Ouvrir le menu principal

L'Homme qui revient de loin (série télévisée)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Homme qui revient de loin (homonymie).
L'Homme qui revient de loin

Titre original L'Homme qui revient de loin
Genre Drame
Création Gaston Leroux
Production ORTF, Télécip
Musique Georges Delerue
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Première chaîne de l'ORTF
Nb. d'épisodes 6
Durée 55 minutes
Diff. originale

L'Homme qui revient de loin est une adaptation en 6 épisodes de 55 minutes du roman éponyme de Gaston Leroux, diffusée en sur la Première chaîne de l'ORTF.

SynopsisModifier

André de la Bossière, un industriel fabriquant des manchons à incandescence, héberge son frère et sa belle sœur, qui ont subi un revers de fortune en Malaisie, dans un grenier à peine aménagé de son usine tandis que lui vit confortablement au château de la Roseraie. Suite à un appel téléphonique, il annonce devoir partir toute affaire cessante en voyage aux États-Unis. Après avoir rédigé des procurations confiant à son frère la responsabilité de l'usine et du château, il prend le train à la gare d'Orsay en direction de Bordeaux. Plusieurs mois passent sans qu'il donne signe de vie et une nouvelle vie s'installe à la Roseraie. L'absence d'André s'éternisant, la femme du notaire de la famille s'inquiète et organise une séance de spiritisme au cours de laquelle l'esprit d'André se manifeste, affirmant avoir été assassiné. Peu à peu, des évènements d’apparence surnaturelle se succèdent dans la propriété...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour de la sérieModifier

Il s'agit de la troisième adaptation de la nouvelle de Gaston Leroux après celles de 1919 signée Gaston Ravel et de 1949 de Jean Castanier, toutes deux pour le cinéma.

La série fut tournée en grande partie au château de Breteuil, demeure des ancêtres du mari d'une des comédiennes (Martine de Breteuil).

Dans la version cinématographique de 1949 réalisée par Jean Castanier, Henri Crémieux interprétait le rôle du notaire Saint Firmin. En 1972, le rôle est repris par Roland Armontel et Crémieux joue celui d'un personnage secondaire, La Mérinière.

Claude Desailly a considérablement remanié le roman bien trop court de Gaston Leroux, en en changeant l'intrigue et surtout le dénouement, enrichissant considérablement l'aspect mystère et fantastique.

C'est le troisième feuilleton à succès de l'année 1972 pour Louis Velle après La demoiselle d'Avignon et Le 16 à Kerbriant.

A l'occasion de ce feuilleton, Claude Desailly remarque Jean-Paul Tribout qu'il engagera l'année suivante pour tenir le rôle de Pujol dans Les Brigades du Tigre.

Lien externeModifier