Ouvrir le menu principal

Aéroport de Metz-Nancy-Lorraine

aéroport desservant Metz, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ETZ.

Metz-Nancy-Lorraine
Image illustrative de l’article Aéroport de Metz-Nancy-Lorraine
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Metz et Nancy
Coordonnées 48° 58′ 43″ nord, 6° 14′ 47″ est
Superficie 230 ha
Altitude 265 m (870 ft)

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
ETZ
ETZ

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
ETZ
ETZ

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
ETZ
ETZ
Pistes
Direction Longueur Surface
04/22 3 050 m (10 007 ft) béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA ETZ
Code OACI LFJL
Nom cartographique M. N. LORRAINE
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Établissement public aéroport Metz-Nancy-Lorraine
Site web aéroport Consulter

L’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine (code AITA : ETZ • code OACI : LFJL), dont la dénomination commerciale est « Lorraine Airport », est un aéroport français situé sur le territoire des communes de Goin, Pagny-lès-Goin, Vigny, Liéhon et Silly-en-Saulnois dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

L'aéroport se trouve à 25 kilomètres au sud de Metz et à 35 kilomètres au nord de Nancy. Ouvert au trafic depuis 1991, il est la principale installation aéroportuaire de Lorraine.

La région administrative Grand Est est propriétaire du site, situation qui était unique en France[1] avant la loi du 13 août 2004[2]. Elle en assure la gestion par l'intermédiaire d'un EPIC.

Présentation générale et historiqueModifier

HistoireModifier

Avant l'ouverture de Metz-Nancy-Lorraine, les liaisons civiles étaient assurées par les plateformes mixtes (civiles/militaires) de Nancy-Essey et de Metz-Frescaty.

Les premières études datent de 1974, quand la région choisit le site de Louvigny dans le cadre de la préparation du 7e Plan. Ce projet est accepté par l'État l'année suivante, avec, chose inédite, un financement exclusivement local et une mise en service programmée pour 1983-1985. Des implantations alternatives comme Phalsbourg ou Toul-Rosières sont proposées, puis finalement le projet sombre dans l’oubli[3].

Il est réactivé lors du 9e plan, l'État s'engageant en 1985 à une participation allant jusqu’à 35 %. Le conseil régional adopta le projet en 1986. Il est prévu de construire un équipement adapté aux vols moyens courriers, avec une piste de 2 500 mètres et une aérogare de 6 500 m2 permettant d’accueillir 500 000 voyageurs[3].

La construction débuta le et s’acheva officieusement durant l’été 1991 par l’envol de plus de 800 montgolfières à partir de la nouvelle plate-forme aéroportuaire. L’inauguration a eu lieu le à 11 heures. Le premier avion d’une ligne régulière décolla le à 6 h 30 à destination de Marseille. L’aéroport aura coûté 378 millions en francs actualisés (valeur 1992) ; financé à 35 % par l’État, 35 % par la Région, 18 % par l’Europe, à 7 % par le département de Meurthe-et-Moselle, 3 % la ville de Metz et 3 % par la ville de Nancy. Le département de la Moselle n’a pas souhaité contribuer au financement[3]. La gestion est confiée aux chambres de commerce de Nancy et Metz via le groupement interconsulaire de gestion de l’aéroport Lorraine (GIGAL)[4].

Les premières années ont été économiquement difficiles puisqu’entre 1992 et 1996 le déficit d’exploitation s’est élevé à 30 millions de francs[1].

Au cours des années 1990, Metz-Nancy a été l’une des escales majeures de TAT, devenue Air Liberté puis Air Lib. Elle offrait ainsi à la fin des années 1990 des vols quotidiens vers Paris-Orly, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Nice, Bordeaux et Montpellier, complétés par des vols vers Lille assurés par Flandre Air puis air jet (brièvement). La compagnie luxembourgeoise Luxair proposait quant à elle des vols vers Londres-Stansted, mais du fait d’un taux de remplissage insuffisant, les vols ont été stoppés dès 1994. Ces vols devaient être repris par Proteus, mais il semble qu’aucune liaison n’ait finalement eu lieu. En 2000, la région investit 750 000  pour agrandir l’aérogare[5]. La faillite de compagnie Air Lib en 2003 a porté un coup très dur à l’aéroport, dont une partie seulement des lignes a été reprise par Air France ou TwinJet.

Le conseil régional a alors tenté une diversification vers le fret, investissant 80 millions de francs pour construire des hangars et indemniser les riverains[1]. La plate-forme a ainsi accueilli brièvement l’opérateur de fret DHL qui en a fait un de ses hubs européens. Mais le rachat de DHL par la Deutsche Post, et les protestations des riverains[3], ont contraint celui-ci à changer de stratégie. Une partie des hubs européens, dont Metz-Nancy, a été fermée afin de concentrer l’activité sur l’aéroport allemand de Leipzig. La Poste a également renoncé à utiliser l’aéroport[1]. Désormais, l’aéroport n’accueille plus que des vols cargo ponctuels.

 
Intérieur de l'aérogare.

En 2003, le conseil régional envisage de céder l’aéroport, dont la gestion lui a coûté plus de 800 millions de franc depuis sa construction, à un partenaire privé[1].

Un allongement de la longueur de la piste (portée à 3 050 mètres) a été effectué en août 2006 pour permettre l’atterrissage de gros porteurs longs courrier pour entraîner un développement de l’aéroport, notamment dans le fret long courrier. Les travaux avait été budgétés à 28 millions d’euros plus 6 à 7 millions d’indemnisation des riverains[6].

L'aéroport tente au début de l’année 2007 une diversification dans les vols low cost, avec des vols vers Bergame et Venise opérés par la compagnie italienne MyAir. Mais les mauvais résultats enregistrés sur des deux lignes obligent la compagnie à se retirer dès septembre 2007 de la liaison vers Bergame. La ligne vers Venise a, quant à elle, été stoppée fin novembre de la même année.

Depuis la mise en service du TGV Est Européen le , des navettes par bus permettent un accès à la gare de Lorraine TGV située à 6,5 km. En 2007, l’arrivée du TGV a entraîné la fermeture des lignes vers Paris et Nantes. La ligne régulière vers Clermont-Ferrand a également été abandonnée en 2008. La fréquentation a ainsi baissée de 15 % en 2008, l’aéroport enregistrant un déficit de 500 000 [7]. Le coût pour la région des navette vers Metz et Nancy s’élevant lui aussi à 500 000 euros par an[8]. En 2009, la fréquentation a encore baissé de 9,6 %[9], pour un déficit de 600 000 , pris en charge par la Région à 60 % et par les chambres de commerce[10].

Malgré un bassin de clientèle de 2,5 millions d’habitants, l’aéroport n’occupe que la 27e place des aéroports de province français[11]. Il souffre de sa proximité avec les aéroports de Luxembourg, Strasbourg, Sarrebrück et Bâle-Mulhouse[1](ces derniers se trouvant dans un rayon de moins de 200 km, tandis que les aéroports allemands de Cologne-Bonn, Francfort-sur-le-Main et Stuttgart se situent à environ 220 km) et de la concurrence du train grande vitesse pour les correspondances avec Roissy et peut-être à terme, après le développement de la branche nord de LGV Est, avec Francfort.

Les taxes aéroportuaires, fixées par l'État, sont aussi plus importantes que dans les pays voisins : 12 euros en 2011, contre 5 au Luxembourg et 0 en Belgique[12].

En 2008, la cour des comptes a remis en cause la pertinence de l’aéroport de Louvigny, qui est venu doubler trois plates-formes préexistantes, plus proches des villes de Nancy, Metz et Epinal[13].

 
Parkings et terminal.

Les CCI lorraines ne souhaitant plus assurer la gestion de l’aéroport[4], un appel d'offres a été lancé le 1er novembre 2011 pour une concession de 12 ans intégralement aux frais et risques du concessionnaire et subordonnée au financement d'une ZAC à proximité de l'aéroport[14]. Il n’a obtenu qu’une seule réponse positive: celle du groupe canadien SNC-Lavalin[15]. Cette offre a été rejetée en mai par le Conseil régional qui assure depuis l'exploitation en régie directe dans le cadre d'un EPIC[16].

En 2012, la nouvelle compagnie aérienne à bas prix Volotea a de nouveau ouvert une ligne depuis sa base de Nantes Atlantique vers l'aéroport Metz-Nancy-Lorraine[17]. Celle-ci est néanmoins arrêtée depuis le 6 janvier 2013[18].

Début 2015, l'aéroport change de nom en Lorraine Airport dans l'idée de renforcer son attractivité par rapport aux aéroports concurrents du Luxembourg et d'Allemagne et de devenir plus identifiable pour les clients étrangers. L'association Anticor dénonce un gaspillage d'argent public (le changement d'identité s'élève à 86 500 euros) et un nom à consonance étrangère qui serait contraire à la loi sur la dénomination des personnes morales publiques. En 2009, la ville de Lyon avait eu le même projet pour l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et avait fini par abandonner sous la pression de l’État[19],[20].

Pour des mesures de sécurité, une réfection de la piste de 6 cm en profondeur sera réalisée du 29 février au 15 avril 2016 et s’avère nécessaire au bout de 10 ans, les derniers travaux datant de 2006.

SituationModifier

StatistiquesModifier

Données statistiques de l'aéroport[21].

En graphiqueModifier

Trafic annuel sur l'aéroport "ETZ" Voir la requête sur le moteur Wikidata.


En tableModifier

Année Passagers Fret (t) Mouvements
1993[22] 231 000
1997   249 603 54 18 745
1998   288 209  74   18 154
1999   322 501   28   19 752
2000   352 626   10 982   20 009
2001   331 266   25 206   20 931
2002   302 849   24 788   17 487
2003   294 731   23 778   14 777
2004   323 379   11 100   14 060
2005   354 514   3 306   22 734
2006   340 242   633   11 176
2007   344 913   34   10 935
2008   291 006   143   8 540
2009   263 020   51   7 827
2010   254 204   69   7 443
2011   279 030   44   7 623
2012   277 780   49   6 528
2013   242 995   0   5 706
2014   245 781   0   5 837
2015   255 390   5   6 457
2016   229 278   8   5 559
2017   244 883   11   6 113
2018   278 626   6   6 312

GalerieModifier

Compagnies et destinationsModifier

En 2010, les trois principales liaisons sont en nombre de passagers annuels : Lyon (53 619), Alger (26 762) et Nice (21 660).

Les fréquentations des lignes régulières et charters ont été proches, avec respectivement 123 036 et 113 612 passagers[23].

De nombreux vols charter sont effectués à l'année ou en saison d'été.

L'aéroport est également utilisé par de nombreux vols des Nations unies, de l'OTAN ou de l'armée de l'air française.

CompagniesDestinations
  Aegean AirlinesEn saison : Héraklion-N. Kazantzákis
  Air AlgérieAlger-H. Boumédiène
En saison : Constantine - M. Boudiaf, Oran - A. Ben Bella
  Air France opéré par   Air France HopLyon-Saint-Exupéry, Marseille-Provence, Nice-Côte d'Azur
En saison : Calvi Sainte-Catherine, Figari Sud Corse, Ajaccio-Napoléon-Bonaparte
  TUI fly BelgiumCasablanca-Mohammed-V, Marrakech-Ménara
En saison : Agadir-Al Massira, Athènes E.-Venizélos, Cagliari, Djerba-Zarzis, Fuerteventura, Ibiza, Lanzarote-Arrecife, Olbia-Costa Smeralda, Palma de Majorque, Malaga-Costa del Sol, Palerme Falcone-Borsellino, Rhodes-Diagoras, Catane-Fontanarossa
  Twin JetMarseille-Provence, Toulouse-Blagnac

Édité le 9/01/2019

L'aéroport n'accueille plus de vols cargo réguliers.

Vie culturelleModifier

CinémaModifier

Article détaillé : Liste de films tournés en Moselle.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f L’aéroport Metz-Nancy-Lorraine est-il à vendre ? Christophe Lefebvre 21 mai 2003
  2. Loi du 13 août 2004
  3. a b c et d Histoire et avenir des liaisons aériennes régionales en Lorraine Claude Perrin 2004 [PDF]
  4. a et b Aéroport : le Gigal défend ses vingt ans de gestion, Le Républiclain Lorrain 13/12/2011
  5. L’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine mise sur le trafic voyageurs p. 179 Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment no 5061, 24 novembre 2000
  6. http://www.lorraine.cci.fr/index.php5?id=127
  7. Louvigny : la fréquentation baisse à grande vitesse Philippe Marque, Républicain Lorrain 14 janvier 2009
  8. En gare Lorraine-TGV, les navettes font grincer des dents Elise Descamps, La Croix, 17 septembre 2007
  9. Les aéroports de la Grande Région en zone de turbulences, Républicain Lorrain 13 janvier 2010
  10. Quelle stratégie pour MNL ? Le Républicain Lorrain 13 janvier 2010
  11. Aéroport Metz-Nancy-Lorraine, Chiffres clés 2008 [PDF]
  12. Taxes aéroportuaires: les voyageurs ne paient pas la même chose L'essentiel 9 janvier 2011
  13. Les aéroports français face aux mutations du transport aérien, Philippe Séguin, 9 juillet 2008
  14. Infrastructure. Régie directe pour l'aéroport, Le Journal des entreprises, 3 juin 2011
  15. Aéroport MNL : nouveau pilote dans l’avion, Le Républicain Lorrain 29 juin 2010
  16. Aéroport : il n’y aura pas de pilote dans l’avion… Le Républicain Lorrain, 10 mai 2011
  17. François Duclos, « Volotea aura des bases à Bordeaux et Nantes », sur Air Journal, (consulté le 22 mars 2012)
  18. Alain Morvan, « MNL : Volotea, arrêt prématuré des vols vers Nantes », sur Le Républicain Lorrain, (consulté le 26 janvier 2013)
  19. « En Lorraine, le nouveau nom de l’aéroport régional ne passe pas », sur loractu.fr, .
  20. Didier Vincenot, « "Lorraine Airport" fait polémique », sur France 3, .
  21. http://www.aeroport.fr/view-statistiques/metz-nancy-lorraine
  22. Mémoires de l’Académie nationale de Metz, p. 24, 1995
  23. http://www.metz-nancy-lorraine.aeroport.fr/chiffrescle2010.pdf

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :