Eugène Ionesco

dramaturge et écrivain franco-roumain (1909-1994)
Eugène Ionesco
Description de cette image, également commentée ci-après
Eugène Ionesco en 1993.
Nom de naissance Eugen Ionescu
Naissance [1],[2]
Slatina (Roumanie)
Décès (à 84 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la Roumanie Roumaine
Drapeau de la France Française
Activité principale
Auteur
Mouvement Théâtre de l'absurde
Genres
Adjectifs dérivés « Ionescien »

Œuvres principales

Eugène Ionesco, né Eugen Dimitri Ionescu (Écouter) le à Slatina (Roumanie) et mort le à Paris (France), est un dramaturge et écrivain de langue française roumano-français[3].

Il passe une grande partie de sa vie à voyager entre la France et la Roumanie ; représentant majeur du théâtre de l'absurde en France, il écrit de nombreuses œuvres dont les plus connues sont La Cantatrice chauve (1950), Les Chaises (1952), Rhinocéros (1959) et Le roi se meurt (1962)[4].

BiographieModifier

Enfance et jeunesseModifier

Eugène Ionesco est le fils d'un juriste roumain travaillant dans l'administration. Sa mère, Marie-Thérèse Ipcar, qui lui apprit le français, est la fille d'un ingénieur français des chemins de fer roumains qui a grandi en Roumanie. En 1913, la jeune famille émigre à Paris, où le père veut passer un doctorat en droit. Quand, en 1916, la Roumanie déclare la guerre à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie, le père, mobilisé, retourne en Roumanie, ne donne plus de nouvelles. Sa famille, restée à Paris, le croit mort à la guerre. En fait, resté en vie, le père obtient le divorce et se remarie à Bucarest (avec Eleonora Buruiană surnommée Lola)[5].

À Paris, Eugène, son frère et sa jeune sœur Marilina sont élevés par leur mère, qui survit grâce à des travaux occasionnels et à l'aide de leur famille française. Eugène est placé dans un foyer d'enfants où règnent les brimades et auquel il ne peut s'habituer. Aussi, de 1917 à 1919, sa sœur et lui, âgé alors de huit ans, sont confiés à une famille de paysans de La Chapelle-Anthenaise, un village proche de Laval (Mayenne)[5].

Évoquant cette période, restée dans son souvenir comme un temps très heureux, dans son discours de réception à l'Académie du Maine le , il dit qu'il y était « né à la vie du cœur et à celle de l'esprit, là où j'appris ce qu'était la grande communauté humaine, proche et lointaine, temporelle et extra-temporelle, visible et invisible[6] ».

En 1925, le frère et la sœur rejoignent malgré eux leur père, qui a obtenu leur garde, mais ils ne trouvent aucune sympathie chez leur belle-mère restée sans enfant[7]. À Bucarest, ils apprennent le roumain et se font de nouveaux amis, mais dès 1926, Eugène se fâche avec son père, apparemment très autoritaire, et qui n'a que du mépris pour l'intérêt que son fils porte à la littérature : il aurait voulu en faire un ingénieur. Ionesco entretient une relation exécrable avec ce père magistrat, opportuniste et tyrannique, qui se rangera tout au long de sa vie du côté du pouvoir, adhérant successivement aux dictatures carliste, fasciste puis communiste[8]. Ionesco n'acceptera jamais le manque d'éthique, d'amour et d'ouverture de son père.

Il revient auprès de sa mère, réinstallée elle aussi en Roumanie, et trouve un poste de clerc à la banque d'État roumaine. En 1928, il commence des études de français à Bucarest et fait la connaissance d'Emil Cioran et de Mircea Eliade, ainsi que de sa future épouse, Rodica Burileanu (1910-2004), une étudiante bucarestoise en philosophie et en droit[9]. Parallèlement, il lit et écrit beaucoup de poésies, de romans et de critiques littéraires en roumain. Après avoir terminé ses études en 1934, il enseigne le français dans différentes écoles et dans d'autres lieux de formation, puis se marie en 1936[10].

Dans l'étude qu'elle consacre à la jeunesse littéraire d'Eugène Ionesco, Ecaterina Cleynen-Serghiev conclut « La carrière roumaine du futur académicien n'a pas été un échec. Le critique n'a pas été ignoré, les contradictions de ses articles et de son livre [Non] ont été relevées, mais aussi l'intelligence, l'humour et le caractère attachant du critique. « Le livre de cet enfant terrible qu'est Eugen Ionescu — notait un critique le dans son Journal — est écrit avec clairvoyance, avec du nerf, de la verve et de l'audace, qui conviennent bien — et sont même à désirer — dans la pratique des jeunes » écrivait Sașa Pană dans son livre Născut în '02 [« Né en 1902 »], Bucarest, 1973, p. 469) »[11].

Années difficiles avant, pendant et après la Seconde Guerre mondialeModifier

En 1938, Ionesco reçoit de l'Institut français de Bucarest une bourse afin de préparer une thèse de doctorat sur les thèmes du péché et de la mort dans la poésie moderne depuis Baudelaire, ce qui lui permet d'échapper à l'ambiance de guerre civile d'une Roumanie carliste en conflit armé avec le mouvement de la Garde de fer[7]. De Paris, il fournit des informations aux revues roumaines sur les évènements littéraires de la capitale française.

Après la défaite de la France de mai-juin 1940 et l'effondrement consécutif du régime carliste en Roumanie, le couple Ionesco doit rentrer à Bucarest : ressortissant roumain, Eugène doit passer en conseil de révision. Sa santé lui permet d'échapper à la mobilisation dans l'armée, mais la Roumanie devient fasciste et les citoyens réputés francophiles sont désormais très surveillés : le pouvoir effectif appartient aux ambassadeurs nazis Wilhelm Fabricius et Manfred von Killinger, dans un pays dont l'URSS occupe une partie (juin 1940) tandis que le Troisième Reich « protège » le reste (octobre 1940). Bucarest comme Paris collaborent avec Berlin : la Roumanie est dans le même camp que le régime de Vichy. Cela permet à Ionesco d'obtenir, en mai 1942, un poste d'attaché de presse à l'ambassade de Roumanie en France, à Vichy[12]. C'est à Vichy que naît son unique enfant Marie-France le . La famille Ionesco ne quittera plus la France, après avoir vécu un temps à Marseille, puis à Paris.

À la Libération, la France gaulliste et la Roumanie communiste (depuis le ) ne sont plus dans le même camp politique et Ionesco perd son poste d'attaché : le couple connaît alors une période de grande gêne financière et Ionesco, encouragé par Jean Paulhan, entre comme correcteur au service d'une maison parisienne d'édition juridique, jusqu'en 1955[7].

Lente ascensionModifier

 
La Cantatrice chauve à l'affiche en 2011.

A partir de 1935, inspiré par les phrases d'exercices de L'Anglais sans peine de la méthode Assimil[13], Ionesco conçoit sa première pièce La Cantatrice chauve, qui est jouée en 1950 et à défaut d'attirer immédiatement le public, retient l'attention de plusieurs critiques, du Collège de Pataphysique[14], et de plusieurs amateurs de littérature, comme ses amis, le couple Monica Lovinescu et Virgil Ierunca. En 1950, il obtient la nationalité française. Il continue d'écrire des pièces, comme La Leçon (représentée en 1951)[15] et Jacques ou la soumission qui font de lui un auteur de théâtre français à part entière et un des dramaturges les plus importants du théâtre de l'absurde — même s'il ne cessera de réfuter ce terme, trop réducteur à ses yeux[16].

En 1951, suivent Les Chaises, Le Maître et L'avenir est dans les œufs. En 1952, il a l'idée de Victimes du devoir, l'une de ses pièces les plus autobiographiques. La même année voit la reprise de La Cantatrice chauve et de La Leçon[17]. 1953 est l'année de la reconnaissance : Victimes du devoir est représentée pour la première fois, accompagnée d'une série de sept sketches, et reçoit un accueil favorable. Le premier recueil en un volume de ses pièces est imprimé. Ionesco rédige encore Amédée ou Comment s'en débarrasser et Le Nouveau Locataire[3].

Ionesco est alors reconnu comme un auteur jouant spirituellement avec l'absurde et parvient presque à vivre de ses pièces. En 1954, il écrit Le Tableau et le récit Oriflamme, et il fait à Heidelberg son premier voyage de conférences à l'étranger. En 1955, il rédige L'Impromptu de l'Alma et voit jouer pour la première fois une de ses pièces à l'étranger (Le Nouveau Locataire). En 1957, il devient Satrape du Collège de 'Pataphysique[18]. La Cantatrice chauve et La Leçon connaissent une deuxième reprise au petit théâtre de la Huchette à Paris ; elles figurent depuis lors sans interruption au programme de cette salle[19].

Il reçoit le premier prix horticole séculier de l'Académie Alphonse-Allais en 1954 à Honfleur[20].

Années à succèsModifier

Pendant l'hiver 1958-1959, Ionesco développe la pièce Tueur sans gages à partir du récit Oriflamme.

En automne 1959, paraît chez Gallimard Rhinocéros, nouvelle pièce dans laquelle Ionesco manifeste son effroi devant toutes les formes de totalitarisme : cette pièce reprend, avec de légères modifications, l'action et les personnages de la nouvelle du même nom qui avait été écrite antérieurement (la nouvelle en question sera ensuite incorporée en 1962 au recueil La Photo du colonel)[21].

La pièce est représentée pour la première fois dans une traduction allemande le au Schauspielhaus de Düsseldorf[22], où le public acclame la critique du nazisme. La pièce est créée dans sa version française à Paris à l'Odéon-Théâtre de France le dans une mise en scène de Jean-Louis Barrault et des décors de Jacques Noël : pour Ionesco, c'est la consécration[23]. En avril 1960, Rhinocéros est montée à Londres au Royal Court Theatre dans une mise en scène d'Orson Welles avec Laurence Olivier dans le rôle de Bérenger.

En 1961-1962, naît Le roi se meurt, une réflexion sur la mort ; en 1962, c'est Délire à deux et Le Piéton de l'air (d'après la nouvelle, cf. le recueil La Photo du colonel)[10].

En 1962 également, paraît sous le titre Notes et contre-notes une collection d'articles et de conférences de Ionesco sur son théâtre[24]. En 1964, Düsseldorf est une fois de plus témoin d'une première de Ionesco : La Soif et la Faim. Cette même année, une de ses pièces (Rhinocéros) est mise en scène pour la première fois dans son pays natal, la Roumanie.

De 1960 à 1964, son épouse et lui ont habité au 14 rue de Rivoli à Paris.

Dernières décenniesModifier

 
Plaque au no 96 boulevard du Montparnasse (14e arrondissement de Paris), où il vit entre 1964 et 1994.

Un peu malgré lui, Ionesco entre alors dans le personnage de l'écrivain établi que l'on invite à des conférences, comblé de prix et d'honneurs, et rentre en 1970 à l'Académie française, élu au fauteuil de Jean Paulhan, qui avait été l'un de ses plus précieux soutiens durant les années 1950[3]. Dans la dernière partie de sa vie, il s'essaye également au genre romanesque et termine en 1973 Le Solitaire, où un personnage à la fois marginal et insignifiant passe en revue son passé vide de sens et son présent[25].

Comme dramaturge, Ionesco transforme en pièce le roman Ce formidable bordel ! (1973). Dans cette pièce, il fait jouer au personnage principal un rôle tout à fait passif, presque muet et tout de même impressionnant. Comme la pièce ne se prive pas de jeter des sarcasmes sur les soixante-huitards, ceux-ci le traitent d'auteur fascisant, lui qui avait été longtemps considéré comme le porte-parole d'une critique radicale de la société moderne.

En 1975, il donne sa dernière pièce, L'Homme aux valises. Après quoi, Ionesco se tourne davantage vers d'autres genres, en particulier l'autobiographie. En , il signe un appel demandant l'arrêt de poursuites en cours contre le Groupe union défense[26]. En , il fait partie des membres fondateurs du Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés[27]. La même année, il apporte son soutien aux militants du Groupe union défense (GUD), non pour leur idéologie, mais parce qu'il estimait absurdes les poursuites contre eux. Cela, ajouté à sa dénonciation des crimes des régimes communistes et de l'aveuglement des intellectuels français admirateurs de ces régimes, commence à lui donner une réputation sulfureuse d'homme d'extrême-droite (qu'il partage avec les autres Roumains de sa génération, accusée d'avoir été fasciste et antisémite)[28],[29]. Cette réputation s'accentue en février 1989, lorsqu'il ouvre la session publique organisée par le Parlement européen au sujet des violations des droits de l'homme commises par le régime communiste roumain[30].

 
Tombe d'Eugène Ionesco et de sa femme Rodica avec une épitaphe qui révèle ses doutes sur la religion[31].

Dans les dernières années de sa vie, malgré la chute du rideau de fer et l'ouverture des archives, la concurrence des mémoires s'installe : les victimes des régimes dits communistes et les compromissions de nombreux intellectuels avec ces dictatures ne trouvent guère d'écho dans la mémoire collective, alors que la moindre compromission de tel ou tel intellectuel roumain avec l'extrême-droite est dénoncée avec vigilance[32].

La santé de Ionesco se dégrade : il sombre alors dans la dépression et utilise la peinture comme thérapie[33]. Il meurt dans le 14e arrondissement de Paris[34], à l'âge de 84 ans, et est enterré au cimetière du Montparnasse[35]. Malgré l'instrumentalisation politique de la mémoire des tragédies qu'il évoque, Ionesco est non seulement « roi sans couronne » du théâtre de l'absurde, mais il est aussi considéré comme l'un des grands dramaturges français du XXe siècle.

Une triple figure d'auteurModifier

L'entrée « Eugène Ionesco » des encyclopédies retient et entérine la figure — synthétique et minimaliste — d'un dramaturge français d'origine roumaine, chef de file du théâtre de l'absurde aux côtés de Samuel Beckett et Arthur Adamov[36]. Il montrait à l'égard de Beckett de l’admiration, autant que de l’agacement d’être mis en concurrence avec l’auteur irlandais. « En disant que Beckett est le promoteur du théâtre de l’absurde, en cachant que c’était moi, les journalistes et les historiens littéraires amateurs commettent une désinformation dont je suis victime et qui est calculée ». Il insiste sur le fait que En attendant Godot est arrivé trois ans après La Cantatrice chauve, deux ans après la Leçon et un an après Les Chaises.

Dans son expression la plus simple, Ionesco est parfois réduit à « l'auteur de La Cantatrice chauve et de Rhinocéros ». Il s'agit cependant d'une vision réductrice : le roman, les contes, les nouvelles, les journaux intimes, les pamphlets, les essais politiques et esthétiques de Ionesco ont été souvent mésestimés, voire occultés, peut-être à cause de la difficulté à les relier directement à la dramaturgie avant-gardiste de leur auteur. Eugène Ionesco est certes l’auteur des Chaises, de Rhinocéros et de La Soif et la Faim ; il est aussi l’auteur d’Antidotes, Le Solitaire et La Quête intermittente.

La particularité de celui auquel Jacques Mauclair a décerné le titre d’« enfant terrible de la littérature et de la vie parisienne »[37] est certainement de résister farouchement à tout essai de démystification. Cependant, cette figure d'auteur relativement complexe semble s'articuler autour d'au moins trois images qui se superposent.

L'« anti-auteur »Modifier

En premier lieu, l’entrée de Ionesco dans l’espace littéraire de l’après-guerre, de La Cantatrice chauve à L'Impromptu de l'Alma. Ionesco devient auteur, ou plutôt un « anti-auteur » (selon ses propres mots)[38], présentant au public des « anti-pièces »[39] qui s’écartent de l’horizon d'attente de celui-ci. Ionesco est alors un personnage iconoclaste et avant-gardiste. Arrivé sur les planches par le truchement de circonstances inattendues, il côtoie les rangs du collège de Pataphysique, et déroute la critique parisienne par ses facéties et son esprit de contradiction.

Le « grand écrivain »Modifier

Ionesco est un de ces rares auteurs à avoir été reconnu de son vivant comme un « classique »[40]. Il a ainsi connu une renommée internationale fulgurante, d’abord au Royaume-Uni, où il a suscité de nombreuses polémiques avec le critique dramatique Kenneth Tynan (en). Ses pièces ont en outre connu un succès populaire jamais démenti, qui les a conduites des petites salles du Quartier latin (les Noctambules, le Poche, la Huchette[17]) où il a fait ses débuts, aux grandes scènes parisiennes (le Théâtre de l'Odéon, le Studio des Champs-Élysées, la Comédie-Française). Ce succès public a été ensuite confirmé par une reconnaissance institutionnelle : élection à l’Académie française ou autre prix T.S. Eliot-Ingersoll à Chicago.

Dramaturge, essayiste, romancier, conférencier qui se fait remarquer par un engagement politique, Ionesco devient, avec Rhinocéros, Le roi se meurt, La Soif et la Faim, Jeux de massacre et Macbett, série de grandes pièces tragiques, un écrivain occupant une place essentielle dans la littérature mondiale. Il faut cependant relativiser cet engagement. D'une part, il s'est toujours opposé au théâtre engagé et à Brecht[41], déclarant dans un entretien radiophonique : « Je n'aime pas Brecht, justement parce qu'il est didactique, idéologique. »[38] D'autre part, Rhinocéros a certes pour point de départ l'anti-nazisme, mais comme l'écrit Pascale Alexandre-Bergues, cette pièce « vise moins une idéologie précise que la question, plus générale, du dogmatisme »[42].

Un « homme en question »[43]Modifier

Enfin, le troisième versant de cette figure d’auteur apparaît dans son retrait de la scène littéraire. À Saint-Gall, en Suisse, Ionesco abandonne ainsi les mots pour une peinture naïve et chargée de symboles[44]. Le dernier visage de Ionesco est celui du mystique épris de philosophie orientale, passionné par la Kabbale, dans le sillage de son ami Mircea Eliade. Les essais de cette époque, d’Antidotes à La Quête intermittente, en passant par Un homme en question, sont autant de monologues nostalgiques et métaphysiques, au travers desquels Ionesco s'oriente vers une écriture intimiste où il se cherche, s’analyse lui-même et se révèle.

La coexistence intermittente de ces trois figures ne fait aucun doute. En effet, l’introspection est déjà présente en 1952 dans Les Chaises et en 1956 dans Amédée ou Comment s'en débarrasser, de même que les journaux intimes, Journal en miettes et Présent passé. Passé présent, qui sont publiés dans les années 1960, à l’époque où il investit les grandes scènes aux côtés de Jean-Louis Barrault.

À l’inverse, alors qu'Ionesco semble s’être retiré de la vie publique, alors même qu’il est hospitalisé à Bruxelles le 22 février 1989, il transmet, par l’intermédiaire de sa fille, un réquisitoire célèbre contre le génocide perpétré par le régime communiste, renouant avec la figure de l’intellectuel engagé. Pour autant, le 7 mai de la même année, à l’occasion de la troisième Nuit des Molières, la facétie de l’amuseur et du trublion n'ont pas disparu. Ionesco reste parfaitement égal à lui-même.

ŒuvreModifier

Eugène Ionesco est considéré, avec l'Irlandais Samuel Beckett, comme le père du théâtre de l'absurde, pour lequel il faut « sur un texte burlesque un jeu dramatique ; sur un texte dramatique, un jeu burlesque »[13]. Au-delà du ridicule des situations les plus banales, le théâtre de Ionesco représente de façon palpable la solitude de l'homme et l'insignifiance de son existence. Il refusait cependant lui-même la catégorisation de ses œuvres sous la dénomination de théâtre de l’Absurde. Il disait : « Je préfère à l’expression absurde celle d’insolite. »[45]. Il voit dans ce dernier terme un caractère d’effroi et d’émerveillement face à l’étrangeté du monde, alors que l’absurde serait synonyme de non-sens, d’incompréhension. « Ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas une chose qu’elle est absurde »[46] résume son biographe André Le Gall.

ThéâtreModifier

Livret d'opéraModifier

EssaisModifier

  • Notes et contre-notes : L'auteur et ses problèmes ; I. Expérience du théâtre ; II. Controverses et témoignages ; III. Mes pièces ; IV. Vouloir être de son temps c'est déjà dépassé, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Idées » (no 107), , 384 p. (ISBN 2-07-035107-6 et 9782070351077, présentation en ligne)
  • Découvertes, Genève, Albert Skira, coll. « Les Sentiers de la Création »,
  • Antidotes : Oser ne pas penser comme les autres ; I. De Prague à Londres, la honte ; II. La culture n'est pas l'affaire de l'État ; III. J'aurais écrit, de toute façon ; IV. Notes, fragments, polémiques, entretiens ; Pourquoi j'écris ; l'Académie ; Hommage à mes amis disparus, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », , 376 p. (ISBN 2-07-029760-8 et 9782070297603, présentation en ligne)
  • Un homme en question : essais : L'homme en question, Tel Quel, février 1978 ; Culture et politique ; Discours d'ouverture du Festival de Salzbourg 1972 ; Délivrons-nous de nos idées, La Nouvelle Revue française, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », , 224 p. (ISBN 2-07-028742-4 et 9782070287420, présentation en ligne), septembre 1977 ; Tout à recommencer ?, La NRF, novembre 1977 ; Il m'est de plus en plus difficile…, La NRF, janvier 1978 ; Quelques nouvelles raisons de désespérer, La NRF, avril 1978 ; Un mois plus tard, La NRF, août 1978 ; Monologues et mise en scène de certains rêves, La NRF, 1.3.1979 ; Myriam et autres ; Le docteur I.V. arrive en France ; Peur de l'utopie ; Événements inexplicables qui me sont arrivés, Cahiers de l'Est, no 1, janvier 1975 ; J'accuse…, Le Figaro, 24 décembre 1977 ; Ces Américains anti-Américains, Le Figaro, 25 décembre 1978 ; Contre les metteurs en scène censeurs, Le Figaro, 10 février 1979 ; Staline : l'archétype du tyran Le Figaro, 4 mars 1978 ; Lettre à M. ; À bas les politiciens L'Express, 9 janvier 1978 ; La Cantatrice vingt ans après, L'Express Magazine, 9-15 janvier 1978 ; « Job et l'excès du mal » de Philippe Nemo, Le Quotidien de Paris, 8 juin 1978 ; Miró, le seul peintre qui ose démontrer à Dieu qu'il s'est trompé, Paris Match, 10 novembre 1978 ; Le monde est invivable, Le Soir (Bruxelles), 14 février 1979 ; Paul Goma, Le Monde, 9 mars 1979 ; Le 31 août 1978; Bernard Dreyfus, artiste peintre, 1980, publié dans Bernard Dreyfus, Maison de l'Amérique Latine, 2009.
  • Hugoliade [« Viața grotescă și tragică a lui Victor Hugo »] (trad. du roumain par Dragomir Costineanu avec la participation de Marie-France Ionesco, postface Gelu Ionescu), Paris, Éditions Gallimard, coll. « Hors serie Litterature », , 160 p. (ISBN 2-07-021712-4 et 9782070217120, présentation en ligne)
  • Lucien Raimbourg, Claude Raimbourg, Éditions de la Maison du Portal, Levens, 1983
  • Non : Première partie : Moi, Tudor Arghezi, Ion Barbu et Camil Petresco; Deuxième partie : Faux itinéraire critique (trad. du roumain par Marie-France Ionesco, préf. Eugen Simion, postface Ileana Gregori), Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », , 312 p. (ISBN 2-07-070675-3 et 9782070706754, présentation en ligne)
  • La Quête intermittente, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », , 180 p. (ISBN 2-07-071210-9 et 9782070712106, présentation en ligne)
  • François Baron-Renouard, un impressionniste du non figuratif, Tokyo, Japon, Musée Seiji Togo,

Roman, nouvelles et contesModifier

  • La Photo du colonel (Gallimard, 1962), nouvelles (Oriflamme, La Photo du colonel, Le Piéton de l'air, Une victime du devoir, Rhinocéros, La Vase, Printemps 1939)
  • Le Solitaire (Mercure de France, 1973), roman
  • Contes pour enfants de moins de 3 ans (Gallimard, 1983-85), (Conte no 1, Conte no 2, Conte no 3, Conte no 4)

JournauxModifier

  • Journal en miettes, Mercure de France,
    récits de rêves, opinions, souvenirs, réflexions morales, notes sur la littérature
  • Présent passé, passé présent, Mercure de France,

Œuvre graphiqueModifier

Eugène Ionesco est également l'auteur d'une œuvre graphique ; à partir des années 1980, il commence à peindre et à dessiner, et réalise des lithographies[47].

  • Eugène Ionesco, Le Blanc et le Noir, Saint-Gall, Erker, .

ScénarioModifier

 
Eugène Ionesco en 1993.

Récompenses et distinctionsModifier

HommagesModifier

« Ionescien »Modifier

L'adjectif associé à son œuvre et à sa pensée est « ionescien »[49].

CitationsModifier

  • « C’est parfaitement lucide sur le ridicule métaphysique de ma situation d’homme, que je fais de la littérature. Si j’essayais de me retirer dans mes déserts intérieurs, je n’en continuerais pas moins de souffrir des succès et de la gloire montante de mes confrères d’ici et d’ailleurs. Je ne parviendrai pas à dépasser ces choses simples, communes, que vous, mesdames et messieurs, trouvez banales et n’appréciez guère. Je vivrai donc déchiré entre le désir de satisfaire mes petites vanités et la pleine conscience que le dérisoire, trop évident à mes yeux, d’une telle satisfaction ne me laisserait ni me réjouir ni désespérer. » (Non)
  • « Ces Notes et contre-notes sont le reflet d’un combat mené au jour le jour, elles sont écrites au hasard de la bataille, elles pourront peut-être servir de documents, montrant ainsi ce que pouvait être le point de vue d’un auteur cerné qui, voulant répliquer de tous les côtés à la fois, s’est trouvé pris, parfois, dans les contradictions que l’on remarquera, sans doute, et dont les lecteurs voudront bien m’excuser. » (Notes et contre-notes)
  • « Vous tous, innombrables, qui êtes morts avant moi, aidez-moi. Dites-moi comment vous avez fait pour mourir, pour accepter. Apprenez-le moi. Que votre exemple me console, que je m'appuie sur vous comme sur des béquilles, comme sur des bras fraternels. Aidez-moi à franchir la porte que vous avez franchie. Revenez de ce côté-ci un instant pour me secourir. Aidez-moi, vous, qui avez eu peur et n'avez pas voulu. Comment cela s'est-il passé ? Qui vous a soutenus ? Qui vous a entraînés, qui vous a poussés ? Avez-vous eu peur jusqu'à la fin ? Et vous, qui étiez forts et courageux, qui avez consenti à mourir avec indifférence et sérénité, apprenez-moi l'indifférence, apprenez-moi la sérénité, apprenez-moi la résignation. » (Le roi se meurt)
  • « La vie est une lutte, ça serait lâche de ne pas combattre. » (Rhinocéros)

Notes et référencesModifier

  1. Concernant l’année, de nombreux sites internet citent encore à tort la date de 1912, sur la foi des déclarations répétées de l’écrivain qui s'était rajeuni de trois ans au début des années 1950, pour entrer dans la catégorie des « jeunes auteurs » aux côtés de son éternel rival, Samuel Beckett. Mais son état-civil oblige à restituer la date de 1909, comme le font les sites de la Bibliothèque nationale de France, de l’Académie française, des éditions Gallimard et d'autres sites tout aussi officiels. Cependant, le site internet de l’Académie française cite le 13 novembre comme date de naissance, sans préciser s’il s’agit d’une date du calendrier grégorien ou julien. S’il s’agit d’une date du calendrier julien, elle correspond bien au 26 novembre 1912 dans le calendrier grégorien.
  2. « "Ionesco", d'André Le Gall », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  3. a b et c « Eugène IONESCO | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le )
  4. La Rédaction, « Eugène Ionesco : biographie de l'auteur de la pièce "Rhinocéros" », sur www.linternaute.fr (consulté le )
  5. a et b Chronologie, la Pléiade
  6. La Revue de la France géographique industrielle de France - Département de la Mayenne, 1966, p. 27-29
  7. a b et c « Eugène Ionesco : Entretiens avec Claudine Chonez (1975 / France Culture) » (consulté le )
  8. Eugène Ionesco, Antidotes, Gallimard,
  9. « Biographie - Eugène Ionesco », sur www.ionesco.de (consulté le )
  10. a et b Marie-Claude Hubert, Eugène Ionesco, Lyon, Seuil,
  11. Ecaterina Cleynen-Serghiev, La Jeunesse littéraire d'Eugène Ionesco', Paris, PUF, , p. 128.
  12. Michel Winock, magazine l'Histoire no 276, p. 19, mai 2003
  13. a et b Eugène Ionesco, Notes et contre-notes, Paris, Gallimard,
  14. « Cantatrice chauve - 251 Mots | Etudier », sur www.etudier.com (consulté le )
  15. « La Leçon Eugène Ionesco : fiche et résumé | SchoolMouv », sur www.schoolmouv.fr (consulté le )
  16. Emmanuel Jacquart, Le théâtre de dérision, Beckett, Ionesco, Adamov, Paris, Galliamrd
  17. a et b Gonzague Phélip, Le fabuleux roman du théâtre de la Huchette, Gallimard,
  18. Noëlle Giret (dir.), Ionesco, Gallimard, , 188 p. (ISBN 978-2-07-012700-9)
  19. « Théâtre de la Huchette - Le spectacle ionesco », sur Théâtre de la Huchette (consulté le )
  20. « À la rencontre d'Alphy », sur www.alphonseallais.fr (consulté le )
  21. « Rhinocéros Eugène Ionesco : fiche et résumé | SchoolMouv », sur www.schoolmouv.fr (consulté le )
  22. « Rhinocéros - Eugène Ionesco », sur www.ionesco.de (consulté le )
  23. « Il y a 50 ans, Barrault créait "Rhinoceros" à l'Odéon », sur Sceneweb, (consulté le )
  24. « Notes et contre-notes - Idées - GALLIMARD - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le )
  25. « Le Solitaire - Eugène Ionesco », sur Babelio (consulté le )
  26. « Plusieurs personnalités lancent un appel en faveur du GUD », sur lemonde.fr, .
  27. « Tous au CIEL : un combat intellectuel antitotalitaire (1978-1986) présenté par Alain Laurent », sur lesbelleslettresblog.com, .
  28. (en) Leon Volovici, Nationalist Ideology and Antisemitism: the case of Romanian Intellectuals in the 1930s, Oxford, Pergamon Press, (ISBN 0-08-041024-3)
  29. Livre Noir de Matatias Carp décrivant la Shoah en Roumanie, initialement publié en 1949 en Israël.
  30. François Fejtő et Ewa Kulesza-Mietkowski, La fin des démocraties populaires : les chemins du post-communisme, Paris, Éditions du Seuil, coll. « XXe siècle », , 560 p. (ISBN 978-2-02-012162-0), p. 319.
  31. Marjorie Schöne, Le théâtre d'Eugène Ionesco : Figures géométriques et arithmétiques, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 209.
  32. Laignel-Lavastine, Alexandra., Cioran, Eliade, Ionesco : l'oubli du fascisme : trois intellectuels roumains dans la tourmente du siècle, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives critiques », , 552 p. (ISBN 2-13-051783-8, OCLC 49806823).
  33. « Eugène Ionesco | INA » (consulté le )
  34. Insee, « Extrait de l'acte de décès d’Eugène Dimitri Ionescu », sur MatchID
  35. Tombe dans l'Allée Lenoir, 6e division.
  36. André Degaine, La Grande Histoire du Théâtre dessinée, Nizet
  37. « Biographie d'Eugène Ionesco », sur www.lepetitlecteur.fr (consulté le )
  38. a et b Eugène Ionesco, Notes et contre-notes, Paris, Gallimard, , 371 p., p. 191.
  39. Eugène Ionesco, La Cantatrice chauve, Gallimard
  40. Fabienne Darge, « « Le cas » Eugène Ionesco », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  41. Encyclopædia Universalis, « EUGÈNE IONESCO », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  42. Pascale Alexandre-Bergues, Pascale Alexandre-Bergues commente Le Roi se meurt d'Eugène Ionesco, Paris, Gallimard, , 218 p., p. 21.
  43. Eugène Ionesco, Un homme en question, Paris, Gallimard,
  44. « La main peint - Eugène Ionesco », sur www.ionesco.de (consulté le )
  45. Maître Renard, « Eugène Ionesco, un des pères du théâtre de l’Absurde », sur Roomanies, (consulté le )
  46. André Le Gall, Ionesco, Flammarion, , 624 p.
  47. « Le blanc et le noir - Koninklijke Bibliotheek », sur www.kb.nl.
  48. « LYCEE EUGENE IONESCO », sur www.lyc-ionesco-issy.ac-versailles.fr (consulté le )
  49. « Définition de ionescien - Encyclopædia Universalis », sur www.universalis.fr (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Claude Abastado, Eugène Ionesco, Bordas,
  • Claude Bonnefoy, Entretiens avec Eugène Ionesco, Belfond, 1966 (lire en ligne)
  • Eugène Ionesco et Claude Bonnefoy, Entre la vie et le rêve, Gallimard,
  • Denise Bourdet, Eugène Ionesco, dans: Brèves rencontres, Paris, Grasset, 1963.
  • (ro) Matei Călinescu, Eugène Ionesco : teme identitare și existențiale, Iași, Junimea,
  • Ecaterina Cleynen-Serghiev, La Jeunesse littéraire d'Eugène Ionesco, Paris, PUF,
  • (en) Richard N. Coe, Eugène Ionesco, Édimbourg, Oliver and Boyd,
  • Norbert Dodille (dir.) et Marie-France Ionesco (dir.), Lire, jouer Eugène Ionesco, Les Solitaires Intempestifs, coll. « Du Désavantage du vent », , 550 p. (ISBN 978-2-84681-289-4)
  • Jean-Hervé Donnard, Ionesco dramaturge ou l'artisan et le démon, Paris, Lettres Modernes,
  • Yves-Alain Favre, Le théâtre de Ionesco ou le rire dans le labyrinthe, Mont-de-Marsan, José Feijóo,
  • Robert Fricks, Ionesco, Nathan-Éditions Labor,
  • Alexandra Hamdan, Ionescu avant Ionesco. Portrait de l'artiste en jeune homme, Berne, Éditions Scientifiques Européennes,
  • Marie-Claude Hubert, Eugène Ionesco, Paris, Seuil,
  • (ro) Marie-France Ionesco, Portretul scriitorului în secol, Bucarest, Humanitas,
  • Emmanuel Jacquart, Le théâtre du dérision, Paris, Gallimard,
  • (ro) Gelu Ionescu, Anatomia unei negații. Scrierile lui Eugen Ionescu în limba română (1927-1940), Ucarest, Minerva,
  • Ahmad Kamyabi Mask (préf. Eugène Ionesco), Ionesco et son théâtre, Paris, Caractères, (lire en ligne)
  • Ahmad Kamyabi Mask (préf. Bernard Laudy, ill. Günther), Qui sont les rhinocéros de Monsieur Bérenger-Eugène Ionesco ?, Paris, A. Kamyabi Mask, (lire en ligne)
  • Ahmad Kamyabi Mask (préf. Eugène Ionesco, ill. de Günther et Taha), Qu'a-t-on fait de Rhinocéros d'Eugène Ionesco à travers la monde (Allemagne, France, Roumanie, Iran, Japon, États-Unis...), Paris, A. Kamyabi Mask, (lire en ligne)
  • Ahmad Kamyabi Mask et Jean Louis Barrault, Qu'attendent Eugène Ionesco et Samuel Beckett? et qu'en pensent : J.-L. Barrault, J. Mauclair, M. Maréchal, P. Vernois, T. Brown, A. Grodzicki, R. Benski, A. Epstein, R. Lamont, R. Schechner ?, Paris, A. Kamyabi Mask, (lire en ligne)
  • Alexandra Laignel-Lavastine, Cioran, Eliade, Ionesco : L'Oubli du fascisme, Paris, PUF,
  • (en) Rosette C. Lamont, Ionesco's Imperatives. The Politics of Culture, Ann Arbor, The University of Michigan Press,
  • (en) Rosette C. Lamont ( éd.), Ionesco : A Collection of Critical Essays, Englewood Cliffs, Prentice Hall,
  • (en) Rosette C. Lamont & Melvin J. Friedmann (eds.), The Two Faces of Ionesco, Troy, Whitston Publishing Company,
  • André Le Gall, Ionesco. Mise en scène d'un existant spécial en son œuvre et en son temps, Flammarionon,
  • (ro) Laura Pavel, Ionesco. Anti-lumea unui sceptic, Pitești,, Paralela 45,
  • (ro) Marta Petreu, Ionescu în țara tatălui, Cluj, Biblioteca Apostrofo,
  • (it) Giovanni Rotiroti, Odontotyrannos. Ionesco e il fantasma del rinoceronte, Rome, Il filo,
  • Philippe Sénart, Ionesco, Paris,, Éditions Universitaires,
  • Eugen Simion, Le jeune Eugen Ionescu, L'Harmattan,

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases de données et noticesModifier

Crédit d'auteursModifier