Ouvrir le menu principal

William Wyler

réalisateur et producteur américain
William Wyler
Description de cette image, également commentée ci-après
vers 1945.
Nom de naissance Willi Wyler
Naissance
Mulhouse, Alsace
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 79 ans)
Los Angeles, Californie
Profession Réalisateur et producteur
Films notables L'Insoumise
Les Plus Belles Années de notre vie
L'Héritière
Vacances romaines
Les Grands Espaces
Ben-Hur
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wyler.

William Wyler, né Wilhelm (Willi) Weiler[1], [2] le à Mulhouse (Empire allemand) et mort le à Los Angeles (Californie), est un réalisateur et producteur américain d'origine suisse et alsacienne. Il est surtout connu pour avoir réalisé Vacances romaines ainsi que Ben-Hur, péplum récompensé par onze Oscars[3].

Sommaire

BiographieModifier

William Wyler[4], [5], [6] est né au sein d'une famille juive[7], [8] à Mulhouse[N 1], en Alsace[9] (qui faisait alors partie de l'Empire allemand). Son père, Léopold Weiller, est suisse et sa mère, Mélanie Auerbach[10], allemande [11],[12]. Il fait des études à Lausanne[13] avant d'étudier le violon[14] au Conservatoire de Paris[15]. À partir de 1922, il part travailler aux États-Unis pour les studios Universal[16] dont le fondateur est un cousin de sa mère : Carl Laemmle[17]. Il est d'abord affecté aux services de la publicité, puis devient assistant de production. En 1925, il se lance finalement dans la réalisation et devient le plus jeune réalisateur employé par la firme. En 1928, Wyler est naturalisé américain. Dès les années 1930, il s'impose comme un cinéaste incontournable à Hollywood et collabore notamment avec la Warner Bros pour laquelle il assure la mise en scène d'un de ses plus grands chefs d'œuvre : L'Insoumise avec Bette Davis. Plus tard, en 1936 il signe un juteux contrat avec la Metro Goldwyn Mayer[18] qui lui permet de réaliser de nombreux films à succès tels que La Vipère et plus tard Ben-Hur.

Entre 1942 et 1945, Wyler s'engage dans les forces aériennes de l'armée des États-Unis[N 2] avec le grade de major[19], [N 3]. Il réalise deux documentaires[20] sur la guerre en cours : The Memphis Belle: A Story of a Flying Fortress (tourné en Angleterre et dans le ciel allemand en mai 1943 et sorti en salles en 1944) et Thunderbolt! (tourné en Italie pendant les premiers mois de 1944 et sorti en salles en 1947). Pendant la guerre, Wyler trouve par ailleurs le temps de signer des œuvres de fiction évoquant le destin tragique d'individus happés par le conflit (Madame Miniver, Les Plus Belles Années de notre vie[21]).

Pour faire face à la Commission parlementaire sur les activités antiaméricaines du sénateur Joseph McCarthy, il co-fonde le Comité pour le premier amendement (donc en faveur de la liberté d'expression), avec Myrna Loy, John Huston et Philip Dunne[22].

De retour à Hollywood, il y mène une vie confortable, devenant une institution du cinéma commercial et des grandes majors pour lesquelles il assure la réalisation de triomphes commerciaux en tous genres. Ces réussites lui permettent de fonder, avec George Stevens et Frank Capra, une société de production indépendante : la Liberty Film. Mais les échecs successifs de La Vie est belle, L'Enjeu et Si l'on mariait papa de Capra l'amènent au dépôt de bilan en 1948.

Wyler meurt d'une crise cardiaque en 1981. Il avait été brièvement marié à l'actrice Margaret Sullavan entre 1934 et 1936. Il avait ensuite épousé en 1938 Margaret Tallichet (1914-1991), avec laquelle il vécut jusqu'à sa mort. Ils ont eu cinq enfants dont Catherine Wyler metteur en scène comme son père[23].

William Wyler est enterré au Forest Lawn Memorial Park de Glendale dans le comté de Los Angeles (Californie)[24].

ŒuvreModifier

Wyler[25], [26] fut une véritable mine d'or pour l'industrie hollywoodienne qui le mit aux commandes de grosses productions[27] nécessitant généralement des prouesses techniques périlleuses comme le péplum Ben-Hur, remake du film muet des années 1920 sur lequel il avait été assistant. Des caméras Panavision très imposantes, avec des négatifs de 65 millimètres (tirés en 70 mm, avec une image de taille identique mais une pellicule de 5 mm plus large pour y faire place à quatre pistes sonores) furent utilisées pour les scènes de courses, au plus près des chevaux. Des caméras automatiques furent également placées au bas des chars. Toutes garantissaient une meilleure définition de la profondeur de champ. Les prises de vue devenaient du coup plus impressionnantes, avec le travail de montage, et donnaient une sensation de réel : comme si le spectateur vivait le moment de l'action en même temps que les personnages.

Le réalisateur signa entre autres plusieurs drames historiques, films musicaux ou comédies où il laissait libre cours à son perfectionnisme légendaire[28] et garantissait aux acteurs ou actrices principaux ou secondaires une victoire aux Oscars, comme pour Bette Davis (La Lettre[29]) et Fay Bainter (L'Insoumise[30], [31], 1938), Greer Garson et Teresa Wright (Madame Miniver [32], 1942), Fredric March et Harold Russell (Les Plus Belles Années de notre vie, 1946[33]), Olivia de Havilland (L'Héritière[33] d'après Henry James, 1949), Audrey Hepburn (Vacances romaines[34], 1953), Charlton Heston et Hugh Griffith (Ben-Hur[35], 1959) ou encore Barbra Streisand (Funny Girl[36], 1968).

Même si son héritage est contesté, même si Wyler a pu être taxé par certains d'académisme, notamment en France[37], il eut des défenseurs passionnés tel Roger Leenhardt[38], poussant dans "L'Ecran français" un cri de guerre resté célèbre : "A bas Ford, vive Wyler ![39]” Il s'est avant tout imposé, selon les termes de Claude Beylie, « comme un solide directeur d'acteurs, sachant tailler dans un matériau de base, littéraire ou théâtral, de qualité. » [40]. Certains critiques, comme André Bazin[41], décèlent de plus un vrai « style Wyler », reconnaissable dès le premier plan[42]. Ce style passe souvent par l'utilisation de la profondeur de champ et de plans séquences qui diluent la progression dramatique du récit et fonctionnent comme un révélateur sur l'état psychologique des personnages[42]. Ce procédé rend de surcroît poétiques les décors qui nourrissent les fictions successives : la Nouvelle-Orléans du XIXe siècle, l'Angleterre ravagée par les bombardements allemands, l'Amérique à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les intérieurs cossus du Londres victorien… Aussi ce principe se transforme-t-il, dans ses œuvres tardives, en une description sociologique acerbe, teintée d'une morale particulièrement pensée comme dans L'Obsédé. Ce film narre au départ l'histoire d'une séquestration, mais il se transforme peu à peu en une réflexion sur l'anomie et les névroses de la société contemporaine, annonçant les thèmes et les recherches plastiques[43] du cinéma conceptuel moderne[37][44].

Wyler, détenteur du record de nominations à l'Oscar du meilleur réalisateur (douze au total)[45], [46], obtint la distinction à trois reprises[47] : en 1943 pour Madame Miniver, en 1947 pour Les Plus Belles Années de notre vie puis en 1960 pour Ben-Hur[35]. Ces trois œuvres ont par ailleurs toutes été récompensées par l'Oscar du meilleur film. Le cinéaste reçut également la Palme d'Or du Festival de Cannes pour son drame sur l'objection de conscience durant la guerre de Sécession : La Loi du Seigneur[48] en 1957.

Il possède également son étoile sur le Walk of Fame[49].

FilmographieModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La maison d'enfance William Wyler et de sa famille est toujours existante au 15 rue de Zurich à Mulhouse et le commerce familial qui fut situé dans la principale artère commercante de la ville, la rue du Sauvage à Mulhouse exista jusqu'à la fin des années 1960
  2. l’exploit du bombardier B17 Memphis Belle fut le sujet d’un documentaire réalisé par William Wyler, tourné à des fins de propagande de l'armée américaine, ce film un peu oublié plonge le spectateur dans ce que vivaient vraiment les équipages de ces bombardiers.
  3. William Wyler (interview, Cannes, 1957) : "[Je suis retourné en Alsace] tout de suite après la libération de Mulhouse. Comme j'étais dans l'aviation américaine et que Mulhouse a été libérée par la première armée française, je me suis arrangé avec mon général d'avoir la permission de visiter Mulhouse."

RéférencesModifier

  1. (en) « William Wyler », sur ipfs.io (consulté le 30 mars 2019)
  2. (en) « William Wyler | American director », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 13 mars 2019)
  3. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « William Wyler à propos de ses origines et de ses films », sur Ina.fr (consulté le 13 mars 2019)
  4. Encyclopædia Universalis, « WILLIAM WYLER », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 30 mars 2019)
  5. (it) « WYLER, William in "Enciclopedia del Cinema" », sur www.treccani.it (consulté le 30 mars 2019)
  6. « William Wyler’s Demanding Sets Were a Rite of Passage for Hollywood’s Greatest Stars », sur www.villagevoice.com (consulté le 30 mars 2019)
  7. « William Wyler - biographie », sur judaisme.sdv.fr (consulté le 13 mars 2019)
  8. « William Wyler », sur www.jewishvirtuallibrary.org (consulté le 30 mars 2019)
  9. « William Wyler - Cinémathèque française », sur cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr (consulté le 13 mars 2019)
  10. (en) « William Wyler », sur geni_family_tree (consulté le 30 mars 2019)
  11. https://fresques.ina.fr/festival-de-cannes-fr/fiche-media/Cannes00037/entretien-avec-william-wyler.html
  12. William Wyler: Interviews (Conversations with Filmmakers Series), Gabriel Miller, 2010
  13. (en-US) HoF, « William Wyler » historyonfilm.com » (consulté le 30 mars 2019)
  14. (en-US) « William Wyler | Biography, Movie Highlights and Photos », sur AllMovie (consulté le 30 mars 2019)
  15. « Dictionnaire du cinéma anglo-saxon|William Wyler », sur Dictionnaire du cinéma anglo-saxon (consulté le 30 mars 2019)
  16. (en-US) « bio: beginnings », sur www.williamwyler.com (consulté le 30 mars 2019)
  17. « William Wyler », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 30 mars 2019)
  18. (en) « William Wyler | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 30 mars 2019)
  19. (en-US) « William Wyler - Hollywood's Great Director », sur www.hollywoodsgoldenage.com (consulté le 30 mars 2019)
  20. (en-US) David Cairns, « Wyler, William », sur Senses of Cinema, (consulté le 30 mars 2019)
  21. (en-US) « William Wyler Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 30 mars 2019)
  22. « Connaissez-vous le cinéma ? », Le Monde hors-série jeux, 2011, page 27.
  23. (en-US) « Who was William Wyler? Everything You Need to Know », sur www.thefamouspeople.com (consulté le 30 mars 2019)
  24. (en-US) « William Wyler », sur Find a grave
  25. (en-US) « Review of Gabriel Miller's "William Wyler" | History News Network », sur historynewsnetwork.org (consulté le 30 mars 2019)
  26. (en) « TSPDT - William Wyler », sur TSPDT (consulté le 30 mars 2019)
  27. (en) « 10 Greatest Films Directed by William Wyler - The Greatest Movies, According to Me - Quora », sur greatestmovies.quora.com (consulté le 30 mars 2019)
  28. « Souvenirs de Vacances romaines », bonus du DVD collector de Vacances romaines, Paramount Pictures, 2002.
  29. « La lettre (1940) de William Wyler », sur L'Oeil sur l'Ecran (consulté le 30 mars 2019)
  30. (en) Variety Staff et Variety Staff, « Jezebel », sur Variety, (consulté le 30 mars 2019)
  31. « L’insoumise (1938) de William Wyler », sur L'Oeil sur l'Ecran (consulté le 30 mars 2019)
  32. (en) Herb Golden et Herb Golden, « Mrs. Miniver », sur Variety, (consulté le 30 mars 2019)
  33. a et b « William Wyler, Mode d'emploi - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le 30 mars 2019)
  34. (en) Variety Staff et Variety Staff, « Film Review: ‘Roman Holiday’ (1953) », sur Variety, (consulté le 30 mars 2019)
  35. a et b « Critique : Ben-Hur, de William Wyler », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 30 mars 2019)
  36. (en) Roger Ebert, « Funny Girl Movie Review & Film Summary (1968) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le 30 mars 2019)
  37. a et b « Critique de L'Obsédé », sur Le Larousse des films, (consulté le 19 avril 2015)
  38. (en-US) « Under the auspices of simplicity : Roger Leenhardt, new realism and the aesthetic history of Objectif 49. », sur Indiana University Press, Film history, International Journal, volume 27, 2015
  39. « Rétrospective William Wyler - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le 30 mars 2019)
  40. Claude Beylie, « L'Insoumise », Les Films clés du cinéma, éditions Larousse, Paris, 1996.
  41. « L’évolution du réalisme au cinéma IV : IV — Les tendances réalistes du cinéma d’aujourd’hui (1940-1960) », sur Erudit.org, la Revue du cinéma, numéro 21, avril 1960
  42. a et b Jean Tulard (dir.),Dictionnaire des réalisateurs de cinéma, Robert Laffont, 1995, Paris, page 929.
  43. Selon le Larousse des films.
  44. « L'Obsédé », Le Guide du cinéma chez soi, éditions Télérama, Paris, 2004, page 835
  45. (en-US) Andre Soares, « William Wyler: Oscar Top Actors Director » (consulté le 30 mars 2019)
  46. (en-US) Raoul Hern et ez, « When It Felt True », sur www.austinchronicle.com (consulté le 30 mars 2019)
  47. (en-US) Janet Maslin, « Wyler Is Dead at 79; Director Had Won 3 Academy Awards », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  48. « Ciné-club : La loi du Seigneur de William Wyler », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 30 mars 2019)
  49. (en-US) « William Wyler | Hollywood Walk of Fame », sur www.walkoffame.com (consulté le 30 mars 2019)
  50. (en) « William Wyler », sur Rotten Tomatoes (consulté le 30 mars 2019)
  51. (en) Lindsey, « The Love Trap (1929) », sur The Motion Pictures, (consulté le 30 mars 2019)
  52. « A House Divided (1931) Film Review & Synopsis », sur obscurehollywood.net (consulté le 30 mars 2019)
  53. « Culver Military Academy Tom Brown - The Movie - History and Genealogy of Lake Maxinkuckee », sur www.maxinkuckee.history.pasttracker.com (consulté le 30 mars 2019)
  54. (en-US) « Counsellor at Law », sur www.columbia.edu (consulté le 30 mars 2019)
  55. (en-US) Ken Hanke, « The Good Fairy », sur Mountain Xpress (consulté le 30 mars 2019)
  56. (en-US) EmanuelLevy, « Gay Deception, The (1935): William Wyler’s Oscar-Nominated Romantic Comedy, Starring Francis Lederer and Frances Dee | Emanuel Levy » (consulté le 30 mars 2019)
  57. (en-US) EmanuelLevy, « These Three (1936): Lillian Hellman’s Play, Children’s Hour, on Screen, Starring Bonita Granville | Emanuel Levy » (consulté le 30 mars 2019)
  58. (en-US) Frank S. Nugent, « Samuel Goldwyn's Film of 'Dodsworth' Opens At the Rivoli -- The Paramount's 'Texas Rangers.' », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  59. (en-US) Frank S. Nugent, « THE SCREEN; Mr. Goldwyn, and the Rivoli, Present a Film Version of Edna Ferber's Novel, 'Come and Get It.' », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  60. Justin Kwedi, « Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste: Rue sans issue - Dead End, William Wyler (1937) », sur Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste, (consulté le 30 mars 2019)
  61. cinestranger, « L'INSOUMISE », sur ACTERIEUR DU CINEMA (consulté le 30 mars 2019)
  62. Justin, « Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste: Les Hauts de Hurlevent - Wuthering Heights, William Wyler (1939) », sur Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste, (consulté le 30 mars 2019)
  63. (en-US) Bosley Crowther, « The Screen in Review; », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  64. « Histoire(s) d'un plan : The Letter (William Wyler) - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le 30 mars 2019)
  65. (en-US) Bosley Crowther, « ' The Little Foxes,' Full of Evil, Reaches the Screen of the Music Hall -- Andy Hardy Becomes a Man at the Capitol -- New Film at Palace », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  66. (en-US) « The New York Times: Best Pictures », sur archive.nytimes.com (consulté le 30 mars 2019)
  67. (en-US) Vincent Canby, « Review/Film; A World War II Bomber Crew's Perilous Final Mission », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  68. Justin Kwedi, « Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste: Les Plus Belles Années de notre vie - The Best Years of Our Lives, William Wyler (1946) », sur Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste, (consulté le 30 mars 2019)
  69. « L'héritière de William Wyler », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 30 mars 2019)
  70. « Critique : Histoire de détective, de William Wyler », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 30 mars 2019)
  71. « Critique : Carrie - un amour désespéré, de William Wyler », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 30 mars 2019)
  72. (en-GB) Robbie Collin, « Roman Holiday (1953), review », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  73. (en-US) Bosley Crowther, « Desperate Hours' for a Nice Family; Bogart Is Chilling in Film at Criterion », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  74. (en-US) Bosley Crowther, « Screen: 'Friendly Persuasion' Persuasive Film; Story of Quakers Is at the Music Hall Civil War Indiana Is Setting for Tale », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  75. (en-US) Bosley Crowther, « War and Peace on Range in 'Big Country'; Gregory Peck Stars in Wyler's Western Action-Packed Film Scores Violence », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  76. (en) Ronald Holloway et Ronald Holloway, « Ben-Hur », sur Variety, (consulté le 30 mars 2019)
  77. (en-US) Bosley Crowther, « The Screen: New 'Children's Hour':Another Film Version of Play Arrives Shirley MacLaine and Audrey Hepburn Star », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  78. (en) « The Collector (1965) », sur PopMatters, (consulté le 30 mars 2019)
  79. (en) Variety Staff et Variety Staff, « How to Steal a Million », sur Variety, (consulté le 30 mars 2019)
  80. (en) Variety Staff et Variety Staff, « Funny Girl », sur Variety, (consulté le 30 mars 2019)
  81. (en) « BFI | Sight & Sound | Lost and found: The Liberation of L.B. Jones », sur old.bfi.org.uk (consulté le 30 mars 2019)

Voir aussiModifier