Jaan Kirsipuu

coureur cycliste estonien

Jaan Kirsipuu est un coureur cycliste estonien né le à Tartu, spécialisé dans le sprint. Professionnel de 1992 à 2006 et de 2009 à 2012, il s'est imposé à 125 reprises durant sa carrière. Parmi celles-ci, on compte notamment quatre étapes du Tour de France, dont il a porté le maillot jaune lors de l'édition 1999, et une étape sur le Tour d'Espagne. Il est également champion d'Estonie à 6 reprises sur la course en ligne, et à 7 reprises sur l'épreuve chronométrée. A noter également qu'il est le recordman de victoires d'étape sur l'Etoile de Béssèges[1] avec 13 succès, et les 4 jours de Dunkerque[2] et le Tour du Poitou-Charentes[3] avec 10 succès. En revanche, du fait de ses lacunes en montagne, il n'a terminé aucun des 15 grands tours auquel il a participé.

Jaan Kirsipuu
Image dans Infobox.
Informations
Nom court
Яан КирсипууVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
TartuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Spécialité
Équipes amateurs
1990-1991Dijon OC
1992AC Boulogne-Billancourt
2007-2008CFC-Ruutmeeter
01.2009-05.2009[n 1]Geofco-Jartazi
Équipes professionnelles
Équipes dirigées
Principales victoires
2 classements nationaux
Coupe de France (1999 et 2003)
Championnats
MaillotEstonia.PNG Champion d'Estonie sur route (1988, 1998, 1999, 2002, 2005 et 2008)
MaillotEstonia.PNG Champion d'Estonie du contre-la-montre (1998, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et 2007)
MaillotEstonia.PNG Champion d'Estonie du contre-la-montre en duo (1987)
MaillotEstonia.PNG Champion d'Estonie de VTT-Marathon (2009)
5 étapes de grands tours
Tour de France (4 étapes)
Tour d'Espagne (1 étape)

BiographieModifier

Jan Kirsipuu commence sa carrière professionnelle en 1993 dans l'équipe Chazal-Vetta-MBK, après y avoir effectué un stage l'année précédente. Il reste longtemps fidèle à la même équipe qui change toutefois de nom : « Casino » (1996-1999), « AG2R Prévoyance » (2000-2004). À partir de 2005, il rejoint la formation du « Crédit agricole »[4]. Kirsipuu faisait partie des sprinters régulièrement vainqueur dans le cyclisme comme Erik Zabel ou Mario Cipollini qu'il a côtoyé. Son palmarès s'est construit en bonne partie dans les courses françaises et belges.

Début chez les amateurs (1987-1992)Modifier

Jaan Kirsipuu débute le cyclisme à Tartu en Estonie, sous la houlette de son père, alors entraineur[5].

Il se fait remarquer dés 1987 en prenant la 3e place d'une étape du Tour de Pologne (à l'époque seulement ouverte aux amateurs) alors qu'il vient seulement d'avoir 18 ans.

L'année suivante il devient pour la première fois de sa carrière champion d'Estonie sur route.

En 1989, il remporte la 6e étape du Tour de Wallonie.

En 1990, il prend une licence en France, au club de Dijon. Il s'impose lors de la 7e étape du Tour de Suède.

Après une année 1991 sans succès, il change d'équipe et s'engage avec l'AC Boulogne-Billancourt pour 1992. Cette année là, il remporte le Tro Bro Leon, Paris-Mantes, et la 1ère étape de Paris-Bourges. Ces succès lui permettent de décrocher un contrat de stagiaire en fin d'année dans l'équipe française Chazal, où il passera professionnel l'année suivante.

Passage chez les professionnels au sein de l'équipe Chazal (1993-1995)Modifier

1993: Première année et premier succès chez les professionnelsModifier

Kirsipuu passe donc professionnel au début de l'année 1993. Il se met en évidence en prenant dés le mois d'avril la 4e place du Grand prix de l'Escaut[6]. Il faudra attendre quelques jours de plus pour le voir lever les bras pour la première fois de la saison, à l'occasion des Quatre jours de l'Aisne, dont il remporte 3 étapes. Il s'impose ensuite sur la 4e étape des Quatre jours de Dunkerque[7]. Fin mai, il accroche un nouveau podium sur A travers le Morbihan. En vue de préparer le Tour de France, il s'aligne sur la Route du Sud, où il prend la seconde place de la dernière étape.

Il prend ensuite le départ de la Grande Boucle. Ses débuts sont plutôt réussis: il finit 6e de la 1re étape et 9e le lendemain. Il n'obtient plus de performances notables par la suite, et fini dernier et hors délai lors de la première étape de montagne. Il est par conséquent éliminé et mis hors-course.

Il reprend la compétition à l'occasion du Tour de l'Avenir où il remporte une étape (devant des coureurs prestigieux comme Erik Zabel ou Fréderic Moncassin)[8] et le maillot vert du classement par point. Deux jours plus tard, il remporte son succès le plus prestigieux de la saison sur le Grand Prix d'Isbergues[9]. Son année se termine par une 14e place sur Paris-Tours, son compteur restant bloqué à 6 succès.

1994: Nouveaux succèsModifier

Lors de cette année 1994, il court pour la première fois sur un monument, à l'occasion de Paris-Roubaix, mais il finit hors délai. Il accroche son premier podium de la saison, à l'occasion de la Côte picarde. Son mois de mai est beaucoup plus fructueux, car il remporte une étape sur les Quatre Jours de Dunkerque, les 4 jours de l'Aisne, et le Tour d'Armorique.

Sur le Tour de France, il se glisse à deux reprises dans le top 10, mais abandonne lors de la 12e étape.

Sa fin de saison est moins réussie que l'année précédente: si il remporte une étape du Tour du Poitou-Charentes[10], il ne gagne pas sur le Tour de l'avenir, et ne peut faire mieux que 13e sur le Grand Prix d'Isbergues, dont il est tenant du titre. Son année se termine par une anonyme 31e place sur Paris-Tours, lui permettant de boucler sa saison avec 4 victoires.

1995: Difficultés à confirmerModifier

Cette année, Kirsipuu n'obtient pas de résultat significatif avant mai, et sa seconde place au Grand Prix de Plumelec. Il s'impose ensuite sur une étape des 4 jours de l'Aisne[11]. En revanche, il ne peut faire mieux que 4e d'étape sur la Route du Sud.

En juillet, il est au départ du Tour de France. Il parvient à accrocher une 6e place au sprint lors de la cinquième étape, mais il finira hors délai 2 jours plus tard.

Reprenant la compétition fin août sur le Tour du Poitou-Charentes, il y remporte 2 étapes. Il finit sa saison en terminant 7e du Grand Prix de Fourmies, 8e du Grand Prix d'Isbergues et 17e de Paris Tours. Il finit donc l'année avec trois victoire.

Affirmation comme l'un des meilleurs sprinteurs du monde chez Casino (1996-1999)Modifier

1996: Nouvelle année décevanteModifier

En début de saison, Kirsipuu cumule les places d'honneur, notamment sur l'Étoile de Bessèges, le Grand Prix de la ville de Rennes et Paris Nice. Après une seconde place d'étape sur le Circuit de la Sarthe, il se classe 16e de Paris Roubaix[12]. Comme l'année précédente, il se classe second du Grand Prix de Plumelec[13]. Il glane ensuite trois nouveaux top 10 sur le Grand Prix de Denain et les Quatre Jours de Dunkerque. Il faudra attendre le mois de juillet pour le voir lever les bras, à l'occasion du Grand Prix du Nord-Pas-de-Calais[14].

Il est sélectionné par l'équipe d'Estonie pour la course en ligne des Jeux Olympiques d'Atlanta, qu'il termine en 24e position[15].

Un mois plus tard, il est sur le Tour du Poitou-Charentes en vue de préparer le Tour d'Espagne. Malgré cinq top 5, dont deux podium, il ne parvient pas à accrocher la gagne, la faute aux échappés qui ont tous les jours devancés le peloton. Sur la Vuelta, il se classe 4e de la 6e étape puis, comme à l'accoutumée, il abandonne lors de la première étape de montagne.

Il conclut sa saison par une anonyme 126e place sur Paris-Tours. Il n'a donc remporté qu'un seul succès cette année la.

1997: Augmentation du nombre de victoiresModifier

Son début de saison 1997 est marqué par de nombreuses places d'honneur: deux podium sur l'Étoile de Bessèges, une seconde place d'étape sur le Tour Méditerranéen et sur la Classic Haribo, 7e du Omloop Het Nieuwsblad, ou encore deux top 5 sur Paris Nice. Il faudra attendre fin mars pour le voir remporter une victoire, à l'occasion du Grand Prix de Cholet-Pays de Loire. C'est même une réussite totale car c'est à la fois un doublé pour l'équipe Casino et l'Estonie, son coéquipier et compatriote Lauri Aus terminant 2e[16].

A la mi-avril, il obtient le meilleur résultat de sa carrière sur Paris-Roubaix en terminant 14e[17], dans un groupe pointé à 25 secondes du vainqueur, Fréderic Guesdon. Il enchaine avec une 6e place sur le Grand Prix de l'Escaut, et une 7e place sur le Grand Prix de Denain. Il s'impose à nouveau quelques jours plus tard, à l'occasion du Tour de Vendée[18].

Il en revanche moins en réussite sur les 4 jours de Dunkerque où il finit sur différentes étapes 4e, 3e et 2e, sans jamais parvenir à s'imposer. Il prendra sa revanche une semaine plus tard en remportant Paris-Mantes devant son coéquipier Stéphane Barthe[19]. Il gagne quelques semaines plus tard une étape sur le Tour du Luxembourg[20]. Il boucle sa préparation pour le Tour de France comme à son habitude, par la Route du Sud, dont il deux fois 2e d'étape.

Sur la Grande Boucle, il finit 7e de la 4e étape, mais surtout second de la 7ème étape, seulement battu par Erik Zabel[21]. Comme à son habitude il abandonne lors de la première étape de montagne, qui a lieu au 9ème jour de course.

Sa fin de saison est en revanche une grande réussite. En effet en l'espace d'un mois il remporte 2 étape du Tour du Poitou Charentes, 2 étapes du Tour de Pologne (désormais couru au niveau professionnel), et une étape du Tour des Pouilles. Même si il ne termine que 20e de Paris-Tours, ses performances lui valent d'être sélectionné pour les Championnats du monde sur lequel il sera contraint à l'abandon.

Cet exercice 1997 sera néanmoins une réussite puisqu'il cumule cette année là un total de 9 victoires.

1998: Première victoire sur un grand tourModifier

Kirsipuu s'impose dés le début de la saison 1998, à l'occasion de la 5e étape de l'Étoile de Bessèges[22]. Sur le Tour Méditerranéen, Casino passe très près de la victoire lors du Contre la montre par équipe, seulement devancé de 1 seconde par la Festina. Cette performance contribue néanmoins à permettre à ses coéquipiers Rodolfo Massi et Bo Hamburger de finir respectivement 1er et second du classement général final[23]. A titre personnel, Kirsipuu finit sur le podium de 5e étape.

Il devient le premier Estonien à remporter une étape du Tour d'Espagne[réf. nécessaire].

1999: Victoire et maillot jaune sur le Tour de FranceModifier

Début juillet, il est au départ du Tour de France au Puy du Fou en Vendée. Après un prologue terminé 59e à 40 secondes du vainqueur, l'Américain Lance Armstrong (US Postal Service), il remporte la 1re étape en ligne le lendemain à Challans en devançant le Belge Tom Steels (Mapei-Quick Step) et l'Allemand Erik Zabel (Deutsche Telekom). C'est sa première victoire sur la course, et c'est également la première victoire d'étape d'un Estonien sur la Grande Boucle. A cette occasion, il s'empare du maillot vert de leader du classement par points et remonte à la sixième place du classement général. Lors de la 2e étape qui arrive à Saint-Nazaire marquée par le vent et les bordures, il termine cette fois-là deuxième de l'étape derrière Steels mais s'empare au jeu des bonifications du maillot jaune de leader du classement général au détriment de Lance Armstrong. Il est encore une fois le premier Estonien a réaliser cette performance. Ensuite, grâce notamment à des troisièmes places d'étapes sur les 5e et 6e de cette édition, il conserve le maillot jaune jusqu'à la nouvelle victoire d'Armstrong lors du contre-la-montre de la 8e étape dessiné autour de Metz. Il porte toujours le maillot vert lors de son abandon au cours de la première étape de montagne le lendemain.

Nouveaux succès chez AG2R (2000-2004)Modifier

Saison 2000Modifier

Lors de la saison 2000, il débute sa saison en Australie lors du Tour Down Under où il termine deuxième de la dernière étape derrière Robbie McEwen (Farm Frites) et voit son coéquipier Gilles Maignan remporter le classement général. Il est ensuite au départ de l'Étoile de Bessèges en France où il remporte trois étapes au sprint, porte le maillot de leader durant trois jours et termine deuxième du classement général derrière le Belge Jo Planckaert (Cofidis). Il continue ensuite son début de saison dans le sud de la France avec le Tour méditerranéen où il gagne lors de l'étape inaugural. Il s'ensuit ensuite une victoire de la Classic Haribo lors d'un petit sprint à trois devant Laurent Brochard (Jean Delatour) et le Letton Romāns Vainšteins (Vini Caldirola-Sidermec), puis il est au départ de la première grande course par étapes de la saison, Paris-Nice. Après un bon prologue terminé sixième, il remporte ensuite la 1re étape disputée entre les villes de Sens et de Nevers devant l'Allemand Danilo Hondo (Deutsche Telekom) et Stuart O'Grady (Crédit agricole). A cette occasion, il s'empare du maillot blanc de leader du classement général au détriment de Brochard, mais ce dernier le récupère dès le lendemain. Quelques jours plus tard, il participe pour la première et dernière fois à la première grande classique de la saison, Milan-San Remo qu'il termine à la 178e place, à près de dix minutes du vainqueur, l'Allemand Erik Zabel (Deutsche Telekom).

Le Tour de France ne déroge pas à la règle puisqu'il y remporte une étape en 1999, 2001, et 2004. Il est d'ailleurs à ce jour le seul vainqueur estonien sur le Tour. En outre, il a porté épisodiquement le maillot jaune (notamment pendant six jours en 1999) et le maillot vert du Tour. Mais en douze participations, il n'a jamais terminé le moindre Tour de France, ses capacités en montagne étant trop limitées. Il n'a pas plus terminé les deux Tours d'Espagne ni le Tour d'Italie qu'il a disputés.

18 victoires UCI (2001)Modifier

Nouvelle victoire d'étape sur le Tour de France (2002)Modifier

Il s'impose lors de la cinquième étape en échappée[24]

Saison 2003Modifier

Dernière saison chez AG2R (2004)Modifier

Fin de carrière au Crédit Agricole (2005-2006)Modifier

Le , lors du Paris-Tours, il arrête sa carrière. Au total, il a remporté 125 victoires professionnelles dans sa carrière en 13 ans.

Retour chez les amateurs (2007-2008)Modifier

On peut le voir courir des courses régionales et son championnat national qu'il remporta encore en 2008 à 38 ans.

Seconde carrière en Asie (2008-2012)Modifier

Il décide fin 2008 de reprendre le vélo un peu plus intensivement au sein de l'équipe amateur Geofco-Jartazi, puis de l'équipe continentale malaisienne LeTua. En 2010, il signe avec la nouvelle équipe CKT TMIT-Champion System en tant que professionnel.

Il est non-conservé par Champion System fin 2012.

Après carrièreModifier

Fin novembre 2012, il est désigné directeur sportif de l'équipe UCI World Tour Astana.

Palmarès sur routeModifier

Par annéesModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Jaan Kirsipuu a la particularité de n'avoir terminé aucun des 15 grands tours qu'il a commencé, un record à ce niveau[25].

Tour de FranceModifier

12 participations

Tour d'ItalieModifier

1 participation

  • 2005 : non-partant (13e étape)

Tour d'EspagneModifier

2 participations

Classements mondiauxModifier

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Classement ProTour 153e[26]
UCI Africa Tour 22e[27]
UCI Asia Tour 117e[28] 69e[29] 71e[30]
UCI Europe Tour 302e[31] 282e[32] 184e[33] 207e[34] 243e[35] 648e[36]
UCI Oceania Tour 17e[37]

Palmarès en VTTModifier

  • 2009
    •   Champion d'Estonie de VTT-Marathon

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 1er janvier 2009 au 11 juin 2009
  2. Du 1er septembre 1992 au 31 décembre 1992
  3. Du 12 juin 2009 au 31 décembre 2009

RéférencesModifier

  1. « Most stage wins | ProCyclingStats », sur www.procyclingstats.com (consulté le )
  2. « Most stage wins | ProCyclingStats », sur www.procyclingstats.com (consulté le )
  3. « Most stage wins | ProCyclingStats », sur www.procyclingstats.com (consulté le )
  4. « Ses différentes équipes professionnelles », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le )
  5. « Jaan Kirsipuu n'a peur de rien sauf de la montagne », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  6. « 1993 Scheldeprijs », sur FirstCycling.com (consulté le )
  7. « 1993 4 Jours de Dunkerque », sur FirstCycling.com (consulté le )
  8. « 1993 Tour de l'Avenir », sur FirstCycling.com (consulté le )
  9. « 1993 GP d'Isbergues », sur FirstCycling.com (consulté le )
  10. « 1994 Poitou-Charentes », sur FirstCycling.com (consulté le )
  11. « 1995 Quatre Jours de I'Aisne », sur FirstCycling.com (consulté le )
  12. « 1996 Paris-Roubaix », sur FirstCycling.com (consulté le )
  13. « 1996 GP de Plumelec-Morbihan », sur FirstCycling.com (consulté le )
  14. « 1996 GP du Nord Pas de Calais », sur FirstCycling.com (consulté le )
  15. « 1996 Olympic Games RR », sur FirstCycling.com (consulté le )
  16. « 1997 GP Cholet - Pays De Loire », sur FirstCycling.com (consulté le )
  17. « 1997 Paris-Roubaix », sur FirstCycling.com (consulté le )
  18. « 1997 Tour de Vendée », sur FirstCycling.com (consulté le )
  19. « 1997 Paris - Mantes », sur FirstCycling.com (consulté le )
  20. « 1997 Tour de Luxembourg », sur FirstCycling.com (consulté le )
  21. « 1997 Tour de France », sur FirstCycling.com (consulté le )
  22. « 1998 Étoile de Bessèges », sur FirstCycling.com (consulté le )
  23. « 1998 Tour Méditerranéen », sur FirstCycling.com (consulté le )
  24. « Kirsipuu dans un autre registre », sur ladepeche.fr (consulté le )
  25. Most DNFs in grands tours
  26. « Classement ProTour 2005 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le )
  27. (en) « UCI Africa Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  28. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  29. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  30. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  31. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le )
  32. « Classements Route UCI 2007 - 2008 - 10/17/2008 - Classements finaux des Circuits Continentaux UCI - Classement Individuel - Hommes Elite et Moins de 23 ans - Europe Tour », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le )
  33. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  34. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  35. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  36. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )
  37. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le )

Liens externesModifier