Ouvrir le menu principal

Matador (film)

film de Pedro Almodóvar sorti en 1986
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matador (homonymie).
Matador
Titre original Matador
Réalisation Pedro Almodóvar
Scénario Pedro Almodóvar
Jesús Ferrero (en)
Acteurs principaux
Sociétés de production Compañía Iberoamericana de TV
Radiotelevisión Española
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Comédie dramatique
Thriller érotique
Durée 110 minutes
Sortie 1986

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Matador est un film espagnol réalisé par Pedro Almodóvar en 1986, avec Antonio Banderas, Assumpta Serna et Nacho Martínez.

Sommaire

Résumé détailléModifier

Ángel (Antonio Banderas) est un jeune homme impuissant et troublé qui vit entre sa mère tyrannique, membre de l'Opus Dei, et les cours de tauromachie dispensés par le ténébreux Diego Montes (Nacho Martinez), qu'une blessure a contraint à la retraite.

Un soir, Ángel, qui semble tourmenté par le désir d'affirmer sa virilité, tente de violer en pleine rue sa voisine, la jolie Eva, mannequin à ses heures et petite amie de Diego Montes. Cependant, son impuissance l'en empêche et il s'évanouit à la vue de l'égratignure que la jeune femme s'est faite en tombant. Le lendemain, il se dénonce auprès d'un commissaire (Eusebio Poncela). Puis, découvrant des photos de meurtres et de disparues dans le bureau, Ángel s'accuse de plusieurs crimes. En réalité, ceux-ci sont d'une part le fait de Diego, son maître, et d'autre part de Maria Cardinal (Assumpta Serna), une jeune avocate, véritable mante religieuse qui assassine ses amants d'un coup d'épingle dans la moelle épinière, à la fin de l'acte sexuel. Diego ne va d'ailleurs pas tarder à connaître cette femme, car c'est elle qui doit assurer la défense d'Ángel.

Grâce à des visions, Ángel parvient à conduire sa psychiatre (Carmen Maura) ainsi que la police jusqu'aux cadavres des deux jeunes filles assassinées par Diego et enterrées chez lui.

Depuis quelque temps, l'ex-torero et Maria l'avocate ont fait connaissance, se sont sentis irrésistiblement attirés l'un vers l'autre et ont découvert qu'ils étaient de la même « race », celle de ceux qui aiment jouer avec la mort.

Une éclipse se prépare dans le ciel. Deux astres s'apprêtent à s'unir. Au même moment, Diego et Maria fuient ensemble la ville et l'imminence de leur arrestation. Dans une maison de campagne, ils font l'amour et, au sommet d'un orgasme fabuleux, s'entretuent. La police guidée par Ángel était sur le point d'intervenir ; le commissaire s'arrête respectueusement sur le seuil de la porte, subjugué par la beauté de ces deux corps nus, enlacés et ensanglantés.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CritiqueModifier

Le film baigne dans un esthétisme appuyé, éclatant et de bout en bout empreint de culture tauromachique.[réf. nécessaire]

En 2005, Thomas Sotinel voit dans Matador un film imparfait et « un peu gauche » par rapport aux films suivants de Pedro Almodóvar, qui y montre toutefois un « talent burlesque » et des « inspirations fulgurantes »[1].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier