Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg

duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg
Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg
Description de cette image, également commentée ci-après
Le prince Jean.

Titre

Duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg

27 janvier 1564[1]9 octobre 1622
(58 ans, 8 mois et 12 jours)

Prédécesseur -
Successeur Alexandre de Schleswig-Holstein-Sonderbourg
Biographie
Titulature Prince de Danemark et de Norvège
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Distinctions Ordre de l'Éléphant
Nom de naissance Hans af Oldenborgske
Surnom Jean le jeune
Naissance
Haderslev (Royaume de Danemark et de Norvège)
Décès (à 77 ans)
Château de Glücksburg (Duché de Schleswig-Holstein)
Sépulture Château de Sønderborg
Père Christian III de Danemark
Mère Dorothée de Saxe-Lauenbourg
Conjoint Élisabeth de Brunswick-Grubenhagen
Agnès-Hedwige d'Anhalt
Enfants 23 enfants (voir biographie)
Religion Luthéranisme danois

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg, dit « le Jeune » (en danois : Hans den Yngre, Hertug af Slesvig-Holsten-Sønderborg), né le à Haderslev (royaume de Danemark et de Norvège) et mort le à Glücksbourg (duché de Schleswig-Holstein), fut duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg de 1564 à 1622. Il a bâti le célèbre château de Glucksbourg.

BiographieModifier

 
Écu de Jean le Jeune dans la chapelle du château de Sonderbourg.

Jean est né le dans la ville de Haderslev dans le duché de Schleswig en tant que troisième fils du roi Christian III et de la reine Dorothée de Danemark et de Norvège. Lorsque Christian III meurt en 1559, il laisse trois fils. Alors que l'aîné, Frédéric, avait depuis longtemps été nommé successeur des trônes au Danemark et en Norvège, les trois frères avaient en principe un droit égal à la part paternelle des duchés de Schleswig et Holstein. Pour éviter les divisions malheureuses de la partie royale des duchés, des tentatives ont été faites pour trouver ailleurs des postes appropriés pour les jeunes frères. Le deuxième frère, Magnus, a renoncé à son droit d'héritage lorsque Frédéric II l'a fait placer comme prince-évêque d'Ösel-Wiek en Livonie. Quant à Jean, le plan visant à lui assurer la principauté archiépiscopale de Brême a échoué en raison de la forte concurrence des princes de l'Allemagne du nord. D'autres options d'approvisionnement à l'étranger ont été brisées parce que le Danemark avait besoin du soutien des princes nord-allemands contre la Suède dans la guerre nordique de Sept Ans, et le roi ne pouvait pas apparaître comme un concurrent dans l'acquisition de bénéfices lucratifs pour son frère. En conséquence, Frédéric a dû accepter de partager sa part des duchés avec son plus jeune frère, et lui donna la partie du Schleswig-Holstein-Sonderbourg.

Il soutint activement sa belle-sœur lors de la minorité de son neveu Christian IV de Danemark.

À sa mort, un premier partage de ses domaines intervient entre ses trois fils survivants :

  • Alexandre devient duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg ;
  • Philippe devient duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg ;
  • Joachim-Ernest devient duc de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Plon.

Mariages et descendanceModifier

En 1568, Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg épousa Élisabeth de Brunswick-Grubenhagen (morte en 1586), fille du duc Ernest III de Brunswick-Grubenhagen. Quatorze enfants sont nés de cette union :

Veuf, Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg se remaria avec Agnès-Hedwige d'Anhalt (morte en 1616), fille du prince Joachim-Ernest d'Anhalt. Neuf enfants sont nés de cette union :

GénéalogieModifier

Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg fonde la Maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg, issue de la première branche de la Maison d'Oldenbourg et agrémentée de plusieurs branches cadettes. La branche d'Augustenbourg prit le titre de duc de Schleswig-Holstein en 1863, avec Frédéric-Auguste, et s'éteignit en 1931 au décès d'Albert de Schleswig-Holstein. La branche de Beck (à Löhne) puis de Glücksbourg, toujours représentée (duc Christophe), possède un rameau cadet, fondé par Christian IX, qui a accédé aux trônes de Danemark (1863 ; la reine Marguerite de Danemark en est issue), de Grèce (Georges Ier en 1863 ; un de ses petits-fils, Philip, duc d'Edimbourg, épouse la reine Elisabeth II) et de Norvège (Haakon VII en 1905).

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier