Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Tilda — diminutif de son second prénom Matilda — Swinton[2] est née en Angleterre d'une mère australienne[3], Judith Balfour (née Killen), et d'un père écossais, Sir John Swinton of Kimmerghame[4], Major-général[5]. La famille Swinton est une ancienne famille anglo-écossaise dont la lignée remonte jusqu'au Xe siècle[6].

Tilda Swinton a étudié à la West Heath Girls' School, dans la même classe que Diana Spencer[7]. Diplômée de l'Université de Cambridge en sciences politiques et sociales, elle intègre la Royal Shakespeare Company en 1984[8], qui la lance sur la scène théâtrale.

CarrièreModifier

Sa carrière cinématographique commence en 1986, dans Caravaggio de Derek Jarman, avec qui elle tourne de nombreux autres films dont Edward II qui lui vaut de recevoir la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise en 1991.

Elle revient au premier plan au début des années 2000, en tournant dans des films aussi variés que Vanilla Sky, Bleu profond (qui lui apporte des récompenses) ou Constantine avec Keanu Reeves. Mais c'est surtout sa participation à l'adaptation de la saga littéraire à succès Le Monde de Narnia qui la propulse sous le feu des projecteurs. Elle y incarne la Sorcière blanche, rôle qu'elle reprend dans les deux suites cinématographiques, Le Monde de Narnia : Le Prince Caspian et L'Odyssée du Passeur d'Aurore.

En 2004, elle aurait dû jouer Sybille Trelawney dans Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, mais a refusé car elle ne croyait pas en l'univers de Harry Potter, ajoutant son rejet « pour tout projet prônant les bienfaits de l'école »[9].

Le , elle décroche l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation de l'avocate Karen Crowder opposée à Michael Clayton (George Clooney), dans le film éponyme de Tony Gilroy[10].

Adepte des transformations physiques pour les personnages qu'elle interprète, elle se dévoile autrement dans des films comme Julia (2008), We Need to Talk about Kevin (sa performance est saluée au Festival de Cannes 2011 où le film est sélectionné en compétition officielle[11],[12]), Snowpiercer (2013), The Zero Theorem (2013) ou encore The Grand Budapest Hotel (2014). Dans ces deux derniers films, elle arbore des looks extravagants, les maquillages transformant facilement les traits de son visage androgyne. En 2015, elle joue une femme sexy et de poigne à la tête d'un magazine de presse féminine dans la comédie Crazy Amy.

Dans un autre registre artistique, elle est proche d'Olivier Saillard ; elle réalise donc régulièrement des performances avec lui.

Après l'arrêt de Narnia, les studios Disney font de nouveau appel à elle : en 2016, elle est ainsi à l'affiche du blockbuster Marvel, Docteur Strange, aux côtés de Benedict Cumberbatch et Chiwetel Ejiofor, et sous la direction de Scott Derrickson.

Et l'année suivante, elle retrouve Bong Joon-ho pour une seconde co-production internationale, Okja.

Elle reçoit le Grand prix honorifique (Gran Premi Honorífic) au Festival international du film de Catalogne 2018[13].

Vie privéeModifier

Tilda Swinton vit à Nairn, en Écosse, avec ses deux enfants et son compagnon Sandro Kopp[14], un peintre allemand. Le père de ses jumeaux Xavier et Honor, nés en 1997, est le dramaturge John Byrne (en) qui vit à Édimbourg[15].

En 2013, elle figure dans la liste des 50 quinquagénaires les plus élégants établie par le Guardian[16]. Tilda Swinton est la muse de plusieurs grands couturiers[17].

FestivalsModifier

FilmographieModifier

Années 1980Modifier

Années 1990Modifier

Années 2000Modifier

Années 2010Modifier

TélévisionModifier

Année Film Rôle Notes
1986 Zastrozzi : A Romance Julia Mini série TV
1986-1990 The Open Universe Carla
1990 Your Cheatin' Heart Cissie Crouch Série TV (6 épisodes)
1992 Shakespeare: The Animated Tales Ophelia (voix) Mini série TV
Screenplay Ella/Max Gericke Série TV (1 épisode : "Man to Man")
1994 Visions of Heaven and Hell Narratrice Série TV
1998 Love Is the Devil Muriel Belcher Téléfilm
2005 The Somme Narratrice Téléfilm
2006 Galápagos Narratrice Documentaire de la BBC

ProductriceModifier

ScénaristeModifier

  • 2008 : Derek
  • 2012 : Here (court-métrage)

RéalisatriceModifier

Récompenses et nominationsModifier

1991 - Edward II

1992 - Orlando

2001 - Bleu profond

2002 - Young Adam

2005 - Âge difficile obscur

2007 - Michael Clayton

2008 - Julia

2008 - L'étrange histoire de Benjamin Button

2009 - Amore

2011 - We need to talk about Kevin

2013 - Snowpiercer, le Transperceneige

Voix françaisesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier


BibliographieModifier

  • Notre grand entretien avec Tilda Swinton : “J’ai fini par me sentir en paix avec mon étrangeté", interview animée par Bruno Deruisseau pour le magazine Les Inrockuptibles, 2019[22]
  • Sonya Faure, « Tête de mue », Libération N°11195 - supplément Cannes, SARL Libération, Paris, 22 mai 2017, p.VII, (ISSN 0335-1793)

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en anglais britannique retranscrite selon la norme API.
  2. (en) « Tilda Swinton | Biography, Movies, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 23 mai 2019)
  3. (en-GB) « BFI Screenonline: Swinton, Tilda (1960- ) Biography », sur www.screenonline.org.uk (consulté le 23 mai 2019)
  4. (en-US) « Who is Tilda Swinton? Everything You Need to Know », sur www.thefamouspeople.com (consulté le 23 mai 2019)
  5. « http://tildaswinton.net/?page_id=81 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  6. (en) Tilda Opens Up, The Guardian, 8 octobre 2005
  7. (en) Marc Horne, « Swinton: boarding schools are very cruel and Harry Potter films romanticise them », sur thetimes.co.uk, 29 novembre 2016 (consulté le 12 avril 2019).
  8. (en-US) « Tilda Swinton », sur Biography (consulté le 23 mai 2019)
  9. Laetitia Ratane, « Ces 12 acteurs ont failli jouer dans Harry Potter ! », AlloCiné,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2016)
  10. Oscar 2008 : Tilda Swinton, meilleure actrice dans un second rôle, Metronews, 25 février 2008
  11. « Cannes: deux films choc, Tilda Swinton brille », sur bfmtv.com, (consulté le 25 décembre 2018)
  12. « "We Need to Talk about Kevin" : l'actrice Tilda Swinton dans l'enfer entre mère et fils », sur lemonde.fr, (consulté le 25 décembre 2018)
  13. (es) « Tilda Swinton emociona en Sitges », sur El Mundo, (consulté le 6 octobre 2018).
  14. « Tilda Swinton, l'insaisissable. », sur Marie Claire (consulté le 23 mai 2019)
  15. (en) Graeme Thomson, « theartsdesk Q&A: Artist/Dramatist John Byrne », (consulté le 21 février 2014)
  16. (en) Jess Cartner-Morley, « The 50 best-dressed over 50s », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2014)
  17. (en-GB) « Tilda Swintonis One of the 500 People Shaping the Global Fashion Industry in 2014 », sur The Business of Fashion (consulté le 23 mai 2019)
  18. a b c d e et f « Comédiennes ayant doublé Tilda Swinton en France » sur RS Doublage, consulté le 26 avril 2013, m-à-j le 26 février 2014
  19. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 17 septembre 2016.
  20. « Fiche du doublage français du film Only Lovers Left Alive » sur Alterego75.fr, consulté le 19 mars 2014
  21. « Fiche du doublage français du film Ave César », sur Alterego75.fr.
  22. « Notre grand entretien avec Tilda Swinton : “J’ai fini par me sentir en paix avec mon étrangeté” », sur Les Inrocks (consulté le 23 mai 2019)