Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Hayat Tahrir al-Cham.

Ahrar al-Cham
Image illustrative de l’article Ahrar al-Cham

Idéologie Salafisme
Nationalisme syrien
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Instauration en Syrie d'un État islamique régi par la charia
Statut Inactif
Site web ahraralsham.netVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation 2011
Dissolution
Date de dissolution
Causes Fusion avec le Harakat Nour al-Din al-Zenki pour former Jabhat Tahrir Souriya
Actions
Mode opératoire Lutte armée, guérilla
Zone d'opération Syrie
  • Tous les gouvernorats
Période d'activité début 2011-
Organisation
Chefs principaux Hassan Aboud
(tué le 9 septembre 2014)
Abou Jaber
Abou Yahia al-Hamawi
Ali al-Omar
Hassan Soufan
Membres 10 000 à 20 000[1] (2013-2016)
25 000[2] (2017)
Fait partie de Front islamique syrien (2012-2013)
Logo of the Islamic Front (Syria).svg Front islamique (2013-2016)
Emblem of the Jaish al-Fatah.svg Armée de la conquête (2015-2017)
Fatah Halab operations room.jpg Fatah Halab (2015-2017)
Ansar-al-Sharia-Aleppo.jpg Ansar al-Charia (2015)
Soutenu par Turquie, Qatar, Arabie saoudite
Répression
Considéré comme terroriste par Syrie, Russie, Émirats arabes unis
Guerre civile syrienne

Harakat Ahrar al-Cham al-Islamiyya, initialement Kataib Ahrar al-Cham, ou plus simplement Ahrar al-Cham (en arabe : حركة أحرار الشام الإسلامية, ʾAhrār ash-Shām, « Mouvement islamique des hommes libres du Cham ») était un groupe rebelle salafiste apparu au cours de la guerre civile syrienne et actif de 2011 à 2018. Membre du Front islamique syrien, puis du Front islamique, il opèrait principalement dans les gouvernorat d'Alep et d'Idleb mais aussi partout en Syrie. Le , Ahar al-Cham fusionne avec le Harakat Nour al-Din al-Zenki pour former un nouveau mouvement : Jabhat Tahrir Souriya.

DrapeauxModifier

HistoireModifier

FondationModifier

Ahrar al-Cham est fondé pendant l'année 2011[5]. Time rapporte que selon les déclarations d'un chef du mouvement nommé Abou Zeïd, les premières brigades du groupe auraient été formées quelque temps après la révolution égyptienne mais avant le , date des premières manifestations en Syrie[6]. L'amnistie présidentielle du ayant conduit à la libération de milliers de prisonniers[7] dont des membres des Frères musulmans et autres opposants islamistes, a permis la constitution du noyau central d'Ahrar al-Cham[8],[9]. Selon son chef fondateur, Hassan Aboud, Ahrar al-Cham mène ses premières actions de lutte armée à partir de mai et , dans les gouvernorats de Hama et Idleb, soit avant même la fondation de l'Armée syrienne libre[10]. Le succès d'Ahrar al-Cham est tel qu'il passe de 25 unités en 2011 à plus de 83 en [11].

Affiliations et alliancesModifier

 
Des chefs d'Ahrar al-Cham à Idleb, le 30 mars 2015.

Fin décembre 2012, Ahrar al-Cham participe à la fondation du Front islamique syrien[12]. Cette alliance est cependant dissoute en , et Ahrar al-Cham intègre peu après le Front islamique[13]. Par la suite, trois des sept groupes du Front islamique fusionnent avec Ahrar al-Cham ; d'abord Liwa al-Haq et le Front islamique kurde en , puis Suqour al-Sham le [14],[15].

Dans le gouvernorat d'Idleb, Ahrar al-Cham fait partie des groupes rebelles qui forment l'Armée de la conquête le . Ahrar al-Cham est, avec le Front al-Nosra, le groupe le plus puissant de cette chambre d'opérations[16].

Dans le gouvernorat d'Alep, Ahrar al-Cham intègre la chambre d'opérations Fatah Halab créée le [17]. Puis le , il forme avec 13 autres groupes djihadistes — dont le Front al-Nosra et le Front Ansar Dine — une nouvelle chambre d'opérations baptisée Ansar al-Charia[18],[19],[20],[21].

En , cinq factions islamistes rejoignent Ahrar al-Cham ; les Brigades et bataillons Tawhid al-Asimah, les Bataillons Abu Amarah, la Brigade Wa ‘Atasimu, la Brigade du Colonel martyr Ahmad al-Omar et le Mouvement Binaa Umma[22].

En , le Front al-Nosra fait une offre de fusion avec Ahrar al-Cham. Abou Mohammed al-Joulani propose alors de changer le nom de son groupe mais il exclut de rompre avec al-Qaïda. Cependant Ahrar al-Cham ne tient pas à se lier avec al-Qaïda et rejette l'offre, des accrochages ont même lieu entre les deux groupes à Salqin et à Harem, dans le gouvernorat d'Idleb, avant la conclusion rapide d'une trêve[23],[24]. Le , le Front al-Nosra rompt finalement avec al-Qaïda et se rebaptise Front Fatah al-Cham[25]. Le , des négociations s'ouvrent à nouveau entre Ahrar al-Cham et le Front Fatah al-Cham en vue d'une fusion[26]. Cependant le projet bloque. La question divise Ahrar al-Cham, entre d'un côté les partisans du jeu politique, favorables à des négociations et qui souhaitent garder le soutien des pays du Golfe et de la Turquie, et de l'autre ceux, plus proches des thèses d'al-Qaïda, qui privilégient l'insurrection armée[27]. En septembre, deux des figures les plus radicales d'Ahrar al-Cham, les Égyptiens Abou Al-Yaqadan Al-Masri et Abou Shouayb Al-Masri, et une unité militaire, la katiba Ashida, annoncent qu'ils quittent le groupe[27]. Le Front Fatah al-Cham fait également l'objet de défections après l'ouverture de ces négociations[28].

Le , le conseil religieux d'Ahrar al-Cham annonce apporter son soutien à l'intervention militaire turque au nord de la Syrie au nom de la « nécessaire présence d’une faction islamique sur les territoires libérés, pour ne pas laisser le champ libre aux forces contre-révolutionnaires du PKK et du PYD ». Cela provoque quelques tensions avec son allié du Front Fatah al-Cham, hostile à cette intervention[27].

Le , hostiles à la politique pro-turque du groupe et favorables à un rapprochement avec le Front Fatah al-Cham, seize factions locales d'Ahrar al-Cham, menées par Abou Jaber et soutenues par Abou Saleh Tahhan et Abou Mohammed al-Sadeq, font scission pour fonder un nouveau groupe : Jaych al-Ahrar[29],[30],[31].

En , dans le gouvernorat d'Idleb et l'ouest du gouvernorat d'Alep, de violents combats éclatent entre d'un côté le Front Fatah al-Cham et de l'autre Ahrar al-Cham, Suqour al-Cham et des groupes de l'Armée syrienne libre. Le , plusieurs groupes rebelles — Fastaqim Kama Umirt, Suqour al-Cham, Kataeb Thuwar al-Cham, l'Armée des Moudjahidines, ainsi que les unités de Jaych al-Islam et du Front du Levant présentes dans la région d'Idleb — annoncent leur fusion au sein d'Ahrar al-Cham, espérant ainsi par ce ralliement obtenir l'aide et la protection de ce groupe contre le Front Fatah al-Cham[32],[33],[34],[35],[36],[37],[38],[39]. Trois jours plus tard, le Front Fatah al-Cham fusionne à son tour avec d'autres groupes pour former un nouveau mouvement : Hayat Tahrir al-Cham[29]. De nombreux membres d'Ahrar al-Cham choisissent alors de faire défection pour rejoindre cette organisation[31].

Le , le Liwa Fajr al-Oumma rallie à son tour Ahrar al-Cham[40].

Fin 2017, la branche locale du groupe située dans le gouvernorat d'Alep intègre l'Armée nationale syrienne[41],[42].

FusionModifier

Le , Ahrar al-Cham fusionne avec le Harakat Nour al-Din al-Zenki pour former un nouveau mouvement : Jabhat Tahrir Souriya[43].

IdéologieModifier

Ahrar al-Cham est un groupe salafiste, ses objectifs sont limités à la Syrie et le groupe n'appelle pas au djihad global[44],[45],[46],[16]. Pour le chercheur Romain Caillet, le groupe est salafiste mais non-djihadiste[47],[48]. Stéphane Lacroix, chercheur au Centre de recherches internationales (CERI), qualifie l'idéologie d'Ahrar al-Cham de « salafo-nationalisme » et indique aussi que le groupe est non-djihadiste[46]. Ahrar al-Cham demeure cependant la composante la plus dure du Front islamique[49]. Selon l'universitaire Thomas Pierret ; « Ahrar al-Sham se distingue ouvertement du « courant réformiste », c’est-à-dire les Frères Musulmans, se réclamant plutôt d’une orientation « concordiste » (tawfiqiyya) située à mi-chemin entre ledit réformisme et le jihadisme »[50]. Des responsables du groupe ont également revendiqué une proximité idéologique avec les talibans, présentés comme un modèle à suivre[51]. Selon le chercheur Ziad Majed, Ahrar al-Cham est très hétérogène, en plus des salafistes le groupe compte également des frères musulmans[52].

En , de manière inhabituelle, Ahrar al-Cham réagit à un message du chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, appelant ses partisans à ne pas privilégier le contrôle et l'administration des territoires, mais à ses concentrer sur la guérilla : « Les partisans d'Al-Qaida devraient se rappeler que la stratégie du cheikh Oussama [Ben Laden] était celle d’une guerre d’usure pour disperser les forces de l'ennemi. La prise du pouvoir nécessite, elle, un projet qui n’affole pas le monde entier : il est assez incroyable d’entendre encore dire que nous devons affronter toutes les armées de la planète. L'exemple de Daech ne suffit-il pas ? »[53].

L'idéologie du groupe a évolué progressivement en se déradicalisant, selon Thomas Pierret et Ahmad Abazeid[54].

OrganisationModifier

CommandementModifier

Le fondateur et premier chef d'Ahrar al-Cham est Hassan Aboud, dit « Abou Abdullah al-Hamawi ». Ce dernier est tué le , dans un attentat commis par le régime syrien, qui cause la mort de 47 des dirigeants du groupe lors d'une réunion dans une cave. Le lendemain Ahrar al-Cham annonce que Hachem al-Cheikh, dit Abou Jaber succède à Hassan Aboud à la tête du mouvement et qu'Abou Saleh Tahane devient le commandant militaire[55],[56],[57]. Abou Jaber démissionne cependant un an plus tard et le Mohannad al-Masri, dit Abou Yahia al-Hamawi, est élu chef d'Ahrar al-Cham après un vote de la choura du groupe[10]. En , Ahrar al-Cham se choisit un nouveau chef, Ali al-Omar, proche de la Turquie[30]. Puis, le , le conseil élit Hassan Soufan, dit « Abou al-Bara », pour prendre la tête du groupe[58],[4].

Parmi les autres personnalités du groupe figurent : Abou Khaled al-Souri, nommé médiateur entre le Front al-Nosra et l'État islamique en Irak et au Levant par Ayman al-Zawahiri est tué à Alep dans un attentat-suicide le [59] ; le commandant Majid Hussein al-Sadek, ancien officier de l'armée syrienne et chef d'état-major d'Ahrar al-Cham, tué le dans un attentat-suicide dans le gouvernorat d'Idleb[60] ; Abou Saleh Tahhan, responsable militaire dans le nord[30] ; et Abou Mohammed al-Sadeq, un chef religieux[30].

EffectifsModifier

 
Des hommes d'Ahrar al-Cham dans un village du gouvernorat de Hama, le 11 mars 2013.

Les effectifs d'Ahrar al-Cham sont estimés entre 10 000 à 20 000 combattants[1]. Fin 2015, Charles Lister, chercheur américain au Middle East Institute (en), donne le chiffre de 15 000 hommes[61]. Début 2016, l'Institut pour l'étude de la guerre (think tank américain) donne le même chiffre[62]. En , le grand reporter Georges Malbrunot, journaliste pour Le Figaro, donne l'estimation de 15 000 à 20 000 combattants, en grande majorité Syriens[30].

D'après l'Institut pour l'étude de la guerre, Ahrar al-Cham est le seul groupe armé syrien, avec Faylaq al-Cham, à être présent et actif sur plusieurs fronts en différents points du territoire syrien[62].

Les ralliements, le , de Fastaqim Kama Umirt, Suqour al-Cham, Kataeb Thuwar al-Cham, l'Armée des Moudjahidines, et de certaines brigades de Jaych al-Islam et du Front du Levant, auraient apporté d'un coup 10 000 combattants supplémentaires à Ahrar al-Cham[63]. Début , Ahrar al-Cham publie une infographie montrant les zones géographiques où sont réparties les différents combattants du groupe qui seraient au nombre de 25 000, ce qui en ferait le groupe rebelle le plus important en Syrie en termes de nombre de soldats[2].

PertesModifier

En , un chef d'Ahrar affirme que les pertes du groupe depuis le début de la guerre civile sont de 7 805 morts, 1 045 blessés et 120 prisonniers[64].

Relations et réactions internationalesModifier

Ahrar al-Cham est soutenu principalement par le Qatar et la Turquie, mais a également reçu des aides de l'Arabie saoudite à partir de 2015[65],[46],[66],[44],[67],[30]. À partir de 2014, le groupe cherche également à se concilier l'Occident en adoptant un discours plus « modéré » et en récusant tout lien avec al-Qaïda[44].

Début 2014, Ahrar al-Cham obtient la libération de Mohammed Haydar Zammar, membre important d’al-Qaïda jusqu'alors emprisonné par le régime syrien, qui avait fondé la cellule de Hambourg et recruté nombre des pirates des attentats du 11 septembre 2001[68].

Le , dans un communiqué publié par Labib al-Nahhas, le chef des relations politiques étrangères du groupe, Ahrar al-Sham présente ses condoléances aux talibans après l'annonce du décès du Mollah Omar[69].

Le , Ahrar al-Cham condamne les attentats du 13 novembre à Paris dans un communiqué publié par Labib al-Nahhas[70].

ExactionsModifier

Dans un rapport publié le , Amnesty International accuse Ahrar al-Cham de crimes de guerre et dénonce des cas de tortures, d'enlèvements et d'exécutions sommaires commis par des membres de ce groupe[71],[72].

Désignation comme organisation terroristeModifier

Ahrar al-Cham est classé comme organisation terroriste par le régime syrien, la Russie[73] et les Émirats arabes unis[74].

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Competition among Islamists, The Economist, , consulté le
  2. a et b (en) « Ahrar al-Sham has released an infographic showing the geographic prevalence of Ahrar al-Sham over the land of Syria. », sur syria.liveuamap.com, (consulté le 8 février 2017)
  3. Suleiman al Khalidi et Jean-Stéphane Brosse, Les combats entre rebelles se poursuivent dans le Nord syrien, Challenges avec Reuters, 20 juillet 2017.
  4. a et b Haid Haid, Why Ahrar al-Sham couldn't stand up to HTS's attack in Idlib, Royal Institute of International Affairs, août 2017.
  5. Ahmad Abazeid et Thomas Pierret, Les rebelles syriens d’Ahrar al-Sham : ressorts contextuels et organisationnels d’une déradicalisation en temps de guerre civile, Critique internationale 2018/1 (No 78), pages 63 à 84.
  6. (en-US) Rania Abouzeid, « TIME Exclusive: Meet the Islamist Militants Fighting Alongside Syria’s Rebels », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le 20 août 2019)
  7. (en) « Syrian president issues amnesty », sur www.aljazeera.com (consulté le 20 août 2019)
  8. « Ahrar al-Sham jihadists emerge from shadows in north Syria », sur www.dailystar.com.lb, The Daily Star (consulté le 20 août 2019)
  9. (en) « Syria’s Top Five Insurgent Leaders », Syria Comment,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Aron Lund, « Abu Yahia al-Hamawi, Ahrar al-Sham’s New Leader », Syrian Comment,
  11. « http://www.ui.se/eng/upl/files/86861.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  12. (en) [PDF] The Free Syrian Army, Understanding War, mars 2013, consulté le
  13. Hassane Zerrouky, « En Syrie, sept groupes armés constituent un Front islamique », L'Humanité, (consulté le 20 août 2019)
  14. (en) Aron Lund, « Islamist Mergers in Syria: Ahrar al-Sham Swallows Suqour al-Sham », sur Carnegie Middle East Center, (consulté le 20 août 2019)
  15. Reuters, « Fusion d'Ahrar al-Cham avec un autre groupe islamiste en Syrie », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2019)
  16. a et b Luc Mathieu, « Syrie : l’Armée de la conquête sur le chemin de Damas », Libération, (consulté le 20 août 2019)
  17. (en-US) « Infographic: "Fatah Halab" Military Operations Room – Coalition of 31 Rebel Factions », Archicivilians (consulté le 20 août 2019)
  18. Romain Caillet, « Apparemment, la coalition Ansar ash-Sharia, dont l'objectif est de "libérer" #Alep, semble encore plus radicale que Jaysh al-Fath à #Idlib. », sur @RomainCaillet, twitter, (consulté le 20 août 2019)
  19. (en) « #Syria #Aleppo New formed operation room "Ansar al-Sharia" includes this factions », sur @markito0171, twitter, (consulté le 20 août 2019)
  20. Reuters, « Les combattants islamistes et les rebelles lancent une offensive d'ampleur à Alep », sur France 24, (consulté le 20 août 2019)
  21. « Syrie: Ansar al-Charia, une nouvelle alliance rebelle à l’offensive à Alep », sur RFI, (consulté le 20 août 2019)
  22. InfoGraphic – Five Rebel factions joined Ahrar al-Sham Movement in October 2015 | Syria, Archicivilians, 21 octobre 2015.
  23. Reuters, « Tensions entre al-Nosra et Ahrar al-Cham après l’échec d’une offre de fusion », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2019)
  24. Marie Kostrz, « Idleb sous la férule de Jabhat Al-Nosra », Orient XXI, (consulté le 20 août 2019)
  25. « Rupture du Front al-Nosra et d'Al-Qaïda : "Un acte de renoncement" », France 24, (consulté le 20 août 2019)
  26. Caroline HAYEK, « Plusieurs groupes rebelles seraient sur le point de fusionner en Syrie », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2019)
  27. a b et c Madjid Zerrouky, « En Syrie, l’« ennemi américain » exacerbe les tensions entre rebelles islamistes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2019)
  28. Caroline HAYEK, « Plusieurs groupes rebelles seraient sur le point de fusionner en Syrie », L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2019)
  29. a et b Romain Caillet, Jihadistes proches d’al-Qaïda et rebelles radicaux s’unissent pour former l’Organisation de Libération du Sham, Jihadologie, 29 janvier 2017.
  30. a b c d e et f Georges Malbrunot, « Entre djihad et Turquie, le dilemme des salafistes syriens », Le Figaro, (consulté le 20 août 2019)
  31. a et b Romain Caillet, « Al-Maqdisi dénonce le « laxisme » de l’ex-Nusra et sa rupture avec al-Qaïda - Libération.fr », sur jihadologie.blogs.liberation.fr, Libération (consulté le 20 août 2019)
  32. Reuters (Lisa Barrington et Tom Perry; Henri-Pierre André pour le service français), « Regroupement de factions rebelles syriennes face au Front Fateh al Cham », sur Challenges (consulté le 20 août 2019)
  33. Caroline HAYEK, « En Syrie, une trêve aux accents de guerre intestine rebelle », L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2019)
  34. Charles Lister, Today, the following have joined Ahrar al-Sham:- Tajamu Fastaqim - Thuwar al-Sham - x5 Jaish al-Islam & Jaish al-Mujahideen brigades, twitter, 25 janvier 2017.
  35. Romain Caillet, Pour mieux lutter contre #JFS, tous les groupes "rebelles modérés" de la région d'#Idlib rejoignent Ahrar ash-Sham, twitter, 25 janvier 2017.
  36. Romain Caillet, Face à #JFS, les Faucons du Levant, Jaysh al-Islam(Idlib), Jaysh al-Mujahidin, Fastaqim & le Front du Levant(Idlib) intègrent Ahrar ash-Sham, twitter, 25 janvier 2017.
  37. 5 Factions join Ahrar al_Sham Islamic movement in the battle against Fateh al_Sham front, OSDH, 26 janvier 2017.
  38. AFP, « Syrie : combats entre Fateh el-Cham et des rebelles dans la province d'Idleb », L'Orient-Le Jour, (consulté le 20 août 2019)
  39. (en) Sam Heller, « The Home of Syria’s Only Real Rebels », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2019)
  40. (en) « Fajr al-Umma Brigade and the Islamic Movement of Ahrar al-Sham merge in the Eastern Ghouta », OSDH,
  41. انفوغراف | فصائل الجيش الحر المشاركة في عملية غصن الزيتون, NORS Studies, 30 juillet 2018.
  42. Matteo Puxtton, « Syrie: la 3e Légion, rebelles syriens et supplétifs de la Turquie à Afrin », France Soir, (consulté le 20 août 2019)
  43. Syrie : deux importants groupes rebelles fusionnent, OLJ avec agences, 18 février 2018.
  44. a b et c Hala Kodmani, « Syrie: qui se cache derrière l’Armée de la conquête ? », Libération, (consulté le 20 août 2019)
  45. Sarah Diffalah, Trêve en Syrie : "C'est comme si on invitait les Syriens à s'entretuer", L'Obs, 24 février 2016.
  46. a b et c [vidéo] L'Arabie saoudite et la guerre en Syrie - Stéphane Lacroix, Bycome, 17 avril 2017.
  47. « Entretien avec Romain Caillet - La composante jihadiste de la rébellion syrienne à la loupe - Les clés du Moyen-Orient », Les Clés du Moyen-Orient (consulté le 20 août 2019)
  48. Romain Caillet, Après avoir intégré Ahrar ash-Sham, groupe salafiste non jihadiste, Khattab al-Firansi aurait intégré l'#EI via Abu Abdallah, un Tunisien., twitter, 11 mars 2016.
  49. Frédéric Pichon 2014, p. 84-85
  50. Thomas Pierret, « Crise et déradicalisation : les rebelles syriens d’Ahrar al-Sham », Confluences Méditerranée 2015/3 (No 94), p. 43-49.
  51. Hassan Hassan, « Ahrar Al Sham’s leader clarifies its role in Syria »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The National, 29 mai 2016.
  52. Alexis Feertchak, « Guerre en Syrie : qui sont les responsables de la tragédie ? », Le Figaro, (consulté le 20 août 2019)
  53. Madjid Zerrouky, « Al-Qaida prépare une guerre d’usure en Syrie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2019)
  54. Ahmad Abazeid et Thomas Pierret, « Les rebelles syriens d’Ahrar al-Sham : ressorts contextuels et organisationnels d’une déradicalisation en temps de guerre civile, The Syrian Rebels of Ahrar al-Sham: Contextual and Organizational Motors of Deradicalization in a Time of Civil War », Critique internationale, no 78,‎ , p. 63–84 (ISSN 1290-7839, DOI 10.3917/crii.078.0063, lire en ligne, consulté le 4 avril 2018)
  55. « Un groupe rebelle islamiste syrien décimé par un attentat », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2019)
  56. AFP, « Syrie: nouvelle direction après la mort des chefs d'un groupe rebelle », sur www.romandie.com (consulté le 20 août 2019)
  57. Ignace Dalle et Wladimir Glasman, Le cauchemar syrien, p. 117
  58. (en) Andrew Illingworth, « Ahrar al-Sham appoints new leader in Syria », Al-Masdar News,
  59. « Le chef d'al-Qaïda perd son représentant en Syrie, tué à Alep », sur RFI, (consulté le 20 août 2019)
  60. En Syrie, la trêve pourrait ne pas résister à l’intensification des frappes du régime, Le Monde avec AFP, 24 avril 2016.
  61. Charles Lister, Yes, there are 70,000 moderate opposition fighters in Syria. Here’s what we know about them, The Spectator, 27 novembre 2015.
  62. a et b René Backmann, « Syrie: et si l’opposition avait aussi un projet d’Etat islamique? », sur Mediapart, (consulté le 28 mars 2016)
  63. InfoGraphic: Syrian Opposition factions mergings, Archicivilians, 26 janvier 2017.
  64. Charles Lister, Senior Ahrar al-Cham leader on group losses in #Syria’s war, twitter, 10 septembre 2016.
  65. Sammy Ketz, Face à la crise Arabie-Qatar, la rébellion syrienne dans l'embarras, OLJ avec AFP, 18 juin 2017.
  66. Julien Abi Ramia, Caroline Hauyek, Lina Kennouche, Samia Medawar et Anthony Samrani, Syrie : qui combat qui, et où, OLJ, 17 octobre 2015.
  67. Georges Malbrunot, « Syrie: le Qatar accusé par ses alliés de jouer un double jeu », sur Le Figaro, De Bagdad à Jérusalem : L'Orient indiscret (consulté le 20 août 2019)
  68. Frédéric Pichon, Syrie pourquoi l'Occident s'est trompé, Monaco, Ed. du rocher, , 180 p. (ISBN 978-2-268-07605-8), p. 80-81
  69. Syrian Islamist group Ahrar al-Sham mourns Taliban leader, Reuters, .
  70. Ahrar al-Sham Official Calls Paris Attacks “Despicable,” Compares to Syrian Situation, SITE, 14 novembre 2015.
  71. « Syrie : des horreurs commises par des groupes armés », Amnesty International (consulté le 20 août 2019)
  72. Syrie. Enlèvements, torture et exécutions sommaires aux mains des groupes armés, Amnesty International, 5 juillet 2016.
  73. Paul Antonopoulos, Russia adds two more Islamist groups to terrorist list, Al-Masdar news, 31 décembre 2015.
  74. List of terror groups published by UAE, Gulf news, 16 novembre 2014.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Articles en ligneModifier