Duras (Lot-et-Garonne)

commune française du département de Lot-et-Garonne

Duras
Duras (Lot-et-Garonne)
Duras vue du château.
Blason de Duras
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Marmande
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Duras
(siège)
Maire
Mandat
Bernadette Dreux
2020-2026
Code postal 47120
Code commune 47086
Démographie
Gentilé Duraquois
Population
municipale
1 251 hab. (2018 en diminution de 4,72 % par rapport à 2013)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 37″ nord, 0° 11′ 01″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 128 m
Superficie 20,17 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Coteaux de Guyenne
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Duras
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Duras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Duras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Duras
Liens
Site web http://www.mairie-duras.fr/

Duras est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ancien chef-lieu du canton de Duras, la commune est depuis 2015 le bureau centralisateur du canton des Coteaux de Guyenne.

Les habitants en sont les Duraquois[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Duras est située à 62,5 km au nord-ouest d'Agen et 62,7 km au sud-est de Bordeaux ainsi qu'à 19,5 km au nord de Marmande et 30,6 km au sud de Bergerac. Elle est limitrophe du département de la Gironde.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

 
Le bourg de Duras.

Située en Guyenne dans le vignoble des côtes-de-Duras, la commune de Duras est arrosée par un affluent de la Garonne, le Dropt, qui sert de limite naturelle à la commune au sud, la séparant de Saint-Pierre-sur-Dropt, Taillecavat et Cours-de-Monségur jusqu'au confluent avec la Dourdèze.

La géologie de Duras repose sur une succession de dépôts sédimentaires — molasses du Fronsadais (argiles à filons sableux) éocènes ou oligocènes, argiles et calcaires de Castillon et calcaires à astéries oligocènes — formant de faibles reliefs plus accentués à l'est de la commune, entaillés au nord-ouest et de l'ouest au sud du territoire communal par les vallées de la Dourdèze et du Dropt qui y ont déposé des alluvions récentes[3].

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

Le bourg, implanté sur une hauteur qui domine la vallée du Dropt, est un important carrefour routier sur les routes départementales 708 (ancienne RN 708) et 668 (ancienne RN 668) sur lesquelles viennent se greffer dans un rayon d'un kilomètre, les routes départementales 124, 134, 203, 237, 281 et 311.

TransportsModifier

Les gares les plus proches sont situées à La Réole sur la Ligne Bordeaux - Sète et à Sainte-Foy-la-Grande sur la Ligne Bordeaux - Sarlat.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[6]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 769 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1962 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records DURAS (47) - alt : 112m, lat : 44°41'06"N, lon : 00°12'18"E
Records établis sur la période du 01-10-1962 au 04-07-2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,7 4,8 6,7 10,2 13,2 15 14,9 12,1 9,7 5,4 3,1 8,4
Température moyenne (°C) 5,8 6,9 9,8 12 15,8 19,1 21,2 21,1 18,1 14,5 9,2 6,4 13,4
Température maximale moyenne (°C) 9,3 11,2 14,8 17,4 21,4 24,9 27,4 27,4 24 19,3 13,1 9,6 18,4
Record de froid (°C)
date du record
−17,8
16.01.1985
−14
09.02.12
−10
01.03.05
−2,3
21.04.1991
0,8
06.05.1975
3,2
01.06.06
7
02.07.12
5,2
30.08.1986
3
27.09.10
−3,4
25.10.03
−7,5
18.11.07
−12
26.12.1962
−17,8
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
19
28.01.1987
25
27.02.19
26
20.03.05
29,8
08.04.11
33,5
18.05.1992
38
27.06.11
41,5
23.07.19
40,3
04.08.03
36,3
03.09.05
31,6
03.10.1985
26
07.11.15
20,2
15.12.1989
41,5
2019
Ensoleillement (h) 99,9 115,1 177,1 192,7 226,7 245,7 255,9 244,5 210,6 148,4 99,3 85,6 2 101,3
Précipitations (mm) 68,3 60,9 57,4 77,3 71 58,6 51,2 58,8 67,6 74 80,6 78,1 803,8
Source : « Fiche 47086001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


UrbanismeModifier

TypologieModifier

Duras est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[10],[11],[12]. La commune est en outre hors attraction des villes[13],[14].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (40,2 %), zones agricoles hétérogènes (28,8 %), prairies (12,2 %), forêts (9,3 %), cultures permanentes (6,4 %), zones urbanisées (3,1 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

La forme la plus ancienne de Duras pourrait provenir du celte duros signifiant hauteur fortifiée, racine à laquelle aurait été ajouté le suffixe -acum. Les toponymistes suggèrent aussi un transfert de la cité de Durazzo[16], nom italien de la ville de Durrës en Albanie.

Le duras est aussi un cépage de la région gaillacoise auquel on a voulu donner les mêmes origines.

HistoireModifier

La ville de Duras est née en 1137 ou peu après, lorsque le vicomte de Bezaume (probablement Guillaume-Amanieu de Gabardan) a saccagé la ville voisine de Saint-Eyrard (oc), dépendante de l'abbaye bénédictine de La Réole, et forcé sa population à se déplacer près de son château (dont on déduit qu'il existait déjà). Entre 1137 et 1233, date de la mention d'un prior de Duras, le prieuré de Saint-Eyrard, possession de l'abbaye de La Réole, a lui aussi été transféré à Duras[17].

Ce lieu a donné son nom à une branche de la maison de Durfort. Il fut érigé en marquisat en 1609 et en duché de Duras en 1689.

HéraldiqueModifier

Présentation du blason

Les armes de Duras se blasonnent ainsi :

Écartelé d'argent et de gueules.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1971 juin 1995 Lucien Chollet UDF Conseiller général du canton de Duras (1967-1998)
juin 1995 mars 2001 Jean-Marc Delmas    
mars 2001 mars 2008 Claude Donis    
mars 2008
(réélue en mai 2020[18])
En cours Bernadette Dreux LR Conseillère générale du canton de Duras (2004-2015)
Présidente de la communauté de communes du Pays de Duras

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 1 251 habitants[Note 4], en diminution de 4,72 % par rapport à 2013 (Lot-et-Garonne : −0,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6491 5011 4281 5041 6121 7021 7011 7171 667
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6741 6171 6631 6671 6811 6071 6121 5561 634
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5621 5161 5241 3281 3731 4641 5331 3321 294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3031 2981 2451 2441 2001 2141 1971 2131 308
2018 - - - - - - - -
1 251--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges en 2006 en pourcentage
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ans et +
2,1 
11 
75 à 89
17 
22,2 
60 à 74
22,5 
19 
45 à 59
21,4 
17,1 
30 à 44
15,6 
14,1 
15 à 29
11,3 
15,1 
0 à 14
10 

EnseignementModifier

La commune relève de l'académie de Bordeaux.

La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales[24] et le département gère un collège : le collège Lucien Sigala[25].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • 15 août : brocante ;
  • Août : fête médiévale, jeux anciens, animations gratuites dans la ville, spectacle payant au pied du château ;
  • Septembre : les Ducales, concert de musique classique au sein du château ;
  • Décembre : marché de Noël.

SantéModifier

Une maison médicale est à l'étude. Sont présents sur la commune médecins généralistes, infirmiers, kinésithérapeute, ostéopathe et dentiste.

CinémaModifier

En 2012 a été tourné dans la commune le film La Dune de Yossi Aviram.

SportsModifier

  • Stade municipal Francois-Ballet.

CultesModifier

  • Catholique : paroisse Saint-Martin du Dropt.

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 675 , ce qui plaçait Duras au 26 483e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[26].

EmploiModifier

  • Agriculture : 128 ha de vignes et 278 de bois.

Entreprises et commercesModifier

  • Marché : le lundi matin et le jeudi soir l'été.
  • Vignobles des Côtes-de-duras (AOC) et la Maison des vins.
  • Fabrique artisanale de chocolats et pruneaux d'Agen (société Guinguet).
  • Hébergements touristiques : des gîtes, deux hôtels et deux campings dont un municipal assurant également une aire pour camping-cars.
  • Maison de retraite.

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Maison de Duras :
    • Guy Aldonce Ier de Durfort (1605–1665), marquis de Duras, militaire français ;
    • Jacques Henri de Durfort (1625–1704), fils du précédent, maréchal de France et gouverneur de Franche-Comté sous Louis XIV ;
    • Guy Aldonce II de Durfort (1630–1702), frère du précédent, également maréchal de France ;
    • Marie de Durfort (1648–1689), sœur des précédents ;
    • Louise d'Aumont (1759–1826), duchesse de Mazarin, issue de la famille des Durfort-Duras, devint la princesse Louise de Monaco après avoir épousé, le 15 juillet 1777, le prince de Monaco, futur Honoré IV (1758–1819). Cependant, malgré un mariage qui dura une vingtaine d’années — de 1777 (date du mariage) à 1798 (date du divorce), elle n’était plus l’épouse du prince lors de son avènement, après la période d'occupation française (1793–1814), le 30 mai 1814. De cette union naquirent deux fils qui régnèrent l’un après l’autre : le prince Honoré V (1778–1841) et le prince Florestan Ier (1785-1856). Le 4 juillet 2017[31], une plaque est dévoilée par le prince Albert II de Monaco : une des salles de la halle du village (datant du XVe siècle) porte désormais le nom de son aïeule, Louise-Félicité-Victoire d’Aumont, héritière des Durfort-Duras.
    • Claire de Kersaint (1777–1828), écrivain féministe, duchesse de Duras.
  • David Hume de Godscroft (1558–1629), historien écossais, a été pasteur protestant à Duras pour une décennie, à partir de 1604.
  • Jean Orieux (1907–1990), romancier et biographe, est né à Duras et y est enterré.
  • Marguerite Duras (1914–1996), écrivain, née Marguerite Donnadieu, dont le nom de plume est une référence à la ville de Duras ; son nom a été donné à une place de la ville.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 27 juillet 2013.
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Notice no 829 - Duras » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 20 avril 2016), p. 22-43.
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2021)
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 11 juillet 2021)
  6. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 11 juillet 2021)
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le 11 juillet 2021)
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1707.
  17. http://www.duras.free.fr/histoire.php#Le%20paysage%20de%20la%20seigneurie%20et%20la%20formation%20du%20r%C3%A9seau%20paroissial, p. 40
  18. Guy Brunetaud, « Au départ d'un troisième mandat », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 21.
  19. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 22 avril 2010).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Fiche relative à l'école élémentaire de Duras », sur site de l'académie de Bordeaux (consulté le 22 avril 2010).
  25. « Fiche relative au collège Lucien Sigala », sur site de l'académie de Bordeaux (consulté le 22 avril 2010).
  26. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009).
  27. « Le château de Duras », notice no PA00084107, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 août 2009
  28. « La tour de l'horloge », notice no PA00084108, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 août 2009
  29. [1]
  30. Sentier botanique (Domaine les Hauts de Riquet)
  31. Article du Point, 4 juillet 2017.