Ouvrir le menu principal

Observatoire du patrimoine religieux

association loi de 1901
Observatoire du patrimoine religieux
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Préservation et valorisation des patrimoines religieux français, tous cultes, toutes tailles de monuments et toutes époques confondues
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2006
Fondateur Béatrice de Andia
Identité
Siège 17 C rue Blanche, 75009 Paris
Personnages clés Bernadette Chirac & Gabriel de Broglie
Président Édouard de Lamaze
Secrétaire général Maxime Cumunel
Directeur général Edith d'Aubert Henrion
Trésorier Florian de La Comble
Fonds de dotation Jean-Hugues Carbonnier & Jean-Michel Laty
Site web patrimoine-religieux.fr

L'Observatoire du patrimoine religieux (OPR) est une association loi de 1901, fondée en 2006 par Béatrice de Andia[1] et présidée depuis 2015 par Édouard de Lamaze[2]. L’association œuvre à la préservation et à la valorisation du patrimoine religieux français (Métropole et Outre-mer), tous cultes et époques confondus.

Ses missions :

- Recenser l'ensemble du patrimoine religieux français, toutes confessions, affectations (publiques ou privées), époques et tailles de monuments confondues (églises, chapelles, abbatiales, cathédrales, temples, synagogues, mosquées, pagodes...) sur un mode participatif, accessible à tous en ligne sur le site de l'Observatoire du Patrimoine Religieux.

- Sensibiliser le grand public au patrimoine religieux français en le faisant connaître et rayonner. Cette action inclut une activité de veille, de conseil et d'expertise (juridique, technique, médiatique), ainsi que l'organisation d'un programme annuel de visites d'églises et de monuments, de conférences et de voyages, ouvert aux adhérents comme au grand public (conditions d'inscription en ligne sur le site)

- Protéger les édifices menacés, valoriser le patrimoine religieux et développer un plaidoyer vis-à-vis des élus, des décideurs économiques et des media. L'OPR agit comme un "lanceur d'alertes" auprès des pouvoirs publics. Ses interventions et interpellations ont permis de sauver des dizaines d'édifices de la destruction. Elles ont également contribué à en restaurer des centaines, sans oublier, le cas échéant, son action de conseil visant à accompagner plusieurs transformations pertinentes d'édifices religieux, menacés sans cela de destruction.

L'Observatoire du Patrimoine Religieux compte 700 membres en 2019.

Structure associativeModifier

L'Observatoire du patrimoine religieux au  :

Le bureauModifier

  • Président : Édouard de LAMAZE
  • Trésorier : Florian de LA COMBLE
  • Vice-Présidente : Blanche de KERSAINT
  • Secrétaire Général : Maxime CUMUNEL

Les administrateursModifier

  • Béatrice de ANDIA, Présidente d'honneur de l’Observatoire du Patrimoine Religieux.
  • Philippe BRIZARD, Chanoine titulaire de Notre-Dame de Paris.
  • Françoise HAMON, Conservateur Général honoraire du patrimoine.
  • Eric LABAUME
  • Hadrien LACOSTE
  • Christophe LAUVERGEON
  • Mathieu LOURS
  • Jacques PEROT, conservateur général (h) du patrimoine, correspondant de l’Institut (Académie des Sciences morales et politiques)
  • Philippe ROMAIN
  • Nathalie de la SABLONIERE

Fonds de dotationModifier

- Jean-Hugues CARBONNIER

- Jean-Michel LATY

Comité scientifiqueModifier

- Matthieu LOURS, Président du Comité scientifique, Agrégé d'histoire, Maître de conférence à l'Université de Cergy-Pontoise.

- Françoise HAMON, Présidente d'honneur du Comité Scientifique

- Claude MIGNOT, Professeur émérite de Sorbonne Universités.

- Alexandre GADY, Historien de l'architecture engagé dans la mise en valeur et la défense du patrimoine, professeur à Sorbonne Universités, directeur du Centre André-Chastel et président de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF)

- Etienne HAMON, Historien de l'architecture, professeur à l'Université de Lille et à l'Ecole du Louvre

- Claire CONSTANS, Conservateur général honoraire du patrimoine, caution scientifique de l'Inventaire

- Simon TEXIER, Professeur à l'Université de Picardie.

- Pierre PINON, Architecte et historien, professeur à l'Ecole Normale supérieure d'Architecture de Paris-Belleville et de l'École de Chaillot.

- Léonore LOSERAND, Docteur en Histoire de l'Art.

- Jean-Louis HANNEBERT, Architecte du patrimoine.

- Claire DANIELI, Responsable de l'Inventaire de l’Observatoire du patrimoine religieux.

ÉquipeModifier

  • Directrice : Edith d'AUBERT HENRION
  • Responsable de l'Inventaire : Claire DANIELI.
  • Chargée de la comptabilité : Nathalie de la SABLONIERE.
  • Veille/Alerte/Presse: Marie-Caroline DUTHEILLET de LA MOTHE.
  • Equipe des Correspondants en régions
  • Equipe des stagiaires (étudiants-diplômés)
  • Equipe des bénévoles

Les MécènesModifier

- Le cabinet Carbonnier, Lamaze, Rasle et Associés (Cabinet international d'avocats).

- La Fondation d'entreprise Michelin

- La Compagnie de Saint-Gobain


Le développement d’un réseau de correspondants et délégués vise à accélérer le travail d'étude et de recensement, et à assurer un rayonnement renforcé, notamment auprès des élus locaux et des propriétaires partout en France.

En 2018, les départements comportant un ou des correspondant(s) étaient :

Aisne (02); Allier (03); Alpes-de-Haute-Provence (04); Ardèche (07); Bouches-du-Rhône (13); Charente-Maritime (17); Côte-d'Or (21); Drôme (26); Eure-et-Loir (28); Gers (32); Gironde (33); Indre (36); Landes (40); Haute-Loire (43); Loire-Atlantique (44); Lozère (48); Marne (51); Haute-Marne (52); Morbihan (56); Oise (60); Rhône (69); Haute-Savoie (74); Paris (75); Somme (80); Vaucluse (84) & Yonne (89)[3].

Les actions de l'Observatoire du patrimoine religieuxModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La mission de l’Observatoire du patrimoine religieux présente plusieurs facettes :

L'inventaire des édificesModifier

Au , l’Observatoire du patrimoine religieux recense 72 000 édifices religieux, toutes religions confondues, sur les 90 000 édifices se trouvant en France. Le déroulement de cet inventaire suit trois principales étapes.

Effectuer une bibliographieModifier

L'équipe de l'Inventaire de l’Observatoire du Patrimoine religieux mène des investigations pour chaque édifice afin de collecter le plus d'informations possible tant historiques qu'administratives et juridiques.

Enquête de terrainModifier

Grâce à un partenariat avec les étudiants de l'Université Blaise-Pascal pour le Puy-de-Dôme, les étudiants sélectionnés sont formés à un travail d'étude sur le terrain. La formation dispensée leur permet d'orienter leurs recherches et d'acquérir de solides connaissances relatives à l'architecture religieuse.

Elle leur permet de repérer, collecter et interpréter les informations nécessaires à l'inventaire d'un édifice. Les aires géographiques d'intervention sont précisément délimitées par un travail en amont.

AboutissementModifier

A la fin de l'enquête de terrain, plusieurs considérations peuvent être dégagées sur le patrimoine religieux du département étudié (statistiques, répartition géographique et religieuse, particularismes régionaux ou locaux, etc).

Ce travail d'étude peut également aboutir à des publications : rapports d'activité, rapports financiers, mémoires de Master ou Thèses de doctorat ou encore des articles dans des revues scientifiques ou grand public.

Conseil (juridique, technique)Modifier

Questions juridiquesModifier

L'OPR répond aux demandes qui lui sont adressées sur des éléments réglementaires portant sur le patrimoine religieux en France (affectation légale, entretien et réparation, mise à disposition, aumônerie, construction, sécurité et sûreté, régime fiscal, régime d'utilisation...), comprenant le régime juridique spécifique à l'Alsace-Moselle.

Questions techniquesModifier

L'OPR répond aux demandes d'informations de travaux qui lui sont adressées sur des sujets allant de la maintenance à la restauration d’œuvres d'art.

Professionnels du patrimoineModifier

L'OPR peut également recommander des professionnels qui se sont illustrés par leurs travaux dans le domaine du patrimoine (peintres, sculpteurs, architectes, restaurateurs...).


La sensibilisation au patrimoineModifier

Sensibiliser tous les publicsModifier

L'OPR propose des programmes trimestriels d'activités : visites d'édifices cultuels et conférences thématiques liées au patrimoine culturel (exemple : conférence de février 2019 sur la collection de tissus religieux de Monsieur et Madame Daniel Fruman (prix inscription variable selon statut adhérent/non adhérent).

La protection des édifices menacésModifier

L'Observatoire du patrimoine religieux conseille les porteurs de projets de préservation d'édifices cultuels.

L'association les aide à organiser leur démarche de sauvegarde auprès des acteurs clés à considérer (maires, Préfets, DRAC, associations de protection...), et à organiser les démarches de mécénat ou les moyens de mobilisation adaptés à l'envergure du projet.

Construction d'édifices religieux, restaurations, transformations...Modifier

Un travail de veille permet à l'OPR de signaler sur son site internet les nouvelles - "bonnes ou mauvaises" - relatives au patrimoine religieux français.


Colloques, conférences & ouvragesModifier

Les membres de l’OPR interviennent chaque année au sein de colloques, de conférences ou en participant à la rédaction d'ouvrages sur le patrimoine religieux.

Ainsi par exemple :

- Le 16 février 2017, l’OPR est intervenu au colloque: Sauve qui peut ! Pour une sensibilisation à la protection des biens culturels organisé par l'Université de Bourgogne.

- En novembre 2016, parution de l'ouvrage Saint-Etienne du Mont, un chef-d'oeuvre parisien de la Renaissance, rédigé par Françoise Gatouillat et Etienne Hamon (membre du Comité Scientifique de l'Observatoire du Patrimoine Religieux) aux Éditions Picard.


L'extension de l'inventaire dans les départements limitrophes du Puy-de-DômeModifier

La mission d'inventaire de l'Observatoire du Patrimoine Religieux étant terminée dans le Puy-de-Dôme, l'équipe de l'OPR poursuit ses investigations dans les départements auvergnats limitrophes : l'Allier, la Loire, la Haute-Loire, le Cantal, la Corrèze et la Creuse.


Dans un but de vérifier intégralement les renseignements inscrits mais également de compléter les édifices manquants.


Événements passésModifier

Ma pierre à l'édifice, un projet tourné vers les jeunes (2009-2011)Modifier

Dans le cadre de l'enseignement d'Histoire des arts, Ma Pierre à l'Édifice, menée en partenariat avec l'OPR, visait à susciter la passion du patrimoine chez les enfants, en les initiant aux technologies d'avenir, en enrichissant leur culture générale et leur goût artistique, tout en leur permettant de mieux appréhender les enjeux économiques ainsi que la diversité et la richesse des métiers d'art liés au patrimoine. Ce projet pluri-disciplinaire impliquait aussi bien les professeurs de mathématiques et d'histoire de l'art, que ceux de langues, d'histoire ou de sciences. Il s'adressait à tous les élèves (classes de 5e à la 2nde) scolarisés sur le territoire national, y compris les établissements ou classes spécialisées (SEGPA, notamment).

Le concours visait à l’étude détaillée et à la modélisation "en trois dimensions" d’édifices monumentaux du patrimoine français (tous patrimoines confondus : religieux, civil, militaire ou monumental). Il sensibilisait collégiens et lycéens à la connaissance du patrimoine, encourageait les vocations scientifiques et technologiques, et favorisait la découverte de nouvelles pratiques collaboratives de modélisation informatique.

Le concours était organisé chaque année en cinq phases :

  • Communication auprès des enseignants,
  • Inscription sur le site officiel (de septembre à février),
  • Collecte des travaux (avril),
  • Délibération et d’annonce des résultats (mai)
  • Remise des prix dans le cadre du Salon International du Patrimoine à Paris.

Entre 2009 et 2011, plus de 500 élèves y ont participé en moyenne chaque année.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier