Saint-Vaast-la-Hougue

commune française du département de la Manche

Saint-Vaast-la-Hougue
Saint-Vaast-la-Hougue
Le port de plaisance de Saint-Vaast-la-Hougue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Gilbert Doucet
2020-2026
Code postal 50550
Code commune 50562
Démographie
Gentilé Saint-Vaastais
Population
municipale
1 729 hab. (2018 en diminution de 8,81 % par rapport à 2013)
Densité 275 hab./km2
Population
agglomération
3 565 hab. (2016)
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 17″ nord, 1° 16′ 03″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 10 m
Superficie 6,28 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Saint-Vaast-la-Hougue
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Val-de-Saire
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue
Liens
Site web www.saintvaast.fr

Saint-Vaast-la-Hougue (prononcé [sɛ̃.vlaug]) est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 729 habitants[1].

Elle a la particularité de présenter sur son territoire un site majeur de l’œuvre de Vauban : les tours observatoires de Tatihou et de la Hougue, inscrites en 2008 au patrimoine mondial de l'humanité dans le cadre du bien en série « fortifications de Vauban »[2].

Saint-Vaast-la-Hougue fait partie des villes et villages classés « 2 fleurs » au label villes et villages fleuris[3].

La commune de Saint-Vaast-la-Hougue est élue « Village préféré des Français 2019 » lors de l'émission du diffusée sur France 3.

GéographieModifier

 
Carte de Saint-Vaast-la-Hougue.

Situé sur la côte est du Nord-Cotentin, Saint-Vaast-la-Hougue abrite un port de plaisance.

À environ un kilomètre de la côte, l'île de Tatihou fait partie de la commune. Elle est accessible à pied à marée basse et un bateau amphibie assure une liaison régulière avec le port. Une tour y a été érigée en 1694 par Benjamin de Combes, élève de Vauban.

Au sud, le fort de la Hougue, aussi construit en 1694 par Benjamin de Combes, est une base militaire ouverte une fois par an au public lors des journées du patrimoine.

La commune est traversée par la Saire.

Tout comme les grands chalutiers amarrés au port, les parcs à huîtres visibles à marée basse entre Tatihou et la côte témoignent de la prédominance de l'activité maritime à Saint-Vaast qui est le plus ancien bassin ostréicole de Normandie[4].

Saint-Vaast-la-Hougue fait partie des 303 communes françaises identifiées comme gravement menacées par la montée des eaux[5], en raison du réchauffement climatique[6].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[7]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[9]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[7]

  • Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 10,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 917 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[11] complétée par des études régionales[12] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Gonneville », sur la commune de Gonneville-Le Theil, mise en service en 1959[13] et qui se trouve à 16 km à vol d'oiseau[14],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 919,7 mm pour la période 1981-2010[15]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Cherbourg – Maupertus », sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin, mise en service en 1935 et à 26 km[16], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[17] à 10,7 °C pour 1981-2010[18], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[19].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Vaast-la-Hougue est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[20],[21],[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Vaast-la-Hougue, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[23] et 3 517 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[24],[25]. La commune est en outre hors attraction des villes[26],[27].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[28]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[29],[30].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (35,1 %), zones urbanisées (26,1 %), terres arables (16,8 %), zones agricoles hétérogènes (12,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,6 %), zones humides côtières (2,2 %)[31].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[32].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancto Vedasto de 1159 à 1189[33]; [Ricardus de] Hoga 1216 (personnage)[33]; Hougua de Sancto Vedasto au XIVe siècle[33]; La Hougue ou Port la Hougue en 1789; Port la Hougue en 1793, Saint-Vaast en 1801, Saint-Vaast-la-Hougue en 1888[34].

La paroisse est dédiée à Vaast d'Arras, évêque d'Arras[33] puis de Cambrai au VIe siècle, religieux vénéré à l'abbaye de Fécamp en pays de Caux et dont Saint-Vaast constituait un fief[35].

Le déterminant complémentaire la-Hougue représente l'appellatif toponymique Hougue, commun en Cotentin, et qui est une variante de Hogue[33], fréquent ailleurs en Normandie. Il est issu du vieux norrois haugr et désigne en général un tertre, une hauteur[33],[36]. Dans le cas présent la Hougue désigne un promontoire qui domine le port[33].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porte les noms de La Hougue et de Port-la-Hougue. Elle reprend le nom de Saint-Vaast jusqu'en 1888, date à laquelle elle devient Saint-Vaast-la-Hougue[34].

La prononciation est [sɛ̃.vlaug][36].

Le gentilé est Saint-Vaastais.

L'ancienne paroisse de Rideauville a été rattachée en 1793[33]. Il s'agit d'une formation en -ville au sens ancien du « domaine rural », précédée du nom de personne Ridel fréquent dans la Manche et plus généralement en Normandie.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Des fouilles, dirigées par Gérard Fosse, ont révélé une occupation humaine datée du Moustérien sur le site du Fort[37].

Moyen ÂgeModifier

En 1001, près de Saint-Vaast-la-Hougue, Néel Ier de Saint-Sauveur repousse un débarquement anglo-saxon du roi Æthelred le Malavisé : l'invasion anglo-saxonne, échoue grâce à l'énergie de Néel de Saint-Sauveur qui vainc les envahisseurs à la bataille du Val de Saire. Guillaume de Jumièges explique que ce débarquement visait à capturer la personne du duc de Normandie Richard[38]. L'historien François Neveux émet quelques doutes concernant cette affirmation, constatant l'éloignement de Rouen du champ de bataille. Pour lui, il s'agit juste d'un raid de pillage en représailles des expéditions vikings dans le royaume anglo-saxon[39].

Avant la bataille de Crécy en 1346, Édouard III entreprend une campagne ayant pour but de prendre Paris. Il prépare un nouveau débarquement, qu'il ne sait encore où fixer. Son adversaire, le roi de France, lui épargne de trop longues hésitations en condamnant à l'exil un grand seigneur normand, Geoffroy d'Harcourt, sire de Saint-Sauveur-le-Vicomte, lequel court se réfugier à la cour d'Angleterre, offrant ainsi à Édouard III le prétexte idéal d'un libre accès en Cotentin. Le , le roi d'Angleterre réunit un millier de navires dans les rades de Portsmouth, Southampton et de l'île de Wight et met à la voile. Le lendemain, la baie n’étant pas fortifiée, il débarque à Saint-Vaast-la-Hougue avec 20 000 hommes et s'empare de la Normandie.

En 1360, le traité de Brétigny rend à la France toutes les places fortes du Cotentin, à l'exception de celle de Saint-Vaast et de Saint-Sauveur qui restent anglaises[40].

En 1405, plusieurs vaisseaux anglais abordent à la Hougue et leurs occupants ravagent et incendient une trentaine de villages aux alentours dont Vaudreville, Fontenay, Saint-Floxel, Quinéville, Saint-Martin-d'Audouville[41].

Époque moderneModifier

Lors de la cinquième guerre de religion, Montgommery, réfugié en Angleterre après le massacre de la Saint-Barthélemy, débarque à Saint-Vaast avec une armée forte de 5 000 hommes afin de reprendre le Cotentin[42].

En 1692, la bataille de la Hougue voit s'affronter au large de Barfleur la flotte française menée par l'amiral de Tourville et la flotte anglo-hollandaise. Au terme d'une rude bataille, et du fait d'une marée défavorable, en particulier dans le Raz de Barfleur, puis dans le raz Blanchard, onze vaisseaux français ne purent regagner Saint-Malo et seront échoués puis brûlés près de la Hougue et de l'île de Tatihou, ainsi que trois autres près de Cherbourg.

 
Tour Vauban de la fortification de la Hougue.

À la suite de cette défaite, deux tours fortifiées sont construites à partir de 1694, par Benjamin de Combes, élève de Vauban, sur la butte de la Hougue et sur l'île de Tatihou. Ces tours permettent de défendre les baies de Saint-Vaast et de Morsalines contre les agresseurs.

En 1756, Antoine Alexis Perier de Salvert (1691-1757) et Antoine Choquet de Lindu (1712-1790) publient, après de longs travaux, un Mémoire sur l'établissement d'un port et d'un arsenal de la marine à La Hougue[43].

Époque contemporaineModifier

Les travaux de fortifications se poursuivent jusqu'au XIXe siècle, période à laquelle le port de Saint-Vaast-la-Hougue est aménagé. La grande jetée est construite de 1828 à 1845 puis les quais de 1846 à 1852[44]. Des brise-lames sont ensuite ajoutés pour délimiter le port.

Le , le port de Saint-Vaast-la-Hougue est le premier port de la Manche libéré par les Alliés.

Comme dans la ville voisine de Barfleur, le port se vide à marée basse. Une écluse à l'entrée du port est inaugurée en 1982 pour en faire un bassin à flot, partagé entre un port de pêche et un port de plaisance.

Son activité économique s'est diversifiée du XVIIIe au XXIe siècle. Dans les années 1700-1800, le port était animé par la pêche professionnelle[réf. nécessaire], les marins-pêcheurs partaient pendant plusieurs jours en mer et revendaient le fruit de leur travail sur le quai. Aujourd'hui, la pêche professionnelle est toujours un axe majeur de l'économie locale, mais elle est concurrencée par le tourisme qui s'est étendu au cours du XIXe siècle. Le port est majoritairement occupé par des bateaux de plaisance français et étrangers.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Saint-Vaast-la-Hougue se blasonnent ainsi :
Parti d'azur à la tour de Tatihou d'or ouverte et ajourée de sable et de sable à la tour de la Hougue aussi d'or ouverte et ajourée aussi de sable sur une mer d'azur ondée de sable et d'azur de l'un en l'autre ; enté d'argent à l'ancre de gueules ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé de deux léopards adossés d'or[45].

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1792 ... Georges Crafton    
1794 ... Jacques Gabriel Hamelin    
1794 1796 Louis Basset    
1796 1800 Jacques Guillemette    
1800 1808 Louis Basset    
1808 1813 Alphonse Vaultier    
1813 1823 François Boyer de Choisy    
1823 1830 Gabriel Lamache   Propriétaire de parcs et négociant d'huîtres, conseiller général
1830 1835 Alexandre Asselin    
1835 1837 Pierre Lépiney    
1837 1848 Gabriel Lamache   Propriétaire de parcs et négociant d'huîtres, conseiller général
1848 1848 Charles Prosper Costey    
1848 1860 Gabriel Lamache   Propriétaire de parcs et négociant d'huîtres, conseiller général
1860 1865 Hyacinthe Bruno de Boyer    
1865 1868 Charles Prosper Costey   commandant au Havre après son mandat de maire
1869 1878 Hilaire Hamelin d'Ectot    
1878 1879 Ernest Costey    
1879 1881 Alexandre Asselin    
1881 1885 Hilaire Hamelin d'Ectot    
1885 1886 Jean-Baptiste Ardouin    
1886 1905 Hilaire Hamelin d'Ectot    
1905 1905 Amédée Pénitot    
1905 1908 Gustave Delacroix    
1908 1915 Guillaume Hatin    
1915 1929 Frédéric Brot    
1929 1931 Eugène Crestey    
1931 1937 Auguste Quentin    
1937 1943 Ferdinand Laporte    
1943 1944 Jules Lefèvre   Nommé par le Préfet ( Régime de Vichy )
1944 1946 Édouard Bailly    
1946 1953 Édouard Douzouville    
1953 1955 René Crestey    
1955 1977 Marcel Pignot [46]    
1977 1989 Jules Pinteaux    
1989 1995 René Mercier    
1995 2001 Georges Cazin    
2001[47] mai 2020 Jean Lepetit SE
(ex-UDI)[48]
Directeur d'école primaire, conseiller départemental
mai 2020[49] En cours Gilbert Doucet SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[49].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[50]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[51].

En 2018, la commune comptait 1 729 habitants[Note 6], en diminution de 8,81 % par rapport à 2013 (Manche : −0,79 %, France hors Mayotte : +1,78 %). Saint-Vaast-la-Hougue a compté jusqu'à 4 313 habitants en 1851.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3983 0892 7923 1843 5023 5754 0813 9054 313
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 1934 1624 0983 6643 2832 8052 8442 7132 590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8322 6352 5492 1562 0792 0412 0842 2642 273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 4312 3912 2682 3472 1342 0972 0832 0801 904
2017 2018 - - - - - - -
1 7301 729-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et industrieModifier

IndustrieModifier

  • Entreprise Facnor (créée en 1981), enrouleurs de bateaux, 6 M € de chiffre d'affaires (2019); société reprise en 2013 par le groupe Wichard (Thiers)[53].

ActivitésModifier

 
Parc à huîtres près du port de Saint-Vaast.

L'ostréiculture est une activité notoire de la ville, avec plusieurs producteurs qui vendent en France et à l'exportation. Saint-Vaast-la-Hougue, berceau de l'huître normande, dispose de 250 hectares de parcs.

 
Petit bateau de pêche face à l'île de Tatihou.

Le port de pêche et le port de plaisance sont en eau profonde, accessibles à marée haute, et bénéficient de l'orientation à l'est de ce côté de la côte du Cotentin. Le port de plaisance, en activité depuis 1980, comporte 665 places.

Le tourisme est une activité importante, la ville est une station balnéaire qui compte des hôtels et restaurants et aussi un camping. Saint-Vaast-la-Hougue est dénommée « commune touristique » depuis [54].

Ressources agricoles de culture maraîchère.

Vie localeModifier

Le marché se tient rue de Verrüe le samedi matin.

SantéModifier

 
Maison de retraite de Saint-Vaast-la-Hougue.

La commune compte une maison de retraite médicalisée ainsi que deux médecins généralistes et deux kinésithérapeutes. Un cabinet d'infirmières libérales se situe sur le port.

Écologie et recyclageModifier

EnseignementModifier

L'école maternelle et l’école primaire Marcel-Lepaysant, réunies sur un seul site, le collège Guillaume-Fouace et la ferme aquacole du lycée maritime de Cherbourg qui prépare au baccalauréat professionnel Cultures marines.

CultureModifier

SportsModifier

La commune compte un club de football, un de tennis et une école de voile (CNBSV). Les aménagements comportent un skate-parc.

Le football club du Val de Saire qui regroupe les communes de Quettehou, Réville et Saint Vaast la Hougue, fait évoluer 1 équipe en Ligue de Normandie et 2 équipes dans les divisions de District de la Manche.

CultesModifier

 
Intérieur de l'église Saint-Vaast.

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

JumelagesModifier

Dans la fictionModifier

PhilatélieModifier

  • En 1983, un timbre faisant partie de la série Personnages célèbres à l'effigie de Max-Pol Fouchet, rouge et noir, de valeur 1,80 franc surtaxé de 0,40 franc, comporte Vézelay en 2e plan. Ce timbre a bénéficié d'une vente en 1er jour le à Saint-Vaast-La-Hougue et à Vézelay. Il porte le n° YT 2282[62].
  • En 2020, à la suite de l'élection de Saint-Vaast village préféré des Français 2019, un timbre est émis au tarif lettre verte à 0,97 €. Il est mis en vente officielle le , après une vente en 1er jour le jeudi à Saint-Vaast.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[10].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Population municipale 2018.
  2. a et b UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Fortifications de Vauban », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le ).
  3. « Les communes labellisées Site officiel du Label Villes et Villages Fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  4. Pascal Leygoute, « À la pointe du Cotentin », L'Express du 6 décembre 2004,
  5. « Circulaire du 02/08/11 relative à la mise en œuvre des plans de prévention des risques naturels littoraux », sur aida.ineris.fr.
  6. « Montée des eaux en France : les prévisions alarmantes des scientifiques », sur Reporterre, .
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  9. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  10. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  11. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  12. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  13. « Station Météo-France Gonneville - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Saint-Vaast-la-Hougue et Gonneville-Le Theil », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France Gonneville - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  16. « Orthodromie entre Saint-Vaast-la-Hougue et Cherbourg-en-Cotentin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Unité urbaine 2020 de Saint-Vaast-la-Hougue », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  24. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  25. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  27. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  28. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  29. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  32. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  33. a b c d e f g et h François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 216.
  34. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Jules leroux, Histoire de Saint-Vaast-la-Hougue, ancien fief de l'abbaye de Fécamp, Fécamp, Imprimerie réunies de M.-L. Durand, 1897 [1]
  36. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2, notice BnF no FRBNF36174448), p. 242.
  37. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-914541-96-1), p. 7.
  38. Guillaume de Jumièges, Histoire des Normands, éd. Guizot, 1825, p.114-115.
  39. François Neveux, La Normandie des ducs aux rois (Xe – XIIe siècle), Éd. Ouest-France, Rennes, 1998, p. 68.
  40. Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et Manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, (ISBN 978-2-84706-143-7), p. 22.
  41. Hébert et Gervaise 2003, p. 35.
  42. Hébert et Gervaise 2003, p. 79.
  43. France. Ministère de l'éducation nationale, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Volume 2, (lire en ligne), p. 688
  44. Constructeurs de navires à Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue, Musée maritime de l'île de Tatihou, 2002.
  45. « GASO, la banque du blason - Saint-Vaast-la-Hougue Manche » (consulté le ).
  46. https://www.archives-manche.fr/f/communesdelamanche/1708/fiche/?
  47. « Le maire, Jean Lepetit, est candidat à sa propre succession », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  48. http://www.politiquemania.com/forum/vie-partis-f16/creation-union-des-democrates-independants-udi-t2650-220.html
  49. a et b « Saint-Vaast-la-Hougue. Gilbert Doucet élu maire, Jean Lepetit démissionne », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  50. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  51. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  53. https://www.francebleu.fr/emissions/manche-terre-d-entreprise/facnor-saint-vaast-la-hougue
  54. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - avril 2011 » : page 20.
  55. « Site du festival - Programme 2013 » (consulté le ).
  56. « La Chapelle des Marins », notice no PA00110607, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Les fortifications Vauban inscrites au patrimoine mondial « Copie archivée » (version du 13 août 2008 sur l'Internet Archive) », NouvelObs.com, 7 juillet 2008
  58. « Ensemble de 17 verrières figurées : Vie du Christ, Vie de saint Martin, Saint Joseph, Vision de saint Aubert d'Avranches, Saint Augustin et sainte Monique, Sainte Jeanne d'Arc entendant les voix, la Femme de l'Apocalypse, Apparition de la Vierge à sainte Bernadette », notice no IM50002511, base Palissy, ministère français de la Culture.
  59. « Saint-Vaast La Hougue - L'église », sur www.saintvaast.fr (consulté le ).
  60. dépêche René Lepelley est décédé,Tendance ouest du 31 08 2011 à 09h35
  61. https://actu.fr/normandie/saint-vaast-la-hougue_50562/necrologie-cet-acteur-du-cotentin-a-tourne-avec-depardieu-jean-reno-pierre-richard-johnny_39426379.html
  62. Catalogue Yvert et Tellier, t. 1.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :