Christian IX

Roi de Danemark 1863–1906

Christian IX
Illustration.
Portrait du roi Christian IX par Henrik Olrik (1871).
Titre
Roi de Danemark

(42 ans, 2 mois et 14 jours)
Prédécesseur Frédéric VII
Successeur Frédéric VIII
Biographie
Dynastie Maison de Glücksbourg
Date de naissance
Lieu de naissance Château de Gottorf, Schleswig (Danemark)
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Palais d'Amalienborg
Copenhague (Danemark)
Sépulture Cathédrale de Roskilde
Père Frédéric Guillaume de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg
Mère Louise-Caroline de Hesse-Cassel
Conjoint Louise de Hesse-Cassel
Enfants Frédéric VIII Red crown.png
Alexandra de Danemark
George Ier Red crown.png
Dagmar de Danemark
Thyra de Danemark
Valdemar de Danemark

Christian IX
Monarques de Danemark

Christian IX, né le à Schleswig et mort le à Copenhague, est roi de Danemark du au .

Fils cadet du duc Frédéric-Guillaume de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg et de la princesse Louise-Caroline de Hesse-Cassel, il grandit dans le duché de Schleswig comme membre d’une branche cadette inférieure de la maison d'Oldenbourg, la famille royale de Danemark. Bien qu'arrière-petit-fils du roi Frédéric V de Danemark par sa mère, il n'est qu'un prince du sang apparenté à la famille royale sans véritable possibilité de succession à la couronne danoise. Élevé au Danemark après la mort prématurée de son père, il étudie à l'Académie militaire de Copenhague. Il demande en vain la main de la reine Victoria Ire du Royaume-Uni, puis il épouse en 1842 sa cousine au second degré la princesse Louise de Hesse-Cassel.

Dans les années 1840, le Danemark se trouve confronté à une crise de succession, le seul fils vivant du roi Christian VIII, le futur Frédéric VII, n'ayant pas de descendance, et l'extinction de la ligne principale de la maison d'Oldenbourg semblant probable. En 1852, avec la protection des grandes puissances européennes dans le traité de Londres, le prince Christian est choisi comme héritier du trône du Danemark. Ce choix repose formellement sur le statut de son épouse la princesse Louise, qui est la nièce de Christian VIII et plus proche parente dans la succession du trône que son mari. En 1863, à la mort du roi Frédéric VII, Christian devient roi de Danemark à son tour, à l'âge de 45 ans.

Le début de son règne a été marqué par la défaite danoise lors de la guerre des Duchés et la perte subséquente des duchés de Schleswig, Holstein et Saxe-Lauenbourg qui ont rendu le roi immensément impopulaire. Les années suivantes de son règne ont été dominées par des conflits politiques. Le Danemark n'était devenu une monarchie constitutionnelle qu'en 1849, l'équilibre des pouvoirs entre le monarque et le parlement était toujours en litige, et pendant longtemps, le roi conservateur empêche la diffusion du système parlementaire au Danemark. Malgré son impopularité initiale et les nombreuses années de conflits politiques, où le roi était en conflit avec une grande partie de la population, sa popularité s'est rétablie vers la fin de son règne, et il est devenu une icône nationale en raison de la longue durée de son règne et les normes élevées de moralité personnelle avec lesquelles il a été identifié.

Le roi Christian IX fut surnommé le « beau-père de l'Europe », ayant marié plusieurs de ses enfants à des héritiers de familles royales européennes. Ses quatre premiers enfants sont devenus monarques, montant sur les trônes directement (Frédéric, roi du Danemark ; Guillaume, roi des Hellènes) ou en tant que consort (Alexandra, reine consort du Royaume-Uni ; Dagmar, impératrice consort de Russie). Aujourd'hui, la plupart des familles royales en Europe, régnantes ou ayant régné, descendent directement de Christian IX.

FamilleModifier

 
La famille royale danoise en 1862. Au centre, on peut voir la future reine Louise et le futur roi Christian IX avec, autour d'eux, de gauche à droite, la future imperatrice Marie Fedorovna de Russie, le futur roi Frédéric VIII de Danemark, le prince Valdemar de Danemark, la princesse Thyra de Danemark, le futur roi Georges Ier de Grèce, ainsi que la future reine Alexandra du Royaume-Uni. Photographie de Georg Emil Hansen.

Christian IX est le sixième enfant et le cinquième fils du duc Frédéric-Guillaume de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (1785-1831), et de son épouse la princesse Louise-Caroline de Hesse-Cassel (1789-1867), elle même fille du prince Charles de Hesse-Cassel (1744-1836) et de son épouse Louise de Danemark (1750-1831). Il est donc l'arrière-petit-fils du roi Frédéric V.

Le , le prince Christian épouse, à Copenhague, la princesse Louise de Hesse-Cassel (1817-1898), fille du prince Guillaume de Hesse-Cassel (1787-1867), et de son épouse la princesse Louise-Charlotte de Danemark (1789-1864).

Christian et Louise ont donné naissance à six enfants :

Il était, dans les dernières années de sa vie, surnommé le « beau-père de l'Europe »[1], ses quatre premiers enfants étant devenus monarques, montant sur les trônes directement (Frédéric, roi du Danemark de 1906 à 1912 ; Guillaume, roi des Hellènes de 1863 à 1913) ou en tant que consort (Alexandra, reine consort du Royaume-Uni de 1901 à 1910 ; Dagmar, impératrice consort de Russie de 1881 à 1894). Un cinquième, sa fille Thyra, serait devenue reine de Hanovre si le royaume de son mari n'avait pas été annexé par la Prusse avant le début de son règne. La grande réussite dynastique des six enfants n'était pas due, en grande partie, à Christian IX lui-même, mais aux ambitions dynastiques de sa femme Louise. Certains les ont comparées à celles de la reine Victoria.

Dans les petits-enfants de Christian, on compte Nicolas II de Russie, Constantin Ier de Grèce, George V du Royaume-Uni, Christian X de Danemark et Haakon VII de Norvège. Aujourd'hui, la plupart des familles royales en Europe, régnantes ou ayant régné, descendent directement de Christian IX.

BiographieModifier

Premières annéesModifier

Naissance et familleModifier

Le prince Christian voit le jour le à la résidence de ses grand-parents, le château de Gottorf près de la ville de Schleswig au duché de Schleswig[2]. Il est le quatrième fils du duc Frédéric-Guillaume de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck et de son épouse la princesse Louise-Caroline de Hesse-Cassel[3]. Il est nommé d'après le cousin de sa mère, le prince Christian Frédéric de Danemark (le futur roi Christian VIII de Danemark), qui est aussi son parrain[4].

 
Le père de Christian, le duc Frédéric-Guillaume de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck, après 1825 duc de Glücksbourg.

Lorsque le prince Christian voit le jour, son père est le chef de la maison ducale de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck, une branche cadette inférieure de la Maison d'Oldenbourg, la famille royale de Danemark. La famille descend d'un fils cadet du roi Christian III de Danemark, le duc Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg, dont le petit-fils Auguste-Philippe acquit le manoir de Beck en Westphalie, après quoi la lignée fut nommée Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck.[5]

Sa mère est la plus jeune fille du landgrave Charles de Hesse-Cassel, un prince d'origine allemande, qui, cependant, avait grandi à la cour danoise et avait épousé la plus jeune fille du roi Frédéric V de Danemark, la princesse Louise de Danemark. Il avait fait carrière au Danemark, où il était maréchal et gouverneur de la couronne danoise dans les duchés de Schleswig et Holstein.

Par son père, le prince Christian descendait ainsi en ligne droite du roi Christian III de Danemark, tandis que par sa mère, il est l'arrière-petit-fils du roi Frédéric V de Danemark, arrière-arrière-petit-fils du roi George II de Grande-Bretagne et descendant de plusieurs autres monarques, mais sans véritable prétention à un trône européen.

 
Le château de Glücksbourg au Schleswig-Holstein, résidence des branches familiales éponymes.

Le jeune prince grandit initialement aux côtés de ses parents et ses nombreux frères et sœurs chez ses grand-parents maternels au château de Gottorf, la résidence habituelle des gouverneurs des duchés de Schleswig et Holstein. En 1824, la princesse Anne-Caroline de Nassau-Saarbrücken décède ; elle est la veuve du dernier duc de la branche ainée de la maison ducale de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, Frédéric-Henri-Guillaume, décédé en 1779. En conséquence, le roi Frédéric VI de Danemark peut accorder en 1825 le château de Glücksbourg, situé un peu au sud du fjord de Flensbourg, non loin de la ville de Flensbourg, et le titre de duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg au duc Frédéric-Guillaume, qui fonde ainsi la branche cadette de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg. Aussi le jeune prince Christian modifie son titre en remplaçant « Beck » par « Glücksbourg »[6].

En tant que nouveau duc, Frédéric-Guillaume s'installe avec sa famille au château de Glücksbourg, où les enfants continuent leur éducation sous la supervision de leur père. Le duc écrit à un ami :

« J'élève mes fils avec rigueur pour qu'ils apprennent à obéir, sans manquer de les rendre disponibles aux demandes et aux exigences d'aujourd'hui. »[7]

Cependant, le duc Frédéric-Guillaume décède à l'âge de 46 ans seulement le d'un rhume qui s'était transformé en pneumonie et, à la discrétion du duc, en scarlatine, qui avait déjà touché deux des ses enfants. Il laisse sa femme veuve sans argent et avec dix enfants.

Une éducation militaireModifier

 
Le père de substitution de Christian, le roi Frédéric VI de Danemark, dont la reine Marie-Sophie est sa tante et les deux princesses ses cousines.

En conséquence de la mort prématurée de leur père, les enfants sont mis sous tutelle de leur oncle, le roi Frédéric VI de Danemark, dont la reine Marie-Sophie est la sœur de la mère de Christian, et le prince Guillaume de Hesse-Philippsthal-Barchfeld, un ami proche du père. La même année, Christian a exprimé le désir de recevoir une formation d'officier de marine, mais avec l'accord de la mère, le prince Christian est emmené au Danemark par le roi avec le but d'obtenir une formation d'officier de l'armée. L'année suivant la mort de son père, le prince Christian, âgé alors de 14 ans, s'installe donc à Copenhague, où il étudie à l'Académie des cadets de terre. Il y reçoit des cours particuliers et ne fréquente que rarement les autres cadets[7]. Pourtant, le couple royal sans fils prend bien soin du garçon, qu'ils considèrent largement comme un fils de substitution. En 1838, le frère aîné de Christian, le duc Charles de Glücksborg, épouse également la plus jeune fille du couple royal, la princesse Vilhelmine-Marie, ce qui renforce encore la relation entre le prince et la famille royale.

 
Le Palais Jaune en 2006.

En 1835, il est confirmé dans l'Église de la Garnison à Copenhague. L'année suivante, il est nommé rittmeister à la cavalerie de la Garde et obtient ensuite logement dans la caserne du régiment par Frederiksholms Kanal à Copenhague. Il y reste jusqu’à ce que Frédéric VI lui accorde en 1839 un appartement au palais Jaune, situé tout à côté du palais d’Amalienborg, résidence principale de la famille royale de Danemark dans le quartier de Frederiksstaden au centre de Copenhague, où il vint vivre jusqu'en 1865. De 1839 à 1841, il étudie avec son cousin au second degré, le prince Frédéric de Hesse-Cassel, la science politique et l'histoire à l'Université de Bonn en Allemagne. C'est ici, en décembre 1839, qu'il reçoit la nouvelle de la mort de Frédéric VI. Pendant les vacances, il fait diverses excursions en Allemagne et se rend également à Venise. Sur le chemin du retour, il a rendu visite à la cour de Berlin, où il a rejeté une offre flatteuse du roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse de rejoindre l'armée prussienne[8].

Un mariage opportunModifier

 
La reine Victoria Ire du Royaume-Uni, le premier projet de mariage du prince Christian.

En 1838, le prince Christian assiste au couronnement de la reine Victoria Ire du Royaume-Uni en tant que représentant du roi Frédéric VI. Pendant son séjour à Londres, il demande en vain la main de la jeune reine britannique, car elle suit les souhaits de sa famille et lui préfère son cousin, le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Néanmoins, la reine se fait une bonne impression du prince de même âge, qui 25 ans plus tard deviendra le beau-père de son fils aîné, le prince de Galles[9].

 
Le prince Christian et la princesse Louise dans les années 1840.

Puis il épouse la princesse Louise de Hesse-Cassel le au palais Frédéric VIII[note 1] d’Amalienborg à Copenhague. La princesse Louise est la fille du prince Guillaume de Hesse-Cassel, qui est général de l'armée danoise et gouverneur de Copenhague, et dont l'épouse, la princesse Louise-Charlotte de Danemark, est la sœur du roi Christian VIII. La princesse Louise est donc la nièce du nouveau roi danois. Le prince Christian et la princesse Louise sont tous deux arrière-petits-enfants du roi Frédéric V de Danemark et du landgrave Frédéric II de Hesse-Cassel et ils sont donc doubles cousins au second degré. C'est une femme sage et énergique qui exerce une forte influence sur son mari.

Le couple s'installe dans le palais Jaune, où naissent leurs cinq premiers enfants entre 1843 et 1853 : le prince Frédéric en 1843, la princesse Alexandra en 1844, le prince Guillaume en 1845, la princesse Dagmar en 1847, et la princesse Thyra en 1853.[2] La famille est encore dans une position relativement obscure et mène une vie relativement bourgoise selon les normes royales.

Héritier du trône danoisModifier

Une crise de succession mêlée à une situation politique compliquéModifier

 
Le roi Christian VIII, oncle de la princesse Louise, confronté à une crise de succession difficile pendant son règne.

Dans les années 1840, le Danemark se trouve confronté à une crise de succession, le seul fils vivant du roi Christian VIII, le prince héritier du Danemark, le futur Frédéric VII, étant toujours sans descendance. L'éventualité de l'extinction de la ligne principale de la maison d'Oldenbourg semble fort probable. En plus, les règles de succession dans les différentes parties de la monarchie danoise unies sous la coupe du roi, le royaume de Danemark et les trois duchés de Schleswig, Holstein et Saxe-Lauenbourg, dont le premier et un fief danois et les deux derniers font partie de la Confédération germanique, n'étant pas les mêmes, l'éventualité d'une séparation de la couronne du Danemark de ses duchés devient probable.

 
En bleu clair, les duchés de Schleswig, de Holstein et de Lauenbourg.

L’ordre de succession au trône danois était reglé par la Lex Regia ou le Kongeloven (en français : « la Loi royale ») de 1665[10],[11]. Cette loi déclarait que la couronne de Danemark serait concédée seulement aux descendants légitimes de Frédéric III de Danemark (roi de 1648 à 1670), par voie héréditaire et suivant un ordre de succession de primogéniture « semi-salique ». C’est-à-dire que la couronne était accordée de préférence aux héritiers mâles, mais qu'il était possible pour les descendants par la voie des femmes d’hériter du trône à condition qu’il n’y ait pas de dynastes mâles survivants par voie masculine. Concernant les duchés de Lauenbourg ou de Holstein, où le roi régnait en tant que duc, la loi successorale adoptée était celle de la loi salique. C’est-à-dire que seuls les mâles pouvaient en hériter, empêchant la transmission par les femmes. En plus, par un accord mutuel, les deux duchés de Schleswig et Holstein ont été joints entre eux de façon permanente par le traité de Ribe de 1460.

 
Le duc Christian-Auguste d'Augustenbourg, prétendant aux duchés pendant la crise de succession.

En cas de disparition de la ligne principale de la maison d'Oldenbourg, la succession au royaume de Danemark passera ainsi à la progéniture de la princesse Louise-Charlotte de Danemark, sœur du roi Christian VIII. Tandis qu'aux duchés, le duc Christian-Auguste de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg (1798-1869) revendique la position de duc, étant chef de la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg, qui en cas d’extinction de la branche principale sera la branche plus ainée de la maison d'Oldenbourg, mais qui ne descend pas du roi Frédéric III. Pour éviter cela, le roi Christian VIII rédige la « lettre ouverte » (Offenen Brief) en 1846, qui contourne la loi salique pour réaffirmer les droits du Danemark sur les duchés. Cela évince la maison d'Augustenbourg, et crée un mouvement de patriotisme parmi les nationalistes allemands[12].

La question dynastique de la succession se mêlait à des questions politiques compliquées. En effet, depuis l'époque napoléonienne, le nationalisme et le libéralisme montent en Europe. Les concepts de patrie et de peuple ont remplacé les questions dynastiques pour les nationalistes; les privilèges et un souverain absolu de droit divin sont quant à eux mal acceptés par les libéraux. Le Danemark et les duchés ne font pas exception, et le courant politique du national-libéralisme y monte depuis les années 1830.

 
La répartition linguistique dans le duché de Schleswig vers 1840.

Tandis que les libéraux-nationaux danois et les libéraux-nationaux allemands se rejoignent dans leurs aspirations politique libérales et dans leur opposition à l'absolutisme, les deux mouvances politiques s'opposent dans la question nationale. Il s'agit surtout de la question de l'affiliation du duché de Schleswig. Le duché de Schleswig est alors un fief danois, où le danois, l'allemand et le frison existent en tant que langue vernaculaire dans différentes parties du duché, tandis que l'allemand est alors la langue du droit et de l'élite. Les Danois n'acceptent plus cette situation.

Les libéraux-nationaux danois formulent la politique de l'Eider, que visait à restaurer la frontière sud historique du Danemark sur le fleuve Eider entre le Schleswig et le Holstein en intégrant le duché du Schleswig au royaume danois, tandis que le duché germanophone de Holstein devait être laissé à un avenir dans la Confédération germanique. Avec la revendication de l'intégration totale du Schleswig au royaume danois, ils s'opposent aux libéraux-nationaux allemands, dont le but était l'étroite cohésion des duchés de Schleswig et du Holstein, leur indépendance vis-à-vis du royaume de Danemark et leur lien étroit avec l'Allemagne, et qui veulent que le Schleswig et le Holstein fassent partie de la Confédération germanique en formant un état allemand autonome.

Cependant, les deux mouvements s'opposent tous deux à la situation existante, tandis que le gouvernement de Copenhague conservateur et paternaliste s'opposent aux aspirations des nationaux-liberaux et veut préserver l'intégrité de la monarchie danoise, y compris les duchés de Schleswig et de Holstein. La situation est donc tendue[13].

Première guerre de SchleswigModifier

 
Le roi Frédéric VII de Danemark, cousin par alliance du prince Christian.

Le roi Christian VIII meurt le . Peu après sa montée sur le trône, le nouveau roi Frédéric VII publie une nouvelle constitution pour le Danemark qui prévoit l'annexion des trois duchés. Cela ne laisse pas indifférent le ministre des Affaires étrangères prussien Armin-Suckow qui presse son roi d'intervenir. Le , le nouveau gouvernement danois annexe le Schleswig. Provoqués par les mouvements nationaux de 1848, les duchés s'insurgent. Les troupes prussiennes, alliées à quelques autres États allemands, et sous mandat de la Confédération germanique, entrent le en Schleswig[12].

 
La cavalerie de la Garde au port de Korsør en route pour la ligne de front pendant la première guerre de Schleswig en 1848. Le prince Christian est vu au milieu du tableau. Tableau d'Otto Bache (1888).

Aussi le prince Christian participe aux actes de guerre en tant qu'officier dans la cavalerie de Garde. D'autre part, la plupart de ses frères, contrairement à lui, sont passés au service allemand et participent à la guerre dans le camp adverse.

Un cessez-le-feu unilatéral de la Prusse, l'armistice de Malmö, est signé le sous la pression russe et britannique. Tout d'abord refusé par le parlement de Francfort, chargé de l'unification de l'Allemagne, ce dernier est confronté à son absence de moyens afin de continuer la guerre et finit par entériner le traité le [12]. Mais la trêve est rompue par le Danemark le . La paix est signée à Berlin le . Un mois plus tard, le protocole de Londres est signé, qui réhabilite les distinctions entre les duchés et le Danemark[14].

Nomination comme héritier du trôneModifier

 
Le prince Frédéric de Hesse-Cassel, beau-frère du prince Christian, et héritier désigné du trône danois.

En 1851, l'héritier désigné du trône danois, le prince Frédéric de Hesse-Cassel, qui est le seul fils de la princesse Louise-Charlotte de Danemark et le neveu du roi Christian VIII cède ses droits à sa sœur la princesse Louise qui n'est autre que l'épouse du prince Christian. Le prince Christian occupe maintenant la position de l'héritier probable du trône, un choix qui tient formellement au statut de la princesse Louise, plus proche « dans la lignée » du trône que son mari.

Puis, en 1852, un deuxième traité concernant le futur statut de l'État danois est signé à Londres par les grandes puissances européennes : la Grande-Bretagne, la France, la Russie, la Prusse et l'Autriche ainsi que les deux puissances de la mer Baltique que sont la Suède et le Danemark. Dans le traité est confirmé que l'intégrité de l'État danois est « nécessaire à l'Europe » et est « un principe constant ». Il rattache les duchés de Schleswig, d'Holstein et de Saxe-Lauenbourg en union personnelle au roi du Danemark et accorde la succession au prince Christian. Il garantit aussi l'autonomie des duchés, autant que ceux-ci resteront indépendants, et qu'ils ne seraient pas reliés constitutionnellement au Danemark. Le duc Christian-Auguste d'Augustenbourg renonce aussi à sa prétention aux duchés en signant le traité de Londres. Cependant le nationalisme allemand fait pression pour l'entrée des duchés dans la Confédération germanique, tandis que le nationalisme danois pour sa part fait pression pour l'intégration du duché de Schleswig avec le Danemark.

 
Le prince Christian avec ses enfant Dagmar, Guillaume et Alexandra en 1861.

Le prince Christian est désigné officiellement comme successeur du roi par la nouvelle Loi de succession danoise de 1853. Lors de l'adoption de la Loi de succession datée du , le prince Christian et sa famille deviennent princes et princesses de Danemark portant la qualification d'altesses[15]. En tant qu'héritier du trône, le prince Christian avait peu d'influence en raison de la méfiance de l'épouse morganatique du roi Frédéric VII, la comtesse Danner, et du lien de Christian avec le système politique conservateur, qui était impopulaire parmi les libéraux nationaux danois.

 
Le palais de Bernstorff en 2006, premier residence d'été du prince Christian et de la princesse Louise.

Comme héritiers du trône, le prince Christian et la princesse Louise continuent à vivre dans le palais Jaune avec leurs enfants. Mais en raison de leur nouveau position, ils peuvent désormais également utiliser le palais de Bernstorff au nord de Copenhague comme résidence d'été. Il devient la résidence favorite de la princesse Louise, où la famille réside souvent. C'est ici que leur plus jeune fils, le prince Valdemar, est né en 1858. À l'occasion du baptême du prince Valdemar, le prince Christian et sa famille reçoivent la qualification d'altesses royales. Cependant, ils avaient encore peu d'argent disponible, même si leur situation financière s'est améliorée.

L'année 1863 est une année riche en événements marquants pour la famille du prince Christian. Le , sa fille ainée, la princesse Alexandra épouse le prince de Galles (le futur roi Édouard VII du Royaume-Uni). Le , son deuxième fils, le prince Guillaume est élu roi des Hellènes et monte sur le trône grec prenant le nom de Georges Ier de Grèce.

Un début de règne troubléModifier

Une accession au trône contestéeModifier

 
2 rigsdaler danois de 1863 : mort de Frédéric VII et accession de Christian IX.

Le 15 novembre 1863, le roi Frédéric VII meurt à 55 ans, après seize ans de règne, et Christian devient roi de Danemark à son tour et lui succède à l'âge de 45 ans. Il est proclamé roi depuis le balcon du palais de Christiansborg par le président du conseil Carl Christian Hall le sous le nom de Christian IX.

 
Le prince Frédéric-Auguste d'Augustenbourg, prétendant aux duchés sous le nom de Frédéric VIII (1863).

La mort de Frédéric VII ouvre de nouveau la question des duchés, et le nouveau roi est immédiatement plongé dans une nouvelle crise sur le statut des duchés. Contrairement aux dispositions de la succession au traité de Londres, le prince Frédéric-Auguste d'Augustenbourg, fils ainé du duc Christian d'Augustenbourg, revendique la succession aux duchés sous le nom de Frédéric VIII de Schleswig-Holstein. Le prince Frédéric ne se sent pas concerné par les engagements de son père, qui a renoncé à la succession en 1852 en signant le traité de Londres, et il est en cela soutenu par les nationalistes allemands. Le , ils sont 20 000 à se rassembler à la ville d'Elmshorn pour le « couronnement » de Frédéric VIII. Il est soutenu par le royaume de Saxe et le royaume de Hanovre[13].Cependant, Frédéric n'était pas soutenu par le ministre-président de Prusse Otto von Bismarck, dont le but ultime était l'incorporation du Schleswig et du Holstein au royaume de Prusse.

La constitution de novembreModifier

De son côté, Christian IX doit faire face aux nationalistes danois réclamant la défense du duché de Schleswig. Encore sous le règne de Frédéric VII, le gouvernement national-libéral dirigé par le président du conseil Carl Christian Hall a rédigé une nouvelle constitution qui renouvelle les intentions de 1848 de formaliser l'appartenance du Schleswig, non plus au roi, mais au pays même du Danemark et ainsi reliait le Schleswig plus proche au Danemark que le duché de Holstein, aussi en contradiction avec les traités de Londres. En dépit des avertissements et protestations internationales, la nouvelle constitution avait été adoptée au parlement et ne manquait que de la sanction royale à la mort de Frédéric VII. Même s'il s'inquiétait des conséquences, Christian IX signe peu après son accession au trône sous diverses pressions la constitution de novembre, afin de apaiser les nationalistes. .

Guerre des DuchésModifier

Suscitant la colère des princes allemands, la Constitution de novembre aboutit à une guerre brève entre le Danemark et une alliance Prusse-Autriche, en 1864. La guerre se termine par une défaite danoise, et l'intégration du Schleswig à la Prusse en 1865. Le Holstein est incorporé de la même manière à la Prusse en 1866, après des combats entre l'Autriche et la Prusse.

Les années des conflits politiquesModifier

La lutte constitutionnelleModifier

 
Une soirée au Théâtre royal, par Paul Fischer (1887-88).

Après la défaite de la seconde guerre du Schleswig, la confiance dans les nationaux-libéraux avait disparu, ouvrant la voie au conservatisme. Par une réforme constitutionelle de 1866, la Constitution danoise est révisée pour donner plus de pouvoir à la chambre supérieure, au détriment de la chambre basse. Les années suivantes de son règne ont été dominées par des conflits politiques car le Danemark n'était devenu une monarchie constitutionnelle qu'en 1849, et l'équilibre des pouvoirs entre le monarque et le parlement était toujours en litige. Monarque conservateur, Christian IX tente pendant longtemps d'empêcher la diffusion du système parlementaire au Danemark, affirmant son droit de nommer des ministres malgré la majorité parlementaire. Il signe pourtant un traité en 1874, qui permet à l'Islande, possession danoise, d'avoir sa propre constitution. Et des lois de sécurité sociale sont votées et mises en application sous son règne : les retraites pour les personnes âgées en 1891, une assurance chômage et des éléments de politique familiale en 1892. En 1901, il approuve finalement l'établissement d'un gouvernement responsable devant le parlement danois, ce qui signifie enfin l'introduction de la régime parlementaire.

Dernières années et mortModifier

Malgré son impopularité initiale et les nombreuses années de conflits politiques, où le roi conservateur était en conflit avec une grande partie de la population, sa popularité s'est rétablie vers la fin de son règne, et il est devenu une icône nationale en raison de la longue durée de son règne et les normes élevées de moralité personnelle avec lesquelles il a été identifié.

Après plus de 40 ans de règne, le roi Christian IX meurt fin janvier 1906 en son Palais d'Amalienborg, à l'âge de 87 ans. Son fils et héritier, âgé de plus de 62 ans, lui succède sur le trône et devient le roi Frédéric VIII. Le 15 février 1906, le roi Christian IX est inhumé en la nécropole royale de la Cathédrale de Roskilde, aux côtés de sa défunte épouse, la reine Louise, disparue huit ans plus tôt.

 
Tombeau de Christian IX et de la reine Louise dans la cathédrale de Roskilde.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. également appelée le palais Brockdorff.

RéférencesModifier

  1. Dominique Bonnet, « Il y a 200 ans naissait le futur roi Christian IX de Danemark, "beau-père de l'Europe" », sur parismatch.com (consulté le )
  2. a et b (en) Burke's Royal Families of the World, vol. 1 : Europe & Latin America, Londres, Burke's Peerage Ltd, (ISBN 0-85011-023-8), p. 69.
  3. (en) Burke's Royal Families of the World, vol. 1 : Europe & Latin America, Londres, Burke's Peerage Ltd, (ISBN 0-85011-023-8), p. 280.
  4. Bramsen 1992, p. 103.
  5. Bramsen 1992.
  6. Bramsen 1992, p. 78-82..
  7. a et b Thorsøe 1889, p. 523.
  8. Thorsøe 1889, p. 523-524.
  9. Bramsen 1992, p. 117-118.
  10. « Symboles royaux », sur Kongehuset.dk (consulté le )
  11. (da) « Kongeloven », sur Statsministeriet.dk (consulté le )
  12. a b et c Clark 2008, p. 562.
  13. a et b (de) Wolfgang Zank, « In Gottes Namen Drauf! », die Zeit, no 6,‎ , p. 17
  14. Langewiesche 1983, p. 212.
  15. (en) « Royal Ordinance settling the Succession to the Crown on Prince Christian of Glücksburg », sur Dag Trygsland Hoelseth, (consulté le ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Sur Christian IXModifier

  • (da) Alexander Thorsøe, « Christian 9. », Dansk biografisk Lexikon, tillige omfattende Norge for tidsrummet 1537-1814, Copenhague, Gyldendals forlag, vol. 3,‎ , p. 523-526 (lire en ligne)

Sur la famille royale de DanemarkModifier

Histoire du Danemark et des duchés de Schleswig et HolsteinModifier

  • (en) Christopher Clark, Iron kingdom, The rise and fall of Prussia, 1600-1947, Munich, Pantheon, (ISBN 978-3-570-55060-1), « Der Deutsch-Dänische Krieg », p. 598-606, édition allemande utilisée pour la pagination des sources. 

Liens externesModifier