Ouvrir le menu principal

Pleucadeuc

commune française du département du Morbihan

Pleucadeuc
Pleucadeuc
La mairie.
Blason de Pleucadeuc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Moréac
Intercommunalité De l'Oust à Brocéliande Communauté
Maire
Mandat
Alain Launay
2014-2020
Code postal 56140
Code commune 56159
Démographie
Gentilé Pleucadeuciens
Population
municipale
1 778 hab. (2016 en augmentation de 0,11 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 35″ nord, 2° 22′ 29″ ouest
Altitude 70 m
Min. 7 m
Max. 99 m
Superficie 34,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Pleucadeuc

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Pleucadeuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pleucadeuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pleucadeuc

Pleucadeuc [pløkadœk] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

GéographieModifier

HistoireModifier

Toponymie et généralités historiquesModifier

  • Pleucadeuc est une paroisse primitive, plusieurs fois nommée dans le cartulaire de Redon. Elle porte le nom du saint breton, Cadoc. En effet, Pleucadeuc vient du latin Plebvia le breton Plou/Pleu (paroisse) et de Cadoc : « la paroisse de Cadoc ».
  • Elle est nommée Plebs Cadoc en 826 et Pluinchatoch en 848[1].

Moyen-ÂgeModifier

  • En l'an 837, une charte est signée à Pleucadeuc In Plebe Cadoci par un moine nommé Gias Cadoc (serviteur de Cadoc).
    Avant le démembrement des paroisses au XIIe siècle, Pleucadeuc englobait le territoire de Saint-Congard, et la partie méridionale de la ville de Malestroit qui en fut détachée pour constituer avec La Magdeleine, jadis en Missiriac, la paroisse castrale de Malestroit.
    L’ermitage de Roga, aujourd’hui en Saint-Congard, est cité dans la paroisse de Pleucadeuc vers la fin du XIe siècle : « ...partem Jarnuuin id est dimidium Botsarphin finem habens de summo larer et fronte a fluvio Cles usque ad flumen Ultre...sitam... in condita plebe Cadoc » (Cart. Rot. Charte CCLV) et « .locum qui dicitur Rosgal at alio nomine qui dicitur Botgarth » (Cart. Rot. Charte CCLXVII).

Révolution françaiseModifier

Pleucadeuc est chef-lieu de la municipalité de canton entre le 1er vendémiaire an IV (23 septembre 1795) et le 28 pluviôse an VIII (17 février 1800).

Le XIXe siècleModifier

Sur la porte du moulin de Gournava où il résidait pour chasser à courre dans les Landes de Lanvaux avec quarante chiens fauves, le comte de Tinguy avait cloué des centaines de pattes de loups[2].

Le XXe siècleModifier

Vestiges préhistoriques et antiquesModifier

BlasonnementModifier

Les armoiries de Pleucadeuc se blasonnent ainsi :

Vairé contre-vairé d’or et de sinople de quatre tires, sur le tout coupé ondé d'hermine et d'azur à la bordure de gueules.
Devise : aide toi le ciel t'aidera.
Création Bernard Le Ny-Jegat

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1811 Pierre Cauzic    
1811 1821 Julien Mouro    
1821 1835 Louis Ponsard    
1835 1855 François Mouro    
1855 1865 Mathurin Dejour    
1865 1878 Joseph Goudy    
1878 1897 Pierre Picard    
1897 1908 Joseph Texier    
1908 1913 Jean Pierre Loyer    
1913 1937 Georges de Montfort    
1937 1945 Georges de Chabannes   Conseiller général
1945 1963 Emile Loyer    
1963 1971 Paul Huet    
1971 2008 Joseph Briend UDF Conseiller général
mars 2008 En cours Alain Launay   Président de la communauté de communes du Val d'Oust et de Lanvaux de 2014 à 2016

Vice-Président de la communauté de communes De l'Oust à Brocéliande Communauté depuis le 13 janvier 2017

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 1 778 habitants[Note 1], en augmentation de 0,11 % par rapport à 2011 (Morbihan : +2,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1981 1211 2811 1441 2391 2521 1881 1741 255
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2881 3051 4101 3781 4781 5451 5181 5371 673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6351 7051 6381 4781 5651 4811 4811 4501 457
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3391 1811 1581 3311 3761 4821 7161 7471 754
2016 - - - - - - - -
1 778--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

CalvaireModifier

Article détaillé : Croix de Gorays.

Le calvaire se trouve derrière l'église et a été construit au XVIe siècle. La hauteur du piédestal est de 1,10 mètre.

La commune est propriétaire du calvaire, inscrit sous la référence   Inscrit MH (1928).

Architecture 

Le calvaire se compose d'un piédestal et d'une colonne dont les quatre côtés sont sculptés. Le sommet présente un panneau sculpté représentant la Crucifixion, la Vierge tendant une pomme à un enfant, entre un homme et une femme[8].

AutresModifier

GalerieModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Henri de Tingy de Nesmy[9], chassa le loup dans la région de Ploërmel et au-delà jusqu'en Vendée ; il en aurait tué peut-être 2 000[10].
  • Charles de Gaulle a séjourné au château de la Prévôtaie.
  • Maxime Dupé, joueur de football professionnel, originaire de Pleucadeuc. Il évolue successivement comme gardien de but à la Jeanne d'Arc de Pleucadeuc (1998-2004), à Vannes OC (2004-2008), puis au FC Nantes (depuis 2008). Il a par ailleurs remporté en 2013 la Coupe du Monde des -20 ans [11]avec l'équipe de France.

ÉvénementsModifier

Chaque année depuis 1994 est organisé le rassemblement des « Deux et plus », manifestation qui réunit chaque 15 août entre 1 000 et 2 000 jumeaux, triplés, quadruplés de France et d'ailleurs. Le CNRS a profité de la manifestation de 2007 pour organiser une enquête[12].

Pleucadeuc a reçu le prix européen du Développement économique local pour le financement local par la participation citoyenne, des habitants ayant investi dans le développement économique de leur commune par leur financement privé, lors de l'implantation d'un site de production de la marque Père Dodu, initié par le maire Jo Biend, accompagné par les membres du conseil municipal, et le fondateur de la marque, M. Jacques Hervieu. Ce modèle de financement a été repris, ultérieurement, par exemple par la région Rhône-Alpes, pour développer certains de leurs projets environnementaux[13].

Exposition de crèches : La fabrication des crèches de Noël a débuté en 1999 pour marquer le passage en l'an 2000. Elle devient une tradition pour les habitants de la commune et pour la dix-neuvième édition l'exposition a lieu du 10 décembre 2017 au 10 janvier 2018[14].

BibliographieModifier

  • Enfance et jeunesse en pays gallo, autobiographie en pays de Pleucadeuc, Eugène LE BRETON, mai 2017, (ISBN 978-2-36851-182-4) [1]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. https://books.google.fr/books?id=jbpVLN1tRNoC&pg=PA1045&dq=Pleucadeuc+toponymie&hl=fr&sa=X&ei=aLj9VO-rM876arCbgsAF&ved=0CCAQ6AEwAA#v=onepage&q=Pleucadeuc%20toponymie&f=false E. Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, p. 1045
  2. François de Beaulieu, "Quand on parle du loup en Bretagne", éditions Le Télégramme, 2004, (ISBN 2-84833-096-1)
  3. Livre « Pleucadeuc » Auteur : Denise Josse-Elicot, publié en 1992
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Calvaire de Pleucadeuc
  9. Henri de Tingy de Nesmy, né le à Nesmy (Vendée), décédé le à Pleucadeuc
  10. François de Beaulieu, "Quand on parle du loup en Bretagne", éditions Le Télégramme, 2004, (ISBN 2-84833-096-1)
  11. « Maxime Dupé, champion du monde de foot », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  12. reportage d'I Télé, 15 août 2007
  13. Source : CRIDEL 1994 - autofinancement de l'industrialisation d'une commune / épargne locale - Sol et Civilisation
  14. « Pleucadeuc. Le bourg aux 170 crèches ! », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2017)

Liens externesModifier