Charles-Léopold de Schlieben

Charles-Léopold comte de Schlieben (né le à Magdebourg[1] et mort le à Königsberg) est un ministre d'état prussien.

Charles Léopold de Schlieben
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
KönigsbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Père
Georg Adam von, Graf Schlieben (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Katharina Dorothea Schlieben (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Marie Eleanore Gräfin von Lehndorff (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Frédérique de Schlieben
Marie Karoline Sofie Ferdinande Gräfin von Schlieben (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Origine et familleModifier

Leopold est membre de la lignée Sanditten (de) de Prusse-Orientale de la famille noble prussienne von Schlieben (de), qui est élevée au rang de comte prussien[2] avec son grand-père Georg Adam von Schlieben (1649-1720) en 1718. Ses parents sont le colonel prussien du régiment d'infanterie de Marwitz (de) et gouverneur d'Osterode et de Hohenstein Georg Adam von Schlieben (1688–1737) et Katharina Dorothea Elisabeth (de), née comtesse Finck von Finckenstein (1700–1728). Léopold épouse la comtesse Marie Eleonore Lehndorff (1723-1800) en 1747. Le mariage aboutit à deux filles et deux fils, dont Frédérique de Schlieben (1757-1827), marié à Frédéric-Charles-Louis de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck (1757-1816), lieutenant général prussien, russe et danois[3].

CarrièreModifier

Schlieben s'inscrit à l'Université Albertus de Königsberg en 1739. Il rejoint une loge maçonnique à Berlin en 1749. En tant que successeur de Fabian Abraham von Braxein (de), il est nommé conseiller budgétaire secret et membre du gouvernement prussien en 1768. En même temps, il est Oberburggraf en Prusse. Il rejoint le loge de Königsberg en 1775. Schlieben est également l'héritier de Gerdauen et depuis 1754 héritier de Sanditten, qu'il achète à son frère, et de 1776 à 1786 à Alt-Haus Gerdauen[3]. Il termine sa carrière en tant que ministre et président du collège de pupilles de Prusse-Orientale. Son successeur au collège est le ministre prussien de la guerre Christian von Dönhoff (de) (1742-1803). Schlieben est chevalier de l'Ordre de Saint-Jean.

BibliographieModifier

  • Rolf Straubel (de): Biographisches Handbuch der preußischen Verwaltungs- und Justizbeamten 1740–1806/15. In: Historische Kommission zu Berlin (Hrsg.): Einzelveröffentlichungen. 85. K. G. Saur Verlag, München 2009, (ISBN 978-3-598-23229-9), S. 880 (eingeschränkte Vorschau in der Google-Buchsuche). 

RéférencesModifier

  1. Nach Schwennicke (FN 3); Straubel (Lit.) gibt den 3. Februar als Geburtsdatum an und nennt als Geburtsort ein ostpreußisches Gut.
  2. Maximilian Gritzner (de): Chronologische Matrikel der Brandenburgisch-Preußischen Standeserhöhungen und Gnadenacte von 1600–1873. Berlin 1874, S. 18.
  3. a et b Detlev Schwennicke (de): Europäische Stammtafeln. Neue Folge. Verlag Vittorio Klostermann GmbH, Band XXI., Frankfurt/Main 2002, Tfl. 149.

Liens externesModifier