Luis García Berlanga

Luis García Berlanga
Sos del Rey Católico 25.JPG
Statue de Luis García Berlanga à Sos del Rey Católico
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Luis García-Berlanga MartíVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Père
José García-Berlanga Pardo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Fernando García-Berlanga Martí (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Jorge Berlanga (d)
Carlos Berlanga (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Conflit
Distinctions
Films notables

Luis García-Berlanga Martí (né le à Valence et mort le à Pozuelo de Alarcón[1],[2]) est un réalisateur et scénariste espagnol.

Sa filmographie est considérée une œuvre classique du cinéma espagnol[1].

BiographieModifier

Luis Garcià participe avec Luis García-Berlanga à la Seconde Guerre mondiale en étant volontaire dans la Division Bleue de l’Espagne dirigée par l’Allemagne pour combattre les forces soviétiques pendant le Siège de Léningrad. En la circonstance, il ne s'agissait pas d'un volontariat par conviction franquiste: Son père, José García-Berlanga Pardo, bourgeois et propriétaire terrien était d'opinions républicaines et proche du Président Manuel Azaña (ce qui ne l'empêcha pas d'être menacé par les anarchistes de la Fédération anarchiste ibérique, FAI) et fut emprisonné, jugé et condamné à mort par le camp franquiste. Initialement mobilisé (très jeune et à un poste très subalterne) dans l'armée régulière républicaine, Luis García-Berlanga fut informé que son père pouvait être gracié, s'il se portait volontaire pour servir dans la Légion Azul qui combattait les Soviétiques aux côtés de la Wehrmacht. Même si la camaraderie des armes le conduisit à épouser la cause franquiste, il resta un phalangiste critique, et devait plus tard brouiller les pistes avec une plaisanterie, expliquant qu'il s'était porté volontaire « pour épater une petite amie ». Il entama des études de droit, puis s’orienta vers les lettres et la philosophie avant de trouver sa voie dans le cinéma[3].

Il est possible que son engagement dans la Légion Azul lui ait évité d'être par trop censuré par le régime franquiste pour ses films qui portent une ironie mordante plutôt mal vue dans un régime de dictature.

Après la Seconde Guerre mondiale, il décide de devenir réalisateur et scénariste de films.

Son film le plus connu, Bienvenue Mr Marshall (¡Bienvenido, Mister Marshall!, 1952) raconte sur le ton d'une comédie ironique, ayant aussi valeur de charge contre les États-Unis, l'Espagne des années 1950 dans l'attente vaine de la modernité et du développement, apportés par l'Amérique[1].

Plácido (1961), Le Bourreau (El verdugo, 1963) et La Carabine nationale (La escopeta nacional, 1978) sont aussi des œuvres très connues, devenues des classiques[1].

Son dernier film, Paris-Tombouctou (París-Tumbuctú), où il aborde le thème de la mort, remonte à 1999.

« Il fut surtout le chroniqueur et la conscience, bonne et mauvaise, d'un pays souillé par les traumatismes de la Guerre (civile, 1936-39) et le notaire d'une survie collective », poursuit El País[1],[2].

En , il était apparu dans une chaise roulante pour l'inauguration d'une salle de cinéma portant son nom dans la capitale espagnole et ne semblait plus reconnaître ceux qui l'entouraient, rapporte El País[1].

Il meurt à 89 ans le , dans sa maison de Pozuelo de Alarcón, dans la banlieue de Madrid, souffrant de la maladie d'Alzheimer[1],[2].

FilmographieModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g « Le cinéaste espagnol Luis Garcia Berlanga s'éteint à 89 ans », Cyberpresse (AFP),‎ (lire en ligne).
  2. a b et c (es) Jesús Ruiz Mantilla, « Adiós al cineasta genial ; Luis García Berlanga fallece a los 89 años », El País,‎ (lire en ligne).
  3. (es) Luis Reyes, « Y Berlanga se fue a la División Azul », sur www.vozpopuli.com, (consulté le )
  4. (es) « Real Decreto 397/1982, de 26 de febrero, por el que se concede la Medalla al Mérito en las Bellas Artes, en su categoría de oro, a don Luis García Berlanga », Boletin Oficial del Estado, Madrid, no 55,‎ , p. 5883 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :