Ouvrir le menu principal

Mark Renshaw

coureur cycliste australien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renshaw.
Mark Renshaw
2015 Tour de France team presentation, Mark Renshaw.jpg
Mark Renshaw lors de la présentation des équipes du Tour de France 2015 à Utrecht.
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
Principales victoires

Mark Renshaw (né le à Bathurst) est un coureur cycliste australien qui court depuis 2016 pour l'équipe Dimension Data.

Il est surtout connu pour être le fidèle « poisson-pilote » de Mark Cavendish depuis 2009.

Sommaire

BiographieModifier

Comme nombre de cyclistes australiens, Mark Renshaw fait ses débuts sur la piste. Il est ainsi triple champion du monde juniors sur piste : deux fois dans l'épreuve de vitesse par équipes, et une fois dans l'épreuve du kilomètre. Quelques années plus tard, en 2002, il participe aux Jeux du Commonwealth à Manchester, où il remporte la médaille d'or en poursuite par équipes et la médaille d'argent de la course aux points. La même année, il remporte une manche de la Coupe du Monde en course aux points. Il en remporte une deuxième en 2003, puis une troisième en 2004, en course scratch.

La même année, il fait ses débuts chez les professionnels sur route avec la formation Fdjeux.com. Après une période d'adaptation, Renshaw réalise ses premières performances sur route en 2005, dans le domaine du sprint. Il termine notamment deuxième du Grand Prix de Denain, derrière Jimmy Casper.

Renshaw quitte alors La Française des jeux pour l'équipe Crédit agricole. Au sein de cette équipe, il est très souvent le dernier poisson-pilote de son coéquipier Thor Hushovd[1], mais joue aussi parfois sa carte personnelle. Il remporte ainsi sa première victoire professionnelle dès 2006 sur le Tro Bro Leon. Après avoir participé à son premier grand tour, le Tour d'Espagne, il réalise un bon Circuit franco-belge, terminant deuxième des deux sprints massifs, devancé chaque fois par Heinrich Haussler. En 2007, il remporte la Down Under Classic, mais s'illustre surtout, comme les années précédentes, à partir du mois d'avril. Il prend une nouvelle fois la deuxième place du Grand Prix de Denain, derrière Sébastien Chavanel, puis du Tour de Vendée, devancé par Mikel Gaztañaga. Deux semaines plus tard, il remporte la 2e étape du Tour de Picardie, sa deuxième victoire. Après son deuxième Tour d'Espagne, il réalise une nouvelle fois un bon Circuit franco-belge, qu'il termine à la sixième place.

La révélation vient pour Renshaw en 2008. Il remporte la 1re étape du Tour Down Under, et porte une journée le maillot de leader. Septième de la 2e étape, il abandonne son maillot à son compatriote Graeme Brown, mais le récupère le lendemain grâce à sa deuxième place dans la 3e étape. À nouveau deuxième de la 4e, il le conserve une journée supplémentaire, mais est éliminé de la lutte pour la victoire dans la 5e étape qui mène à Willunga. Sa saison européenne est moins remarquable jusqu'au . Ce jour-là, Renshaw obtient la deuxième place de la Vattenfall Cyclassics derrière son compatriote Robbie McEwen. Ce résultat et sa victoire d'étape sur le Circuit franco-belge lui ouvrent les portes de l'équipe Columbia-High Road[1].

En 2009, Mark Renshaw intègre l'équipe Columbia-High Road, dont l'effectif est déjà riche en sprinteurs, avec notamment Mark Cavendish, André Greipel et Edvald Boasson Hagen. Renshaw devient le poisson-pilote de Mark Cavendish. Sur le Tour d'Italie, il contribue à 5 victoires pour l'équipe Columbia-High Road dont 4 de Mark Cavendish et un contre-la-montre par équipes. Lors du Tour de France, en tant que « poisson-pilote » de Mark Cavendish, il mène le train au sprint de 5 de ses 6 victoires et prend la seconde place derrière Cavendish lors de la 21e étape arrivant aux Champs-Élysées, après avoir enfermé leurs adversaires à l'intérieur de l'ultime virage à droite.

Le 15 juillet 2010 lors de la 11e étape, il est exclu du Tour pour comportement dangereux après avoir mis plusieurs coups de casques à Julian Dean et empêché Tyler Farrar de passer en l'enfermant sur la barrière[2]. En 2011, il remporte le Tour du Qatar et, après trois ans au service de Cavendish, il rejoint l'équipe Rabobank la saison suivante afin de poursuivre ses propres ambitions en tant que sprinteur.

Renshaw est le sprinteur de Rabobank pour le Tour de France 2012[3]. Victime de plusieurs chutes durant la première semaine du Tour et toujours gêné par les conséquences de ces chutes, il abandonne lors de l'ascension du col de la Madeleine pendant la onzième étape[3]. En 2013, il reprend la compétition en Australie lors du Tour Down Under. En août, il remporte la première étape de l'Eneco Tour. Au cours de ses deux saisons avec l'équipe néerlandaise, il remporte seulement trois victoires et décide de reprendre son rôle aux côtés de Cavendish en 2014, cette fois chez Omega Pharma-Quick Step[4].

En 2016, Renshaw change d'équipe et accompagne son chef de file Mark Cavendish dans l'équipe Dimension Data. Ils sont rejoints par Bernhard Eisel, reconstituant ainsi un trio prolifique sous les couleurs d'HTC-Highroad cinq ans auparavant[5]. Il aide Cavendish à obtenir quatre nouvelles victoires d'étape sur le Tour de France. Ses meilleurs résultats personnels au sein de l'équipe sud-africaine sont une deuxième place sur la RideLondon-Surrey Classic 2016, une cinquième place sur le Tour de Cologne 2016 et une septième place sur la EuroEyes Cyclassics 2016. En 2017 et 2018, il n'obtient aucun résultat probant.

En novembre 2018, il se fracture le bassin à la suite d'un accident avec une voiture, alors qu'il s'entraîne à Bathurst, manquant la compétition pendant trois à quatre mois[6]. Il ne commence sa saison qu'à la fin du mois de mars. En juillet 2019, il annonce qu'il mettra un terme à sa carrière à l'issue de la saison, après 16 années dans le peloton professionnel[4].

Palmarès et résultatsModifier

Palmarès sur routeModifier

 
Mark Renshaw.

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

10 participations

Tour d'ItalieModifier

5 participations

Tour d'EspagneModifier

2 participations

Classements mondiauxModifier

Année 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Classement ProTour 175e[7] 33e[8]
Calendrier mondial UCI 145e[9] 168e[10]
UCI World Tour 206e[11] 103e[12] 134e[13] 110e[14] nc[15]
Légende : nc = non classé

Palmarès sur pisteModifier

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Coupe du mondeModifier

  • 2001
    • Classement général du kilomètre
    • 2e du kilomètre à Mexico
    • 2e du kilomètre à Ipoh
  • 2002
    • 1er de la course aux points à Sydney
    • 2e de la poursuite par équipes à Sydney
    • 2e de l'américaine à Sydney
    • 3e de l'américaine à Moscou
  • 2003
    • 1er de la course aux points au Cap
  • 2004
    • 1er du scratch à Manchester

Championnats du monde juniorsModifier

Jeux du CommonwealthModifier

Championnats d'AustralieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 1er janvier 2009 au 30 juin 2009
  2. Du 1er juillet 2009 au 31 décembre 2009
  3. Du 1er janvier 2013 au 28 juin 2013
  4. Du 29 juin 2013 au 31 décembre 2013

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Horizons broadened on shifting sands », sur www.cyclingnews.com (consulté le 5 septembre 2010)
  2. a et b « Renshaw hors course », sur www.lequipe.fr (consulté le 5 septembre 2010)
  3. a et b (en) Anya Whitelaw, « Renshaw abandons epic French race as he hits his limit in the Alps », sur westernadvocate.com.au,
  4. a et b (en) Renshaw to retire at the end of the season
  5. Philippe Le Gars, « Cavendish, direction l'Afrique », L'Équipe, no 22353,‎ , p. 17
  6. Mark Renshaw renversé par une voiture à l'entraînement
  7. « Classement ProTour 2007 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 16 juillet 2011)
  8. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur www.memoire-du-cyclisme.eu/, (consulté le 6 avril 2013)
  9. « Classement Mondial UCI 2009 », sur dataride.uci.ch, UCI, (consulté le 15 août 2017)
  10. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  11. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  12. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  14. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  15. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  16. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2004, cf p.65 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 28 janvier 2012)
  17. « Les résultats de la course à l'américaine des championnats du monde de 2004 », sur www.tissottiming.com (consulté le 27 janvier 2012)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :