Saint-Sauveur-le-Vicomte

commune française du département de la Manche

Saint-Sauveur-le-Vicomte est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 062 habitants[Note 1].

Saint-Sauveur-le-Vicomte
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Le château.
Blason de Saint-Sauveur-le-Vicomte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
Éric Briens
2020-2026
Code postal 50390
Code commune 50551
Démographie
Gentilé Saint-Sauveurais
Population
municipale
2 062 hab. (2021 en diminution de 6,23 % par rapport à 2015)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 12″ nord, 1° 31′ 56″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 91 m
Superficie 34,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bricquebec-en-Cotentin
Législatives 3e circonscription de la Manche
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Liens
Site web https://ville-saint-sauveur-le-vicomte.fr/

Géographie

modifier

Localisation

modifier

La ville se trouve dans le Cotentin. Couvrant 3 427 hectares, le territoire de Saint-Sauveur-le-Vicomte est le plus étendu de l'arrondissement de Cherbourg.

Communes limitrophes

modifier

Les communes limitrophes sont Néhou, Besneville, Catteville, Doville, Rauville-la-Place, Sainte-Colombe, Saint-Jacques-de-Néhou, Taillepied et Varenguebec.

Géologie et relief

modifier

Dans la région de Saint-Sauveur-le-Vicomte, on rencontre des fossiles de Temperoceras (en) temperans, de la classe des mollusques, rapportés au Silurien[2]. On rencontre également quelques trilobites[3].

Hydrographie

modifier
 
Carte hydrographique de la commune.

Saint-Sauveur-le-Sauveur est située sur le fleuve côtier la Douve.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[5]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Cotentin et à l'ouest du département de la Manche, frais, humide et pluvieux, où les contrastes pluviométrique et thermique sont parfois très prononcés en quelques kilomètres quand le relief est marqué[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 11,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 928 mm, avec 14,6 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Sainte-Marie-du-Mont à 22 km à vol d'oiseau[7], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 890,0 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Saint-Sauveur-le-Vicomte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[11],[12],[13]. La commune est en outre hors attraction des villes[14],[15].

Occupation des sols

modifier
 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (80,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (35,6 %), terres arables (21,9 %), zones agricoles hétérogènes (20,1 %), forêts (16,4 %), zones urbanisées (4,1 %), zones humides intérieures (1,9 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement

modifier

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 1 198, alors qu'il était de 1 173 en 2015 et de 1 054 en 2010[I 1].

Parmi ces logements, 78,4 % étaient des résidences principales, 7,2 % des résidences secondaires et 14,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 88,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 9,7 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Sauveur-le-Vicomte en 2020 en comparaison avec celle de la Manche et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi la faible proportion des résidences secondaires et logements occasionnels (7,2 %) par rapport au département (14,9 %) et à la France entière (9,7 %).

Le logement à Saint-Sauveur-le-Vicomte en 2020.
Typologie Saint-Sauveur-le-Vicomte[I 2] Manche[I 3] France entière[I 4]
Résidences principales (en %) 78,4 76,8 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 7,2 14,9 9,7
Logements vacants (en %) 14,4 8,3 8,2

Toponymie

modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sancti Salvatoris de 1060 à 1066, Saint Sauveor en 1313, Saint Sauveour en 1324[17], Saint Sauveur sur Douve de 1793 à 1814, puis de 1848 à 1851[18].

Une chapelle y fut bénite en 914 par l'évêque Herbert, sous le vocable de la Sainte Trinité et Saint Sauveur[19].

L'hagiotoponyme Saint-Sauveur désigne le Christ.

Du Vicomte de Cotentin, le seigneur Roger (I)[20], de la famille de Saint-Sauveur[21].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porte le nom de Sauveur-sur-Douve[18].

Le gentilé est Saint-Sauveurais[22].

Histoire

modifier

Moyen Âge

modifier

Le château fondé au Xe siècle et qui fut la possession jusqu'au XIe de la famille de Saint-Sauveur, devint l'une des forteresses les plus importantes de la région.

En 1345, Geoffroy d'Harcourt, seigneur de Saint-Sauveur, s'allia au roi d'Angleterre Édouard III et conseilla à ce dernier, en 1346, de faire une descente en Normandie.

Dans le cadre de la guerre de Cent Ans, le traité de Brétigny, signé en 1360, rendait à la France toutes les places fortes du Cotentin, à l'exception de celle de Saint-Sauveur et de Saint-Vaast qui restèrent anglaises[23].

Saint-Sauveur fur réuni par Henri IV au domaine royal, qui y établit un haras et le château fut donné par Louis XIV au comte de Toulouse, et le haras transféré près d'Argentan[24].

Depuis le Moyen Âge, s'y tient la foire annuelle de la Saint-Clair[25].

Le dernier seigneur de Saint-Sauveur fut le duc de Chartres.

Époque contemporaine

modifier

Saint-Sauveur, qui a bénéficié de l'amélioration du réseau routier au XIXe siècle, est desservi par le chemin de fer dans les années 1860, facilitant les déplacements des habitants et le transport des marchandises[26].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, après le débarquement de Normandie, lors de la Coupure du Cotentin, Saint-Sauveur est libéré après d'intenses bombardements qui coûtent la vie à près d’une vingtaine de civils détruisant partiellement le bourg le par les troupes aéroportées américaines placées sous le commandement du général Ridgway, commandant la 82e Airborne Division[26],[27].

Le plan de reconstruction du bourg est conçue par Olivier Lahalle, et permet de corriger la voirie du Bas du Bourg autour d’îlots à créer, à redéfinir les espaces publics et à dégager les abords du château. Les bâtiments dont l'état le permet sont réparés, de nouveaux édifices, isolés ou formant de nouveaux îlots, sont construits pour accueillir logements et commerces. Leur architecture est plus soignée aux abords du château. La reconstruction des édifices publics (pont, mairie, hospice, gendarmerie, musée, haras, perception) est également engagée, occasionnant parfois des conflits entre la municipalité et le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU) ou les monuments historiques[28]. L’hôtel de ville est inauguré en [26].

La reconstruction dure une vingtaine d'années, donnant aux quartiers détruits un aspect radicalement nouveau tout en maintenant une harmonie avec les vestiges du passé[26],[27].

Politique et administration

modifier

Rattachements administratifs et électoraux

modifier

Rattachements administratifs

modifier

La commune se trouve depuis 1963 dans l'arrondissement de Cherbourg-Octeville du département de la Manche.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Saint-Sauveur-le-Vicomte[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

modifier

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Bricquebec

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de la Manche.

Intercommunalité

modifier

Saint-Sauveur-le-Vicomte était membre de la petite communauté de communes de la Vallée de l'Ouve, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1997 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté d'agglomération du Cotentin dont est désormais membre la commune.

Tendances politiques et résultats

modifier

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans la Manche, la liste SE menée par Denise Vasselin obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 630 voix (57,22 %, quinze conseillers municipaux élus dont sept communautaires), devançant largement celle également SE menée par le maire sortant Michel Quinet, qui a recueilli 471 voix (42,77 %, quatre conseillers municipaux élus dont deux communautaires). Lors de ces élections,29,74 % des électeurs se sont abstenus[29].

Lors des élections municipales partielles du qui font suite à la démission d'une partie du conseil municipal, la liste menée par Eric Briens a remporté 434 voix (soit 52 % des suffrages exprimés, quinze conseillers élus) et celle par Denise Vasselin, 398 voix (47,84 %, quatre sièges). Lors de ce scrutin, 45,63 % des électeurs se sont abstenus[30].

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans la Manche, la liste menée par le maire sortant Éric Briens obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 498 voix (63,2 %, seize conseillers municipaux élus dont un communautaire), devançant très largement celle menée par Denise Vasselin, qui a recueilli 290 voix (36,8 %, trois conseillers municipaux élus). Lors de ce scrutin marqué par la Pandémie de Covid-19 en France, 50,25 % des électeurs se sont abstenus[31].

Administration municipale

modifier

Compte tenu de la population de la commune, son conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et ses adjoints[32].

Liste des maires

modifier
Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Vincent-Félix-Barbey    
1854 1874 Paul Foubert[33] Orléaniste Avocat, conseiller général de de Barneville-Carteret (1864 → 1877)
         
janvier 1878 janvier 1886 Paul Foubert[33] Orléaniste Avocat, sénateur inamovible (1875 → 1885)
conseiller général Canton de Barneville-Carteret (1881 → 1885)
Mort en fonction
mars 1886[réf. nécessaire]   Paul-Alfred-Marie Foubert Républicain Haut fonctionnaire,
conseiller général de Saint-Sauveur-le-Vicomte (1883 → 1887)
mai 1896 octobre 1919 Raoul Hersan    
         
décembre 1919 mai 1929 Pierre Le Marinel    
mai 1929 mars 1931 Albert Férey    
mars 1931 janvier 1948 Ernest Legrand    
janvier 1948 janvier 1982 Auguste Cousin[34] RI Agriculteur
Conseiller général de Saint-Sauveur-le-Vicomte (1958 → 1982)
Sénateur de la Manche (1979 → 1982)
Décédé en fonction
février 1982 juin 1995 Jean Tardif DVD Pharmacien
Conseiller général de Saint-Sauveur-le-Vicomte (1982 → 2001)
juin 1995[35] mars 2014 Michel Quinet DVD puis NC-UDI Médecin
Président de la CC de la Vallée de l'Ouve (1997 → 2016)
Chevalier de l'Ordre national du mérite et des Palmes académiques
mars 2014[36] septembre 2018[37] Jacques Regnault[38] SE Commerçant retraité
Mandat écourté par la démission d'une partie du conseil municipal
septembre 2018[30] En cours
(au 8 janvier 2024[39])
Éric Briens SE Cadre
Vice-président de la CA du Cotentin (2020 → )
Conseiller départemental de Bricquebec-en-Cotentin (2023 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[40],[41]

Distinctions et labels

modifier

À la suite de la création du pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin en 2001, Saint-Sauveur-le-Vicomte bénéficie avec Valognes et Bricquebec du label Villes et Pays d'art et d'histoire accordé par le ministère de la Culture.

Saint-Sauveur-le-Vicomte est labellisée « commune touristique » depuis [42].

Équipements et services publics

modifier

Enseignement

modifier

Les enfants sont scolarisés au groupe scolaire public Jacqueline-Maignan ou à l'école privée Notre-Dame.

Ils poursuivent leurs études au collège public Barbey-d'Aurevilly (décoré en 2022 d'une fresque réalisée par les élèves de 3e avec l'aide de leur professeure d’arts plastiques Sandrine Pain, et de l’artiste graffeur Baby.K[43]) ou au collège privé de l'Abbaye.

Population et société

modifier

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[45].

En 2021, la commune comptait 2 062 habitants[Note 3], en diminution de 6,23 % par rapport à 2015 (Manche : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6662 6512 9702 9572 8362 8962 7742 8462 818
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7552 7222 7542 5422 6592 6592 7652 6682 647
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5252 4352 2662 1222 1092 0922 1242 1052 211
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 1042 1352 1682 2142 2572 2042 0822 0442 195
2018 2021 - - - - - - -
2 0992 062-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le Réveil sportif saint-sauveurais fait évoluer une équipe de football en division de district[47].

Manifestations culturelles et festivités

modifier
  • Fin 2008, un salon du livre consacré à Barbey d'Aurevilly y a été organisé[48] par le Comité du bicentenaire de la naissance de l'écrivain[49].

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier
 
L'abbaye bénédictine.
Ses abbés siégeaient à l'Échiquier de Normandie[24].
  • Musée Barbey-d'Aurevilly, dans la maison, inscrite en 1985 au titre des monuments historiques[52], qui a vu naître l'écrivain, en plein bourg de Saint-Sauveur.
  • L'hôtel de ville, construit sur les plans du cabinet Burkart, est inauguré en [26]
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste des XIIe, XVe – XIXe siècles[53]. L'édifice, avec sa tour de clocher massive, et cloches carillons, coiffé en bâtière, est ornée d'arcs de voûte finement moulurés qui retombe sur des culots d'ogives. À l'intérieur on peut voir un très beau christ aux liens du XVIe siècle (commandé en 1522) et un saint Sébastien[54], ainsi que les fonts baptismaux datés de 1572, saintes huiles du XVIIIe, statue Ecce homo du XVIe classée au titre objet aux monuments historiques[55].
  • Les hameaux de Selsoif et de Hautmesnil ont chacun leur église. L'église Saint-Claude de Selsouëf des XIIIe – XVIIe siècles, d'origine romane, abrite une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle classée au titre objet aux monuments historiques[56]. L'église Saint-Georges de Hautmesnil est du XIXe siècle. Elle abrite une statue de saint Georges du XVIe et un bas-relief le Sauveur et les quatre évangélistes du XIXe[57]. Son portail est entouré de médaillons avec portraits.
  • Manoir des Maires ou Desmaires ou Desires à Selsoif qui pourrait dater du XVIe siècle, et dont le portail en est la partie la plus ancienne.
En 1571, Vincent Ier Des Maires épousa Élisabeth du Saussey, qui se trouva veuve en 1593 avec la charge de sept enfants se vit accorder le la jouissance en intégralité du bien et revenu du dit défunt[58].
  • Château des Fresnais : forte demeure du XIXe siècle avec pavillon central bâtie aux abords de la forêt domaniale[59].
  • Château de Beaulieu, du XVIIIe siècle, près de l'église de Taillepied.
  • Château du Lude des XVIIIe – XIXe siècles, de style victorien, construit en 1862 en remplacement du précédent détruit par un incendie. Il est édifié dans un esprit gothique et Renaissance mené par Viollet-le-Duc[59]. La propriété est acquise par Auguste Le Marois pour le compte de son frère Jean Le Marois (1776-1836)[60].
  • Manoir des Bréholles du début du XVIIe siècle qui présente une face arrière percée sur quatre niveaux de rares ouvertures[61]. Il comprend des bâtiments de communs avec pressoir et charterie à deux arcades des XVIe et XVIIe siècles[62].
  • Manoir du Valpépin avec un grand logis, qui côté cour arbore un mur soigneusement maçonné de blocs carrés de grès de différentes couleurs, et porte sur sa façade une inscription « J. L C. 1895 ». Les bâtiments de la ferme du Valpépin ont été remaniés à la fin du XIXe siècle et plus récemment[62].
  • Porche d'entrée du château du Quesnoy du XVIIIe siècle.
  • La forêt domaniale de Saint-Sauveur est l'un des rares espaces forestiers du département. Elle couvre 233 hectares à l'ouest du territoire[63].
  • Vieille croix et if funéraire de l'ancien cimetière qui entourait l'église.

Particularité du découpage communal : la mairie et l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Taillepied se trouvent sur le territoire de Saint-Sauveur-le-Vicomte[64]. L'église Saint-Jean-Baptiste est du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune

modifier

Héraldique

modifier
  Blason
De gueules aux deux fasces accompagnées d'un château de trois tours en cœur et de six bars adossés et accolés deux à deux, quatre en chef et deux en pointe, le tout d'or.
Détails
Ce blason est inspiré des armoiries de la famille de Harcourt (subsistante), anciens seigneurs de la baronnie de Saint-Sauveur, et qui portent : de gueules à deux fasces d'or.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. Population municipale 2021, légale en 2024.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier

Site de l'Insee

modifier

Autres sources

modifier
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. Jean-Claude FISCHER, Guide des fossiles de France et des régions limitrophes, Éditions Dunod, 3e édition, 2016, (ISBN 978-2-10-075014-6).
  3. Fossiles, revue française de paléontologie, n° 50, avril-mai-juin 2022, page 55.
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2.
  7. « Orthodromie entre Saint-Sauveur-le-Vicomte et Sainte-Marie-du-Mont », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Ste Marie du Mo » (commune de Sainte-Marie-du-Mont) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Ste Marie du Mo » (commune de Sainte-Marie-du-Mont) - fiche de métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  17. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, , p. 1524.
  18. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Abbé Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d’Avranches, vol. 2, , p. 329 et suivantes.
  20. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Valognes) : pièces justificatives, vol. 48, , p. 59.
  21. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècle) : Étude historique et topographique », dans Archéologie médiévale, t. 12, (lire en ligne sur Persée.), p. 180.
  22. « Saint-Sauveur-le-Vicomte », sur archives-manche.fr, Archives départementales de la Manche (consulté le ).
  23. Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 176 p. (ISBN 978-2-84706-143-7), p. 22.
  24. a et b Delattre, 2002, p. 227.
  25. Maurice Lecœur, Le Moyen Âge dans le Cotentin : Histoire & Vestiges, Isoète, , 141 p. (ISBN 978-2-9139-2072-9), p. 53.
  26. a b c d et e « L'histoire de Saint-Sauveur-le-vicomte », Tourisme, sur ville-saint-sauveur-le-vicomte.fr (consulté le ).
  27. a et b « Revivez la Libération et la reconstruction de cette commune du Cotentin : Une visite sur la Libération et la reconstruction de Saint-Sauveur-le-Vicomte est proposée ce dimanche 29 août par le Pays d'art et d'histoire du Cotentin », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Jean-Yves Pichard, « Ce dimanche, une visite guidée pour découvrir la reconstruction d'une commune du Cotentin : Une visite guidée est proposée, ce dimanche 26 juin 2022 après-midi, à Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), sur la libération et la reconstruction de la commune », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Résultats officiels pour la commune Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  30. a et b « Nouveau maire : Éric Briens a été élu samedi : À la suite du scrutin du dimanche 23 septembre, lors duquel il était arrivé en tête des votes, Éric Briens a été élu maire samedi 29 septembre », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Éric Briens a obtenu 14 voix, et 5 blancs ».
  31. « Manche (50) - Saint-Sauveur-le-Vicomte », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  32. Article L. 2121-2 du code généal des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  33. a et b Annuaire du département de la Manche, 33e année 1861, p. 244.
  34. « Site du sénat : Anciens sénateurs Ve République : Auguste Cousin » (consulté le ).
  35. « Michel Quinet décoré de la médaille de vermeil », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Jacques Regnault nouveau maire de Saint-Sauveur », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après avoir créé la surprise au premier tour où la liste « Saint Sauveur Renouveau » a raflé 15 sièges sur les 19 que compte le conseil municipal. C'est sans surprise que Jacques Regnault a été élu maire par 14 voix ».
  37. « Saint-Sauveur-le-Vicomte. Jacques Regnault s'exprime », La Manche libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Après un long combat contre la maladie, un maire du Cotentin est décédé : L'ancien maire de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), Jacques Regnault, est décédé après avoir combattu une longue maladie. Il était très apprécié des habitants », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « en 2014, il se présente alors aux élections municipales en tête de la liste « Saint-Sauveur renouveau ». Il est finalement élu maire et y restera quatre ans, jusqu’aux élections de 2018 où il décidera de ne pas se représenter, mettant un terme à son engagement pour la vie locale ».
  39. « Saint-Sauveur-le-Vicomte. Tour d'horizon des projets de la municipalité en 2024 », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Jean-Yves Pichard, « Eric Briens brigue un deuxième mandat à Saint-Sauveur-le-Vicomte : Élu depuis septembre 2018, Eric Briens a annoncé vendredi 17 janvier qu'il briguait un nouveau mandat à la mairie de Saint-Sauveur-le-Vicomte, pour les municipales de mars 2020 », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Jean-Yves Pichard, « Saint-Sauveur-le-Vicomte : Eric Briens retrouve son écharpe de maire : Plébiscité avec 63% des voix au premier tour des élections municipales, le maire Eric Briens a officiellement repris son siège de maire de Saint-Sauveur-le-Vicomte samedi 23 mai », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Eric Briens a obtenu 14 voix, contre quatre voix, et un nul. ».
  42. « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - Août 2011 ».
  43. « Une superbe fresque dans ce collège du Cotentin : le graffeur Baby.K a encore frappé ! : Dans le cadre du parcours d'éducation artistique et culturel, une jolie fresque a été peinte à l'entrée du collège Jules-Barbey-d'Aurevilly de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche) », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  47. « Site officiel de la Ligue Normandie – Rév. S. Saint-Sauverais » (consulté le ).
  48. Musée Barbey d'Aurevilly, http://museebarbeydaurevilly.over-blog.com/article-23694973.html
  49. http://www.ville-saint-sauveur-le-vicomte.fr/documents/bicentenaire-barbey-daurevilly.pdf.
  50. « Ruines du château », notice no PA00110603, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Ancienne abbaye Sainte-Madeleine-Postel », notice no PA00110602, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Maison de Jules Barbey d'Aurevilly », notice no PA00110604, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Commune de Saint-Sauveur-le-Vicomte : Patrimoine, Eglise Saint Jean-baptiste, Le Bourg » (consulté le ).
  54. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-913920-38-5), p. 118.
  55. « statue : Ecce Homo », notice no PM50001082, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  56. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM50001085, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  57. Gautier 2014, p. 606.
  58. Université Inter-Âges de Basse-Normandie - Antenne de Cherbourg (préf. Rodolphe de Mons), Blasons armoriés du Clos du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 214 p. (ISBN 2-85480-543-7), p. 162.
  59. a et b Girard et Lecœur 2005, p. 273.
  60. Girard et Lecœur 2005, p. 32.
  61. Girard et Lecœur 2005, p. 161.
  62. a et b Michel Pinel (photogr. Patrick Courault), Châteaux et Manoirs de la Manche, t. 5, Rivages de France, coll. « Lumières et histoire », , 256 p. (ISBN 978-2-9561209-6-4), p. 63.
  63. « Site officiel de Saint-Sauveur-le-Vicomte : Commune de Saint-Sauveur-le-Vicomte : La forêt Domaniale, Arboretum » (consulté le ).
  64. « Taillepied et Saint-Sauveur-le-Vicomte » sur Géoportail..
  65. Statistique archéologique du département du Nord, 1867, p. 615, archivé au Harvard College Library numérisé par Google Books.