Malestroit

commune française du département du Morbihan

Malestroit
Malestroit
La place du Bouffay.
Blason de Malestroit
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité De l'Oust à Brocéliande Communauté
(siège)
Maire
Mandat
Bruno Gicquello
2020-2026
Code postal 56140
Code commune 56124
Démographie
Gentilé Maltrais ou Malestroyen
Population
municipale
2 470 hab. (2019 en diminution de 0,24 % par rapport à 2013)
Densité 425 hab./km2
Population
agglomération
4 675 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 33″ nord, 2° 22′ 55″ ouest
Altitude Min. 10 m
Max. 95 m
Superficie 5,81 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Malestroit
(ville-centre)
Aire d'attraction Malestroit
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Moréac
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malestroit
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malestroit
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Malestroit
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Malestroit
Liens
Site web site officiel

Malestroit ([maletʁwa]) est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Longtemps chef-lieu de canton (la commune a perdu ce titre lors de la réforme administrative de 2014 et est désormais incorporée au canton de Moréac), Malestroit est traversée par le canal de Nantes à Brest et par la rivière Oust qui sont confondus à cet endroit.

Cette ville a fêté son millénaire en 1987. Elle s'est vu décerner, en 2013, le label « Petite cité de caractère ».

GéographieModifier

SituationModifier

La ville de Malestroit est située à 40 km de Vannes (préfecture). Les communes limitrophes sont Saint-Marcel à l'ouest, Pleucadeuc au sud et Ruffiac à l'est. La ville fait partie historiquement du Vannetais et du Pays gallo.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophesModifier

 
Plaque cochère indiquant Saint-Congard et Ploërmel
Communes limitrophes de Malestroit
Missiriac
Saint-Marcel  
Pleucadeuc Saint-Congard

Description, relief et hydrographieModifier

 
Malestroit : l'île Notre-Dame au début du XXe siècle (carte postale).

La commune de Malestroit est traversée par l'Oust, qui coule à une quinzaine de mètres d'altitude. La ville est principalement située sur sa rive droite, mais le faubourg de La Madeleine est sur sa rive gauche ; l'île Notre-Dame est située entre ces deux parties de la ville et le quartier de l'Écluse, en amont de la ville, forme une île d'origine anthropique depuis la construction du canal de Nantes à Brest qui courcircuite un méandre de l'Oust (accessible grâce au pont routier sur écluse de La Hataie[1]). De petite superficie, la commune de Malestroit possède une partie rurale, principalement au sud de la ville, dont l'altitude s'élève jusqu'à 95 mètres au sud du Bois Solon.

Des ponts relient les deux rives : les deux ponts de la rue Notre-Dame (qui desservent l'île Notre-Dame, celui situé sur le bras principal étant dénommé Pont Briand ou Vieux Pont, construit avant 1829 et en partie reconstruit en 1932[2]) et le Pont Neuf[3], lequel a fait l'objet d'importants travaux de restauration en 2021.

Malestroit connaît périodiquement de graves inondations en raison des crues de l'Oust, les dernières étant celles de 2014 et 2019. Des inondations se produisent fréquemment depuis longtemps : par exemple des crues survenues vers 1750 emportèrent la Porte des Ponts, dite aussi Porte Borguet (porte des remparts située à l'endroit des ponts permettant de traverser les bras de l'Oust) et celles de l'hiver 1904 entraînèrent la submersion de la vallée de l'Oust pendant plusieurs semaines[4]. Le journal La Croix du écrit que « Malestroit surtout et les campagnes environnantes sont dans une situation critique » en raison des débordements de l'Oust[5].

La ville est restée d'importance modeste : éloignée des grands centres urbains, la ville a vu sa population augmenter faiblement en deux siècles, ne gagnant que 800 habitants environ entre 1800 et le début du XXIe siècle (2 470 habitants en 2019) et en perdant même quelques-uns depuis le pic démographique atteint en 1975. Quelques lotissements se sont créées toutefois depuis la Seconde Guerre mondiale comme celui d'Eureka au sud du centre-ville ou celui du Clos Grobon (au nord de La Madeleine sur la rive gauche de l'Oust). Deux zones industrielles ont été créées : celle du Tirpen à l'ouest de la ville est la plus importante, la seconde étant celle de l'Oust à l'est. Mais la ville est entravée dans son développement par sa faible superficie et l'importance des zones inondables à proximité de l'Oust. L'absence de rocade routière entraîne aussi des nuisances liées au trafic de transit et des embouteillages qui ont atteint leur paroxysme lor des travaux de restauration du Pont Neuf en 2021[6].

GéologieModifier

R. Mazères a décrit La bande silurienne de Malestroit dans un article publié en 1930[7]. Du minerai de fer a été trouvé dans des terrains datant de l'ordovicien du synclinal de Malestroit, mais n'a jamais été exploité[8]. Ce synclinal de Malestroit a une largeur très restreinte, variable de 1 à 10 kilomètres, mais est très long, à cheval sur les départements du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique ; les couches y sont par endroits relevées jusqu'à la verticale[9].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[10]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[10]

  • Moyenne annuelle de température : 11,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 830 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,4 j

Avec le réchauffement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pleucadeuc », sur la commune de Pleucadeuc, mise en service en 1990[16] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[17],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,9 °C et la hauteur de précipitations de 902,8 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Vannes-Séné », sur la commune de Séné, mise en service en 1998 et à 34 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 12,3 °C pour 1981-2010[20] à 12,4 °C pour 1991-2020[21].

TransportsModifier

La ville est traversée par la D 776 (ancienne Route nationale 776), la D 764 (ancienne Route nationale 164) et la D 146.

 
La voie verte, marquant le passage de la voie ferrée, avec le vestige d'un ancien quai, au niveau de l'ancienne gare de Malestroit.

L'ancienne ligne ferroviaire de Questembert à Ploërmel passait par Malestroit qui disposait d'une gare. Désormais la gare la plus proche est celle de Vannes. Son tracé a été aménagé en voie verte : c'est désormais un tronçon de la V3 allant de Saint-Malo à la Presqu'île de Rhuys[22].

La commune est traversée par le Canal de Nantes à Brest qui emprunte à cet endroit le cours de l'Oust. L'écluse de La Hataie est située juste en amont de la ville de Malestroit[23]; sa maison éclusière date de la construction du canal[24].

HabitatModifier


UrbanismeModifier

TypologieModifier

Malestroit est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[25],[26],[27]. Elle appartient à l'unité urbaine de Malestroit, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[28] et 4 675 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[29],[30].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Malestroit, dont elle est la commune-centre[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 3 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[31],[32].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (43,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (47,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (31,4 %), terres arables (26,2 %), forêts (15,2 %), zones agricoles hétérogènes (10,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,9 %), prairies (7 %), mines, décharges et chantiers (1,1 %)[33].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[34].

ToponymieModifier

Attestée sous les formes Malestrictum au XIe siècle, Malertritus en l'an 1127, Malestret en 1331[35], Maletroit en 1464, Malestroict en 1477, Malestroit en 1481[36].

Le nom apparaît en 1131 sous la forme du latin médiéval Malestrictum et signifie « mauvais défilé »[35] , « mauvais passage », « passage dangereux »[37].

Le nom gallo de la commune est Maltrë, Maltrae ou Malestroec[38].
Le nom breton est Malastred ou Malastreg[38].

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Les menhirs du Bois Solon (un alignement de 23 pierres, dont deux remarquables faisaient 3 et 2 mètres de haut, détruit lors de la mise en culture du champ), remontaient à environ ans avant J.-C.[39].

Moyen ÂgeModifier

Les origines de MalestroitModifier

Malestroit est issue d'un démembrement des paroisses de l'Armorique primitive de Pleucadeuc pour sa partie sud et de Missiriac en 1129 pour sa partie nord (La Madeleine), date à laquelle la chapelle romane de la léproserie de La Magdeleine[40] (fondée probablement en 987) est donnée par Payen Ier de Malestroit à l'abbaye de Marmoutier qui en fait un prieuré. C'était une étape sur l'un des Chemins de Compostelle[41].

 
Malestroit : la fontaine du Lion d'Or.

La cité de Malestroit, inscrite dans le lobe d'un méandre de l'Oust, est née au XIe siècle, à proximité d'une motte castrale, édifiée en 1024 par le prince Judhaël près des Motteys (lieu-dit La Hataie de nos jours) au niveau du gué (afin de contrôler la navigation fluviale), puis d'un château fort, bâti sur un îlot d'un des deux bras de la rivière, contrôlant la voie de passage de la Saudraye[42].

Le bourg de Malestroit se développe à partir du XIIe siècle autour de l'église Saint-Gilles (alors de style roman), édifiée à la place d'une chapelle, elle-même construite à l'emplacement d'une ancienne fontaine sacrée de l'époque celtique, devenue fontaine cultuelle à l'époque de la chrétienté et lieu de dévotion, la fontaine du Lion d'Or.

L'ancienne paroisse-mère de Missiriac avait le même recteur que Malestroit en 1432 et devint une simple trève de Malestroit, statut qu'elle conserva jusqu'à la Révolution française[43].

La famille de MalestroitModifier

Un site internet présente une généalogie complète et détaillée des seigneurs de Malestroit[44].

 
Gisant en marbre de Jean II de Malestroit et de son épouse (dessin de Dom Morice)
 
Plaque commémorative de la signature de la trêve de Malestroit le dans la chapelle de La Madeleine.

Le premier seigneur de Malestroit connu est Judhaël (ou Juhaël), qui vivait au début du XIe siècle. Sa lignée se termine avec :

  • Vers 1237 : Eudes, fils de Pierre de Malestroit et de Constance de Léon ;
    • Jean Ier Botherel, dit Jean de Quintin, décédé en 1292 ;
      • En 1292 : Payen III, son fils ;
        • Geoffroy II, seigneur de Malestroit et de Largoët et Payen, seigneur de Beaumont, marié avec Aliénor de Malestroit, attesté en 1313 ; son frère Henri de Malestroit, était en 1340 conseiller et maître des requêtes du roi de France Philippe VI de Valois ;
          • Payen IV, seigneur de Malestroit et de Largoët, époux de N. De la Chapelle.

Une trêve de Malestroit est signée , au cours de la première guerre de Succession de Bretagne.

Payen IV est tué en 1347 lors de la bataille de La Roche-Derrien, il ne laisse comme héritier que sa sœur Jeanne de Malestroit épouse de Hervé de Châteaugiron. Leur fils Jean de Châteaugiron dit de Malestroit († 1374), seigneur d'Oudon, a pour héritier son fils Jean de Malestroit, capitaine général en 1364, qui meurt en Italie en 1382. La fille et héritière de ce dernier Jeanne II († 1429) épouse un membre de la lignée cadette de la famille de Malestroit ; Jean II de Malestroit, seigneur de Beaumont († 1415 ou 1416) dont une fille Jeanne (III) de Malestroit qui épouse à son tour Jean II Raguenel vicomte de la Bellière.

 
Tour datant du XVe siècle rue Saint-Michel (angle du Champ de foire) : un des rares vestiges subsistant des anciens remparts (carte postale).

Le le duc Pierre II de Bretagne érigea en baronnie la seigneurie de Malestroit en faveur de Jean de Châteaugiron, sire de Malestroit et de Largoët. En 1463 « on ferma les murs de cette ville, qui était souvent exposée aux insultes de l'ennemi », c'est-à-dire qu'on l'entoura de remparts afin qu'elle puisse résister à des ennemis[45].

Les autres faits concernant Malestroit au Moyen ÂgeModifier

 
Les ruines de la chapelle de La Madeleine qui a conservé son clocher-mur.

En 1407 le duc de Bretagne Jean V réunit les barons et seigneurs de Bretagne à Malestroit pour délibérer des affaires du Duché de Bretagne et notamment de l'attitude de Marguerite de Clisson, qui intriguait pour placer l'un de ses fils à la tête du duché[45].

À la fin du XVe siècle deux nefs de style gothique sont accolées à la chapelle de La Madeleine, qui conserve son clocher-mur antérieur et devient l'une des deux églises paroissiales de Malestroit. Son placître accueillait un cimetière.

En 1560 la baronnie de Malestroit appartient à Anne, baronne de Malestroit et de Montjean, veuve de Jean VII d'Acigné.

Temps modernesModifier

Les XVIe siècle et XVIIe siècleModifier

Au XVIe siècle, grâce à la construction de deux écluses sur l'Oust, à Beaumont (en Saint-Vincent-sur-Oust) et à Rieux (en Saint-Laurent-sur-Oust), parmi les premières de France, Malestroit est relié par voie navigable à Redon et donc, via la Vilaine, à la mer ; l'activité commerçante se développe alors (Malestroit importe du vin et exporte des draps de laine et des draps à caban pour l'armée) et quatre faubourgs (La Madeleine, Sainte-Anne, Saint-Julien et Saint-Michel) naissent extra-muros, entourant le centre historique et les ruines de ses remparts.

Pendant les Guerres de la Ligue, la baronnie de Malestroit, qui appartenait alors à la comtesse de Brissac[Note 7], soutint le roi Henri IV ; la ville fut prise en 1589 par le duc de Mercœur (la milice de la ville perdit une douzaine d'hommes), lequel fit raser une partie des fortifications ; celles-ci furent réparées mais le duc de Mercœur assiège à nouveau la ville en février 1591 (les assiégés parviennent à repousser les assauts des Ligueurs, mais le capitaine de ville Julien de Quistinic est tué ; l'assaillant se retire « avec ses Espagnols, son canon et sa honte » ; les combats auraient fait environ 300 morts). Un troisième siège commence le , mené par le duc de Mercœur lui-même et, malgré le secours de troupes royales venues de toute la Basse Bretagne, la ville doit se rendre, faute de munitions, les Ligueurs la gardant alors quelque temps sous leur contrôle ; mais le , un officier, Lahideuc, qui soutenait Henri IV la reprit (« les "Royaux" investissent la ville en escaladant la muraille fort endommagée. Le même jour l'église de Monsieur Saint Gilles fut presque toute brûlée avec les meubles et ornements ») ; en 1598 on fit construire cinq petites tours détachées des remparts « de sorte que, par le moyen de ses fortifications et de ses fossés toujours remplis des eaux de la rivière d'Oust, elle fut en état de résister à ses ennemis ». Par lettres patentes du Henri IV octroie aux habitants de Malestroit le droit de « faire eslever une enseigne de papegault le 1er mai de chaque année »[45].

 
Malestroit : la maison du tribunal de la seigneurie de La Chapelle-Quintin (dite aussi Quintin-à-Malestroit).

La famille de La Chapelle possédait un fief, appelé communément "Quintin-à-Malestroit" ou "La Chapelle-Quintin" ; par exemple en 1507, Guyon de La Chapelle-Molac était seigneur de La Chapelle-sous-Ploërmel et de Quintin-à-Malestroit. Ce fief passa ensuite aux mains de la famille de Rosmadec, par exemple d'Alain de Rosmadec (sa mère était Jeanne de La Chapelle) en 1544 et de Sébastien II, marquis de Rosmadec-Molac en 1629. En 1680, le marquis Charles-Armand de Biragues, époux de Jeanne de Rosmadec-Molac, rend aveu au roi pour Quintin-en-Malestroit. Le siège du tribunal de cette seigneurie, qui disposait des droits de haute, moyenne et basse justice, se trouvait place du Bouffay, à Malestroit[46].

Les couvents des Augustins et des UrsulinesModifier

Le couvent des Augustins est fondé en 1637 à proximité de l'endroit, dans l'îlot Notre-Dame, où se trouvait antérieurement le château-fort, qui avait été remplacé au XVe siècle par une chapelle dédiée à Notre-Dame de Toute-Joie. Ce couvent fut fermé le et vendu en plusieurs lots comme bien national[47].

Le couvent des Ursulines est fondé en 1670 par les Ursulines de Ploërmel. Elles furent expulsées en 1792 et leurs biens vendus comme bien national. Le couvent fut racheté en 1828 par Jean-Marie de La Mennais et son frère qui y installent un noviciat et en 1866 les Chanoinesses régulières de Saint-Augustin, venues de Vannes[48], s'y installèrent, y créant un pensionnat, puis, par la suite, une clinique[49].

Le XVIIIe siècleModifier

Malestroit était une baronnie de Bretagne et la ville avait le droit de députer aux États de Bretagne. Malestroit était le siège d'une subdélégation et possédait deux paroisses, l'une étant le Prieuré de la Magdeleine, qui dépendait de l'abbaye Saint-Gildas de Rhuys, et l'autre, dénommée Prieuré de Malestroit, dépendant de l'Abbaye de Marmoutier. Les deux cures étaient à l'alternative. Selon Jean-Baptiste Ogée, en 1778 Malestroit comptait 1 600 communiants[Note 8], y compris ceux de Missiriac, sa trève. Malestroit disposait, en tant que communauté de ville, du droit de haute, moyenne et basse justice, qui ressortissaient à Ploërmel, à M. de Sérent, baron de Malestroit. Le prieuré de la Magdeleine disposait aussi des droits de haute, moyenne et basse justice, à M. Chanvaux ; le Couëdic, au Voyer, des moyenne et basse justice, à M. de Guébriant ; le Bois-Rouault des moyenne et basse justice, à M. de Querhoent ; Bohal et annexes des moyenne et basse justice, à Mlle Henri de Bohal. Malestroit possédait les couvents des Augustins et des Ursulines et l'hôpital de la Charité. Il s'y tenait un marché le jeudi et Jean-Baptiste Ogée précise que le principal commerce des habitants est celui des gros draps et des cuirs[45].

La navigation sur l'Oust décline, puis cesse, au XVIIIe siècle, les deux écluses n'étant plus entretenues ; toutefois en 1772 le trafic est rétabli « Cette rivière, au moyen de deux écluses situées à Rieux et à Baumont, portoit bateau, pendant plus de neuf mois dans l'année, depuis Malestroit jusqu'à Redon. Les négocians de cette dernière ville venoient journellement enlever les grains, les cidres, les cuirs du Pays. Ce commerce, qui donnoit de la valeur aux denréeset répandoient des richesses dans le canton, étoit entièrement supprimé depuis trois ou quatre ans par la dégradation des écluses que la Communauté de Malestroit, par un accord avec le seigneur de Baumont, étoit chargée d'entretenir, et qu'elle avoit négligé »[50]. Il faudra attendre la construction du Canal de Nantes à Brest dans la première moitié du XIXe siècle pour que le trafic reprenne véritablement. Un procès-verbal en date du fait mention du « grand nombre de petites pescheries exclusives, nommées clayes ou rateaux, dont le filet ou sac, placé à l'égoust, arrête tout le poisson du premier âge qui y entre, et le fray qui est employé par les riverains à l'engrais des terres et à la nourriture de leurs bestiaux ; et des plaintes que les pescheries desdistes rivières de Vilaine et de Malestroit causent à la navigation »[51].

En 1781 les remparts menaçaient ruine et le projet de remise en état n'aboutit pas en raison de la Rëvolution française. Un siècle plus tard il n'en subsistait que des vestiges à peine visibles.

Révolution françaiseModifier

Le un affrontement a lieu dans l'église de La Madeleine entre des chouans et des soldats républicains du détachement du régiment de Guadeloupe qui faisait partie de l'Armée de l'Ouest alors dirigée par le général Canclaux.


Le XIXe siècleModifier

Le notaire Deschamps, de Malestroit, devint le premier président du Conseil général du Morbihan en 1800[52]. Le la municipalité de Malestroit, fort patriote, réclama des armes, des munitions, ou mieux un cantonnement de troupes, pour se défendre contre les attaques des Chouans, localement commandés par Pierre Guillemot[53].

Les travaux de canalisation de l'Oust, dans le cadre de la construction du Canal de Nantes à Brest commencent en 1824[54]. Avant le chemin de fer la ville de Malestroit était très active : « le transport par l'Oust revenait au quart du prix du transport par voie de terre »[55].

En 1828 Jean-Marie de La Mennais acquiert l'ancien couvent des Ursulines (actuelle communauté des Augustines 2 Faubourg Saint-Michel), alors en piteux état (« il faut le réparer à grand frais et en renouveler jusqu'à la toiture »[56]) et en fait le noviciat de la Congrégation de Saint-Pierre, mais il écrit à son frère Jean que « la Maison de Malestroit me pèse plus que jamais. Cette maison nous a fait beaucoup de mal et nous en fera tant qu'elle durera, faute d'hommes capables de la conduire » et il décide de la fermer dès 1834[56]. C'était un lieu de formation ecclésiastique, novateur en son temps, par le fait que les étudiants rédigaient eux-mêmes leurs traités de théologie et qu'ils étudient un grand nombre de langues étrangères. Parmi les langues proposées, certaines sont obligatoires : l'hébreu, le grec et le latin. Les autres sont facultatives, parmi lesquelles : le sanskrit, l'arabe, le persan, le chaldéen, le chinois, l'allemand, l'anglais, l'italien. C'est un lieu de formation réputé. Parmi l'équipe fondatrice du séminaire, on peut citer : l’abbé Simon Blanc qui en est le directeur. Ancien professeur à Besançon, il fait à Malestroit des conférences sur la philosophie, il a rédigé un manuel d’histoire ecclésiastique. L'abbé Rohrbacher, est directeur des études et professeur de théologie, spécialiste du sens commun ; il a rédigé à Malestroit les cinq premiers tomes de son Histoire universelle de l'Église catholique. L'abbé Persehais, économe de l’établissement, puis remplacé par l'abbé Bouteloup huit mois plus tard quand l’abbé Persahais est nommé vicaire à la paroisse de Saint-Méen. L'abbé Bornet est maitre des novices, chargé des cours de littérature[57]. Éloi Jourdain, connu plus tard comme écrivain catholique sous le nom de Charles Sainte-Foi, y fut élève[58].

 
La mise en vente d'une tannerie à Malestroit en 1899 (journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest du ).

Un rapport du Conseil général du Morbihan datant de 1846 décrit le faible nombre des bateaux fréquentant le Canal de Nantes à Brest (en 1845 245 bateaux seulement ont franchi l'écluse de Malestroit) : il déplore que « le peu d'utilité de canaux qui ont coûté à l'État tant de sacrifices, ne tient ni à l'imperfection du travail (...), ni au besoin d'échanges du pays qu'ils parcourent, mais bien aux tarifs exorbitants des droits de navigation, tarifs dont la conséquence est que le roulage augmente sur la route 164, entre Redon et Malestroit, en plus forte proportion que la navigation sur le canal qui longe cette route »[59].

Le des troubles graves éclatèrent à Malestroit lors des élections pour le conseil d'arrondissement : les électeurs de 4 communes (Sérent, Lizio, Saint-Abraham, Saint-Guyomard) se disputèrent pour savoir quelle commune voterait la première : « les pierres que se jetaient les combattans atteignirent beaucoup de vitres et quelques habitans de Malestroit ; aussitôt la Garde nationale fut convoquée et, par un mouvement de frayeur fort regrettable, elle tira sur les paysans de ces communes. Deux furent atteints assez grièvement ; on pense que la blessure de l'un d'eux est mortelle. Nous avons demandé que l'on fit voter chaque commune au chef-lieu de la commune, et non au chef-lieu de canton »[60]. Dans un autre article paru quelques jours plus tard le même journal précise que le commencement des troubles serait dû à des électeurs de Ruffiac qui auraient commencé dans l'après-midi à frapper des électeurs de Sérent qui commençaient à danser et qu'une trentaine de Sérentais auraient été blessés[61].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Malestroit en 1853 :

« Malestroit : ville ; commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui cure de 2e classe ; bureau d'enregistrement ; chef-lieu de perception ; bureau de poste ; brigade de gendarmerie à cheval. (...) Superficie totale 581 hectares dont (...) terres labourables 234 ha, prés et pâturages 115 ha, vergers et jardins 17 ha, bois 10 ha, landes et incultes 100 ha, châtaigneraie 1 ha (...). La route royale n° 164, dite d'Angers à Brest, traverse Malestroit ; cette ville est aussi traversée par la route départementale dite de Rennes à Vannes par Guer. Il y a foire le premier jeudi de chaque mois. Marché le jeudi. (...) Géologie : schiste argileux ; grès poudingue dans l'ouest-sud-ouest. On parle le français.[62]. »

Une épidémie de choléra sévit à Malestroit entre le 15 février et le faisant 12 malades dont 7 moururent ; cette maladie aurait été amenée à Malestroit par la famille d'un rémouleur itinérant de passage dans la ville[63].

Un bureau télégraphique ouvre à Malestroit en 1874[64].

Une passerelle métallique en remplacement du vieux pont de Malestroit entre 1877 et 1880[65].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

 
La gare de Malestroit au début du XXe siècle.
 
Récit du départ des Sœurs de Malestroit en raison de leur expulsion (journal La Croix du ).

L'école des Sœurs de Malestroit fut fermée le jeudi , ce qui nécessita la présence de nombreux gendarmes[66] ; l'école des garçons tenue par les Frères de l'instruction chrétienne de Ploërmel fut fermée à son tour peu après, en vertu de la loi sur les congrégations de 1901.

Lors des élections municipales de 1904 « les ministériels [républicains favorables au gouvernement Combes] sont en complète déroute. Le premier de leur liste obtient 151 voix contre 210 au moins favorisé de la liste libérale [liste catholique conservatrice] »[67].

Une station de haras est créée à Malestroit en 1905[68].

Le journal L'Ouest-Éclair écrit en 1909 que « Malestroit est bien l'un des plus charmants sites que l'on puisse rêver, et cette petite loclaité est d'ailleurs sans cesse fréquentée par des touristes nombreux qui la traversent soit en automobile, soit en voiture, soit même en canot. Mais elle est, sans contredit, celle où la propreté des rues et l'hygiène de la voie publique sont les plus négligés. L'usage de la poubelle y est totalement inconnu et le cantonnier municipal n'y passe qu'une fois par semaine, le lendemain du jour du marché. Quant au service de l'enlèvement des immondices, il est assuré également par un seul individu qui n'a pour toute arme qu'une pelle et qui, par conséquent, abandonne tout ce qu'il pourrait fort bien emporter s'il était aidé d'un porteur de balai »[69].

Vers 1900 Albert Robida décrit la chapelle de la Madeleine comme « un édifice fortement dégradé au fond d'un vieux cimetière dans un riant entourage agreste. Le lierre et les broussailles fleuries escaladent les murailles, grimpent aux contreforts massifs du clocher et encadrent de leurs panaches les grandes fenêtres flamboyantes aux vitres brisées. C'est presque une ruine, et une jolie ruine, conquise par la végétation, embellie par la nature »[70].

Un décret du Président de la République publié le attribue « à l'hospice de Malestroit (Morbihan) les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Malestroit et actuellement placés sous séquestre »[71].

Un congrès de l'Union régionaliste bretonne se tint à Malestroit en avril 1911[72].

Des courses hippiques étaient organisées sur le vélodrome de la Deaufresne : celles d'août 1911 par exemple, favorisées par le beau temps, connurent une énorme affluence[73]. L'affluence était telle que des trains spéciaux étaient programmés, par exemple en 1907[74].

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Malestroit porte les noms de 63 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 3 au moins (Théophile Faucheux, Joseph Vailland et Émile Bonno) sont morts en Belgique, 4 au moins (Paul Guillery, Joseph Danto, Jean Le Luel et Alexis Houeix) en Grèce dans le cadre de l'expédition de Salonique ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français, dont Emmanuel Ruault, mort des suites de ses blessures à l'hôpital temporaire no 6 de Pargny-lès-Reims (Marne) le , Hyacinthe Desmays et Joseph Molac, tous les trois décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, Prosper Benoit, décoré de la Médaille militaire et Jean Marie Lesourd, sous-lieutenant au 41e régiment d'infanterie, tué le à Moronvilliers (Marne), décoré de la Légion d'honneur[75].

Pendant cette guerre, les 35 Sœurs Augustines de Malestroit soignèrent des soldats et accueillirent des réfugiés belges.

L'Entre-deux-guerresModifier

 
Malestroit : le champ de foire vers 1925 (carte postale).
 
Inscription commémorative de la construction du Pont Neuf sur l'Oust.
 
Malestroit : le port et le Pont Neuf dans la décennie 1930 (carte postale).

Entre 1925 et 1927 des lettres anonymes contenant injures, calomnies et insinuations visèrent des familles nobles de la région de Malestroit, provoquant indignation et peur dans les familles visées, qui, pendant plusieurs années, se tinrent pour éviter de nourrir le scandale avant qu'un châtelain, de Beaudrap, qui vivait à Ker-Maria, ne fasse appel à un détective privé, lequel crût avoir trouvé le coupable, un peintre en bâtiment, qui, incapable de surmonter la honte d'une inculpation, se suicida, mais s'avéra par la suite être innocent, le véritable coupable étant le baron de Beudrap lui-même, qui fut condamné lors d'un proçès qui commença le devant le tribunal correctionnel de Vannes[76]. Le baron de Beaudrap fut condamné à 18 mois de prison et à une lourde peine d'amende[77], mais il disparut avant l'exécution de ses condamnations, rejpigant probablement un de ses frères au Canada[78].

En avril 1926, pour protester contre de nouveaux impôts, des contribuables de Malestroit résolurent de ne plus fumer : « Les contribuables de Malestroit, réunis en assemblée, ont adopté à l'unanimité le vœu de ne plus user de tabac sous toutes ses formes, jusqu'à ce que les Chambres et le gouvernement aient fait aboutir les décisions suivantes : suppression des sous-préfets, des directeurs des finances et des tribunaux correctionnels dans les sous-préfectures ». Cette curieuse grève fut bien sûr un échec[79].

En octobre 1930 a lieu l'inauguration du nouvel hôpital-hosice de Malestroit[80].

Le Pont Neuf sur l'Oust est inauguré le .

La Seconde Guerre mondialeModifier

 
Panneau commémoratif de faits survenus à Malestroit pendant la Seconde Guerre mondiale.

À partir du , Malestroit et ses environs accueillent les contingents de soldats polonais qui formeront la Brigade de chasseurs de montagne qui participa ensuite à la bataille de Narvik[81].

Malestroit fut une ville clé de la résistance bretonne avec le maquis de Saint-Marcel à proximité (au cours des combats liés à ce maquis, 25 résistants FFI de la compagnie "Malestroit" furent arrêtés et fusillés)[82] ; parmi eux, à titre d'exemples, Julien Lelièvre, né en 1904 à Malestroit et Albert Trégaro, né en 1927 à Malestroit, tous deux fusillés le après avoir été torturés au Bois de la Grée de Houssac près des carrières du Bougro en Saint-Vincent-sur-Oust ainsi qu'Émile Morel, né le à Malestroit, lieutenant FFI, arrêté, emprisonné à Vannes avant d'être conduit au Fort de Penthièvre où il fut torturé avant d'être exécuté le , puis son corps fut emmuré et découvert seulement le [83].

Dans cette ville de nombreux résistants, notamment les religieuses de la clinique des Augustines, dont la supérieure était alors Mère Yvonne Aimée de Jésus[Note 9], abritaient des parachutistes britanniques, des responsables de la Résistance comme le général Audibert, des blessés du maquis de Saint-Marcel ou encore se battaient contre les Allemands à travers de petits attentats[84]. En 1949 le monastère des Augustines de Malestroit fut cité à l'ordre de l'armée « pour avoir sauvé plus de cent parachutistes, aviateurs et maquisards »[85] : il reçut aussi la Croix de guerre et la Médaille du roi d'Angleterre[86].

Le monument aux morts de Malestroit porte les noms de 20 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[75]. Parmi elles Jacques Bonsergent, né dans la commune voisine de Missiriac, qui fut le premier résistant français fusillé par les Allemands ; Lucien Géraud, né en 1913 à Malestroit, prisonnier de guerre en Allemagne, fut victime le d'un bombardement aérien à Wünsdorf[83].

Libérée le par les résistants FFI, la ville de Malestroit fut menacée par les Allemands d’être saccagée et brûlée comme le bourg de Saint-Marcel, mais elle fut finalement épargnée.

La fin du XXe siècleModifier

En 1987, des festivités commémorent le millénaire de la cité bretonne.

Politique et administrationModifier

 
L'hôtel de ville de Malestroit.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1808 Olivier Théliot[Note 10]   Marchand tanneur.
1808 1815 Pierre Marmagnant[Note 11]   Drapier et teinturier.
1815 1821 Prudent Gayet[Note 12]   Négociant.
1821 1830 Maillart (?)    
1830 1832 Constant Le Roy[Note 13]   Chirurgien.
1832 1852 Pierre Colineaux[Note 14]   Notaire.
1852 1869 Félix Nicollas du Closneuf[Note 15]   Propriétaire.
1869 1876 Pierre Colineaux   Déjà maire entre 1832 et 1852.
1876 1878 Jean-Marie Grobon[Note 16]   Serrurier.
1878 1888 Louis Giron[Note 17]   Propriétaire.
1888 1896 Firmin Colineaux[Note 18]. Droite Notaire. Conseiller d'arrondissement. Fils de Pierre Colineaux, maire entre 1832 et 1852.
1896 1900 Martin Rouxel[Note 19] Républicain Directeur de minoterie.
1900 1916 Firmin Colineaux Droite Déjà maire entre 1888 et 1896.
         
avant 1928 après 1932 E. Michel    
         
mars 1965 mars 1977 Bertrand Queinnec   Chirurgien
mars 1977 mars 1980
(démission)
Jean Davalo (1910-1983)   Grand Invalide de Guerre (39-45)
Officier de la Légion d'honneur (1956)
avril 1980 mars 1989 Jean Camussi   Entrepreneur[87]
mars 1989 mars 2007[88]
(décès)
Maurice Mélois RPR puis UMP Chef d'entreprise
Conseiller général du canton de Malestroit (1994 → 2007)
mars 2007 mars 2014 Bernard Miloux[Note 20] DVD Directeur technique. Très impliqué dans la gestion du musée de la Résistance de Saint-Marcel.
mars 2014
Réélu en 2020[89]
En cours Bruno Gicquello DVD Consultant-formateur en communication

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[90]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[91].

En 2019, la commune comptait 2 470 habitants[Note 21], en diminution de 0,24 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6001 7961 7351 6841 7811 7931 6761 6301 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5481 5831 6331 6911 6271 6891 7411 7121 685
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6931 7161 8401 7951 8951 9562 1012 2502 052
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 3812 4832 5062 4652 3572 4722 4792 4782 497
2017 2019 - - - - - - -
2 4562 470-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[92] puis Insee à partir de 2006[93].)
Histogramme de l'évolution démographique

La ville de Malestroit possède une école primaire et maternelle publique et une privée. Nous pouvons aussi y trouver un collège public, un collège privé et un lycée professionnel agricole privé.

D'un point de vue santé Malestroit possède un cabinet médical récent et un laboratoire d'analyses médicales. Nous pouvons aussi trouver une clinique privée, un cardiologue et de nombreux médecins spécialisés dans différents domaines. Enfin, un petit hôpital est présent.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La commune compte onze monuments historiques :

Son porche contient la sculpture d'un bœuf sculpté en grandeur demi-nature. Il s'agirait d'une référence à une légende relative à la construction de l'église : « un brave paysan conduisant des pierres sur un chariot attelé de deux bœufs eut par accident son chariot renversé, perdit l'une de ses roies et l'un de ses bœufs ; en cet embarras, l'homme invoqua l'aide de saint Hervé et soudain le bœuf restant releva le charit chargé de pierres et le traîna jusqu'à l'église sur une seule roue » ; mais on peut aussi y voir le symbole de l'évangéliste saint Luc[70].

  • Sept maisons situées sur la place du Bouffay et dans la rue du Général-de-Gaulle sont classées ou inscrites, dont :

Autres monuments :

  • La Rue aux Anglais : rue moyenâgeuse suivant le tracé de l'ancienne enceinte du XVe siècle, présentant des maisons à colombages datant du XVIe siècle avec leurs étals de schiste ; le nom de la rue est dû à la présence de mercenaires anglais qui y tinrent garnison au XVIIe siècle ;
  • Le couvent des Augustins, dans l'île Notre-Dame, fondé vers 1633 ;
  • Le monastère de l'Immaculée Conception, communauté de sœurs hospitalières Augustines fondée en 1866, elle appartient à la congrégation des Augustines de la Miséricorde de Jésus[101],[102] ; c'est l'ancien couvent des Ursulines, fondé en 1670 ;
  • La fontaine du Lion d'or ;
  • Le moulin de Malestroit, dans l'île Notre-Dame.


Activités et festivalsModifier

Depuis 1999, l'association Aux Arts Etc... organise le festival Au Pont du Rock à Malestroit ainsi que de nombreux concerts. Des artistes de renommée mondiale sont présents.

La maison lapins crétins, avec une boutique et un siège de réalité virtuelle[103].

L'été, des activités et spectacles médiévaux sont proposés avec des animations sur le canal.

HéraldiqueModifier

En 1451, la seigneurie de Malestroit est érigée en baronnie pour Jean IV Raguenel, Maréchal de Bretagne et devient la neuvième baronnie de Bretagne.

Le blason se décrit de la façon suivante :

  • De gueules à neuf besants d'or 3, 3 et 3 (« les Baguenaudes Malestroyennes » - Jean-Paul Bourban)


(d'où le surnom de "Cité aux neuf besants d'or" donné à Malestroit).

DeviseModifier

La devise est inscrite au fronton de l’Hôtel de ville « Quæ numerat nummos non malestricta domus » qui peut être traduite par « le domaine qui compte (ses besans) n’est pas Malestroit » ou « Maison riche d'écus ne grince jamais ». (« les Baguenaudes Malestroyennes » - Jean-Paul Bourban)

LittératureModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Albert Aubry (1892-1951), député d’Ille-et-Vilaine résistant français y est né.
  • Yvonne Beauvais (1901-1951), en religion Mère Yvonne Aimée de Jésus supérieure générale des Augustines de la Miséricorde de Jésus.
  • Blandine Bellavoir (1984-), actrice.
  • Edmond Besson (1887-1977), maire de Malestroit[101]
  • Les frères Alain et Daniel Bonnec, artistes peintres.
  • Jacques Bonsergent (1912-1940), premier français fusillé par l’occupant en 1940 y est inhumé.
  • James Bouillé (1894-1945), architecte.
  • Vincent Chaignart de la Gaudinaye (1746-1817), avocat en parlement, conseiller du roy, député à la Convention, maire de Malestroit
  • Marcel Cohen (1937-), journaliste, écrivain, auteur de Malestroit chroniques du silence (E.F.R., 1973)
  • Jehan Cherruier dit « Malestroit ». Éminent économiste d’Henri III et de Bretagne
  • Armand Corentin, comte de Malestroit et marquis de Pontcallec (1738-1797)
  • Charles de Cossé duc de Brissac Baron de Malestroit (1550-1626), maréchal de France lieutenant général de Bretagne[101]
  • Mathurin (Maturin) Marie Dréano (1892-1973) chanoine, professeur et littérateur, docteur ès Lettres, auteur d'ouvrages sur Montaigne : « La Pensée Religieuse de Montaigne », « La Renommée de Montaigne en France au XVIIIe siècle : 1677-1802 », « La Religion de Montaigne ».
  • Maxime Dupé (1993), footballeur professionnel, gardien de but du FC Nantes Atlantique
  • Charles Filiger (1863-1928), peintre du groupe de Pont-Aven
  • Xavier Fontanet (1948-), chef d'entreprise français, dirigeant du groupe Essilor (1991-2010), professeur à HEC Paris, chroniqueur aux Échos.
  • Yvonnet Flourée, dit Prioris, XVe siècle, homme d'affaires et officier de finance.
  • Jean-Olivier Gaudin, général de cavalerie XVIIIe siècle.
  • Louis Gougaud (1877-1941), moine bénédictin, historien du christianisme.
  • Clément de Guer-Malestroit marquis de Pontcallec, chef d'un complot contre le Régent.
  • Yves Gleu, XVe siècle, évêque.
  • Hervé Juvin (1956-), intellectuel, homme d'affaires et personnalité politique né dans la commune.
  • Jean Karakos (1940 - 2017), producteur de musique.
  • Félicité et Jean-Marie de La Mennais, supérieur général et vicaire général, noviciat de la Congrégation de Saint-Pierre.
  • Pierre Bruno Jean de La Monneraye (né en 1760 à Rennes, décédé en 1832 au château du Cléio en Malestroit, contre-amiral.
  • Famille de Lannion.
  • Alphonse Lanoe (1926), peintre.
  • Jean de Laval-Châteaubriant, baron de Malestroit (1487-1543).
  • Auguste Le Franc (1858-1943), prêtre, écrivain et chercheur.
  • Jean-Pierre Letort-Tregaro (1943), écrivain, universitaire.
  • Patrick Mahéo (1954-), médecin et historien.
  • Eudon de Malestroit XIIIe siècle
  • Gaspard de Malestroit, évêque
  • Geoffroi de Malestroit 1309-1343
  • Dom Louis Gougaud (1877-1941), bénédictin
  • Guillaume de Malestroit XIVe – XVe siècles, évêque
  • Henri de Malestroit-Beaumont XIVe siècle
  • Don Hercelin (1787-1855), abbé de la Grande Trappe de Soligny Fondateur du Monastère cistercien de Timadeuc
  • Hervé Ier de Malestroit XIVe siècle
  • Hervé II de Malestroit Fin XIVe-Début XVe siècles
  • Jean de Malestroit Fin XIVe-Début XVe siècle, évêque de Nantes, chancelier du duc de Bretagne
  • Jean de Malestroit XVe siècle, seigneur d’Oudon
  • Jean de Malestroit de Bruc, écrivain
  • Jean de Malestroit-Raguenel Fin XIVe-Début XVe siècles
  • Jean II de Malestroit XIVe siècle
  • Jean II de Malestroit-Combourg Fin XIVe-Début XVe siècle
  • Jean III de Malestroit XIVe - XVe siècles, seigneur de Beaumont et sire de Käer. Le constructeur du grand donjon du château de Largoët en Elven
  • Jean IV de Malestroit-Raguenel (1436-1471)
  • Jean et Julien de Malestroit-Oudon XVIe siècle
  • Juhael et Jacques de Malestroit, croisés Fin XIe-début XIIe siècle
  • Louis de Malestroit, Fin XVe-Début XVIe siècle, seigneur de Beaumont.
  • Péan ou Païen de Malestroit XIIe siècle
  • Païen II de Malestroit, Fin XIIe-début XIIIe siècle
  • Païen IV de Malestroit, XIVe siècle
  • Philippe de Malestroit, XVe siècle, seigneur de Beaumont
  • Thibaud de Malestroit XIVe siècle, évêque
  • Louis Marsille, (1872-1966), historien et érudit.
  • Bernard Melois, (1939), sculpteur
  • Eugène Mounier, (1906-2007), écrivain et historien local de Malestroit ayant rédigé « Malestroit, son histoire, ses origines »
  • Arnaud Mulliez (1959-), fils de Gérard Mulliez, Association familiale Mulliez
  • Nominoé (vers 800-851) IXe siècle comte de Vannes et duc (ou roi) des Bretons
  • Roger Plisson, navigateur solitaire.
  • Dr Jean Queinnec (1896-1962), Chirurgien chef de la Clinique des Augustines, Résistant, Maire de Malestroit et vice-président du conseil général du Morbihan[101].
  • Julien de Quistinic, défenseur de la cité assiégée XVIe
  • Daniel Rialet, (1960-2006), acteur français, y est né et y a été inhumé
  • Jean IV de Rieux, Baron de Malestroit (1447-1518), Maréchal de Bretagne (1470)
  • Albert Robida XIXe siècle, illustrateur.
  • Robin III Raguenel
  • Ratuili ou Ratwili : Évêque d’Aleth IXe siècle
  • Jean Rouxel (1935-1998), chimiste.
  • Famille de Sérent ;
  • Loaisel de Treogate (1752-1812), romancier préromantique et dramatique[101]
  • Saint Guénin (VIIe siècle)
  • Saint Poufra
  • Armand Seguin, peintre, graveur
  • Jean de Serent
  • Chanoine Seveno, restaurateur de l'église Saint-Gilles
  • Jean de Tinteniac
  • Pierre Dieulefils, photographe et éditeur de cartes postales, né à Malestroit en 1862

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[12].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[13].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Judith d'Acigné, épouse de Charles II de Cossé, comte de Brissac.
  8. Personnes en âge de communier.
  9. Mère Yvonne Aimée de Jésus, née en 1901 en Mayenne, décorée en 1945 de la Légion d'honneur par le Général de Gaulle, décédée en 1951.
  10. Olivier Théliot, né le à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  11. Probablement Pierre Marmagnant, né le 26 mars 1761 à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  12. Prudent Gayet, né le à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  13. Constant Le Roy, né en 1781, décédé après 1832.
  14. Pierre Marie Colineaux, né le à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  15. Félix Nicollas du Closneuf, décédé le à Malestroit âgé de 69 ans.
  16. Jean-Marie Grobon, né le à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  17. Louis Giron, né le à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  18. Firmin Colineaux, né le à Malestroit, décédé le à Malestroit.
  19. Martin Rouxel, né en 1846, décédé après 1906.
  20. Bernard Miloux, décédé en janvier 2019.
  21. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Pont routier, la Hataie (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  2. « Pont routier, dit Vieux Pont (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  3. « Pont routier, dit Pont Neuf (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  4. M. de Boisbaudry, « Morbihan », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Les inondations. Un peu partout. Morbihan », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. https://pontivy.maville.com/actu/actudet_--malestroit.-circulation-perturbee-par-la-fermeture-du-pont-neuf-_dep-4574140_actu.Htm
  7. R. Mazères, « La bande silurienne de Malestoit », Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne,‎ , p. 283 et suivantes (lire en ligne, consulté le ).
  8. L'Ouest minier . Nos mines et minières. Le minerai de fer de l'Anjou, de la Basse-Bretagne et de la Fosse vendéenne : Le minerai de fer de l'Anjou et de la Basse-Bretagne, Nantes, (lire en ligne), page 38.
  9. Charles Barrois, « Notice explicative de la feuille de Redon (carte géologique de France au 1/80 000e) », Annales de la Société géologique du Nord, vol. Tome XVII,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  11. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  12. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  13. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  16. « Station Météo-France Pleucadeuc - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Malestroit et Pleucadeuc », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Pleucadeuc - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Malestroit et Séné », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Station météorologique de Vannes-Séné - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. https://infolocale.ouest-france.fr/activites/activite-saint-malo-sport-v3-saint-malo-rhuys-156-6-km-305839891
  23. « Site d'écluse de Malestroit, n° 25, la Hataie (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  24. « Maison éclusière 1, la Hataie (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  25. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  27. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Unité urbaine 2020 de Malestroit », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  29. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  30. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Malestroit », sur insee.fr (consulté le ).
  32. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  33. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  34. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  35. a et b Ernest Nègre. Toponymie générale de la France ; Étymologie de 35 000 noms de lieux. Volume II : Formations non-romanes. Formations dialectales. Genève : Librairie Droz, 1991. cas 25 357, p. 1365.
  36. Jean-Paul Bourban - « les baguenaudes Malestroyennes ».[source insuffisante].
  37. Hervé Abalain - 2000 - Noms de lieux bretons - Page 83.
  38. a et b Malestroit, Geobreizh.bzh.
  39. http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=7308
  40. « Notice sur le prieuré de la Magdelaine de Malestroit, membre de l'abbaye de Marmoutier » (consulté le ).
  41. « Étymologie et histoire de Malestroit », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  42. https://www.petitescitesdecaractere.com/fr/nos-petites-cites-de-caractere/malestroit.
  43. « Les paroisses de Malestroit et Missiriac », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  44. « Généalogie des seigneurs de Malestroit », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  45. a b c et d Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), pages 463-464.
  46. Hervé du Halgouet, « Le comté de La Chapelle », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  47. Jh. M. Le Mené, « Augustins de Malestroit », sur InfoBretagne.com. (consulté le ).
  48. « Les Augustines Hospitalières de Malestroit ont fêté le tricentenaire de leur monastère », La Croix',‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Jh. M. Le Mené, « Les Ursulines de Malestroit », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  50. Pierre-Samuel Dupont de Nemours et Claude Yvon, Journal de l'agriculture, du commerce et des finances, (lire en ligne), page 38.
  51. France. Conseil d'Etat, « Arrest du conseil d'Estat du roy, concernant les parcs & pescheries qui sont sur les greves de l'amirauté de Vannes . Du 26 juillet 1738 », Arrest du conseil d'Estat du roy,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, t. 2, facicule 1, 1910-1918 (lire en ligne), page 172.
  53. Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, t. 2, fascicule 2, 1910-1918 (lire en ligne), page 34.
  54. Jacques Corbière, Rapport au Roi sur la situation des canaux .., Paris, Imprimerie royale, (lire en ligne), page 46.
  55. C. Nières, La Vilaine : axe civil et militaire, "Mémoires de la Société d' Histoire et d'Archéologie de Bretagne", tome LXIII, 1986.
  56. a et b Paul Dudon, « Lamennais, fondateur d'Ordre », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. André Dargis, La Congrégation de Saint-Pierre, Université Catholique de Louvain,
  58. « Charles Sainte-Foi (1805-1861) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  59. Morbihan. Conseil général, « Travaux publics », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , page 21 (lire en ligne, consulté le ).
  60. « On lit dans le journal La Concorde du Morbihan du 30 août », Journal des débats politiques et littéraires,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. « On lit dans La Concorde du Morbihan du 2 septembre », Journal des débats politiques et littéraires,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, Rennes, Deniel, (lire en ligne), pages 8 et 9.
  63. Dr Alfred Fouquet, Compte-rendu des épidémies, des épizooties et des travaux des conseils d'hygiène du Morbihan, Vannes, Impr. de J.-M. Galles et L. Galles, (lire en ligne), page 17.
  64. « Ministère de l'Intérieur. Administration des lignes télégraphiques », Journal officiel de la République française,‎ , page 3850 (lire en ligne, consulté le ).
  65. « Port de Malestroit », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  66. « Morbihan. Diverses expulsions », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. « Les élections municipales. Morbihan », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. , Marie-Jean-Joseph-André de Tonnac-Villeneuve, Rapport de l'inspecteur général directeur des haras à M. le ministre de l'Agriculture sur la gestion de l'administration des haras, Paris, (lire en ligne).
  69. « On réclame », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. a et b Albert Robida, La vieille France. Bretagne, Paris, 1900 environ (lire en ligne), page 258.
  71. « Décret du Président de la République française », Journal officiel de la République française. Lois et décrets,‎ , page 1825 (lire en ligne, consulté le ).
  72. « Union régionaliste bretonne. Assises de Malestroit », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  73. « Hippisme. Les courses de Malestroit », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  74. « Malestroit. Les courses », Journal L'Ouest-Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  75. a et b https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=25972&dpt=56
  76. Geo London, « Des lettres anonymes répandaient la terreur au manoir breton », Ce soir,‎ (lire en ligne, consulté le ) et Geo London, « Le baron de Beaudrap pris à son propre piège », Ce soir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  77. « Les lettres ananymes de Malestroit », Journal Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  78. « Le baron de Beaudrap condamné à Vannes a subitement disparu », Journal Le Peuple,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. « Grève de fumeurs », Journal Le Midi socialiste,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. Écho de Lorient et du Morbihan, « Patrimoines et archives du Morbihan », sur Patrimoines et archives du Morbihan, (consulté le )
  81. Polish Troops in Norway published for the Polish Ministry of Information by M.I. Kolin (publishers) Ltd, London july 1943
  82. Alain Lefort et Bernard Lucas, "Les hauts lieux de la Résistance en Bretagne", éditions Ouest-France, 1991
  83. a et b « Malestroit. Monument aux morts », sur MemorialGenWeb (consulté le ).
  84. https://sites.google.com/site/maquisdesaintmarcel/5-soeur-marie-bernard-communaute-des-augustines-de-malestroit.
  85. « Le monastère des Augustines de Malestroit est cité à l'ordre de l'armée », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. « La croix de guerre et la médaille du roi d'Angleterre récompensent les Augustines de Malestroit », Journal La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  87. « Malestroit : M. Jean Camussi élu maire », Ouest-France,‎ .
  88. Malestroit. Décès brutal de Maurice Mélois, Le Télégramme, article du 20 mars 2007.
  89. « Malestroit : Bruno Gicquello a retrouvé son fauteuil de maire », sur Actu.fr, (consulté le ).
  90. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  91. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  92. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  93. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  94. Notice no PA00091420, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  95. « Église paroissiale Saint-Gilles (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  96. « Chapelle de la Madeleine, boulevard de la Madeleine (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  97. Notice no PA00091417, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  98. Notice no PA00091418, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  99. Notice no PA00091419, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  100. « Maison, 8 rue de Gaulle (Malestroit) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  101. a b c d et e Patrick Mahéo, Les rues de Malestroit, leur nom, leur histoire, Stéphane Batigne Éditeur, 2018 (ISBN 9791090887640).
  102. Alexia Vidot, Les hospitalières de la miséricorde, Famille chrétienne no 2021 du 8 au 14 octobre 2016, p. 28-29
  103. « Les Lapins crétins colonisent une maison bretonne », Le Figaro, 30 juillet 2015.
  104. Paul Féval, Contes de Bretagne. La femme blanche des marais, Paris, V. Palmé, (lire en ligne).
  105. Paul Féval fils et Théodore Botrel, « Chantepie », La Vie au patronage : organe catholique des œuvres de jeunesse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  106. Pierre Decourcelle, « La buveuse de larmes », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Patrick Mahéo, Les rues de Malestroit, leur nom, leur histoire, Stéphane Batigne Éditeur, 2018 (ISBN 9791090887640)
  • Bertrand Frelaut Malestroit, hier et aujourd'hui : le combat de S-Marcel, La Baule, 1979, éditions des Paludiers, 48 p. lire en ligne sur Gallica

Articles connexesModifier

Liens externesModifier