Séraphine (film)

film sorti en 2008
Séraphine
Réalisation Martin Provost
Scénario Marc Abdelnour
Martin Provost
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Durée 125 minutes
Sortie 2008


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Séraphine est un film franco-belge de Martin Provost sorti en 2008. Il conte l'histoire de la peintre autodidacte Séraphine de Senlis (de son vrai nom Séraphine Louis, interprétée par Yolande Moreau), de 1912, année de sa rencontre avec le collectionneur Wilhelm Uhde, à son internement à l'asile psychiatrique, en 1932[1].

SynopsisModifier

En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, premier acheteur de Picasso et découvreur du douanier Rousseau, loue un appartement à Senlis pour écrire et se reposer de sa vie parisienne. Il prend à son service une femme de ménage, Séraphine, 48 ans. Quelque temps plus tard, il remarque chez des notables locaux une petite peinture réalisée sur bois. Sa stupéfaction est grande d'apprendre que l'auteur n'est autre que Séraphine. S'instaure alors une relation poignante et inattendue entre le marchand d'art d'avant-garde et la femme de ménage visionnaire.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

Séraphine
Score cumulé
SiteNote
Metacritic84/100[Note 1]
Rotten Tomatoes88 %[2]
Allociné [3]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 88 % d'opinions favorables pour 95 critiques[2]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 84100 pour 22 critiques.

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 3,65 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 23 titres de presse[3].

DistinctionsModifier

PlagiatModifier

Le film s'appuie principalement sur la biographie d'Alain Vircondelet, intitulée Séraphine de Senlis (1983). Il s'inspire également des ouvrages de Jean-Pierre Foucher (1968) et de Wilhelm Uhde (1949)[4].

Le , le producteur et le scénariste du film sont condamnés pour plagiat par le tribunal de grande instance de Paris. Dans son jugement, le tribunal relève « neuf cas précis pour lesquels, outre la reprise d’éléments biographiques inventés par Vircondelet, on note une similitude dans la formulation employée, parfois au mot près, ce qui permet d’exclure la simple réminiscence derrière laquelle se retranchent les défendeurs[4]. ».

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Moyenne réalisée sur 22 critiques

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier