Vladivostok

ville de l'extrême est de la Russie

Vladivostok
(ru) Владивосток
Blason de Vladivostok
Héraldique
Drapeau de Vladivostok
Drapeau
Vladivostok
Dans le sens des aiguilles d'une montre, le pont de la Corne d'Or, la gare de Vladivostok, la place des Combattants pour le pouvoir soviétique en Extrême-Orient, le magasin GUM, le musée d'État Vladimir-Arseniev du kraï du Primorié et le Centre de presse, Université fédérale d'Extrême-Orient.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Extrême-Orient
District fédéral Extrême-oriental
Sujet fédéral Drapeau du kraï du Primorié Kraï du Primorié
Maire Oleg Vladimirovich Gumenyuk
Code postal 690xxx - [1]
Code OKATO 05 401
Indicatif (+7) 4232
Démographie
Gentilé Vladivostokiens [2]
Population 606 653 hab. (2016)
Densité 1 832 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ nord, 131° 54′ est
Superficie 33 116 ha = 331,16 km2
Fuseau horaire UTC+11:00 (MAGT)
Heure de Magadan
Divers
Fondation
Statut Ville depuis
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Kraï du Primorie
Voir sur la carte administrative du Kraï du Primorie
City locator 14.svg
Vladivostok
Géolocalisation sur la carte : Russie
Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Vladivostok
Géolocalisation sur la carte : Russie
Voir sur la carte topographique de Russie
City locator 14.svg
Vladivostok
Liens
Site web www.vlc.ru
Sources

Vladivostok (en russe : Владивосток [vlədʲɪvɐˈstok] Écouter, littéralement « Qui domine l'Est/l'Orient ») est une ville portuaire du Sud-Est de la Russie et la capitale administrative du kraï du Primorié et du district fédéral extrême-oriental. Située à proximité des frontières avec la Chine et la Corée du Nord, sa population s'élève à 606 653 habitants en 2016. Baignée par la mer du Japon, Vladivostok constitue le port le plus important de la côte pacifique et de l'Extrême-Orient russe. Elle abrite notamment la majeure partie des troupes de la Flotte du Pacifique. En outre, la ville est plus proche de Séoul (744 km), Tokyo (1 067 km) ou Pékin (1 339 km) que de la capitale Moscou, dont elle est distante de 6 434 km et séparée par sept fuseaux horaires (UTC+11:00).

Vladivostok s'étend le long d'une baie abritée, le Zolotoï Rog. Avant l'acquisition de la province par l'Empire russe en 1858, le site était occupé par des Mandchous. La ville est fondée en 1859 comme base militaire navale et est fortifiée entre les années 1870 et 1890. En 1888, elle devient la capitale de l’oblast de Primorié. Elle connaît un rapide essor économique à partir de 1903, lorsqu'elle est reliée à Moscou et à l'Europe par le chemin de fer Transsibérien, dont elle est l'un des terminus. En avril 1918, Vladivostok est occupée par le Japon puis libérée en août. Principale base navale de la flotte du Pacifique, la ville reste fermée aux étrangers durant la période soviétique, de 1958 à 1992.

En septembre 2012, la ville accueille le sommet de la zone économique du Pacifique, où un important programme de modernisation et de développement des infrastructures de la ville est annoncé. Les réalisations les plus notables sont le pont de l'île Rousski et le pont du Zolotoï Rog, deux ponts à haubans mis en service au cours de l'été 2012. Son économie repose essentiellement sur le commerce maritime, la pêche en haute mer et l'industrie militaire, bien qu'une usine de production automobile de la société Sollers JSC ait été construite en 2009, à la demande de Vladimir Poutine, pour redynamiser l'agglomération.

GéographieModifier

SituationModifier

 
Localisation de Vladivostok en Extrême-Orient russe, juste au nord de l'île Rousski (en rouge).

La ville occupe l'extrémité sud-ouest de la péninsule Mouraviov-Amourski, qui mesure environ 30 km de long sur 12 km de large et qui s'avance dans le golfe de Pierre-le-Grand, en mer du Japon. Elle est bordée au nord-ouest par la baie de l'Amour, au sud-est par la baie de l'Oussouri et au sud-ouest par le Bosphore oriental qui la sépare de l'île Rousski.

Vladivostok est bâtie autour de la baie de Zolotoï Rog qui s'enfonce dans la péninsule Mouraviov-Amourski sur 6,5 km. La baie est séparée de la baie de l'Amour par la péninsule Chkot. Le littoral de la ville est découpé par d'autre baies plus ou moins profondes : la baie Fedorova, la baie de Diomède, la baie d'Ulysse ou la baie de Patrocle.

La ville, qui se trouve à 6 434 km — 9 302 km par le train — à l'est de Moscou, est également située à 684 km au nord-est de Pyongyang, à 744 km au nord-nord-est de Séoul, à 1 067 km au nord-ouest de Tokyo, à 1 339 km à l'est-nord-est de Pékin, à 4 433 km au nord-est de Bangkok et à 8 334 km au nord-ouest de San Francisco[3].

Au quart de degré d'angle près, elle se situe à la même latitude que des villes comme Toulon (France), Pérouse (Italie), Soukhoumi (Abkhazie/Géorgie), Almaty (Kazakhstan), Sapporo (Japon), Milwaukee (États-Unis), Hamilton (Canada), ou encore La Corogne (Espagne).

TopographieModifier

Le point culminant est le mont Kholodilnik, son altitude s'élève à 257 m. Le mont du Nid d'aigle est souvent considéré à tort comme le point culminant de la ville, cependant, avec une altitude de 199 m (214 m selon d'autres sources), c'est seulement le point le plus élevé du centre-ville, mais pas de l'agglomération tout entière.

ClimatModifier

 
Précipitations et températures moyennes.

Le climat de Vladivostok appartient, si on se réfère à la classification de Köppen, au type : Dwb (climat continental humide, influence de la mousson, étés chauds). Les hivers sont froids et ensoleillés tandis que les étés sont chauds et pluvieux. Les brouillards sont très fréquents durant les jours d'été. La neige recouvre le sol en moyenne 77 jours par an. La hauteur de la couche de neige est en moyenne de 2 à 3 cm au milieu de l'hiver mais elle peut atteindre 50 cm. L'humidité relative de l'air est de 71 % sur l'ensemble de l'année mais elle atteint 91 % en juillet contre 58 % en février. Le record de hauteur de pluie sur une journée est de 243 mm. Il correspond au passage du typhon Robin le . Le record de hauteur de pluie sur un mois est de 405 mm en .

  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année : 35
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année : 98
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année : 8
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année : 12
  • Nombre moyen de jours avec du brouillard dans l'année : 103
  • Nombre moyen de jours avec du givre dans l'année : 49
Normales et records pour la période 1991-2020 à Vladivostok
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −15 −11,3 −4,5 2,1 7 11,3 16,1 17,9 13,5 6,2 −3,5 −12 2,3
Température moyenne (°C) −11,9 −8,1 −1,5 5,3 10 13,8 18,1 20 16,3 9,2 −0,7 −9,2 5,1
Température maximale moyenne (°C) −7,8 −3,8 2,7 10,1 14,9 17,9 21,6 23,3 20,1 13,2 3,3 −5,4 9,2
Record de froid (°C)
date du record
−31,4
1931
−28,9
1920
−21,3
1971
−7,8
1955
−0,8
1945
3,7
1945
8,7
1986
10,1
1972
1,3
2014
−9,7
1982
−20
1947
−28,1
1937
−31,4
1931
Record de chaleur (°C)
date du record
5
1949
9,9
1953
19,4
2015
27,7
2015
29,5
1951
31,8
1946
33,6
1939
32,6
1988
30
1994
23,4
1940
17,5
1919
9,4
1958
33,6
1939
Ensoleillement (h) 178 184 216 192 199 130 122 149 197 205 168 156 2 096
Précipitations (mm) 12 16 27 43 97 105 159 176 103 67 36 19 860
dont neige (cm) 5 4 3 0 0 0 0 0 0 0 1 3 16
Nombre de jours avec précipitations 0,3 0,3 4 13 20 22 22 19 14 12 5 1 133
Humidité relative (%) 58 57 60 67 76 87 92 87 77 65 60 60 71
Nombre de jours avec neige 7 8 11 4 0,3 0 0 0 0 1 7 9 47
Nombre de jours d'orage 0,2 0,04 0,1 0,3 2 2 2 1 3 2 0,3 0,2 13
Nombre de jours avec brouillard 1 2 6 10 15 21 22 15 5 4 3 2 106
Source : Погода и Климат[4].NOAA[5].
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
−7,8
−15
12
 
 
 
−3,8
−11,3
16
 
 
 
2,7
−4,5
27
 
 
 
10,1
2,1
43
 
 
 
14,9
7
97
 
 
 
17,9
11,3
105
 
 
 
21,6
16,1
159
 
 
 
23,3
17,9
176
 
 
 
20,1
13,5
103
 
 
 
13,2
6,2
67
 
 
 
3,3
−3,5
36
 
 
 
−5,4
−12
19
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Noms et étymologieModifier

Vladivostok a été nommé pour la première fois en 1859 par Nikolay Murayvov-Amursky dans la région de Peter the Great Gulf. Le nom s’applique d’abord à la baie mais, à la suite d’une expédition d’Alexey Shefner en 1860, a été appliqué à la nouvelle colonie.

En chinois, l'endroit où se trouve la ville est connu depuis la dynastie Qing sous le nom de Haishenwai (海参崴, Hǎishēnwǎi) [6],[7], du Mandchou Haišenwai ou "petit village balnéaire".

En Chine moderne, Vladivostok est officiellement connu par la translittération 符拉迪沃斯托克 (Fúlādíwòsītuōkè), bien que le nom chinois historique est encore souvent utilisé dans le langage courant et en dehors de la Chine continentale pour désigner la ville. Selon les dispositions du gouvernement chinois, toutes les cartes publiées en Chine doivent être placées entre parenthèses nom chinois.

Le nom japonais moderne de la ville est translittéré en Urajiosutoku (ウラジオストク). Historiquement, le ville a été écrit en kanji comme et raccourci à Urajio うらじお; .

HistoireModifier

 
Les rues de Vladivostok en 1910.
 
La gare de Vladivostok.

Avant que l'Empire russe n'acquière la province maritime par le Traité d'Aigun, en 1858, la côte pacifique près de Vladivostok est habitée par des Jurchens (ou Mandchous). Un marin français qui visite le site de Vladivostok en 1852 découvre quelques huttes de pêcheurs chinois ou de Mandchous dans la baie.

Le poste naval est fondé en 1859 par le comte Nikolaï Mouraviov-Amourski, qui le nomme d'après le modèle de Vladikavkaz, une forteresse russe du Caucase. Peu après, en novembre 1861, lors d'un « voyage autour du Japon », le journaliste et diplomate allemand Rudolf Lindau observe cet embryon de la présence permanente russe en ce lieu, lors d'un bref séjour, dont le récit qu'il en fait paraît dans la Revue des Deux Mondes, en 1863[8] :

« L’établissement russe de Vladivostock se composait en novembre 1861 (et probablement rien n’y a été changé depuis) de neuf maisons en bois et d’une maison en pisé, habitées par deux officiers et soixante-dix soldats. Ces pauvres gens mènent là une triste vie, et je n’ai pu m’empêcher de les plaindre et d’admirer le courage résigné avec lequel ils supportent leur exil. »

Le premier enfant russe naît à Vladivostok en 1863. Un système élaboré de fortifications est érigé entre les années 1870 et 1890. Une ligne de télégraphe de Vladivostok à Shanghai et Nagasaki est ouverte en 1871[9], l'année où le port commercial est transféré à Nikolaïevsk-sur-l'Amour. Les armoiries municipales, qui représentent le tigre de Sibérie, sont adoptées en mars 1883. En 1888 la ville devient la capitale de l’oblast de Primorié.

La première école secondaire ouvre ses portes en 1899. La ville connaît un rapide essor économique à partir de 1903, lorsqu'elle est reliée à Moscou et à l'Europe par le chemin de fer transsibérien.

Après la révolution d'Octobre, Vladivostok revêt une grande importance militaire pour l'éphémère République d'Extrême-Orient.

 
Parade de l'armée japonaise à Vladivostok en 1918.

À la suite de l'intervention alliée en Sibérie visant à soutenir les « Russes blancs », le Japon occupe la ville le 6 avril 1918[10]. Le 15 août suivant, sous les ordres du général William S. Graves, débarquent des troupes des forces expéditionnaires américaines, françaises, canadiennes, britanniques, serbes et italiennes.

Le , la prise de Vladivostok par l'Armée rouge de Ieronim Ouborevitch marque la fin de la Guerre civile russe.

Principale base navale de la flotte du Pacifique, la ville reste fermée aux étrangers durant la période soviétique de 1958 à 1991[11],[12], à l'exception de la période durant laquelle eurent lieu les négociations sur la limitation des armements stratégiques entre Léonid Brejnev et Gerald Ford en 1974[13].

Le , un réacteur du sous-marin nucléaire soviétique K-431 explose dans la baie de Tchajma, près de Vladivostok. Dix soldats meurent sur le coup. Un vaste secteur reste non dépollué. Il est toujours ouvert aux activités humaines. Les deux mille habitants de la baie n'ont jamais été évacués.

Dans les années 1990, après la chute de l'URSS en 1991, la ville devient la plaque tournante de l'importation de voitures d'origines japonaises, ce qui entraîne des embouteillages dans la ville, et en parallèle, la criminalité augmente dans la ville, elle est alors considérée comme l'une des capitales du crime organisé en Russie. La criminalité a depuis chuté dans la ville, mais les embouteillages n'ont pas disparu[11],[12].

Du 2 au 9 septembre 2012, le sommet de la zone économique du Pacifique se tient dans la ville de Vladivostok. Un important programme de modernisation et de développement des infrastructures de la ville est réalisé à cette occasion, à hauteur de 20 milliards de dollars. Ses réalisations les plus spectaculaires sont le pont de l'île Rousski et le pont du Zolotoï Rog, deux ponts à haubans mis en service au cours de l'été 2012[12]. Un nouveau terminal de l'aéroport international de Vladivostok été lui aussi construit grâce à ce programme[14]. En octobre 2015, Vladivostok redevient un port franc[15].

Khabarovsk est la capitale du district fédéral extrême-oriental de 2000 à 2018, avant d'être remplacée par Vladivostok en décembre 2018[16].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Recensements (*) ou estimations de la population [17],[18],[19]:

 
Vladivostok en 2015
Évolution démographique
1897 1923 1926 1939 1959 1970 1979
28 93398 900102 500206 432290 608440 889549 789
1989 2002 2003 2005 2009 2010 2011
633 838594 701616 800610 200578 619592 069578 213
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
597 476600 378603 244604 602606 653606 589604 901
2019 2020 - - - - -
605 049606 561-----

EnseignementModifier

 
Campus principal de l'Université

Vladivostok accueille l'Université fédérale d'Extrême-Orient, dont le campus principal est situé sur l'Île Rousski, ainsi qu'une branche de l'Académie des sciences de Russie [20].

Voies de communication et transportsModifier

Transport routierModifier

Vladivostok est la ville la plus motorisée de Russie. Elle fait partie des villes avec le plus de voitures immatriculées en Russie, étant cinquième, avec au 1er janvier 2015 422 600 véhicules immatriculés dans la ville. C'est la pire ville dans la catégorie "transport" de toute la Russie, avait déclaré Sergei Donskoy, ex-ministre des ressources naturelles et de l'environnement. La ville est en effet assez mauvaise en terme d'accessibilité des transports en commun, d'embouteillages sur le chemin du travail, de voitures non respectueuses de l'environnement (c'est-à-dire polluantes) et de la popularité des transports publics parmi les citoyens. La principale cause de ce manque d'intérêt étant que chaque habitant possède une ou deux voitures[21],[11].

Le marché automobile de la ville est certes riche, mais principalement composé de voitures vieilles, dû à une importation massive de véhicules d'occasion japonais à cause d'un surplus de voitures au Japon dans les années 1990, faisant de plus que 84% des 835 000 véhicules ont le volant à droite dans l'Extrême-Orient russe (où se trouve Vladivostok). La ville possède 93,4% (en 2015) de véhicules étrangers[21],[11].

Pour lutter contre les problèmes de trafic rongeant la ville, l'introduction du stationnement payant dans certaines zones du centre-ville de Vladivostok est considérée comme l'une des mesures efficaces.

« De nombreuses villes de Russie mettent en œuvre avec succès l'expérience de l'organisation du stationnement payant et notent que l'introduction de cette mesure a considérablement amélioré les conditions de transport en commun, le stationnement dans les rues est devenu plus facile et une source de revenus supplémentaire est apparue dans le budget de la ville – une amende pour non-paiement du stationnement » souligne l'administration de la ville[22].

Pour le forum de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique en 2012, le programme de rénovation entraîne la création de nouvelles infrastructures routières : le pont à haubans de la Corne d'Or franchissant la baie Zolotoï Rog (Corne d'Or), le pont de l'île Rousski, reliant Vladivostok à l'île Rousski en enjambant le Bosphore oriental[23], où a eu lieu le forum. Avant la création du pont pour rejoindre l'île Rousski, le seul moyen de rejoindre l'île était par ferry[12].

Un troisième pont a été, lui aussi, construit en préparation du forum, le Pont de la baie de l'Amour (en), reliant la péninsule Mouraviov-Amourski à la péninsule De Vries. Il fait partie de l'autoroute   de Khabarovsk à Vladivostok[24].

La ville est l'extrémité orientale de la route transsibérienne, dont l'autoroute   en est le dernier tronçon.L'  est est la seule route d'accès connectant directement la ville au reste du réseau autoroutier russe. Il existe au nord de la ville la route  .

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Transports urbainsModifier

Vladivostok est une importante plateforme aéroportuaire de l'Extrême-Orient russe, et est le plus grand centre de transport de l'Extrême-Orient tous transports confondus[25]. L'aéroport international de Vladivostok est un aéroport de première importance dans la région.

Une ligne de tramways, un réseau de bus, deux lignes de trolleybus desservent la ville. Il existe aussi un funiculaire sur la colline Orlynaya, des réseaux de taxis. Il existe de plus un réseau de trains de banlieues[26].

Il y a 93 lignes de bus à Vladivostok, gérées par 14 compagnies de bus, dont une qui est publique. Elles transportent par an environ 95 millions de passagers, sur un réseau de 2345 kilomètres de lignes[25].

Le tramway et le trolleybus combinés transportent 6,3 millions de passagers, et le transport maritime transporte environ 79 000 passagers, répartis sur trois lignes [25],[27].

Le funiculaire, ouvert en 1962, transporte près de 400 000 passagers par an[25].

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Desserte ferroviaireModifier

Gare de VladivostokModifier
 
Point kilométrique 9288

La gare de Vladivostok est l'extrémité orientale du chemin de fer transsibérien. Elle possède le point kilométrique (pk) 9288, qui marque la fin du transsibérien, la distance entre Moscou et la ville. Une stèle y figure. Sur la plate-forme ferroviaire où se trouve le point kilométrique, on peut aussi y trouver une ancienne locomotive à vapeur.

La gare a été fondée en 1891, en même temps que le transsibérien. Nicolas II, alors pas encore empereur de Russie, participa à sa fondation lorsqu'il visita la ville. La gare fut inaugurée deux ans plus tard. Elle connut plusieurs changement, d'abord elle fut une gare simple, avec des dalles japonaises en terre et couverte d'un toit en fer. Elle possédait un seul niveau au centre, tandis qu'elle en avait deux sur les côtés.

La gare fut ensuite rénovée, en 1912 par l'architecte Planson, à l'image de la gare de Iaroslavl, d'où partent les trains transsibériens. Des symboles de la Russie impériale et de Moscou furent placés, comme l'aigle à deux têtes.

Au début de l'époque soviétique, les symboles furent abattus, et la gare resta inchangée jusqu'à la fin du XXe siècle, dans les années 1990, lorsque des architectes russes et italiens restaurèrent la gare dans son aspect de 1912, resté depuis inchangé [28],[29],[30].

La gare accueille plus de 20 millions de passagers par an, passagers de banlieues ou de longues distances confondues [31].

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Train interurbains / régionauxModifier
 
Train interurbain électrique

Vladivostok est relié à près de 40 villes ou villages du Kraï du Primorié avec les trains interurbains[25], dont les villes d'Oussouriisk, Lessozavodsk, Nakhodka, ou encore de Partizansk[32]. Le train permet de se rendre à l'aéroport international de Vladivostok, ainsi qu'à la station Vtoraïa Retchka où se trouve la gare routière[33], [a].

PortModifier

Le port de Vladivostok est le principal port russe de la côte pacifique, et il est l'extrémité orientale du chemin de fer transsibérien[34].

De l'embarcadère des ferries de Vladivostok à côté de la gare, un ferry (nommé Eastern Dream) de DBS Cruise Ferry faisait un trajet une fois par semaine de Vladivostok à Donghae, en Corée du Sud et de là à Sakaiminato sur l'île principale japonaise de Honshu en 25 heures en tout, avant que la ligne soit fermée[35],[36]. Le port accueille aussi de grands paquebots faisant escale au port[37].

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Desserte aérienneModifier

 
Nouveau terminal

L'aéroport est situé au nord de Vladivostok, à 44 kilomètres. Il est relié à la fois par la route et par le train [33]. Il a été rénové pour le sommet de l'APEC, avec un nouveau terminal. il est l'un des premiers aéroports dans la région en termes de trafic de passagers [38] .

CultureModifier

ThéâtreModifier

 
Le théâtre Maxime-Gorki.
 
Manoir de Julius Bryner, devant lequel trône la statue de son petit-fils Juli (l'acteur Yul Brynner), rue Aleutskaya.

Il y a cinq théâtres professionnels dans la ville. En 2014, ils ont globalement accueilli 369 800 spectateurs.

Le théâtre académique Maxime-Gorki, nommé en l'honneur de l'auteur russe Maxime Gorki, a été ouvert le et est utilisé pour des représentations théâtrales, musicales ou pour du théâtre à destination des enfants. Le théâtre emploie 202 personnes, dont 41 acteurs, et parmi ceux-ci 3 artistes liés au folklore et 9 artistes « honorés de Russie »[39].

Le théâtre Pouchkine de Primorié a été construit en 1907-1908 et c'est l'un des principaux centres culturels de la ville.

Dans les années 1930 et 1940, ont été successivement ouverts le théâtre de la flotte du Pacifique, le théâtre régional de marionnettes de Primorié, le théâtre régional d'art dramatique de la jeunesse[40]. Le théâtre de marionnettes a donné 484 représentations en 2015, auxquelles ont assisté 52 000 spectateurs ; le théâtre dispose de 500 marionnettes et emploie 15 artistes. La troupe fait régulièrement des tournées en Europe et en Asie[41].

En , une statue de granite de l'acteur Yul Brynner (1920-1985) a été érigée dans le parc qui porte son nom, juste devant la maison où il est né au 15, rue Aleutskaya.

Musique, opéra et danseModifier

La musique classique à Vladivostok est portée par la Société philharmonique régionale de Primorié, l'organisation de concerts la plus importante du kraï. Cette société a créé l'Orchestre symphonique du Pacifique et l'Orchestre des cuivres du gouverneur. En 2013, l'opéra de Primorié (théâtre dédié à l'opéra, au ballet et aux concerts) a été ouvert[42]. Le , ce théâtre a été transformé en un département du théâtre Mariinsky[43],[44].

La ville possède un orchestre de musique pop.

Le groupe de rock russe Mumiy Troll est originaire de Vladivostok et revient fréquemment y présenter des spectacles. En outre, la ville a hébergé, en , le festival international de musique VladiROCKstok (en). Accueilli par le maire et le gouverneur, le festival a été organisé par deux jeunes expatriés américains et a reçu près de dix mille visiteurs, des groupes de Saint-Pétersbourg (Aquarium et DDT) et de Seattle (The Supersuckers, Goodness (en)), ainsi que des groupes locaux.

De nos jours, il y a un autre festival à Vladivostok, le festival de musique rock international de Vladivostok : V-ROX ou « Vladivostok Rocks » ; il s'agit d'un festival sur trois jours en plein air, accompagné de conférences internationales sur l'industrie de la musique et la gestion culturelle contemporaine. Il offre la possibilité aux artistes débutants et aux producteurs de gagner en visibilité auprès d'un nouveau public et de professionnels éminents[45].

MuséesModifier

Le musée d'État Vladimir-Arseniev du kraï du Primorié (sv), ouvert 1890, est le principal musée du kraï du Primorié. En complément de musée principal, il dispose de trois autres implantations dans Vladivostok, dont le mémorial Arseniev, et de cinq autres implantations dans l'État.[46]. Parmi les éléments de la collection du musée, on trouve la célèbre stèle du temple Yongning Yongning Temple Stele (en) du XVe siècle en provenance du bas Amour (en).

Un sous-marin a été aménagé en musée que l'on peut visiter. On y voit la salle de commandement avec le périscope, ainsi que les couchettes de marins par exemple.


SportModifier

CulteModifier

Personnalités liées à la villeModifier

Jumelages et partenariatsModifier

Le , la ville de Vladivostok a ouvert un parc des villes sœurs, où se trouve 11 arches, chacune pour une ville à laquelle Vladivostok est jumelée[48].

Jumelages[49]Modifier

Accords d'amitié et de coopération[49]Modifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Voir carte et schéma en annexe
  2. Un deuxième accord a été signé par la suite le 5 février 2016 selon le site de la mairie de Vladivostok

RéférencesModifier

  1. (en) « The 10 Best Things to Do in Vladivostok, Russia », sur Things To Do (consulté le ).
  2. « Voix de Vladivostok », Le Courrier de Russie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Voyage à Vladivoskok [1] Agence Ria Novosti, 6 juillet 2010. Consulté le 25 septembre 2012.
  4. (ru) « 平年値(年・月ごとの値) 主な要素 », Погода и Климат (consulté le ).
  5. (en) « VLADIVOSTOK Climate Normals 1961–1990 », NOAA (consulté le ).
  6. (ru) « Благовещенск назвали китайским словом на карте газопроводов КНР », sur www.ampravda.ru (consulté le )
  7. (ru) « Благовещенск назвали «Хайланьпао» на китайской карте газопроводов », sur www.amur.info (consulté le )
  8. Revue des deux mondes, , 1032 p. (lire en ligne), p. 601.
  9. « History of the Atlantic Cable & Submarine Telegraphy - The Great Northern Telegraph Company », sur atlantic-cable.com (consulté le )
  10. http://www.gauchemip.org/spip.php?article2241
  11. a b c et d Maïlis Destrée, « Vladivostok, capitale culturelle d’Extrême-Orient », sur Le Courrier de Russie, (consulté le )
  12. a b c et d Le Point magazine, « Vladivostok, fenêtre de la Russie sur l'Extrême-Orient », sur Le Point, (consulté le )
  13. « Informations Touristiques sur Vladivostok », sur voyagidees.com.
  14. « The new terminal Vladivostok airport building is provided a first test flight reception and service | Международный аэропорт Владивосток », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  15. (ru)Interview de Poutine avec les agences TASS et «Синьхуа»,
  16. « Poutine signe un décret faisant de Vladivostok le chef-lieu de l'Extrême-Orient russe », Xinhua,
  17. (ru) Recensements de 1959, 1970 et 1979 sur www.webgeo.ru — Résultats préliminaires du recensement du 14 octobre 2010 [2]
  18. http://www.statdata.ru/naselenie/gorod/vladivostok
  19. « Количество жителей Владивосток численность населения. Фото и карты. », sur xn----7sbiew6aadnema7p.xn--p1ai (consulté le )
  20. « О Владивостоке », sur forumvostok.ru (consulté le )
  21. a et b (ru) « Минприроды назвало Владивосток худшим городом России в категории транспорт - PrimaMedia », sur primamedia.ru (consulté le )
  22. (ru) « Центр Владивостока хотят сделать зоной платной парковки - PrimaMedia », sur primamedia.ru (consulté le ).
  23. « Vladivostok », sur forumvostok.ru (consulté le )
  24. (en) « A-370 Amur Bay Bridge », sur www.penetron.com (consulté le )
  25. a b c d et e « Транспорт », sur www.vlc.ru (consulté le )
  26. « How to Use Public Transport in Vladivostok :: Transportation & maps :: Travel :: Russia-InfoCentre », sur russia-ic.com (consulté le )
  27. Ville de Vladivostok 2015, p. 154.
  28. (en-US) Alexandra Guzeva, « 10 most BEAUTIFUL buildings in Vladivostok (PHOTOS) », sur www.rbth.com, (consulté le )
  29. (en) « Vladivostok City : Places : Train Station », sur vladivostok-city.com (consulté le )
  30. « Vladivostok Railway station », sur www.fregataero.com (consulté le )
  31. Ville de Vladivostok 2015, p. 167.
  32. « Схема движения электричек из Владивостока », sur www.vl.ru (consulté le )
  33. a et b « Транспорт Владивостока - автобусы, такси и электрички », sur 2vladivostok.ru (consulté le )
  34. (en-US) « Portal harbour crane to be delivered to Vladivostok », sur Container Management, (consulté le )
  35. « Паром Eastern Dream официально прекратил свою деятельность », sur PRIMPRESS.RU (consulté le ).
  36. "The ship was reportedly sailing from Vladivostok—a port city in Russia—towards South Korea" "According to travel website Direct Ferries there is only one main firm that is currently connecting the 25-hour route between South Korea and Russia: DBS Cruise Ferry. Its ship is called the Eastern Dream and it travels the route once a week, according to information posted online by booking advice websites." https://www.newsweek.com/cruise-ship-passenger-drug-hallucinations-breaks-room-japanese-couple-korea-coast-guard-1447995
  37. Le Point magazine, « Vladivostok, fenêtre de la Russie sur l'Extrême-Orient », sur Le Point, (consulté le )
  38. Ville de Vladivostok 2015, p. 1 et 171.
  39. (ru) « Закулисье театра имени Максима Горького: швейный цех, большие склады и маленькие гримерки - PrimaMedia », sur primamedia.ru (consulté le )
  40. Фалалеева А. В., « Театр, театр, театр…(о театрах города Владивостока) » [archive du ], sur cbs.fokino25.ru,‎ (consulté le )
  41. (ru) « В Приморском театре кукол побывало более 50 тысяч зрителей на 500 спектаклях в 2015 году - PrimaMedia », sur primamedia.ru,‎ (consulté le )
  42. « Семь фестивалей, 14 оперных и балетных спектаклей — два года Приморского оперного театра », sur PrimaMedia.ru,‎ (consulté le ).
  43. « Приморский филиал Мариинского театра » [archive du ] (consulté le ).
  44. (en) Starrs, « Primorsky Stage of the Mariinsky Theatre », sur prim.mariinsky.ru (consulté le )
  45. (en-US) Melena Ryzik, « East by Far East: Vladivostok Rocks (Published 2013) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  46. « Музей истории Дальнего Востока имени В.К. Арсеньева » [archive du ], sur Приморский музей имени Арсеньева,‎
  47. (ru) « Владивосток », sur Официальный сайт о высшем образовании в России для иностранцев. (consulté le )
  48. (ru) « Во Владивостоке открыт сквер городов-побратимов », sur Новости Владивостока и Приморского края - Информационный портал Владивосток (consulté le )
  49. a et b « Sister Cities », sur www.vlc.ru (consulté le )

AnnexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :