Gratte-ciel

immeuble de grande hauteur

Un gratte-ciel ou tour est un bâtiment de très grande hauteur. Il n'existe pas de définition officielle ni de hauteur minimale à partir de laquelle un immeuble est qualifié de gratte-ciel, cette dernière notion étant essentiellement relative : ce qui est perçu comme gratte-ciel peut varier fortement en fonction de l’époque ou du lieu. Toutefois, la société allemande Emporis qui recense les gratte-ciel de la planète considère qu'un gratte-ciel est un édifice composé de plusieurs étages et qui mesure au moins 100 mètres de hauteur[1]. Pour les gratte-ciel d'au moins 300 mètres de hauteur, les anglophones utilisent le terme de « supertall » et de « megatall » pour les gratte-ciel d'au moins 600 mètres de hauteur[2].

Le Taipei 101, le plus grand gratte-ciel du monde de 2004 à 2010, culminant à 509,2 m, à Taipei, Taïwan.
La Tour Shanghai, 3e plus grand du monde, culminant à 632 m et à Shanghai.
La Tour Shanghai, 2e plus grand du monde, culminant à 632 m, à Shanghai, Chine.
Le One World Trade Center à New York est le plus haut immeuble du continent américain avec sa flèche, et 3e pour sa structure.

Par ailleurs, ne sont pas considérées[3] comme gratte-ciel certaines tours comme la tour Eiffel (1889), car il s'agit d'une tour d'observation et non pas d'un immeuble constitué d'une juxtaposition d'étages.

Étymologie et linguistique modifier

Le substantif masculin[4],[5],[6] « gratte-ciel », composé de « gratte », forme conjuguée de « gratter », et de « ciel »[4], est un calque[5],[6],[7] de l'anglais américain[6],[4],[5],[7] « sky-scraper », lui-même composé de « sky » (« ciel ») et de « scraper » (« qui gratte »)[5].

Le terme est défini comme invariable avant les rectifications orthographiques du français en 1990, mais s'accorde au pluriel « gratte-ciel » selon ces rectifications, comme les noms communs composés ; les deux orthographes sont donc correctes[8].

Le terme « skyscraper » date de 1891[réf. nécessaire] et provient du vocabulaire maritime[réf. nécessaire] tandis que « gratte-ciel » date de 1911[9].

Histoire modifier

 
Comparaison de hauteur entre les plus hauts bâtiments du monde en 1896.
 
phare d’Alexandrie 135 mètres.

Il existe depuis l'antiquité des bâtiments de grande hauteur. Généralement, il ne s'agit pas d'immeubles d'habitation, mais plutôt de monuments. Ainsi, la pyramide de Khéops, dont la hauteur atteint presque 150 mètres, est un tombeau. On peut citer aussi le phare d'Alexandrie (135 mètres) ou les ziggourats de Babel ou encore la tour Hassan (44 mètres) à Rabat. Au Moyen Âge, les flèches de certaines cathédrales dépassent aisément les 100 mètres de hauteur comme celles de Strasbourg (142 mètres), Rouen (151 mètres, dont la flèche fut construite au XIXe siècle), et de Lincoln (160 mètres avant son effondrement).

Parmi les plus anciens immeubles d'habitation de haute taille, on peut citer le donjon du château de Vincennes, construit au XIVe siècle et qui, mesurant 50 mètres de hauteur, est actuellement le plus grand d'Europe, ou bien le donjon du château de Coucy, construit au XIIIe siècle et qui, mesurant 54 mètres de hauteur, fut le plus grand d'Europe pendant près de 7 siècles jusqu'à sa destruction en 1917. De nombreuses tours de fonction militaire ou nobiliaire furent construites durant le Moyen Âge à Bologne en Italie. Selon les estimations, il y aurait eu de 80 à 100 tours de ce genre à Bologne. La plus haute ayant résisté au temps est la tour Asinelli (97,2 mètres).

Le gratte-ciel, à proprement parler, naît aux États-Unis vers la fin du XIXe siècle. La reconstruction de Chicago après le grand incendie de 1871 a permis l’émergence d’une nouvelle approche de la construction d’immeubles afin de réduire les coûts liés à l'augmentation du prix des terrains. Il fallait trouver un moyen pour se protéger en même temps de l'eau (surélévation) et du feu (ossature en acier et non plus de bois), ce moyen devait être rapide, solide, facile d'assemblage. C'est ainsi que William Le Baron Jenney fut amené à élaborer un système de structure interne sur laquelle repose tout l'édifice, le mur extérieur n’ayant plus rien à porter. Ce travail était basé sur ceux de Viollet le Duc[10]. Il tira également parti de l'invention de l'ascenseur mécanique et notamment de l'ascenseur de sécurité par Elisha Otis. Les premiers architectes de ce que l'on a appelé plus tard l'École de Chicago, comme Daniel Burnham, Louis Sullivan ou encore John Wellborn Root, ont créé par leurs œuvres et par leur influence un modèle de développement urbain qui a caractérisé toutes les villes américaines au XXe siècle.

 
Inauguré en 1885 à Chicago, le Home Insurance Building est considéré comme le premier gratte-ciel de l'histoire de l'architecture.

Il est difficile de dire quel fut le premier gratte-ciel de l’Histoire. Ce « titre » est disputé entre le New York Tribune Building, dessiné par Richard Morris Hunt (New York, 1875, 79 mètres), et le Home Insurance Building (Chicago, 1885). Leroy Buffington disait aussi avoir inventé le gratte-ciel en 1880 à la suite d'une idée qui lui avait été suggérée par les Conférences sur l'architecture de Viollet-le-Duc[11]. Ce qui ne fait aucun doute en revanche, c'est le grand concours de construction de gratte-ciel entre New York et Chicago dès la fin du XIXe siècle. New York commence son développement en matière de gratte-ciel avec la construction du New York World Building (94 mètres). C’est une course au plus haut building qui commence : Manhattan Life Insurance Building (1894, 106 mètres), le Park Row Building (1899, 119 mètres), puis la Metropolitan Life Tower franchit la barre des 200 m en 1909, mais est finalement dépassée par le Woolworth Building (1913, 241 mètres). Le mouvement se poursuit après la Première Guerre mondiale par le 40 Wall Street, mais surtout par le Chrysler Building puis l'Empire State Building qui atteint 381 mètres, en 1931.

Arrêté par la crise économique des années 1930, le mouvement de construction de gratte-ciel reprend dans les années 1960, à New York et à Chicago et, à un moindre niveau, dans d'autres villes du monde. Les tours jumelles du World Trade Center (WTC) à New York deviennent le plus haut gratte-ciel du monde en 1973 avec 417 mètres, elles sont dépassées la même année par l'achèvement de la Willis Tower (connue sous le nom de « Sears Tower » jusqu'en 2009) à Chicago qui mesure 442,3 m. C'est une véritable bataille qui est engagée entre ces deux villes.

Près de 10 %[12] des monteurs d'acier (en) (en anglais « iron worker », ouvrier qui rivette les poutres suspendues dans le vide à l'aide de clés à mâchoire) appartiennent à la tribu des Mohawks[13], les autres étant principalement des Terre-Neuviens d’origine irlandaise ou des descendants d'immigrants venus d’Allemagne ou de Norvège. Un mythe tenace, popularisé par des œuvres comme High Steel de Don Owen, Spudwrench : l'homme de Kahnawake d'Alanis Obomsawin, Pardon aux Iroquois, Les Mohawk, Charpentiers de l'acier d'Edmund Wilson, ou les photographies de Lewis Wickes Hine, veut que ces bâtisseurs de charpentes métalliques se recrutent dans ces populations qui auraient une insensibilité naturelle au vertige[14].

Dans les années 1990, et surtout 2000, la construction de gratte-ciel reprend avec vigueur. C'est en Asie, dans des régions à forte croissance économique, que le développement est le plus spectaculaire. De nombreuses tours ont vu le jour ou sont en construction dans le monde chinois. La Taipei 101, inaugurée en 2004 à Taïwan était, à l'époque de sa construction, le plus haut gratte-ciel achevé du monde. Les pays du Golfe, et spectaculairement les Émirats arabes unis, ont également multiplié les constructions. La Burj Khalifa a atteint, le , sa hauteur finale de 828 mètres[15], tandis que la Kingdom Tower en construction à Djeddah (Arabie saoudite) devrait atteindre plus de 1 000 mètres.

Construction modifier

Tour traditionnelle modifier

Les gratte-ciel sont traditionnellement construits sous forme d’une tour monolithique organisée autour d’un noyau central comprenant notamment les voies de circulation verticale (escaliers, ascenseurs) et les réseaux (eau, électricité, communications…). La structure porteuse peut être concentrée dans ce noyau central, ou répartie sur des piliers. Certains édifices ont également bénéficié d’une armature entièrement métallique. En matière de construction, il y a une rivalité entre les tenants de la construction en béton, plus résistant au feu, et les tenants de la construction en acier. À l'origine, les gratte-ciel avaient une structure en acier, les murs n'étant pas porteurs. Pour les très grandes hauteurs, l'acier est souvent préféré, car le béton devient trop lourd, manque de flexibilité et n'est pas assez résistant. Cependant, des bétons haute résistance ont été progressivement mis au point. Ainsi, pour pouvoir édifier la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa, la filiale BTP de Samsung a mis au point un béton capable de supporter une pression de 800 kg au centimètre carré. 330 000 mètres cubes de béton auront été utilisés pour cette tour[16].

La concentration des circulations en un point du bâtiment pose le problème de son évacuation en cas d’urgence si ces circulations sont rendues impraticables (notamment à cause d’un incendie). De la même manière, la concentration des structures porteuses peut rendre le bâtiment vulnérable si elles sont endommagées. Un autre problème rencontré est l’éclairage des zones les plus centrales : au-delà d’une certaine distance, la lumière naturelle n’est plus suffisante pour qu’on puisse se passer d’éclairage artificiel.

Dans les zones hautement sismiques, comme le Japon, la construction d'immeubles de grande hauteur pose de redoutables problèmes de sécurité. Des systèmes complexes de vérins et de balanciers permettent aux immeubles de garder leur stabilité en cas de séismes.

La construction d'un gratte-ciel de 100 à 150 m de hauteur dure de 2 à 3 ans en général mais peut être plus rapide. Ainsi l'Empire State Building à New York, haut de 381 mètres et terminé en 1931, a été construit en un an et 45 jours. La Burj Khalifa à Dubaï (plus haute tour du monde avec 828 mètres) a nécessité 6 ans de travaux de à . Il arrive souvent que les travaux s'arrêtent du fait de difficultés financières et qu'ils s'étalent sur une ou plusieurs décennies. Ainsi la construction de la Blue Tower à Varsovie a nécessité 26 années. En Chine les travaux de l'une des plus hautes tours du pays, le Shanghai World Financial Center de Shanghai, ont duré de 1997 à 2008 du fait d'une interruption de plusieurs années.

La durée de vie d'un gratte-ciel peut dépasser les 100 ans. Ainsi, les gratte-ciel de New York construits durant les années 1890 existent toujours à ce jour, du moins les plus hauts. La plupart du temps, un gratte-ciel n'est détruit que pour faire place à un immeuble plus élevé.

Styles modifier

Les styles architecturaux dans lesquels ont été construit les gratte-ciel ont changé au fil des décennies, changent selon certains pays et certaines grandes agglomérations. Ainsi par exemple les gratte-ciel de Chicago sont souvent différents de ceux de New York (moins fins, plus symétriques, moins hauts) y compris pour ceux construits aux mêmes périodes (d'après l'examen des diagrammes du site SkyscraperPage).

 
L'Empire State Building à New York (États-Unis) est un gratte-ciel de style Art déco.
 
La Willis Tower à Chicago (États-Unis) est un gratte-ciel de style international.

Nouvelles perspectives modifier

Tour polycentrique modifier

Une approche plus récente cherche à rompre avec la conception classique monolithique, et propose d’organiser le bâtiment sous forme de modules constitués autour de plusieurs noyaux de circulations verticales. Chaque noyau deviendrait le point central d’une plus petite entité tout en constituant une sorte de « super-pilier » de l’ensemble. Les promoteurs de ce type de construction indiquent qu’un tel édifice serait moins susceptible de s’effondrer si l’un de ces piliers était endommagé, tout en vantant une capacité d’évacuation largement améliorée. Les espaces utiles du bâtiment sont répartis sous forme de « grappes » sur les piliers pour bénéficier au maximum de la lumière naturelle. De plus, un incendie survenant dans l’un des modules aurait peu de chances de se propager à d’autres zones de l’immeuble. La principale limitation de cette approche devient alors une occupation plus faible du volume total alloué au bâtiment. Ce concept n’a cependant pas encore été appliqué.

Gratte-ciel à prétentions écologiques modifier

 
La Hearst Tower à New York est un gratte-ciel prétendument écologique qui possède un système de récupération et de recyclage de l'eau.

Depuis quelques années, il y a une très forte tendance à construire des immeubles qui s'inscrivent dans une démarche de développement durable. Ainsi, sur certains gratte-ciel on trouve désormais des éoliennes, des panneaux solaires, des systèmes de récupération et de recyclage de l'eau, et aussi la présence de végétaux.

Parmi les gratte-ciel annoncés écologiques construits ou en projet :

Il y a des normes dans ce domaine telles que la norme HQE (Haute qualité environnementale) en France ou la norme LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) aux États-Unis.

Parallèlement, de nombreux ouvrages formulent une vive critique des constructions de grande hauteur en pointant leurs consommations en énergies et leur très faible résilience par exemple le livre Désastres urbains, Les villes meurent aussi de Thierry Paquot, paru en 2015. Les communications affichées par les promoteurs des tours sont donc à relativiser dans le cadre du vif débat opposant pro et anti-gratte ciels.

Hauteur maximale théorique modifier

La hauteur théorique maximale est estimée à plusieurs kilomètres de haut[17]. D'après William Baker, « meilleur ingénieur en structure chez Skidmore, Owings et Merrill et ayant travaillé avec Smith sur le Burj Khalifa », un bâtiment pourrait théoriquement être construit au moins aussi haut que 8 849 mètres, soit un mètre de plus que le mont Everest[17].

Plus le bâtiment est haut plus la base doit être étendue[17]. Une base large présente deux inconvénients, il faut un terrain plus grand et cela entraîne d'énormes surfaces au cœur de la tour qui ne reçoivent pas la lumière du jour et sont donc moins attrayantes[18]. Pour ces raisons, les immeubles de grande hauteur ne sont financièrement intéressants que jusqu'à une hauteur d'environ 200 mètres[18].

Le développement de nouveaux matériaux tels que des bétons à haute résistance et des aciers extrêmement résistants a repoussé les limites de la construction des gratte-ciel. Les experts considèrent en 2020 que des gratte-ciel de plus de 1600 mètres sont tout à fait réalisables. S'il s'agissait simplement d'ériger une colonne de béton, 4000 mètres seraient possibles sans que la structure s'effondre sous son propre poids, ou même 9000 mètres en utilisant de l'acier[18].

Au Japon, les ingénieurs et les architectes ont imaginé des tours de plusieurs milliers de mètres de hauteur à l'image de la X-Seed 4000 qui comprendrait 800 étages sur 4 000 mètres.

Principaux concepteurs mondiaux modifier

Les principaux cabinets d’architecture ou d’ingénierie qui conçoivent aujourd’hui des gratte-ciel de très grande hauteur sont :

Cabinets d'architecture américains modifier

 
Hearst Tower (Charlotte) conçue par Smallwood Reynolds Stewart.

Cabinets d'architecture européens modifier

 
30 St Mary Axe à Londres, conçu par Norman Foster.

Cabinets d'architecture asiatiques modifier

 
Mode Gakuen Cocoon Tower à Tokyo conçue par Tange Associates.

Économie modifier

La construction d’un gratte-ciel est très liée à la bonne santé économique de la ville ou de la région dans laquelle il est construit. Construire un gratte-ciel de 100 étages coûte plus cher que construire deux tours équivalentes de cinquante étages[20], principalement car sa durée de construction est deux fois plus longue, avec une plus forte immobilisation du capital. Les intérêts financiers peuvent représenter 40 % du coût de construction d’une tour de très grande hauteur[20].

En 1975 parait l'article "La dialectique de l'absurde – Vie et mort des gratte-ciel" rédigé par Manfredo Tafuri et publié en France dans la revue Architecture d'Aujourd'hui n°178 :

« par le fait même qu'il incarne les lois de l'économie concurrentielle et, par la suite, du système des "corporations", le gratte-ciel devient instrument - et non plus "expression" - d'une politique économique, sa valeur propre ne se définissant qu'en référence à cette politique. »

Le coût de construction d'une tour de 200 mètres de hauteur est le double de celui d'un immeuble classique de bureaux ; 4 000 euros HT/m² contre 2 000 euros. Ce surcoût s'explique par la nécessité de mettre davantage de matériaux pour résister au vent et au poids et aussi du fait de la nécessité de devoir monter ces matériaux très haut. Le respect des normes de consommation énergétique pour les très hautes tours est aussi très difficile. De plus une tour coûte en charge 20 à 30 % de plus, notamment du fait des ascenseurs et du coût de la sécurité[21].

Selon Adrian Smith, architecte américain et l’un des principaux concepteurs de gratte-ciel, la construction d’un bâtiment de très grande hauteur est donc difficilement voire rarement rentable[20]. Pour cela, il faut être extrêmement vigilant à l’immobilisation du capital, à l’utilisation finale des locaux et surtout au contrôle des terrains aux alentours. En effet, la construction d’une très grande tour donne de la valeur au quartier environnant comme cela s’est produit par exemple avec le secteur de Pudong à Shanghai (Jin Mao Tower) ou à Canary Wharf à Londres (Tour Radden). La rentabilité économique d’une tour de très grande hauteur est donc à replacer dans une rentabilité globale sur plusieurs années d’un quartier ou d’une ville. D’où l’émergence des plus hautes tours actuelles dans des villes en plein développement, à la recherche de notoriété ou de visibilité et dans un pays ou région avec d’importants capitaux disponibles comme c’est le cas pour les émirats pétroliers du Golfe ou les provinces maritimes chinoises.

La construction d’un bâtiment de grande hauteur permettait aussi à l’entreprise qui l’occupait une rationalisation de son activité en regroupant tous ses salariés en un même lieu et une augmentation de sa notoriété et de son image. Ce fut le cas de la Willis Tower à Chicago ou des tours Petronas à Kuala Lumpur[20]. Le coût total d'un gratte-ciel de plus de 150 mètres de hauteur atteint souvent plusieurs centaines de millions de dollars et peut en atteindre plusieurs milliards.

Quelques exemples[22] :

La société Emporis a par ailleurs dressé une liste de bâtiments les plus coûteux de l'histoire. Parmi les gratte-ciel il y a[24] :

  1. One World Trade Center, New York, 541 m, 104 étages, 2014, 3,9 milliards de $
  2. The Shard, Londres, 306 m, 73 étages, 2013, 1,9 milliard de $
  3. The Palazzo, Las Vegas, 196 m, 53 étages, 2007, 1,9 milliard de $
  4. Taipei 101, Taipei, Taïwan, 509 m, 101 étages, 2004, 1,76 milliard de $
  5. Burj Khalifa, Dubaï, 828 m, 163 étages, 2010, 1,5 milliard de $
  6. Bank of America Tower, New York, 366 m, 56 étages, 2009, 1 milliard de $
  7. Chifley Tower, Sydney, Australie, 241 m, 50 étages, 1992, 1 milliard de $
  8. Niagara Hilton Phase 2, Niagara Falls, Canada, 177 m, 58 étages, 2009, 1 milliard de $
  9. SunTrust Financial Centre, Tampa, États-Unis, 160 m, 36 étages, 1992, 1 milliard de $

Il arrive parfois que les travaux soient interrompus pour des raisons financières. Lors de la crise financière d'automne 2008, les travaux ont ainsi été interrompus sur la Tour de Russie à Moscou et sur la Chicago Spire à Chicago.

Crises financières modifier

Une étude de la banque Barclays a relevé que l'apogée de la construction de gratte-ciel coïncidait souvent avec une période de crise économique. Ainsi l'achèvement de la construction de l'Empire State Building et du Chrysler Building en 1930/1931 coïncide avec la grande crise économique des années 1930.

L'achèvement des tours jumelles du World Trade Center et de la Willis Tower aux États-Unis en 1973/1974 coïncide avec le début de la crise économique des années 1970. La fin de la construction des tours Petronas en Malaisie et de la Baiyoke Tower II en Thaïlande en 1997, plus hautes tours de ces pays et de la région, a coïncidé avec le début de la crise économique asiatique de 1997. La construction de la plus haute tour du monde à Dubaï en 2010 a coïncidé à un mois près à une grave crise économique dans la ville-État[25].

Cela peut s'expliquer par le fait que la construction des plus hautes tours symbolise les excès des périodes de boom économique auxquelles succèdent des périodes de crise (cycle économique), le cycle étant particulièrement marqué dans l'immobilier, une activité d'investissement comme la construction aéronautique ou la construction navale

Variations géographiques modifier

Amérique du Nord modifier

 
L'Aon Center, la Trump Tower et la Willis Tower depuis l'observatoire 360° Chicago du 875 North Michigan Avenue à Chicago (États-Unis).
 
Le quartier d'affaires de Midtown depuis le 86e étage de l'Empire State Building, dans l'arrondissement de Manhattan à New York (États-Unis).

Le gratte-ciel était devenu un symbole des États-Unis, son pays d'origine. C'est là que se trouvait la majorité des plus hauts immeubles mondiaux jusqu'aux années 1980. Chicago et New York, sont aujourd'hui comme hier les deux villes du continent où la densité de gratte-ciel est la plus élevée, mais la plupart des grandes villes possèdent désormais un quartier d'affaires (Central business district) comprenant plusieurs tours relativement hautes. Les constructions, qui avaient connu une éclipse durant les années 1940 et 1950, sont vigoureusement reparties dans les années 1960 et ont connu leur apogée dans les années 1980, notamment dans les États du Sud. Le rythme des constructions a diminué dans les années 1990 avant de repartir aujourd'hui. Le rythme de constructions nouvelles est actuellement bien inférieur à celui de l'Asie, mais assez soutenu tout de même, et ce, en dépit du traumatisme qu'a représenté la destruction des tours jumelles du World Trade Center à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Les constructions se concentrent aujourd'hui dans les agglomérations de New York, Chicago, Las Vegas et en Floride. Depuis le début des années 1990, l'agglomération de Miami (Floride) connaît ainsi un important renouvellement urbain. Beaucoup d'immeubles de grand luxe donnant sur la mer y sont construits pour accueillir notamment les retraités du nord des États-Unis, mais aussi des investisseurs étrangers. Parmi les gratte-ciel de Miami, on peut noter les tours Blue and Green Diamond à Miami Beach, le Trump Royale à Sunny Isles Beach, le Jade at Brickell Bay, la Portofino Tower à Miami Beach, le Trump international Sonesta Beach Resort à Sunny Isles Beach. Le grand magnat de l'immobilier, Donald Trump, est assez présent dans ces constructions avec des associés locaux. Miami est désormais l'agglomération américaine qui comprend le plus de gratte-ciel après New York et Chicago et devant Houston. Les gratte-ciel de l'agglomération de Miami sont souvent très récents, sur les 50 immeubles les plus hauts de l'agglomération, 43 ont été construits depuis l'an 2000.

Beaucoup de gratte-ciel se sont construits ces dernières années dans les autres villes de Floride comme Jacksonville, Orlando, Tampa, St Petersburg. De nombreux gratte-ciel sont également en construction ou en projet à Las Vegas, une ville en plein boom. Ces immeubles sont souvent associés à des casinos et sont de taille gigantesque. Le plus haut immeuble de la ville est The Palazzo inauguré en 2007 et qui mesure près de 200 mètres. Des tours impressionnantes y ont été construites, telles que la Planet Hollywood Towers. Au Texas, il y a de très grands gratte-ciel à Houston et dans l'agglomération de Dallas. Ils remontent dans une large mesure au début des années 1980 et au boom du pétrole. Certains approchent ou dépassent les 300 mètres de hauteur comme c'est le cas de la JPMorgan Chase Tower. À l'époque, un nombre excessif de tours ont été construites, ce qui a provoqué la faillite de nombreuses banques qui les ont financées et un faible nombre de constructions pendant de longues années.

À un moment, la Federal Aviation Administration, l'autorité fédérale américaine de l'aviation civile, a interdit la construction d'immeubles de plus de 600 mètres[20]. Donald Trump, l'un des plus grands promoteurs mondiaux de gratte-ciel, qui envisageait la construction d'un immeuble de cette hauteur avant les attentats du , a abandonné de peur que cette nouvelle tour ne devienne une cible[20]. Dans l'ensemble, beaucoup de gratte-ciel américains se caractérisent par une très grande recherche esthétique, comme c'est par exemple le cas de la Hearst Tower, et des représentants du style de toutes les époques.

Au , les villes des États-Unis où il y avait le plus de gratte-ciel sont[26] :

Rang Ville Nombre de gratte-ciel
1 New York 682
2 Chicago 302
3 Miami 88
4 Houston 85
5 San Francisco 74
6 Honolulu 63
7 Los Angeles 58
8 Atlanta 56
9 Las Vegas 51
10 Philadelphie 49

Au Canada, bien que l'espace ne manque pas, de nombreuses villes ont choisi de se développer verticalement. C'est le cas de Montréal, Vancouver, Calgary, Edmonton et surtout Toronto, une agglomération qui compte près de 400 tours d'au moins 100 m de hauteur avec des gratte-ciel tels que la Scotia Plaza, le One King Street West, la Canada Trust Tower.

Au Mexique, malgré le risque sismique, de nombreux gratte-ciel ont été construits récemment dans la capitale Mexico ainsi qu'à Monterrey. Dans cette ville se trouve le plus haut gratte-ciel du Mexique, la T.Op Torre 1, un "supertall" haut de 305 mètres achevé en 2020. Parmi les gratte-ciel notables de Mexico, on note la Corporativo Santa Fe 505, la Torre Empresarial Altiva.

Amérique du Sud modifier

En Amérique du Sud, la construction de gratte-ciel est en plein essor au Brésil surtout depuis les années 1990 ainsi qu'au Panama. À Panama, il y a une extraordinaire frénésie de construction avec plus de 350 gratte-ciel d'au moins 100 mètres de hauteur en 2022 [27]. Panama a l'une des plus fortes croissances économiques d'Amérique latine depuis l'an 2000 et la ville accueille beaucoup de retraités d'Amérique du Nord qui veulent profiter du soleil et d'une monnaie indexée sur le dollar américain. La conception des gratte-ciel de Panama - due parfois à des architectes locaux- est souvent audacieuse, comme c'est le cas du JW Marriott Panama haut de 293 mètres (le plus haut du pays) ou de la Bahia Pacifica.

Au Venezuela, à Caracas, on peut voir les tours jumelles du Complexe du Parque Central de 225 m de haut, construites en 1979 et 1984, mais la grave crise économique que traverse le pays a interrompu les constructions de gratte-ciel depuis 2013.

Les gratte-ciel du Brésil se caractérisent par leur faible hauteur. Beaucoup de gratte-ciel brésiliens se concentrent à São Paulo, qui est la ville d'Amérique latine qui en comprend le plus, même si comme dans la plupart des autres villes du pays il n'y a pas de gratte-ciel qui y atteigne 200 mètres de haut du fait de la règlementation. Cependant la ville balnéaire de Balneario Camboriu fait exception et comprend des gratte-ciel de plus de 200 mètres de hauteur comme les Yachthouse Residence Club, les plus hauts gratte-ciel du Brésil (de par la hauteur du toit) qui ont été inaugurés en 2022.

Au Chili s'impose la plus haute tour d'Amérique du Sud, la Torre Gran Costanera qui a une hauteur de 300 mètres. À noter que son concepteur est César Pelli, qui l'un des plus grands architectes de la planète, d'origine argentine. La plupart des gratte-ciel se situent dans la capitale Santiago.

En Argentine, malgré les difficultés économiques (inflation, dévaluations) de nombreux gratte-ciel ont été construits essentiellement depuis les années 1970 dont la très grande majorité à Buenos Aires, où se situe la plus haute tour du pays, la Alvear Tower Puerto Madero inaugurée en 2019 et haute de 235 mètres. Buenos Aires comprend en 2022 plus de 130 gratte-ciel [28].

Caractéristique rare, on trouve en Amérique du Sud des gratte-ciel très anciens, construits dans les années 1940 tel l' Altino Arantes à São Paulo et même dans les années 1920 (Palacio Barolo à Buenos Aires).

Asie de l'Est modifier

 
District de Xinyi, nouveau quartier d’affaires de Taipei (Taïwan), en développement depuis les années 1990.

Sauf dans quelques villes, le développement des gratte-ciel y est assez récent, mais de grande ampleur. C'est à Taïwan, Singapour, Hong Kong et au Japon que furent créés les premiers très hauts immeubles de la région. Au Japon, le manque de place a poussé à la construction en hauteur, mais les risques sismiques imposaient d’importantes contraintes techniques. De ce fait, la construction de gratte-ciel y était très limitée jusque dans les années 1980. Mais l'explosion du prix des terrains durant la décennie et la libéralisation des règles de l'urbanisme ont entraîné une très grande vague de constructions depuis les années 1990, avec des immeubles tels que la Landmark Tower située dans la banlieue de Tokyo à Yokohama, de 293 m de hauteur — ce qui en fait l'un des immeubles les plus haut du Japon, après le Tokyo Skytree.

Hong Kong est historiquement la ville du gratte-ciel dans le monde chinois, et elle est la ville comptant le plus d’immeubles de très grande hauteur dans le monde. On y compte plus de 3 000 immeubles d'une hauteur supérieure ou égale à 30 étages. Le plus haut gratte-ciel de la ville est l'International Commerce Centre de 484 m de hauteur. Les constructions se sont surtout multipliées à partir des années 1980. La prospérité et surtout le manque d’espace expliquent ce phénomène, puisqu'un peu plus de 7 millions de personnes vivent sur 1 000 km2. Parmi les gratte-ciel emblématiques de la ville, on compte le Two International Finance Center, la tour de la Banque de Chine, la Cosco Tower, le United Centre, le 1 Ho Man tin Hill Road.

Le mouvement de construction continue à Hong Kong, mais il s’est surtout étendu à d’autres villes chinoises, où il est stimulé par la forte croissance urbaine et l’expansion économique. Les gratte-ciel sont un symbole de la réussite économique de villes telles que Shenzhen, Shanghai, Canton, Pékin ou Chongqing et beaucoup ont une esthétique spectaculaire, comme la Porte de l'Orient à Suzhou près de Shanghai, la Wuhan World Trade Tower dans le centre du pays ou encore le Moresky 360 à Wuxi. Les gratte-ciel chinois sont pour la plupart très récents. À l'exception de ceux situés à Hong Kong, quasiment aucun n'est antérieur à 1980.

Certains projets très importants ont été réalisés en Corée du Sud, comme la Lotte World Tower haute de 556 mètres achevée en 2017 et qui est non seulement le plus haut gratte-ciel du pays mais aussi l'un des plus hauts du monde [29]. La plupart des gratte-ciel se concentrent à Séoul, une des villes de la planète qui en comporte le plus, ainsi qu'à Busan. En Corée du Nord se trouve l'un des bâtiments les plus hauts de la planète, l'Hôtel Ryugyong, haut de 330 mètres sur 105 étages, en phase d'achèvement après une longue période d'interruption.

À Taïwan, les gratte-ciel se concentrent essentiellement dans les trois plus grandes villes du pays, la capitale Taipei, Kaohsiung dans le sud et Taichung dans le centre du pays. À Taipei se trouve le Taipei 101 qui, lors de son inauguration en 2004, était le plus haut gratte-ciel du monde. Ses ascenseurs étaient également, à ce moment-là, les plus rapides du monde. À Kaohsiung figure un gratte-ciel exceptionnel, la Tuntex Sky Tower de 348 m de hauteur achevé en 1997. Il est représentatif d'un style de gratte-ciel que l'on rencontre souvent à Taiwan ; des formes symétriques avec une grande recherche esthétique et souvent des références aux styles art-déco et beaux-arts français.

Aux Philippines, la quasi-totalité des centaines de gratte-ciel du pays se concentrent dans l'agglomération de Manille, la capitale, et notamment dans la ville de Makati ou se concentrent beaucoup de sièges sociaux d'entreprises philippines.

Au Vietnam, il y a plusieurs centaines de gratte-ciel, tous récents, qui se concentrent essentiellement à Hô Chi Minh-Ville (Saïgon) et surtout Hanoï. C'est dans cette ville que se trouve la Tour de Keangnam Hanoï Landmark inaugurée en 2012 et qui, avec ses 336 mètres, était alors la tour la plus haute du pays. Celle-ci se trouve maintenant à Hô Chi Minh-Ville, il s'agit du Landmark 81 et de ses 461 mètres de haut.

En Thaïlande, la très grande majorité des gratte-ciel se concentrent à Bangkok où ils se comptent par centaines et à Pattaya. A Bangkok figurent plusieurs gratte-ciel de plus de 300 m de hauteur dont la Baiyoke Tower II, haute de 304 mètres (hors antenne), achevée en 1997, à la fin d'une période de croissance économique record, pendant laquelle de très (voire trop) nombreuses tours ont été construites.

La Malaisie a détenu pendant plusieurs années le titre du plus haut gratte-ciel du monde, avec les tours jumelles Petronas Twin Towers à Kuala Lumpur, construites en 1998. Le toit n’atteint que 378 mètres, mais le mât culmine à 452 mètres. Elle sera dépassée par la Merdeka 118 haute de 644 mètres et qui sera inaugurée en 2023. Ce sera le deuxième plus haut gratte-ciel du monde. Les gratte-ciel se concentrent dans la capitale Kuala Lumpur, dans l'île de Penang où sont présentes de très nombreuses sociétés industrielles étrangères ainsi que dans la ville de Johor Bahru en face de Singapour.

À Singapour, comme à Hong Kong, la forte densité de population a imposé la construction d'une multitude d'immeubles de grande hauteur. On y trouve en effet plus de 5 millions d'habitants sur un territoire réduit de 710 km2. Cependant, les autorités de la ville n'ont pas autorisé la construction de tours géantes de plus de 300 mètres de hauteur.

En Indonésie, l'écrasante majorité des gratte-ciel se concentre à Jakarta où ils se comptent par dizaines. L'une des plus hautes tours du pays est la Wisma 46, haute de 250 mètres.

Moyen-Orient modifier

 
Gratte-ciel de Dubaï.

Dans le domaine des gratte-ciel, l’essor du Moyen-Orient est plus récent encore que celui de l’Asie, mais particulièrement marqué. Dans ces régions peu densément peuplées, la construction de gratte-ciel se justifie essentiellement par une volonté de prestige, de développement architectural et touristique. On y trouve donc des tours particulièrement hautes et spectaculaires.

Ce sont les Émirats arabes unis, et notamment Dubaï, qui ont le plus retenu l’attention. À Dubaï, la construction de gratte-ciel à vraiment commencé à partir du milieu des années 1990 avec l'hôtel Burj-Al-Arab inauguré en 1999 et qui est l'un des hôtels les plus luxueux du monde. La construction de gratte-ciel n’est qu’un volet de grands projets visant à faire de l’émirat un centre de tourisme et d’affaires de premier plan. En 2014, Dubaï compte 18 immeubles de plus de 300 mètres de hauteur (par comparaison, il n'y en a que six à New York). Parmi ceux-ci se trouve le spectaculaire Burj Khalifa, qui est le plus haut édifice du monde avec ses 828 m.

Beaucoup de gratte-ciel de Dubaï se caractérisent par une très grande recherche esthétique et certains sont très originaux. Par exemple, le Burj Al Arab (321 mètres) rappelle la forme d'une voile et est construit sur une île artificielle. La plupart des sommets des gratte-ciel de la ville ne sont pas occupés et n'ont qu'une vocation décorative : c'est par exemple le cas de l'Emirates Tower One, culminant à 355 m mais dont le dernier étage accessible est situé à une hauteur de 241 m.

Dubaï a servi d'exemple aux autres émirats tels que Abou Dabi, Ajman, Charjah, Fujaïrah et Ras el Khaïmah qui, eux aussi, se sont lancés dans la construction d'immeubles de grande hauteur, bien que peu d'entre eux atteignent les dimensions spectaculaires des plus hauts bâtiments de Dubaï. La construction de ces gratte-ciel se fait dans une large mesure avec des travailleurs venant d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh. Leurs conditions de vie et de travail sont très dures (chaleur, soleil, horaires, bas salaires)[30], parfois proches de l'esclavage, et les morts sur chantier et suicides sont nombreux.

Les constructions à Dubaï ont été très nombreuses ces dernières années. Il y avait en 2012 environ 460 tours de plus de 100 mètres de hauteur pour une agglomération de 3 millions d'habitants. D'après la société Emporis, en , sur les 100 plus hauts immeubles en construction dans le monde, 20 le sont à Dubaï[31].

Les autres États du Golfe se sont également lancés dans la construction d'immeubles de très grande hauteur, mais sur une échelle plus modeste qu'à Dubaï. Au Qatar, Doha est la ville du golfe qui a le plus de gratte-ciel après Dubaï et Abou Dabi. D'autres très grands gratte-ciel ont été construits ou sont en construction à Manama, capitale de l'État de Bahreïn, ou dans la ville de Koweït. Dans celle-ci, la Al Hamra Tower de 412 mètres de hauteur a été achevée en 2011.

En Arabie saoudite, des gratte-ciel spectaculaires ont été construits ou sont en construction, tels que le Kingdom Centre à Riyad ou l'Abraj Al Bait hôtel à La Mecque. La Kingdom Tower, située à Jeddah, devrait également devenir une des plus hautes tours du monde, ou même la plus haute : sa hauteur finale est tenue secrète, mais pourrait cependant dépasser les 1 000 mètres.

En Israël, la forte densité d'habitants et la croissance rapide la population ont imposé la construction de dizaines d'immeubles de très grande hauteur. La plupart se situent dans l'agglomération de Tel Aviv où se trouve, à Ramat Gan, la plus haute tour du pays, la Moshe Aviv Tower, haute de 244 mètres, achevée en 2001. Elle sera dépassée dans les années à venir par des gratte-ciel de plus de 300 mètres de hauteur, actuellement en construction. La plupart de ces édifices ont été construits depuis les années 1990. Certains sont assez originaux, comme la Sail Tower à Haïfa.

Au Liban, à Beyrouth les très nombreuses destructions durant la guerre civile ont imposé la reconstruction de la capitale. Beaucoup d'immeubles de grande hauteur ont été construits depuis le début du siècle, tels que la Marina Tower.

Europe modifier

 
Quartier d'affaires de Francfort (Allemagne).

Le premier immeuble de plus de 100 mètres de hauteur en Europe est la Torre Piacentini, construite à Gênes en 1940, dans l'Italie mussolinienne. Mais c'est dans les années 1950 que commence vraiment la construction de tours de grande hauteur en Europe : en, Italie (Milan, Naples), Belgique (Bruxelles, Anvers), France (Amiens), Espagne (Madrid, Gijon), URSS (Moscou, Riga), Pologne (Varsovie), Allemagne. Les constructions de tours se sont ensuite multipliées notamment en France, en Belgique, en Allemagne et Grande-Bretagne, mais elles ont été très décriées. Beaucoup de villes limitent donc la construction d’immeubles de grande hauteur pour préserver le paysage urbain traditionnel. Des quartiers de gratte-ciel de bureaux ont donc été construits plus en périphérie : la Défense en banlieue parisienne, le Quartier Nord de Bruxelles et plus récemment Canary Wharf dans l’Est londonien. Des tours de logements sociaux ont également été construites dans des zones périphériques, mais leur hauteur est insuffisante pour que l’on puisse parler de gratte-ciel.

Le plus haut gratte-ciel du continent européen est la tour Tour Vostok à Moscou, inaugurée en 2016, comportant 95 étages et culminant à 374 mètres. On observe actuellement un nouvel intérêt pour les gratte-ciel dans les grandes villes européennes, notamment à Londres, Francfort, Milan, Paris, Varsovie, Moscou et Bruxelles.

France modifier

 
La Défense près de Paris.

En France, l'une des premières tentatives pour construire des immeubles d'habitations de grande hauteur remonte en 1934, à Villeurbanne dans l'agglomération lyonnaise. La construction du quartier des Gratte-Ciel à l'initiative du maire de l'époque, Lazare Goujon, était un ambitieux programme d'immeubles atteignant jusqu'à 17 étages et 65 mètres, ce fut le premier gratte-ciel de France et l'un des tout premiers gratte-ciel du continent européen. Dans les années 1930 également, l'architecte Le Corbusier développa des projets de gratte-ciel dans l'île de la Cité à Paris.

En 1952 fut achevée la tour Perret à Amiens. Haute de 104 mètres. À partir des années 1970, de nouvelles tours furent érigées comme Les Horizons (haute de 100 mètres) à Rennes. Mais c'est surtout en région parisienne, dans le quartier de La Défense, à partir des années 1960, que commencèrent à grande échelle les constructions de gratte-ciel avec, par exemple en 1970, la Tour Les Poissons. Au début des années 1970, dans Paris même, de très nombreuses tours sont lancées dans les 13e, 14e, 15e, 17e, 19e arrondissements.

 
Les tours de la Part-Dieu à Lyon.

Tours d'habitations essentiellement, mais aussi tours de bureaux comme la Tour Montparnasse achevée en 1973, qui, avec ses 210 mètres de hauteur, fut à son époque le plus haut bâtiment d'Europe. À la fin des Trente Glorieuses, en 1974, la région parisienne était de très loin l'agglomération européenne comportant le plus de gratte-ciel. Mais beaucoup de Parisiens étaient hostiles aux tours. Les autorités en limitèrent les possibilités de construction dans Paris même. La Tour Montparnasse est le plus haut gratte-ciel de Paris intra-muros. En effet, en 1977, la hauteur maximale des constructions dans Paris a été fixée à 25 mètres dans les arrondissements du centre et 37 mètres aux alentours, notamment sous l'impulsion du président français de l'époque, hautement hostile aux tours : Valéry Giscard d'Estaing.

Dans le quartier d'affaires de La Défense, un nouveau plan de construction de tours a été lancé en 2006. De nombreux gratte-ciel sont en projet notamment la Tour Signal, la Tour Phare et les deux tours du Hermitage Plaza. Ces dernières détrôneront la tour first (l'actuel point culmiant de la Défense) et seront les plus hautes de l'Union européenne avec leurs 323 mètres et 93 étages. Certains prendront la place d'immeubles moins hauts construits durant les années 1960. De la sorte, la France devrait voir son parc de gratte-ciel connaître une forte croissance avec en effet une dizaine de gratte-ciel de plus de 150 mètres de hauteur en projet, dont quatre géants dépassant les 300 mètres. Cependant, la crise économique de 2008-2010 a remis en cause ou retardé certains de ces projets.

En dehors de Paris, Lyon comptait en 2022 quatre immeubles de plus de 100 mètres de hauteur : la tour Part-Dieu (anciennement tour du Crédit lyonnais), haute de 165 mètres, inaugurée en 1977, la tour Oxygène avec ses 115 mètres, achevée en 2010, la tour Incity - la plus haute de la ville - achevée en 2015, la Tour Silex 2 achevée en 2021. Un autre gratte-ciel, la tour To-Lyon sera inauguré en 2023. Le maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet élu en 2020 à mis un terme à la construction de gratte-ciel au nom de la défense de l'environnement.

La ville de Marseille possède aujourd’hui trois gratte-ciel dont le plus ancien est Le Grand Pavois construit en 1975. Dans le cadre du projet Euroméditerranée deux autres gratte-ciel ont été construits dans les années 2010, La tour CMA-CGM (aussi appelée French Line ou tour Jacques-Saadé) d'une hauteur de 147 mètres qui est la plus haute de la ville et la Tour La Marseillaise.

On trouve des tours de plus de 100 mètres également à Lille (Euralille), Amiens (tour Perret), Nantes (Tour Bretagne), Rennes (Les Horizons), Mulhouse (tour de l'Europe). A Toulouse, une tour de 150 mètres l'Occitanie Tower est prévue dans le futur quartier d'affaires Toulouse Euro-Sud-Ouest, mais en novembre 2022 ce projet est à l'arrêt.

Allemagne modifier

En Allemagne, la capitale des gratte-ciel est Francfort-sur-le-Main, parfois surnommée Mainhattan. Le centre-ville ayant été détruit pendant la guerre, des terrains ont été libérés. Parmi les gratte-ciel emblématiques de la ville, la Messeturm (tour de la foire) conçue par l'architecte d'origine allemande Helmut Jahn et la Commerzbank Tower qui, à sa construction, était la plus haute tour de l'UE avec ses 259 m. Beaucoup de ces tours abritent des banques (la Banque centrale européenne a son siège dans un gratte-ciel de Frankfort), des compagnies d'assurances et des compagnies financières liées à la bourse de Francfort, l'une des plus importantes d'Europe, après Londres et Paris.

Royaume-Uni modifier

 
Les gratte-ciel du quartier d'affaires de Canary Wharf à Londres.

Au Royaume-Uni, les tours se situent essentiellement à Londres, où le développement du quartier Canary Wharf, au début des années 1990, a relancé leur construction. Parmi les dernières tours construites, la Heron Tower (haute de 242 mètres), la Shard London Bridge (310 mètres soit la hauteur de la tour Eiffel), inaugurée en 2013 et qui est le plus haut gratte-ciel d'Europe occidentale. Plusieurs dizaines de nouvelles tours sont prévues dans les années à venir dans l'agglomération londonienne. Ces dernières années des gratte-ciel ont été également construits dans des villes moyennes comme Leeds, Manchester, Swansea (The Tower at Meridian Quay), Sheffield, Liverpool (West Tower), Birmingham (10 Holloway Circus).

Belgique modifier

La Belgique a fait partie des tout premiers pays européens à construire des gratte-ciel. Les premières tours sont apparues dans les villes Belges en 1930 avec la Tour des Paysans (Boerentoren en Néerlandais) à Anvers haute de 87,5 mètres, suivi de la Résidence de la Cambre à Bruxelles. En 1958, Bruxelles accueille l'Exposition Universelle, et fait construire pour l'occasion le Centre International Rogier, un immense complexe de logements et de bureaux et commerces intégrant une tour de 117 mètres de haut appelée « Tour Martini » (Tour Rogier aujourd'hui). Elle fut le premier gratte-ciel européen de type « Moderne »[32]. Depuis l'exposition universelle jusqu'à la fin des années 1980, Bruxelles est victime de la « Bruxellisation », terme dédié qui définit d'immenses chamboulements urbanistiques ou des quartiers entiers sont rasés pour laisser place à d'importants projets immobiliers modernes comme le projet « Manhattan »[33] (le World Trade Center de Bruxelles, le Manhattan Center), ou d'autres projets de tours qui feront apparaître des gratte-ciel qui sont éparpillés dans tous les coins de la capitale belge (la Tour du Midi, la Finance Tower, la Tour ITT…). Bruxelles compte ainsi une vingtaine de tours d'une hauteur moyenne de 120 mètres, concentrées dans le quartier d'affaires Nord. La tour la plus haute de la ville et du pays reste la tour du Midi depuis sa construction en 1967.

Russie modifier

 
Les gratte-ciel de Moskva-City à Moscou.

En Russie, les premiers grands gratte-ciel furent bâtis dans les années 1950 : les sept « gratte-ciel staliniens » dépassent 130 mètres de hauteur, dans un style unique appelé "style stalinien". Plus récemment, le développement de l'économie et le manque d’espace moderne de bureaux ont entraîné la construction de très nombreux gratte-ciel. Moscou est désormais la ville d'Europe qui compte le plus de gratte-ciel : la ville compte plus d'une cinquantaine de tours dépassant 150 mètres et plus de 230 immeubles de plus de 100 mètres de hauteur, la plupart construits depuis l'an 2000. En 2022, quatre des cinq plus hauts gratte-ciel d'Europe sont situés à Moscou, en particulier dans le quartier d'affaire Moskva City. Certains sont très ambitieux, comme la tour Vostok, haute de 374 mètres sur 97 étages.

Dans les autres grandes villes, de nombreux projets sortent de terre, à Saint-Pétersbourg avec le Lakhta Center) qui est depuis 2019 le plus haut gratte-ciel du continent européen, à Samara (Ladya 2), à Iekaterinbourg (Antey-3), à Saratov, à Volgograd (Les voiles de la Volga), à Oufa (Tour de la banque Uralsib), à Vladivostok. Les gratte-ciel russes se caractérisent souvent par une grande originalité, à l'exemple de la Paveletskaya Tower à Moscou. D'autres gratte-ciel perpétuent le style stalinien comme le Triumph-Palace, construit en 2005, ou l'Edelweiss construit en 2003. Presque tous ont été conçus par des architectes russes.

Italie modifier

En Italie, il y a peu de gratte-ciel. Ils se concentrent à Naples et à Milan. À Milan, des gratte-ciel ont été construits dans les années 1950, époque où on en construisait très peu dans le monde (cas de la tour Pirelli). La tour Unicredit, par ses 218 mètress est la plus haute tour depuis son achèvement en 2012. D'autres sont en construction, comme les trois tours du centre City Life (entre 170 et 218 mètres), ou la tour de la mode de 220 mètres. Plusieurs projets sont en train de prendre forme ou déjà réalisés, comme la tour du Palazzo Lombardia de 167 mètres de hauteur.

Finlande modifier

 
Les gratte-ciel du quartier de Kalasatama à Helsinki ont été construits près du centre commercial Redi.

En 2019, le premier gratte-ciel a été achevé en Finlande, au Kalasatama d'Helsinki, près du centre commercial Redi[34]. Le bâtiment, appelé Majakka, est le premier des huit tours prévues[35]. Le bâtiment est le deuxième plus haut bâtiment des pays nordiques après le Turning Torso à Malmö, en Suède.

Pays-Bas modifier

Aux Pays-Bas, à partir des années 1990, un grand nombre de gratte-ciel ont été construits, en particulier à Rotterdam (tour de la Meuse, tour Millenium) à Amsterdam (tour Rembrandt) et à La Haye, où se trouve un gratte-ciel qui a remporté un prix d'architecture (le Emporis Skyscraper Award), le Het Strijkijzer.

Espagne modifier

En Espagne, le boom immobilier des années 1980/2000 a entraîné la construction de nombreux d'immeubles de grande hauteur, notamment dans les cités balnéaires telles que Benidorm, Villajoyosa ainsi que dans la capitale Madrid où quatre tours de plus de 200 mètres ont été inaugurées en 2007 et 2008 dont la plus haute du pays la Torre de Cristal (249 m de hauteur). Cependant l'éclatement de la bulle immobilière en 2008 a considérablement freiné la construction de nouveaux gratte-ciel.

Pologne modifier

En Pologne, les gratte-ciel se concentrent à Varsovie, où se trouve notamment le Palais de la culture et de la science de style stalinien.

Turquie modifier

Dans la partie européenne de la Turquie, à Istanbul, ont été construits depuis les années 1990 un très grand nombre de gratte-ciel dont la Isbank Tower 1 (181 mètres) et le Sisli Plaza. En 2017, ont été achevés les tours du complexe Skyland Istanbul, qui sont les plus hautes du pays (284 mètres) de par la hauteur du toit. Par ailleurs plus d'une centaine de gratte-ciel ont été construits dans la capitale du pays Ankara.

Afrique modifier

 
Centre-ville de Johannesbourg vue du Carlton Centre (Afrique du Sud).

La première tour de plus de 16 étages à avoir été construite en Afrique est l'immeuble Liberté, d'une hauteur de 78 mètres et de 17 étages, conçue par l'architecte suisse Léonard René Morandi et achevée en 1950 à Casablanca, au Maroc. À noter qu'il y avait d'autres gratte-ciel de 13, 14 et 15 étages dans plusieurs pays d'Afrique dont le Maroc. Au Maroc, certaines villes contiennent des IGH et gratte-ciel : Rabat, Casablanca, Tanger principalement. La Marina de Casablanca, en construction, aura des tours de 150 m et plus, tout comme dans la nouvelle cité financière à Anfa Park où est prévue la construction de plusieurs gratte-ciel de plus de 200 mètres de hauteur notamment celle de BMCE Bank ainsi que d'une tour de 554 mètres (Nour Tower) battant ainsi le record de hauteur au Maroc et du Maghreb détenu par les Twin Tower de Casablanca 120 m et d'Afrique. La Tour Maroc Telecom, construite par l'architecte Jean-Paul Viguier avec 21 étages, possède environ 150 m si l'on comprend l'antenne, Tanger compte plusieurs projets d'IGH notamment Tanger City Center et la Perle de Tanger.

En Égypte, plusieurs dizaines de gratte-ciel ont été construits, notamment à Alexandrie et surtout au Caire, mais peu dépassent les 150 mètres. La Tour du Caire, plus haut gratte-ciel d'Égypte, mesure 187 mètres et est également l'un des plus anciens (il a été achevé en 1961). Dans la « nouvelle capitale », plusieurs gratte-ciel sont construits ou en construction, dont celui qui est depuis son achèvement en 2024 le plus haut du continent africain, l'Iconic Tower, haute de 394 m [36].

En Côte d'Ivoire, le quartier du Plateau d'Abidjan se distingue par ses nombreux gratte-ciel (essentiellement bâtis pendant la période du « miracle ivoirien » des années 1970) qui abritent principalement les bureaux de divers ministères et agences étatiques. L'image de ces hauts bâtiments qui se détachent au bord de la lagune Ébrié vaut à Abidjan son surnom de « Manhattan des Tropiques »[37].

En Afrique du Sud, et notamment à Johannesbourg de nombreux gratte-ciel ont été édifiés surtout dans les années 1970, le plus haut étant The Leonardo (228 m) situé à Sandton dans l'agglomération de Johannesbourg et achevé en 2020. Parmi les autres gratte-ciel notables, le Michelangelo, l'Embassy Building à Durban, le Triangle House au Cap. L'Afrique du Sud est le pays d'Afrique qui compte le plus de gratte-ciel. Ensuite on a l'Égypte (essentiellement au Caire), le Nigeria, l'Angola (à Luanda), etc...

Océanie modifier

 
Les gratte-ciel du quartier d'affaires de Sydney (Australie).

Il y a de très nombreux gratte-ciel en Australie du fait de la concentration de la population dans quelques villes millionnaires et de la prospérité continue du pays bien que la densité de population soit très faible. Le gratte-ciel le plus haut d'Australie (hors antenne) est l'Australia 108, haut de 319 mètres sur 101 étages, inauguré en 2020 [38]. Il est situé à Melbourne qui est la ville d'Australie qui désormais comprend le plus de gratte-ciel, bien qu'elle soit moins peuplée que Sydney, qui comprend, elle, plus de 140 immeubles de 100 mètres de hauteur et plus. On trouve également plusieurs dizaines de gratte-ciel à Brisbane, la troisième plus grande ville du pays ainsi que dans la ville balnéaire de Gold Coast au sud de Brisbane, qui comprend l'un des gratte-ciel le plus haut d'Australie, la tour Q1, qui comprend 78 étages pour une hauteur de 275 mètres hors antenne.

En Nouvelle-Zélande, la plupart des gratte-ciel sont concentrés dans la plus importante ville du pays, Auckland. Le gratte-ciel le plus haut est la PwC Tower at Commercial Bay, haute de 180 mètres, achevée en 2020.

Nombre modifier

Les 15 villes (villes sans agglomération) qui en comportent le plus sont les suivantes au , selon la société Emporis [26] :

  1. Hong Kong (  Chine): 1 985
  2. New York (  États-Unis) : 853
  3. Shenzhen (  Chine) : 688
  4. Tokyo (  Japon) : 576
  5. Singapour (  Singapour) : 540
  6. Bangkok (  Thaïlande) : 455
  7. Wuhan (  Chine) : 423
  8. Dubaï (  Émirats arabes unis) : 376
  9. Toronto (  Canada) : 350
  10. Kuala Lumpur (  Malaisie) : 345
  11. Guangzhou (  Chine) : 344
  12. Chicago (  États-Unis) : 336
  13. Shanghai (  Chine) : 327
  14. Guiyang (  Chine) : 288
  15. Chongqing (  Chine) : 249

Cependant, Emporis ne recense pas tous les gratte-ciel, notamment pour les pays d'Amérique du Sud et d'Asie. Pour les villes asiatiques, les chiffres d'Emporis ne sont pas cohérents avec les chiffres de sa base de données. Il faut donc considérer ces chiffres comme un minimum, les chiffres pour l'Asie étant probablement beaucoup plus élevés, au minimum deux fois plus élevés pour la Chine.

Dans l'ensemble de la planète, il se construit depuis 2010 plus de 1 400 gratte-ciel d'au moins 100 mètres de hauteur chaque année et ce nombre augmente très rapidement. La plupart sont construits en Asie en particulier en Chine. Ainsi d'après le Council on Tall Buildings and Urban Habitat sur les 128 gratte-ciel d'au moins 200 mètres de hauteur achevés en 2016, 67 % sont situés en Chine, les États-Unis venant en seconde position suivie de la Corée du Sud[39].

D'après Skyscraperpage, il y a eu plus de gratte-ciel d'au moins 300 mètres de hauteur construits en six ans de 2011 à 2016 que des origines des gratte-ciel à 2010. Les perspectives de construction de gratte-ciel sont très favorables en Chine où, durant les prochaines années, des centaines de millions d'habitants vont quitter les campagnes pour s’installer en ville et surtout en Inde où il y a encore très peu de gratte-ciel vu la taille du pays.

En Europe, les pays situés à l'est doivent rapidement s'équiper en immeubles de bureaux modernes et les pays de la moitié ouest, comme la France, développent de nouveaux centres urbains tels que La Défense.

Dans beaucoup de pays, pour éviter l'étalement urbain qui rend difficile la rentabilisation des transports en commun et préserver les terres agricoles, les autorités densifient les villes existantes en autorisant la construction d'immeubles de grande hauteur. C'est par exemple le cas au Canada dans des agglomérations comme Toronto ou Vancouver.

Par ailleurs, l'évolution des techniques de conception et de construction facilite les constructions en hauteur et la philosophie libérale incite les élus locaux de certains pays à mettre en place une planification urbaine plus souple.

Avantages et inconvénients modifier

Avantages modifier

  1. Point de repère et symbole esthétique pour un pays, une ville, une entreprise.
  2. Économie de surface occupée au sol.
  3. Effets de synergie dus au regroupement dans un petit espace de services auparavant dispersés.
  4. Gain en notoriété.
  5. Utilisation maximale des transports en commun.

Inconvénients modifier

  1. Coût élevé.
  2. Gaspillage énergétique.
  3. Difficulté de circulation des personnes - posant problème pour leur évacuation et l'accès des secours (problème soulevé dès 1974 dans le film La Tour infernale et vérifié lors des attentats du 11 septembre 2001 au World Trade Center).
  4. Modification climatique - vents turbulents, ombrage des voisins.
  5. Utilisation moins efficace de l'espace après 5 à 7 étages en raison des espaces nécessaires aux services (escaliers, ascenseurs, gaines de ventilation, gaines électriques, toilettes, etc.).

Conséquences environnementales modifier

Chaque année aux États-Unis, des millions d'oiseaux migrateurs meurent en percutant les façades des immeubles des gratte-ciel. La plupart des oiseaux qui migrent le font de nuit (pour éviter les prédateurs) et se repèrent grâce aux étoiles[40]. Les associations écologistes et de protection des oiseaux essaient de sensibiliser les villes et les États à cette question et proposent de nouvelles normes de construction et d'éclairage[40].

Records modifier

Remarque préliminaire modifier

Selon les sources, les chiffres concernant la hauteur d'un gratte-ciel peuvent diverger. La question est en effet de savoir si l'on compte ou non les antennes et flèches ou simplement la hauteur du dernier étage. Officiellement, on compte dans la hauteur d'un gratte-ciel les antennes si elles font partie de la structure de l'édifice - on les appellera d'ailleurs plutôt « flèches », en anglais : spire. C'est-à-dire que, si l'on enlevait la flèche, on modifierait radicalement l'architecture et l'esthétique du bâtiment. L'exemple type du gratte-ciel à flèche est le Chrysler Building à New York. En revanche, si des antennes ont été rajoutées a posteriori sur le gratte-ciel, mais sans faire partie de la structure de l'édifice, elles ne sont pas comptabilisées.

Cette distinction, qui peut paraître inutile, a en fait pris toute son importance en 1997, lorsque les tours Petronas à Kuala Lumpur ont ravi le titre de plus haut gratte-ciel du monde à la Willis Tower de Chicago. La taille officielle des premières est de 452 m contre 442 m pour la Willis Tower. Mais, pour les tours Petronas, il s'agit de la hauteur de la flèche structurale, le toit s'élevant en fait à 410 m. Alors que pour la Willis Tower, c'est bien le toit qui s'élève à 442 m, les deux immenses antennes (qui culminent à 527 m) ne faisant pas partie de la structure. Ainsi, si l'on mettait ces trois tours côte à côte, un spectateur aurait, au premier coup d'œil, l'impression que la Willis Tower est bien plus grande.

Plus hauts gratte-ciel du monde achevés modifier

 
Comparaison des plus hauts gratte-ciel du monde, fin 2015.

Les bâtiments dont le nom est en gras ont détenu le titre de plus haut gratte-ciel du monde à leur achèvement.

Liste actualisée en janvier 2024 selon le CTBUH [41].

Rang Nom Ville Pays Hauteur sans flèche Étages Année
1 Burj Khalifa Dubaï   Émirats arabes unis 828 m 828 m 163 2010
2 Merdeka 118 Kuala Lumpur   Malaisie 678,9 m 118 2023
3 Tour Shanghai Shanghai   Chine 632 m 632 m 128 2015
4 Makkah Royal Clock Tower Hotel La Mecque   Arabie saoudite 601 m 558,7 m 120 2012
5 Ping An Finance Centre Shenzhen   Chine 599 m 115 2017
6 Lotte World Tower Seoul   Corée du Sud 554,5 m 123 2017
7 One World Trade Center New York   États-Unis 541,3 m 417 m 104 2014
8 CTF Finance Centre Guangzhou   Chine 530 m 111 2016
9 Tianjin Chow Tai Fook Binhai Center Tianjin   Chine 530 m 90 2019
10 China Zun Pékin   Chine 527,7 m 109 2018
11 Taipei 101 Taipei   Taïwan 508 m 449,2 m 101 2004
12 Shanghai World Financial Center Shanghai   Chine 494,3 m 492 m 101 2008
13 International Commerce Center Hong Kong   Hong Kong 484 m 484 m 118 2010
14 Wuhan Greenland Center Wuhan   Chine 475,6 m 475,6 m 101 2023
15 Central Park Tower New York   États-Unis 472 m 98 2020
16 Lakhta Center Saint-Pétersbourg   Russie 472 m 98 2020
17 Vincom Landmark 81 Ho Chi Minh City   Viêt Nam 461 m 81 2018
18 The Exchange 106 Kuala Lumpur   Malaisie 453,6 m 95 2019
19 Changsha IFS Tower T1 Changsha   Chine 452 m 94 2018
20 Tours Petronas(1) Kuala Lumpur   Malaisie 451,9 m 410 m 88 1998
20 Tours Petronas(2) Kuala Lumpur   Malaisie 451,9 m 410 m 88 1998
22 Suzhou IFS Suzhou   Chine 450 m 95 2019
23 Zifeng Tower Nankin   Chine 450 m 381 m 66 2010
24 Wuhan Center Wuhan   Chine 443 m 88 2019
25 Willis Tower Chicago   États-Unis 527 m 442,1 m 108 1974
26 Kingkey 100 Shenzhen   Chine 441,8 m 441,8 m 100 2011
27 Guangzhou International Finance Center Canton   Chine 440,2 m 438,6 m 103 2011
28 111 West 57th Street New York   États-Unis 435,1 m 84 2021
29 One Vanderbilt New York   États-Unis 427 m 396,5 m 62 2020
30 432 Park Avenue New York   États-Unis 425,5 m 85 2015
31 Marina 101 Dubaï   Émirats arabes unis 425 m 101 2017
32 Trump International Hotel and Tower Chicago   États-Unis 423,4 m 356,9 m 98 2009
33 Minying International Trade Center T2 Dongguan   Chine 426,9 m 88 2021
34 Jin Mao Tower Shanghai   Chine 420,5 m 383 m 88 1999
35 Princess Tower Dubaï   Émirats arabes unis 413,4 m 392 m 101 2012
36 Al Hamra Tower Koweït   Koweït 414 m 368 m 80 2011
37 Two International Finance Centre Hong Kong   Hong Kong 415,8 m 406,9 m 88 2003
38 LCT The Sharp Landmark Tower Busan   Corée du Sud 415,8 m 101 2019
39 Guangxi China Resources Tower Dongguan   Chine 426,9 m 86 2020
40 Guiyang International Financial Center T1 Guiyang   Chine 401 m 79 2020
41 Iconic Tower Nouvelle capitale égyptienne   Égypte 393,8 m 77 2023
42 China Resources Headquarters Shenzhen   Chine 392,5 m 68 2018
43 23 Marina Dubaï   Émirats arabes unis 392,4 m 88 2012
44 CITIC Plaza Canton   Chine 390,2 m 80 1996
44 CITYMARK CENTRE Shenzhen   Chine 388,3 m 70 2022
46 Shum Yip Upperhills Tower 1 Shenzhen   Chine 388,1 m 80 2020
47 30 Hudson Yards New York   États-Unis 387,1 m 73 2019
48 PIF Tower Riyadh   Arabie saoudite 385 m 72 2021
49 Shun Hing Square Shenzhen   Chine 384 m 324,8 m 69 1996
50 Eton Place Dalian Tower 1 Dalian   Chine 383,2 m 80 2016
51 Autograph Tower Jakarta   Indonésie 382,9 m 75 2022
52 Nanning Logan Century 1 Nanning   Chine 381,3 m 82 2018
53 Burj Mohammed Bin Rashid Abou Dabi   Émirats arabes unis 381,2 m 88 2014
54 Empire State Building New York   États-Unis 381 m 102 1931
55 Elite Residence Dubaï   Émirats arabes unis 380,5 m 87 2012
56 1 Corporate Avenue Wuhan   Chine 376 m 73 2021
57 Dabaihui Plaza Shenzhen   Chine 375,6 m 70 2021
58 Central Plaza Hong Kong   Hong Kong 373,9 m 78 1992
59 Federation Tower Moscou   Russie 373,7 m 93 2016
60 Dalian International Trade Center Dalian   Chine 370,2 m 86 2019
61 The Address Boulevard Dubaï   Émirats arabes unis 370 m 73 2017
62 Hai Tian Center Qingdao   Chine 368,9 m 73 2021
63 Golden Eagle Tiandi Tower A Nanjing   Chine 368,1 m 73 2021
64 Tour de la Bank of China Hong Kong   Hong Kong 367,4 m 305 m 77 1990
65 Bank of America Tower New York   États-Unis 365,8 m 278,9 m 55 2009
66 St. Regis Chicago Chicago   États-Unis 362,9 m 101 2021
67 Almas Tower Dubaï   Émirats arabes unis 360 m 306,4 m 68 2008
67 Ping An Finance Center Tower 1 Jinan   Chine 360 m 360 m 68 2023
69 Huiyun Center Jinan   Chine 359,2 m 359,2 m 80 2023
70 Hanking Center Tower Shenzhen   Chine 358,9 m 65 2018
71 Gevora Hotel Dubaï   Émirats arabes unis 357,8 m 356,3 m 75 2017
72 Il Primo Tower Dubaï   Émirats arabes unis 356 m 356 m 79 2023
72 Galaxy World Tower 1 Dubaï   Émirats arabes unis 356 m 356 m 71 2023
72 Galaxy World Tower 2 Dubaï   Émirats arabes unis 356 m 356 m 71 2023
75 Emirates Park Towers(1) Dubaï   Émirats arabes unis 355,4 m 82 2012
77 Emirates Tower One Dubaï   Émirats arabes unis 354,6 m 311 m 54 2000
78 Raffles City Chongqing T3N Chongqing   Chine 354,5 m 79 2019
78 Raffles City Chongqing T4N Chongqing   Chine 354,5 m 74 2019
80 Tour Oko-Sud Moscou   Russie 353,6 m 90 2015
81 The Marina Torch Dubaï   Émirats arabes unis 352 m 86 2011
82 Forum 66 Tower 1 Shenyang   Chine 350,6 m 68 2015
83 The Pinnacle Canton   Chine 350,3 m 60 2012
84 Xi An Glory International Financial Center Xi'an   Chine 350 m 75 2022
85 Spring City 66 Kunming   Chine 349 m 61 2019
86 Tuntex Sky Tower Kaohsiung   Taïwan 347,5 m 85 1997
87 Aon Center Chicago   États-Unis 346,3 m 83 1973
88 The Center Hong Kong   Hong Kong 346 m 73 1998
89 NEVA TOWERS 2 Moscou   Russie 345 m 79 2019
90 875 North Michigan Avenue Chicago   États-Unis 343,7 m 100 1969
91 Shimao Hunan Center Changsha   Chine 343 m 74 2019
92 Four Seasons Place Kuala Lumpur   Malaisie 342,5 m 75 2018
93 ADNOC Headquarters Abou Dabi   Émirats arabes unis 342 m 65 2015
94 One Shenzhen Bay Tower 7 Changsha   Chine 341,4 m 71 2018
94 Comcast Technology Center Philadelphie   États-Unis 341,4 m 59 2018
96 LCT The Sharp Residential Tower A Pusan   Corée du Sud 339,1 m 85 2019
97 YunDing Tower Jinan   Chine 339 m 69 2020
98 Wuxi International Finance Square Wuxi   Chine 339 m 68 2014
99 Chongqing World Financial Center Chongqing   Chine 338,9 m 72 2015
100 Mercury City Tower Moscou   Russie 338,8 m 75 2013

Détruits :

  1. 7 World Trade Center, New York, États-Unis (19872001), 186 m.
  2. World Trade Center (tour 2), New York, États-Unis (19732001), 415 m.
  3. World Trade Center (tour 1), New York, États-Unis (19722001), 417 m (527 m avec l'antenne).
  4. Singer Building, New York, États-Unis (19081968), 187 m.
  5. Morrison Hotel, Chicago, États-Unis (19251965), 160 m.
  6. Hanover National Bank Building, New York, États-Unis (19031931), 117 m.

Gratte-ciel en construction par hauteur structurelle modifier

D'après le CTBUH il y a dans le monde en janvier 2024, 20 gratte-ciel d'au moins 400 m de hauteur en construction [42].

Nom Ville Pays Hauteur structurelle Étages Année du début des travaux Année prévue de l'achèvement
Lakhta Center II [43] Saint Petersbourg   Chine 703 m 150 2023 2030
Burj Binghatti Jacob & Co Residence Dubai   Émirats arabes unis 595 m 105 2023 2026
International Land-Sea Center Chongqing   Chine 458,2 m 98 2012 2024

Notes et références modifier

  1. « Skyscraper - Emporis Standards », sur emporis.com via Wikiwix (consulté le ).
  2. Voir le site Skyscrapercity.
  3. « Arts Visuels » (consulté le )
  4. a b et c « Gratte-ciel », dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 3 février 2017].
  5. a b c et d Informations lexicographiques et étymologiques de « gratte-ciel » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 3 février 2017].
  6. a b et c Entrée « gratte-ciel » des Dictionnaires de français [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 3 février 2017].
  7. a et b Entrée « calque » (sens 3) des Dictionnaires de français [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 3 février 2017].
  8. Académie française, « gratte-ciel », sur dictionnaire-academie.fr
  9. http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=1671200895;
  10. Jean-François Belhoste, « Viollet-le-Duc, enseignant », sur Cité de l'Architecture et du Patrimoine,
  11. Bérénice Gaussuin, « Viollet-le-Duc is back », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Stephen Nessen, « Sky Walking: Raising Steel, A Mohawk Ironworker Keeps Tradition Alive », sur wnyc.org, .
  13. Leur réputation d'ironworkers (« monteurs d'acier ») remonte à 1886 lorsque la Dominion Bridge Company (en) fait appel à leurs services pour monter un pont en acier sur le fleuve Saint-Laurent, le site étant sur la réserve indienne de Kahnawake et d'Akwesasne. Cf. (en) David Weitzmany, Skywalkers : Mohawk Ironworkers Build the City, Roaring Brook Press, , p. 15.
  14. Michel Moutot, Ciel d'acier, Arléa Éditions, , 522 p..
  15. (en) Burj Dubai Topped Out
  16. Capital, décembre 2008 page 56
  17. a b et c (en) « Is There a Limit to How Tall Buildings Can Get? », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. a b et c (de) Matthias Alexander, « Wie erkläre ich’s meinem Kind?: Warum Wolkenkratzer nicht 3000 Meter hoch sind », FAZ.NET,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne, consulté le )
  19. www.emporis.com
  20. a b c d e et f Entretien avec Adrian Smith, Enjeux-Les Échos, janvier 2008
  21. Le Point, no 1993, , p. 122
  22. Capital, décembre 2008, p. 54
  23. http://www.untec.com/untec/pdf/10405_Dossier-bat-152.pdf
  24. http://www.emporis.com/statistics/most-expensive-buildings
  25. La "malédiction des gratte-ciel" va-t-elle encore frapper ?, L'Expansion
  26. a et b (en) « Cities with the most skyscrapers », Emporis.
  27. « Gratte-ciel de Panama », sur Passion gratte ciel (consulté le ).
  28. « Gratte-ciel de Buenos Aires », sur Passion gratte ciel (consulté le ).
  29. https://www.skyscrapercenter.com/buildings
  30. « À Dubai, les travailleurs immigrés se rebiffent », L'Humanité, (consulté le )
  31. http://www.emporis.com/application/?nav=constructionsites&lng=3
  32. Archi Urbain, « ARCHI URBAIN (01/12) : Centre International Rogier / Tour Martini », (consulté le )
  33. Albert Martens, Willy Hauwaert, Nicole Purnôde, « Accueil | Présentation du projet », sur quartiernord.be (consulté le )
  34. REDIn ensimmäisen tornin asunnot viedään käsistä
  35. Slanginimet hylättiin: Suomen korkeimmasta asuintornista tulee Majakka
  36. https://www.skyscrapercenter.com/building/iconic-tower/34420
  37. Jean-Luc Piermay, « Sur les traces des capitales indécises de la Côte d’Ivoire », Afrique contemporaine,‎ , p. 365 à 383 (ISSN 0002-0478, lire en ligne  )
  38. « Australia 108 », sur skyscrapercenter.com (consulté le ).
  39. « 2016 Tall Building Year in Review », sur Skyscraper Center (consulté le ).
  40. a et b « Chaque année, des millions d’oiseaux migrateurs se tuent contre les vitres des gratte-ciel nord-américains », Le Monde, .
  41. « 100 Tallest Completed Buildings in the World », sur skyscrapercenter.com (consulté le ).
  42. https://www.skyscrapercenter.com/buildings?status=construction&material=all&function=all&location=world&year=2024
  43. https://www.skyscrapercenter.com/building/lakhta-center-ii/41697

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier