Ouvrir le menu principal

Saint-Germain-et-Mons

commune française du département de la Dordogne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain et Mons (homonymie).

Saint-Germain-et-Mons
Saint-Germain-et-Mons
Le bourg de Saint-Germain-et-Mons.
Blason de Saint-Germain-et-Mons
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Bergerac-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération bergeracoise
Maire
Mandat
Claude Carpe
2014-2020
Code postal 24520
Code commune 24419
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
811 hab. (2016 en augmentation de 5,46 % par rapport à 2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 41″ nord, 0° 35′ 38″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 133 m
Superficie 14,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Germain-et-Mons

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Germain-et-Mons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-et-Mons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-et-Mons
Liens
Site web saintgermainetmons.com

Saint-Germain-et-Mons est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

 
La vallée de la Dordogne à Saint-Germain-et-Mons.

Au sud du département de la Dordogne, en Bergeracois, dans l'aire urbaine de Bergerac, la commune de Saint-Germain-et-Mons s'étend sur 14,13 km2. Bordée au nord par la Dordogne qui la sépare de Creysse et Mouleydier, elle est arrosée par un de ses affluents, le Couillou, et dans une moindre mesure au sud-ouest, par le Gouzou, principal affluent de la Conne.

L'altitude minimale, 17 mètres, se trouve à l'extrême nord-ouest, là où la Dordogne quitte la commune et sert de limite entre Cours-de-Pile et Creysse. L'altitude maximale avec 133 mètres est localisée au sud, près du lieu-dit les Vayllaux, en limite de Saint-Aubin-de-Lanquais. Au niveau géologique, les terrains sont composés sur les coteaux, au sud, de calcaire et de molasse datant de l'Éocène, alors que la partie nord (la vallée de la Dordogne) est composée d'alluvions quaternaires[1].

Le bourg, au croisement des routes départementales (RD) 21 et 37, se situe, en distances orthodromiques, neuf kilomètres à l'est de Bergerac et douze kilomètres à l'ouest de Lalinde.

Le sud de la commune est également desservi par la RD 21E3.

Communes limitrophesModifier

Saint-Germain-et-Mons est limitrophe de sept autres communes.

Communes limitrophes de Saint-Germain-et-Mons
Creysse Mouleydier Saint-Agne
Cours-de-Pile   Verdon
Saint-Nexans Saint-Aubin-de-Lanquais

Villages, hameaux et lieux-ditsModifier

(Liste non exhaustive)

Outre le bourg de Saint-Germain-et-Mons proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2] :

  • au Pin
  • Bois de la Cardayre
  • la Borie Neuve
  • Bosredon Bas
  • le Bourdil[3]
  • Champ de la Borie Neuve
  • Champ de la Roque
  • Cireysou
  • la Cocarde
  • Combe du Bournat
  • Cussac
  • la Fontbrune
  • Font-Pieule
  • la Gabarie
  • le Grand Champ
  • Grand Mons
  • le Grand Pré
  • Grand Valat
  • Gravette
  • les Griffouillades
  • les Guichards
  • la Jarthe
  • les Justices
  • le Mayne
  • les Mestraux
  • Monbonard
  • la Montade
  • Moulin à Vent
  • Mourliane
  • la Mouthe
  • les Palaines
  • Péroquet
  • Petit Mons
  • le Pin
  • le Plan
  • Pont-Romieux
  • le Port de Mouleydier
  • le Pré de la Lièye
  • Pré du Bourdil
  • le Queyrou
  • le Râle
  • les Rivailles
  • Sireygeol
  • le Terme-Bas
  • le Terme-Haut
  • Teyssières
  • le Tuquet
  • les Vayllaux
  • les Verdames
  • Vignal-Bas

UrbanismeModifier

Prévention des risquesModifier

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2008 pour la Dordogne centre incluant la partie aval (sur les 400 derniers mètres) du Couillou et ses rives, donc la zone basse du territoire de Saint-Germain-et-Mons le long des deux cours d'eau[4],[5].

De plus, la commune est incluse dans le territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Bergerac — composé de 22 communes : 15 en Dordogne et 7 en Gironde — dont la validation a fait l'objet en décembre 2014 d'un arrêté du préfet de la région Midi-Pyrénées, responsable du bassin Adour-Garonne[6],[7].

ToponymieModifier

Le nom de Saint-Germain se réfère à Germain l'Auxerrois[8], évêque d'Auxerre au Ve siècle. Le nom de Mons dérive de l'occitan mont, lui-même dérivé du latin mons[9].

En occitan, la commune se nomme Sent Gèrman e Monts[10].

HistoireModifier

Le territoire communal a révélé des traces d'occupation paléolithique et néolithique, notamment des silex taillés[11].

À Mons, la route de Bergerac était surveillée par une forteresse dont il reste les vestiges d'une tour du XIe siècle[9]. La chapelle de Mons, comme l'église de Saint-Germain ont été édifiées à l'époque romane, puis reconstruites au XIXe siècle[9]. À Pont-Roumieu, les Augustiniens avaient établi un prieuré[9].

Les premières mentions écrites connues concernant la commune datent de 1273 pour Mons (castrum de Montibus) et 1290 pour Saint-Germain (Sanctus Germanus)[9].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village de Saint Germain est identifié sous le nom de Saint Germain de Pontroumieu[12].

En 1829, les communes de Mons et de Saint-Germain fusionnent sous le nom de Saint-Germain-et-Mons[13].

Le 21 juin 1944, le village est incendié par les Allemands, de même que celui de Mouleydier[11].

La commune a été décorée de la croix de guerre 1939-1945 le , distinction également attribuée à dix-huit autres communes de la Dordogne[14].

Politique et administrationModifier

IntercommunalitéModifier

En 2002, Saint-Germain-et-Mons intègre dès sa création la communauté de communes des Trois Vallées du Bergeracois. Cette structure intercommunale fusionne avec deux autres pour former au la communauté d'agglomération bergeracoise. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes des Coteaux de Sigoulès au pour former la nouvelle communauté d'agglomération bergeracoise.

Administration municipaleModifier

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[15],[16].

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001[17] (réélu en mars 2014[18]) En cours Claude Carpe PS Retraité

Instances judiciaires et administrativesModifier

Dans les domaines judiciaire et administratif, Cours-de-Pile relève[19] :

DémographieModifier

Les habitants de Saint-Germain-et-Mons se nomment les Saint-Germinois[20].

Jusqu'en 1829, les communes de Mons et de Saint-Germain étaient indépendantes.

Démographie de MonsModifier

Évolution de la population de Mons
1793 1800 1806 1821
87919483
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[21])

Démographie de Saint-Germain, puis de Saint-Germain-et-MonsModifier

En 1829, Mons fusionne avec Saint-Germain qui devient Saint-Germain-et-Mons.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[23].

En 2016, la commune comptait 811 habitants[Note 1], en augmentation de 5,46 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312352335351497485514568550
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
529472498522543594525512518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508505505468464465450506488
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
491464455486523606672736792
2016 - - - - - - - -
811--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

L'économie de la commune repose sur l'élevage (porcins, bovins, caprins, ovins) et l'agriculture (tabac, maïs, céréales, vergers, vignoble de Bergerac).

EmploiModifier

En 2015[26], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 395 personnes, soit 49,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (41) a augmenté par rapport à 2010 (35) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 10,4 %.

ÉtablissementsModifier

Au , la commune compte cinquante-sept établissements[27], dont vingt-sept au niveau des commerces, transports ou services, quinze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, huit dans la construction, cinq dans l'industrie, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[28].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturelModifier

La Dordogne, dont Saint-Germain-et-Mons est riveraine, est protégée au titre du réseau Natura 2000[29]. La commune est soumise à un arrêté préfectoral de protection de biotope de 1991 destiné à favoriser la migration et le frai de plusieurs espèces de poissons[30].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason Écartelé au 1) et au 4) de gueules au lion léopardé d’or sur un mont de sinople mouvant de la pointe, au 2) et au 3) d’azur au pont en dos d’âne de trois arches d’or, maçonné de sable, mouvant des flancs et de la pointe, surmonté d’une coquille renversée d’argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  2. « Saint-Germain-et-Mons » sur Géoportail (consulté le 20 avril 2015).
  3. Bourdil : deux lieux-dits du même nom, l'un au nord-est près de la RD 21, l'autre au sud-ouest.
  4. PPR inondation - 24DDT20070002 - Dordogne Centre, DREAL Aquitaine, consulté le 16 février 2019.
  5. [PDF] Saint-Germain-et-Mons - Dordogne centre - Plan de prévention du risque inondation p. 18, DREAL Aquitaine, consulté le 16 février 2019.
  6. [PDF] Arrêté no 2014337-0002 portant approbation des cartes des surfaces inondables et des cartes des risques d'inondation pour les territoires à risque important d'inondation du bassin Adour-Garonne, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  7. Plan de zonage du TRI de Bergerac, DREAL Aquitaine, consulté le 10 mars 2019.
  8. a b et c Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 154.
  9. a b c d et e Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 326.
  10. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 27 mars 2014.
  11. a et b Culture sur le site de Saint-Germain-et-Mons, consulté le 26 février 2011.
  12. « St Germain de Pontroumieu » sur Géoportail (consulté le 11 avril 2015).
  13. Notice de Mons sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 20 avril 2015.
  14. [PDF] Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945, Mémorial des batailles de la Marne - Dormans (51), p. 14-15.
  15. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 11 avril 2015.
  16. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 11 avril 2015.
  17. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 28 août 2014.
  18. Jean-Luc Chanteau, Ils ont planté le mai, Sud Ouest édition Dordogne du 17 mai 2014, p. 24d.
  19. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 11 avril 2015).
  20. Annuaire des maires de la Dordogne 2009, Mediapress, Périgueux, 2009, (ISSN 1770-3387), p. 248.
  21. « Notice communale de Mons », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 2 mai 2013).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  26. Dossier complet - Commune de Saint-Germain-et-Mons (24419) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 8 janvier 2019.
  27. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 8 janvier 2019).
  28. Dossier complet - Commune de Saint-Germain-et-Mons (24419) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 8 janvier 2019.
  29. FR7200660 - La Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 20 avril 2015.
  30. [PDF] Arrêté préfectoral de la Dordogne no 911909 portant conservation du biotope du saumon, de la Grande Alose "Alosa Alosa", alose Feinte "Alosa fallax", lamproie fluviatile "Lampetra fluviatillis", lamproie Marine "Petromyzon Marinus" constitué par l'ensemble du cours de la Rivière Dordogne dans le Département sur le site de l'INPN, consulté le 20 avril 2015.