Ouvrir le menu principal

Le Grand Soir (film, 2012)

film sorti en 2012
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Grand Soir (homonymie).
Le Grand Soir
Description de cette image, également commentée ci-après
Gustave Kervern et Benoît Poelvoorde lors de la présentation du film au festival de Cannes 2012.

Réalisation Benoît Delépine
Gustave Kervern
Scénario Benoît Delépine
Gustave Kervern
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 92 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Grand Soir est un film français de Benoît Delépine et Gustave Kervern sorti le . Il s'agit du cinquième long-métrage du duo de réalisateurs-scénaristes grolandais.

Lors du Festival de Cannes 2012, sélectionné dans la section « Un certain regard »[1], il reçoit le Prix spécial du jury (présidence de Tim Roth). Leur passage sur la Croisette a été punk, à l'image du film[2].

SynopsisModifier

Deux demi-frères (incarnés par Benoît Poelvoorde et Albert Dupontel) dont le premier est devenu « le plus vieux punk à chien d'Europe » et le second — bon garçon et commercial plein d'avenir — fait un épuisement nerveux à la suite de son licenciement et de son divorce. Les parents (Brigitte Fontaine et Areski Belkacem), propriétaires blasés d'un établissement de la chaîne « La Pataterie » dans une banlieue commerciale, veulent qu'ils deviennent de vrais adultes afin qu'ils s'émancipent enfin, et décident donc de leur révéler que leur père n'est pas leur géniteur biologique. Les deux héros se retrouvent ainsi à la rue et décident d'avancer droit devant eux pour un road trip en quête de liberté. Leur retour en ville se fera de façon grandiose : ils décident de déclencher le « Grand Soir ».

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

TournageModifier

  • Une partie du tournage eu lieu en Aquitaine (Gironde) et en Poitou-Charentes (Charente), durant l'été 2011[3].
  • Une scène se déroule pendant un concert des Wampas donné au BT59 de Bègles[4].
  • Les scènes du centre commercial se déroulent à Champniers et à Gond-Pontouvre (Zone des Montagnes, Angoulême Nord), ainsi qu'à Bègles en Gironde, notamment la scène du magasin Carrefour[5].
  • La scène d'ouverture est tournée à Angoulême[5].
  • Le chien Billy Bob est le propre chien de Benoît Poelvoorde.
  • Bien que comique, le film devient assez noir pour le spectateur, et aborde des thèmes graves, comme l'exclusion, le chômage, l'alcoolisme, et la marginalité.
  • Souvent, des figurants donnent la réplique aux comédiens Benoit Poelvoorde et Albert Dupontel, mais ils sont filmés de loin, afin qu'ils ne demandent pas un salaire conforme à celui de comédien[réf. souhaitée].
  • Des autorisations ont été demandées pour filmer dans les magasins, ou grandes surfaces. Le recours à la location fut utilisé.

Le film a été tourné[6] dans les départements de :

Réception publiqueModifier

Le film a attiré 430 000 spectateurs en France[7].

Extrait de critique de cinéma :

  • Dans L'Humanité, Jean Roy résume à propos du film « Quand le monde qui nous entoure est triste à pleurer, qu’il suinte l’ennui, il ne reste plus qu’à en rire. Éternelle leçon du cinéma comique et mise en application pratique ici. »[8]

PrixModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier