un très fort succès chez les téléspectateurs âgés entre 6 et 11 ans, dépassant ainsi ses chaînes concurrentes ABC[148], Kids' WB, et Nickelodeon[149]. Au Royaume-Uni, les épisodes de la série se classent systématiquement dans le top 10 des audiences hebdomadaires de la chaine Fox Kids entre 2000 et 2003[150]. En Allemagne, elle attire jusqu'à 70% de part de marché dans la tranche démographique cible (3 à 13 ans) de la case de l'après-midi de la chaine, Pokito[151].

Vidéo à la demandeModifier

En Amérique du Nord, la série intègre pour la première fois le catalogue d'une plateforme de vidéo à la demande avec Netflix, du au en anglais, et en VO[152]. La série intègre au fil des années les catalogues de Crunchyroll, Funimation ou encore Hulu[152],[153].

En France, Digimon Digital Monsters[note 1],[154] en version française intègre le catalogue de la plateforme Anime Digital Network, le en SVOD payante[20]; puis en VOD gratuite dès , à l'occasion de la sortie nationale de Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna. La plateforme propose une version hybride qui remplace le générique français (de Claude Vallois) par les génériques japonais[note 2],[155]. Les sources d'image des épisodes restent sensiblement identiques aux DVD français de TF1 Vidéo et de LCJ Editions[note 3]. La version japonaise, « intégrale », est mis à disposition en sous-titrée français et en vidéo à la demande sur Crunchyroll, [22]. Distribuée sous le titre Digimon Adventure, en haute définition avec l'upscale japonais sorti en 2015 par Happinet. Une traduction française de TITRAFILM ; les titres des différents épisodes sont repris de la version française[2]. La version française est acquise pour une diffusion sur Pluto TV (France), en AVOD linéaire sur un canal dédié dès le [156].

Marathonmon (2020)Modifier

Le marathon spécial Digimon, ou « Marathonmon »[157], est un événement de vingt-trois heures ininterrompues[158] sur la plateforme Twitch destiné à la diffusion des 54 épisodes de la première saison Digimon en version française, du jusqu'au [158], avec une introduction de l'animateur Sébastien-Abdelhamid, de Ayami Michelle et de plusieurs entractes. Il a été organisé par l'agence de communication EveryOne avec la plateforme de vidéo à la demande ADN[157], à l'occasion de la sortie nationale de Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna dont les cinq premières minutes du film y ont été présentées (en version originale sous-titrée) en avant-première après le dernier épisode[159]. Un remerciement au comédien Donald Reignoux (Tai) est transmis à la fin[160].

Audiences

Le « Marathonmon » est un succès[161] en rassemblant 379 308 spectateurs uniques[21], pour une moyenne de 3 937 spectateurs[162]. De 17 h à h, les premiers épisodes ont rassemblé plus de 5 000 personnes en moyenne avec un pic à 6 500, tandis que de h à 15 h 30, la moyenne était de 3 189 spectateurs[158], avec un pic à 7 900[162],[163].

Sorties vidéoModifier

La parution de treize cassettes vidéo par Toei Video débute dans les marchés japonais pendant la diffusion de Digimon Adventure à la télévision. La première cassette vidéo composée de quatre épisodes est mise en location le 10 septembre 1999, puis à la vente le 21 janvier 2001[164], puis suivie par de nombreux autres volumes, et saisons sous format DVD[164]. Un coffret DVD paraît par Bandai Visual le et réédité de Happinet le  ; une première remasterisation en upscale HD est commercialisée le au Japon dans un coffret sous format Blu-ray par le distributeur Happinet[165].

En Amérique du Nord, la première cassette vidéo, Digimon: Digital Monsters - The Birth of Greymon, est commercialisée le [166] et le premier DVD, le 5 décembre 2000[167], par 20th Century Fox. Du côté australien, c'est la société Madman Entertainment qui se charge de la vente des DVD[168]. Le , Discotek Media annonce une édition en Blu-Ray de la série en VO, et pour la première fois en anglais avec le montage de Fox Kids en deux coffrets distincts ; une toute nouvelle remasterisation en upscale HD réalisée par la société américaine AstroRes[169].

En France, TF1 Vidéo édite la série en cassettes VHS et en DVD à partir du , au prix de à 99 francs[64], jusqu'au 36e épisode[170] pour un total de neufs VHS et DVD unitaires contenant sur ces deux supports, quatre épisodes. Les volumes unitaires 1 à 3 sont présentés sous la dénomination L'Édition Jaune, et les volumes 4-6 sous la dénomination L'Édition Bleue. « Digimon - Rien ne pourra les arrêter ! - Volume 4 à 6 », est un pack VHS Digimon qui sort le et qui contient les éditions unitaires VHS des éditions TF1 Vidéo. Un unique pack-box DVD[171] des éditions de TF1 Vidéo sort également, contenant les trois premiers volumes unitaire (pour douze épisodes). Un set de cartes Bandai était joint au dossier de présentation presse, mais pas dans les DVD à la vente[172].

Titre Nombre d'épisodes Dates de sortie VHS/DVD
Secam (VHS) / PAL Zone 2 (dont la   France) Nombre de disques et cassettes
Digimon volume 1 - Digimonde nous voilà ! 4 1
Digimon volume 2 - Les Digisauveurs... 4 1
Digimon volume 3 - Vers le Mont de l'Infini 4 1
Digimon - volumes 1-3 (Pack DVD) 12 3 disques
Ce pack de TF1 Vidéo contient les trois premiers DVD unitaires, dit l'Édition Jaune.
Digimon volume 4 - La Légende des Digimon 4 1
Digimon volume 5 - Les prisonniers de la pyramide 4 1
Digimon volume 6 - Rencontre avec Kari 4 1
Digimon - Rien ne pourra les arrêter ! - Vol. 4-6 (Pack VHS) 12 24 octobre 2001 3 cassettes
Le pack de TF1 Vidéo contient les volumes 4 à 6 unitaires en VHS, dit l'Édition Bleue.
Digimon volume 7 - Le Pouvoir des cartes 4 1
Digimon volume 8 - Retour sur terre 4 1
Digimon volume 9 - L'Enfant mystère 4 1

En , LCJ Editions sort des coffrets « intégrale de Digimon » (soit, des trois premières séries doublées) en commençant avec cette première saison, commercialisés sous les appellations Digimon saison 1 contenant les vingt premiers épisodes de la première saison, Digimon saison 2 avec en visuel les héros de la saison 2 mais contenant vingt autres épisodes de la saison 1, et Digimon Saison 3 pour vingt-trois épisodes, toujours à l'effigie de la saison 2, mais contenant les quatorze derniers épisodes de cette première saison. La sortie des coffrets de la véritable troisième saison pour la première fois en vidéo en France dans les coffrets LCJ « saisons 5, 6 et 7 »[173] a été camouflée par une communication et des coffrets arborant les visuels des 2e saisons et des menus restant ceux à l’effigie de la saison 1[174] ; bien que ce soit une saison sans aucun lien avec les deux premières.

Vingt-six épisodes de la première saison ressortent également en six DVD unitaire chez LCJ Editions, en 2008 et 2011 :

Titre Nombre d'épisodes Dates de sortie (DVD)
Zone 2 (dont la   France) Nombre de disques
Tout commença ainsi... 4 1
Le Mal se dévoile 4 1
Combat glacial 4 1
L'Arrivée de SkullGreymon 4 1
Le Prisonnier de la pyramide 4 1
Les Champignons de l'oubli 4 1
Coffrets DVD (intégrale - version française)
Digimon - saison 1 20 5
Le coffret ne contient pas l'intégrale de la saison 1, mais les 20 premiers épisodes.
Digimon - saison 2 20 18 janvier 2008 5
Le coffret « saison 2 », aux visuels de la saison 2, ne contient que les épisodes 21 à 40 de la saison 1.
Digimon - saison 3 23 5
Le coffret « saison 3 », aux visuels de la saison 2, contient les 14 derniers épisodes de la saison 1.

(La saison Digimon Tamers est commercialisée dans les coffrets Digimon saison 5, 6 et 7 de LCJ Editions).

FilmsModifier

Le tout premier film, ou court-métrage d'une durée de 20 minutes, s'intitule également Digimon Adventure[175] au Japon, huit ans dans les faits avant que l'aventure des protagonistes ne débute officiellement[176]. Les deux personnages Tai et Kari Kamiya voient apparaître un digi-œuf se matérialisant depuis leur ordinateur puis laissant éclore un monstre anthropomorphe se révélant par la suite être un Digimon[26],[10],[176]. Ce court-métrage est localement diffusé dans les cinémas japonais le , une journée avant la diffusion officielle de la série animée sur Fuji Television[1]. Un second film, diffusé le [177], montre les protagonistes luttant contre un virus informatique sous le nom de Diaboromon, ayant pris le contrôle mondiale d'Internet. Ils se doivent d'arrêter ce virus avant qu'il ne lance une frappe nucléaire sur la ville dans laquelle les protagonistes vivent[176],[178].

Ces deux premiers films sont regroupés dans le film américano-canadien d'une durée de 85 minutes Digimon, le film, diffusé dans les cinémas américains le et en France, le 4 avril 2001 par Saban Entertainement sous la présentation de la marque Fox Kids et distribuée par la 20th Century Fox aux États-Unis[26],[27],[10] et Fox Kids et Pathé en France. Un court métrage avec Angela Anaconda et ses amis précède le film[176]. À l'occasion, les bandes originales[179],[180] accompagnées de cassettes vidéo et DVD ont été commercialisés. Lors du Digimon Adventure 15th Anniversary, chaque film de la franchise est annoncé pour une parution en un coffret Blu-ray, pour le 9 janvier 2015[82].

Pour célébrer le 15e anniversaire de la série, six films Digimon Adventure tri. sortent dans les cinémas japonais dès jusqu'à [82],[83], ainsi qu'en Amérique du Nord, en Grande-Bretagne et en Allemagne. Il s'agit d'une suite relatant les principaux protagonistes désormais âgés de 17 ans, et élèves au lycée[84]. Cette série de films est distribuée en SVOD payante sur ADN le , en version japonaise sous-titrée en français[181].

Pour célébrer le 20e anniversaire de la série, le film Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna, ultime volet de l'histoire originale, sort dans les cinémas japonais le , et est exploité dans une quarantaine de pays, dont en France, le [182], en version originale sous-titrée et avec un doublage français produit en Belgique, ne reprenant pas les voix françaises d'origine ; ce film ne bénéficie d'aucune sortie en format physique en France après cette sortie[183].

MangasModifier

Digimon Adventure V-Tamer 01 (デジモンアドベンチャーVテイマー01, Dejimon Adobenchā V-Teimā 01?) est imprimé sur les pages du magazine V Jump. Écrit par Hiroshi Izawa, et dessiné par Tenya Yabuno, il parait pour la première fois le au Japon. Il recense cinquante-huit chapitres, pour neuf tomes commercialisés jusqu'au . Bien que ce manga Digimon Adventure intronise le personnage de Tai, ce n'est pas le même personnage figurant dans la série télévisée. Ce n'est pas un manga dérivé de la série animée, V-Tamer prend place dans un univers différent.

Hors des frontières japonaises, une adaptation en manhua de la série télévisée est parue initialement dans les pages du CO-CO! Magazine, illustré par l'auteur chinois Yuen Wong Yu, et est distribué par la maison d'édition Tokyopop en partenariat avec Disney Publishing Worldwide ; annoncé puis prévu pour être commercialisé fin 2002[184],[185] au Singapour et en Amérique du Nord. Avec deux éditions anglaises en 2003, le manga se base sur les scénarios originaux, bien que légèrement abrégés[186].

Bandes-dessinées et romansModifier

Outre-mer, aux États-Unis, la maison d'édition Dark Horse Comics obtient les droits de licence pour lancer la publication mensuelle, initialement en treize exemplaires, d'un comic-book homonyme indépendant entre mai et septembre 2000[187]. L'histoire est écrite par Daniel Horn et Ryan Hill, et illustré par Daniel Horn et Cara L. Niece[188]. En Europe, un comic-book similaire est créé en Allemagne, puis au Royaume-Uni via la maison d'édition Panini Comics, pour s'achever vers 2004. En France, cette adaptation est traduite depuis Issy-les-Moulineaux et parait mensuellement de 2000 à 2004[189] avec le Digimon, magazine de 48 numéros en France[190] paru entre et , qui adapte en comics la première saison en 14 numéros. Mensuellement publié par Dino Entertainment, Dino+ et Panini Comics[191]. La version reliée des premiers chapitres de la bande-dessinée du mensuel Digimon, La Digi-BD !, est éditée chez Dargaud de à en quatre tomes[192]. L'anime comic Digimon Anime Manga, est paru chez Dino Panini en 5 tomes en en France[193]. Digimon Adventure Stage sort en au Japon, les Anime Comic par SoftBank et Flex Comic[194].

Digimon Le Roman Jeunesse est paru en quatre tomes chez Gallimard Jeunesse en France[195], une adaptation par John Whitman, A. Ryan Nerz et J.E. Bright. Digimon Adventure: Le Roman (デジモンアドベンチャー小説, Dejimonadobenchaa Shōsetsu?) sort également au Japon, et est une adaptation de la série animée à l'écrit par le réalisateur de la série, Hiroyuki Kakudō et l'un des scénaristes, Hiro Masaki. Ces romans fournissent des détails plus précis sur les pensées des personnages, leurs antécédents et bien d'autres choses qui n'ont été que survolées dans l'anime.

À l'occasion de la sortie de Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna, une adaptation en romans est paru en deux versions le . Une édition jeunesse par Asahi Kawabata, illustrée et avec des illustrations en couleur inédites parue chez Mirai Bunko. Et une édition mature par Ryōsuke Maki, avec plus de scènes d'action et d'émotions, ainsi que des scènes qui ont fini par ne pas figurer dans le film, qui est parue chez Dash X Bunko[196].

Produits dérivésModifier

 
Costume à l'effigie d'Angemon, le partenaire Digimon de T.K..

De nombreux produits dérivés à l'effigie de Digimon Adventure ont été commercialisés au Japon ciblant principalement un public enfant, incluant jeux vidéo[197], jouets[198], mangas[199],[200], films d'animation[199],[201], cassettes vidéo[202], DVD[202], singles[203], compilations musicales, magazines[199], comics[204], vêtements[205], chaussures[206], peluches, figurines[197], cartes à jouer[197] ou encore ballons de sport[207].

La vente de jouets s'étend par la suite à l'international avec principalement la contribution de la branche commerciale de Bandai[208] dont les ventes des produits Digimon augmentent de 150 %, soit ¥ 10 milliards jusqu'à mars 2001 aux États-Unis[209], Digimon devient l'une des importations japonaises dont la propagation a été la plus immédiate[67]. De nombreux produits dérivés ont été commercialisés incluant jouets, peluches[210],[78], cartes à collectionner, mangas, magazines, costumes, fournitures scolaires, gadgets, accessoires, albums, cassettes, DVD (voir section Sortie vidéo), et jeux vidéo[208],[211]. Plus de 7 000 sociétés commerciales spécialisées dans les jouets ou l'alimentaire telles que Toys “R” Us et Taco Bell profitent de la popularité de la série en rachetant la licence afin de l'attribuer à leurs produits[78],[212],[213]. Jusqu'au 15 novembre 2000, Taco Bell, en partenariat avec Saban Entertainment, fait la promotion aux États-Unis de Digimon, le film[214]. De mai 2000 jusqu'en 2003, un magazine indépendant est initialement distribué par Dark Horse Comics au Royaume-Uni[215],[216]. Digimon doit une part de sa popularité aux cartes à jouer et à collectionner qui s'avèrent être les mieux vendues dans les marchés japonais et américains au début des années 2000[78],[217], principalement ciblées par les enfants âgés entre 7 et 12 ans[78], ainsi qu'au jouet Digivice, qui sont les premiers produits à s'épuiser en magasin[78], et qui cible principalement les enfants âgés entre 4 et 9 ans[78]. En 2001, la vente totale des jouets dérivés atteignent plus de 100 millions $ dans les marchés américains[78]. Les figurines Digimon par Bandai avaient une part de marché d'environ 50% et était le deuxième jouet le plus vendu en Allemagne; la page allemande Digimon comptait plus de deux millions de vues par mois et Digimon était l'une des propriétés pour enfants les plus fructueuses du pays[151].

En France, en plus des jouets de la gamme Bandai, plusieurs marques s'associent pour produire divers produits à l'effigie de la série et ses héros. Notamment Pogs[218], Majorette[219]. Des autocollants, des jouets, des images à collectionner, des concours avec McDonald's France[220], Kellogg's[221], Bonux[222], Candia[223], Chupa Chups[224], Lutti[225], Oasis[226], la Vache qui Rit[227] ou encore les goûters LU[228]. Des jouets électroniques, des jeux de sociétés, des puzzles sortent chez Lansay, Ravensburger ou encore Joustra; et Mad Hatter's au Québec. Différentes publications paraissent chez Gallimard[229], Dargaud, Dino, Piccolia[230] ; ou encore Panini, avec également des albums qui peuvent être complétés par des autocollants[231] ; des albums similaires publiés par Magic Box en Belgique[232]. Ainsi que Zavico[233] pour des peluches, des réveils, Jemini[234] pour des peluches de différentes sortes, des sacs à dos et autres accessoires de rangements, Kid Maniak pour des cartables, Zeon pour des montres, pendules et des réveils, Loisiland pour des accessoires de bains, Stamp pour des bicyclettes, trottinettes, skateboard et accessoires de protections ou encore Rubie's France pour des déguisements. Des parures de lit, des aimants, des chewing-gums[223], des timbres, des tirelires, des plumiers, des cahiers scolaires, des chaussures, des fèves[235],[236], des pendentifs, des pin's ou encore des porte-clés sont également les nombreux objets mis sur le marché, notamment en France.

D'après le site Yahoo! en , la police italienne aurait mis la main sur un grand nombre de jouets Pokémon, Digimon et Dragon Ball de contrefaçon. Ils auraient été illégalement importés de Chine et saisi à l'aéroport Fiumicino de Rome[237]. Un policier rapporte que « les jouets étaient pas dans les normes et dangereux pour les enfants » et ajoute que « les exportateurs chinois, complices d'importateurs italiens, auraient fixé des autocollants « Fabriqué en Europe »[237]. ».

Jeux vidéoModifier

Dans le domaine vidéoludique, de nombreux jeux sont commercialisés, dont quelques-uns relatant la série. Un premier jeu sur l'univers de Digimon Adventure s'intitule Digimon Adventure: Anode Tamer et est commercialisé au Japon le sur console WonderSwan qui sera suivi par une suite intitulée Cathode Tamer le [238],[239]. Entre-temps, Digimon Adventure 02: Tag Tamers paraît le 30 août 2000[240], intronisant pour la première fois les personnages de Ryo Akiyama et Ken Ichijouji. Par la suite, d'autre jeux vidéo sont commercialisés relatant les personnages humains et/ou Digimon de la première saison, tels que les Digimon Rumble Arena sur console PlayStation. Le , la présence de personnages de la première saison tels que Tai et Sora dans le jeu vidéo Digimon World Re:Digitize est dévoilée dans le magazine V Jump[241],[242]. Plus tard la même année, le jeu vidéo Digimon Adventure, retraçant le scénario de la série et de ses films connexes[80],[243] est annoncé en août 2012, et commercialisé au Japon le [244],[245]. En France, Digimon Comic and Music Maker de Magix est un logiciel de montage localisé et doublé en français sorti en 2001 sur PC[246].

MusiquesModifier

Takanori Arisawa est le compositeur musical de la version japonaise. Le générique de début s'intitule Butter-Fly de Koji Wada, avec des paroles de Hidenori Chiwata, une musique de Hidenori Chiwata et des arrangements de Cher Watanabe. Le générique de fin est I Wish, interprété par Ai Maeda[247], avec des paroles et Yoshiko Miura, une musique de Yoshihisa Shirakawa et avec des arrangements de Katsumi Horii. Le second générique de fin, Keep On, est interprété par Ai Maeda, avec des paroles de NK, une musique de Naoto Kine et des arrangements de Kine et de Koichi Yuasa.

Les compositeurs derrière la version américaine et française sont Udi Harpaz, Amotz Plessner, Shuki Levy, Paul Gordon, Kussa Mahchi, Deddy Tzur, et Andrew R. Muson. Le générique de la série en français s'intitule simplement Digimon, interprété par Claude Vallois (C. et C. Vallois), avec des paroles d'Alain Garcia, et une musique de Paul Gordon. Le générique de fin est Digimon Theme (Instrumental) de Paul Gordon. À noter que Gordon est l'auteur, compositeur et interprète des titres de la bande originale américaine qu'on entend qu'en instrumentale dans la version française : l'instrumental du Digimon Theme, le générique de début et de fin ainsi que le thème de la digivolution ; et du titre Hey Digimon.

Hey Digimon est interprété par Paul Gordon avec des paroles de Gordon, Shuki Levy, Kussa Mahchi ; la version chantée en anglais est utilisé dans le dernier épisode en français. Le 25e épisode comprend le morceau Pour ShogunGekomon avec des paroles de Michael Sorich, et le 42e épisode comprend le morceau La Chanson d'un chat affamé avec des paroles de Jeff Nimoy.

Nombre de singles et compilations musicales ont été commercialisés, la majorité de ces morceaux ayant été chantés par Kōji Wada et Ai Maeda (AiM). Le générique de début original s'intitule Butter-Fly et commercialisé le sous forme de single commercial, a atteint le numéro 47 au classement des singles de l'Oricon Weekly[248]. En France, à l'occasion de la sortie du film, une bande originale composée par plusieurs interprètes a été commercialisée[179],[180].

Digimon Adventure - Character Song - Mini Drama en trois volumes[249],[250],[251] sorti entre 1999 et 2000, est une série de drama audio[252] se focalisant principalement sur les protagonistes de la série et contenant des chansons interprétées par les comédiens des protagonistes. Un CD drama inédit était accompagné dans les premiers exemplaires du Blu-Ray japonais le 3 mars 2015 au Japon[82]. Fest 2016 Special Drama est le premier drama qui fut interprété à deux reprises le 31 juillet 2016 sur scène, lors du Digimon Adventure Fest 2016[253].

DistributionModifier

Voix japonaisesModifier

Voix françaisesModifier

Doublage réalisé à la SOFI à partir de l'adaptation américaine de Saban Entertainment. L'adaptation française est de Christine Fau (épisodes 1, 3, 5), Sophie Blanchard-Morizot (épisodes 2, 8), Patricia Llense (épisodes 4, 6, 17-18, 26-27, 33-34, 36-38, 45-48, 51, 53-54), Gérard Salva (épisodes 07, 11, 14-16, 21-23, 38, 49), Alain Salva (épisodes 9-10, 28-30, 35, 39, 40, 43-44, 50, 52), Marie Roberts (épisodes 12-13, 19-20, 24-25, 31-32, 41-42)[254], sous la direction artistique de Maurice Sarfati.

  • Donald Reignoux : Taichi « Tai » Kamiya, Gazimon #1
  • Annabelle Roux : Sora Takenouchi, Palmon (Tanemon, Lilymon), Yokomon, LadyDevimon
  • Antoine Nouel : Angemon, Narrateur (épisodes 33-34), Whamon, Elecmon, SaberLeomon
  • Alexis Tomassian : Yamato « Matt » Ishida, Gomamon (Bukamon, Ikkakumon, Zudomon), cousin de Sora
  • Marie-Eugénie Maréchal : Takeru « T.K. » Takaishi, Kari Kamiya, Biyomon (Yokomon, Birdramon)
  • Natacha Gerritsen : Koushiro « Izzy » Izumi, Patamon (Poyomon, Tokomon), Gazimon #2, Numemon, Floramon
  • Michèle Lituac : Mimi Tachikawa, Gatomon (Salamon, Angewomon), Yuuko Kamiya
  • Franck Tordjman : Joe Kido, Jim Kido (voix 2), Centarumon (voix 2), Bakemon
  • Hervé Rey : Agumon (Koromon, Greymon, SkullGreymon), Gabumon (Tsunomon, Garurumon), Chuumon
  • Thierry Bourdon : Tentomon (Motimon, Kabuterimon, MegaKabuterimon), Meramon, Unimon, Gazimon #3, MetalSeadramon, Andromon (voix principale), Jim Kido (voix 1)
  • Michel Prud'homme : Devimon, Myotismon (VenomMyotismon), Gennai, MagnaAngemon, Centarumon (voix 1), Kokatorimon, Vademon, WaruMonzaemon
  • Gérard Surugue : Leomon, WarGreymon, DemiDevimon, Wizardmon, Phantomon, Puppetmon, Machinedramon, Apocalymon, Frigimon, Monzaemon, Drimogemon, Gotsumon
  • Renaud Durand : Etemon (MetalEtemon), Piedmon, Vegiemon, Dokugumon, SkullMeramon, Keisuke Tachikawa
  • Érik Colin : le narrateur principal, Metalgarurumon (Weregarurumon), Ogremon, Hiroaki Ishida, Mojamon, Datamon, Digitamamon, ShogunGekomon, Togemon (voix principale), Sukamon, Gennai (jeune)
  • Valérie De Vulpian : Toshiko Takenouchi, Nancy Takaishi, Satoe Tashikawa (voix principales)
  • Maurice Sarfati (épisodes 2-8) : Greymon, Birdramon, Togemon, Masami Izumi
  • Régis Lang : Andromon (épisode 5)

Gabumon est attribué par erreur à Alexis Tomassian dans le générique de fin d'ADN. De même pour Biyomon avec Annabelle Roux[255].

CommentairesModifier

Dans la version originale japonaise, de nombreuses voix ont été intentionnellement sélectionnées par les réalisateurs[1],[54] « Chaque réalisateur avait sa vision des choses, certains aiment ne faire appel qu'à des comédiens expérimentés (...) mais nous avons senti que nous pouvions nous détendre avec des comédiens comme Toshiko Fujita et Chika Sakamoto déjà engagés en personnages principaux, pour nous lancer à l'aventure, pour trouver le reste du casting. »

Hiroyuki Kakudō, l'un des réalisateurs de la série et aimant le risque, avait demandé à entendre toutes sortes d'interprétations[54]. Durant les auditions, il demandait à entendre chaque type de voix fournies par les 200 comédiens auditionnés dans le studio, et même lorsqu'un débutant était incertain sur son essai, il le complimentait en disant que « cette bizarrerie était ce qu'ils recherchaient »[54]. « Si la série animée était remplie de voix que les gens étaient habitués à entendre, elle ne serait pas rafraîchissante et cela ferait croire à nos téléspectateurs que la série n'est pas différente des autres. Je voulais éviter cela. » Les voix principales ont été attribuées à des professionnels, tels que Masami Kikuchi et Umi Tenjin incarnant les rôles respectifs de Joe et Izzy[256], et les comédiens incarnant les voix secondaires changeaient au fil des épisodes[1],[54].

AccueilModifier

Digimon Adventure remporte un franc succès au Japon et hors des frontières[78]. Durant la semaine du 18 au 25 mars 2001, la série atteint la première place au box-office japonais, accompagné de la série One Piece[257]. Dès sa première parution en Amérique du Nord, la série est perçue comme une tentative de copier le succès que possède la franchise Pokémon de la branche commerciale Nintendo. Le magazine américain Entertainment Weekly, de son côté, décrit en blague Digimon comme la « pire tentative d'imitation de Pokémon » en 2000[258]. Malgré les critiques, la série se place en tête d'audience sur l'échelle de Nielsen, surpassant Pokémon : Les Îles Oranges parmi les téléspectateurs âgés entre 2 et 11 ans. Le moteur de recherche Lycos liste Digimon à la cinquième place des phénomènes de mode en 2000, et classe le mot à la 35e place des recherches[259]. Melissa Sternenberg, du site T.H.E.M Anime Reviews, accueille positivement Digimon Adventure, et cite dans son verdict que la série « est bien meilleure que ce que les gens pensent[260]. »

Kevin T. Rodriguez, du site Examiner, attribue trois étoiles sur cinq à la série[40]. Il explique « Je reste jeune dans l'âme donc je n'ai eu aucun mal à regarder ce dessin animé. Si vous deviez regarder une série avec vos gamins, celle-ci est l'une des rares qui leur font réfléchir un peu à la vie tout en les amusant. Cette saison a été un franc succès et d'autres saisons ont suivi. Cependant, maintenant que Digimon a la réputation d'être l'anti-Pokémon, la saison suivante a dû faire quelque chose d'encore plus poussé, et les créateurs ont pris une direction qui a surpris pratiquement tout le monde[40]. », tout en exprimant des doutes sur l'adaptation anglophone (texte, coupures, mixage...) malgré les qualités constatées (les comédiens, le compositeur...). Neil Lumbard, rédacteur du site DVD Talk, recommande la saison, en lui attribuant un 4,5/5 étoiles[261]. Pour lui, « Digimon est l'une des meilleures séries d'animation qui existent et c'est l'une des rares séries ayant conquises le cœur des enfants et qui a réussi à rester aussi crédible et touchante pour ce public pendant des années depuis que l'incarnation originale de la série se soit conclue[261]. » Dans son verdict, il s'agit d'une « magnifique création : une série d'action magique que les téléspectateurs de tout âge peuvent apprécier[261]. »

Benjamin Benoît, du journal Le Monde, la qualifie rétrospectivement de « dessin animé cher au cœur des enfants des années 1990 », « un peu plus que l’anti-« Pokémon » » avec « des qualités d’écriture qui compensent des faiblesses de dessin et d’animation », en soulignant les « thématiques fortes et peu simples à aborder pour des enfants »[57] de la série et un générique français aux paroles naïves mais identifiables par la plupart des enfants qui succèdent à la « génération Club Dorothée »[57].

Dans un sondage de popularité en ligne mené sur le site officiel japonais Digimon le , Tai s'y classe 3e[262] ; 6e[263], 4e[264] et 5e[265]. Matt, lui, s'y classe 1er[262],[263],[264] (à trois reprises) et 4e[265]. T.K. s'y classe 7e[262], 2e[263], 3e[264],[265]. Dans ce même sondage, Mimi s'y classe 6e[262], 3e[263], 9e[264], 10e[265]. Sora s'y classe 5e[262],[263],[264] (à trois reprises) et 8e[265]. Joe s'y classe 2e[262],[263],[264] (à trois reprises) et 4e[265].

La série se classe 33e dans le « top 100 des scènes d'anime les plus fortes » avec le final et le premier épisode[266], et 10e dans le « Les 100 meilleurs anime japonais qui ont fait leurs preuves dans le monde » en dans l'émission annuelle « Japan's Best 100 » de TV Asahi[267]. En , l'anime se classe 55e dans le top 100 des meilleurs anime de TV Asahi[268] et en , 37e des meilleurs animes[269]. La série se classe 18e dans le classement des téléspectateurs des « 100 meilleurs animes » de l'opération « Nippon Anime 100 (ja) », commémorant le 100e anniversaire du premier anime produit au Japon, et qui s'est déroulé de à [270].

NotesModifier

  1. Digimon Digital Monsters est d'abord le titre qui sera préféré et utilisé en titre unique à cette première saison ; puis Digimon Adventure le .
  2. En fin d'épisodes deux cartons mentionnent l'auteur, le réalisateur, les interprètes japonais, le studio et, par erreur, le compositeur de la version japonaise en lieu et place des compositeurs américains à la musique de la version française proposée. Aucune mention aux équipes de la production Saban. Le second carton est dédié à l'équipe et aux comédiens du doublage français.
  3. Des défauts de luminosité accentués et de sévères sauts de bande sont à déplorer sur quelques épisodes.

RéférencesModifier

  1. a b c d et e (en) « Digimon Adventure (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  2. a et b « Digimon Adventure - Regardez sur Crunchyroll », sur Crunchyroll (consulté le ).
  3. « DIGIMON ADVENTURE (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr.
  4. a et b « Digimon Digital Monsters » (consulté le ).
  5. « Digimon Digital Monsters (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr.
  6. « Wayback Machine » (version du 17 août 2004 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org, .
  7. « Le Monde », .
  8. « Digimon (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr (consulté le ).
  9. « Digimon, the Worldwide Blockbuster Anime Series Returns! Digimon Xros Wars Premieres July 6, 2010 (Tue.) on the TV Asahi Network (TOEI ANIMATION PRESS RELEASE) », sur web.archive.org, (consulté le )
  10. a b c et d « Digimon: The movie », sur Allociné (consulté le ).
  11. « Digimon », sur AnimeGuides (consulté le ).
  12. « Digimon: The Movie », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  13. « Toei Animation », sur www.toei-animation-usa.com (consulté le ).
  14. « Saban Brands Plans Layoffs Following Hasbro Acquisition | Los Angeles Business Journal », sur labusinessjournal.com (consulté le ).
  15. a et b Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — première page (Introduction) », sur manga-news.com, (consulté le ).
  16. a et b (en) Estrid Sørensen, The Materiality of Learning: Technology and Knowledge in Educational Practice, (ISBN 0521882087), p. 114.
  17. a et b (en) « A Grown-up’s Guide to Digimon », sur radford.edu (consulté le ).
  18. Ikkakumon, « Digimon Saison 1 - Coffret 1 », sur dvdanime.net, (consulté le ).
  19. (ja) 東映アニメーション, « デジモンアドベンチャー: | 東映アニメーション », sur デジモンアドベンチャー: | 東映アニメーション (consulté le ).
  20. a et b « L’anime Digimon arrive en VF sur ADN le 21 février », sur AnimeLand, (consulté le ).
  21. a et b « ADNanime - Saturday 19th September stream summary stats - SullyGnome », sur sullygnome.com (consulté le ).
  22. a et b GoToon, « ANNONCE : la première série de Digimon disponible sur Crunchyroll », sur Crunchyroll (consulté le ).
  23. a et b kevin Lheritier, « R. Kochi (Toei Animation) : "L’animation japonaise permet d’ouvrir à un plus large public, plus adulte." », sur média+, (consulté le )
  24. Digimon Adventure (2020), Digimon 01, Digimon 02
  25. Les six films Digimon Adventure Tri, Digimon Adventure Last Evolution Kizuna
  26. a b c d et e (en) Jerry Beck, The Animated Movie Guide, Chicago, États-Unis, (ISBN 1-55652-591-5, lire en ligne), p. 63-64.
  27. a b c d e f g h i j et k (en) Brian Camp et Julie Davis, Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, , 408 p. (lire en ligne), p. 103-108.
  28. La Rédac', « Et maintenant, place aux Digimon », sur 1 Jour, 1 Actu, (consulté le ).
  29. a b c et d (en) « Anime: Digimon Adventure », sur TV Tropes (consulté le ).
  30. (ja) « 1999/03/07放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  31. a et b (en) « Digimon First Season Review (Digimon Adventure) », sur Screwattack.com, (consulté le ).
  32. a et b (en) Yumeka, « Digimon: from Adventure to Xros Wars », sur animeyume.com, (consulté le ).
  33. « Une série sur l'enfance », sur AnimeGuides (consulté le ).
  34. a et b (en) « [novel] digimon adventure: prologue chapter 2 », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  35. (ja) « 1999/04/25放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  36. (ja) « 1999/05/30放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  37. (en) « [novel] digimon adventure: prologue chapter 3 », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  38. (ja) « 2000/01/30放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  39. (ja) « 1999/09/19放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  40. a b et c (en) « 'Digimon Adventure' history & review », sur Examiner, (consulté le ).
  41. Épisode Le cadeau de Wizardmon, 37e épisode de la première saison de la série Digimon Adventure, d'une durée de 20..
  42. (ja) « 2000/03/19放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  43. (ja) « 2000/03/26放映予定 », sur Toei Animation (consulté le ).
  44. (en) « Digimon: Digital Monsters », sur TV.com (consulté le ).
  45. « INTERVIEW: Jeff Nimoy » (consulté le ) : « All the names came from Toei Animation and Bandai Toys. [...] . On a rare occasion, they would ask for suggestions on an English character name. ».
  46. (en-US) « Q/R avec l'adaptateur Jeff Nimoy (2006) », sur With the Will (consulté le ) : « All those things came directly from Bandai to match whatever info they were putting out on the trading cards. Why they chose it, I don't know, I just had to stay consistent with them. ».
  47. (en-US) « Q/R avec l'adaptateur Jeff Nimoy (2006) », sur With the Will (consulté le ) : « Toei Animation knew they would eventually incorporate kids from all over the world, so the decision was to leave it Japan, and ignore the fact that they all sound like they're from the midwest. ».
  48. (en) « Tai », sur Fox Kids, depuis Wayback Machine (consulté le ).
  49. (en) « Matt » (version du 11 octobre 2000 sur l'Internet Archive), sur Fox Kids, depuis Wayback Machine.
  50. (en) « T.K. » (version du 12 octobre 2000 sur l'Internet Archive), sur Fox Kids, depuis Wayback Machine.
  51. (en) « Mimi » (version du 20 juin 2000 sur l'Internet Archive), sur Fox Kids, depuis Wayback Machine.
  52. (en) « Sora », sur Fox Kids, depuis Wayback Machine (consulté le ).
  53. (en-US) « Interview avec l'adaptateur Jeff Nimoy », sur With the Will // Digimon Forums (consulté le ).
  54. a b c d e f g h i et j (en) « Producer Seki and Director Kakudou reveal the inside story on events that led to the creation of Digimon. », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  55. a b c et d (en) « [interview] memories of our digimon adventure pt. 6 », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  56. (en) « Animation Styles Guide. 中鶴(なかつる) 勝祥(かつよし). Katsuyoshi Nakatsuru », sur kanzenshuu.com (consulté le ) : « After being the character designer for the first four Digimon series (both Digimon Adventure series, Digimon Tamers, and Digimon Frontier), Nakatsuru left Toei Animation to become a freelance animator ».
  57. a b et c « « Digimon Adventure Tri » : quinze ans après, le retour des monstres numériques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. a et b « Digimon (Saison 1) », sur AnimeLand (consulté le ).
  59. (en) George Lazarus, « Digesting Latest Promotion For Kids: Digimon », sur Chicago Tribune, (consulté le ).
  60. (en-US) Jim Rutenberg, « Violence Finds a Niche in Children's Cartoons », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  61. « Digimon Adventure (TV Series 1999–2000) - Parents Guide - IMDb »
  62. (en) « Marketing violent entertainment to children », Federal Trade Commission,‎ , p. 14 (lire en ligne [PDF])
  63. (en) « Digimon: Digital Monsters », sur Common Sense Media (consulté le ).
  64. a et b « Digimon », sur Devildead, (consulté le ).
  65. Moniques Richard, Culture populaire et enseignement des arts, PUQ, (ISBN 978-2-7605-1820-9, lire en ligne)
  66. (en) Laurel Graeber, « COVER STORY; Masters of the Universe, Youth Division », sur The New York Times, .
  67. a b c d et e « Les Digimon viennent concurrencer les Pokémon sur leur propre terrain », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  68. Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — première page (Introduction) », sur manga-news.com, (consulté le ).
  69. (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 106-107.
  70. (en) Neil Lumbard, « Digimon Adventure: Volume 1 », sur DVD Talk, (consulté le ).
  71. (en) « DigiMon Virtual Pet Page », sur virtualpet.com (consulté le ).
  72. (en) Takako Aoyama et Tomoko Akashita, Anime Poster Art: Japan's Movie House Masterpieces, Cocoro Books (lire en ligne), p. 76, Digimon quickly established its own international fanbase.
  73. (en) Juan Castro, « E3 2005: Digimon World 4 », sur IGN, (consulté le ).
  74. (en) Lucas M. Thomas, « Cheers & Tears: DS Fighting Games », sur ign.com, (consulté le ).
  75. (en) Brad Shoemaker, « Digimon World 3 Review », sur GameSpot, (consulté le ).
  76. (en) « Digimon Licensees Sign as Ratings, Retail Success Grows », sur PR Newswire, (consulté le ).
  77. (en) « Yo Quiero Taco Bell and Digimon », sur QSR Magazine, (consulté le ).
  78. a b c d e f g h i j k et l (ja) « Digimon and Gundam shoot to success overseas! » [PDF], sur Bandai.co.jp, (consulté le ).
  79. a et b (en) Rick DeMott, « Fox Kids Europe Acquires Digimon », sur awn.com, (consulté le ).
  80. a et b (en) « Digimon Adventure PSP to Cover All Episodes, 2nd Film », sur Anime News Network, (consulté le ).
  81. (en) Mike Ferreira, « Saban Acquires Global Broadcast Rights to Digimon », sur Animeherald.com, (consulté le ).
  82. a b c et d (en) « Digimon Adventure Anime Returns Next Spring in High School Sequel », sur Anime News Network, (consulté le ).
  83. a et b (en) Scott Green., « VIDEO: "Digimon Adventure" Sequel Anime Announced. Japanese Blu-ray set also anounced », sur Crunchyroll, (consulté le ).
  84. a et b (en) Declan, « Digimon Adventure Sequel Anime Announced », sur the-arcade.ie, (consulté le ).
  85. (en) « New Digimon Anime's Staff, Key Visual, Title Unveiled », sur Anime News Network, (consulté le ).
  86. a b c d e et f Pierre Faviez et Rui Pascal, « Télévision : un destin animé », Animeland, no 70,‎ , p. 64
  87. (en) Jay Tobin 2004, p. 190
  88. a b c et d Alvin Haddadène et Loup Lassinat-Foubert, Générations Pokémon: Vingt ans d’évolution. Création - univers - décryptage, Third Editions, (ISBN 978-2-37784-051-9)
  89. a b et c « Bilan de la société privée TF1 - Année 2001 », CSA,‎ (lire en ligne [PDF])
  90. emilie, « Adventure – épisode 38 », sur Digiduo (consulté le )
  91. Clément Cusseau, Japanime, (ISBN 978-2-38184-009-3 et 2-38184-009-5, OCLC 1225876545, lire en ligne)
  92. (en) « Toei Summer Anime Fair a failure », sur Anime News Network,
  93. (en-US) Alex Cline, « 'Digimon Adventure:' (2020) retrospective: A series both propelled and hindered by its own nostalgic foundation • AIPT », (consulté le )
  94. « Dessins animés : la politique TF1 », sur AnimeLand, (consulté le ).
  95. a et b « Dossier Digimon Adventure - HONGO Akiyoshi - Partie 2 », sur manga-news.com (consulté le ).
  96. (en) George Lazarus, « Digesting Latest Promotion For Kids: Digimon », sur Chicago Tribune, (consulté le ).
  97. (en-US) « Digimon Adventure tri.: Reunion English Dub Review », sur Den of Geek (consulté le )
  98. a et b « DVDanime.net - Critique DVD de Digimon - Film - », sur www.dvdanime.net (consulté le )
  99. (en) Laurie Cubbison, « A Grown-up’s Guide to Digimon », sur radford.edu (consulté le ).
  100. « Digimon (Saison 1) », sur AnimeLand (consulté le ).
  101. a et b « Dossier Digimon - - Présentation », sur manga-news.com (consulté le ).
  102. Olivier Fallaix, « 8e Anime Grand Prix Français », AnimeLand, no 75,‎ , p. 38
  103. « Dossier Digimon Adventure - HONGO Akiyoshi - Partie 2 », sur manga-news.com (consulté le ).
  104. (ja) « デジモンアドベンチャー各話あらすじ », sur Toei Animation (consulté le ).
  105. (ja) « デジモンアドベンチャー - フジテレビ », sur Fuji Television (consulté le ).
  106. (ja) « メインスタッフリスト », sur Toei Animation (consulté le ).
  107. (en) « Digimon Adventure », sur My Anime List (consulté le ).
  108. (en) Indiantelevision.com Team, « Cartoon Network to telecast Digimon Adventures », sur indiantelevision.org.in, (consulté le ).
  109. (en) BOC Editorial, « Spacetoon Kids TV launched in India », sur Business of Cinema, (consulté le ).
  110. (en) « Ten Network Holdings Limited Annual Review 2001 24 : 7 » [PDF], sur Network Ten (consulté le ) : « Cheez TV has become a must-watch for younger viewers who enjoy the team’s unique style and exciting content including Pokemon, Digimon and Dragonball Z ».
  111. (en) « Digimon Adventures return to TV », sur toyhobbyretailer.com.au, (consulté le ).
  112. (en) K.S. Ramkumar, « Jeddah summer fest full of fun and frolic », sur Arab News, (consulté le ).
  113. « News Anime sur diverses chaînes du globe... », sur web.archive.org, (consulté le )
  114. a b et c (en) « Digimon Adventure (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  115. a et b (en) « Anime TV Changes », sur Anime News Network, (consulté le ).
  116. (en) « News Fox Kids Prepares New Friday Lineup », sur Anime News Network, (consulté le ).
  117. (en) « Digimon Licensees Sign as Ratings, Retail Success Grows », sur PR Newswire, (consulté le ).
  118. (en) « Anime in Mexico details », sur Anime News Network, (consulté le ).
  119. (en) « Televisa Canal 5 », sur Anime News Network (consulté le ).
  120. (en) « Canal Caracol », sur Anime News Network (consulté le ).
  121. (pt) Fábio Yabu, « Digimon - Digital Monsters », sur omelete.uol.com.br, (consulté le ).
  122. (en) « Fox Kids (Brazil) », sur Anime News Network (consulté le ).
  123. (es) « Viaje al Mundo Digital. Reflexiones sobre la trascendencia de Digimon en la cultura otaku española », sur Revista Ecos de Asia, (consulté le )
  124. (es) Rosa Rivas, « La serie 'Digimon' llega a Fox Kids », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  125. (es) « La serie de animación Digimon, por fin en Factoría de Ficción y 'Boing' », sur telecinco.es, (consulté le ).
  126. (es) Sherry Rey, « Digimon vs Ben 10 Alien Force (Boing/Telecinco) », sur listas.20minutos.es, (consulté le ).
  127. a et b (en) « Digimon Adventure (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  128. « News TV sur les chaînes étrangères du câble/satellite », sur web.archive.org, (consulté le )
  129. (en) « Kids dig Digimon », sur orkla.com, (consulté le ).
  130. (en) « Digimon on Poland TV channel », sur Toei Animation, (consulté le ).
  131. (de) « Digimon Adventure auf RTL2! », sur news-anime.de.tl, (consulté le ).
  132. (en) « Media Briefs », sur Marketing Mag, (consulté le ).
  133. « Wayback Machine » (version du 17 août 2004 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  134. « Le Monde DIMANCHE 23 - LUNDI 24 DÉCEMBRE 2001 »
  135. a et b « Digimon », sur AnimeGuides (consulté le )
  136. a et b « RESPECT DES OBLIGATIONS ET DES ENGAGEMENTS », CSA,‎ (lire en ligne [PDF])
  137. (en) Brian Camp et Julie Davis, Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, , 408 p. (lire en ligne), p. 103-108.
  138. La Rédac', « Et maintenant, place aux Digimon », sur 1 Jour, 1 Actu, (consulté le ).
  139. « Digimon (série 1) Digital Monsters », sur Planète Jeunesse.com (consulté le )
  140. « News Anime sur diverses chaînes du globe... », sur web.archive.org, (consulté le )
  141. « TSR 1 », L'impartial,‎ (lire en ligne)
  142. « TSR 2 », L'Impartial,‎ (lire en ligne)
  143. « Fiche de la série » (version du 17 octobre 2000 sur l'Internet Archive), sur Télétoon
  144. « Du 3 au 9 novembre 2001 », France-Antilles Magazine,‎ (lire en ligne [PDF])
  145. « Digimon: The movie », sur Allociné (consulté le ).
  146. a et b « Bilan de la société privée TF1 - Année 2001 », CSA,‎ (lire en ligne [PDF])
  147. [http://home-aki.la.coocan.jp/anime-list/dejimon01.htm « �f�W�����A�h�x���`���[ »], sur home-aki.la.coocan.jp (consulté le )
  148. (en) « Digimon Moves to ABC », sur Anime News Network, (consulté le ).
  149. (en) « Fox Kids wins Broadcast Ratings », sur Anime News Network, (consulté le ).
  150. (en-GB) « Weekly top 10 programmes on TV sets (July 1998 – Sept 2018) | BARB » (consulté le )
  151. a et b « Brand Licensing », sur www.brand-licensing.com (consulté le )
  152. a et b (en) « Netflix Streams Both Digimon Adventure Seasons in Japanese », sur Anime News Network (consulté le ).
  153. (en) « Hulu Streams 4 Digimon Anime Series », sur Anime News Network (consulté le ).
  154. « Digimon Digital Monsters » (consulté le ).
  155. Dareen, « [Récap] Les news de Février à mi-Mars », sur Digiduo (consulté le ).
  156. « Les nouveautés en juin sur les plates-formes de streaming en France », sur www.telesatellite.com (consulté le )
  157. a et b « EveryOne | passion commune "We are very proud of our clie… », sur EveryOne, (consulté le ).
  158. a b et c (en) « ADNanime - Statistics », sur TwitchTracker.
  159. « Découvrez en avant-première les 5 premières minutes du film "Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna" », sur ADNanime (consulté le ).
  160. ADN, « @DonaldReignoux Quel plaisir d'être accompagné par votre voix pendant tout le week-end ».
  161. « ADN lance un marathon Dragon Quest, The Adventure of Daï, 15 Octobre 2021 », sur manga-news.com : « En effet, après le succès du marathon Digimon l’année dernière, la plateforme a voulu réitérer l’expérience ».
  162. a et b (en) « ADNanime - StreamCharts », sur StreamCharts.
  163. « Les Digimon vous remercient d'avoir été là pour le #MarathonMon de Digimon Digital Monsters ! Vous étiez 7 900 ! », sur ADNanime (consulté le ).
  164. a et b (ja) « デジモン VHS ☆ », sur ob.aitai.ne.jp (consulté le ).
  165. « Un nouvel anime Digimon Adventure, annoncé », sur Adala-news (consulté le ).
  166. (en) « Digimon: Digital Monsters - The Birth of Greymon (Dub.VHS 1) », sur Anime News Network (consulté le ).
  167. (en) « Digimon: Digital Monsters - Total Digimon! (Dub.DVD) », sur Anime News Network (consulté le ).
  168. (en-US) « About the Madman Release of Digimon: Digital Monsters | The Otaku's Study », sur www.otakustudy.com, (consulté le )
  169. « Digimon: Digital Monsters Season 1 Blu-ray Announced, First Details », sur ComingSoon.net, (consulté le )
  170. « Digimon (série 1) Digital Monsters », sur Planète Jeunesse.com (consulté le )
  171. « Digiduo - DVD », sur archives.digiduo.fr (consulté le )
  172. Aventures Intérieures, « DVDFr | Monstres & compagnie », sur DVDFr (consulté le )
  173. « DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.5 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le ).
  174. « Critique du DVD Digimon - Digital Monsters - Coffret Vol.6 - Anime Dvd », sur manga-news.com (consulté le ).
  175. (en) « Digimon Adventure: Born of Koromon (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  176. a b c et d (en) Adam "OMEGA" Arnold, « ANIMEfringe Reviews: Digimon: The Movie », sur Animefringe (consulté le ).
  177. (ja) « DIGIMON ADVENTURE Our War Game!! (DIGIMON-NOTRE JEU DE GUERRE) », sur Toei Animation (consulté le ).
  178. (en) « DIGIMON OUR WAR GAME », sur Lelola (consulté le ).
  179. a et b (en) Heather Phares, « Digimon (Warner Bros.) », sur AllMusic (consulté le ).
  180. a et b (en) « Dejimon adobenchâ - Bokura no wô gêmu! », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  181. « Digimon Tri et d’autres anime débarquent chez ADN en mai », sur AnimeLand, (consulté le ).
  182. « Digimon : le dernier film arrive dans les salles françaises », sur CinéSéries, (consulté le ).
  183. Christian Greymon, « Last Evolution Kizuna revient en Europe ! », sur Omegamon, (consulté le )
  184. (en) « Axny : Tokyopop », sur Anime News Network, (consulté le ).
  185. (en) « Tokyopop and Disney to release Digimon Manga », sur Anime News Network, (consulté le ).
  186. (en) S.A. Bennett, « Digimon (Tokyopop) », sur atomicavenue.com (consulté le ).
  187. (en) « Digimon Comic-Book Coming », sur Anime News Network, (consulté le ).
  188. (en) Daniel Horn et Ryan Hill, Digimon: Digital Monsters, Dark Horse Comics, (ISBN 1-56971-516-5).
  189. « Digimon : la BD de la série télé », sur bmvr.marseille.fr (consulté le ).
  190. « La Database BD du Loup - Famille MG Détails série Digimon (1) », sur www.dlgdl.com (consulté le )
  191. Philippe MAGNERON, « Digimon (Comics) -1- La BD de la série télé ! », sur www.bedetheque.com (consulté le )
  192. Philippe MAGNERON, « Digimon -1- La digivolution », sur www.bedetheque.com (consulté le )
  193. Philippe MAGNERON, « Digimon (Manga) - BD, informations, cotes », sur www.bedetheque.com (consulté le )
  194. (ja) « SBアニメコミックス デジモンアドベンチャー2nd.stageエテモン編 〈1〉 », sur 紀伊國屋書店ウェブストア (consulté le )
  195. « Digimon - GALLIMARD JEUNESSE - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le )
  196. (en) « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna Film Gets Novels », sur Anime News Network (consulté le )
  197. a b et c (en) « Digimon set to be top toys. », sur The Free Library (source originale : Coventry Newpapers), (consulté le ).
  198. (en) Sarah Ryle, « Digital pests invade Britain », sur The Guardian, (consulté le ).
  199. a b et c (en) Lesley Aeschliman, « Digimon », sur Bella Online (consulté le ).
  200. (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 103-104.
  201. (en) Estrid Sørensen, The Materiality of Learning: Technology and Knowledge in Educational Practice, (ISBN 0521882087), p. 114.
  202. a et b (ja) « デジモン VHS ☆ », sur ob.aitai.ne.jp (consulté le ).
  203. (en) « Posts Tagged Digimon Discography », sur magicsdigimonmusicdatabase.wordpress.com (consulté le ).
  204. (en) « Digimon Comic-Book Coming », sur Anime News Network, (consulté le ).
  205. (en) « Digimon Digi-Destined to Be Top Holiday Brand ; Toy Sales, Apparel Sales, TV Ratings & More All Tops Holiday '99. », sur The Free Library (source originale : PR Newswire), Los Angeles, (consulté le ) : « T-shirts and other Digimon: Digital Monsters apparel are experiencing reorders and even sellouts at many of America's largest retail chains ».
  206. (en) « Brown Shoe Licenses Digimon: Digital Monsters From Fox Kids Network; Rolls Out New Kids' Shoe Line. », sur The Free Library (source originale : PR Newswire), (consulté le ).
  207. (en) « Fotoball Signs Digimon Licensing Agreement; Announces New Vice President, Promotions and Marketing. », sur The Free Library (source originale : PR Newswire), (consulté le ).
  208. a et b (en) Laurie Cubbison, « A Grown-up’s Guide to Digimon », sur radford.edu (consulté le ).
  209. (en) IGN Staff, « Bandai, Takara and Tomy Step up Toy Sales. Bandai and Other look to sell more game-based toys universally. Watch out for the hype! », sur IGN, (consulté le ).
  210. (en) Sarah Ryle, « Digital pests invade Britain », sur The Guardian, (consulté le ).
  211. (en) « Bandai America Unveils New Line Gundam and More », sur ICV2, (consulté le ).
  212. (en) « Digimon Licensees Sign as Ratings, Retail Success Grows », sur PR Newswire, (consulté le ).
  213. (en) « Yo Quiero Taco Bell and Digimon », sur QSR Magazine, (consulté le ).
  214. (en) « Taco Bell Digimon Promotion », sur Anime News Network, (consulté le ).
  215. (en) « Digimon (2000) comic books », sur Mycomicshop (consulté le ).
  216. (en) « Digimon Comic-Book Coming », sur Anime News Network, (consulté le ).
  217. (en) Jon Ledford, « 10 Best Trading Card Games », sur arcadesushi.com (consulté le ) : « Yu-Gi-Oh!, Digimon, and Pokémon may have each declined in popularity over the past decade [...] ».
  218. « Digimon - Pogs Magic Box Int. - 2000 Dessins animés TV / BD Télévision », sur Bibelotmania (consulté le )
  219. « L'épopée Majorette : Les Dune Buggys », sur Mininches (consulté le )
  220. Par Claire Chantry et Laurence Le Fur Le 18 décembre 2000 à 00h00, « Pokémon contre Digimon : le match de Noël », sur leparisien.fr, (consulté le )
  221. « Digimon - Mini-visionneuse - Kellogg's - 2001 Dessins animés », sur Bibelotmania (consulté le )
  222. « L'innovation à la rescousse des lessives », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  223. a et b « Digiduo - Goodies », sur archives.digiduo.fr (consulté le )
  224. « Boîte Sucettes Digimon ) », sur Boîte Sucettes Digimon - inventaire.proscitec.asso.fr (consulté le )
  225. « La confiserie prend des airs de fête Salon », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  226. « OASIS-Orange drink-330mL-France », sur www.canmuseum.com (consulté le )
  227. « Digimon - Vache qui rit Dessins animés TV / BD Télévision Tous », sur Paninimania (consulté le )
  228. « Digimon - Lu - 2001 Dessins animés TV / BD Télévision Tous les », sur Paninimania (consulté le )
  229. Nouannipha Simon et Impr. Hérissey), L'île des Digimon, Gallimard jeunesse, (ISBN 2-07-054631-4 et 978-2-07-054631-2, OCLC 469173761, lire en ligne)
  230. [trad. de l'anglais], Le guide officiel Digimon, Piccolia, (ISBN 9782845400986, OCLC 1302149354, lire en ligne)
  231. « Digimon - Panini - 2000 Dessins animés TV / BD Télévision Tous », sur Paninimania (consulté le )
  232. « Digimon Digital Monsters - Sticker album Magic Box Int 2000 Dessins », sur Paninimania (consulté le )
  233. « Zavico », sur Zavico,
  234. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le )
  235. « Digimon I - Fèves brillantes - 2002 Autres séries animées Télévision », sur Bibelotmania (consulté le )
  236. « Bougeoirs Digimon - Fèves Brillantes - Prime - 2002 Autres / », sur Bibelotmania (consulté le )
  237. a et b (en) « talian Police Seize Bootlegged Anime Toys », sur Anime News Network, (consulté le ).
  238. (en) « Digimon Adventure: Anode Tamer », sur MobyGames (consulté le ).
  239. (en) « Digimon Adventure: Cathode Tamer », sur MobyGames (consulté le ).
  240. (en) « Digimon Adventure 02: Tag Tamers », sur MobyGames (consulté le ).
  241. (en) Sal Romano, « Digimon World Re: Digitize screenshots. Communication, Digi Storage, and guest characters. », sur gematsu.com, (consulté le ).
  242. « Images de Digimon World Re : Digitize », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  243. (en) « 'Digimon Adventure' trailer brings players back to the series' beginnings », sur Polygon, (consulté le ).
  244. (ja) « PSP『デジモンアドベンチャー』、開発は中裕司氏率いるプロペ », sur Inside Games,‎ (consulté le ).
  245. (en) Ishaan, « Digimon Adventure Will Have An Original Story After The Main Game », sur Siliconera, (consulté le ).
  246. 01net, « Hors catégorie : Digimon Comic & Music Maker », sur 01net (consulté le ).
  247. (es) EspeYuna, « Reseña: ‘Digimon Adventure tri: Reunion’ ¡Junto a nuestros Digimon... lucharemos por el mundo...! », sur deculture.es, (consulté le ).
  248. « Butter-Fly | 和田光司 », sur ORICON NEWS (consulté le ).
  249. (en) « [drama cd] digimon adventure: character song + mini drama 1 », sur Digital Scratch (consulté le ).
  250. (en) « [drama cd] digimon adventure: character song + mini drama 2 », sur Digital Scratch (consulté le ).
  251. (en) « Traduction anglaise du troisième mini-drama », sur Digital Scratch (consulté le ).
  252. (en) « Digimon Discography - Digimon Adventure », sur Syldra.net (consulté le ).
  253. emilie, « Digimon Adventure Fest 2016 Special Drama », sur Digiduo (consulté le ).
  254. « Digimon (série 1) Digital Monsters », sur Planète Jeunesse.com (consulté le ).
  255. « Digimon (1999-2002) », sur doublagefrancophone.lebonforum.com (consulté le ).
  256. (en) « Kikuchi-san and Tenjin-san talk about their memories on performing as the brains (?) of the cast, Jyou and Koushiro », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  257. (en) « Digimon on Top in Japan », sur Anime News Network, (consulté le ).
  258. (en) « Princess Mononoke among Entertainment Magazine's best 10 of 2000 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  259. (en) « Dragon Ball Z #1 Fad », sur Anime News Network, (consulté le ).
  260. (en) Melissa Sternenberg, « Digimon: Digital Monsters », sur THEM Anime Reviews (consulté le ).
  261. a b et c (en) Neil Lumbard, « Digimon Adventure: Volume 1 », sur DVD Talk, (consulté le ).
  262. a b c d e et f (ja) « デジモンランキング第1回結果発表 », sur Toei Animation (consulté le ).
  263. a b c d e et f (ja) « デジモンランキング第9回結果発表 », sur Toei Animation (consulté le ).
  264. a b c d e et f (ja) « デジモンランキング第18回結果発表 », sur Toei Animation (consulté le ).
  265. a b c d e et f (ja) « デジモンランキング第29回結果発表 », sur Toei Animation (consulté le ).
  266. « 決定!これが日本のベスト », sur web.archive.org,‎ (consulté le ).
  267. « 決定!これが日本のベスト », sur web.archive.org (consulté le ).
  268. (en) « TV Asahi Top 100 Anime », sur Anime News Network (consulté le ).
  269. (en) « Japan's Favorite TV Anime », sur Anime News Network (consulté le ).
  270. (ja) « ベスト・アニメ100投票結果発表 | ニッポンアニメ100 | NHK » (version du 15 mars 2018 sur l'Internet Archive), sur NHK.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Brian Camp et Julie Davis, Anime Classics Zettai! : 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, , 408 p. (lire en ligne), p. 103-108  
  • (en) Jerry Beck, The Animated Movie Guide, Chicago, États-Unis, (ISBN 1-55652-591-5, lire en ligne), p. 63-64  
  • (en) J. Douglas Arnold, Mark Elies, James Yamada et Donovan Praigg, Digimon Cards! : Player's and Collector's Guide, États-Unis, , 143 p. (ISBN 978-1-884364-52-5)

Liens externesModifier