Ouvrir le menu principal

Brise-lames

jetée destinée à protéger un port
Ne doit pas être confondu avec Épi (maritime).
Les principales fonctions d'un môle sont l'accostage et la protection contre les vagues.

Un brise-lames est une construction du type épis, digue ou jetée (môle), établie devant un port, une zone aménagée, une plage ou un littoral vulnérable à l'érosion.

Il peut constituer un abri pour protéger une zone de mouillage lors de mauvais temps.

Le brise-lames n'est pas, contrairement à une digue ou une jetée, obligatoirement accessible de la terre. Mais une jetée ou une digue sert fréquemment de brise-lames.

Les ingénieurs maritimes utilisent parfois le terme « digue » pour désigner un brise-lames.

HistoireModifier

Article connexe : Génie maritime.

Les brise-lames ont été construits pour créer des abris portuaires. Vitruve est le seul auteur antique à nous donner des explications techniques sur la construction des ouvrages maritimes. Mais ses croquis ne nous sont pas parvenus et son texte fait l'objet de discussions concernant l'interprétation à apporter[1].

Les moyens utilisés ont bien sûr évolué :

  • structures en bois sur pieux ou plates-formes en bois sur pile de pierres (plutôt pour les appontements),
  • structures de blocs de pierre taillée avec remplissage éventuel en enrochements entre les deux parements,
  • structures en béton sans pouzzolane : blocs massifs coulés à sec dans un coffrage en bois,
  • structures en béton avec pouzzolane : blocs massifs coulés sous l'eau dans un coffrage en bois.

Ces ouvrages étant très couteux, les ingénieurs cherchent à optimiser leur dimensionnement[2].

Typologies de brise-lamesModifier

Un brise-lames est généralement constitué d'une « digue à talus » qui n'est autre qu'un monticule en enrochements recouvert d'une carapace composée de (très) gros blocs de pierre ou de béton capables de résister aux attaques de la houle. Un certain nombre de blocs artificiels en béton existent. Le premier bloc artificiel en béton, le Tétrapode, a été inventé en 1950 par le Laboratoire dauphinois d'hydraulique à Grenoble, France (Sogreah, maintenant Artelia)[3].

Durant la Seconde Guerre mondiale, lors du débarquement en Normandie, les alliés ont acheminé des caissons flottants de béton armé, dites Caissons Phoenix. D'autres brise-lames sont encore constitués de caissons préfabriqués en béton, généralement posés sur un monticule de fondation aménagé sur le fond marin. Ces caissons ont souvent des parois verticales et sont parfois aménagés dans le but de dissiper l'énergie de la houle, par exemple par la présence de trous comme dans le caisson Jarlan[4].

Un brise-lames peut aussi se présenter sous la forme de lignes de troncs d'arbres, de plusieurs mètres de hauteur, enfoncés dans le sable d'une grève, assurant ainsi une certaine protection à une digue ou à un terrain assailli par la mer. Certains bateaux désaffectés servent également de brise-lames.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydromorphologie, morphodynamieModifier

La construction d'un brise-lames induit une modification parfois complexe des courants et donc de la sédimentation et de la configuration du fond sur une surface plus ou moins importante selon le contexte[5]. Ceci explique que certains brises lames ne protègent pas de l'érosion ou la reportent simplement en amont ou en aval de l'ouvrage[6], voire l'aggrave fortement[7]. Sous forme de maquette, l'ouvrage peut être testé dans un bassin à houle[8] (qui peut être trompeur car n'intégrant pas le facteur vent ou les effets de surcote induits par des dépressions importantes).

Parmi les méthodes alternatives figurent

  • le drainage de plage[9].
  • le « brise-lames flottant »[10],[11]

Écologie du brise-lameModifier

Les brises-lames peuvent involontairement constituer un habitat semi-naturel ou artificiel propice à certaines espèces côtières d'algues, arthropodes, mollusques et oiseaux, voire de reptiles. Ces structures servent de substrat de fixation à plusieurs espèces de mollusques, autres invertébrés et d'algues adaptées à l'estran, espèces qui s'accrochent en temps normal à des récifs et autres structures naturellement formées par l'érosion ou d'autres phénomènes géologiques[12],[13].

Chaque interstice d'un brise-lame constitue un potentiel refuge pour une variété d'organismes dont les crustacés. En Europe, plusieurs espèces d'oiseaux spécialisées dans la quête de nourriture en milieu intertidal peuvent être facilement observées sur les brises-lames artificiels proches de zones habitées comme le tournepierre à collier, le bécasseau violet, l'huîtrier pie et diverses espèces de goélands, car ces endroits constituent un garde-manger riche en mollusques, algues et crustacés dont ces espèces se nourrissent.

Les brises-lames peuvent donc jouer un rôle relativement important dans le maintien d'une partie de la biodiversité de certaines zones maritimes de plus en plus urbanisées.

En FranceModifier

Fin 2018, une cartographie des ouvrages et aménagements littoraux fixant le trait de côte (ouvrages de type digues, jetées, brise-lames…) a été finalisée début 2018 par le CEREMA pour le littoral français, à la demande du ministère en charge de l’environnement. Elle est disponible sur le site Géolittoral ; s’inscrivant aussi dans le cadre de l’élaboration d’un indicateur national de l’érosion côtière[14]

En architecture navaleModifier

 
Brise-lames sur le pont gaillard d'un chalutier, protégeant, entre autres, le guindeau.

Sur un navire, un brise-lames est une tôle additionnelle généralement en forme de « V » montée sur le pont gaillard et destinée à briser les lames et les détourner lorsqu'elles montent sur le pont[15]. Ce brise-lames a un rôle de déflecteur, il améliore la sécurité des marins, la protection de la cargaison et, sur les petits navires, facilite la conduite de la passerelle.

Notes et référencesModifier

  1. « Vitruvius’ Methods », www.ancientportsantiques.com (consulté le 24 mai 2019).
  2. Ouellet, Y. (1974). Sur le dimensionnement optimal de brise–lames à talus en enrochements et en blocs artificiels. Canadian Journal of Civil Engineering, 1(1), 14-27 (résumé)
  3. « Brevets », www.arteliagroup.com (consulté le 24 mai 2019).
  4. [PDF]« Les digues à paroi perforée. Caissons Jarlan de Dieppe : bilan général et expérience acquise », www.paralia.fr (consulté le 24 mai 2019).
  5. Mignot E, Tangu J.M & Pons F (2000) Modélisation morphodynamique des fonds autour des brise-lames. Ve Journées Nationales de Génie Côtier, Caen, 17-19.
  6. Corbau C (1995) Dynamique sédimentaire en domaine macrotidal: exemple du littoral du Nord de la France (Dunkerque) (Doctoral dissertation, Lille 1)|résumé.
  7. Durand, P. (2001) Érosion et protection du littoral de Valras-Plage (Languedoc, France). Un exemple de déstabilisation anthropique d'un système sableux/Erosion and protection of the Valras-Plage beach (Languedoc, France). An example of déstabilisation of a coastal sandy system by human disturbance. Géomorphologie: relief, processus, environnement, 7(1), 55-68.
  8. Hedar P.A (1956) Essais effectués sur un amortisseur de houle de modèle réduit. La houille blanche, (5), 748-752.
  9. Lambert, A., Rey, V., Provansal, M., Samat, O., & Sabatier, F. (2007). Lutte contre l’érosion littorale: efficacité des méthodes de stabilisation par drainage de plage, le cas de la baie d’Agay, Var. Méditerranée. Revue géographique des pays méditerranéens/Journal of Mediterranean geography, (108), 105-117
  10. McCartney B.L (1985) Floating breakwater design. Journal of Waterway, Port, Coastal, and Ocean Engineering, 111(2), 304-318.
  11. http://www.vliz.be/wiki/Floating_breakwaters
  12. Daro M.H (1969) Étude écologique d'un brise-lames de la côte belge : 1. Description et zonation des organismes. Annales de la Société Royale Zoologique de Belgique= Annalen van de Koninklijke Belgische Vereniging voor Dierkunde, (3-4).
  13. Daro, M. H. (1970). Etude écologique d'un brise-lames de la côte belge: 2. Biologie et développement saisonnier des espèces. Annales de la Société Royale Zoologique de Belgique= Annalen van de Koninklijke Belgische Vereniging voor Dierkunde, (3) (résumé)
  14. Cartographie publiée le 12 janvier 2018 | http://www.cerema.fr/spip.php?page=article&id_article=2531
  15. Robert Grüss, Petit dictionnaire de marine, 1943.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier