Ouvrir le menu principal

Bataille de la Haute Meurthe

La bataille de la Haute Meurthe fait partie de l'ensemble d'opérations que l'on désigne comme la bataille des Frontières au début de la Première Guerre mondiale et qui se traduisent par la mise en place de la ligne de front.

Après les défaites des batailles de Lorraine (bataille de Sarrebourg et bataille de Morhange), les Ire armée et IIe armée se retirent sur la rivière la Meurthe. La bataille de la Haute Meurthe regroupe les combats qui se déroulent du au devant Rambervillers (au col de la Chipotte, Saint-Barbe), autour de Saint-Dié, Mandray, le col d'Anozel, Taintrux, Nompatelize, Étival…) et des massifs environnants. Ces combats, tout d'abord défensifs puis offensifs (à partir du ), sont menés par la Ire armée, (13e, 21e, 14e corps d'armée et Groupement des Vosges).

Dans ce secteur entre Nancy et les Hautes Vosges la ligne de front sera stabilisée jusqu'à la fin du conflit. Des combats locaux, parfois très meurtriers, s'y dérouleront de façon sporadique : bataille du Hartmannswillerkopf, de la Fontenelle à Ban-de-Sapt, du col de la Chapelotte

La bataille de la Haute Meurthe est simultanée à la bataille du Grand-Couronné autour de Nancy. Toutes deux, en fixant un nombre important de divisions allemandes, ont permis de soulager les troupes françaises sur le front de la Marne et y permettre leur contre-offensive victorieuse.

BibliographieModifier

  • Jean-Paul Claudel, La bataille des frontières (Vosges 1914-1915), Éditions Gérard Louis (Vagney), , 223 p. (ISBN 2-7165-0501-2).
  • Actes du colloque international du 21, 22 et 23 mai 2015 Épinal-Colmar, Guerre des Vosges et Guerres de montagne 1914-1918 - Préfaces d'Eric Straumann et de François Vannson, Bernard Giovanangeli Éditeur, , 508 p. (ISBN 9-782758-701736).