Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Jeux olympiques d'été de 2016

XXXIe Jeux olympiques d'été
Article général Pour un article plus général, voir Jeux olympiques d'été.

Les Jeux olympiques d'été de 2016 (Jeux de la XXXIe Olympiade de l'ère moderne) ont été célébrés en 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil. Le lieu de la compétition a été choisi le et annoncé par Jacques Rogge, lors de la 121e session du Comité international olympique (CIO), qui se tenait à Copenhague, au Danemark.

Jeux olympiques d'été de 2016
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau du Brésil Brésil
Ville hôte Rio de Janeiro
Coordonnées 22° 54′ 35″ S, 43° 10′ 35″ O
Date Du 5 au (à partir du 3 août pour les tournois de football)
Ouverture officielle par Michel Temer
Président de la République fédérative du Brésil (par intérim)
Participants
Pays 204 (+2 délégations CIO)
Athlètes 11 362[1]
(XX masc. et XX fém.)
Compétition
Nouveaux sports Rugby à 7
Nombre de sports 28[2]
Nombre de disciplines 42[2]
Épreuves 306[2]
Symboles
Serment olympique Robert Scheidt
marin brésilien
Flamme olympique Vanderlei de Lima
marathonien brésilien
Mascotte Vinicius et Tom
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Brésil

(Voir situation sur carte : Brésil)
City locator 4.svg
Rio de Janeiro
Chronologie

Ces Jeux olympiques d'été sont les premiers à se dérouler en Amérique du Sud et les troisièmes à se dérouler dans l'hémisphère sud, après ceux de Melbourne en 1956 et ceux de Sydney en 2000[3]. Il s'agit aussi des premiers Jeux olympiques à se dérouler dans un pays lusophone.

Les Jeux ont eu lieu du 5 au 21 août 2016 et plus de 11 000 athlètes de 204 Comités nationaux olympiques (CNO) et de deux équipes indépendantes participent à cet événement sportif. Les deux équipes indépendantes sont celles des Athlètes olympiques indépendants, composée d'athlètes du Koweït dont le CNO est suspendu, et des Athlètes olympiques réfugiés, composée d'une dizaine d'athlètes ayant le statut de réfugié en provenance de différents pays. Les Jeux comprennent 28 sports – dont le rugby à sept et le golf, ajoutés par le CIO en 2009. Ces événements sportifs se déroulent dans 33 lieux différents répartis dans 4 différents secteurs de la ville, à savoir : Barra, Copacabana, Deodoro, et Maracanã.

Le nageur américain Michael Phelps est à nouveau l'athlète le plus médaillé de ces Jeux, avec cinq titres olympiques et une médaille d'argent. Il porte à Rio son record d'olympien le plus médaillé de tous les temps à 23 titres olympiques (dont 13 titres individuels) et 28 médailles en tout. En natation, sa compatriote Katie Ledecky réalise le triplé 200 m-400 m-800 m nage libre et totalise cinq podiums. En gymnastique artistique, Simone Biles égale le record du nombre de médailles d'or sur une édition des Jeux avec quatre victoires, tandis que le Japonais Kohei Uchimura remporte les concours général individuel et par équipes.

Le sprinter jamaïcain Usain Bolt réédite ses exploits de Beijing en 2008 et de Londres en 2012, avec un troisième triplé 100 m-200 m-relais 4x100 m, totalement inédit dans l'histoire des Jeux olympiques. Son total de 9 médailles d'or en athlétisme lui permet de rejoindre Paavo Nurmi et Carl Lewis au sommet du palmarès olympique dans son sport. Le cyclisme britannique règne sur le vélodrome et Jason Kenny remporte trois médailles d'or dans les épreuves de vitesse. En canoë-kayak sprint, la Hongroise Danuta Kozák s'adjuge également trois titres. En lutte libre féminine, la Japonaise Kaori Icho remporte son 4e titre olympique consécutif dans la même épreuve, exploit seulement réalisé avant elle par Al Oerter, Carl Lewis et Michael Phelps alors qu'en équitation Isabell Werth (dressage) devient la plus médaillée des cavaliers et cavalières en remportant à Rio ses neuvième et dixième médailles. Le français Teddy Riner ajoute à son palmarès un deuxième titre olympique des poids lourds pour devenir, en ajoutant ses huit titres mondiaux, le plus décoré des judokas.

Parmi les records du monde battus à Rio, celui du sud-africain Wayde Van Niekerk en athlétisme sur 400 m (43 s 03) marque les esprits, dix-sept ans après les 43.18 de Michael Johnson, tout comme les 29 min 17 s 45 de l'éthiopienne Almaz Ayana sur 10 000 m, améliorant de plus de 17 secondes un record vieux de 23 ans. En football, le Brésil remporte son premier titre, aux tirs au but face à l'Allemagne. En tir, Kimberly Rhode gagne sa sixième médaille en six participations aux Jeux. Les États-Unis terminent en tête du tableau des médailles avec 121 podiums dont 46 médailles d'or. Pour la première fois, la Grande-Bretagne se poste en deuxième position devant la Chine avec un total de 67 médailles dont 27 en or.

Sommaire

Sélection de la ville hôteModifier

Villes candidatesModifier

Sept villes candidates ont déposé un dossier pour l'organisation de ces Jeux olympiques auprès du Comité international olympique[4], mais le CIO en a retenu quatre le 4 juin 2008 :

Villes requérantesModifier

Trois villes ont été éliminées le par le CIO[6] :

  • Bakou,   Azerbaïdjan
  • Doha,   Qatar La candidature de Doha n'a pas été retenue du fait d'un problème de dates. Les dates avancées par le comité de candidature pour les jeux de Doha 2016 empiétaient sur le calendrier international sportif.
  • Prague,   République tchèque était candidate depuis le . C'est la troisième fois que le dossier de Prague est éliminé avant le vote final.

VoteModifier

Le vote définitif a eu lieu le 2 octobre 2009 à Copenhague (Danemark). Les candidatures de Rio et de Chicago étaient perçues comme favorites[7], étant renforcées par la présence au congrès du CIO de chefs d'État respectifs, Lula et Barack Obama[8].

La ville organisatrice des Jeux de la XXXIe Olympiade a été désignée et dévoilée à 18 h 51, heure d'Europe centrale, le  : il s'agit de « Rio de Janeiro 2016 », qui a battu « Madrid 2016 » au dernier tour. Les villes de Chicago, puis Tokyo avaient été éliminées lors des tours précédents, selon les votes suivants :

Résultats du choix de la ville candidate
Pays Ville candidate Note technique 1er tour 2e tour 3e tour
  Brésil Rio 6,4 26 46 66
  Espagne Madrid 8,1 28 29 32
  Japon Tokyo 8,3 22 20 -
  États-Unis Chicago 7,0 18 - -
Total des suffrages exprimés 94 95 98
France Trosono 5,4 25 28 28

CritiquesModifier

À la suite du vote, le gouverneur de Tokyo Shintarō Ishihara a dénoncé la « logique invisible à l'œuvre pour l'attribution des JO ». Il a notamment évoqué des accords passés par le président brésilien Lula avec certains membres du CIO, et notamment des « promesses osées aux représentants africains[9] ».

OrganisationModifier

Aspects financiersModifier

Le budget global du comité d'organisation pour Rio 2016, incluant les frais des actions engagées préalablement à la phase de candidature, s'élève à 7,4 milliards de réals[10]. Il ne comprend pas les frais d'acquisition, rénovation ou de construction des infrastructures et bâtiments pris en charge par les gouvernements fédéraux et locaux, ou par des opérateurs privés[11].

Les investissements globaux hors comité d'organisation, initialement prévus dans le dossier de candidature pour 28,5 milliards de réals ont été révisés en 2016 à 36,6 milliards. Ils se décomposent principalement en investissements pour la construction du parc olympique (5,6 milliards) et infrastructures de transport (24 milliards)[12].

En vue des Jeux olympiques d'été 2016, un tramway construit par Alstom a été mis en place avec trois nouvelles lignes reliées à d'autres modes de transports qui amélioreront la circulation dans le centre-ville de Rio et permettront de réduire la pollution. Dimanche 5 juin 2016, Alstom a donc célébré avec la société concessionnaire VLT Carioca et la ville de Rio de Janeiro, la mise en service de la ligne de tramway[13].

Modifier

Un concours est organisé afin de choisir le dessin du logo officiel pour les Jeux de Rio 2016, auquel participent 139 agences. Finalement, le logo choisi en septembre 2009 est celui dessiné par l'agence brésilienne Tatil[14] (basée à Rio de Janeiro). Ce logo est dévoilé le 31 décembre 2010, à l’occasion des festivités du nouvel an, sur la plage de Copacabana, en présence du président du CIO Jacques Rogge[15].

Le logo des Jeux olympiques de 2016 est une variété géométrique qui représente trois silhouettes de couleurs jaune orangé, bleu et vert (les couleurs du drapeau brésilien évoquant le soleil, la mer et la forêt amazonienne), se tenant par la main pour former une ronde, symbolisant l'union et le mouvement. Le maire de Rio y aurait lu le nom de sa ville. Ce logo repose sur quatre piliers, chacun représentant : « l’énergie contagieuse, la diversité harmonieuse, la nature exubérante et l’esprit olympique »[16]. Sa silhouette évoque l'esprit Carioca et le Pain de Sucre, mont symbolique de la ville[17].

Ce dessin a provoqué des controverses quant à un possible plagiat du logo d'une fondation caritative américaine, la Telluride Foundation, ou à s'être grandement inspiré de la peinture La Danse d'Henri Matisse[18]. Le directeur de l'agence Tatil admet certaines similarités mais affirme que leur proposition « est radicalement différente parce qu'elle est tri-dimensionnelle »[19].

CérémoniesModifier

 
Cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2016.

OuvertureModifier

La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro a débuté le à partir de 20 h, heure locale dans le stade Maracanã et s'est terminée vers 1 h, heure locale[20]. L'organisation de la cérémonie d'ouverture a été confiée à Fernando Meirelles, Daniela Thomas et Andrucha Waddington[21]. La vasque olympique sculptée par Anthony Howe a été allumée par Vanderlei Cordeiro de Lima après avoir reçu la flamme des mains de Hortência Marcari.

 
La vasque de la flamme olympique de Rio 2016.

ClôtureModifier

La cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro a débuté le à partir de 20 h, heure locale, dans le stade Maracanã.

Les athlètes ont défilé sans ordre protocolaire une dernière fois et le drapeau olympique fut remis à la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike qui accueillera les prochains jeux d'été en 2020. La flamme olympique, œuvre de Anthony Howe, est éteinte à 22 h 24 par la chanteuse et actrice Mariene de Castro sous une pluie artificielle, bien que la cérémonie se soit déroulée sous une pluie bien réelle[22].

CalendrierModifier

Toutes les dates sont par rapport à l'heure locale (UTC−3).

       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales        Gala d'exhibition
Calendrier général des Jeux olympiques de 2016[23]
Août 2016 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
Cérémonies   O C
Athlétisme   3 5 4 5 5 4 6 7 7 1
Aviron   2 4 4 4
Badminton   1 1 2 1
Basket-ball   1 1
Boxe   1 1 1 1 1 1 3 4
C
a
n
o
ë
-
k
a
y
a
k
En eau calme   4 4 4
En eau vive / slalom   1 1 2
C
y
c
l
i
s
m
e
BMX   2
Piste   1 2 2 1 1 3
Route   1 1 2
VTT   1 1
Équitation   2 1 1 1 1
Escrime   1 1 1 1 2 1 1 1 1
Football   1 1
Golf   1 1
G
y
m
n
a
s
t
i
q
u
e
Artistique   1 1 1 1 4 3 3 GE
Rythmique   1 1
Trampoline   1 1
Haltérophilie   1 2 2 2 2 2 1 1 1 1
Handball   1 1
Hockey sur gazon   1 1
Judo   2 2 2 2 2 2 2
Lutte   2 2 2 3 3 2 2 2
N
a
t
a
t
i
o
n
Natation   4 4 4 4 4 4 4 4 1 1
Natation synchronisée   1 1
Plongeon   1 1 1 1 1 1 1 1
Water-polo   1 1
Pentathlon moderne   1 1
Rugby à sept   1 1
Taekwondo   2 2 2 2
Tennis   1 1 3
Tennis de table   1 1 1 1
Tir   2 2 2 1 2 1 2 2 1
Tir à l’arc   1 1 1 1
Triathlon   1 1
Voile   2 2 2 2 2
V
o
l
l
e
y
b
a
l
l
Beach-volley   1 1
Volley-ball   1 1
Août 2016 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales        Gala d'exhibition

ÉvénementsModifier

Le 9 novembre 2011, la société italienne Film Master Group, appartenant à Marco Balich, a été choisie parmi douze autres entreprises, après appel d'offres, pour organiser les principaux événements liés à ces Jeux, du tour mondial de la torche olympique à la cérémonie d'ouverture. La société, à capital entièrement italien, a des sièges à Rome, Milan, Madrid et Dubaï. Elle est la productrice exécutive des célébrations des Jeux et elle supervise d'autres sociétés de production, tandis qu'elle organise la planification et la gestion de tous les aspects techniques et administratifs des cérémonies et événements prévus pour les Jeux de la XXXIe Olympiade. C'est sous le nom de « Cerimonias Cariocas 2016 », coentreprise de Filmmaster Group avec la société brésilienne Srcom (qui œuvre depuis 20 ans dans le domaine des événements créatifs et qui a réalisé le logo de Rio 2016), conduite par Abel Gomes, que Marco Balich a remporté ce concours, en tant que président de K-events, une filiale de Filmmaster Group (qui a déjà participé à Turin 2006, le bicentennaire du Mexique, l'inauguration de la Donbass Arena de Donetsk et la direction artistique du Festival de Venise. Son dernier travail a été l'inauguration du Juventus Stadium à Turin). Cerimonias Cariocas se réunit déjà pour la transmission du drapeau pour les prochains Jeux à Londres (Londres 2012)[24].

ParticipantsModifier

Nations participantesModifier

 
Nombre d'athlètes par délégation

Le Soudan du Sud et le Kosovo font leur première apparition aux Jeux olympiques sous leur propres délégations, ce qui porte à 204 le nombre de nations participantes aux Jeux olympiques d'été, auxquelles il faut ajouter deux délégations distinctes concourant sous la bannière olympique.

Avec la crise migratoire en Europe et pour d'autres raisons[Lesquelles ?], le CIO décide d'autoriser des athlètes réfugiés à concourir sous la bannière olympique en tant qu'« athlètes olympiques réfugiés »[25].

Suite à des accusations de dopage organisée dans le milieu du sport russe, l'Agence mondiale antidopage appelle à l'exclusion de la Russie des jeux olympiques. Le 24 juillet 2016, Le CIO décide de ne prendre aucune mesure générale et de laisser ce choix aux différentes fédérations sportives internationales[26]. La Fédération russe d'athlétisme étant suspendue par la Fédération internationale pour dopage, seules deux athlètes russes sont initialement autorisées à concourir comme indépendantes, Darya Klishina qui réside aux États-Unis, et Yuliya Stepanova, en tant que lanceuse d'alerte, finalement exclue de la compétition par le CIO car contrôlée positive au dopage en 2013[27].

Le Koweït fait quant à lui l'objet d'une suspension par le CIO et ses sportifs concourent sous la bannière olympique au sein de la délégation des athlètes olympiques indépendants[28].

Les 207 délégations participantes aux Jeux de 2016
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
54 pays 41 pays 44 pays 49 pays 17 pays

Principaux sportifs ayant déclaré forfait ou suspendusModifier

Les sportifs ci-dessous ont déclaré forfait à cause du virus Zika ou d'une blessure ou ont été suspendus pour dopage.

AthlétismeModifier

  Zharnel Hughes, coureur de 200 m, déclare forfait pour blessure, comme :

Tous les athlètes russes sont suspendus pour dopage organisé, sauf Darya Klishina (saut en longueur).

L'Américaine Keni Harrison, recordwoman du monde du 100 mètres haies, n'est pas sélectionnée, ayant fini sixième des sélections olympiques américaines.

BasketballModifier

  Stephen Curry, meneur, renonce à participer à cause de Zika comme :

  Nemanja Bjelica fait forfait pour blessure comme :

Cyclisme sur routeModifier

  Alberto Contador déclare forfait à cause de ses blessures durant le tour de France comme :

FootballModifier

  Douglas Costa de Souza, ailier a déclaré forfait après une blessure comme :

GolfModifier

  Jason Day (N.1), renonce à participer par peur du virus Zika, tout comme :

  Victor Dubuisson (N.78), forfait pour méforme.

Gymnastique artistiqueModifier

  John Orozco a déclaré forfait à cause d'une blessure.

HaltérophilieModifier

  Tous les athlètes russes sont suspendus pour dopage.

L'haltérophile kirghiz Izzat Artykov, médaillé de bronze dans la catégorie des - 69 kg, est le premier médaillé des JO. Contrôlé positif à la strychnine, il est exclu des Jeux[30].

HandballModifier

  Xavier Barachet ne participe pas aux JO, à cause d'une blessure

JudoModifier

  Loïc Korval, champion d'Europe, n'ayant pas encore purgé sa suspension pour avoir manqué trois fois de suite à ses obligations de localisation, est exclu par l'Agence française de lutte contre le dopage[31].

NatationModifier

Les Russes suspendus pour dopage sont :

TennisModifier

TriathlonModifier

  •   Javier Gomez, quintuple champion du monde, déclare forfait à cause d'une fracture au niveau du bras gauche comme :
  •   Emmie Charayron, championne d'Europe 2011.

Infrastructures sportivesModifier

 
Carte des sites de compétition des Jeux olympiques d'été de 2016.

L'ensemble des infrastructures sportives des Jeux olympiques et paralympiques seront situées autour de quatre zones : la plage de Copacabana, Maracanã, Deodoro et Barra da Tijuca ; cette dernière accueillera également le village olympique.

Barra de Tijuca est le principal site de compétitions des Jeux de Rio. C'est là que se trouvent le « Parc olympique », le Village des Athlètes et les deux centres de presse principaux (presse/MPC et radio-télévision/IBC). En tout, 23 sports répartis sur quinze installations seront disputés à Barra[33]. Le Parc olympique de Barra remplace l'ancien circuit de Formule 1 de Jacarepaguá, où dix Grand Prix se sont disputés de 1978 à 1989, fermé en 2012 et démoli pour laisser place aux installations olympiques[34].

La moitié environ des infrastructures sportives utilisées pour ces Jeux olympiques ont été construites pour les Jeux Panaméricains de 2007[35].

En 2017, d'après le journal Le Monde une partie des équipements sont délaissés ou abandonnés[36].

Équipements déjà existantsModifier

Stades de footballModifier

En plus du fameux stade Maracanã, la compétition de football se déroule au stade Nilton-Santos, également à Rio, mais aussi dans des stades de Belo Horizonte (Mineirão), Brasilia (stade national de Brasilia Mané-Garrincha), Manaus (Arena da Amazônia), Salvador (Itaipava Arena Fonte Nova) et São Paulo (Arena Corinthians). L'ensemble de ces stades a également été utilisé pour la Coupe du monde de football de 2014 organisée par le Brésil, à l'exception du stade Morumbi.

Équipements temporairesModifier

Sports au programmeModifier

Cinq nouveaux sports étaient candidats pour leur entrée en lice aux Jeux olympiques : le karaté, le squash, le rugby à sept, le roller et le golf. Le baseball et le softball le furent également après leur éviction pour les Jeux de 2012, et pourraient être remplacés par le BMX freestyle et le skateboard, tous deux présentés depuis 2011 par l'Union cycliste Internationale et son président Patrick McQuaid [37],[38].

Le , le Comité international olympique a choisi de réintégrer le golf dans le programme des Jeux de 2016. En effet, le golf a déjà été sport olympique en 1900 et 1904. Soutenue par Tiger Woods, Pádraig Harrington, Michelle Wie et le monde du golf, la candidature du golf a été approuvée avec 63 voix pour et 27 voix contre[39].

Supprimé des programmes olympiques après les Jeux de 1924 en raison de violences, le rugby est réintégré au programme olympique pour les Jeux de 2016. Le rugby à sept a été accepté à 81 votes pour et 8 votes contre. Préféré au rugby à XV, le rugby à sept a été adopté car il est « universel, ouvert, spectaculaire et compréhensible »[40].

Lors de la réunion 2012 de la fédération internationale de voile (ISAF) de mi-année qui s'est tenue à Stresa en Italie du 3 au 6 mai 2012, l'ISAF avait décidé de remplacer la planche à voile par le kitesurf aux Jeux olympiques d'été de 2016[41]. Cependant, après réclamation, son assemblée générale est revenue sur cette décision et a confirmé la planche au lieu du kitesurf dans la liste définitive[42].

Au total, les épreuves masculines représentent 54 % du total, les épreuves féminines 44 % et les épreuves mixtes 2 %[43].

Sports/disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Disciplines au programme des Jeux de Rio (1re partie)
  Athlétisme 24 23 47
  Aviron 8 6 14
  Badminton 2 2 1 5
  Basket-ball 1 1 2
  Boxe 10 3 13
Canoë-kayak
  Course en ligne
  Slalom
11
8
3
5
4
1
16
12
4
Cyclisme
  Cyclisme sur route
  Cyclisme sur piste
  VTT
  BMX
9
2
5
1
1
9
2
5
1
1
18
4
10
2
2
  Équitation
Saut d'obstacles
Dressage
Concours complet
6
2
2
2
6
2
2
2
  Escrime 5 5 10
  Football 1 1 2
  Golf 1 1 2
Gymnastique
  Gymnastique artistique
  Gymnastique rythmique
  Trampoline
9
8

1
9
6
2
1
18
14
2
2
  Haltérophilie 8 7 15
  Handball 1 1 2
Sports/disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Disciplines au programme des Jeux de Rio (2e partie)
  Hockey sur gazon 1 1 2
  Judo 7 7 14
  Lutte
Libre
Gréco-romaine
14
7
7
4
4

18
11
7
Sports aquatiques
  Natation
  Plongeon
  Natation synchronisée
  Water-polo
22
17
4

1
24
17
4
2
1
46
34
8
2
2
  Pentathlon moderne 1 1 2
  Rugby à sept 1 1 2
  Taekwondo 4 4 8
  Tennis 2 2 1 5
  Tennis de table 2 2 4
  Tir
Carabine
Pistolet
Tir aux plateaux
9
3
3
3
6
2
2
2
15
5
5
5
  Tir à l'arc 2 2 4
  Triathlon 1 1 2
  Voile 5 4 1 10
Volley-ball
  En salle
  Beach-volley
2
1
1
2
1
1
4
2
2
Total (28 sports) 163 134 9 306

Tableau des médaillesModifier

Les quinze premières nations au classement des médailles de leurs athlètes[44].

  •      Pays organisateur (Brésil)
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1   États-Unis 46 37 38 121
2   Grande-Bretagne 27 23 17 67
3   Chine 26 18 26 70
4   Russie 19 18 20 57
5   Allemagne 17 10 15 42
6   Japon 12 8 21 41
7   France 10 18 14 42
8   Corée du Sud 9 3 9 21
9   Italie 8 12 8 28
10   Australie 8 11 10 29
11   Pays-Bas 8 7 4 19
12   Hongrie 8 3 4 15
13   Brésil 7 6 6 19
14   Espagne 7 4 6 17
15   Kenya 6 6 1 13

Le Viêt Nam, Porto Rico, Singapour, le Koweït, la Jordanie, Fidji, le Kosovo, la Côte d'Ivoire et le Tadjikistan ont remporté durant ces jeux leur première médaille d'or lors d'une olympiade.

Aspects extra-sportifsModifier

SécuritéModifier

Des inquiétudes ont été exprimées à propos de l'insécurité dans la ville de Rio de Janeiro, et ce, dès la phase des candidatures[45], et de la capacité des pouvoirs publics brésiliens à assurer la sécurité des grands événements sportifs, inquiétudes renforcées par l'agression subie par Jenson Button, pilote de Formule 1, alors qu'il quittait en voiture le circuit d'Interlagos à la suite du Grand Prix du Brésil 2010[46].

Toutefois, Rio de Janeiro a mis en place une politique afin de « pacifier » la ville et les favelas, notamment via l'Unité de Police Pacificatrice[47].

Le 30 juin 2016, à quelques semaines du début des Jeux, les deux chaînes de télévision allemandes ARD et ZDF sont victimes d'un vol de matériel technique d'une valeur de 400 000 euros. Le matériel est finalement retrouvé le lendemain[48].

Dans un contexte de menace terroriste mondialisée, les autorités brésiliennes sont très attentives à ce risque dans le cadre des Jeux olympiques. À la suite de l'attentat de Nice du 14 juillet 2016, le niveau de sécurité est relevé[49].

À partir du 21 juillet, la police fédérale brésilienne arrête douze personnes[50] soupçonnées d'appartenir à une cellule, mal organisée, de sympathisants de l'organisation État islamique[51] et planifiant des attentats[52].

Le 7 août 2016, Tiago Brandão Rodrigues, ministre de l'Éducation du Portugal ayant tutelle sur les sports, est menacé par deux hommes armés de couteaux auxquels il doit remettre ses effets[53], alors qu'il s'apprête à rentrer à son hôtel situé à Ipanema, quartier pourtant réputé sûr. Le ministre a pu récupérer ses biens peu après, les voleurs ayant été immobilisés par des passants et arrêtés par la police. L'histoire met en lumière les nombreux incidents de sécurité rapportés par plusieurs délégations depuis juillet[54],[55].

Dans la nuit du dimanche au lundi 15 août, de retour d'une fête, quatre nageurs américains parmi lesquels le multiple médaillé olympique Ryan Lochte affirment s'être fait agresser par de faux policiers[56]. Cependant, l'enquête, notamment basée sur les images des caméras de sécurité, conclut à un mensonge de la part des athlètes qui, sous l'emprise de l'alcool, ont causé divers incidents, ce qui a provoqué la confiscation de leur passeport pour faux témoignage et la présentation d'excuses de la part du comité olympique des États-Unis. Les nageurs ont cependant pu récupérer leurs papiers et sont retournés aux États-Unis[57].

Violations supposées des droits de l'HommeModifier

Des organisations telles que l'ONU ou Amnesty International ont rapporté certaines violations aux droits de l'homme[58]. Des violations dues au relogement de personnes expulsées des favelas pour permettre la construction des infrastructures sportives, de transport, hôtelières, etc. C'est le cas, notamment, de la favela de Metrô, située à proximité du stade Maracanã.

La favela Vila autodrome, construite dans les années 1980, et située à proximité du quartier touristique de Barra da Tijuca apprend en 2010 par la presse qu'elle est menacée d'expulsion afin de recevoir le village olympique[35]. Les 2 000 habitants qui avaient refusé de quitter leurs maisons voient celle-ci rasées 48 heures avant le début des Jeux, malgré leurs titres de propriété. Seules une vingtaine de familles sur les 600 concernées sont relogées sur place dans des préfabriqués de 40 m2. Au total, près de 80 000 personnes ont été déplacées de gré ou de force pour laisser la place aux Jeux olympiques[59].

Raquel Rolnik, rapporteuse spéciale des Nations unies sur le droit à un logement convenable, s'est inquiétée « du manque de transparence, de négociations justes et de participation des communautés affectées par les expulsions ». Amnesty International a dénoncé dans son rapport 2011 l'expulsion sans information, consultation ou indemnisation des habitants, et leur relogement dans une banlieue située à 60 kilomètres de Rio.

Politique brésilienneModifier

L'organisation des Jeux olympiques se couple, en 2016, avec une crise politique impliquant l'ancien président Lula, soupçonné de corruption, et d'une procédure de destitution visant l'actuelle présidente Dilma Rousseff, télescopant ainsi l'importance de l'événement sportif. Cela crée un climat délétère, de grandes manifestations d'opposition dans le pays et engendre des conséquences négatives sur l'économie[60].

Épidémie de fièvre ZikaModifier

Une épidémie de fièvre Zika est officiellement déclarée au Brésil en avril 2015 et se propage en 2016. Des experts de la santé conseillent de repousser ou déplacer les Jeux en raison des risques représentés par le virus[61], ce que refuse le Comité olympique. Certains sportifs préfèrent cependant ne pas se rendre au Brésil et renoncent à participer aux Jeux pour préserver leur santé ou craignant de contaminer leur femme, comme les golfeurs Marc Leishman[62], Vijay Singh[63] et Rory McIlroy[64], les joueurs de tennis Milos Raonic, Tomáš Berdych, Simona Halep et Karolína Plíšková[65],[66] et le cycliste Tejay van Garderen[67].

Soupçons de corruptionModifier

En boxe, le Russe Evgeny Tishchenko devient le 15 août champion olympique dans la catégorie des - 91 kg dans un match controversé entaché de soupçons de corruption[68],[69],[70].

Accusations de sexismeModifier

Les commentateurs sportifs de France Télévisions ont été pointés du doigt pour leurs commentaires jugés déplacés à propos des participantes féminines. Il leur est notamment reproché de se concentrer davantage sur leur physique ou sur leur supposée fragilité émotionnelle plutôt que sur leurs performances sportives[71].

Utilisation de la langue françaiseModifier

Bien que le français soient une des deux langues officielles des Jeux olympiques avec l'anglais, il n'est que très peu utilisé pour la signalétique. L'Organisation internationale de la Francophonie regrette cette situation contraire au statut du Comité international olympique[72],[73],[74].

Droits télévisésModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Cérémonie d'ouverture: une tradition ancrée dans l'histoire des Jeux olympiques », sur http://ici.radio-canada.ca/ (consulté le 21 août 2016)
  2. a, b et c CIO, « Les Jeux Olympiques de Rio 2016 », sur Olympic.org (consulté le 23 avril 2016)
  3. À noter que pour ces pays, les Jeux se déroulent en hiver
  4. « Tickets », NOC*NSF, (consulté le 6 mai 2015)
  5. (en) « City and Chicago 2016 Announce Formation of World Sport Chicago », sur CityofChicago.org, (consulté le 14 janvier 2008).
  6. « JO-2016 : Chicago, Madrid, Rio et Tokyo choisies comme villes finalistes », AFP, 4 juin 2008.
  7. JO-2016: Rio et Chicago favorites La Tribune de Genève, par AFP, 01 octobre 2009
  8. Les JO 2016 à Rio, Libération, Sylvain Mouillard, 2 octobre 2009.
  9. Tokyo dénonce la logique invisible dans l'attribution des JO, Libération, 4 octobre 2009
  10. « Transparency Rio 2016 - Budget », sur www.rio2016.com (consulté le 6 août 2016).
  11. (en) « Transparency : 06. HOW MUCH IS THE RIO 2016 ORGANISING COMMITTE BUDGET? », sur www.rio2016.com (consulté le 6 août 2016).
  12. (pt) « Passada crise com o COI, Paes diz que obras da Rio 2016 estão 'na mão' », sur Rio 450 anos, (consulté le 6 août 2016).
  13. « Le système de tramway intégré d'Alstom entre en service à Rio quelques mois avant les Jeux Olympiques », sur www.alstom.com (consulté le 8 août 2016)
  14. Site officiel de Tatil
  15. « L’histoire du logo Rio 2016 », sur crosif.fr
  16. Le logo des Jeux Olympiques de Rio 2016, americas-fr.com
  17. (en) Patrick Burgoyne, « Rio 2016 Olympics logo: a closer look », sur creativereview.co.uk,
  18. Images du logo de Telluride Foundation et de La Danse
  19. « La malédiction des mascottes et logos des Jeux olympiques », sur slate.fr,
  20. « Tout savoir sur la cérémonie d'ouverture »
  21. (en) « Rio Olympics committee reveals opening ceremony details »,
  22. « Une cérémonie de clôture sous la pluie, les Bleus ont fait la fête et Rio démonte déjà ses Jeux… Adeus França ! »
  23. [PDF] (en) « Calendrier des Jeux olympiques d'été de 2016 », sur rio2016.com (consulté le 28 mars 2016), p. 17
  24. La Repubblica, 9 novembre 2011, « Italia, prima medaglia alle Olimpiadi di Rio: sarà un italianao Marco Balich e la sua azienda a organizzare i principali eventi dei Giochi del 2016 », en Une, y compris sur reppubblica.it
  25. Comité International Olympique, « Le président du CIO rencontre des réfugiés à Athènes et visite des installations sportives offertes par le Mouvement olympique », sur Olympic.org (consulté le 31 janvier 2016)
  26. http://www.24heures.ch/sports/actu/Le-CIO-ne-suspend-pas-la-Russie-des-JO-de-Rio/story/24565410
  27. Jeux Olympiques : Yuliya Stepanova ne fera pas à nouveau appel de sa suspension, L'Équipe, 5 août 2016
  28. La justice suisse déboute le Koweït face au CIO
  29. Céline Dumerc Forfait pour les jeux olympiques
  30. AFP, « L'haltérophile kirghize Izzat Artykov, est le premier médaillé des Olympiades de Rio exclu pour dopage » sur Le Huffington Post, 18 août 2016
  31. eurosport article du 22 avril 2016
  32. « Les frères Bryan déclarent forfait pour Rio », sur eurosport.fr, (consulté le 31 juillet 2016)
  33. Rio 2016, « Carte des sites », sur Rio 2016 (consulté le 12 novembre 2015)
  34. « En exclusivité : les images du Parc Olympique des Jeux de Rio 2016 », sur Architecture urbanisme FR (consulté le 12 novembre 2015)
  35. a et b Olivier Borius, « Rio de Janeiro olympique : murs tropicaux, favelas et gentrification ». (Axe III, Symposium 13). Independencias - Dependencias - Interdependencias, VI Congreso CEISAL 2010, juin 2010, Toulouse, France. <halshs-00499344>
  36. Claire Gatinois, « La favela olympique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  37. L'UCI favorable au skateboard aux JO
  38. UCI renews bid to include skateboarding in Olympics
  39. « Le golf fait son trou ! », sur http://www.eurosport.fr, (consulté le 9 octobre 2009)
  40. Philippe Da Costa, « Ovale et olympique ! », sur http://www.rugbyrama.fr, (consulté le 9 octobre 2009)
  41. (en) Communiqué de l'ISAF pour les épreuves au JO 2016
  42. « 2012 ISAF Annual Conference Concludes In Dun Laoghaire, Ireland », ISAF,
  43. Pierre Breteau, « JO 2016 : ces pays où les femmes ont rapporté plus de médailles que les hommes », sur lemonde.fr, (consulté le 23 août 2016).
  44. https://www.google.fr/search?num=20&newwindow=1&site=&source=hp&q=j.o&oq=j.o&gs_l=hp.3...2246.3282.0.3667.4.4.0.0.0.0.449.449.4-1.1.0....0...1c.1.64.hp..3.0.0.0.MjhJJaVXq7U#mie=oly%2C%5B%22%2Fm%2F03tnk7%22%2C1%2C%22m%22%5D
  45. « JO 2016, à qui le tour? », sur liberation.fr, (consulté le 20 août 2016)
  46. « Le pilote de F1 Jenson Button réchappe d'une embuscade au Brésil », sur metrofrance.com, (consulté le 20 août 2016)
  47. « JO : Rio attend son tour », sur euronews.com, (consulté le 20 août 2016)
  48. « Des télévisions allemandes victimes d'un braquage à Rio », sur lequipe.fr, (consulté le 20 août 2016)
  49. « À Rio, la sécurité monte d'un cran », sur ladepeche.fr, (consulté le 18 juillet 2016)
  50. « Terrorisme: la police brésilienne arrête 12 personnes qui auraient ciblé les JO », sur lapresse.ca, (consulté le 27 juillet 2016).
  51. « JO de Rio: 11 personnes arrêtées, soupçonnées d'avoir projeté un attentat », sur Le Figaro, (consulté le 23 juillet 2016)
  52. « JO de Rio : coup de filet antiterroriste dans neuf États du Brésil », sur France 24, (consulté le 23 juillet 2016)
  53. « Le ministre de l'Education du Portugal attaqué à Ipanema. C'est l'histoire du soir », sur nouvelobs.com, (consulté le 20 août 2016)
  54. « JO-2016: une série de vols et agressions trouble les Jeux », sur Le Parisien.fr, (consulté le 20 août 2016)
  55. « Jeux de Rio : les incidents s'accumulent, la sécurité sous le feu des critiques », sur france24.com, (consulté le 20 août 2016)
  56. « JO : des nageurs américains braqués par des faux policiers à Rio », sur liberation.fr, (consulté le 20 août 2016)
  57. « Rio 2016 : les nageurs américains «n'ont pas été volés et ont menti», affirme la police », sur Le Parisien.fr, (consulté le 20 août 2016)
  58. Francho Baron, « Le côté sombre du Brésil », El Pais, 14 juin 2011.
  59. Olivier Poujade, « JO de Rio : des habitants d'une favela expulsés de leur logement à J-2 », sur France info, (consulté le 6 août 2016).
  60. « JO-2016: dans un Brésil en plein séisme politique, qui se souvient encore des Jeux ? », rfi.fr, 25 mars 2016.
  61. Virus Zika : 150 experts demandent un report ou déplacement des JO de Rio, lequipe.fr
  62. Un golfeur australien renonce aux Jeux, craignant le virus Zika, rtbf.be
  63. (en) Vijay Singh to bypass Olympics in Rio due to Zika virus, skysports.com
  64. Rory McIlroy ne disputera pas les Jeux Olympiques à Rio à cause de Zika, lequipe.fr
  65. Après Raonic, Halep renonce aussi à Rio à cause de Zika,
  66. Berdych et Pliskova renoncent aux JO à cause du virus Zika,
  67. Tejay Van Garderen renonce aux JO à cause de Zika, lequipe.fr
  68. (en) Scott Allen, « Controversial decision gives Russian heavyweight Evgeny Tishchenko boxing gold », sur washingtonpost.com,
  69. Christophe Lemaire, « Rio 2016, boxe : scandale arbitral en finale des poids lourds », sur leparisien.fr,
  70. « Boxe : l'or du Russe Tishchenko fait scandale », sur ledauphine.com,
  71. « Dans les médias français, le sexisme est une discipline olympique » (consulté le 10 août 2016)
  72. « La langue française perdue à Rio » (consulté le 15 juillet 2017)
  73. « Langue officielle des JO, le français mis de côté à Rio » (consulté le 15 juillet 2017)
  74. (en) « Signs leave French lost for words » (consulté le 15 juillet 2017)
  75. (ar) « 10 ساعات من البث المباشر للأولمبياد على التلفزيون الجزائري », sur DZ Life Magazine,‎ (consulté le 5 août 2016)
  76. (en) http://www.taiwannews.com.tw/etn/news_content.php?id=1682111
  77. (en) http://www.sportspromedia.com/news/sportfive_agrees_olympic_deals_in_azerbaijan/
  78. (en) http://sportspromedia.com/news/spotrfive_awards_2014_and_2016_olympic_rights_to_vrt/
  79. (en) « La RTBF dévoile son dispositif pour Rio 2016 », 7sur7.be.org,‎ (lire en ligne)
  80. (en) http://www.olympic.org/tv-rights-new-media-commission?articlenewsgroup=-1&articleid=72509
  81. Le CIO attribue les droits de diffusion des Jeux Olympiques de 2014 et 2016 pour le Canada
  82. (en) http://www.olympic.org/news/ioc-awards-2014-and-2016-olympic-games-broadcast-rights-in-china/169781
  83. (en) http://www.sportspromedia.com/news/bevy_of_baltic_deals_for_sportfives_olympic_group
  84. (en) http://www.olympic.org/content/press-release/ioc-awards-us-broadcast-rights-for-2014-2016-2018-and-2020-olympic-games-to-nbcuniversal/
  85. (en) http://www.olympic.org/tv-rights-new-media-commission?articlenewsgroup=-1&articleid=72273
  86. (en) http://www.sportspromedia.com/news/yle_acquires_2014_and_2016_olympic_rights_in_finland/
  87. (fr) « [Droits TV] Les JO sur France Télévisions jusqu'en 2020 ! », sur Sport-tv.org, mis en ligne le 10 juillet 2011 (consulté le 6 août 2016)
  88. (fr) « Jeux Olympiques 2016 et 2020 : Canal+ codiffusera les compétitions avec France Télévisions », sur Ozap.com, mis en ligne le 16 juin 2015 (consulté le 6 août 2016)
  89. (en) http://www.olympic.org/news?articleid=151900&articlenewsgroup=-1
  90. (en) http://www.monstersandcritics.com/sport/othersport/article_1186179.php/SBS_wins_Olympic_TV_broadcast_rights_2010-2016_for_both_Koreas
  91. (en) http://sportspromedia.com/news/nos_acquires_dutch_rights_to_2014_and_2016_olympic_games/
  92. (en) http://www.sportbusiness.com/news/183788/tv2-awarded-first-sportfive-olympic-rights-deal
  93. (en) http://sportspromedia.com/news/sportfive_seals_slovenian_olympic_deal/
  94. (se) « Klart: SVT tappar OS » (consulté le 6 août 2016)
  95. (en) « SRG SSR get Swiss rights to Sochi and Rio Games » (consulté le 6 août 2016)
  96. (en) « IOC AWARDS BROADCAST RIGHTS IN UNITED KINGDOM FOR 2014, 2016, 2018 AND 2020 OLYMPIC GAMES TO THE BBC » (consulté le 6 août 2016)
  97. (ar) « الألعاب الاولمبية ريو 2016 مباشرة على التلفزة الوطنية التونسية » (consulté le 6 août 2016)

Voir aussiModifier