Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacquemont.
Maurice Jacquemont
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Maurice Stanislas Marie André Jacquemont
Nationalité
Activités

Maurice Jacquemont, né le dans le 7e arrondissement de Paris[1] et mort le à Asnières-sur-Seine, est un comédien et un metteur en scène de théâtre, figure de la décentralisation théâtrale.

BiographieModifier

Comédien amateur dans la troupe des Comédiens Routiers de Léon Chancerel à partir de 1930, il intègre les Copiaus de Jacques Copeau en 1935 et fonde avec Jean Dasté et André Barsacq l'année suivante le Théâtre des Quatre saisons. Il y développe un idéal de décentralisation dramatique et populaire, confiant décors et costumes aux jeunes peintres de sa génération, tels Jean Le Moal et Jean Bazaine.

Directeur de studio des Champs-Élysées de 1944 à 1972, il ouvre ses portes à de jeunes metteurs en scène prometteurs comme Jean Vilar, Roger Blin, Jean-Marie Serreau, Jacques Mauclair, Nicolas Bataille ou Antoine Bourseiller. Il introduit en France les textes de Federico Garcia Lorca, défend le théâtre de Ionesco et lance également la carrière des Frères Jacques et de Jacques Higelin.

Il participe également, comme conseiller artistique, à la naissance du Centre dramatique de l'Ouest en 1949, avec Hubert Gignoux, rencontré auprès de Chancerel.

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

PoésieModifier

Maurice Jacquemont est le coauteur avec Jacques Tournier, sur une musique de Claude Arrieu, de la Chanson de la patience créée pour l'adaptation de Cymbeline[2] donnée en 1951, et reprise par Jacques Brel[réf. nécessaire], Jacques Douai et Catherine Sauvage[3] entre autres.

SourcesModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier