Pont-à-Mousson

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Pont-à-Mousson
De haut en bas, de gauche à droite : la Moselle et l'abbaye des Prémontrés ; l'église Saint-Laurent ; l'église Saint-Martin ; la maison des Sept-Péchés-capitaux ; l'hôtel de ville ; l'abbaye des Prémontrés et alentours.
Blason de Pont-à-Mousson
Blason
Pont-à-Mousson
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes du bassin de Pont-à-Mousson
(siège)
Maire
Mandat
Henry Lemoine
2020-2026
Code postal 54700
Code commune 54431
Démographie
Gentilé Mussipontain(ne)s [1]
Population
municipale
14 338 hab. (2021 en diminution de 3,78 % par rapport à 2015)
Densité 664 hab./km2
Population
agglomération
23 758 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 19″ nord, 6° 03′ 17″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 382 m
Superficie 21,60 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Pont-à-Mousson
(ville-centre)
Aire d'attraction Pont-à-Mousson
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Pont-à-Mousson
(bureau centralisateur)
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pont-à-Mousson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pont-à-Mousson
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
Pont-à-Mousson
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Pont-à-Mousson
Liens
Site web www.ville-pont-a-mousson.fr

Pont-à-Mousson [pɔ̃tamusɔ̃][2] est une commune du nord-est de la France, en Meurthe-et-Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. Ses habitants sont appelés les Mussipontains.

Tour à tour place forte, ville avancée ou pays frontière, Pont-à-Mousson a souvent eu à souffrir des rigueurs de la guerre.

Géographie modifier

Situation modifier

Pont-à-Mousson est située au cœur de la Lorraine et du département de Meurthe-et-Moselle, à mi-chemin entre Nancy et Metz, au pied de la colline de Mousson (382 mètres), ancienne place forte des comtes puis ducs de Bar. La ville est située de part-et-d'autre de la Moselle.

Sismicité modifier

Commune située dans une zone 1 de sismicité très faible[3].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 771 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 8,8 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Nonsard », sur la commune de Nonsard-Lamarche à 22 km à vol d'oiseau[6], est de 10,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 690,8 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17 °C, atteinte le [Note 1],[7],[8].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[9]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Communes limitrophes modifier

Pont-à-Mousson est limitrophe de dix communes, toutes situées en Meurthe-et-Moselle et réparties géographiquement de la manière suivante :

Géologie et relief modifier

Hydrogéologie et climatologie : Système d’information pour la gestion des eaux souterraines du bassin Rhin-Meuse :

Territoire communal : Occupation du sol (Corinne Land Cover); Cours d'eau (BD Carthage),
Géologie : Carte géologique; Coupes géologiques et techniques,
Hydrogéologie : Masses d'eau souterraine; BD Lisa; Cartes piézométriques.

Hydrographie et les eaux souterraines modifier

Les cours d'eau qui traversent le territoire de Pont-à-Mousson :

Voies de communication et transports modifier

La commune est desservie par de nombreuses voies de communications :

Voies routières modifier

À la fois routières, autoroutière (autoroute A313),

Transports en commun modifier

SNCF modifier

Voie ferroviaire par :

Transports aériens modifier
Ports modifier

Voie fluviale sur (la Moselle) :

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Pont-à-Mousson est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[17],[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pont-à-Mousson, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[20] et 23 586 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pont-à-Mousson, dont elle est la commune-centre[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 16 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[23],[24].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (36 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (43,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (22,7 %), forêts (20,9 %), prairies (19,9 %), eaux continentales[Note 4] (17,1 %), cultures permanentes (5,8 %), terres arables (5,3 %), zones agricoles hétérogènes (5 %), mines, décharges et chantiers (1,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,3 %)[25]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

  • Anciennes mentions : Villa Pontus sub castro Montionis (896), Pont à Monçons (1257), Le Pont (1261), La Nueveville-au-Pont (1265), Pont à Monssons (1277), Pont Camoson (1510), Pont à Mousson (1793)[26],[27].
  • En allemand : Mussenbrück, Moselbrück et Brücke bei Mousson.

Le nom de la ville traduit les origines de celle-ci : un pont jeté dès le XIe siècle sur la Moselle au pied du château de Mousson, berceau des comtes de Bar.

Histoire modifier

Antiquité modifier

On a retrouvé, dans les dragages réguliers de la Moselle, des objets témoignant d'une occupation des rives du site, bien avant la fondation de la ville proprement dite : poignards, lances, débris de colliers à pendentif, de facture typique de la culture de Hallstatt[28].

Dans l'Antiquité gallo-romaine, la région est à la frontière entre les tribus des Leuques au Sud et des Médiomatrices au Nord. La principale voie commerciale entre ces deux peuplades ne passe pas par le site actuel de Pont-à-Mousson. La voie romaine franchit la Moselle au moyen d'une passerelle, un peu plus au sud, au niveau de Dieulouard (à l’époque appelé Scarpone). L'itinéraire d'Antonin fait mention de cette étape.

Ce premier pont en petit appareil, à pilier central en calcaire, disparaît à une date indéterminée ; ses fondations ne seront retrouvées que lors de fouilles ultérieures, au début du XXe siècle[29]. C'est la disparition de ce point de passage qui motivera la construction d'un autre pont plus en aval, et donc la fondation de Pont-à-Mousson.

Au début de la dynastie des julio-claudiens, l'exploitation de carrières de pierre, sous la supervision des légionnaires Romains de la légion X Gemina, est attestée par une inscription latine. Ces carrières étaient situées entre la cité nouvellement fondée de Scarpone et le site actuel de Pont-à-Mousson[30].

Moyen Âge modifier

Premier bourg modifier

Les comtes de Bar qui, aux XIIe et XIIIe siècles, ne possèdent que peu de territoires autour de Mousson, se mettent rapidement, au cours du XIIIe siècle, en possession du pont sur la Moselle[31].

Ce lieu de passage sur la rivière, l’un des rares entre la principauté épiscopale de Toul, Nancy capitale des ducs de Lorraine et la principauté épiscopale de Metz, voit se développer un début d'agglomération relativement modeste. Vers 1217 une Maison-Dieu, confiée à l'ordre des Antonistes, est installée sur la rive droite sous le nom de « la ville du pont Saint-Antoine ».

Du point de vue du droit, les habitants de cette première agglomération forment une centena, une juridiction originale Lorraine que l'on pense héritée des centaines, les subdivisions des comtés de l'Empire carolingien. C'est également le cas des habitants de Blénod, Xon et Héminville. Le centenier est alors en théorie le seul à pouvoir exercer la justice criminelle sur le territoire du centena[32].

La présence voisine du château de Mousson a alors une forte influence sur la toponymie locale ; la première mention du pont, sous l'appellation de "pont à Mousson", apparaît en 1230, de même que les documents d'époques présentent par ailleurs le village proche de Maidières comme "Maidières sous Mousson", Madieras subtus Montionem[33].

Erection de la ville modifier

Ce n'est qu'à partir du règne du comte Thiébaut II de Bar que la ville va véritablement prendre son essor. En effet, ce dernier fonde sur la rive droite, le , la ville-neuve de Pont-à-Mousson[31], affranchissant la ville sur le modèle de la loi de Beaumont[34]. L'absence de taxes attire une large population et la démographie progresse fortement.

Pont-à-Mousson allait, dès lors, prendre une place majeure dans les possessions des comtes, puis ducs de Bar. Effectivement, la ville, qui s'entoure de remparts, devient l'une des principales places commerciales du Barrois[35].

La ville comprenait quatre paroisses : Sainte-Croix, Saint-Laurent et Saint-Jean sur la rive gauche, (diocèse de Toul) et Saint-Martin sur la rive droite (diocèse de Metz). Elle avait à sa tête un maire, sept échevins et quarante jurés.

Le marquisat modifier

En mars 1354, l’empereur Charles IV érigea la seigneurie de Pont-à-Mousson en marquisat au profit de Robert Ier de Bar[36]. Celui-ci fait construire une "maison-forte" en 1358.

Le même empereur Charles IV élève encore, en 1372, la ville au rang de cité. Élévation honorifique, qui modifie le titre des officiers municipaux et change le nom des portes de la ville[35].

La maison-forte, ou hôtel ducal, sera rebâtie entre 1395 et 1398 sous la houlette du maître d'œuvre Jennin Callicans ; véritable maison de luxe, elle peut accueillir toute la cour ducale.

La mise au tombeau, d'inspiration Bourguignonne et exposée aujourd'hui dans l'Eglise Saint-Martin, date du début du XVe siècle ; elle est en tout cas estimée antérieure à 1433[37].

Pont-à-Mousson est ensuite donné en apanage à divers princes de la maison de Bar, suivie par la maison d’Anjou (qui hérite du Barrois en 1430), puis par la maison de Lorraine (qui hérite du Barrois en 1480). À cette date, Duché de Bar et duché de Lorraine sont gouvernés par le même souverain jusqu'à leur annexion par la France en 1766 et le titre de marquis de Pont est parfois concédé au prince héréditaire de Lorraine, fils aîné du duc et héritier du duché.

Dans les textes d'époque, jusqu'au XVe siècle, les habitants plébéiens de Pont-à-Mousson sont désignés comme "les hommes de la centaine" (par opposition aux bourgeois de la ville-neuve) et sont assortis de diverses servitudes. Le duc René II les affranchit en 1497, date à partir de laquelle tous les habitants de la cité ont les mêmes statuts.

La femme de René II, Philippe de Gueldre, fonde à Pont-à-Mousson le couvent des clarisses et s'y éteint en 1547.

XVIe et XVIIe siècles modifier

 
Façade renaissance de l'ancienne Université de Pont-à-Mousson.

En 1572, le duc de Lorraine Charles III et son cousin, le cardinal Charles de Lorraine y fondent une université. Université confiée aux jésuites par le pape Grégoire XIII dans la bulle in supereminenti[38]. Aux portes de l’Allemagne protestante, encore terre d’Empire en passe de basculer dans le giron français, le pays mussipontain et le duché de Lorraine en général prenaient ainsi position dans les guerres de religion et la contre-réforme. C'est une création tridentine qui s'inscrit dans le projet du Saint-Siège de créer une « dorsale catholique » dans les pays d'« entre-deux » (axe lotharingien)[39].

Au XVIIe siècle, l’université de Pont-à-Mousson se développe rapidement pour compter jusqu’à 2 100 étudiants[40]. Cette université comptait quatre facultés : théologie, arts, droit et médecine. Des étudiants venus de toute l’Europe occidentale et centrale viennent y parfaire leurs études[40]. Une rivalité oppose alors la rive droite (quartier Saint-Martin sous la houlette des jésuites) à la rive gauche (quartier Saint-Laurent réputé plus « chahuteur »). Ces divergences atteignent leur paroxysme lors de la violente querelle des imprimeurs, visant à savoir s’il fallait dire « Ponti Mussoni » ou « Mussiponti ». C’est cette dernière qui triompha, et les habitants du Pont sont désormais appelés les Mussipontains.

En 1626, sous l'égide de la comtesse-douairière de Haraucourt est fondé sans difficultés particulières le premier couvent de l'ordre de la Visitation des Duchés. La mère Jeanne de Chantal vient en personne visiter cette nouvelle fondation et confie la vie spirituelle de ses filles au père Pierre Fourier, curé de Mattaincourt, et ancien élève de l'université mussipontaine, curé réputé pour la sainteté de sa vie.

En 1642, la ville est prise par les troupes françaises.

XVIIIe siècle modifier

 
Plan de Pont-à-Mousson en 1877.

La Lorraine et le Barrois devenus français, la guerre de Trente Ans ayant atteint gravement la prospérité de la ville et celle de l'Université, cette dernière est transférée en 1768 par Louis XV à Nancy au grand dam des Mussipontains. La ville ne conserve alors qu’un collège et une École royale militaire de renom, créée par Louis XVI.

Pont-à-Mousson continue cependant de rayonner dans les arts à travers une imagerie réputée[41] qui rivalise longtemps avec celle d'Épinal. Une fabrique de papier mâché contribue également au développement culturel de la cité[42].

La ville fait partie du bailliage de Bar-le-duc[43], lors du rassemblement des états-généraux de 1789. Le comité local, la commune et la société populaire et républicaine de Pont-à-Mousson soutiennent alors énergiquement les événements parisiens lors de la Révolution Française[44].

La commune est chef-lieu de district de 1790 à 1795. Un premier bataillon de volontaires quitte la ville en 1791[45]. Le 6 juin 1794, les administrateurs de la commune indiquent que la vente des biens des émigrés sur leur territoire se monte à plus de 452 000 livres, contre une estimation initiale de 214 000 livres[46].

XIXe siècle modifier

Premier empire modifier

La ville donne à l'épopée napoléonienne plusieurs noms célèbres. Le maréchal Duroc, grand maréchal du palais sous le Premier Empire, est né à Pont-à-Mousson en 1772. Il y fait d'ailleurs ses classes à l'Ecole royale militaire, avant d'entrer à l'école d'artillerie de Châlons. Le général Fabvier est lui aussi né à Pont-à-Mousson et deviendra un héros des guerres d'indépendance de la Grèce.

La ville est occupée par les coalisés en 1814 et 1815[47],[48],[49].

La Restauration modifier

Pont-à-Mousson, comme bien d'autres villes de France, abritait une communauté juive locale, qui se reflétait alors dans la toponymie avec la "rue de la poterne des Juifs". Le statut des Juifs n'est plus distinct des autres citoyens depuis Napoléon. La synagogue de Pont-à-Mousson est construite en 1830. Il ne subsiste plus aujourd'hui, dans le paysage urbain, que l'ancienne synagogue (privée, désaffectée, non visitable) et le cimetière juif (privé).

Second empire modifier

Pont-à-Mousson bénéficie de sa propre imagerie, fondée en 1848 par Elie Haguenthal.

L'arrivée du chemin de fer en 1850 et la découverte du minerai de fer en 1856 favorisent l'expansion de la ville. La création de la société Anonyme des Hauts-Fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson profite aussi bien du réseau ferré que de la voie fluviale toute proche. L'industrie sidérurgique permet à la ville de bénéficier d'un développement sans précédent.

La guerre de 1870 modifier

Le , durant la guerre de 1870, la ville est le théâtre de sévères combats de rue entre un détachement prussien et deux escadrons du 1er chasseurs d'Afrique[50],[51].

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, l'abbaye des Prémontrés sert d'hôpital. La ville est temporairement reliée à Remilly par une ligne de chemin de fer, construite en un mois par l'armée allemande, pour raccourcir ses lignes logistiques ; cette voie ferrée sera démantelée après la guerre[52].

Le traité de Francfort fait de Pont-à-Mousson une ville frontière qui va désormais jouer un rôle militaire et voir ses casernes se peupler de hussards, de dragons, de chasseurs à pied et verra passer les lieutenants Charles de Foucauld et de Lattre de Tassigny.

Pendant la "Belle époque" modifier

La prospérité de la ville et le maintien de sa démographie face aux aires proches s'explique à la fois par la barrière frontalière (Metz est désormais allemande), par le maintien d'une garnison militaire et par le dynamisme de l'industrie locale. La population s'accroit de moitié entre 1870 et 1900.

Le quartier de Boozville est créé vers 1870, à l'emplacement d'un ancien casernement prussien. Les bâtiments sont d'abord loué aux ouvriers immigrés de la Lorraine occupée. Il est au fur et à mesure transformé et des maisons de plain-pied, en bandes parallèles, sont construites jusque dans les années 1930.

En 1887, la fonderie de Pont-à-Mousson se fait reconnaître un droit à la vent de 50% des canalisations en France ; le rétablissement de la libre-concurrence en 1894 lui permet de s'arroger davantage de parts de marché encore, soit 82% des tonnages expédiés dans l'hexagone. En 1907, face à la concurrence internationale et à la crise des ventes (le marché Français est devenu dépressif à partir de 1898), les fonderies commencent à exporter leurs productions[53].

XXe siècle modifier

L'abbaye des Prémontrés devient propriété de la commune en 1906.

En 1910, la première équipe féminine de football en France a vu le jour à l’École supérieure pour jeunes filles de Pont-à-Mousson[54].

Première guerre mondiale modifier

Pont-à-Mousson et sa région furent le lieu de redoutables et tragiques combats durant la Première Guerre mondiale. Lors des bombardements de la ville par les Allemands, la population intra-muros descend à moins de cinquante habitants, la plupart des citadins préférant se mettre hors de portée des batteries impériales. Les artilleurs allemands, postés depuis les hauteurs de Bouxières-sous-Froidmont, donnent du canon grâce aux indications d'un ballon observateur surplombant la vallée.

Par la suite, le front se déplace plus à l'ouest. Les combats et batailles du Bois-le-Prêtre, de la Croix des Carmes, du signal de Xon, du Grand-Couronné, de la Haute Meurthe évoquent les terribles batailles entre soldats français et allemands. Le cimetière du Pétan nous rappelle le prix payé par les belligérants durant cette guerre.

Entre-deux-guerres modifier

La ville reçoit de la main du président Raymond Poincaré, en 1921, la Croix de guerre 1914-1918 avec palme et peu après, du député Désiré Ferry, la croix de la Légion d'honneur. L'association « Les loups du Bois-le-Prêtre » maintient le souvenir des combats de la région de Pont-à-Mousson, et au Bois-le-Prêtre en particulier. Le nouveau monument de la Croix des Carmes conserve dans le béton les fragments en bois de l'ancienne croix.

Le kiosque qui trônait au centre de la place Duroc avant-guerre est remplacé par la fontaine actuelle, qui participe au cachet de ce lieu central de la ville. La fontaine est dédiée aux sacrifices des ambulanciers Américains pendant la Grande Guerre.

La ville profite largement de la prospérité de l'entreprise Pont-à-Mousson Saint-Gobain, qui exporte dès les débuts de son existence, mais dont la croissance s'étend au fil des années, jusqu'à former un vaste empire industriel, notamment en Amérique du Sud[55].

Deuxième guerre mondiale modifier

La ville est titulaire de la Croix de guerre de 1939-1945 avec étoile d’argent. Pont-à-Mousson est gravement endommagée en 1944, avant d’être libérée par la 80e division américaine, de la troisième armée du général Patton, aidée par une résistance locale active.

Le second conflit mondial voit la ville essuyer de nouvelles mises à mal de son patrimoine, telles la destruction de la chapelle Jeanne d'Arc à Mousson soufflée par les bombardements américains, mais aussi l'incendie de la bibliothèque des Prémontrés, qui comportait encore de nombreux ouvrages reliés.

 
La synagogue de Pont-à-Mousson

Le pont est démoli par les Allemands en 1940, remplacé par une passerelle qui sera ensuite dynamitée en 1944. La ville est dotée d'une kommandantur. Les Mussipontains Juifs seront en grande partie déportés, la plupart n'en reviendront pas.

 
Plan initial de libération de Nancy incluant un mouvement de contournement par Pont-à-Mousson, au Nord

La bataille de Pont-à-Mousson est amorcée en diversion pour permettre la libération de Nancy. Les Américains sont à Dieulouard autour du 10 septembre, mais se heurtent à une résistance acharnée, au-delà de leurs estimations. Pont-à-Mousson est un secteur mineur pour le commandement allié, mais la Wehrmacht considère ce point de passage comme stratégique, en prélude aux affrontements de Metz, qui a été déclarée reichsfortress le 2 septembre ; les troupes allemandes font donc tout pour ralentir l'avance des alliés et ainsi permettre à la garnison messine de fortifier ses défenses.

La ville de Pont-à-Mousson est reprise péniblement par les américains de l'armée Patton, durant tout le mois de septembre 1944. Le quartier Ouest est évacué par l'occupant, mais les troupes alliées mettront plusieurs semaines à prendre pied sur la rive Est. Un tireur embusqué dans les tours de l'église Saint-Martin vise les troupes alliées.

Une première traversée de la Moselle, au niveau de l'île d'Esch, est repoussé à la suite d'un malencontreux bombardement ami. Le général Edmund Searby est tué sur la colline de Mousson le 14 septembre[56]. La date officielle retenue pour la libération de Pont-à-Mousson est le 17 septembre, mais les combats durent encore plusieurs jours.

Pour ne rien arranger, l'avancée des alliés sera encore ralentie par des inondations en octobre 1944[57].

Fin du XXe siècle modifier

Six habitants ont été admis parmi les 4281 Justes parmi les nations de France[58] pour avoir sauvé des personnes juives persécutées par le régime nazi et le gouvernement de Vichy :

Germaine Bour[59] ;
Paul Grosse[60] ;
Cécile Hergott[61] ;
Victor Hergott[62] ;
Roger Ledain[63] ;
Lucien Louyot[64].

A la suite de la guerre, des baraquements sont élevés place Duroc pour permettre à la ville de retrouver une activité commerciale. Certaines de ces "baraques" seront encore en usage 1955.

En 1947, de graves crues inondent complètement la ville, tout comme de nombreuses autres communes le long de la Moselle[65]. Les fondations de la reconstruction du pont et la passerelle provisoire sont emportés. Pendant plusieurs jours, les habitants se déplacent en barque dans les rues de Pont-à-Mousson[66].

Le pont de la ville est reconstruit en 1949 par l'architecte Paul Gélot, qui lui laisse son nom[67].

Un pont supplémentaire, dit "le nouveau pont", situé en aval de la ville, offre un deuxième point de passage sur la Moselle. Ce long viaduc est inauguré le 31 janvier 1986[68].

XXIe siècle modifier

En 2011, la ville célèbre, par de multiples manifestations et expositions, ses 750 années d'existence officielle[69].

Le lycée Bardot ferme ses portes en 2016[70]. Il a été un temps envisagé d'ouvrir une école d'esport entre ses murs, décision qui a été confirmée en 2019[71].

Politique et administration modifier

Administration municipale modifier

Pont-à-Mousson est chef-lieu du canton du même nom, formé également par les communes de Atton, Autreville-sur-Moselle, Belleville, Bezaumont, Bouxières-sous-Froidmont, Champey-sur-Moselle, Landremont, Lesménils, Loisy, Millery, Morville-sur-Seille, Mousson, Port-sur-Seille, Sainte-Geneviève, Ville-au-Val et Vittonville.

Tendances politiques et résultats modifier

En 2017 à Pont-à-Mousson, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (En Marche!) arrive en tête avec 60,02 % des voix, devant Marine Le Pen (FN) qui comptabilise 39,98 % des suffrages.

Au total, 5,41 % des votants ont voté blanc[72].

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
29 avril 1945 12 mars 1951 Paul François   Directeur honoraire d'école

Décédé subitement en cours de mandat à l'âge de 72 ans.

22 mars 1951 29 novembre 1963 Gaston Laurent   Dessinateur aux ponts et chaussées,

Ingénieur aux mines de Saizerais

29 novembre 1963 mars 1989 Bernard Guy CNI Huissier de justice, chevalier de la Légion d'Honneur,

Conseiller général du canton de Pont-à-Mousson (1985-1992)

mars 1989 juin 1995 Yvon Tondon PS Ouvrier
Conseiller général du canton de Pont-à-Mousson (1976-1982)
Député (1978-1986)
juin 1995 juin 2009 Henry Lemoine UMP Conseiller général du canton de Pont-à-Mousson (1998-2004)
Réélection invalidée[73]
juin 2009 juin 2010 Jacques Choquenet UMP  
juin 2010 En cours
(au 26 mai 2020)
Henry Lemoine[74],[75]
Réélu pour le mandat 2020-2026
LR Ancien cadre

Budget et fiscalité 2021 modifier

En 2021, le budget de la commune était constitué ainsi[76] :

  • total des produits de fonctionnement : 14 568 000 , soit 996  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 12 743 000 , soit 871  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 3 002 000 , soit 205  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 3 715 000 , soit 254  par habitant ;
  • endettement : 10 741 000 , soit 735  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 9,59 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 31,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 29,70 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2020 : médiane en 2020 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 830 [77].

Jumelages modifier

La ville de Pont-à-Mousson est jumelée à   Landstuhl (Allemagne) depuis le [78].

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[79],[Note 5].

En 2021, la commune comptait 14 338 habitants[Note 6], en diminution de 3,78 % par rapport à 2015 (Meurthe-et-Moselle : −0,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 4286 7387 0007 0057 0397 2617 1317 1407 079
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
7 7098 1158 21110 97011 29311 58511 59512 70112 847
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
13 54314 0098 89111 72612 64611 34310 23911 41612 802
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021
13 40614 83014 94214 64514 59213 87914 92914 40414 338
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[80].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement modifier

La ville de Pont-à-Mousson a accueilli au fil des âges de nombreuses institutions éducatives.

  • Lycée Marquette, école royale militaire de 1776 à 1793.
  • Université de Pont-à-Mousson, fondée en 1572.
  • Lycée Jean-Hanzelet.
  • Cité scolaire Jacques-Marquette (collège et lycée)
  • Anciennement le lycée professionnel Hélène-Bardot, fermé en 2016 afin de laisser place à des projets de la ville. Ce dernier devait être remplacé en 2021 par une école d'«e-sport»[81] mais cela ne se fit pas.

Manifestations culturelles et festivités modifier

De nombreuses manifestations sont organisées régulièrement[82],[83]. Aux programmations ponctuelles s'ajoutent des événements et festivals récurrents :

  • Les Estivales proposent des concerts de musique sur la place Duroc, tous les samedis d'été ;
  • La Fête du nautisme a lieu chaque année et mobilise les associations et les clubs sportifs de la ville ;
  • Un festival annuel de musique de cinéma, Des notes et des toiles[84] : inauguré en 2015[85] se déroule chaque année à l'espace Montrichard ;
  • Un festival médiéval biannuel, Les Médiévales de PaM : créé en 2011[86], se tient environ tous les deux ans depuis 2014, et se déroule le dernier week-end de septembre. Entrée gratuite pour les visiteurs costumés. Les médiévales rassemblent régulièrement plus de 10 000 visiteurs sur le week-end. Une interruption causée par la crise de la Covid a empêché sa tenue en 2022. Les Médiévales reprennent en 2024[87] ;
  • Un festival annuel consacré aux jeux vidéo, Les Gamers à PaM[88] ;
  • Un festival annuel de jeux de société, Les jeux du Roc[89] : festival gratuit d'initiation et de découverte de jeux de société, proposant aussi des tables de sélections et qualifications pour plusieurs tournois nationaux de jeux de cartes à jouer et à collectionner ;

Santé modifier

Professionnels et établissements de santé[90] :

  • Médecins à Pont-à-Mousson, Atton, Blénod-lès-Pont-à-Mousson, Maidières,
  • Pharmacies à Pont-à-Mousson, Blénod-lès-Pont-à-Mousson, Maidières,
  • Hôpitaux à Pont-à-Mousson, Faulx, Pompey.

Cultes modifier

Sports modifier

La ville a accueilli les championnats de France de karaté minimes les 19 et .

Le club de rugby de Pont-à-Mousson a fêté ses 50 ans en 2015.

Le Judo Sporting Club de Pont-à-Mousson a, depuis quelques années, la chance d'accueillir en début d'année des judokates cubaines ayant des palmarès remplis au niveau mondial et olympique.

Économie modifier

Entreprises et commerces modifier

Agriculture modifier

  • Sylviculture et autres activités forestières[92].
  • Culture et élevage associés.
  • Élevage de chevaux et d'autres équidés
  • Élevage d'autres animaux.

Tourisme modifier

  • Hôtellerie et restauration[93].

Commerces et services modifier

L’usine de Pont-à-Mousson, fondée en 1856, a été rapidement dotée de deux hauts fourneaux (1857 et 1858) marchant tantôt au bois, tantôt au coke. Deux autres hauts fourneaux complètent ce premier ensemble fin 1861 et sans doute en 1867 avec des productions faibles de l’ordre de cinq à six tonnes par jour et par haut-fourneau.

En 1869, la production est de 24 000 tonnes de fonte brute et de 7 000 tonnes de moulées. En 1894, cinq hauts fourneaux sont à feu, et ce jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. L’usine est alors gravement endommagée puis redémarre progressivement, l’un des hauts fourneaux étant remis à feu en présence de Raymond Poincaré. Entre et , les monte-charges des hauts fourneaux sont remplacés par des transporteurs aériens.

L’usine compte cinq hauts fourneaux avant et après la Seconde Guerre mondiale, et ce jusqu’en 1964, où elle n’a plus alors que quatre hauts fourneaux. En 2018, l'usine possède trois hauts fourneaux, ils fonctionnent à tours de rôle en fonction de la demande et seuls deux hauts fourneaux fonctionnent en même temps.

L'usine sidérurgique de Pont-à-Mousson, maintenant dans l’activité Saint-Gobain Canalisations, filiale de Saint-Gobain, fabrique des canalisations en Fonte ductile qui équipent de nombreux réseaux d’eau, notamment d’égouts en France. Elle est célèbre pour ses plaques d’égout retrouvables partout dans le monde, qui ne représentent pourtant qu’une petite partie de sa production.

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
Panorama de la place Duroc. - De gauche à droite :
clocher de l'église Saint-Laurent - Hôtel de Ville - un clocher de l'église Saint-Martin (au loin) - Cinéma Concorde (au milieu) - Maison des Sept-Péchés-capitaux (à droite)

Édifices civils modifier

 
Maison des Sept-Péchés-capitaux.
 
Fontaine Rouge.
  • La pierre au Jô, menhir érigé à l'époque néolithique objet d'un classement.
  • Substructions gallo-romaines à Montrichard et à la Vitrée[94] ; la ville était située sur la grande voie menant d'Aix à Lyon par Cologne et Trèves.
  • Château urbain ou maison-forte des ducs de Bar à Pont-à-Mousson. Construite en 1359 par le duc Robert Ier de Bar, reconstruite en 1395, puis entièrement réaménagée en 1481 et encore en 1496 par René II de Lorraine. Il fut détruit sur ordre de Richelieu. Parachevée par le maréchal François de Créquy en 1670. Il occupait l'emplacement des casernes actuelles. Y est née en 1429 Marguerite d'Anjou, épouse d'Henri VI d'Angleterre[95].
  • Château de Booz construit en 1775 pour Jean-François Trouard de Riolle, rasé en 1970 pour élargir la route de Pagny-sur-Moselle.
  • La place Duroc XVIe au XVIIIe siècle, unique place historique triangulaire d'Europe est un vaste triangle ceinturé de maisons à arcades. Elle est notamment bordée de monuments classés.
  • Ancienne Maison des Échevins[96].
    • La maison des Sept-Péchés-capitaux XVIe siècle. « Le château d’Amour », bâtiment du XVIe siècle, résidence ducale sur la place Duroc.
    • L’hôtel de ville est une élégante construction de style Louis XVI, œuvre de Lecreulx, réalisée par Claude Mique de 1786 à 1791[97].
  • La Fontaine Rouge doit son nom à l’eau ferrugineuse qui coule depuis des siècles au même débit soit 250 litres à l'heure et à 11 °C de température. Richelieu, venu araser la place forte de Mousson, ne manqua pas de profiter des vertus curatives de cette source.
  • L'ancien lavoir et marché couvert[98].
  • La Cour d’Honneur de l’ancienne université (début XVIIe siècle), porte du parloir, aujourd’hui lycée.
  • Maisons XVIe siècle, rue Saint-Laurent.
  • Empreinte de la tour de Prague XVe siècle, rue des Fossés.
  • Manège de l'ancienne caserne Duroc XIXe siècle.
  • Façades de l'ancien observatoire.
  • Devanture du magasin Michel, 16, rue Clemenceau.
  • Maison de la Monnaie, 2, rue de la Poterne ; rue Magot-de-Rogeville construit dans le 4e quart du XVIe siècle.
  • Le pont Gélot, du nom de son constructeur Paul Gélot. Un pont à péage était existant au XIIe siècle, dont les destructions et reconstructions furent récurrentes. La dernière destruction, qui date du , a lieu durant la libération de la France et plus particulièrement lors de la libération de Nancy les troupes allemandes, poursuivie par l'Armée Patton, faisant sauter le pont pour protéger leur retraite. Il sera rétabli le .
  • Les fonderies, situées avenue Camille-Cavallier. Créées à partir de 1856, ces fonderies sont situées à cheval sur les communes de Pont-à-Mousson et Blénod-lès-Pont-à-Mousson désormais propriété de l'entreprise Saint-Gobain. C'était initialement une petite forge qui produisait de la fonte avec du minerai venant de Marbache.

Édifices religieux modifier

Musées modifier

 
Musée au fil du papier
  • Le musée au fil du papier retrace toute l’histoire de la ville et présente notamment une large collection de meubles et objets d’art en papier mâché, caractérisés par leurs décorations fortement inspirées par la mode des « chinoiseries » (courant parallèle à l’Art nouveau de l’école de Nancy).

Personnalités liées à la commune modifier

Personnalités nées à Pont-à-Mousson modifier

Autres personnalités liées à la commune modifier

  • Guy de Maupassant (1850-1893) : il écrivit sa première nouvelle "La main d'écorché" au 40 place Duroc[105] ;

Héraldique modifier

  Blason
De gueules au pont de trois arches d’argent flanqué de deux tours crénelées couvertes du même, le tout posé sur des ondes de sinople mouvant de la pointe et surmonté d’un écusson d’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or, chargé de deux bars adossés du même brochant sur le tout et d’une bordure aussi d’or.
Détails
Le pont fait référence à celui sur la Moselle — qui a donné son nom à la ville et qui est à l’origine de son développement — et l’écu est celui des comtes de Bar qui furent aussi seigneurs de Mousson, puis marquis de Pont-à-Mousson.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Culture populaire modifier

La ville est citée dans la chanson Sans ma barbe de François Corbier[106] ainsi que dans le film Flyboys de Tony Bill.

Jean-Pierre François, joueur de l'AS Saint-Étienne puis chanteur dans les années 1980, a également interprété une chanson nommée Pont-à-Mousson en référence à sa ville de naissance, évoquant notamment le passé sidérurgique et l'usine Saint Gobain PaM avec "les fumées du soir", ainsi que cette mêmes usine et le lycée dans sa tirade "brûler l'usine ou l'école".

La série télévisée Sambre utilise les locaux de l'ancien lycée Bardot pour tourner les scènes du commissariat[107].

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

  • Pierre Lallemand, Pont-à-Mousson : au cœur des rues, la mémoire d'une ville, Pierron, Sarreguemines, 1994
  • Jean-Pierre Bardot, Les actes fondateurs : Pont-à-Mousson au Moyen Âge, origines et développement d'une ville neuve, musée Au fil du papier, 2011
  • Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine : réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Histoires croisées », (ISBN 2-84516-238-3)
  • Alain Girardot, Les origines de la ville de Pont-à-Mousson (1261-1300), in : Annales de l'Est, 1972, p. 107-126
  • Manuel Bazaille, Souvenirs de l’occupation à Pont-à-Mousson, in La Revue lorraine populaire, no 169,
  • Manuel Bazaille, Une enfance sous l’occupation à Pont-à-Mousson, in La Revue lorraine populaire, no 179,
  • Manuel Bazaille, Le canton de Pont-à-Mousson à l’amende, in La Revue lorraine populaire, no 203,
  • Manuel Bazaille, Le pont de Pont-à-Mousson, in La nouvelle revue lorraine, n° 16,
  • Julien Florange, Pierre Loevenbruck, Notre cher pont-à-Mousson, M. Mutelet, Metz, 1956
  • Patrimoine religieux de la commune, sur l'Observatoire du patrimoine religieux.
  • Pont-à-Mousson en 1939-1945, sur www.ajpn.org/

Articles connexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. Gentilé : Meurthois, Meurthoises ou Meurthe-et-Mosellans, Meurthe-et-Mosellanes
  2. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 104.
  3. - Edition 11_12_2019.pdf Informations sur les risques naturels, miniers et technologiques
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre Pont-à-Mousson et Nonsard-Lamarche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Nonsard », sur la commune de Nonsard-Lamarche - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Station Météo-France « Nonsard », sur la commune de Nonsard-Lamarche - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  11. La Moselle
  12. La Moselle Canalisée
  13. Ruisseau d'Esche
  14. Ruisseau la Morte
  15. Le ruisseau Ravin du Rupt
  16. Port de plaisance Michel Roth
  17. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Unité urbaine 2020 de Pont-à-Mousson », sur insee.fr (consulté le ).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  26. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Georges Poirot et Pierre Cuvelier, « Trois objets de la région de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 66, no 5,‎ , p. 149–150 (DOI 10.3406/bspf.1969.10390, lire en ligne, consulté le )
  29. « Dieulouard-Scarponne : une ville pont sur la grande voie impériale Langres-Trèves », Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, vol. 647, no 1,‎ , p. 107–142 (lire en ligne, consulté le )
  30. Léon Renier, « Nouvelles explications sur l'inscription trouvée à Entrains », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 16, no 1,‎ , p. 417–420 (DOI 10.3406/crai.1872.67953, lire en ligne, consulté le )
  31. a et b Jean-Pierre Bardot, Les actes fondateurs : Pont-à-Mousson au Moyen Âge, origines et développement d'une ville neuve, musée Au fil du papier, 2011, p. 15.
  32. Charles-Edmond Perrin, « Sur le sens du mot «Centena» dans les chartes lorraines du Moyen Âge », Archivum Latinitatis Medii Aevi, vol. 5, no 1,‎ , p. 167–198 (DOI 10.3406/alma.1929.2122, lire en ligne, consulté le )
  33. Jean-Luc Fray, « « Bel regard » : voir et être vu. Vision des paysages et rapports de pouvoir au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) », Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, vol. 135, no 3,‎ , p. 111–119 (lire en ligne, consulté le )
  34. Pierre Lallemand, Pont-à-Mousson : au cœur des rues, la mémoire d'une ville, Pierron, Sarreguemines, 1994, p. 11.
  35. a et b Jean-Pierre Bardot, Les actes fondateurs : Pont-à-Mousson au Moyen Âge, origines et développement d'une ville neuve, musée Au fil du papier, 2011, p. 28.
  36. Jean-Pierre Bardot, Les actes fondateurs : Pont-à-Mousson au Moyen Âge, origines et développement d'une ville neuve, musée Au fil du papier, 2011, p. 40
  37. Francis Salet, « La Mise au tombeau de Pont-à-Mousson », Bulletin Monumental, vol. 119, no 3,‎ , p. 270–271 (lire en ligne, consulté le )
  38. Pierre Lallemand, Pont-à-Mousson : au cœur des rues, la mémoire d'une ville, Pierron, Sarreguemines, 1994, p. 13.
  39. Pierre Fourier, Sa Correspondance 1598-1640 recueillie par Sœur Hélène Derréal. Presses Universitaires de Nancy 1989, tome 1, préface, page XII
  40. a et b L'affrontement des religions, in Histoire de la Lorraine; Les temps modernes, t.1, PUN, Nancy, 1991 (p. 113-114)
  41. L'imagerie de Pont-à-Mousson
  42. Cf. Musée au fil du papier
  43. « Cahier de la noblesse du baillage de Pont-à-Mousson (Bailliage de Bar-le-Duc) », Archives Parlementaires de la Révolution Française, vol. 2, no 1,‎ , p. 228–230 (lire en ligne, consulté le )
  44. « Adresse du comité de surveillance de la commune de Pont-à-Mousson, qui applaudit aux travaux immortels de la Convention et promet de la seconder en tout ce qui pourra dépendre de sa surveillance, lors de la séance du 11 germinal an II (31 mars 1794) », Archives Parlementaires de la Révolution Française, vol. 87, no 1,‎ , p. 641–641 (lire en ligne, consulté le )
  45. « Adresse de la société populaire de Pont-à-Mousson (Meurthe) qui témoigne du patriotisme du représentant Mallarmé, calomnié par le citoyen Philippe, lors de la séance du 6 thermidor an II (24 juillet 1794) », Archives Parlementaires de la Révolution Française, vol. 93, no 1,‎ , p. 467–468 (lire en ligne, consulté le )
  46. « Adresse du district de Pont-à-Mousson, qui annonce la vente de biens d’émigrés, lors de la séance du 18 prairial an II (6 juin 1794) », Archives Parlementaires de la Révolution Française, vol. 91, no 1,‎ , p. 379–379 (lire en ligne, consulté le )
  47. Blücher entre Meuse et Moselle
  48. Jean Baptiste Frédéric Koch : Mémoires pour servir à l'histoire de la campagne de 1814, Volume 1 page 117
  49. [Frédéric François Guillaume de Vaudoncourt Histoire des campagnes de 1814 et 1815 en France, Volume 1]
  50. Combat de Pont-à-Mousson. La guerre. L'invasion
  51. Dick de Lonlay : Français & Allemands : histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871. Sarrebrück, Spickeren, la retraite sur Metz, Pont-à-Mousson, Borny page 432, 438
  52. « Pont-à-Mousson. La voie ferrée qui a servi un mois, en 1870 », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  53. Alain Baudant, « Une entreprise française face à l'exportation : Pont-à-Mousson 1860-1940 », Revue économique, vol. 31, no 4,‎ , p. 685–705 (DOI 10.3406/reco.1980.408548, lire en ligne, consulté le )
  54. « Pont-à-Mousson. Les premières footballeuses françaises ont joué à Pont-à-Mousson », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  55. Alain Baudant, « Une entreprise française face à l'exportation : Pont-à-Mousson 1860-1940 », Revue économique, vol. 31, no 4,‎ , p. 685–705 (DOI 10.3406/reco.1980.408548, lire en ligne, consulté le )
  56. « Mousson - Dans les yeux de Mousson. L’œil du Général Searby », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  57. (en) « Image of Second World War (1939-1945): Pont a Mousson (Moselle) France October », sur bridgemanimages.com (consulté le ).
  58. Pont-à-Mousson en 1939-1945
  59. Justes parmi les Nations : Germaine Bour
  60. Justes parmi les Nations : Paul Grosse
  61. Justes parmi les Nations : Cécile Hergott
  62. Justes parmi les Nations : Victor Hergott
  63. Justes parmi les Nations : Roger Ledain
  64. Justes parmi les Nations : Lucien Louyot
  65. Jean Nicod, « La crue de la Meurthe et de la Moselle, 28-31 décembre 1947 », L'Information Géographique, vol. 13, no 1,‎ , p. 12–16 (DOI 10.3406/ingeo.1949.5419, lire en ligne, consulté le ).
  66. « Pont-à-Mousson. Savez-vous à quand remonte l’une des plus importantes crues de la Moselle ? », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  67. « Pont-à-Mousson. Savez-vous qui était Paul Gélot ? », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  68. « Pont-à-Mousson. Pont-à-Mousson : le « nouveau pont » a été inauguré en 1986 », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  69. « La ville a 750 ans - Pont-à-Mousson. Un passé religieux », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  70. « Pont-à-Mousson : les « adieux » du lycée Bardot », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  71. « Nouvelle école d'e-sport dans l'ancien lycée Bardot à Pont-à-Mousson », sur ici, par France Bleu et France 3 (consulté le ).
  72. « Pont-à-Mousson (54700)  : Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur LExpress.fr (consulté le ).
  73. Décision du Conseil d’État du 29 mai 2009, voir Le Monde du 5 juin, p. 13
  74. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  75. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  76. Les comptes de la commune
  77. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  78. « Ville de Pont-à-Mousson - site officiel de la Ville de Pont-à-Mousson », sur ville-pont-a-mousson.fr.
  79. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  80. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  81. « Pont-à-Mousson. Ancien lycée Bardot : des nouveautés sous son toit », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  82. Saison culturelle
  83. Saison Culturelle en Parallèle
  84. « Ville de Pont-à-Mousson », sur ville-pont-a-mousson.fr (consulté le ).
  85. « Festival des Notes et des Toiles : chapeau bas, Monsieur Cosma ! », sur France 3 Grand Est, (consulté le ).
  86. « 2ème Fête Médiévale de Pont-à-Mousson sur le portail médiéval », sur fetes-medievales.com (consulté le ).
  87. « Les Médiévales 2024 Pont-à-Mousson : fête Moyen-Age, dates, horaires, programme », sur jds.fr (consulté le ).
  88. « Gamers à PAM - Ville de Pont-à-Mousson », sur ville-pont-a-mousson.fr (consulté le ).
  89. « Les Jeux du Roc », sur lesanimationsdugobelin.com (consulté le ).
  90. Professionnels et établissements de santé
  91. Paroisse Saint Pierre Fourier En Pays Mussipontain
  92. Annuaires
  93. Hôtellerie et restauration
  94. Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). La Vitrée. par Soulié R. et Soulié J. M. Archéologie médiévale Année 1982 12 pp. 374-375
  95. La maison-forte du duc de Bar à Pont-à-Mousson : compte de construction. Par Sabine Codet. Bulletin Monumental Année 1969 127-2 p. 155
  96. Ancienne Maison des Échevins
  97. Hôtel de ville
  98. L'ancien lavoir et marché couvert
  99. La mise au tombeau
  100. L'église Saint-Laurent
  101. judaisme.sdv.fr
  102. Monument aux morts
  103. Monument aux morts
  104. « L'architecte lorrain François Mangin, héros involontaire d'une « affaire » immortalisée par Goethe dans son « Siège de Mayence » — 1793 ».
  105. « Le « savez-vous » du jour. Savez-vous quel grand auteur a écrit sa première nouvelle à Pont-à-Mousson ? », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  106. Bide & Musique - François Corbier - Sans ma barbe
  107. « Pont-à-Mousson. Le tournage de la série Sambre se fait sous l’œil des réseaux sociaux », sur estrepublicain.fr (consulté le ).