Ouvrir le menu principal

Nagoya

ville de la préfecture d'Aichi au Japon
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Na-Goyah.

Nagoya
名古屋
Nagoya
Drapeau de Nagoya
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūbu
Préfecture Aichi
Maire Takashi Kawamura
Code postal 〒460-8501
Démographie
Population 2 295 638 hab. (2015[1])
Densité 7 032 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 10′ 52″ nord, 136° 54′ 23″ est
Superficie 32 645 ha = 326,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Aichi

Voir sur la carte administrative de Préfecture d'Aichi
City locator 12.svg
Nagoya

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 12.svg
Nagoya

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 12.svg
Nagoya
Liens
Site web http://www.city.nagoya.jp/

Nagoya (名古屋市, Nagoya-shi?) est la troisième ville du Japon par sa superficie et la quatrième par la population, derrière Tokyo, Yokohama et Osaka. Située sur la côte Pacifique, au bord de la baie d'Ise dans la région du Chūbu, au centre de Honshū, c'est la capitale de la préfecture d'Aichi. Le pachinko, né à Nagoya, y a son musée.

L'agglomération de Nagoya, qui compte environ neuf millions d'habitants, est la troisième du pays.

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

La ville de Nagoya est située sur l'île de Honshū, dans le Nord-Ouest de la préfecture d'Aichi, à environ 260 km, à vol d'oiseau, au sud-ouest de Tokyo, capitale du Japon. Au bord de la baie d'Ise, la capitale préfectorale s'étend sur un plateau de la plaine de Nōbi[2]. Elle occupe une superficie de 326,45 km2, 24,52 km d'est en ouest et 25,13 km du nord au sud[3].

HydrographieModifier

La ville de Nagoya comprend 57 cours d'eau qui forment un réseau hydrique long de 215 km et constitué en grande partie par le fleuve Shōnai, dont l'embouchure est située en baie d'Ise, et ses affluents[4],[5].

Voies de communication et transportsModifier

 
Réseau de transport de Nagoya en 1992.
 
La gare de Nagoya surplombée par les deux tours du JR Central Towers Office.

Nagoya était desservie par l'aéroport de Nagoya (aéroport international de Komaki) jusqu'en février 2005. Cet aéroport a été remplacé par l'aéroport international du Chūbu, avec le même code OACI NGO ; la construction de ce nouvel aéroport, sur une île artificielle, coïncide avec l'organisation de l'Expo 2005, une exposition internationale qui a été inaugurée à Nagakute .

La gare de Nagoya est en superficie au sol la plus grande gare du monde. Au-dessus s'élèvent deux grandes tours abritant notamment le siège de la JR Central. La ligne Shinkansen Tōkaidō s'y arrête, ainsi que plusieurs lignes classiques. Elle est située à l'ouest du centre, dans l'axe de l'avenue Sakura[l 1].

Nagoya est desservie par six lignes de métro, dont une ligne circulaire. Le réseau routier et autoroutier est dense, et continue à se développer, à et autour de Nagoya.

Le port de Nagoya est un port industriel important, le premier du Japon, en raison notamment des exportations de Toyota. Avec un volume de 202 556 tonnes de fret en 2012, il est aussi le quinzième port du monde.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

 
Carte des arrondissements de Nagoya.

Depuis 1975, la ville de Nagoya est découpée en seize arrondissements (ku)[6].

  • Atsuta-ku s'étend sur 8,16 km2 et comptait 63 670 habitants en 2006. On y trouve notamment le temple shintoïste Atsuta, le kofun de Danpusan ainsi que deux universités.
  • Chikusa-ku est un des arrondissements les plus bourgeois. Il se situe au milieu de la ville, il est traversé par les lignes de métro Higashiyama et Meijō. On compte parmi les coins intéressants Kakuouzan, Motoyama, Higashiyama koen, et Hoshigaoka.
  • Higashi-ku, comme son nom l'indique, se trouve dans l'est de la ville. Ce quartier s'étend sur 7,22 km2 et comptait 69 193 habitants en 2006. Il abrite notamment le Dôme de Nagoya, ainsi que le siège de Radio-i, une radio bilingue anglais-japonais émettant dans la province d'Aichi.
  • Kita-ku est situé au nord de Nagoya. Il s'étend sur 17,56 km2 et comptait 166 173 habitants en 2006. Il a été constitué en 1944. On y trouve deux lycées, sept collèges, et dix-neuf écoles primaires. L'arrondissement est traversé par la ligne de métro Meijō, et la ligne de trains de banlieue d'Inuyama qui relie les lignes de métro Meijō (station Heian dori) et de Tsurumai (station Kamiodai). L'arrondissement est également traversé par les routes nationales 19, 41 et 302. La mairie d'arrondissement se trouve près de la station Kurokawa.
  • Meitō-ku.
  • Midori-ku.
  • Minami-ku.
  • Minato-ku est le port de Nagoya. Il s'étend sur 45,67 km2 et comptait 151 910 habitants en 2006. Il s'agit d'un port industriel important en raison notamment des exportations de Toyota, première entreprise du Japon, établie à Aichi. Près du port se trouve l'aquarium de Nagoya, et, à proximité, le village italien de Nagoya. On y trouve deux lycées, huit collèges et vingt écoles primaires.
  • Mizuho-ku s'étend sur 11,23 km2 et comptait 105 327 habitants en 2006. Il abrite le stade Mizuho. On y trouve trois universités, sept lycées, sept collèges et onze écoles primaires. Il est traversé par plusieurs lignes de métro dont la ligne Meijō, ainsi que par la route nationale 1[7].
  • Moriyama-ku.
  • Naka-ku est l'arrondissement central de Nagoya. On y trouve une université, deux lycées, quatre collèges et onze écoles primaires. Il est traversé par les lignes de métro de Higashiyama, Meijō, Meikō, Sakura-dōri et Tsurumai, c’est-à-dire toutes les lignes de métro de Nagoya, sauf à considérer le tronçon Heiandori-Kamiiida ou le tronçon qui va vers le port de Nagoya comme une ligne à part entière.
    Les gares de Kanayama et de Sakae, d'où partent respectivement de nombreux trains et bus de banlieue, se trouvent également dans cet arrondissement.
    Les routes nationales 19, 22, 41 et 153 traversent cet arrondissement. L'arrondissement est traversé par deux rivières, l'Hori-kawa et le Shinhori-kawa. L'arrondissement occupe 9,36 km2, pour une population de 72 911 habitants (au ) soit une densité de population de 7 790 habitants/km2[8].
  • Nakagawa-ku.
  • Nakamura-ku s'étend sur 16,32 km2 et comptait 134 336 habitants en 2006. C'est dans cet arrondissement que se situe la gare de Nagoya. C'est aussi l'endroit où sont nés Katō Kiyomasa et Toyotomi Hideyoshi.
  • Nishi-ku.
  • Shōwa-ku.
  • Tempaku-ku.

La ville de Nagoya est organisée selon un plan quadrillé orthogonal. Son centre commerçant s'articule principalement autour des avenues Ōtsu[l 2] et Hisaya [l 3] orientées nord-sud et des avenues Hirokoji[l 4] et Nishiki[l 5] orientées est-ouest.

Nagoya et son agglomération comptent une trentaine de gratte-ciel dont le plus haut, le Toyota-Mainichi Building fait 247 mètres de hauteur.

Article détaillé : Liste des gratte-ciel de Nagoya.

HistoireModifier

Au XXe siècle, des vestiges archéologiques découverts dans le sous-sol de la ville de Nagoya attestent une présence humaine durant les périodes Jōmon (20 000–2 400 ans av. J.-C.) et Yayoi (2 400–1 700 ans av. J.-C.) et permettent de décrire la vie des hommes de la préhistoire[9].

Le nom « Nagoya » apparaît pour la première fois dans un document historique datant de la fin de l'époque Kamakura (1185 – 1333) et retraçant le développement, sur un plateau de la plaine de Nōbi, d'une concession impériale appelée Nagoya no shō[l 6],[10],[11]. Au XVIe siècle, dans la province d'Owari, Imagawa Ujichika[l 7], du clan Imagawa ,fait construire le château de Nagoya, à partir duquel se constitue une jōkamachi, citée médiévale organisée autour d'un château[12],[11]. En 1610, le premier shogun de l'époque d'Edo (1603 - 1868), Ieyasu Tokugawa, fait rénover la place forte de la plaine de Nōbi, qui devient, sous l'autorité des Owari, le centre militaire et administratif de la province d'Owari[10]. En 1614, celui comprend le château de Nagoya et des relais le long du Tōkaidō, un axe routier reliant Edo, Kyoto, Osaka et Kobe[9],[11]. En 1654, la cité de Nagoya, peuplée par 84 932 habitants, essentiellement des samouraïs et des marchands, se hisse au cinquième rang des villes fortifiées du pays, derrière Edo, Osaka, Kyoto et Kanazawa. En 1660, un incendie détruit 120 maisons de samouraïs et 2 247 autres habitations[13]. Par la suite, le fief féodal, de classe shimpan et de 620 000 koku, prospère comme un centre culturel et commercial jusqu'à son abolition en 1871, après la restauration de Meiji[10]. Nagoya acquiert son statut officiel de ville le [14],[9]. La même année, l'éclairage public est installé[13]. La ville japonaise adopte un découpage en quatre arrondissements en 1908 (Nord, Sud, Est et Ouest)[9],[6], un an après l'ouverture de son port au commerce international[2]. En 1912, un système d'égout est mis en place dans la ville, suivi, l'année 1914, par l'eau du robinet[13].

Durant la Seconde Guerre mondiale, Nagoya est une centre de l'industrie de l'armement japonaise, produisant des munitions et, au plus fort de son activité, jusqu'à 60 % des aéronefs du pays. En consèquence, elle est la cible, à partir de 1942[13], de plus de soixante raids aériens menés par les forces armées américaines[10]. À l'issue du conflit mondial, un quart de la ville est détruit et le bilan en pertes humaines se monte à 8 000 morts[10],[11]. L'année 1954, les premiers postes de télévision font leur entrée dans les foyers de Nagoya[13]. En 1956, le gouvernement japonais confirme le statut de ville de Nagoya[14],[9]. Trois ans plus tard, après le passage, en baie d'Ise, du Typhon Vera (118 000 habitations endommagées, 530 000 victimes dont 1 851 morts)[10], la capitale de la préfecture d'Aichi est reconstruite, notamment son château, sur des bases modernes[2],[14]. Elle s'organise, à partir de 1975, en 16 arrondissements, après avoir été divisée en 10 secteurs administratifs en 1937, 12 en 1945 puis 14 en 1969[14],[9],[10].

En 2005, grâce à la présence de 121 nations et plusieurs dizaines d'ONG à l'« EXPO Aichi », première exposition universelle du XXIe siècle, la ville de Nagoya affirme sa stature internationale[14],[15].

ÉconomieModifier

IndustriesModifier

Son industrie principale est celle des véhicules automobiles ; le siège social et plusieurs usines du groupe Toyota, première entreprise du Japon et premier constructeur automobile mondial en 2013, sont implantés à proximité de la ville. L'électronique, l'aéronautique et les industries lourdes (raffinage, sidérurgie) sont également très présentes dans la région. Dans les années 1930/1940, l'usine de moteurs Mitsubishi installé dans la ville était l'une des plus vastes du monde, avec une surface de près de 350 000 m2.

Le groupe Hoshino Gakki qui est un fabricant instruments de musique, guitares Ibanez et Cimar, a également son siège social dans cette ville.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

En 1889, après l'officialisation par le gouvernement de Meiji du découpage du territoire national en préfectures (la préfecture d'Aichi est créée officiellement en 1872[16]), la ville de Nagoya, nouvellement fondée, rassemble 157 496 habitants sur 13,34 km2[17],[10]. Sa population dépasse le million en octobre 1934 (1 017 700). Réduite à environ 597 941 habitants, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale (novembre 1945), elle atteint les deux millions (2 000 046) en février 1969[17]. Lors du recensement de 2015, la ville de Nagoya rassemblait une population estimée à 2 295 638 habitants[1] (1 056 929 de foyers[17]), répartis sur une superficie de 326,45 km2 (densité de population : 7 032 hab./km2)[9].

ÉducationModifier

La ville de Nagoya compte de nombreuses universités dont :

SportsModifier

On trouve à Nagoya un certain nombre d'infrastructures destinées au sport. La plus importante se trouve dans Higashi-ku. Il s'agit du Nagoya Dome, stade de 45 000 places où jouent les Chunichi Dragons, l'équipe locale de baseball, championne de sa ligue à plusieurs reprises. Le stade Mizuho Athletics, plus modeste, est notamment le point de départ et d'arrivée du semi marathon annuel de la ville, est la résidence de Nagoya Grampus, l'équipe locale de Championnat du Japon de football. De plus, la première coupe du monde de football entre robots s'y est tenu en août 1997.

Culture locale et patrimoineModifier

Patrimoine culturelModifier

Nagoya possède un château qui, détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale, a été reconstruit à l'identique en 1959. L'intérieur a été aménagé en musée. Le château ainsi que le parc Meijō sont situés au nord du centre, près de l'hôtel de ville. La région est également connue pour ses porcelaines, produites non loin de Nagoya, où Noritake a un musée.

On y trouve d'autres musées, dont le musée de la ville de Nagoya, et le musée de la préfecture d'Aichi.

Les centres commerciaux Mitsukoshi, à Sakae et Matsuzakaya, à la gare de Nagoya, abritent régulièrement diverses expositions culturelles.

Cuisine localeModifier

Article détaillé : Cuisine de Nagoya.

ÉvènementsModifier

En octobre 2010, Nagoya, parfois présentée comme écocapitale japonaise[18], accueille la COP10 de la conférence mondiale sur la biodiversité de Nagoya (2010), et parallèlement le Sommet sur les villes, les autorités locales et la biodiversité[19], qui, en lien avec le programme URBIO (Urban Biodiversity and Design), devra mettre en œuvre la « Déclaration de Aichi / Nagoya sur les villes, les autorités locales et la biodiversité » qui exprime les vues des gouvernements locaux du monde entier en termes de leurs responsabilités et rôles dans la gestion de la biodiversité ainsi que des points vers la nécessité d'un soutien des gouvernements nationaux et autres. Elle fait référence à une proposition de « Plan d'action sur les villes, les autorités locales et la biodiversité », qui contient des directives aux Parties à la Convention (gouvernements nationaux) sur la façon dont ils peuvent soutenir leurs gouvernements locaux à mettre en œuvre la Convention.

Personnalités liées à la municipalitéModifier

JumelagesModifier

En 2018, Nagoya est jumelée avec les municipalités étrangères suivantes[20] :

Symboles municipauxModifier

Sélectionné par un vote populaire en 1972, l'abre symbole de la municipalité de Nagoya est le Camphrier, sa fleur symbole, choisie en 1950, est le Lys[21].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. L'avenue Sakura (桜通り, Sakura-dōri?).
  2. L'avenue Ōtsu (大津通り, Ōtsu-dōri?).
  3. L'avenue Hisaya (久屋通り?, Hisaya-dōri).
  4. L'avenue Hirokoji (広小路通り, Hirokoji-dōri?).
  5. L'avenue Nishiki (錦通り, Nishiki-dōri?).
  6. Nagoya no shō (那古野荘?), ou Nagono no shō.
  7. Imagawa Ujichika (今川氏親?).

RéférencesModifier

  1. a et b Statistics Bureau Japan, « Nagoya » (consulté le 20 octobre 2017).
  2. a b et c Louis Frédéric, Le Japon : dictionnaire et civilisation, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1419 p. (ISBN 9782221067642 et 2221067649, OCLC 36327575), p. 793-794.
  3. (en) Mairie de Nagoya, « Geography & Climate », sur www.city.nagoya.jp, (consulté le 14 janvier 2019).
  4. (en) Mairie de Nagoya, « Urban Improvement », sur www.city.nagoya.jp, (consulté le 14 janvier 2019).
  5. (ja) Asahi Shinbun, « 庄内川 » [« Le fleuve Shōnai »], sur Kotobank,‎ (consulté le 13 janvier 2019).
  6. a et b (ja) Mairie de Nagoya, « 市域のうつりかわり » [« Évolution des limites de la ville de Nagoya »], sur www.city.nagoya.jp,‎ (consulté le 13 janvier 2019).
  7. Mairie de Nagoya, L'arrondissement Mizuho
  8. Mairie de Nagoya, Site officiel de l'arrondissement Naka
  9. a b c d e f et g (ja) Asahi Shinbun, « 名古屋市 » [« La ville de Nagoya »], sur Kotobank,‎ (consulté le 14 janvier 2019).
  10. a b c d e f g et h (ja) Asahi Shinbun, « 名古屋(市) » [« Nagoya (ville) »], sur Kotobank,‎ (consulté le 14 janvier 2019).
  11. a b c et d Iwao Seiichi, Iyanaga Teizō, Yoshida Shōichirō et al., « 28. Nagoya », Dictionnaire historique du Japon, vol. 5,‎ , p. 50-51 (lire en ligne [PDF]).
  12. (ja) Asahi Shinbun, « 那古野 » [« Nagono »], sur Kotobank,‎ (consulté le 14 janvier 2019).
  13. a b c d et e (ja) Mairie de Nagoya, « 名古屋の歴史 » [« Chronologie historique de Nagoya »], sur www.city.nagoya.jp,‎ (consulté le 14 janvier 2019).
  14. a b c d et e (en) Mairie de Nagoya, « Historical Profile », sur www.city.nagoya.jp, (consulté le 14 janvier 2019).
  15. « La première Exposition universelle du XXIe siècle s'ouvre au Japon », Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 14 janvier 2019).
  16. (ja) Asahi Shinbun, « 愛知県 » [« Préfecture d'Aichi »], sur Kotobank,‎ (consulté le 14 janvier 2019).
  17. a b et c (en) Mairie de Nagoya, « Population », sur www.city.nagoya.jp, (consulté le 14 janvier 2019).
  18. Société Radio-Canada, « Comparaison Canada-Japon », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 14 janvier 2019).
  19. City Biodiversity Summit
  20. (ja) Mairie de Nagoya, « 名古屋市の姉妹友好都市 » [« Jumelages et partenariats de la ville de Nagoya »], sur www.city.nagoya.jp,‎ (consulté le 13 janvier 2019).
  21. (en) Mairie de Nagoya, « The City of Nagoya's Logo, Tree and Flower » [« Logo, arbre et fleur symboles de la ville de Nagoya »], sur www.city.nagoya.jp, (consulté le 14 janvier 2019).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :