Duché de Bar

Comté, puis duché de Bar
(de) Grafschaft / Herzogtum Bar

vers 950 – 1766

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte présentant le duché de Bar et celui de Lorraine en 1400.
Informations générales
Statut Duché placé sous la souveraineté du Saint-Empire et du royaume de France
Capitale Bar-le-Duc
Langue Français, lorrain
Religion Catholicisme
Démographie
Population -
Gentilé Barrois
Histoire et événements
vers 950 Constitution du comté
1354 Érection en duché
1419 Union de facto des duchés de Bar et de Lorraine
1766 Annexion au royaume de France
Comtes
(1er) v. 950-978 Frédéric Ier de Lorraine
(Der) 1352-1354 Robert Ier de Bar
Ducs
(1er) 1354-1411 Robert Ier de Bar
(Der) 1737-1766 Stanislas Leszczynski

Le comté, puis duché de Bar, fut formé au Xe siècle par Ferry d'Ardennes, frère de l'évêque de Metz Adalbéron. Depuis 1301, il relevait à la fois du domaine royal de France (pour la partie située à l'ouest de la Meuse, appelée Barrois mouvant) et du Saint-Empire romain germanique[1] (Barrois non mouvant).

Élevé au rang de duché par l'empereur Charles IV au profit de Robert Ier de Bar en 1354, il est uni de facto au duché de Lorraine en 1419 par le mariage de René Ier et d'Isabelle de Lorraine. Les deux duchés connurent alors une histoire et un destin communs tout en conservant leurs institutions propres. Conformément au Traité de Vienne de 1738, les deux duchés furent annexés par la France en 1766.

Ses habitants sont appelés les Barrois[2].

GéographieModifier

Ses villes principales étaient Bar-le-Duc, la capitale, Pont-à-Mousson sur la Moselle, au pied du château de Mousson, Briey et Longwy.

Ses frontières bordaient le comté de Champagne, la principauté épiscopale de Verdun, le comté puis duché de Luxembourg, la principauté épiscopale de Metz, le duché de Lorraine et la principauté épiscopale de Toul[3].

 
Le duché de Bar dans ses limites du XVIIIe siècle et les communes et départements actuels.

HistoireModifier

La maison de MontbéliardModifier

Le comté échut en 1070 à Louis de Montbéliard, époux de Sophie de Bar.

Par le traité de Bruges de 1301, Henri III de Bar, allié et gendre du roi Édouard Ier d'Angleterre, se voit contraint de rendre hommage au roi Philippe IV de France pour ses possessions situées sur la rive gauche de la Meuse. De ce traité, vint la distinction établie entre le Barrois mouvant et le Barrois non mouvant[4].

En 1354 l'empereur germanique Charles IV de Luxembourg, « roi des Romains », érige son comté de Luxembourg et son voisin le comté de Bar en duchés. Le comte Robert Ier, âgé de 13 ans, devint ainsi le premier duc de Bar. Par son mariage avec Marie de France en 1364, il devient gendre du roi de France Jean II le Bon[5].

La maison de Bar ayant été décimée lors de la bataille d'Azincourt, le duché échoit au cinquième et dernier fils de Robert Ier, le cardinal Louis de Bar.

La maison d'AnjouModifier

En 1419, le cardinal-duc choisit pour héritier son petit-neveu René d'Anjou, second fils de Louis II, duc d'Anjou, comte du Maine et de Provence et de Yolande d'Aragon (elle-même fille de Yolande de Bar, sœur du cardinal-duc). Afin de favoriser la paix avec le duché de Lorraine, son voisin et rival, le cardinal-duc marie son héritier René d'Anjou à Isabelle de Lorraine, fille et héritière du duc Charles II. En 1419, par le traité de Foug, il est convenu que leurs descendants régneront sur les deux duchés mais que chacun des deux duchés gardera son indépendance[6].

De ce fait, à la mort d'Isabelle (1453), le duché de Lorraine passe à leur fils Jean II de Lorraine, puis à la mort de Jean II (1470) au fils de celui-ci Nicolas de Lorraine. Nicolas meurt sans descendance en 1473 laissant le duché à son cousin René, comte de Vaudémont qui devient René II de Lorraine avant d'hériter du Duché de Bar à la mort de son grand-père en 1480.

La maison de VaudémontModifier

 
Bataille de Nancy (Delacroix, XIXème siècle).

René II vainc le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire lors de la bataille de Nancy le . Comte de Vaudémont à la mort de son père en 1471, duc de Lorraine à la mort de son cousin germain Nicolas de Lorraine en 1473, il devient duc de Bar à la mort de son grand-père René Ier en 1480. Cependant, il ne peut hériter de certaines possessions de son grand-père (Anjou et Provence) qui sont annexées au royaume de France faute de succession en ligne masculine. René II renonce également aux droits (devenus théoriques) de sa maison sur les trônes de Naples et de Sicile.

En 1483, le duché est amputé des seigneuries de Châtel-sur-Moselle et Bainville au profit de la France[7].

 
Armoiries des comtes de Bar :
d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bars d'or.

Par la suite le duché de Lorraine et le duché de Bar ont une histoire commune, les ducs de Lorraine étant aussi ducs de Bar.

Fils et successeur de René II, le duc Antoine de Lorraine fait rédiger le coutumier du Barrois. Il mène une politique de neutralité entre France et Empire et obtient par le traité de Nuremberg en 1542 que ses duchés soient déclarés « libres et non incorporables » par l'empereur Charles Quint. Il meurt deux ans plus tard. Son successeur François Ier de Lorraine meurt après 363 jours de règne, laissant le trône à son fils Charles III de Lorraine, un enfant de deux ans.

En 1552, la France annexe de fait les villes libres de Metz, Toul et Verdun marquant un peu plus l'influence française en terre lotharigienne[8]. Le roi de France, passant par Nancy, commet un abus de pouvoir en ôtant de son seul fait la régence à la duchesse-mère Christine de Danemark, nièce de l'empereur, pour la confier au francophile Nicolas de Lorraine. Il emmène également à la cour de France le jeune duc Charles III de Lorraine à qui il veut faire donner une éducation francophile.

 
Hommage de Charles IV à Louis XIV pour le Barrois mouvant en 1661.

Aux XVIIe siècle, le duc Charles IV s'oppose à la politique de Richelieu et le duché est occupé par la France de 1633 à 1697 (avec quelques courts retours à l'indépendance)

Léopold Ier de Lorraine retrouve ses duchés en 1697. Il épouse l'année suivante à Bar-le-Duc Élisabeth-Charlotte d'Orléans, nièce de Louis XIV.

Son fils et successeur François III, après avoir remis la régence à sa mère, part pour un tour d'Europe dont il ne reviendra pas. Nommé vice-roi de Hongrie par l'empereur dont il doit épouser la fille, il vit à la cour de Vienne. Il sera élu empereur en 1745. La Maison de Habsbourg-Lorraine régnera sur l'Autriche et ses dépendances jusqu'en 1918.

Cependant, il est contraint de renoncer à ses duchés en 1735 en faveur du roi détrôné de Pologne Stanislas Leszczynski, soutenu par la France qui les reçoit à titre viager avant leur annexion à la France.

Stanislas, homme débonnaire mais souverain fantoche, abandonne la réalité du pouvoir à un intendant promu chancelier, nommé par la cour de France. Il meurt en 1766 et les duchés de Lorraine et de Bar sont annexés ensemble par la France[9].

Les Habsbourg-Lorraine et le duché de BarModifier

François III Étienne, duc de Lorraine et de Bar, en épousant en 1736 l'héritière de l'empereur, fondera la Maison de Habsbourg-Lorraine. La Maison de Lorraine - au sens strict - s'éteindra au décès du prince Charles-Alexandre de Lorraine en 1780. La branche française des ducs de Guise s'éteindra en 1825 en la personne du prince de Lambesc qui avait fui la révolution Française pour se réfugier à Vienne auprès de son très lointain cousin l'empereur d'Autriche[10].

Un siècle plus tard, après la chute de la monarchie, l'impératrice Zita, veuve de l'empereur Charles Ier d'Autriche, porta durant son long exil (1918-1989) le titre de « duchesse de Bar » ; c'est avec ce titre inscrit sur son passeport qu'elle put regagner l'Autriche pour une courte visite en 1982.

Son petit-fils l'archiduc Charles-Christian de Habsbourg-Lorraine, fils de Charles-Louis d'Autriche, a épousé en 1982 la princesse Marie-Astrid de Luxembourg et use notamment du titre de « prince de Bar », qui figure sur son passeport. Son fils Christoph s'est marié en 2012 à Nancy capitale de ses ancêtres.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Rousset de Missy, Les intérêts présens et les prétentions des puissances de l'Europe, fondez sur les traitez depuis ceux d'Utrecht inclusivement, Moetjens, La Haye, 1736, § 17, p. 184.
  2. Chroniques d'Enguerran de Monstrelet, volume 2, Paris, Laurent Sonnius, 1596, p. 176
  3. « SGH », sur rgh.univ-lorraine.fr (consulté le 9 mars 2019)
  4. F. de Saulcy, Recherches sur les monnaies des comtes et ducs de Bar, Paris, 1843
  5. « Lorraine - Française sans y prendre garde - Herodote.net », sur www.herodote.net (consulté le 6 mars 2019)
  6. « Consultation », sur archivesetmanuscrits.bnf.fr (consulté le 6 mars 2019)
  7. (en-US) jcblanchard, « Les officiers d’armes de René II : Des emblèmes vivants au service de la construction de l’État », sur History of Heralds (consulté le 9 mars 2019)
  8. « Siège de Metz par Charles Quint : le tournant de 1552 », sur BLE Archives (consulté le 9 mars 2019)
  9. « France. Chambre des comptes du duché de Bar », sur data.bnf.fr (consulté le 9 mars 2019)
  10. Encyclopædia Universalis, « HABSBOURG », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 6 mars 2019)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie et webographieModifier

Ouvrages anciensModifier

  • Augustin Calmet, Notice de la Lorraine : qui comprend les duchés de Bar et de Luxembourg, l'électorat de Trèves, les trois évechés (Metz, Toul, et Verdun) ; l'histoire par ordre alphabétique des villes, etc., 2e édition, Lunéville, Mme George, 1840 (1re  éd. 1756).
  • Claude de Maillet, Mémoires : alphabétiques pour servir à l'histoire, au pouillé et à la description générale du Barrois, Bar-le-Duc, Briflot, 1749.

Études historiques contemporainesModifier

  • Mathias Bouyer, « Les débuts de la Chambre des comptes barroise et le mécanisme de ses auditions (vers 1370-1420) », Comptabilité(s), no 5,‎ (lire en ligne).
  • Mathias Bouyer (préf. Bertrand Schnerb), La principauté barroise (1301-1420) : l'émergence d'un état dans l'espace lorrain, Paris, L'Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire / XIVe siècle », , 732 p. (ISBN 978-2-343-01955-0).
  • Michelle Bubenicek, « La coutume de Bar dans un procès en Parlement de 1353 », Bibliothèque de l'École des chartes, Paris / Genève, Librairie Droz, t. 153, livraison 2,‎ , p. 305-324 (lire en ligne).
  • Gérard Giuliato et Charles Kraemer, « Réseau défensif et résidences princières dans le Barrois sous René d'Anjou », dans Jean-Michel Matz et Noël-Yves Tonnerre (dir.), René d'Anjou (1409-1480) : pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 400 p. (ISBN 978-2-7535-1702-8, lire en ligne), p. 137-162.
  • Marcel Grosdidier de Matons, « Le comté de Bar, des origines au traité de Bruges (vers 950-1301) », Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, Imprimerie Contant-Laguerre, t. 43,‎ , p. 1-735 (lire en ligne).
    Tiré à part : Marcel Grosdidier de Matons, Le Comté de Bar : des origines au Traité de Bruges (vers 950-1301), Paris, Auguste Picard, , VIII-741 p. (présentation en ligne).
  • Jean-Gabriel Harter, « La frontière entre Bar et Champagne dans l'espace ardennais, sous Thiebaut II de Bar (1221-1291) », Revue belge de philologie et d'histoire, t. 91, fascicule 4,‎ , p. 1143-1154 (lire en ligne).
  • Georges Poull, La maison ducale de Bar, vol. 1 : La maison ducale de Haute-Lorraine (942-1033). Les premiers comtes de Bar (1033-1239), Rupt-sur-Moselle, chez l'auteur, , 220 p.
  • Georges Poull (préf. Michel Parisse), La maison souveraine et ducale de Bar, Nancy, Presses universitaires de Nancy, , 455 p. (ISBN 2-86480-831-5).
  • Hélène Schneider, « Le roi René et le Barrois dans les années 1470 : l'apport de ses lettres patentes », dans Patrick Gilli et Jacques Paviot (dir.), Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge : Liber discipulorum en l'honneur de Philippe Contamine, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, coll. « Cultures et civilisations médiévales » (no 57), , 413 p. (ISBN 978-2-84050-845-8), p. 361-374.
  • Jens Schneider, « D'Empires et de frontières : la pratique de la frontière du XIe au XIIIe siècle », Revue belge de philologie et d'histoire, t. 91, fascicule 4,‎ , p. 1187-1209 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

WikisourceModifier

Liens externesModifier