Pedro Almodóvar

réalisateur de cinéma espagnol
Pedro Almodóvar
Pedro Almodóvar at Premios Goya 2017 1 (cropped 3).jpg
Pedro Almodóvar à la 31e cérémonie des Goyas en 2017.
Fonction
Président du jury du festival de Cannes
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Pedro Almodóvar Caballero
Nationalité
Domicile
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Fernando Iglesias (depuis 2002)
Autres informations
Religion
Membre de
Taille
1,77 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix Princesse des Asturies pour les arts ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Pedro Almodóvar (prononcé en espagnol : [ˈpeðɾo almoˈðoβaɾ]), parfois simplement appelé Almodóvar[1], né le à Calzada de Calatrava (Province de Ciudad Real), est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur espagnol.

Il connait le succès pendant le mouvement culturel de la Movida qui suit la fin de l'Espagne franquiste et devient rapidement l'un des réalisateurs espagnols les plus connus.

JeunesseModifier

Pedro Almodóvar Caballero (prononcé en espagnol : [ˈpeðɾo almoˈðoβaɾ kaβaˈʝeɾo]) naît le à Calzada de Calatrava, dans la province de Ciudad Real, dans la communauté autonome de Castille-La Manche, en Espagne[2]. Son père, Antonio Almodóvar, est viticulteur, et sa mère, Francisca Caballero, est liseuse et traductrice pour analphabètes[3],[4]. Il a deux sœurs aînées, Antonia et María Jesús, et un frère cadet, Agustín[5],[6].

À l'âge de huit ans, Pedro Almodóvar est envoyé dans un internat catholique à Cáceres, en Estrémadure, dans l'espoir qu'il devienne prêtre[7]. Sa famille finit par le rejoindre à Cáceres ; son père ouvre une station-service et sa mère ouvre une cave à vin où elle vend son propre vin[3],[8]. Pedro Almodóvar découvre le cinéma et particulièrement le travail de Luis Buñuel, qui l'influencera[9],[10].

« Le cinéma est devenu ma véritable éducation, bien plus que celle que je recevais du prêtre[11]. »

En 1967, à dix-huit ans, contre la volonté de ses parents, Pedro Almodóvar s'installe à Madrid dans le but de devenir réalisateur. Il devient très vite autodidacte, incapable de s'inscrire à l'École Nationale de Cinéma de Madrid, tout juste fermée par Francisco Franco[7]. Il survit grâce à de nombreux petits boulots, comme vendeur de rue dans le Rastro, le marché aux puces de Madrid, et assistant administratif dans la compagnie de téléphone espagnole Telefónica, où il travaille durant douze ans jusqu'à trois heures de l'après-midi, occupant le reste de ses journées à poursuivre ses rêves de cinéaste[12],[7].

DébutsModifier

Au début des années 1970, Pedro Almodóvar commence à s'intéresser au théâtre et au cinéma expérimental et collabore avec la compagnie théâtrale indépendante Los Goliardos, où il commence à jouer et rencontre Félix Rotaeta et Carmen Maura[13]. Il est un personnage important de la Movida et crée un groupe de musique glam rock avec Fabio McNamara[14].

Il écrit des articles pour de nombreux journaux et magazines comme El País, Diario 16 et La Luna, ainsi que des comic strips et des histoires dans des magazines contre-culturels comme Star, El Víbora ou Vibraciones[15].Il publie une nouvelle, Fuego en las entrañas (« Feu dans les entrailles »), puis un recueil intitulé El sueño de la razón (« Le rêve de la raison »)[16],[17].

À 22 ans, Pedro Almodóvar achète sa première caméra super 8 avec son premier salaire et commence à réaliser des courts-métrages diffusés dans les scènes nocturnes de Madrid et de Barcelone. Ses premiers courts-métrages ont des narratifs principalement sexuels sans son : en 1974, Dos putas, o, Historia de amor que termina en boda (« Deux prostituées, ou, Histoire d'amour qui finit en mariage ») ; en 1975, La caída de Sodoma (« La chute de Sodome ») ; en 1976, Homenaje (« Hommage ») ; en 1977, La estrella (« L'étoile ») et Sexo va: sexe viene (« Le sexe va et vient »), son premier film en format 16 mm[18].

« Je les montrais dans des bars, pendant des soirées… Je ne pouvais pas ajouter de son car c'était très compliqué. La bobine était très fine et de mauvaise qualité. Je me souviens que je suis devenu très célèbre à Madrid car, comme les films étaient muets, je lançais de la musique avec une cassette et je faisais les voix des personnages, les chansons et les dialogues moi-même[19]. »

Après quatre ans de création de courts-métrages, en 1978, Pedro Almodóvar réalise son premier long-métrage amateur en super 8, Folle... folle... fólleme Tim![20].

Carrière cinématographiqueModifier

Années 1980Modifier

 
Pedro Almodóvar en 1988.

1980 : Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartierModifier

En 1980, Pedro Almodóvar réalise son premier long-métrage distribué Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón) avec un budget de seulement 400 000 pesetas[21]. Tourné en format 16 mm puis retravaillé en format 35 mm, le film reçoit des critiques relativement négatives mais également de nombreux admirateurs, qui comparent son travail kitsch et ouvertement sexuel à celui de John Waters[22],[23].

« Quand un film a un ou deux défauts, on dit qu'il est imparfait, mais quand il y a une profusion de défauts techniques, on appelle ça du style. C'est ce que je disais en me moquant pendant que je promouvais le film, mais je crois que c'est plus vrai que je ne le croyais[24]. »

1982 : Le Labyrinthe des passionsModifier

Le Labyrinthe des passions (Laberinto de pasiones), distribué en 1982, est globalement mieux reçu que Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier et marque le début de l'importante collaboration entre Pedro Almodóvar et Antonio Banderas[25].

« J'aime le film même s'il aurait pu être mieux réalisé. Le défaut principal est que l'histoire des deux personnages principaux est bien moins intéressante que les histoires de tous les personnages secondaires. Mais parce qu'il y en a autant, j'aime beaucoup de choses dans ce film[26]. »

1983 : Dans les ténèbresModifier

Dans les ténèbres (Entre tinieblas), distribué en 1983, marque le début de la collaboration entre Pedro Almodóvar et Julieta Serrano, Marisa Paredes et Chus Lampreave et solidifie la réputation du réalisateur comme « enfant terrible » du cinéma espagnol avec le début de l'utilisation de la comédie mélodramatique et de la musique populaire pour exprimer l'émotion[27],[28].

1984 : Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter cela ?Modifier

Le quatrième film de Pedro Almodóvar, Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? (¿Qué he hecho yo para merecer esto?), distribué en 1984, est un hommage au néoréalisme italien et fait écho à Deux ou trois choses que je sais d'elle de Jean-Luc Godard, Coup de gigot de Roald Dahl et A Day's Work de Truman Capote[29].

1986 : MatadorModifier

En 1986, Pedro Almodóvar travaille avec le producteur Andrés Vicente Gómez et l'écrivain Jesús Ferrero pour créer Matador, un film plus sombre que sa précédente filmographie. À sa sortie, le film lève quelques controverses quant à son sujet et à la violence utilisée.

« La morale de mes films est d'arriver à une liberté plus grande. (…) J'ai ma propre moralité, et mes films aussi. Si vous voyez Matador à travers la perspective morale traditionnelle, c'est un film dangereux car c'est juste une célébration du meurtre. Matador est une légende. Je n'essaie pas d'être réaliste ; c'est très abstrait, on ne s'identifie pas aux choses qui adviennent, mais à la sensibilité romantique[30]. »

1987 : La Loi du désirModifier

La Loi du désir (La ley del deseo), distribué en 1987, est le premier film de Pedro Almodóvar à être distribué grâce à la compagnie de production El Deseo, créée par le réalisateur et son frère Agustín l'année précédente. Il marque le début de la collaboration entre Pedro Almodóvar et Rossy de Palma. Le film est présenté à la Berlinale 1987 où il gagne le premier Teddy Award[31].

« C'est le film-clef de ma vie et de ma carrière. Il montre ma vision du désir, quelque chose de très dur et de très humain. Je veux dire par là la nécessité absolue d'être désiré et le fait qu'il soit rare que deux désirs se rencontrent et correspondent[32]. »

1988 : Femmes au bord de la crise de nerfsModifier

Femmes au bord de la crise de nerfs (Mujeres al borde de un ataque de nervios), distribué en 1988, marque le premier succès critique et commercial de Pedro Almodóvar après sa présentation à la Mostra de Venise 1988. Il génère un box-office de plus de 7 millions de dollars aux États-Unis[33].

Il remporte le prix du meilleur scénario de la Mostra de Venise ; Meilleur film, Meilleur scénario original, Meilleur montage, Meilleure actrice pour Carmen Maura et Meilleure actrice dans un second rôle pour María Barranco aux Prix Goya ; Meilleure actrice pour Carmen Maura et Discovery of the Year aux Prix du cinéma européen, et est nommé au Meilleur film étranger aux BAFTA, aux Golden Globes et aux Oscars du cinéma[34].

Années 1990Modifier

1990 : Attache-moi !Modifier

Attache-moi ! (¡Átame!), distribué en 1990, marque la fin de la collaboration principale entre Pedro Almodóvar et Carmen Maura et le début de sa collaboration avec Victoria Abril, avec un scénario similaire à L'Obsédé de William Wyler et à l'image de la Belle et la Bête[35]. À sa sortie, le film est classé X par la Motion Picture Association of America, avant d'être remplacé en septembre par un classement NC-17 pour le différencier des films pornographiques[36].

 
Pedro Almodóvar et Victoria Abril, actrice principale de Talons aiguilles, aux César du cinéma de 1993.

1991 : Talons aiguillesModifier

Talons aiguilles (Talones lejanos), distribué en 1991, s'inspire des mélodrames hollywoodiens interrogeant la relation mère-fille comme Stella Dallas, Le Roman de Mildred Pierce, Mirage de la vie et Sonate d'automne, cité dans le film[37],[38]. Bien qu'il ait été un succès commercial en Espagne, le film reçoit des critiques mitigées. Il gagne le César du meilleur film étranger et est nommé au Golden Globe du Meilleur film en langue étrangère[39],[40].

1993 : KikaModifier

Kika, distribué en 1993, est une critique des médias de masse et de leur sensationnalisme[41]. Le film reçoit des critiques négatives à l'international et Pedro Almodóvar le reconnaîtra plus tard comme l'un de ses films les plus faibles[42].

1995 : La Fleur de mon secretModifier

La Fleur de mon secret (La flor de mi secreto), distribué en 1995, marque le début de la collaboration entre le réalisateur et le compositeur Alberto Iglesias et le directeur de la photographie Affonso Beato. Le film reçoit des critiques mitigées malgré ses sept nominations aux Prix Goya de 1996[43],[44].

1997 : En chair et en osModifier

En chair et en os (Carne trémula), distribué en 1997, marque le début de la collaboration entre Pedro Almodóvar et Penélope Cruz. Le film est présenté en avant-première au Festival du film de New York 1997 et reçoit des critiques relativement positives, ce qui permet au réalisateur de gagner sa deuxième nomination dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère aux BAFTA[45].

1999 : Tout sur ma mèreModifier

Tout sur ma mère (Todo sobre mi madre), distribué en 1999, revisite les thèmes, chers à Almodóvar, de la sororité et de la famille. Le film est en compétition pour la Palme d'or lors du Festival de Cannes 1999, où Almodóvar gagne le Prix de la mise en scène et le Prix du jury œcuménique[46]. Il est un succès critique et commercial et devient le film espagnol avec le plus de distinctions et d'honneurs, dont le premier Oscar du réalisateur pour Meilleur film international[47],[48].

« À Bette Davis, Gena Rowlands, Romy Schneider… À tous les actrices qui ont joué des actrices, à toutes les femmes qui jouent, à tous les hommes qui jouent et deviennent des femmes, et à toutes les personnes qui souhaitent être mères. À ma mère. »

Années 2000Modifier

2002 : Parle avec elleModifier

Après une légère pause pour se concentrer sur sa compagnie de production, Pedro Almodóvar réalise Parle avec elle (Hable con ella), distribué en 2002 après une avant-première au Festival du film de Telluride. Il est acclamé unanimement par la critique, ce qui vaut à Almodóvar son deuxième Oscar, cette fois-ci pour Meilleur scénario original, ainsi qu'une nomination pour l'Oscar du meilleur réalisateur, mais également le César du meilleur film de l'Union européenne et le BAFTA et le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère[49],[50],[51],[52]. Il génère un box-office de plus de 51 millions de dollars à l'international[53].

2004 : La Mauvaise ÉducationModifier

La Mauvaise Éducation (La mala educación), distribué en 2004, utilise le genre du film noir pour traiter des sujets comme l'abus sexuel sur mineur et l'identité de genre. Le réalisateur dit avoir travaillé sur le scénario du film pendant plus d'une dizaine d'années[54]. Le protagoniste du film, joué par Gael García Bernal, est inspiré du personnage de Tom Ripley de Patricia Highsmith, comme présenté par René Clément dans Plein Soleil sous les traits d'Alain Delon[55].

« Il représente également un personnage type du film noir – la femme fatale, ce qui signifie qu'il représente le destin, dans le sens le plus tragique et le plus noir du mot, pour les personnages avec qui il entre en contact[56]. »

Le film ouvre le Festival de Cannes 2004, devenant le premier film espagnol à ouvrir le festival, et génère un box-office international de plus de 40 millions de dollars malgré son classement NC-17 aux États-Unis[57]. Il reçoit une nomination au BAFTA du meilleur film en langue étrangère, ainsi que sept nominations au Prix du cinéma européen et quatre nominations aux Prix Goya[58],[59],[60].

2006 : VolverModifier

Volver, distribué en 2006, est une œuvre presque autobiographique, où le réalisateur utilise des éléments de son enfance pour créer un scénario qui apparaît déjà dans un projet plus ancien du réalisateur, La Fleur de mon secret[61].

« Ce scénario parle de la mort. (…) Plus que de la mort elle-même, le scénario parle de la culture très riche qui entoure la mort dans la région de La Manche, dont je suis originaire, et de la façon (pas du tout tragique) dont les femmes de différentes générations gèrent cette culture[62]. »

Le film reçoit des critiques très positives lors de sa présentation au Festival de Cannes 2006, où Pedro Almodóvar gagne le Prix du scénario tandis que l'ensemble des actrices du film reçoit le Prix d'interprétation féminine[63]. Penélope Cruz est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice et devient la première actrice espagnole nommée pour ce titre[64]. Le film génère un box-office international de plus de 87 millions de dollars et devient le film le plus rentable du réalisateur[65].

 
Pedro Almodóvar avec Rossy de Palma (à gauche) et Penélope Cruz (à droite) à l'avant-première de Étreintes brisées au Festival de Cannes 2009.

2009 : Étreintes briséesModifier

Étreintes brisées (Los abrazos rotos), distribué en 2009, est très bien reçu après sa présentation lors de la compétition pour la Palme d'or au Festival de Cannes 2009 et génère un box-office de plus de 30 millions de dollars à l'international[66],[67]. Le film reçoit des critiques très positives et est comparé à l'œuvre d'Alfred Hitchcock[68]. Le film est nommé aux BAFTA et aux Golden Globes pour Meilleur film en langue étrangère[69],[70].

Pedro Almodóvar réalise en parallèle du film un court-métrage intitulé La Conseillère anthropophage, qui est une scène du faux film Filles et valises que l'on retrouve dans le long-métrage et qui parodie Femmes au bord de la crise de nerfs[71].

Années 2010Modifier

2011 : La piel que habitoModifier

La piel que habito, distribué en 2011, est le premier saut du réalisateur dans le genre de l'horreur psychologique. Librement inspiré du roman Mygale de Thierry Jonquet, le film regorge de références cinématographiques, comme Les Yeux sans visage de Georges Franju, Sueurs froides d'Alfred Hitchcock, ou les œuvres de David Cronenberg, Dario Argento, Mario Bava, Umberto Lenzi, Lucio Fulci, Fritz Lang et F. W. Murnau[72],[73]. Après une avant-première au Festival de Cannes 2011, le film génère un box-office international de 30 millions de dollars et est nommé au Golden Globe et au BAFTA du meilleur film en langue étrangère, remportant ce dernier[74],[75],[76].

2013 : Les Amants passagersModifier

Après une longue période de longs-métrages dramatiques et à caractère sérieux, Pedro Almodóvar réalise en 2013 Les Amants passagers (Los amantes pasajeros), une comédie se déroulant entièrement dans un avion en vol et revient à l'humour kitsch de ses premières œuvres[77],[78]. Malgré des critiques mitigées, le film réalise un bon box-office international[79].

2016 : JulietaModifier

Pour son vingtième long-métrage, dix ans après Volver, Pedro Almodóvar décide de revenir à son « cinéma de femmes » et réalise Julieta, d'abord intitulé Silencio, distribué en 2016[80],[81],[82]. Le film est présenté au Festival de Cannes 2016 et devient le cinquième film du réalisateur à concourir pour la Palme d'or[83].

 
Pedro Almodóvar et l'équipe de Douleur et Gloire aux Goyas 2020.

2019 : Douleur et GloireModifier

Douleur et Gloire (Dolor y gloria), distribué en 2019, est décrit par le réalisateur comme un film « semi-autobiographique »[84]. Le film est présenté au Festival de Cannes 2019 en compétition pour la Palme d'or et est nommé à l'Oscar du meilleur film international[85],[86].

Années 2020Modifier

2020 : La Voix humaineModifier

La Voix humaine, distribué en 2020, est un court-métrage inspiré de la pièce de théâtre éponyme de Jean Cocteau et est le premier projet du réalisateur en langue anglaise, avec Tilda Swinton dans le seul rôle du film[87]. Il est montré en avant-première à la Mostra de Venise 2020[88].

2021 : Madres paralelasModifier

En , Agustín Almodóvar annonce que son frère a terminé le scénario de son prochain long-métrage pendant le confinement lié à la pandémie de Covid-19[89]. Madres paralelas, distribué en 2021, ouvre la Mostra de Venise 2021, où Penélope Cruz gagne la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine[90],[91]. David Rooney de The Hollywood Reporter écrit à propos du film :

« Le film est un testament au don de l'un des réalisateurs les plus appréciés du monde – qui entre en force dans sa cinquième décennie de carrière – qui est de constamment régaler notre regard sans perdre l'investissement pour la vie émotionnelles de ses personnages qu'il adore clairement[92]. »

A Manual for Cleaning WomenModifier

En , A Manual for Cleaning Women, une adaptation du recueil de nouvelles éponyme de Lucia Berlin, le premier long-métrage du réalisateur en langue anglaise, est annoncé avec Cate Blanchett dans le rôle principal[93].

Strange Way of LifeModifier

En , Strange Way of Life, un court-métrage western d'une demi-heure, est annoncé avec Ethan Hawke et Pedro Pascal dans les rôles principaux[94].

EsthétiqueModifier

L'amour du cinémaModifier

 
Pedro Almodóvar en 2008.

Pedro Almodóvar se distingue dans sa réalisation par l'usage du symbolisme des couleurs et d'angles de caméra originaux, tout en utilisant « des références cinématographiques, des clichés de genre et des images qui servent la même fonction que les chansons des comédies musicales : à exprimer ce qui ne peut pas être dit »[95]. Les décors élaborés et l'importance de la mode dans ses films sont également des aspects importants de la mise en scène d'Almodóvar[96].

Pedro Almodóvar s'inspire de nombreux autres réalisateurs, comme George Cukor et Billy Wilder, mais aussi du cinéma underground et transgressif de John Waters et Andy Warhol[97],[98]. Son travail laisse aussi entrevoir l'influence des mélodrames de Douglas Sirk et le style d'Alfred Hitchcock[99],[100]. Le réalisateur s'inspire également de figures de la littérature et du cinéma espagnol comme Luis García Berlanga, Fernando Fernán Gómez, Edgar Neville, Miguel Mihura et Enrique Jardiel Poncela[100],[101],[102]. D'autres influences étrangères incluent Ingmar Bergman, Rainer Werner Fassbinder, Federico Fellini et Fritz Lang[103]. Il lui arrive parfois de faire allusion à sa propre œuvre[104].

« Le cinéma est toujours présent dans mes films et certains films jouent une partie importante dans mes scénarios. Quand j'insère un extrait de film, ce n'est pas un hommage mais du vol. Il fait partie de l'histoire que je raconte et devient une présence active plutôt qu'un hommage passif. J'absorbe les films que j'ai vus et ils deviennent l'expérience de mes personnages[105]. »

La musique est un élément important des films de Pedro Almodóvar : bien qu'Alberto Iglesias soit son compositeur fétiche, il n'hésite pas à utiliser de la musique populaire pour créer des scènes musicales[106],[107].

Pedro Almodóvar est considéré à l'international comme un auteur et le terme Almodovariano (maladroitement traduisible par « almodovarien ») est utilisé pour décrire son style de réalisation[108],[109].

L'amour des femmesModifier

 
Pedro Almodóvar et Penélope Cruz en 2017.

En travaillant avec certaines des actrices espagnoles les plus reconnues, comme Carmen Maura, Victoria Abril, Marisa Paredes et Penélope Cruz, portant maintenant le surnom affectueux de chicas Almodóvar (« les filles d'Almodóvar »), Pedro Almodóvar est devenu célèbre pour la position centrale des femmes dans ses films[110],[111],[112]. Fortement inspiré par les films hollywoodiens centrés autour d'un personnage principal féminin, Almodóvar espère faire perdurer cette tradition en s'inspirant des femmes de son enfance[113].

« Les femmes étaient très heureuses, travaillaient dur et étaient toujours en train de parler. Elles m'ont donné mes premières sensations et ont forgé mon caractère. Les femmes représentaient tout pour moi, les hommes étaient absents et représentait l'autorité. Je ne me suis jamais identifié aux figures masculines : la maternité m'inspire plus que la paternité[114]. »

L'œuvre d'Almodóvar représente principalement des femmes traversant l'adversité et les tragédies grâce à la force des relations entre femmes[95],[115]. Le réalisateur dit ne pas écrire ses rôles pour des acteurs spécifiques mais réécrire ses personnages après le casting afin de les faire correspondre aux acteurs ; il voit son travail de réalisateur comme « un miroir pour les acteurs – un miroir qui ne peut pas mentir »[116].

L'amour de l'EspagneModifier

Pedro Almodóvar, selon les critiques, a redéfini la perception de l'Espagne et du cinéma espagnol[117]. La majorité de ses films sont tournés en Espagne, en particulier à Madrid ou dans la région de La Manche, et présentent des symboles typiques espagnols, comme la tauromachie, le gaspacho ou le flamenco[118]. L'aspect positif de la réinterprétation de l'image de l'Espagne par le réalisateur à la fin de l'Espagne franquiste est discuté mais reste indéniable[104],[108]. Almodóvar ajoute cependant :

« Mes films sont très espagnols, mais sont aussi également capricieusement personnels. On ne peut pas comparer l'Espagne à ce qu'elle est dans mes films[119]. »

Choc et activismeModifier

Gerard A. Cassadó, journaliste pour le magazine espagnol Fotogramas, reconnaît neuf éléments-clés de l'œuvre d'Almodóvar : l'homosexualité ; la paraphilie ; les héroïnes ; le sacrilège catholique ; le lip-sync ; les caméos ; le kitsch et le camp à l'excès ; les interludes narratifs ; l'intertextualité[120].

June Thomas, journaliste pour le magazine Slate, reconnaît d'autres éléments récurrents du réalisateur : l'usage illégal de drogues ; l'écriture de lettres ; le voyeurisme ; le stalking ; la prostitution ; le viol ; l'inceste ; la transidentité ; le vomissement ; la mise en abyme ; les accidents de voiture ; les femmes qui urinent[111].

Pedro Almodóvar incorpore dans son œuvre des éléments de la culture underground et LGBT dans la culture mainstream et de nombreux académiciens reconnaissent l'importance du réalisateur dans le cinéma queer[121],[122],[123]. Cependant, le réalisateur n'apprécie pas d'être catégorisé seulement comme un « réalisateur de films gays », pensant que cela nuit à la complexité des émotions qu'il tente de représenter. Pedro Almodóvar est félicité pour son idée fluide de la sexualité dans ses films ; il n'y est jamais question de coming out et ses personnages sont sexuellement libérés[124].

« Almodóvar est un auteur qui représente l'expérience queer comme il la voit, avec la dignité, le respect, l'attention et la reconnaissance qu'elle mérite[124]. »

Sur la question du succès de ses films, Almodóvar parle principalement de leur aspect divertissant : « C'est important de ne pas oublier que les films sont faits pour divertir. C'est la clé. » Le réalisateur est également connu pour créer des scènes ou des personnages choquants pour son public, qui servent le but politique ou commercial de « dire aux spectateurs que si les personnages à l'écran peuvent endurer ces terribles aventures et arriver à communiquer, alors eux aussi »[111].

Pedro Almodóvar pense tous ses films comme politiques, « même le plus frivole », mais dit ne jamais avoir essayé de poursuivre une cause politique ou une injustice sociale en particulier[116].

« Je ne suis pas un réalisateur politique. En tant que réalisateur, je suis dévoué à vouloir créer des personnages libres, complètement indépendants de points de vue moraux. Ils sont libres peu importe leur classe sociale ou leur profession[100]. »

Il admet cependant que le début de son œuvre, distribuée juste après la mort de Franco, représente un monde dans lequel l'Espagne franquiste n'a jamais existé, « créant une voix pour les groupes marginalisés d'Espagne »[125],[95].

Collaborateurs réguliersModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

ActeursModifier

1980 1982 1983 1984 1986 1987 1988 1990 1991 1993 1995 1997 1999 2002 2004 2006 2009 2011 2013 2016 2019 2021
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier Le Labyrinthe des passions Dans les ténèbres Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Matador La Loi du désir Femmes au bord de la crise de nerfs Attache-moi ! Talons aiguilles Kika La Fleur de mon secret En chair et en os Tout sur ma mère Parle avec elle La Mauvaise Éducation Volver Étreintes brisées La piel que habito Les Amants passagers Julieta Douleur et Gloire Madres paralelas
Kiti Mánver
Carmen Maura
Fabio McNamara
Cecilia Roth
Julieta Serrano
Eva Siva
Antonio Banderas
Lupe Barrado
Chus Lampreave
Bibiana Fernández
Rossy de Palma
Loles León
Victoria Abril
Lola Dueñas
Marisa Paredes
Penélope Cruz
Paz Vega
Javier Cámara

CompositeursModifier

1980 1982 1983 1984 1986 1987 1988 1990 1991 1993 1995 1997 1999 2002 2004 2006 2009 2011 2013 2016 2019 2021
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier Le Labyrinthe des passions Dans les ténèbres Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Matador La Loi du désir Femmes au bord de la crise de nerfs Attache-moi ! Talons aiguille Kika La Fleur de mon secret En chair et en os Tout sur ma mère Parle avec elle La Mauvaise Éducation Volver Étreintes brisées La piel que habito Les Amants passagers Julieta Douleur et Gloire Madres paralelas
Alaska y los Pegamoides
Bernardo Bonezzi
Ennio Morricone
Ryuichi Sakamoto
Alberto Iglesias

Directeurs de la photographieModifier

1980 1982 1983 1984 1986 1987 1988 1990 1991 1993 1995 1997 1999 2002 2004 2006 2009 2011 2013 2016 2019 2021
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier Le Labyrinthe des passions Dans les ténèbres Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Matador La Loi du désir Femmes au bord de la crise de nerfs Attache-moi ! Talons aiguille Kika La Fleur de mon secret En chair et en os Tout sur ma mère Parle avec elle La Mauvaise Éducation Volver Étreintes brisées La piel que habito Les Amants passagers Julieta Douleur et Gloire Madres paralelas
Paco Femenía
Ángel Luis Fernández
José Luis Alcaine
Alfredo Mayo
Affonso Beato
Javier Aguirresarobe
Rodrigo Prieto
Jean-Claude Larrieu

MonteursModifier

1980 1982 1983 1984 1986 1987 1988 1990 1991 1993 1995 1997 1999 2002 2004 2006 2009 2011 2013 2016 2019 2021
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier Le Labyrinthe des passions Dans les ténèbres Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Matador La Loi du désir Femmes au bord de la crise de nerfs Attache-moi ! Talons aiguille Kika La Fleur de mon secret En chair et en os Tout sur ma mère Parle avec elle La Mauvaise Éducation Volver Étreintes brisées La piel que habito Les Amants passagers Julieta Douleur et Gloire Madres paralelas
José Salcedo
Teresa Font

CostumesModifier

1980 1982 1983 1984 1986 1987 1988 1990 1991 1993 1995 1997 1999 2002 2004 2006 2009 2011 2013 2016 2019 2021
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier Le Labyrinthe des passions Dans les ténèbres Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Matador La Loi du désir Femmes au bord de la crise de nerfs Attache-moi ! Talons aiguille Kika La Fleur de mon secret En chair et en os Tout sur ma mère Parle avec elle La Mauvaise Éducation Volver Étreintes brisées La piel que habito Les Amants passagers Julieta Douleur et Gloire Madres paralelas
Manuela Camacho
Alfredo Caral
Marina Rodríguez
Francis Montesinos
Teresa Nieto
Cecilia Roth
José María de Cossío
Karl Lagerfeld
Giorgio Armani
Gianni Versace
Jean-Paul Gaultier
Hugo Mezcua
Sabine Daigeler
Sonia Grande
Paco Delgado
Tatiana Hernández
David Delfín
Paola Torres

Vie privéeModifier

Pedro Almodóvar est ouvertement homosexuel[126],[127]. Il est en couple avec l'acteur et photographe Fernando Iglesias depuis 2002[128]. Ils vivent tous les deux à Madrid, Fernando Iglesias dans le quartier de Malasaña et Pedro Almodóvar dans le quartier d'Argüelles depuis 2007[129],[130].

En 2003, il s'engage activement contre l'intervention militaire en Irak et désapprouve le soutien qu'apporte le gouvernement espagnol aux États-Unis[131].

En 2009, Pedro Almodóvar signe une pétition en soutien à Roman Polanski après son arrestation en Suisse à la suite de l'affaire Roman Polanski en mars 1977.

Lors de l'élection présidentielle américaine de 2016, il soutient la candidate démocrate Hillary Clinton[132].

En , une semaine avant la sortie en Espagne de son film Julieta, Pedro Almodóvar et son frère Agustín sont cités dans la fuite des Panama Papers, ayant possédé une société offshore dans les Îles Vierges britanniques entre 1991 et 1994[133],[134]. Agustín Almodóvar dit prendre l'entière responsabilité financière de leur société et espère que cet incident n'influe pas sur la réputation de son frère[135]. Julieta sera tout de même le film de Pedro Almodóvar avec la pire entrée au box-office espagnol depuis vingt ans[136],[137].

« Au niveau légal, il n'y a pas de craintes. C'est un problème de réputation dont je suis responsable. Je suis navré que Pedro ait à souffrir des conséquences. J'assume la pleine responsabilité de ce qui s'est passé, pas parce que je suis son frère ou son partenaire commercial, mais parce que la responsabilité est entièrement mienne. J'espère que le temps fera son travail[136]. »

En , à la suite de la démission de Nicolas Hulot, il signe avec Juliette Binoche la tribune contre le réchauffement climatique intitulée « Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité », qui parait en une du journal Le Monde, avec pour titre L'appel de 200 personnalités pour sauver la planète[138].

ŒuvresModifier

FilmographieModifier

Courts métragesModifier

  • 1974 : Dos putas o una historia de amor que termina en boda
  • 1974 : Film político
  • 1975 : La caída de Sodoma
  • 1975 : Homenaje
  • 1975 : El sueño o la estrella
  • 1975 : Blancor
  • 1976 : Trailer de Who is afraid of Virginia Woolf?
  • 1976 : Sea caritativo
  • 1976 : Muerte en la carretera
  • 1977 : Las tres ventajas de Ponte
  • 1977 : Sexo va, sexo viene
  • 1977 : Complementos (série de courts métrages)
  • 1978 : Salomé
  • 1985 : Trailer para amantes de lo prohibido (court métrage-comédie musicale pour la TVE)
  • 2009 : La Conseillère anthropophage (La Concejala antropófaga)
  • 2020 : La Voix humaine (La voz humana)
  • 2023 : Strange Way of Life

Longs métragesModifier

Prochainement

  • A Manual for Cleaning Women

PublicationsModifier

ScénariosModifier

  • La Fleur de mon secret, Éditions du Levant, 1995, 181 p. (ISBN 2841790029)
  • Femmes au bord de la crise de nerfs, édition bilingue, Éditions L'avant-scène, 1995, 139 p. (BNF 35828359)
  • Tout sur ma mère, édition bilingue, Petite bibliothèque des cahiers du cinéma, 1999, 207 p. (ISBN 2866422481)
  • La Mauvaise Éducation, édition bilingue, Petite bibliothèque des cahiers du cinéma, 2004, 208 p. (ISBN 2866423909)

RomanModifier

  • Patty Diphusa. La Vénus des lavabos, Ramsay, 1991, 199 p. (ISBN 285956988X) - rééd. Le Seuil, coll. « Points », 1999

DistinctionsModifier

Récompense Année Catégorie Film Statut
  Espagne
Prix Goya 1989 Meilleur film Femmes au bord de la crise de nerfs Lauréat
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario original Lauréat
1991 Meilleur film Attache-moi ! Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario original Nomination
1996 Meilleur réalisateur La Fleur de mon secret Nomination
2000 Meilleur film Tout sur ma mère Lauréat
Meilleur réalisateur Lauréat
Meilleur scénario original Nomination
2003 Meilleur film Parle avec elle Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario original Nomination
2005 Meilleur film La Mauvaise Éducation Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
2007 Meilleur film Volver Lauréat
Meilleur réalisateur Lauréat
Meilleur scénario original Nomination
2010 Étreintes brisées Nomination
2012 Meilleur film La piel que habito Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario adapté Nomination
2017 Meilleur film Julieta Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario adapté Nomination
2020 Meilleur film Douleur et Gloire Lauréat
Meilleur réalisateur Lauréat
Meilleur scénario original Lauréat
2022 Meilleur réalisateur Madres paralelas Nomination
Fotogramas de Plata 1988 Meilleur film espagnol La Loi du désir Lauréat
1991 Attache-moi ! Lauréat
2007 Volver Lauréat
Médailles du Círculo de Escritores Cinematográficos 2007 Meilleur film Lauréat
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario original Lauréat
2010 Étreintes brisées Nomination
2017 Meilleur réalisateur Julieta Nomination
Meilleur scénario adapté Nomination
Prix José María Forqué 2000 Meilleur film de l'année Tout sur ma mère Nomination
2003 Parle avec elle Nomination
2005 La Mauvaise Éducation Nomination
2007 Volver Nomination
2012 La piel que habito Nomination
2017 Julieta Nomination
Prix Feroz 2017 Meilleur film dramatique Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario Nomination
  Allemagne
Deutscher Filmpreis 2000 Meilleur film étranger Tout sur ma mère Lauréat
  Argentine
Prix Cóndor de Plata
2000 Meilleur film étranger Tout sur ma mère Nomination
2003 Meilleur film en langue étrangère Parle avec elle Lauréat
2005 Meilleur film ibéro-américain La Mauvaise Éducation Nomination
2007 Volver Lauréat
2010 Étreintes brisées Nomination
2012 La piel que habito Nomination
2017 Julieta Nomination
  États-Unis
Oscars du cinéma 1989 Meilleur film en langue étrangère Femmes au bord de la crise de nerfs Nomination
2000 Tout sur ma mère Lauréat
2003 Meilleur réalisateur Parle avec elle Nomination
Meilleur scénario original Lauréat
2020 Meilleur film international Douleur et Gloire Nomination
Golden Globes 1989 Meilleur film en langue étrangère Femmes au bord de la crise de nerfs Nomination
1992 Talons aiguilles Nomination
2000 Tout sur ma mère Lauréat
2003 Parle avec elle Lauréat
2007 Volver Nomination
2010 Étreintes brisées Nomination
2012 La piel que habito Nomination
2020 Douleur et Gloire Nomination
2022 Madres paralelas Nomination
Chicago Film Critics Association 1999 Meilleure film en langue étrangère Tout sur ma mère Lauréat
2006 Volver Nomination
2009 Étreintes brisées Nomination
2016 Julieta Nomination
  Europe
Berlinale 1987 Teddy Award - Meilleur film La Loi du désir Lauréat
1990 Ours d'or Attache-moi ! Nomination
Festival de Cannes 1999 Palme d'or Tout sur ma mère Nomination
Prix de la mise en scène Lauréat
Prix du jury œcuménique Lauréat
2006 Palme d'or Volver Nomination
Prix du scénario Lauréat
2009 Palme d'or Étreintes brisées Nomination
2011 La piel que habito Nomination
Queer Palm Nomination
2016 Palme d'or Julieta Nomination
2019 Douleur et Gloire Nomination
Queer Palm Nomination
Mostra de Venise 1988 Lion d'or Femmes au bord de la crise de nerfs Nomination
Prix Osella du meilleur scénario Lauréat
2019 Lion d'or pour la carrière Lauréat
2021 Lion d'or Madres paralelas Nomination
Queer Lion Nomination
Prix du cinéma européen 1998 Meilleur film En chair et en os Nomination
1999 Tout sur ma mère Lauréat
Prix du public - Meilleur réalisateur Lauréat
2002 Meilleur film Parle avec elle Lauréat
Meilleur réalisateur Lauréat
Meilleur scénario Lauréat
Prix du public - Meilleur réalisateur Lauréat
2004 Meilleur film La Mauvaise Éducation Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario Nomination
Prix du public - Meilleur réalisateur Nomination
2006 Meilleur film Volver Nomination
Meilleur réalisateur Lauréat
Meilleur scénario Nomination
Prix du public - Meilleur film Lauréat
2009 Meilleur réalisateur Étreintes brisées Nomination
Prix du public - Meilleur film Nomination
2013 Meilleure comédie Les Amants passagers Nomination
Prix du public - Meilleur film Nomination
2016 Meilleur film Julieta Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Prix du public - Meilleur film Nomination
2019 Meilleur film Douleur et Gloire Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur scénario Nomination
Prix du public - Meilleur film Nomination
  France
César du cinéma 1991 Meilleur film étranger Attache-moi Nomination
1993 Talons aiguilles Lauréat
1999 César d'honneur Lauréat
2000 Meilleur film étranger Tout sur ma mère Lauréat
2003 Meilleur film de l'Union européenne Parle avec elle Lauréat
2005 La Mauvaise Éducation Nomination
2007 Meilleur film étranger Volver Nomination
2020 Douleur et Gloire Nomination
2022 Madres paralelas Nomination
Prix Lumières 2000 Meilleur film étranger Tout sur ma mère Lauréat
Prix du Syndicat français de la critique de cinéma et des films de télévision 2003 Meilleur film étranger Parle avec elle Lauréat
2007 Volver Lauréat
  Italie
David di Donatello 1989 Meilleur film étranger Femmes au bord de la crise de nerfs Nomination
Meilleur réalisateur étranger Lauréat
2000 Meilleur film étranger Tout sur ma mère Lauréat
2003 Parle avec elle Nomination
2007 Meilleur film de l'Union européenne Volver Nomination
2017 Julieta Nomination
Ruban d'argent 2005 Meilleur film étranger La Mauvaise Éducation Lauréat
  Royaume-Uni
BAFTA 1990 Meilleur film en langue étrangère Femmes au bord de la crise de nerfs Nomination
1999 En chair et en os Nomination
2000 Tout sur ma mère Lauréat
Meilleur réalisateur Lauréat
Meilleur scénario original Nomination
2003 Meilleur scénario original Parle avec elle Lauréat
Meilleur film en langue étrangère Lauréat
2005 La Mauvaise Éducation Nomination
2007 Volver Nomination
2010 Étreintes brisées Nomination
2012 La piel que habito Lauréat
2017 Julieta Nomination
2020 Douleur et Gloire Nomination
2022 Madres paralelas Nomination

AutresModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les affiches et génériques de ses films indiquent régulièrement « Un film de Almodóvar » sans mentionner le prénom.
  2. (en) « Pedro Almodóvar Biography » [archive du ], sur Biography.com (consulté le )
  3. a et b (en-US) Lynn Hirschberg, « The Redeemer », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  4. (en) « Pedro Almodóvar: 'It's my gayest film ever' », sur The Guardian, (consulté le )
  5. (es) « Agustín Almodóvar, 'Todo sobre mi hermano' », sur elmundo.es, (consulté le )
  6. (en) Chitra Ramaswamy, « Pedro Almodóvar on his new film 'I'm so Excited!' », sur Scotsman.com, (consulté le )
  7. a b et c (en-US) Corydon Irel et Alvin Powell, « Ten honorary degrees awarded at Commencement », sur Harvard Gazette, (consulté le )
  8. D'Lugo, Pedro Almodóvar, p. 13
  9. Allison, A Spanish Labyrinth, p. 7
  10. (es) « Almodóvar rescatará tres filmes en súper 8 anteriores a su primera película », sur elmundo.es (consulté le )
  11. D'Lugo, Pedro Almodóvar, p. 14
  12. (en) « Pedro Almodóvar interview for The Skin I Live In », sur telegraph.co.uk (consulté le )
  13. (en) « Women on the verge of song and dance: Almodóvar’s world is pure theatre », sur The Guardian, (consulté le )
  14. (es) « Almodovar y McNamara - Entrevista+Satanasa 1983 », (consulté le )
  15. (es) « Pedro Almodóvar, el genio del cine español », sur elmundo.es (consulté le )
  16. (en) « The Call of the Wild How Did Pedro Almodovar Go From Phone-company Worker To Spain's Hottest Director? », sur articles.philly.com (consulté le )
  17. (es) « Almodóvar celebrates 61 years with "I'm So Excited" (Video) », sur Laopinion.com (consulté le )
  18. Edwards, Almodóvar: Labyrinth of Passion, p. 12
  19. Almodóvar Secreto: Cobos and Marias, p. 76-78
  20. Allison, A Spanish Labyrinth, p. 9
  21. (en) Raphael Abraham, « Tea with the FT: Pedro Almodóvar », sur FT.com, (consulté le )
  22. (en-US) « Movie Review: Pepi, Luci, Bom », sur austinchronicle.com (consulté le )
  23. (en-US) by Judy Stone, « FILM; Carmen Maura: Good Times for a 'Bad Woman' », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  24. D'Lugo, Pedro Almodóvar, p. 19
  25. (en) « Antonio Banderas takes a leap of faith in The Skin I Live In », sur The Georgia Straight, (consulté le )
  26. Almodóvar on Almodóvar: Strauss, p. 28
  27. (en) David Parkinson, « Dark Habits – A Sister Act of Sacrilegious Salvation » [archive du ], sur Moviemail.com, (consulté le )
  28. (es) « Vuelve 'Entre tinieblas' | Edición impresa | EL PAÍS », sur Elpais.com (consulté le )
  29. (en) Lisa Streckert, « Ted Anton on Truman Capote’s “A Day’s Work” », sur Assay: A Journal of Nonfiction Studies, (consulté le )
  30. D'Lugo, Pedro Almodóvar, p. 96
  31. (en) « Teddy Award - The official queer award at the Berlin International Film Festival », sur teddyaward.tv (consulté le )
  32. Strauss, Almodóvar on Almodóvar, p. 15
  33. (en) « Women on the Verge of a Nervous Breakdown (1988) », sur Box Office Mojo, (consulté le )
  34. (en) « The 61st Academy Awards (1989) Nominees and Winners » [archive du ], sur oscars.org (consulté le )
  35. Edwards 2001, p. 109
  36. (en) « X Film Rating Dropped and Replaced by NC-17 : Movies: Designation would bar children under 17. Move expected to clear the way for strong adult themes », sur Articles.latimes.com, (consulté le )
  37. Allison, A Spanish Labyrinth, p. 142
  38. Edwards, Almodóvar: Labyrinth of Passion, p. 125
  39. « Talons aiguilles », sur Académie des César (consulté le )
  40. (en) « High Heels », sur goldenglobes.com (consulté le )
  41. (en-GB) « The List: 1 Jul 1994 », sur The List Archive, (consulté le )
  42. (es) Octavi Marti, « 'Kika' encabeza las recaudaciones en París », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  43. (en) « The Flower of My Secret », sur rottentomatoes.com (consulté le )
  44. (es) « Edición Goya » Premios Goya 2022 », sur premiosgoya.com (consulté le )
  45. (en) « BAFTA Awards », sur awards.bafta.org (consulté le )
  46. « Festival de Cannes: All About My Mother » [archive du ], sur festival-cannes.com (consulté le )
  47. D'Lugo, Pedro Almodóvar, p. 105
  48. (en) « The 72nd Academy Awards | 2000 », sur Oscars.org (consulté le )
  49. (en) « The 75th Academy Awards | 2003 », sur Oscars.org (consulté le )
  50. « Cérémonie des César 2003 », sur Académie des César (consulté le )
  51. (en) « BAFTA Awards », sur awards.bafta.org (consulté le )
  52. « Talk To Her », sur goldenglobes.com (consulté le )
  53. (en) « Talk to Her (2002) », sur Box Office Mojo (consulté le )
  54. (en) De La Fuente, Anna Marie, « Almodovar puts 'Education' to use », Variety,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  55. D'Lugo, Pedro Almodóvar, p. 117
  56. Strauss, Almodóvar on Almodóvar, p. 212
  57. « Festival de Cannes: Bad Education » [archive du ], sur festival-cannes.com (consulté le )
  58. (en) « 2005 Film Film not in the English Language », sur awards.bafta.org (consulté le )
  59. « Prix du Cinéma Européen 2004 », sur cineartistes.com (consulté le )
  60. (es) « La mala educación » Premios Goya 2022 », sur premiosgoya.com (consulté le )
  61. (en) Carlo D'Ursi, « Interview with Pedro Almodóvar, Director », sur Cineuropa, (consulté le )
  62. (en) « Making “Volver,” Pedro Almodovar’s Online Diary », sur IndieWire, (consulté le )
  63. « VOLVER - Festival de Cannes », sur festival-cannes.com (consulté le )
  64. (en) « The 79th Academy Awards | 2007 », sur Oscars.org (consulté le )
  65. (en) « Volver (2006) », sur Box Office Mojo (consulté le )
  66. « Festival de Cannes: Broken Embraces » [archive du ], sur festival-cannes.com (consulté le )
  67. « Broken Embraces (2009) », Box Office Mojo, (consulté le )
  68. (en) « Broken Embraces movie review », sur rogerebert.com (consulté le )
  69. (en) « Bafta Film Awards: 2010 winners », sur BBC News (consulté le )
  70. (en) « Golden Globes nominations: the 2010 list in full », sur The Guardian (consulté le )
  71. « La Conseillère anthropophage », sur allocine.fr (consulté le )
  72. (en) « Mygale (Tarantula) (The Skin I Live In) – Thierry Jonquet », sur Complete-review.com (consulté le )
  73. Almodóvar, Some Notes About The Skin I Live In, p. 94-95
  74. « The Skin I Live In (2011) », Box Office Mojo, (consulté le )
  75. (en) « Almodóvar hoping for fifth Bafta with "The Skin I Live In" », sur thinkSpain (consulté le )
  76. Modèle:Lien we
  77. Sarda, Juan. (14 February 2012) Almodovar laughs with The Brief Lovers | News | Screen. Screendaily.com. Retrieved on 22 May 2014.
  78. (en) « Out of Frame: I'm So Excited » [archive du ], sur dcist.com (consulté le )
  79. (en) « I'm So Excited (2013) », sur Box Office Mojo, (consulté le )
  80. (en) « Pedro Almodovar Announces New Cast for Film 'Silencio' : Entertainment », Latinpost.com, (consulté le )
  81. (en) Raphael Abraham, « Tea with the FT: Pedro Almodóvar », sur FT.com, (consulté le )
  82. (en) Zach Schonfeld, « Review: 'Julieta' is Pedro Almodovar's Best Film in Years », Newsweek,‎ (lire en ligne)
  83. « JULIETA - Festival de Cannes », sur festival-cannes.com (consulté le )
  84. (en) « Director Pedro Almodóvar on semi-autobiographical film 'Pain and Glory – and refusing to work in Hollywood », sur Channel 4 (consulté le )
  85. « Cannes festival 2019: full list of films », sur The Guardian (consulté le )
  86. (en) « The 92nd Academy Awards | 2020 », sur Oscars.org (consulté le )
  87. (en-US) « 'The Human Voice' Summary & Ending, Explained - Distinctively Inviting », sur Digital Mafia Talkies, (consulté le )
  88. (en) « TWO FILMS HAVE BEEN ADDED TO THE LINE-UP OF THE 77TH VENICE FILM FESTIVAL », sur Venice Film Festival, (consulté le )
  89. (en) John Hopewell, « Pedro Almodovar, Penelope Cruz Look to Team Up on Motherhood-Themed 'Madres Paralelas' », sur Variety (consulté le )
  90. (en) « Biennale Cinema 2021 | Homepage 2021 », sur La Biennale di Venezia, (consulté le )
  91. (en-US) « Penélope Cruz winner of the Volpi Cup for Best Actress », sur ZOE Magazine, (consulté le )
  92. « Penélope Cruz in Pedro Almodóvar’s ‘Parallel Mothers’ (‘Madres Paralelas’): Film Review - Venice 2021 », sur The Hollywood Reporter (consulté le )
  93. (en-US) Clayton Davis et Clayton Davis, « Cate Blanchett to Star in Pedro Almodóvar’s First English-Language Feature ‘A Manual for Cleaning Women’ (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le )
  94. (en-US) John Hopewell et John Hopewell, « Ethan Hawke, Pedro Pascal to Star in Pedro Almodovar’s Western ‘Strange Way of Life’ », sur Variety, (consulté le )
  95. a b et c (en) Ryan Vlastelica, « A beginner's guide to the twisty melodrama of Pedro Almodóvar · Primer », sur Avclub.com (consulté le )
  96. (en-US) Armand Limnander, « Profile in Style: Pedro Almodovar », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  97. (en) « Almodovar Looks To Films of Wilder For Motivation », sur Articles.chicagotribune.com, (consulté le )
  98. (es) « Pedro Almodóvar : 'Mis influencias han sido Andy Warhol y Lola Flores' », sur Elcultural.com, (consulté le )
  99. (en) Tim Robey et David Gritten, « Love in a time of intolerance », sur The Telegraph (consulté le )
  100. a b et c « ALMODOVAR : SA GRANDE CONFESSION | Le meilleur magazine de cinéma du monde », sur Sofilm.fr (consulté le )
  101. (en) « Pedro Almodóvar • Great Director profile », sur Sensesofcinema.com (consulté le )
  102. (en) John Hopewell, « Pedro Almodóvar Talks About Spanish Cinema He Loves », sur Variety, (consulté le )
  103. (en) « Viva Pedro: The Almodóvar Interview », sur PopMatters (consulté le )
  104. a et b (en) « Pedro Almodovar's Renegotiation of the Spanish Identity », sur Movies in 203, (consulté le )
  105. Almodóvar on Almódovar: Strauss, p. 45
  106. (en-US) « Spain Honors a Film Composer », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  107. (en-US) « How Latin American Music Plays an Essential Role in Pedro Almodóvar's Movies », sur Remezcla (consulté le )
  108. a et b (en) « Lost in Translation », sur PopMatters (consulté le )
  109. (en) « All About Almodóvar », sur Dga.org (consulté le )
  110. (es) « Ser chica Almodóvar | Estilo », sur Elpais.com, (consulté le )
  111. a b et c (en) June Thomas, « Pedro Almodovar's filmography: What I learned from watching all his films », sur Slate.com, (consulté le )
  112. (en) Daniel Crooke, « Pedro Party: What Have I Done To Deserve This? & Volver », sur filmexpereince.net, (consulté le )
  113. (en-US) Georg Szalai et Georg Szalai, « Pedro Almodovar Discusses Career Influences, Women’s Natural Acting Skills », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  114. (es) « Almodóvar: puedo sobrevivir sin Palma de Oro pero no sin cine », sur Lanacion.com.py, (consulté le )
  115. (en) « Woman or Object: Selected Female Roles in the Films of Pedro Almodóvar », sur PopMatters (consulté le )
  116. a et b (en) « Pedro Almodovar Discusses Career Influences, Women's Natural Acting Skills », sur Hollywood Reporter, (consulté le )
  117. Film: Bergan, p.252
  118. (en) « All about Madrid », sur The Guardian, (consulté le )
  119. Almodovar, Pedro, « Interview with Ela Troyano », Bomb Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  120. (es) « Los 9 temas más reconocibles del cine de Almodóvar », sur Fotogramas, (consulté le )
  121. (es) « Almodóvar y el sexo », sur Elmundo.es, (consulté le )
  122. Modèle:Lien we
  123. (en) « Lambda Literary », sur Lambda Literary, (consulté le )
  124. a et b (en) Bad Education, « Pedro Almodóvar's Quintessentially Pansexual Oeuvre », sur PopMatters (consulté le )
  125. (en) Jim Nelson et Ruven Afandor, « The GQ+A: Pedro Almodovar », sur GQ, (consulté le )
  126. « Pedro Almodóvar », sur Oneequalworld.com, (consulté le )
  127. (en-US) « The Evolution of Pedro Almodóvar », sur The New Yorker, (consulté le )
  128. (es) « El novio de Pedro Almodóvar, Fernando Iglesias, sale del anonimato en el cine », sur Lavozlibre.com (consulté le )
  129. (es) « Almodóvar y su novio reviven la llama del amor con Caetano Veloso », sur Elmundo.es (consulté le )
  130. (es) « Almodóvar compra casa en Pintor Rosales. Noticias de Noticias », sur Vanitatis.elconfidencial.com, (consulté le )
  131. Article El Pais 16.02.2003.
  132. (en) Graham Winfrey et Graham Winfrey, « Hillary Clinton for President: 37 Filmmakers Reveal Why She’s the Best Choice », sur IndieWire, (consulté le )
  133. (en) « Tax havens: Pedro Almodóvar breaks silence over Panama Papers | In English | EL PAÍS », sur Elpais.com (consulté le )
  134. Pamela Rolfe (4/5/2016) Pedro Almodovar Cancels Press for New Film After Panama Papers Mention The Hollywood reporter, retrieved 5 April 2016
  135. (en) « Agustín Almodóvar Takes The Fall For Filmmaker Brother Pedro in Panama Papers Company » [archive du ], sur Thespainreport.com, (consulté le )
  136. a et b (en) Elisabet Cabeza, « Agustín Almodóvar interview: producer talks Panama Papers, 'Julieta' box office | News | Screen », sur Screendaily.com, (consulté le )
  137. (es) « 'Julieta', el peor estreno en la taquilla de Pedro Almodóvar en 20 años | Cultura », sur Elmundo.es (consulté le )
  138. « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  139. {Lien web|langue=fr|url=https://www.harvard.edu/on-campus/commencement/honorary-degrees%7Ctitre=Les plus grands cinéastes attendus à Paris-VIII|site=La Parisien|consulté le=13/05/2019}.
  140. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Christiane Alvarez. Paroles de femmes : une représentation tragi-comique dans l'univers almodovarien, Les langues néo-latines, Paris, juin 2001, no 317. (ISSN 0184-7570)
  • (es) Nuria Vidal, El Cine de Pedro Almodóvar, éditions Destino, 1989, 445 p. (ISBN 842331748X)
  • (en) Paul Julian Smith, Desire unlimited : the cinema of Pedro Almodóvar, Éditions Verso, coll. « Critical studies in latin american and iberian cultures », 1994. (ISBN 0860914976)
  • Claude Murcia, Femmes au bord de la crise de nerfs, Pedro Almodóvar, Nathan, 1996, 115 p. (ISBN 2091909750)
  • Collectif, Cinéma, écriture et histoire dans Femmes au bord de la crise de nerfs de Pedro Almodóvar, Université de Nantes, coll. « Voix off », 1997, 148 p. (ISBN 2-869391188)
  • Paul Obadia, Pedro Almodóvar, l'iconoclaste, éditions du Cerf, coll. « 7e Art », 2002, 253 p. (ISBN 2204069884)
  • Jean-Max Méjean :
  • Thomas Sotinel, Pedro Almodóvar, Éditions Cahiers du Cinéma, coll. « Grands cinéastes », 2007, 94 p. (ISBN 2866424921)
  • Claude Esturgie, Le Genre en question ou question de genres. De Pierre Molinier à Pedro Almodóvar, éditions Léo Scheer, coll. « Variations », 2008, 136 p. (ISBN 9782756101538)
  • Jean-Claude Seguin, Pedro Almodóvar. Filmer pour vivre, éditions Ophrys, coll. « Culture hispnique : Imagenes », 2009, 136 p. (ISBN 2708012320)
  • Paul Ducan, Les Archives Pedro Almodóvar, Taschen, 2011, 408 p. (ISBN 978-3836502849)

Entretiens :

  • Conversations avec Pedro Almodóvar, entretiens avec Frédéric Strauss, Éditions Cahiers du Cinéma, 1986, 156 p. (ISBN 2866421442) - fréquemment réédité.
  • Pedro Almodóvar: interviews, entretiens, University Press of Mississippi, coll. « Conversations with filmmakers series », 2004. (ISBN 1578065690)

Liens externesModifier