Michel Vitold

Michel Vitold
Nom de naissance Vitold Sayanoff
Naissance
Kharkov, (gouvernement de Kharkov) Empire russe
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 79 ans)
Clamart, France
Profession Acteur
Films notables L'Aveu
Judex
Le Testament du docteur Cordelier

Michel Vitold, de son vrai nom Vitold Sayanoff[1] (en russe : Витолд Саянов), né le à Kharkov (alors en Russie[2]) et mort le à Clamart, est un acteur et metteur en scène français d'origine russo-géorgienne.

BiographieModifier

Origines et formationModifier

Issu d'une famille noble de Géorgie émigrée d'abord en Turquie de Russie soviétique, Vitold Sayanoff arrive en France à l’âge de dix ans[1]. La famille s'installe à Chalon-sur-Saône, puis à Vichy[3], où il est élève d'un collège religieux.

Suite à la mort de son père, il abandonne ses études à l'âge de treize ans pour exercer divers petits métiers jusqu'à l'âge de 25 ans : laveur de vitres, fabricant de pistolets pour enfants, porteur pour une maison de caviar...

Passionné par le théâtre, après avoir échoué deux fois au Conservatoire, il fait un bref apprentissage du métier de comédien auprès de Charles Dullin, principalement avec Raymond Rouleau et Julien Bertheau. Il est aussi élève du Cours Simon.

ThéâtreModifier

Il entre dans la Compagnie des Quatre Saisons d'André Barsacq, dans laquelle il interprète des pièces de Jean Anouilh : Le Voyageur sans bagage en 1937, Le Bal des voleurs en 1938, et de Jean Cocteau : Œdipe Roi en 1937. Il a ensuite joué dans des pièces de Jean-Paul Sartre : Huis clos en 1944, Morts sans sépulture en 1946, Nekrassov en 1955.

Avec Jean Vilar, il est de la première aventure du Festival d'Avignon, jouant en 1948 dans Schéhérazade de Jules Supervielle.

En 1958, il met en scène Douze hommes en colère de Reginald Rose[4]. Dans les années 1960, à la Comédie-Française, il met en scène Britannicus de Jean Racine et Crime et châtiment, d'après Dostoievski, les deux pièces avec Robert Hirsch.

Il a été pensionnaire de la Comédie-Française de 1983 à 1985 ; l y joue notamment le rôle d'Auguste dans Cinna de Pierre Corneille.

Il fait sa dernière apparition marquante sur scène en 1987 au Théâtre du Lucernaire, dans Contes bariolés, d'après Anton Tchekhov.

Cinéma et télévisionModifier

Il apparaît au cinéma dès les années 1930.

On se souvient de son rôle de banquier dans Judex. Il est aussi présent dans Le Testament du docteur Cordelier de Jean Renoir, donne la réplique à Yves Montand dans L'Aveu de Costa-Gavras et tourne avec nombre de réalisateurs prestigieux comme : Jean Delannoy, Édouard Molinaro, Michel Deville, Jacques Deray, Claude Autant-Lara et Alain Corneau.

À la télévision, il a joué dans : Oncle Vania, La Mort du titan, Pierre de Coubertin, Madame le juge, Les Brigades du Tigre, Le Tourbillon des jours, Les Cinq Dernières Minutes, Quentin Durward, Corsaires et Flibustiers, etc.

Vie privéeModifier

Sa première épouse, Michèle Sayanoff Dufour, a publié ses mémoires sous le titre Les Sept vies de ma grand-mère (éditions Flammes d'âme).

Il a ensuite été marié à la comédienne Christiane Lénier, puis avec Mireille Paparella qui poursuivit le travail théâtral qu'il avait entamé dans la compagnie qu'il avait fondée.

FilmographieModifier

Années 1930Modifier

Années 1940Modifier

Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

Années 1970Modifier

Années 1980Modifier

Années 1990Modifier

ThéâtreModifier

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

DoublageModifier

FilmsModifier

Prix et récompensesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Chantal Meyer-Plantureux, « Vitold Michel (Vitold Sayanoff », dans Pascal Ory, Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Robert Laffont, 2013 [1]
  2. Aujourd'hui, Kharkiv en Ukraine
  3. Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France.
  4. Dictionnaire des étrangers ....

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Yvan Foucart, Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron, éditions Cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531139-0-7)
  • Chantal Meyer-Plantureux, « Vitold Michel (Vitold Sayanoff », dans Pascal Ory, Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Robert Laffont, 2013 Notice disponible en ligne

Liens externesModifier