Comte palatin

titre de noblesse

Comte palatin du Saint-Empire
Image illustrative de l’article Comte palatin
Armoiries des comtes palatins du Rhin

Image illustrative de l’article Comte palatin
Couronne de comte palatin

Titulature Votre altesse royale
Création Xe siècle
Transmission Héréditaire
Assis sur Comté palatin
Type Titre de la haute noblesse d'empire immédiate
Dernier titulaire Comte palatin du Rhin
Abrogation 1806
Extinction 1803

Le comte palatin (de latin : palatinus « au palais », cf. paladin ; en allemand : Pfalzgraf) était à l'origine un titre de haut fonctionnaire à la cour de l'Empire carolingien assumant des tâches administratives et juridictionnelles. Le palatinat correspond aux palais impériaux et les domaines associés qui l'ont été assignés.

Au cours du développement des duchés ethniques dans la Francie orientale, les comtes palatins en Bavière, Lotharingie, Saxe et Souabe se sont vu accorder des droits étendus en ce qui concerne la cohésion de la royauté et le contrôle de la soif de domination des ducs. Plus tard, à l'ère du Saint-Empire romain, les possessions des comtes palatins ont été intégrés dans les duchés ; le plus puissant d'eux, le comte palatin du Rhin, fut élevé au rang de prince du Saint-Empire et de facto assimilée aux ducs.

HistoriqueModifier

L'origine de ce titre vient des comtes du palais qui habitaient dans des palais impériaux établis par les empereurs carolingiens et les empereurs du Saint-Empire romain germanique dans chaque duché de leur empire, pour y représenter l'autorité impériale. Chaque duc doit donc composer avec un comte palatin représentant l'empereur ou le roi.

De tous ces comtes palatins, deux seulement se maintinrent puissants :

Dans les États du pape en France (le Comtat Venaissin, capitale : Carpentras, et la ville d'Avignon ; deux États à l'administration séparée pendant quatre cent cinquante ans environ) ce titre pontifical était donné par les papes (les papes comme souverains temporels anoblissaient régulièrement des personnes ou des familles au sein de leurs États). La noblesse du XIXe siècle et postérieure est « romaine » au lieu d’être « pontificale » quoique le deuxième terme semble avoir largement débordé sur le premier parmi les familles connues des États du pape : les Berton de Balb, duc de Crillon (et en France duc de Mahon), les d'Ancezune, duc de Caderousse, les Gaudemaris, les Seguins (diverses branches), etc.

Au XIXe siècle, ce titre pouvait être attribué par le pape[Note 1] : ainsi, le premier ministre du Québec Honoré Mercier en reçut l'honneur par le pape Léon XIII[1].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le titre officiel est : Comte du palais apostolique et de la cour du Latran.

RéférencesModifier

  1. Gilles Gallichan : Honoré Mercier : La politique et la culture, 1994, p.57 (ISBN 2-8944-8018-0) (en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier