Rittmeister

Rittmeister (littéralement « maître de chevauchée », soit maître de cavalerie) était un grade militaire d'officier subalterne de cavalerie des armées des États germanophones, et sous une forme proche, d'autres États européens.

Il correspondait à la fonction de chef d'escadron et était donc équivalent au grade de capitaine (commandant d'une compagnie) dans l'infanterie.

HistoriqueModifier

États allemands et Autriche des HabsbourgModifier

Ce grade a été utilisé dans les armées des États allemands du Saint-Empire (Prusse, Bavière, Hanovre, etc.), puis de la Confédération du Rhin à partir de 1806, (jusqu'à l'unification en 1871) ; ainsi que dans l'armée des Habsbourg d'Autriche, puis, à partir de 1804, de l'Empire d'Autriche, enfin, à partir de 1867, de l'Empire d'Autriche-Hongrie.

Le Rittmeister était à la tête d'un escadron, c'est-à-dire d'une compagnie de cavalerie[1].

Autres paysModifier

Son équivalent néerlandais, Ritmeester, est toujours utilisé pour désigner des officiers de cavalerie de l'armée royale néerlandaise.

Le mot norvégien Rittmester est utilisé pour désigner les officiers de l'infanterie blindée ou mécanisée dans les Forces armées norvégiennes.

Le nom suédois de ce grade était Ryttmästare et son nom danois (utilisé jusqu'en 1951), Ritmester.

L'armée polonaise avait aussi un grade de Rotmistrz, déformation du mot allemand sous l'influence du terme « rota », unité militaire commandée par le rotmistrz[2].

Ce grade a également existé en Russie impériale sous la forme rotmistr (ротмистр) dans les « régiments du nouvel ordre », unités organisées au XVIIe siècle sur le modèle des armées européennes.

Notes et référencesModifier

  1. Et du train des équipages. En France, certains grades de sous-officiers ont des noms différents dans l'infanterie et les différentes formes de cavalerie : caporal/brigadier ; sergent/maréchal des logis.
  2. Aleksander Brückner, Słownik etymologiczny języka polskiego, 1927, p. 464.

SourceModifier