Une cure à l'alternative signifie que le curé d'une paroisse était présenté alternativement par l'évêque et, la fois suivante, par le titulaire du droit de présentation (abbé, seigneur, etc., souvent un descendant du fondateur d'origine de la paroisse). Mais seul l'évêque pouvait nommer le prêtre présenté et, en cas de refus de sa part, cela pouvait entraîner de vives discussions et même des procès entre le présentateur et le nominateur.

L'autre mode de nomination, une cure à l'ordinaire, signifie que le curé est toujours choisi et nommé par l'évêque du diocèse.