Ouvrir le menu principal

Consort (monarchie)

épouse d'un roi (reine consort)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Consort (homonymie).
Albert, prince consort du Royaume-Uni.

Le titre de prince consort est le titre donné à l'époux du souverain et chef d'État dans certaines monarchies, notamment celles autorisant les femmes à monter sur le trône. Historiquement attaché aux conjoints des souverains britanniques, le terme « consort » a été repris en Espagne[Quand ?] tel quel (rey consorte ou reina consorte).

Sommaire

ÉtymologieModifier

Consort est un terme juridique ancien consort, consorte (venant du latin consortium, de cum, avec, et sors-sortis, sort), désignant la communauté de biens ou de sort qui existe entre deux personnes[1], par extension des époux (du latin consors, consortis qui sont communs en biens. Ce sens s'est conservé comme terme de procédure pour désigner plusieurs personnes qui ont les mêmes intérêts dans une action en justice, soit comme demandeurs, soit comme défendeurs[2].

Le Centre national de ressources lexicales dit que ce mot désigne l'époux non couronné d'un souverain britannique et se réfère à la définition du Nouveau Larousse illustré (ca 1898), tome III qui en fait un terme anglais de droit constitutionnel.

« Consort (mot anglais) : En droit constitutionnel anglais, ce mot s'applique au mari ou à la femme d'un souverain régnant, considéré non au point de vue de sa capacité privée, mais bien de sa capacité politique et de sa participation très limitée aux prérogatives royales. - Encycl. La reine consort (queen consort) est ainsi désignée pour la distinguer de la reine régnante (queen regnant) qui tient sa couronne de ses droits personnels comme la reine Élisabeth Ire et la reine Victoria. Au point de vue de ses biens, cette reine-consort est considérée comme une feme sole, c'est-à-dire une célibataire indépendante de son mari. Ses revenus sont personnels ainsi que les privilèges qui lui sont attribués. Le consort, notamment le mari d'une reine régnante, est le sujet de son conjoint; il peut être accusé de haute-trahison. Le mari de la reine Victoria ne possédait aucun titre anglais et n'occupait à la cour d'autre rang que celui qu'on lui laissait par courtoisie. En 1857, le titre de prince-consort lui fut octroyé par lettres patentes[1]. »

Le terme apparaît en Angleterre sous le règne d'Élisabeth Ire, reine en titre d'Angleterre de 1558 à 1603, pour désigner l'époux non couronné du souverain britannique[2] afin de lever l'ambiguïté entre une reine épouse du roi, et une reine en titre qui exerce réellement la fonction de souveraine. Le terme consort n'est plus du tout utilisé pour la femme d'un roi, mais il s'est conservé dans l'expression prince-consort pour désigner dans la presse l'époux des reines en titre.

Porteurs du titre de prince-consortModifier

Certains pays ayant une reine comme chef d'État n'accordent pas le titre de roi à l'époux de cette dernière, et lui préfère le titre de « prince consort ». Deux fois seulement ce titre a été accordé officiellement par le souverain en titre :

Titres officieux
  • Le prince Philip, époux de la reine Élisabeth II, couramment désigné dans la presse comme le « prince consort », n'a jamais reçu ce titre de façon officielle. Les documents officiels lui accordent comme seul titre celui de duc d'Édimbourg.

Titre de roi consortModifier

Situation actuelleModifier

Actuellement, toutes les épouses des souverains d'Europe portent le titre de leur mari : reine le plus souvent, princesse à Monaco et au Liechtenstein, grande-duchesse au Luxembourg.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Nouveau Larousse illustré, (ca 1898), tome III
  2. a et b Centre national de ressources textuelles et lexicales, « Consort, subst. et adj. masc. », sur cnrtl.fr (consulté le 13 mai 2015)

Articles connexesModifier

Listes de consorts par pays :

Liste de consorts d'anciennes monarchies :